Le Catéchisme du Peuple/Leçon 5

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le Peuple (p. 11-13).


5e Leçon

De la Conscription et de l’Armée


1. Qu’est-ce que la conscription ?

R. C’est l’impôt du sang, prélevé sur le peuple.


2. En quoi consiste-t-il ?

R. L’État fait désigner dans chaque commune, par le sort, les jeunes gens qui doivent faire partie de l’armée. Ceux qui sont riches paient douze à seize cents francs et sont libérés ; ceux qui sont pauvres sont emprisonnés, pendant 3 ans, dans une caserne.


3. Ce système est-il juste ?

R. C’est la plus monstrueuse iniquité.


4. Pourquoi ?

R. Parce que, en temps de guerre, le pauvre doit verser son sang pour défendre le sol de la patrie dont il ne possède pas un pouce et défendre des institutions qui lui refusent droit ; tandis que le riche qui possède le sol et qui profite des institutions, reste lui, à l’abri de tout danger.


5. Combien coûte l’armée et ses accessoires ?

R. Cinquante millions par an.


6. À quoi sert-elle ?

R. À rien, puisque nous sommes neutres et qu’une neutralité ne se défend pas. — La Belgique n’a pas plus besoin d’une armée pour faire la guerre, qu’un homme neutre n’a besoin d’une femme pour faire des enfants.


7. Pourquoi devons-nous avoir une armée ?

R. Parce que le roi le désire.


8. Pourquoi le roi désire-t-il avoir une armée ?

R. Pour deux motifs. Le premier parce qu’il espère que l’armée défendra contre son peuple et sa personne et sa liste civile.

Le deuxième parce qu’il faut à un roi une armée pour jouer au soldat, mettre de beaux uniformes, avoir des places à donner et aussi pour la montrer aux autres rois, quand ils viennent le voir, comme il faut aux enfants des soldats de plomb, des képis d’officiers… pour exciter l’envie des petits camarades qui viennent les voir.

10. Depuis 55 ans qu’elle existe, l’armée a-t-elle jamais été sur un champ de bataille ?

R. Malheureusement on l’a conduite et fait tirer sur un champ de travail. Elle a tué Gillis à Verviers, des femmes et des enfants dans le Borinage.


11. Quel fait monstrueux s’est passé à Verviers à propos de l’assassinat de Gillis ?

R. Le caporal Veckmans qui avait tué ce pauvre Gillis, a été nommé chevalier de l’ordre de Léopold.


12. Pourquoi le gouvernement belge a-t-il décoré un Belge qui avait tué un de ses frères ?

R. Parce que le gouvernement qui savait très bien que l’armée ne voulait pas tirer sur ses frères, a cru trouver le moyen de l’y décider en récompensant un caporal qui avait tué un ouvrier. Le gouvernement espérait, par l’appât des récompenses, exciter l’armée contre le peuple.


13. Y parviendra-t-il ?

R. Jamais ! car l’armée est composée de nos fils, de nos frères, de nos amis, et jamais on ne saura les décider à tuer leurs pères, leurs mères, leurs frères ou leurs sœurs.


14. Comment remédier à cet état de choses ?

R. En décrétant le suffrage universel qui enverra à la Chambre des députés qui établiront le service universel et obligatoire ou aboliront l’armée ce qui serait beaucoup mieux.