100%.png

Le Coran (Traduction de Savary)/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Traduction de Claude-Étienne Savary.
LE CORAN,

traduit de l’arabe, accompagné de notes, précédé d’un abrégé de la vie de Mahomet, tiré des écrivains orientaux les plus estimés.

Seconde partie.
Réédition de 1821 (première édition en 1782).

Publié à Paris et Amsterdam par G. Dufour, Libraire.
◄  Chapitre XVIII Sourate 19 Chapitre XX  ►


CHAPITRE XIX.
Marie. La paix soit avec elle.
donné à La Mecque, composé de 98 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


K. H. I. A. S. [1] Le Seigneur se souvint de sa miséricorde envers son serviteur Zacharie,

2Lorsqu’il invoqua son nom dans le secret.

3Seigneur, dit-il, mon corps est tombé dans l’infirmité. Les cheveux blancs couvrent ma tête.

4Je n’ai jamais été malheureux dans les vœux que je t’ai adressés.

5Je crains ceux qui hériteront de mon rang. Ma femme est stérile. Donne-moi un fils, et mets le comble à tes faveurs.

6Qu’il soit mon héritier ; qu’il ait l’héritage de la famille de Jacob ; et qu’il te soit agréable.

7Zacharie, nous t’annonçons un fils nommé Jean.

8Personne avant lui n’a porté ce nom.

9Seigneur, répliqua Zacharie, comment, aurai-je ce fils ? Mon épouse est stérile, et je touche à la décrépitude [2].

10Il en sera ainsi. Ce prodige n’est point au-dessus de ma puissance, dit le Seigneur. C’est moi qui t’ai créé de rien.

11Seigneur, ajouta le vieillard, donne-moi un signe pour garant de ta promesse. Tu seras muet pendant trois jours, reprit l’ange.

12Il sortit du sanctuaire, et s’avançant vers les Hébreux, il leur faisait signe de louer Dieu le matin et le soir.

13Jean ! lis les écritures avec ferveur. Nous lui donnâmes la sagesse dès sa plus tendre enfance.

14Il eut la bienfaisance et la piété en partage. Juste envers ses parens, il ne connut ni l’orgueil, ni la désobéissance.

15La paix fut avec lui à sa naissance, à sa mort ; elle l’accompagnera au jour de la résurrection.

16Célèbre Marie dans le Coran ; célèbre le jour où elle s’éloigna de sa famille, du côté de l’Orient.

17Elle prit en secret un voile [3] pour se couvrir, et nous lui envoyâmes Gabriel, notre esprit, sous la forme humaine.

18Le miséricordieux est mon refuge, s’écria Marie : si tu le crains.....

19Je suis l’envoyé de ton Dieu, dit l’ange ; je viens t’annoncer un fils béni.

20D’où me viendra cet enfant, répondit la vierge ? Nul mortel ne s’est approché de moi, et le vice m’est inconnu.

21Il en sera ainsi, répliqua l’ange. La parole du Très-Haut en est le garant. Ce miracle lui est facile. Ton fils sera le prodige et le bonheur de l’univers. Tel est l’ordre du ciel.

22Elle conçut, et elle se retira dans un lieu écarté.

23Les douleurs de l’enfantement la surprirent auprès d’un palmier, et elle s’écria : Plût à Dieu que je fusse morte, oubliée et abandonnée des humains, avant ma conception !

24Ne t’afflige point, lui cria l’ange, Dieu a fait couler près de toi un ruisseau.

25Ébranle le palmier [4], et tu verras tomber des dattes mûres.

26Mange, bois, essuie tes pleurs, et si quelqu’un t’interroge,

27Dis-lui : J’ai voué un jeûne au miséricordieux, et je ne puis parler à un homme.

28Elle retourna vers sa famille, portant son fils dans ses bras. Marie, lui dit-on, il vous est arrivé une étrange aventure.

29Sœur d’Aaron [5], votre père était juste et votre mère vertueuse.

30Pour toute réponse, elle leur fit signe d’interroger son fils. Nous adresserons-nous, lui dit-on, à un enfant au berceau ?

31Je suis le serviteur de Dieu, répondit l’enfant. Il m’a donné l’Évangile et m’a établi prophète.

32Sa bénédiction me suivra partout. Il m’a commandé d’être toute ma vie fidèle au précepte de la prière et de l’aumône.

33Il a mis dans mon cœur la piété filiale, et m’a délivré de l’orgueil qu’accompagne la misère.

34La paix me fut donnée au jour de ma naissance. Elle accompagnera ma mort et ma résurrection.

35Ainsi parla Jésus, vrai fils de Marie, sujet des doutes d’un grand nombre.

36Dieu ne saurait avoir un fils. Loué soit son nom ! il commande, et le néant s’anime à sa voix.

37Dieu est mon seigneur et le vôtre. Adorez-le, c’est le chemin du salut.

38Les sectaires ont beaucoup disputé ; mais malheur à ceux qui nient l’assemblée du grand jour !

39Que n’entendront, que ne verront-ils point, quand ils paraîtront devant notre tribunal ? Aujourd’hui ils sont dans un aveuglement profond.

40Annonce-leur le temps des soupirs, lorsque l’arrêt sera prononcé. Maintenant ils reposent dans l’insouciance et l’incrédulité.

41La terre et tout ce qu’elle renferme est notre héritage. Toutes les créatures reviendront à nous.

42Rappelle dans le Coran le souvenir d’Abraham. Il fut juste et prophète.

43O mon père! disait-il, pourquoi adores-tu des idoles qui ne voient ni n’entendent, et qui ne sauraient te secourir.

44O mon père ! j’ai reçu des lumières que tu n’as pas. Suis-moi, je te conduirai dans le chemin du salut.

45O mon père ! n’adore pas Satan, il fut rebelle aux ordres du miséricordieux.

46O mon père ! je crains que Dieu n’appesantisse son bras sur toi, et que tu ne deviennes le compagnon de Satan.

47Abraham, répondit le vieillard, si tu rejettes le culte de mes dieux, je te lapiderai. Éloigne-toi de moi.

48La paix soit avec toi, continua Abraham. J’implorerai pour mon père la miséricorde de Dieu. Sa bonté me protége.

49Je me sépare de vous et de vos idoles. J’invoquerai le nom du Très-Haut. Peut-être ne rejettera-t-il pas ma prière.

50Il quitta sa famille et les dieux qu’elle adorait. Nous lui donnâmes Isaac et Jacob, tous deux prophètes.

51Nous les comblâmes de nos faveurs, et nous leur inspirâmes le langage sublime de la vérité.

52Chante dans le Coran les vertus de Moïse. Il fut envoyé et prophète.

53Nous l’appelâmes du flanc droit du mont Sinaï, et nous le fîmes approcher pour s’entretenir avec nous.

54Nous créâmes son frère Aaron prophète, par un bienfait de notre miséricorde.

55Publie dans le Coran la louange d’Ismaël, fidèle à sa promesse, envoyé et prophète.

56Il recommandait à sa famille la prière et l’aumône. Il fut agréable aux yeux de l’Éternel.

57Célèbre Henoch [6] dans le Coran ; il fut juste et prophète.

58Nous l’enlevâmes dans un lieu sublime.

59Tels sont, entre les fils d’Adam, de Noë, d’Abraham et d’Israël, les prophètes que Dieu combla de ses grâces. Il les choisit parmi ceux qu’il éclaira du flambeau de la foi. Lorsqu’on leur récitait les merveilles du miséricordieux, le front prosterné, les yeux baignés de larmes, ils adoraient sa majesté suprême.

60Une génération pervertie leur a succédé. Elle a abandonné la prière et suivi le torrent de ses passions ; elle sera précipitée dans le fleuve du Tartare.

61Mais ceux qui joindront au repentir la foi et les bonnes œuvres, entreront dans les jardins d’Éden ;

62Jardins délicieux que le miséricordieux a promis à ses serviteurs, pour les consoler dans leur exil ; ses promesses sont infaillibles.

63Les futilités en seront bannies. La paix y régnera. Les hôtes de ce séjour recevront leur nourriture le matin et le soir.

64Tel est le Paradis que nos serviteurs vertueux auront pour héritage.

65Nous ne sommes descendus que par l’ordre de Dieu. Le passé, le futur, le présent lui appartiennent. Il ne connaît point l’oubli.

66Les cieux, la terre, ce que renferme l’espace qui les séparé, forment son domaine. Sers-le : sois con• stant dans son culte. Lui connais-tu un nom ?

67Eh quoi ! dit l’incrédule, lorsque je serai mort ma cendre se ranimera-t-elle de nouveau ?

68A-t-il donc oublié que nous l’avons tiré du néant, pour lui donner l’existence ?

69J’en jure par ton Dieu, nous rassemblerons les hommes et les démons ; nous en formerons une enceinte dans l’enfer, et nous les forcerons de se tenir à genoux.

70Nous choisirons ensuite ceux dont l’insolence aura plus éclaté contre le miséricordieux.

71Nous connaîtrons ceux qui ont mérité davantage le tourment des flammes.

72Ils y seront précipités ; c’est un décret prononcé par l’Éternel.

73Nous délivrerons ceux qui ont craint le Seigneur, et nous laisserons les coupables à genoux.

74Lorsque vous prêchez notre doctrine aux infidèles, ils disent aux croyans : Lequel de nos deux partis est le plus fort, et le plus florissant ?

75Combien de peuples plus riches et plus puissans qu’eux sont tombés sous nos coups ?

76Puisse le miséricordieux prolonger les jours de ceux qui sont plongés dans l’erreur !

77Afin qu’ils voient l’accomplissement de nos menaces, soit dans ce monde, soit dans l’autre. Ils connaîtront alors ceux qui sont plus malheureux, et plus dépourvus de secours.

78Dieu fortifiera les fidèles qui professeront la vraie religion.

79Les bonnes œuvres auront un mérite permanent à ses yeux, et seront magnifiquement récompensées.

80N’as-tu pas vu l’infidèle se flatter de recevoir des richesses et des enfans ?

81Connaît-il l’avenir ? Dieu lui en a-t-il fait la promesse ?

82Il se flatte vainement. Nous écrirons son ostentation, et nous aggraverons ses peines.

83Nous lui donnerons les biens qu’il demande sur la terre ; mais il paraîtra nu devant notre tribunal.

84Ils comptent sur la protection de leurs divinités chimériques.

85Vain espoir ! Elles rejetteront leur encens, et se déclareront contr’eux.

86Ne sais-tu pas que nous avons déchaîné les démons contre les incrédules, pour les porter au mal ?

87Ne précipite rien contr’eux. Nous comptons leurs jours.

88Les justes rassemblés formeront le cortége du miséricordieux.

89Les scélérats descendront dans l’enfer.

90Ceux-là seuls qui ont reçu l’alliance divine, auront des intercesseurs.

91Ils disent que Dieu a un fils, et ils profèrent un blasphème.

92Peu s’en faut que les cieux ne se fendent à ces mots, que la terre ne s’entr’ouvre, et que les montagnes brisées ne s’écroulent.

93Ils attribuent un fils au miséricordieux, et il ne saurait en avoir.

94Tous les êtres créés au ciel et sur la terre, lui paient un tribut de louanges. Il les a comptés, et il en sait le nombre.

95Au jour de la résurrection, tous les hommes paraîtront nus devant lui.

96Il fera régner l’amitié entre les croyans vertueux.

97Nous avons facilité la lecture du Coran en l’écrivant dans ta langue, afin que tu annonces la félicité à ceux qui craignent le Seigneur, et les tourmens à ceux qui disputent contre lui.

98De tant de générations que nous avons anéanties, pourrais-tu faire paraître un: seul homme? Fontelles entendre le plus léger murmure ?


  1. K. H. I. A. S. Ces caractères sont mystérieux, et Dieu seul en a la connaissance. Gelaleddin.
  2. Si l’on en croit Gelaleddin, Zacharie avait alors cent vingt ans et son épouse quatre-vingt-dix-huit.
  3. Dès la plus haute antiquité, les femmes des contrées orientales ont été dans l’usage de se couvrir le visage. De nos jours elles ne paraissent point en public sans être voilées. Ces voiles sont de mousseline et descendent jusqu’à la ceinture. On y laisse deux petites ouvertures, afin qu’elles puissent voir à se conduire. Deux causes doivent avoir introduit parmi les femmes de l’Orient, l’usage de se couvrir le visage, la chaleur excessive qui effacerait bientôt l’éclat de leur teint, et la jalousie excessive des hommes qui ne veulent pas qu’elles soient vues.
  4. Ce palmier était desséché, sans tranches et sans feuillage, c’était en hiver. A la voix de l’ange il se couvrit de feuilles et de fruits. Zamchascar.
  5. Cet Aaron était de la famille du prophète de même nom. Il était frère de Marie, et jouissait parmi les Hébreux d’une grande réputation de probité et de vertu. Zamchascar.
  6. Les Arabes débitent beaucoup de fables au sujet d’Henoch. Nous nous contenterons de rapporter ce qu’en dit Ismaël ebn Ali. Henoch fut enlevé au Ciel à l’âge de trois cent cinquante ans. Dieu lui donna l’esprit prophétique et lui révéla les secrets du ciel. II lui envoya trente volumes sacrés. Henoch fut le premier qui se servit de la plume et de l’épée pour défendre la religion. Il inventa l’astrologie et apprit aux hommes à compter et à peser.