Le Couronnement de Louis (Langlois)/Appendices

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Ernest Langlois (p. 121-172).


APPENDICES



I. — TEXTE DU MANUSCRIT D [1]


Seignor baron, plairoit vos un esanple,
Bone chançon, cortoise et avenante ?
Cant Deus prist primes nonante et .ix. reaumes,
Nonante dus et nonnante duchesmes (sic),
5Lou premier roi que Deus tramist en France
Coronés fut par anuntion d’angles ;
Pour ce dit il toutes terre i apendent,
Qu’il i apent Baviere et Alemaigne,
Toute Borgoigne, Loheraine et Tocane,
10Poitou, Gascogne dec’au marches d’Espaigne.

Seignor baron, plairoit vos c’on vos chant
Bone chançon, cortoise et avenant ?
C’est de Loys, lou cortois et lou franc,
De saint G., lou hardi combatant.
15Vilain jugleres ne cuit que ja s’en vent
.I. mot en die, se ge ne li comment.

Rois qui de France porte corone d’or
Bien doit mener .cm. homes en ost,
Par mi les pors, en Espaigne la fort.
20S’il en trove home qui l’an face nul tort,
Tant lou demoine qu’i l’ait ou pris ou mort,
Que devent lui en fait gesir lou cors.
Se ce ne fait, France a perdut son los ;
Ce dit la geste : « Coronés est a tort. »

25   Quant la chapelle fut ben[e]ïte a Aix,
Et li mostiers fut beneïs et fais,

Tel plait i out tel n’i avra ja mais.
Por la justice la povre gent i trait :
Dont fist on droit, mais or no fait on mais ;
30Por les loyiers sont remeis maint bon plait ;
Par covoitise l’ont li riche home atrait,
Dont il avront enfer, lou tout punais,
El puis d’anfer dont n’iseront ja mais.

Lou jor i out .xl. et .x. abés,
35Et si out bien .iiii. rois coronés.
Uns arcevesques en est en piés levés ;
Bien fut vestus des armes Damedé(s),
Si faitement com messe dut chanter ;
Voit lou barnaige, sel prist a apeler :
40« Chales mes sires a molt lou tens usé ;
Violz est et frailles et chanus et barbés,
Si ne puet mais ses garnement porter,
Ses os conduire, ne an cheval monter.
I lait .i. fil qui la volra doner ;
45Lo(e)ys a nom, s’il vit que molt ert bers. »
François l’entendent, s(i) ’en ont joie mené,
Qu’estrange rois n’iert sus aus alevés.
Cant K. voit que tuit li ont greé,
Son fil Loys a li bers apelé :
50« Beaus filz, » dist il, « envers moi entendés :
Tu avras, filz, mon realme a garder ;
Or te voil ge proier et commender
Que honor gardes sainte crestienté,
De veves dame mesdisant n’achater (sic),
55Ne orphe enfent ne fai deseriter,
Ne nul povre home ne faire en plait antrer.
Se ce ne faites, ja mar la baillerés. »
Looys l’ot, lou sanc cuide desver ;
N’alast avent por les menbres coper.
60K. lo voit, lo sanc cuide desver :

« Biaus filz Lo(o)ys, voi ici la corone,
Si la t’aporte l’apostoille de Rome.
Paiene gent dois destruire et confondre :
Se ce ne fais, France est tornee a honte.

65Ce dist la geste, a tort porte(roie)s corone.
Looys l’ot, ne volt .i. mot respondre.
K. lo voit, s’en out au cuer grant honte.

« Biaus filz Lo(o)ys, » ce dist K. li fiers,
« Se tu dois, filz, prendre les faus lo[i]ers,
70Fauses mesures, ne faire faus sestiers,
Ne vaives dames ses cha(s)tés retranchier,
Ne l’orfe enfent dois faire pladoier,
Ne lou povre home ne faire cortoier,
De Damedeu, beaus filz, je vos devié, [*]
75Lou glorious, la corone baillier. » [*]
Loys l’entent, lou sanc cuide changier ;
N’alast avent por les menbres tranchier.
Cant lo voit K., a poi n’est enragiés :
« Ha ! Deus, » dist K., « com or suis engingniés !
80Delés ma feme se cocha aversier,
Ou malvais queus, ou aucuns boutilliers,
Qui engendra cest malvais iritier.
Mais, par l’apostre c’on a Rome requiert,
Je li ferai .ii. des menbres tranchier,
85An son ma table li donrai a mengier,
Mais non por tant n’en aiez reprochier ;
Sonez les cloches, si soiez marlerrier ; [*]
Car s’il est rois ceu iert deus et pichiés ;
Ja li reaumes n’iert par lui justiciez. »
90Et d’autre part fut Herneïs d’Orliens ;
En toutes cors n’ot peior chevalier, [*]
Ne plus traïtres por son seignor boisier ;
Inellement s’est contre mont dreciés,
Devent lo roi en vint ester en piés :
95« Drois enpereres, » dist Herneïs d’Orliens,
« Si m’aïst Deus, mal dites et pechiés :
Mes sire(s) est jones, n’a que .xv. ans antiers,
Ja seroit mort qu’en feroit chevalier(s).
Mais la corone, se vos plaist, me bailliés ;[*]

100D’ui en .vii. ens li garderai molt bien ;
Croisserai li ses terres et ses fiés,
Puis li rendrai de grés et volantiers. »
François l’otrient cant oient lou louier.
Il fust jai rois, cant G. i vint.
105Li gentis cuens repaire de chacier,
En sa compaigne .iiiixx. chevaliers
De prime barbe, de novel afaitiés.
Cors ont d’ivoire, por lou soner ligier.
Isnellement sont descendu a pié,
110Desous .i. ourme, devent l’uis do mostier.
Ses niés Bertran li corut a l’estrier ;
Plus tost qu’il pot li a dit et nuntié
Si com li glos, li traïtre, a boisié.
Et dist G. : « Dont venés vos, biau niés ?
115— Por Deu, [biaus] oncles, ge vien de cest mostier,
Ou j’ai oï maint tort et maint pichié.
Herneïs velt son droit seignor boisier ;
Sempres iert rois, François l’ont otrié ;
[Que] la corone li velt on metre o chief. »
120Out lou G., lou sanc cuide changier :
« Voir, » dist li cuens, « i lou conperra chier. »
Si faitement est antrés o moustier,
Heuses vesties et esperons chauciés, `
Desront la presse des barons chevaliers ;
125Trove Hernaïs, qui an la chiere siet,
Ke la corone li volt on metre o chief.
Il passe avent, des poinz li a sachié, [*]
Par maltalent desus l’autel l’asiet ;
Por .i. petit qu’il ne l’a peçoié.
130Isnellement est restornés aiers,
Et mist la main a l’espee d’acier.
Or out en pens qu’il li copast lou chief,
Cant li manbra do glorious do ciel,
D’ome a o(r)cire ce est molt grant pichiés.
135Hauce lou poing, sor lou col li asiet,
Desor lou marbre lou fait agenoillier :

« Glos, », dist G., « lichieres pautonnier,
Por coi vels tu ton droit seignor boisier ? [*]
Ja es tu suens et des mains et des piés,
140Et si te puet et bourre (sic) et engagier.
Droit l’an feras par les iolz de mon chief, [*]
Ou se ce non, par la vertus do ciel,
De ceste espee qui me pent a mon lé
Je t’en fandrai dec’au neu do braier. »
145Cil lou regarde, si l’a molt resoignié :
« Mercis, » dist il, « por la vertus do chiel !
Droit l’an ferai, s’i lou daigne baillier. »
Et dist li cuens : « Tos est aparailliés. »
Entre ses poinz li a son guant ploié,[*]
150Droit li a fait, voient maint chevalier ;
« Hei ! Looys, » dist G. li fiers,
« En ceste cort te velt on forjugier ;
Mais, par l’apostre c’on a Rome requier[t],
N’i a François tant orguillous et fier,
155Se de riens nee vos velt contraloier,
C’a mon espee ne li cope lou chief.
Ja serois rois, se Deus vos velt aidier,
Lou glorious, qui lassus maint o ciel. »
Prist sor l’autel la corone d’or mier,
160Vint a l’anfent, si li a mis ou chief :
« Tenés, beau sire, en l’onor Deu do ciel,
Qui vos laist estre veraies justicier,
Et foi porter vos barons chevaliers. »
B. li a les esperons chauciés,
165Et dan Garin d’Anseüne li vielz
Li çaint l’espee, com gentis chevalier.
A l’adouber out .vii xx. chevaliers. [*]
A la cort fut li conte Berangier,
Huel de Nantes, Landri li timoniers,
170N. li dus et li Denois Ogiers,
.LX. conte qui molt font a prisier.
G. sert son seignor droiturier,

C’o palais fut bien lou dut otrier :
« Bias filz Loys, » ce dist K. li fiers,
175« Coronés estes, la mercis Deu do ciel.
Bon greis en ait G. li guerriers,
Il et ses freires Guibelin li prisiés.
Li suens lignages a lo mien esaucié. [*]
Or te voil ge proier et chastoier
180C’a honor gardes tes barons chevaliers,
Et sainte iglise panse de l’essaucier. »
Et il respont : « Biau sire, volantiers. »

« Beas [filz] Loys, » ce dist K. li ber,
« Coronés estes, la merci Damedé.
185Bons grés en ait G. au cor neis,
Il et ses freires Guiber li alosés.
Or te voil ge proier et commander
Que sainte iglise panses de l’onorer. »
Et respont cil : « Si com vos commandés.
190— Et de tes homes ne te chalt a blamer ;
De lor talant les lai(t) assés errer :
Par aus seras chier tenus et amés,
En toutes cors servis et honorés. »
Et il respont : « Si com vos commandés. »
195La cort despart, li consail sont finé.
Et chascuns prince repaire an son rené.
Hui mais orés comment il ont finé ;
Tos est honis qui ne seit ou torner.

« Beas filz Loys, » rois K. li a dit,
200« Ja malvais home ne laissier o païs :
Tant lou demoignes que l’aies mort ou pris,
C’a mal guepir en fai lou cors venir. »
Et il respont : « Tout a vostre plaisir, »

« Beas filz Loys, ne vos celerai mie,
205Grant mas m’est pris ancontre la poitrine ;
Ceu est la mort, n’en eschaperai mie.

Or ne lairai, baus filz, ne vos chastie :
A honor gardes ta grant chevalerie,
Si com j’ai fait de ma prumiere vie ;
210Qui me menace je nou poi amer mie,
Qui me gueroie bien sai qu’il me defie ;
Se jou pou prendre, il n’en out garentise,
Fors que de tant ou d’ardoir ou d’ocire,
Lou cuer tranchier par desos la poitrine. »

215      « Beau fils Loys, a celer ne vos quier,
Ja au povre home ne te chaut de tancier ;
Se il se claime, ne te doit esnoier, [*]
Ansin lou dois maintenir et aidier,
Por l’amor Deu, qui lassus maint o ciel ;
220Vers l’orguillox te dois foire (sic) si fiers
Comme leupart que gent voille mangier ;
Et s’il te velt de riens contralier,
Si mande en France tes barons chevaliers,
Tant que tu’n aies dec’a .xxxm.
225(La) Ou miolx se fie la lou fai(t) assigier,
Toute sa terre gaster et esillier ;
Et se to pues a tes .ii. poins baillier,
Mar en avras manade ne pitié,
Fors que de pandre, d’ardoir ou de noier ;
230Que se François te voient antrepiés,
Diroient Norment en nom de reprochier :
« De tel seignor n’avriens nos mestier.
« Mal dahait ait par mi la crois do chief
« Qui avoc lui ira mais ostoier,
235« Ne a sa cort ira por cortoier !
« Do suen meïsmes lou paierons nos bien. »
Mais an G. lou gentil chevalier,
Fil Aymeri de Nerbone lo viel,
Pros est aus armes et corageus et fier,
240Se il te velt maintenir et aidier,
En sa parole te pues tu bien fier. »
Et dist Loys : « Voir dites, par mon chief. »

Tous les degrés en aval[a] a piet,
Ains ne fina si en vint au mostier. [*]
245La a trové G. a vis fier,
Ou proie Deu, lou glorious do ciel,
Qu’i li amaint tel terre[s] et tel fiés,
Dont dolant soient Sarrasin et paien ;
Es vos l’anfent qui li chaï aus piés ;
250Voit lou li cuens, molt s’an est mervailliés ;
I li demande : « Mes damoixias, que quiers ?
— E non Deu, sire, manades et pitiés.
Mes sires dit qu’estes bons chevaliers,
Et pros as armes, et corageus et fiers :
255Si vos lairai mes terres et mes fiés,
Ses me(s) gardés, gentis frans chevaliers,
Por l’amor Deu, lou gloriox do ciel,
Tant que ge puisse errer et chevalchier :
Preu i avrés, par les iolx de mon chief. »
260Et dist li cuens : « De gré et volantiers,
Tant con porrai errer et chevalchier. »
P(r)ur ce li vait desor les sains jurer.
I li jurait, il i entendi bien ;
Et enbedoui remontent o planchier,
265En une chanbre, n’ot si belle sos ciel,
Ancortinee de brun pailles roés.
K. i gist de la mort angoissiés.
L’anperere est confès et commeniez.
Li cors s’estant devent aus o planchier,
270L’ame s’an vait, que n’i volt plus targier.
Plorent i dames, pucelles et moilliers, [*]
Et clerc et lai, sergent et chevaliers ;
Sonent ces cloches par anples ces mostiers ;
Tout de lor greit sonoient volantiers.
275Lou cors en portent, ne l’i volent laissier,
En la chapelle, ens en mi lou mostier.[*]

Quant mors fu K. a la chenue teste,
En l’en porta a Aix en la chapelle ; [*]

Teil sepulture n’avra mais rois en terre.
280Il ne gist mie, ançois i siet a certes....
Sus ses genolz, l’espee an son poin destre :
Ancor menace la pute gent averse.
Son fil Loys, qu’i laissa en grant presse,
Se cil li faillent qui a lui dussent estre,
285En petit d’ore avroit perdu(e) sa terre,
Cant lou retint et B. et Guillermes.

Quant voit G. ne la pora durer,
Fort lou demoinent li traïtor prové,
C’an nul termine no laissent sejorner,
290N’a tort, n’a droit, ne au bien, ne au mel,
I vaist l’auberc, si a l’iaume fermé,
Çainte a l’espee an senestre costé,
A son col pent .i. fort escut bouclé,
Et en ses poins .i. roi espiet quarré,
295A .iii. clos d’or lou confanon fermé,
Puis en monta .i. destier sejorné,
Lo[o]ys porte a Loon la cité.
Les plus vaillans a G. apelé :
« Seignor, por Deu, envers moi entendés :
300Por Deu vos pri cest enfent me gardés,
Que ne l’ocient li traïtor prové ;
Je panseroi de la guerre mener. »
Et il respondent : « Si con vos commendés. »
Aieres torne li vasas adurés ;
305Sor son destier est aieres armés ;
Or encommencent li fort estor chanpés,
De ponz trenchier, de barres a coper(t),
De maintes gent ocire et afoler ;
En pou de terme les out il si menés
310Plus de .lx. en fist a cort aler,
Droit a Loys, a Loon la cité(r).
As piés li vont por la mercis crier ;
Trestuit li font homage et s[e]ürté,
No falront mais por nul ami charnel.
315Loys fut riche, n’en sot G. gré. [*]


II. — TEXTE DU MANUSCRIT C [2]


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vait s’en Guill. au cort nés, li guerriers, (xxxvi)
Il apela son neveu Vivien,
Bertran le conte et le vassal Gautier :
« Seignor baron, pensés de l’esploitier :
1210A .ii. sergans faites par l’ost huchier
Qu’il n’aient cure de ceval espargnier :
Qui pert ronchi il li rendra destrier.
Au malvais plait vel estre a commenchier, [*]
Car, par l’apostle que on requiert a pié,
Tels se fait ore et orguelloz et fier
Dont la cervele li bourra a ses piés. »
Dient Romain : « Com cis hom par est fiers !
Ki li faura trop ara cuer lannier.
Diex le deffenge de mort et d’enconbrier ! »
1220De lor jornées ne vous sai anonchier :
Desi a Tors ne valrent atargier.
Defors la vile ot .i. bruelle plenier :
Illuec laissa molt de ses chevaliers.
Par molt grant sens li estuet esploitier :
En .iiii. lieus les a fait enbuissier ;
Mais ses nevels ne valt il pas laissier ;
Dusc’a la porte ne fine de brochier,
Isnelement apele(nt) le portier :
« Oevre la porte, Diex garisse ton chief.
1230Jou vieng ichi roi Loey aidier :
Demain serra coronés au moustier,
Si serra rois, car Francois l’ont jugié. »

Li portiers l’ot, le sens quide cangier,
Tenrement pleure des biax iex de son cief,
Et dist souef, que il l’entendent bien :
« (E) Loey sire, con povre recouvrier !
Jhesus vous puist et secorre et aidier !
N’en pues aler sans les menbres trenchier !
Sainte Marie, » dist li gentiex portiers,
1240« Tot sont perdu li vallant chevalier
Et li lignages Aimeri le guerrier,
Qui si soloit son bon seignor aidier. »
Dist a Guill. : « N’i i (sic) metrés les piés,
Trop i a il traïtors renoiés.
Diex les confonde qui tot a a baillier !
Je ne voel pas que plus les cherissiés.
C’est grans mervelle que terre vos soustient ;
Je volroie ore que fondist soz vos piés,[*]
Et Loeys fust a Rains a son fief :
1250De malvais pule seroit li mons vengiés. »
Ot le Guill., si a crollé le chief ;
Dist a Bertran : « Ascoutés, sire niés,
De cest affaire n’en est cis gaires liés.
Qui son corage li aroit acointié(r),
Il nos poroit avoir molt grant mestier. »

« Amis biax frere, » dist Guill. li ber, (xxxvii)
« Estroitement m’as ton mostier vaé. [*]
Se tu savoies de quel terre sui né
Et de quels gens et de quel parenté,
1260A tes essamples, con t’ai oï conter,
Le m’overroies volentiers et de gré. »
Li portiers l’ot, si est en piés levés,
Le guichet oevre tant qu’il l’a esgardé ; [*]
Dont l’en apele par grant nobilité :
« Hé ! jentiex hom, por Dieu de majesté,
Qui estes vos ? Dites moi vérités. »
Respont Guill. : « Ja en orrés parler :

Je suis Guill., li marcis au cort nés,
Fiex Aimeri de Nerbone sor mer.
1270Chi vieng secorre mon seignor naturé,
Et vieng de Romme, molt ai mon cors pené.
Ne li fauroie por les menbres couper. »
Li portiers l’ot, Dieu en a merchié :
« Sire Guill., a moi en entendés :
En ceste vile est ja .i. dus entrés,
Cil de Ruem, Ricars li viex barbés ;
S’a .i. tresor mervelloz asamblé,
Dont il a tant as chevaliers donné,
As dus, as contes, as princes, as casés,
1280Toz les plus rices a envers lui tornés,
Et tot li ont et plevi et juré
De toute France fera sa volenté.
Il vielt par force .i. sien fil coroner,
Et Loey del tot desireter.
Grant mervelle est que il n’est mors jetés,
Més il est bien el mostier enserrés :
Ne garde l’eure qu’il ait le cief coupé.
Jentiex hom, sire, petit de gent avés
Por lor efforche soffrir ne endurer. »
1290Et dist li quens : « Nos en avrons assés :
En .iiii. agais sont la defors remés
.M. chevalier garni et apresté.
Quant il m’orront mon maistre cor soner
De grant socors ne sui pas esgarés ;
Chi a .iic. ou molt me puis fier.
Sous les dras ont les haubers endosés,
Et avoec als les bons brans acherés.
Les autres armes avons faites torser.
Li escuier ont les escus bouclés. »
1300Dist li portiers : « Diex en soit aourés !
Se mes consaus en estoit demandés,
Toz li agais seroit ja desertés
Et par message coiement amenés.
Li traïtor sont chaiens enserré :
Ou les querras quant chi les as trovés ?
Toutes les portes faites molt bien fremer,
Qu’il ne se peussent partir ne desevrer.

Il est matin, encore n’est levés :
Fiex a baron, ne vos asseürés ;[*]
1310Vengier t’en pues ains que soient armé. »
Olle Guill., si a le chief crollé. [*]
Bertran et Vivien a le quens apelé :[*]
« Diex ! quel conseil on puet en lui trouver ! »
 
Quant li portiers entendi la novele (xxxviii)
Que ch’est Guill., qui proeche governe,
Fiex Aimeri a la florie teste,
Teil joie en a toz li cuers li sautele :
« Hé ! Diex, » dist il, « vrais glorious celestre,
Qui vous aidiés empiriés ne puet estre.
1320Ancui orra li dus Ric. noveles
Qui li seront dolerouses et pesmes.
En son service ne valroie mie estre.
Contre Guill. ert ja la porte ouverte,
N’i remanra ne bare ne posterne. »
Isnelement le grant porte defferme,
Et li portiers doucement l’en apele :
« E ! jentiex hom, va le venjanche querre
Des traïtors qui contre toi revelent.
— Voir, » dist li quens, « ensi doit il bien estre. »
1330Tout coiement .i. messagier apele :
« Va me la fors a Gautiers de Tudele,
Garin de Romme me dites la novele,
Qu’encontre mi sont les portes ouvertes.
Qui velt avoir gaaignier et conquerre
Si viegne tost, n’i ait noise ne feste. »
Vait s’ent li mès, qui gaires n’i areste,
Jusc’as agais ne fine ne ne cesse.
Isnelement lor conte la novele.
Quant cil l’entendent, si monterent es seles,
1340Jusc’a la porte n’i ot tenue regne.
Voi le Guill., coiement l’en apele :
« Tenés seri les destriers de Castele. »
Dusc’au marchié de noient ne s’arestent ;

Chou quident cil qui furent as fenestres
Chou fust des lor qui lor venist requerre,
Des gens Rikier a la kenue teste,
Més il orront anqui autre novele,
Qui lor seront dolerouses et pesmes.

Quant voit Guill., li marcis au vis fier, (xxxix)
1350Dedens la porte sont tot li chevalier,
Il en apele Bertran le bon guerrier :
« En vo conpaigne prendés .c. chevaliers ;
A cele porte irés o le portier.
La m’en irés, jentiex hom, por gaitier,
Que il n’en isse serjant ne chevaliers,
Ne hom el mont tant com face proier. »
Et cil respont : « Biax sire, volentiers. »
Li quens Guill. apele le portier :
« Amis biax frere, .i. conseil vous requier :
Jou ai molt gent, com ert de l’herbergier ?
1360— Sire, » dist il, « molt en sui esmaié,
Il n’i a croute, ne vaute ne celier
Qui ne soit plaine d’armes et de destriers,
Et par ces loges gisent cil chevalier.
Vostre est la force, gardés que ne targiés :
Isnelement les faites deslogier,
Et les ostex tolir et efforchier ;
Qui se deffent batus soit et froissiés.
D’autre conseil ne vous sai conseillier,
1370Car li proiers ne vauroit .i. denier.
Li homs qui vielt teil aise commenchier
Doit plus fiers estre de sangler de ramier.
Jou voi bien gens de bien faire haitiés,
Desoz les costes sont li hauberc doublier,
Desoz les capes li branc forbi d’achier :
Faites les toz de ces dras despollier,
L’autre harnas faites metre en lor ciés.
Si gart cascun qu’il ait l’elme lachié
Et dalés lui tiegne son escuier,
1380C’al grant besoing ait tost son recouvrier
Au bon escu et au trenchant espiel.
Quant vous venés por Loey aidier,

Molt fierement le doit on commenchier,
Que on en face les plus [fiers] esmaier.
— Voir, » dist Guill., « bien m’avés consellié,
Par saint Denis, et jou miex ne requier.
Ne serés més ne gaites ne huissiers. »
Il li donna .i. auferrant destrier.
Molt le vit bel et gent et ensignié,
1390Si l’adouba a loy de chevalier.
De son service a rechut son loier.

Li bers Guill. fu molt preus et hardis. (xl)
Il en apele et Gerbert et Jerin ;
Si neveu furent et de sa seror fil :
« A cele porte qui oevre vers Paris,
La m’en irés, franc chevalier jentil,
En vo conpaigne de chevaliers .vii. vins,
A cleres armes et as cevals de pris.
Gardés n’en isse nus hom de mere vis.
1400La felonie est chaiens del païs,
Si sui venus por aidier Loeys,
Sel menterrai se Dieu plaist et jou vif. »
Et cil respondent : « Tot a vostre devis. »
Vait s’en Guill. li droiturier chemin,
Par mi les rues s’en vait vers Saint Martin.
En la cité n’a porte ne postis
Ou il n’eüst de ses chevaliers vint.
Lieve la noise, es les vos estormis ;
Encor ne sevent que chou lor soit rentis.
1410Vait s’ent Guill. au cort nés, le marcis,
Dusc’al mostier, par dedens le parvis.
A pié descent del bon ceval de pris,
El mostier entre, crois fist devant son vis,
Desor le marbre, devant le crucefis,
Fait s’orison, a genoillons s’est mis,
Dieu reclama qui onques ne menti :
« Glorieus rois, qui le monde fesis,
Si com c’est voir que Adam beneïs,
Lui et se feme mesis en paradis,
1420Et qu’il en fu par son pechié partis,
Et por vo cors en convint a soffrir

Le ruiste paine au jor de venredi,
Si com c’est voirs, par la toie merchi,
Si me rendés mon seignor Loey,
Mon droit seignor que j’ai de lonc requis. »
A tant es vos .i. sage clerc ou vint ;
Bien reconnut Guill. le marcis,
Desor l’espaule li a le doit asis.
Li quens se dreche, se li mostre le vis.
1430Il li demande : « Que querés vos, amis ? »
Et dist li clers, qui molt bien fu apris :
« Sire Guill., por l’amor Dieu, mercis,
Quant venus estes por aidier Loeys.
La felonie est chaiens del païs ;
Des traïtors a chaiens .iiii. vins,
Que clers, que vesques, que moines beneïs.
Frans hom, fremés les huis de Saint Martin,
As traïtors faites les iex tolir :
Tot le pechié del mostier preing sor mi.
1440— Voir, » dist Guill., « bon conseil m’avés dit.
Bien soit del homme qui si bon clerc norri.
Le fil Karlon, qui je ma foi plevi,
Ou le trouvrai ? car forment le desir. »
Et dist li clers : « Ne vous en quier mentir,
Jou l’amenrai, se Dieu plaist et jou vif. »
Va en la croute ou il estoit fuïs ;
La le gardoit .i. abes beneïs :
Ne gardent l’eure c’andoi fussent ocis.
Es vos le clerc, par le puing l’a saisi :
1450« Damoisiaus sire, plus iés doutés d’amis
Que ne quidoies ier main a l’esclarcir.
Chi te sekeurt Guill. li marcis,
Cil de Nerbone, qui fu fiex Aimeri.
Il vient de Romme, tous lassez et debris,
A grans jornees por ton cors garandir,
A .xiic. de chevaliers jentis,
A cleres armes et as chevals de pris.
Les pues trouver devant le crucefis,
Si n’i a bare, ne porte, ne postis,
1460Ne grant destroit que il n’ait fait saisir.
Or soiés preus, baus et seürs et fis.

Mar douterés nul homme qui soit vis ;
Garant aras contre tes anemis. »
Loeys l’ot, molt joians en devint.
Li clers s’en torne et li abes jentis ;
L’enfant en mainent tous les degrés marbrins,
Desi au conte ne prisent onques fin.
Li jentiex abes l’en a a raison mis :[*]
« Entendés moi, fiex a roi de bon lin :
1470Vois la le conte qui sa foi te plevi ;
Ne te fauroit por homme qui soit vis. »

Li jentiex abes a l’enfant araisnié :(xli)
« Fiex a baron, va li caoir al pié
Tant que il t’ait plevi et fianchié
Qu’il t’aidera, nel laira por mescief. »
Au pié li va por la merchi proier
Et l’esporon li a estroit baisié.
Li quens Guill. l’en prent a araisnier :
« Lieve toi sus ; ne te connois de rien,
1480Més neporquant ne m’as tant corechié,
Puis c’as tant fait qu’es venus a mon pié,
Que ne te soit pardoné volentiers. »
Et dist li abes, qui fu ses amparliers :[*]
« En non Dieu, sire, tot autre cose quiert :
C’est Loeys, fiex Karlon au vis fier,
Qui vous requiert et manaide et pitié.
Por voir est mors se vos ne li aidiés. »
O le Guill., le sens quide cangier ;
Desor le marbre se r’est ajenoilliés,
1490Par mi les flans a l’enfant enbrachié
Par grant amor, se l’a .iii. fois baisié :
« Damoisiaus sire, cil m’a molt engignié
Qui te rova chi venir a mon pié.
N’est hom, s’a tort t’a fait del tien irié,
Nel te desraisne tant que sera jugié. »
Il en apele les jentiex chevaliers :
« .I. jugement voel que vous me faciés :

Puis que l’omme est coronés au mostier,
Doit il puis faire traïson por loier ?
1500— Nenil, biau sire, » respondent li guerrier.
— « Et s’il le fait, quels en est li loiers ?
— Pendus doit estre comme leres fosiers. »
Et dist li quens : « Et jou miels ne vous quier.
Par saint Denis, bien m’avrés consillié ;
Més l’ordre Dieu ne voel mie abaissier,
Et neporquant le comparront il chier. »

En piés s’estut li quens au fier corage.(xlii)
Le jugement a oï del barnage :
El cancel entre, que de rien ne se targe ;
1510Illuec trouva les vesques et les abes
Qui otroierent le duel et le damage
Del fil Ric. de Ruem a la barbe.
A els s’en va Guill. Fierebrache,
Toutes les croces fors des puins lor esrace ;
A Loey son droit seignor les baille.
Voi le li enfes, liés fu en son corage.
Li quens Guill. par mi les flans l’enbrache,
Tout en plorant li baisa le visage.
Li quens s’en torne, voiant tot le barnage.
1520(Tot en plorant li baisa le visage.)
Il fera ja as clers molt grant hontage :
Drois est qu’il ait cil qui le mal porcace
Ordenés sont, si nes vielt toucier d’armes,
Més as bastons les fait deronpre et batre.
N’i a celui tant soit de haut parage,
Ou arcevesques ou vesques ou dans abes,
Ne soit sanglens el col ou el visage.
Fors del mostier les trebucent et cachent ;
Saint Piere jure, que on requiert en l’arce,
1530S’il nel laissoit por Dieu l’esperitable,
Ja les corones ne lor feroient carge.

Li quens Guill. fu molt chevalerous(xliii)
Et preus et sages et plains de grant honor :
A Loey son seignor vint le jour,
Il l’en apele, dit li a par amors :

« Loey sire, de qui vous plaigniés vous ?
— En non Dieu, sire, del fil Ric. le rous, [*]
Qui tant par est et fiers et orguellous.
Et de son pere me plaing je desor tous ;
1540Por son avoir me fait si angoissous
Hui m’eüst mort se Diex ne fust et vous. »
Ot le Guill., si froncha le grenon.
Il apela Aliaume son nevou :
« Alés me tost al Normant orguellous,
Mais n’i parlés ne de pais ne d’amor,
Més dites li qu’il viegne a nostre court,
Por faire droit Loey son seignor,
Isnelement, car de lui se plaint molt.
Et s’il demande quel effort nos avons,
1550Et vos li dites .xl. conpaignons. »
Et dit Aliaumes : « Irai jou dont tous sous ?
— O vos, biaus niés, en vo main .i. baston. »
Cil ne respont nule riens se bien non :
« Niés, » dist Guill., « entendés ma raison :
Trés bien le dites, oiant tous les barons,
Ains qu’il soit vespres estera si hontous
N’i volroit estre por tot l’or saint Simon. »
Et dist Aliaumes : « A Dieu beneïchon.
Bien li dirai, qui qu’en poist ne qui non,
1560Ja n’i larai [un] point de la raison. »
Il est montés sor .i. mul aragon ;
Par mi l’estree s’en va a esporon.
Vint a l’ostel au Normant orguellous ;
Levés estoit, molt ot de compaignons ;
Vestus estoit a loy d’empereor,
Car coronés devoit estre cel jor.
En poi de terme cangera sa raison.
Encor ne seit noveles del baron
Par qui il ot le jor si grant dolor.
1570Il le tua, qu’il n’ot confession.
Es vous Aliaume qui descent au perron,
Il est montés les degrés contre mont,
Voit le Normant qui tant est orguellous,

Il n’i parole ne de pais ne d’amor :
« Sire, » dist il, « entendés ma raison :
Ne vous salu, deffendu le m’a on.
Seis que te mande Guill. li frans hom,
C’est Fierebrace, qui cuer a de baron ?
Vien faire droit Loeys ton seignor, [*]
1580Isnelement, car de toi se plaint molt. »
Li Normans l’ot, a poi d’ire ne font.
Il le regarde, si li dist par irour :[*]
« Seis tu conbien il a de conpaignons ?
— En non Dieu, sire, .xxx. chevalier sont.
— Amis biax frere, » li Normans li respont,
« Di moi ton oncle, le nobile baron,
Que il otroit chou que li autre font. (bis)
.IIII. sommiers li donrai a bandon,
Cargiés de pailes et de molt chiglaton ;
1590Une chité esgart tot a son bon,
Si li donrai, s’il otroie le don
De le corone, si que nos le querons ;
Encor n’a il ne terre ne honor,
Je l’en donrai a sa devision.
Ja Loeys ne valra .i. bouton,
Bien seroit France perdue a cel garchon.
— Voir, » dist Aliaumes, « chi a fole raison,
Il nel feroit por tot l’or de Valon.
Encor vos mande Guill. li frans hom
1600Plus cruel cose que chi nommé n’avon :
Se vous cest plait refusés a estrous,
Encor anqui en serés vous hontous,
N’i vauriés estre por Rains ne por Soisons. »
Li Normans l’ot, a poi d’ire ne font.
Grant honte en ot por cels qui oï l’ont ;
Dist au message : « Je te tieng por bricon ;
Toi ne ton oncle ne pris jou .i. bouton ;
Puis que n’i puis trover pais ne amor
Bien le deffi, ce sache il de par vous ;
1610Tost i perdra le cief sor le menton. »
Et dist Aliaumes : « Entendu vous avon ;

Tot autre teil vous redi de par nos. »

Li Normans fu et orguellous et fiers ;(xliv)
Bien le regarde et al chief et as piés,
Et bien conut que il ert escuiers :
« Di va, vallet, tu m’as molt manechié ;
Ne fust por chou que tu es messagiers,
Jou te feïsse toz les menbre trenchier.
De cel tien oncle ne donroie .i. denier.
1620Quant par amors ne m’i puis apoier,
S’il vielt bataille, je sui aparelliés.
Encor ai jou tex .xxx. chevaliers
N’i a celi ne tiegne de moi fief,
Que dus, que contes .xxv., par mon chief,
Qui trestot m’ont juré et fianchiét
Ne me fauront por les menbres trenchier. »
Et dist Aliaumes : « Chou m’estuet renonchier. »
A perron est au mulet repairiés,
Isnelement i monta par l’estrier.
1630Li Normans fait sa gent aparellier,
Et li messages s’en reva eslaissiés.
Encontre va Guill. li guerriers :
« Biax nies Aliaumes, com avés esploitié ?
— En non Dieu, sire, n’i a point d’amistié.
Assés vous offre et argent et or mier,
Et se li dis ja nel rouvriés baillier,
Et se li dis nonbre des chevaliers,
Lues maintenant i fustes manechiés.
Ne Loey a son seignor ne tient,
1640Ne le coronne ne velt il pas laissier.
Par vive force le vaura avanchier,
Car li baron li ont tot otroiét. »
Ot le Guill., le sens quide cangier ;
Par mautalent monta sor son destrier,
A vois escrie : « Que faites, chevalier ?
Vous devés bien vo droit seignor aidier. »
Il fait soner .i. graille menuier.
Qui dont veïst la gent Guill. aidier !
As osteus prendre fu mains nus brans saciés :
1650Qui se deffent tost est a mort jugiés ;

Ne met escange fort de teste trenchier.
Quant cil dedens ont oï le buscier,
Li escuier, li armé chevalier
En fuies tornent par mons et par braiers,
Nes puet garir ne vaute ne celiers ;
Et les borgois ont il pris et loiés.
Li traïtor, qui orent commenchié
Le malvais plait por le Normant aidier,
En fuies tornent par effors de destriers ;
1660Par mi la porte s’en quident repairier,
Més a cascune truevent felon portier.
Tel treüage lor i couvint laissier,
Onques n’i orent a preudomme mestier.
Li quens Guill. s’en retorna arrier,
En le maison au franc borgois Hungier ;
Le Normant truevent ou n’ot que corechier.
Molt de ses gens l’avoient ja laissié
Por le baron Guill. le guerrier,
Més tant se fist et orguellous et fiers
1670Qu’il ne daigna onques merchi proier.
Voi le Guill., le sens quide cangier.
Por chou que (il) est seus et peu i a des siens,
Par vertu sone .i. graille menuier.
Qui dont veïst ces agais desbuissier,
Que li quens ot as portes envoiés !
Més bien les font garder et veroillier,
Et a cascune laissent .c. chevaliers.
Et li Normans monte entr’els el destrier.
A tant es vous Bertran poignant premier,
1680Et Guielin, et son frere le fier,
Et lor cousins, li hardis Viviiens ;
En lor effort orent .m. chevaliers.
La veïssiés .i. estor commenchier.
Sor les Normans est tornés li mesciés.
Quant il chou virent ne se porent aidier,
Ne lor effors ne lor aroit mestier,
Trestot lor bra[n]s jeterent a lor piés ;
A jointes mains vont la merchi proier.
Li quens les fait retenir et loier,
1690Et plus de .v. en furent prisonier ;

Et li Normans s’en fuit le col baissié ;
Li quens Guill. le suit au dos derier ;
A sa vois clere li commenche a hucier :
« Sire Asselin, li fiex Ric. le viel,
Estés .i. poi, je voel a vous plaidier.
Car vous venés coroner au mostier ! »

Li quens Guill. a le fiere persone (xlv)
Par les grenons le saisist, sel retorne :
« Fiex a putain, li cors Dieu te confonde !
1700Por coi pensas teil duel et si grant honte ?
Ton droit signor por coi volsis confondre ?
Rich. tes peres ne porta ainc corone. »
Bertran apele, qui tint l’espee longhe :
« Biaus niés, » dist il, « conseil vous requeromes
De cest glouton, se nos le destruisommes. »
Et dist Bertrans : « Que pensés vous, sire oncles ?
Son gueredon li rendés a .c. doubles
De chou qu’il volt son droit seignor confondre. [*]
Or li fermés el cief cele corone
1710Dont la cervele desrouge jusc’a l’ongle. »
Il pase avant, vers Asselin se torne,
Ja le veïst se le ferist .c. hommes (sic)
Ens en son chief de s’espee le longhe,
Quant li escrie quens Guill. ses oncles :
« Ne place Dieu, qui forma tot le monde,
Que il ja muire par arme de preudomme !
Jou l’ocirai a molt plus grant vergoigne,
Si que li oir en aront après honte. »

Li quens Guill. fu orguelloz et fier, (xlvi)
1720D’arme qu’il porte ne li daigna touchier ;
En .i. soif vit .i. pel enfichier,
Il passe avant, si l’en a esrachié ;
Fiert le Normant par mi le crois du cief,
Sanc et cervele en abat a ses piés ;
Mort le trebuce. Diex li doinst enconbrier !
Issi doit on traïtor essillier,

Qui son seignor vielt traïr et boissier
Il s’en retorne arriere, li guerrier,
Voit Loey, sel corut enbrachier.
1730Dont li demande li quens par amistié :
« Loeys sire, gardés ne me noiés,
Et car me dites de qui vous vous plaigniés :
Le fil Ric. ai mis corone el cief,
Més il n’ira en cest an ostoier,
Por homme en terre qui l’en sache proier. »
Dist Loeys : « Grans mercis en aiés.
Del traïtor m’avés molt bien vengié,
Més de Rich., le kenu et le viel,
Hé ! Diex, quel joie se il ert essilliés ! »
1740O le Guill., le sens quide cangier ;
Il le demande, on li a ensignié :
En une crote ert fuïs el mostier.
Li quens i va après toz eslaissiés ;
Au dos le sieuvent .l. chevalier ;
As flans ont chaint les brans forbis d’achier.
Rich. trouva sor .i. marbre couchié
De son juïse qui doit estre aprochié.
Li quens Guill. nel daigna ains touchier
D’arme qu’il porte, de lance ne d’espiel ;
1750Lieve le puing, ens el col li asiet,
Que tot pasmé le laissa a ses piés ;
Forces demande, si li tondra le chief.
A .i. coutel a coupé les chevex.
Toz cois estoit sor le marbre entailliés.
Si doit on bien traïtor essillier,
Qui son seignor vielt traïr et boissier.
Tant ont li conte a Guill. proié
Qu’il nel vielt mie ocire et detrenchier ; [*]
Ains fu Rich. a Guill. apaisiés.
1760Le mort son fil clama quite premiers,
Si s’entrebaisent, voiant maint chevalier,
Mais cele pais ne valut .ii. deniers,
Car puis le valt ochire et detrenchier.
Mais Diex nel valt soffrir ne otroier.

Il en apele le bon abé Gautier :
« Je m’en irai el regne de Poitiers,
Por aquiter, mon signor droiturier
Ses grans contrees as glotons losengiers,
Qui li voloient tolir et enforchier ;
1770Mon droit seignor vous valdroie laissier :
Le nuit le faites a candoile gaitier,
Que il ne soit enherbés ne touchiés ;
Et quant c’est cose qu’il va esbanoier,
En sa conpaigne en maint .c. chevaliers,
Car, par l’apostle c’on a Romme requiert,
Se jou ooie novele(s) au repairier
Que Loeys i eüst enconbrier,
Toute vostre ordene ne vous aroit mestier
Ne vous fesisse toz les menbres trenchier. »
1780Et dist li abes : « En pardom en plaidiés.
Miels ert gardés que li sains el mostier. »[*]
A tant s’en part, si demande congiét.
O lui amaine dusc’a .m. chevaliers,
Et ses neveus que il aime et tient chier.
De ses jornees ne vous sai anonchier :
Ainc ne finerent, si vinrent a Poitiers.
Puis i esturent .iiii. jors tous entiers.

Li quens Guill., li marcis au cort nés, (xlvii-xlix)
Puis que il fu dedens Poitiers entrés,
1790Ainc ne li lut el regne a sejorner ;
Des traïtors i trueve a grant plenté.
Desor Bordiaus a .i. jour denommé :
Rois Marimondes i fu enprisonés ;
Puis se fist il baptisier et lever.
Quant li quens a icel camp acuité,
A Piereplate s’en est au gieu alés ;
Guires d’Auborc i fu enprisonés,
Qui de Marcois estoit sires clamés :
Li quens le prist, qui molt fist a loer,
1800En prison l’ot tant com li vint a gré,
Tant com li ot bons ostages livré,

Ch’a Loeys feroit sa volenté,
De lui tenroit toutes ses yretés.
Por chou fu il a Guill. acordés.

Tant fu Guill. en icele contree(l)
Qu’il [l’]ot par forche Loeys acuitee.
Devers Gironde a sa voie atornee ;
Li baronnie est avoec lui alee,
Puis prist sa terre, mais forment fu gastee.
1810Saint Gille assalent a .i. matinee ;
Le porte assalent, n’ot gaires de duree.
Li frans Guill. a la chiere menbree
Fist .i. cose qui Damedieu agree :
L’eglise garde qu’ele ne fust gastee,
Ainc n’i perdirent .i. pume paree.
Juliien prisent, qui gardoit la contree.
Si faitement ont le pais creantee
Par celi est li grans guerre afinee.
Vait s’en li quens o sa gent honoree ;
1820Jusqu’en Hainau n’i ot resne tiree,
Tant que il l’ot molt bien tote aquitee,
Et Juliens a ostages livree (sic).
Li quens Guill. a sa gent apelee :
« Or as harnas, france gent honoree,
Si gart cascuns que sa male ait torsee :
Nous en irons en Franche la loee,
Puis que j’arai ceste terre acuitee. »
Ceste parole as plusors gens agree.

Li quens Guill. o le corage fier, (li)
1830Dels qu’il estoit el regne de Poitiers,
Ne fu nul jor ne montast sor destrier,
Ne qu’il n’eüst vestu l’auberc doublier.
Es fortereches laissa .m. chevaliers ;
Part de la terre, si demande congié.
Il s’en repaire par le mont Saint Richier.
Li jentiex hom vait orer au mostier ;
.ii. jors sejorne, puis s’en parti au tierch.
Par Constentin s’est li quens repairiés.
En Normendie s’est avant adrechiés.

1840De ses jornees ne vous sai anonchier.
En sa conpaigne avoit .c. chevaliers,
As cleres armes et as courans destriers ;
Les autres ont en garnison laissié.
Dusc’a Ruem ne se volrent targier.
Au mestre borc s’est la nuit herbergiés,
Més d’une cose fait li quens que legiers,
Que par les terres au duc Rich. le viel
Osa ainc puis aler ne chevalchier
Son fil ot mort d’un grant pel aguisié ;
1850La s’en afie Guill. li guerriers
Que il estoit acordés et paisiés,
Si se baisierent, voiant .c. chevaliers ;
Mais cele acorde ne valut .ii. deniers,
Se Diex n’en pense, qui tot a a jugier :
En teil lieu s’est li frans hom herbergiés
Ou on le heit de la teste a trenchier.
Ains le quart jor aconpli et entier
N’i volroit estre por l’or de Monpellier,
Com vous orrés ains le soleil couchier.
1860Li viex Ric. fu dolans et iriés ;
Il en apele son maistre conseillier :
« Baron, » dist il, « bien me puis esragier [*]
Quant par ma terre voi celui chevalchier
Qui m’a tolu le millor justichier
Qui onques fust en terre ne soz ciel ;
Més, par l’apostle que requierent paumier,
Jou nel lairoie por les menbres trenchier,
Que ne l’en rende molt dolerous loier. »
Dient si home : « Tort dites et pechié :[*]
1870Ja fustes vos acordés et paisiés ;
De traïson esteriés ensigniés.
En ceste vile n’ert il de vous touchiés,
Car li borgois li volroient aidier,
Que tot li ont plevi et fianchié.
— Voir, » dist Rich., « tant sui je plus iriés.
Més, par l’apostle c’on a Romme requiert,
Jou nel lairoie por les menbres trenchier

Que nel porsuie armés sor mon destrier ;
Se jou par force ne le puis justichier,
1880Jel manderai anchois par amistié
C’avoec li vuol en France cevauchier ;
Se de ses hommes le puis defors sachier,
Cascun ara .i. bon coutel d’achier :
Miex voel morir que ne soit essilliés. »
Dont l’en afient teil .xv. chevalier,
Se cil n’en pense qui tot a a jugier,
Par traïson ert li quens depechiés.
A .i. matin, que jors fu esclairiés,
Monta li quens, qui ne se sot gaitier,
1890Jusc’a midi a li quens chevalchié ;
En une lande est descendus a pié,
Il est si homme, li jentil chevalier ;
Li païsant li portent a mangier.
Quant ont disné li noble chevalier,
Au quart s’en dorment, car il sont travillié.
Li bers Guill. ne s’i volt atargier :
Trestous armé, le bon elme lacié,
Sor Arondel son ceval le proisié,
A son col pent .i. escu de quartier,
1900Entre ses puins son fort trenchant espiel ;
O li en maine ne mais .ii. chevaliers,
Cascuns fu d’armes molt bien aparelliés.
De sa gent part por lui esbanoier,
Descent d’un tertre contre val .i. gravier,
A une rive est venus eslaissiés ;
Il i cuida venir esbanoier :
Por la riviere qui molt fist a proisier
S’en va li quens deporter el gravier,
Més d’autre cose li couvenra plaidier :
1910A tant es vos le duc Rich. le viel,
En sa conpaigne sont .xv. chevalier.
Bien sont armés sor les courans destriers.
Li dus Rich. l’aperchut tous premiers,
Dist a ses hommes : « Se vous m’avés riens chier,
Dont vous penés de ma honte vengier.
De raenchon n’i ert onques plaidié.
Vés la Guill. au cort nés le guerrier,

Qui me toli chou que (j)avoie tant chier,
Més, par l’apostle c’on a Romme requiert,
1920S’il vous escape ne vous arai més chier :
Mon fil m’a mort, bien le doi empirier. »
Et cil respondent : « Ja n’en estuet plaidier. »
Les chevals brochent, cascuns a enbrachié
Le fort escu et brandi son espiel ;
Les gonphanons ont avant desploiés.
Guill. ot la noise des destriers,
As garnimens conut Rich. le viel.
Voi le li quens, molt en fu esmaiés.

Li quens Guill. chevalce leis .i. mont, (lii)
1930Leis la riviere, qui bele est contre mont ;
La encontra le duc Rich. le rous,
Ensamble o lui ot .xv. conpaignons ;
Bien fu armés cascun de ses adous.
Voille Guill., s’en ot molt grant paor ; [*]
Il en apele ses chevaliers barons :
« Seignor, » dist il, « por Dieu quel le ferons ?
Chi voi venir le duc Rich. le rous,
Il est .xv.simes, que conter les puet on ;
Nous sommes .iii., molt forment les doton,
1940Car il me heit de molt grand raenchon :
Son fil ocis, que molt bien le seit on ;
Més neporquant acordé nous en son.
G’irai avant, au passage del pont,
Vous remanrés desor cest riu qui cort,
Et s’il me dist nule riens se bien non,
Dont n’i voi je se del bien faire non,
Car li fuïrs n’i vauroit .i. bouton. »
Et cil respondent : « Vous parlés de folor.
Alés i tost, brochant a esporons,
1950Sel salués par bien et par raison :[*]
S’il vous deffent de rien vostre raison,
Ne vous faurons por tout l’or de cest mont. »

Li quens Guill. vint au pont toz premiers, (liii)

U voit le duc, sel prist a araisnier :
« Dus, » dit li quens, « Diex te gart d’enconbrier !
Me convient il de nule rien gaitier ?
Li pais fu faite a Tors ens el mostier :
La nous baisames, voiant maint chevalier. [*]
— Voir, » dist li dus, « bien savés pre[e]chier ;
1960Tu me tolis le mellor iretier
Qui onques fust por terre justichier ;
Més, par l’apostle que requierent palmier,
Ains que departes seras molt courechiés : [*]
Ne Dieus ne hom ne t’en porroit garder
Que ne te fache cele teste trenchier
Et tous les menbres de ton cors esragier.
— Gloz, » dist Guill., « Diex te doinst enconbrier !
Jou ne te pris nes c’un chien esragié. »
Alion broce des esporons d’or mier
1970Et fiert Rich. en l’escu de quartier :
Desoz la boucle li a frait et perchié,
Le blanc hauberc desrout et desmallié ;
El flanc senestre li a colé l’espiel,
Que d’ambes pars li fait le sanc raier.
Li bons chevals s’est du fais descargiés.
Li esporon tornerent vers le chiel,
L’agus de l’elme est en terre fichiés
Par si grant [force] .ii. des las li ronpié.
Sor li s’areste et tint le branc d’achier :
1980Mien ensiant, ja en presist le cief :
E vous les .xv., qui Diex doinst enconbrier,
Seure corurent Guill. le guerrier.
Qui donc veïst sor toz le conte aidier,
As brans d’achier les rens aclaroier,
De gentil homme li presist grant pitiés.
Tot maintenant abat cascun le sien.
Tant lor aida li peres droituriers
Que .x. en ont ocis et detrenchiés ;
Li .v. s’en fuient et navré et plaié.
1990Li quens Guill. les suit au dos derier,
Si lor a dit .i. vilain reprovier :

« Tot i morrés, traïtor losengier. »

Li .v. s’en fuient courant par mi un tertre.(liv)
Li quens Guill. les encauce et enpresse ;
A vois escrie une ramprosne laide :
« Seignor baron, por Dieu le roi celestre,
Comment sera li grant honte sofferte ?
Vo droit seignor en menrons nous en destre ?
Diex ! quel bernage se rescous peüst estre ! »
2000Et cil respondent : « Merchi, por Dieu, Guill. !
Frans chevaliers, que rois deüssiez estre,
U amirans d’une grant rice terre.
Sor nos arçons nos gisent nos bouele,
Li plus haligres n’a soing d’aler en destre. »
O le Guill., si a torné sa resne.

Quant voit Guill. qu’il ont merchi proié, (lv)
N’en touchast .i. por l’or de Monpellier.
Isnelement est retornés arrier.
Le duc Rich. i ont pris et loié.
2010Tout en travers, comme cofre a sommier,
L’en ont mené sor .i. courant destrier.
Desi a l’ost ne se volrent targier.
Quant il i vindrent, si furent esvellié :
« Oncles Guill., » ce dist Bertrans ses niés,
« De vostre branc voi sanglenté l’achier,
Et vos escus n’est mie toz entiers. »
Respont Guill. : « Merchi, por Dieu, biaus niés !
Jou vous vi molt pené et travellié,
Si vous laissai dormir et soumellier,
2020O moi n’och jou ne més .ii. chevaliers.
Jou encontrai le duc Ric. le viel,
Qui toute jor m’avoit fait espiier ;
O lui .xv.sime de hardis chevaliers.
La mort son fil me fist en reprovier
Et si me volt toz les menbres trenchier.
Tant nous aida li peres droituriers
.x. en avons ocis et detrenchiés,
Et .v. s’en fuient et navré et plaié.
Veés ent chi et armes et destriers.

2030Le duc Ric. en amenons loié,
S’en amenons .xv. de lor destriers.

Gautiers de Termes a fierement parlé :(lvi)
« Sire Guill., molt grant tort en avés ;
Estes vous dont anuios et lassés,
Et de conquerre travilliés et penés ?
Le samblant faites n’i poés plus aler. »
Adont s’en tornent le grant cemin feré ;
Dusc’ a Orliens n’i volrent demorer.
La a Guill. roi Loey trové.
2040Comme prison li a Ric. livré,
Et il l’a fait en sa prison jeter.
Puis i fu tant, si com j’oï conter,
Que il fu mors de duel et de lasté.
Or se cuida Guill. reposer,
Vivre de bos et en riviere aler ;
Més chou n’ert més tant com il puist durer.
Oï ai dire, et si est verités,
Après grant bien revient de mals asés :
« Sire, » dist il, « molt vos estes penés :
2050.i. riche pan de ma terre esgardés,
Si le prendés tot a vo volenté,
Ou le païs Ric. le viel barbé ;
Ja n’a il oir qui le voelle tenser. »
Et dist Guill. : « En pardon en parlés :
Puis c’a bataille l’ai conquis et matés,
Ja ne sera par moi desiretés. »
Or se quida Guill. reposer,
Vivre de bos et en riviere aler ;
Mais maint preudomme convient molt endurer
2060Es .ii. messages poignans tous abrievés ;
De Romme vienent, durement sont lassé,
Et ont Guill. et le roi salué.
Cil diront ja unes noveles tés
Dont maint preudons fu durement penés.
L’uns des mesages fu molt bien enparlés ;
En haut parole quant il fu escoutés :
« Sire Guill., jentiex quens honerés,
Bien nos avés le païs acuité :

Toute Rommaigne et Romme la chité
2070Est delivree del pooir as Esclers,
Més durement est li païs troblés :
Mors est Galafres, li gentiex au vis cler,
Que vous fesistes baptisier et lever,
Et l’apostoles est a sa fin alés.
Mors est Galafres (sic) d’Espolise li bers ;
Briés et seaus vous avons aportés ;
Toz li païs en sera delivrés :
Rois poés estre, se faire le volés.....
Assés le cuerent et demaine et casé,
2080Més tot en vont de lui bien refusé :
Autrui que vous ne valt s’amor doner.
Por autre essoigne sommes meü assés,
Car cil de Romme se voelent reveler ;
.i. autre roi voelent il coroner.
Il a non Guis et d’Alemaigne est nés.
Emperere(s) ert par sa force clamés,
Et cil de Romme l’ont dit et creanté,
Et Loeys est del tout oubliés.
Par force vielt saisir ses iretés,
2090Et la pucele, qui molt a de biautés,
Vielt il par force en fin desireter.
Toz li païs est a dolor troublés,
A duel destruis, se vous nel secourés. »
O le Guill., a poi n’est forsenés ;
Vint a Bertran, dit li a et conté :
« Biax sire, niés, quel conseil me donrés ?
— Oncles, » dist il, « quel conseil demandés ?
Ja, se Dieu plaist, par vo cors n’ert pensés,
Ne vo lignage ne sera reprové ;
2100Tant com puissiés vos garnimens porter,
N’ert Loeys nos rois desiretés.
— Niés, » dist Guill., « de vostre grant bonté !
Malvais conseil n’i porroit on trouver.
Or s’aparellent li legier baceler,
Qui bien porront les paines endurer.
Ainc nos lignages n’ot pais en son aé,
En nos mainsnie n’avons point sejorné.[*]

Et encor est niens del demorer. »
Quant Loey oï le mès parler,
2110Que il pert Romme et le grand ireté,
Molt tenrement commencha a plorer.
Voit le Guill., si a pris a parler :
« Sire, » dist il, « molt estes effreés,
Més, par l’apostle que on doit aourer,
En vo service m’estuet ains devier
Que ne vous renge toutes vos iretés.
Faites vos chartres et vos briés seeler,
Et vos serjans et vos corlieus aler ;
Les chevaliers faites par tot mander,
2120Toz cheus qui puent lor garnimens porter,
Et les serjans, que bien font a loer,
Qui ceval puent et garnimens porter.
Si grans tresors li soit abandonés
Ne sera povres en trestot son aé.
Més la pietaille n’i caut il amener :
Longe est la voie, trop seroient lassé.
Encor avons le tresor amassé
Que jou conquis Romme la chité ;
Et en portant (sic) en pris a grant plenté.
2130Tant ai argent et fin or esmeré
Que bien en puis .xxx. sommier torser :
Onques frans hom ne m’en tiegne a aver,
Car contre vous n’ert il ja enseré,
Ains en donrai as povres bacelers. »
Dist Loeys : « Diex vos en sache gré ! »
Ne sai que doie en l’estoire conter :
Onques Guill. ne Loeys li bers
Ne laissa terre de la lor poesté
De coi il n’aient les barons asamblé ;
2140Et il i vien[en]t volentiers et de gré,
Quant il oïrent des rices dons parler.
Quant sont ensamble ses a on aesmés
A .cm. homes, si com l’oï conter.
Passent les terres a molt grant salveté ;
Que il n’i ont ne tolu ne emblé
Nule viande que frans hom doit user.
Par cel païs orent si grant plenté,
Li païsant ont assés conquesté.

Par tote l’ost en furent asamblé.
2150Ne sai que doie lor jornees conter :
Mongieu trespassent, qui molt les a penés ;
Quant furent outre, .iii. jors ont sejorné,
Adont s’esmurent, a Romme en sont alé.
Quant il i vinrent ne porent ens entrer,
Car l’Alemans les avoit destorbés.
Cil par dedens se sont asseüré,
Car bien i furent .m. chevalier armé.
Guis les apele, ses a araisonés :
« Vous m’avés tout et plevi et juré
2160Ne me faurés por homme qui soit nés :
Cis rois de France est molt desmesurés,
Chi vient a ost por ma terre gaster.
Dus d’Osteüse, vous i couvient aler,
A tot l’effort que vous ichi veés ;
Et jou ferai molt bien ma gent armer,
Si remanrai en la bone chité.
Anchois qu’il aient par estendi lor trés
Vuel jou qu’il soient bien par vous revidé.
S’il vous encauchent par lor grant poesté,
2170Jou serai près, ja mar en douterés. »
Et dist li dus : « Si com vous commandés. »

Par dedens l’ost s’arment li chevalier.(lvii)
Francois se logent, li nobile guerrier ;
De ceus de Romme ne se sorent gaitier.
Molt fait souef et une plueve chiet.
Roumain s’en issent armé sor lor destrier.
Guill. ert ens en .i. val arrier,
En sa compaigne .iiiic. chevaliers,
Por l’ost garder qu’il ot a justichier.
2180Anchois qu’il puist mais au roi repairier
Avera il de son secors mestier,
Car cil de Romme pensent de l’esploitier,
Et cil de l’ost ne se porent gaitier,
Ne mot ne sorent, si sont a els plonchiet.
Une bruïne lor vint devers le ciel,
Que il nes porent veïr n’escargaitier,
Espees traites, ens escus enbuissiés ;

Desarmé furent, molt i ot grant mescief.
Le jor i furent maint baron detrenchiét,
2190Le mestre treif ont a val trebuchiét,
Les cordes trenchent as brans forbis d’achier,
Et Loeys s’en va fuiant a pié.
A la quisine sont venu li furier ;
Illuec ocissent le maistre boutellier ;
De la cuisine en portent le mangier,
Et Loeys s’en fuit tous eslaissiés,
Qui paor ot de la teste trenchier.
Francois sonerent .i. grant cor menuier :
L’ost s’estormist et devant et derrier,
2200Et Loeys commencha a hucier :
« Sire Guill., e Bertrans, c’or m’aidiés. »
O le Bertrans, si l’en prist grant pitiés.
Encore estoient ens el val tot couchié...
« En cele ost oi a molt grant cris hucier
Et reclamer Guill. le guerrier. »
Et dist li quens : « Ja m’aront sans dangier. »
L’ost trespasserent a .i. castelet viés,
Et cels de Romme enclosent par derier :
La veïssiés .i. estor commenchier,
2210Tant hanste fraindre et tant escu perchier,
Et tant hauberc desronpre et desmaillier,
Et tant baron a terre trebuchier !
Trop i peüst Guill. atargier,
Car Loeys ert ja si justiciés
Qu’il n’i avoit fors del prendre et loier.
Quant cil de Romme se virent enginier,
Cascuns se paine de sa vie alongier.
Le grant eschet lor i convint laissier :
Ainc n’en menerent valissant .i. denier.
2220Et cil de l’ost pensent del raloier ;
Et cil de Romme sont tot a mort jugié.
Des .m. qui vinrent a l’ost por gaaignier
Onques a Romme n’en retorna .i. piés.
Fuiss’ent li sires ques ot a justichier :[*]
Tant com chevals puet corre et esploitier

S’en vait fuiant lés .i. mont col baissié ;
A le grant porte quide avoir recovrier.
Li quens Guill. nel volt mie laissier,
Arondel broche, son auferrant destrier,
2230Qui plus tost court que ne vole espervier :
En .i. vaucel les a aconsuis (sic).
Li bers Guill. par grant aïr le fiert,
Par grant aïr, sor son hauberc doublier,
Ens el costé li fist le fer baignier :
Tot l’embroncha sor le col du destrier.
L’espee ot chainte, s’en volt prendre le cief,
Quant il li crie et manaide [et] pitié...
« Mais vif me pren, si m’en remain arrier
A Loeys ton seignor droiturier :
2240Jou te donrai .i. grant mont de deniers,
Dont tu porras louer tes soudoiers.
Guis d’Alemaigne, trop estes atargiés,
Vostre secors ne nous ara mestier. [*]
Le vostre orguel avons conparé chier. »
Guill. rent le branc forbi d’achier.
De si a l’ost est retornés arier.
Le duc en mainent ou n’ot que courechier ;
A Loeys en rendent prisonier.
Par defors Romme ot .i. gaste mostier :
2250Les mors i portent, n’en orent nul gaitier ;
Messe i canta li bons abes Reniers.
Au matinet, quant il fu esclariés,
Par dedens Romme fist faire .i. grant carnier :
Les mor[s] i getent, plus n’i vaurent targier.
Dont commenchierent la terre a essillier.
Li quens Guill. a conduit les forriers.
En cels de Romme n’en ot que courechier.....
« Seignor, » dist il, « mal sommes engigniés :
Pris est li dus, retenus et loiés.
2260Mort sont et prins tot mi .m. chevalier,
Ne vos effors n’i vauroit .i. denier :
Se par bataille m’i pooie acointier
Tot cors a cors envers .i. chevalier, [*]

Par chou porroie bien Romme justichier ;
Et se jou sui retenus ne loiés, [*]
Toute la terre li demorra en fief. »

Guis d’Alemaigne fu molt cortois et sages,(lviii)
Et coragous et hardis par ses armes.
Isnelement apela .i. message :
2270« Va me la fors, el maistre treif de paile,
Si me diras Loey le fil Karle :
Por coi moront tant chevalier a armes,
Ne por coi ert tante contree arse ?
S’el cors de lui a tant de vasselage [*]
Que cors a cors se voelle a moi conbatre,
Dont avra Romme cuite et tot l’iretage,
S’il me conquiert (et) en icele bataille ;
Et se jou lui puis conquerre par armes,
Ou campion qui por li se conbate,
2280Dont s’en revois ariere ens es ses marces :
Soie soit Franche qui bien est grande et large,
Et jou arai Romme, Puille et Calabre ;
Jusc’a Mongieu avra tot l’iretage. »
Li mès s’en torne, qui de riens ne se targe.
Il est montés sor .i. mulet d’Arage.
Ist de la porte, qui fu et grans et large,
Et vint as tentes por furnir son mesage.
Ne salua le roi ne le barnage.
Chevaliers ert preus et cortois et sage,
2290Ja parlera com hom de bon corage :
« Drois empereres, entendés mon langage :
Dans Guis vous mande, o le fier vaselage,
Par vos .ii. cors .i. fiere bataille.
Se tant avés en vo cuer vasselage
Que le puissiés conquerre par ses armes,
U campion qui por vous se conbate...
Tot sans calenge velt avoir l’iretage. »
O le li rois, a poi de duel n’esrage,
Tous cheux de France .i. et .i. en regarde,

2300Les dus, les contes qui sont es trés de paile ;
Il en apele maintenant le barnage :
« Franc chevalier, por Dieu l’esperitable,
Jou sui trop jovenes por furnir tel batalle.
A il celui qui por mon cors le face ?
Jou li donrai Rains et Paris et Cartres. »
Tot s’en embronchent, n’i a cel quil regarde.
Voit le li rois, or ne seit il qu’il face ;
Tenrement pleure dosous ses piaus de martre.
Or ne seit il que respondre as messages.
2310Et cil respont, qui le semont et haste :
« E ! couars rois, li cors Dieu mal te face !
Comment quidés tenir teil yretage,
Qui vers .i. homme ne t’oseras conbatre ? »
A tant es vo Guill. Fierebrace,
Bertrans o lui, qui fu cortois et sages,
Et Guielins a l’aduré corage.
De fuerre vienent et gastee ont le marce.
En sa conpaigne ot .c. Francois as armes,
Et les serjans qui lor proie lor cacent.
2320Molt en amainent et pors et bues et vaces.
A pié descent Guill. Fierebrace ;
Il est entrés dedens le tref de paile,
Environ lui asamble le barnage.
Voit Loeys qui tient le chiere basse,
Les larmes courent tot a val le visage ;
Voit le Guill., si li dit par contraire :
« Sire empereres, molt estes amiables :
Vous samblés feme qui ploure par usage. »
Et dist li rois : « Jou ne sai que jou face,
2330Que au besoing me faut tous mes barnages.
Guis d’Alemaigne m’a mandé par message,
Que cors a cors me requiert de bataille ;
Et jou sui jovenes, chou savés vous sans faille,
Si ne truis hom qui por moi se combate.
— Drois empereres, » dist Guill. li sages,
« Por vous en ai fait plus de .xxxiiii. :
Cuidiés vous dont que por cestui vous faille ? »
O le li rois, par mi les flans l’enbrace,
Voille ou ne voelle, le baisa el viaire :

2340« Hé ! jentiex hom, Dieu te soit secourable !
Toz mes cors est en vostre grans barnages. »
Dist Bertrans : « Oncles, por Dieu l’esperitable,
Laissié me faire por vos ceste batalle. »
Et dist li quens : « Ja Damediex ne place
Qu’en lieu de moi .i. autres se conbate ! »
Li quens apele hautement le message.

Li quens Guill. fu droit en son estant,(lix)
Le messagier apela fierement :
« Amis biax freres, » dist Guill. li frans,
2350« Che me dirés dant Guion l’Alemant
Que por bataille mar en ira avant....
.I. chevalier, qui son seignor deffent.
Par vos li mant les trieves fermement.
Ostages voel et asseürement ;
Jes liverrai vers lui tot ensement.
Li quels qui soit vencus ou recreant
Del autre avra trestot le couvenant,
Q’il n’ara garde, por nul homme vivant ;
So jel puis vaintre ne conquerre ens el camp,
2360Que li rois ait tote Romme le grant,
Et la contree et Puille la devant ;
Et se jou sui vencus ne recreans,
A iretage l’avra a remanant,
Et Loeys a son barnage grant,
Outre Mongiu, s’en voist mus et taisans ; [*]
Ja mais cha outre ne clamera plain gant. »
Et dist li mès : « Jou l’otroi et creant. »
Il ist del tré sor le mulet amblant,
Desi a Romme s’en vint esperonant,
2370Par mi la porte i est venus brochant.
Encontre va dans Guis li Alemans ;
Il li escrie, par son fier maltalent :
« Que dist li rois qui justice les Frans ?
— En non Dieu, sire, tous fu mus et taisans.
De soie part fust bien finés li cans,
Car il n’eüst de conbatre talent ;

Il ne pooit avoir nul de ses Frans
Qui por conbatre vousist prendre le gant,
Quant i survint uns chevalliers vallant :
2380Guill. dient Franchois, mon ensiant,
Gros a le neis et le viaire grant,
Et .i. sien niés, c’on apele Bertran.
Cil dui plaidierent entr’els molt longement
De la bataille dont vos di le samblant ;
Li uns voloit del roi prendre le gant,
Més cil Guill. jura son sairement
Que nus por lui n’en est[e]roit en camp. »
Et respont Guis : « Bien i venra a tans.
Quant j’avrai mort cestui et recreant,
2390Après i viegne chieus que tu dis, Bertrans. »
Dist li messages : « Il veut par couvenant
Que li livrés ostages a talant [*]
Qu’il n’ara garde, por nul homme vivant,
Fors de vo cors et de vos garnimans. »
Et respont Guis : « Couars soit qui deffant ! »
.XX. chevaliers i envoie esraument.
De si au tref vinrent tot maintenant,
Guill. jurent trestot .xx. sairement
Que couvenant li tenront loiaument.
2400Li quens Guill. lor relivre ensement :
Guis d’Alemaigne, a qui la terre apent,
N’i ara garde de trestoute sa gent, [*]
Ne mais de lui et de ses garnimens.
Li quens s’adoube par son grant hardement ;
Il vest l’auberc, lace l’elme ensement.
Li quens Bertrans ot molt le cuer dolent
Por la bataille dont n’ot l’otroiement.
Guill. chainst l’espee au poing d’argent ;
Sor Arondel mont[a] apertement.
2410Il prent la targe et a son col le pent,
Prent .i. espiel afilé et trenchant,
A .v. claus d’or .i. gonphanon pendant.
Le destrier broce, qui les grans saus porprent.

Desi au lieu en vint esperonant [*]
Ou conbati a Corsaut l’amirant.
Et Guis s’adoube dedens Romme le grant :
Il vest l’auberc, lace l’elme luisant,
Et chainst l’espee que fist Magnificant.
On li amaine .i. bon destrier courant,
2420Noirs comme meure, mais les .iii. piés ot blans ;
Prinsaut l’apelent li petit et li grant.
En nule [terre] n’avoit plus remuant :
Fors Arondel, on ne seit plus vaillant.
Celui conquist Guill. au cuer franc,
Si le dona au palasin Bertrant.
Quant fu montés dans Guis li Alemans,
A son col mist .i. fort escu pesant,
Entre ses puins .i. fort espiel trenchant,
A .iii. claus d’or l’enseigne ventelant.
2430Par mi la porte s’en ist esperonant ;
Desi au lieu s’en est venus brochant
Ou il trouva Guill. le vaillant.
Descendus est sor .i. pui verdoiant,
Arondel ot aresné de devant ;
A une brance pendent si garnimant,
[Et] son espiel a fichié ens el camp ;
La bone enseigne va au vent ventelant.
Guis li vins près, sel va contraliant :
« Certes, Francois, jou te tieg por enfant,
2440Qui contre moi as pris tes garnimans.
Tul(e) conparras ains le soleil couchant. »
Et dist Guill. : « Tais toi, fel souduiant,
Jou ne te pris le quartier d’un besant. »
Sor Arondel est montés erraument. `
A l’acointier feront autre samblant.

En l’Alemant ot chevalier hardi,(lx)
Preu et cortois por ses armes tenir ;
S’il eüst droit, assés estoit partis.
Ou voit Guill., si l’a a raison mis :
2450« Sire Guill., trop par estes hardis,

Qui contre moi osastes cha venir ;
De vo corage estes seürs et fis ;
Bien le sot cil qui a moi te tramist.
Desor mon droit est venus Loeys :
Combatrai moi, se Dieu plaist et jou vif.
Par droit est moie Romme et (tres)toz li païs,
Puille, Calabre et Toscane autresi,
Toute la terre dusc’as mons de Mongi.
— Voir, » dist Guill., « vous i avés menti.
2460Par droit est Romme mon seignor Loey,
Et la contree et trestous li païs,
Et jou meïsmes [la] bataille en ai pris,
En icest camp, a Corsaut l’Arrabi. »
Quant Guis l’entent, tous li sans li fremi,
N’i valsist estre por tot l’or Saint Denis.
Il l’en apele, si l’a a raison mis :
« Estes vous chou Guill. li marcis,
Cil de Nerbone, fiex au conte Aimeri ?
Par dedens Romme m’a on maintes fois dit
2470Que vous par armes estes preus et hardis.
Cel roi de France, sel voliés guerpir,
Et jou et vous partommes le païs. »
Et dist Guill. : « Tais toi, Dieu anemis,
Que ja par moi n’ert mes sires traïs.
De Damedieu le pere te deffi. »
Par maltalent li a respondu Guis :
« De moi te garde, jou de toi autresi.
Quant jou n’i truis manaide ne merchi,
Ne jou ne toi ne poons estre ami. »
2480Il se departent, les cevals ont guenchi,
Plus s’entrelongent que .i. ars ne traisist, [*]
Les cevals brochent, les frains a bandon mis,
Grans cols se donent es escus qui sont bis,
Desoz les boucles les ont frais et mal mis, [*]
Trencent les ais, le taint et le vernis.
Tant furent fort li bon hauberc treilis
Maille n’en ront, ne clavains n’en parti ;
Mais as grans forces des bons cevals de pris,

Et a la force des chevaliers jentis,
2490Et as grans lances, as bons fers poitevins,
Si fierement se sont andoi requis
Sele ne chaingle nes pot onques tenir,
Ne li poitral ne valent .ii. espis,
Cascun n’estuece le sien archon guerpir.
Il s’ent[r]abatent des bons cevals de pris ;
Par terre jurent li hauberc doublentin.
Isnelement sont en piés resailli ;
Espees traites, les escus avant mis,
Par grant iror se sont andoi requis.

2500Quant li baron sont revenus en piés(lxi)
A lor chevals prendent a repairier :
« Diex, » dist Guill., « par la toie pitiés,
Ja ai jou fait itant estor plenier,
Ainc mais par homme ne perdi mon estrier,
Ne desoz moi ne caï mes destriers. »
Guis d’Alemaigne commencha a huchier :
« Sire Guill., or t’ai bien assaié,
C’ainc mais par homme ne perdi mon estrier.
Comment qu’il prenge, vous le comparrés chier. »
2510Par grant iror va l’escu enbrachier,
Et trait l’espee, dont li brans fu d’achier.
Voit le Guill., si l’a molt resoignié.
Il le connut a molt bon chevalier.
De l’escremir s’est bien aparelliés,
Car en s’enfance deterciés en fu bien ;
Il traist l’espee, en l’escu s’est plongiés.
Guis d’Alemaigne par teil vertu i fiert
Desor son elme, qui a or fu vergiés,
Pierres et flors en a jus trebuchiés,
2520Le maistre cercle devant li a trenchié.
Le bone coiffe ne pot il damagier :
Encontre val coula li brans d’achier,
De la grant targe li trencha .i. quartier.
Voit le li quens, molt en fu aïriés ;
Dieu reclama, le pere droiturier :
« Secor moi, sire, por la toie pitié,
Que mes lignages n’en ait lait reprovier,

Ne Loeys n’en resoit avilliés. »
Il tint l’espee, dont li brans fu d’achier,
2530Vint a Guion, qui le vaut damagier,
Par mi son elme .i. [molt] grant cop le fiert
Desor l’escu, qui fu a or vergiét,
Le blanc hauberc li a molt damagiét.
Desoz la hanste coula li brans d’achier ;
Desous les os li fist la car perchier,
Après l’auberc la char blance li chiet ;
Reis a reis l’os li est li brans glaciés.
Li Alemans fu del cop si iriés :
« Gloz, » dist Guill., « or iés tu engingniés.
2540De vostre char ai esté(i) machecliers ;
Se fust de porc, bien vausist .ii. deniers. »
Cil li respont, qui molt ot le cuer fier :
« De ceste part sui jou or(e) plus legiers.
De povre char se puet on trop cargier ;
Més de la toie me vaurai or(e) vengier ;
Et [a] .i. mire ai oï blasteng[i]er
Qui chevalier fiert autre sor braier. »
Et dist Guill. : « On doit bien empirier
Son anemi et en toz lieus blechier. »
2550Puis s’en requierent ambedoi li guerrier,
Ne li uns l’autre n’a cure d’espargnier.
N’i a celui ne se paint d’enpirier
Son conpaignon au brant forbi d’achier.
Lor grans escus, que porterent entiers,
Ont il si près a lor brans detailliés
Cascuns n’en a dont (il) puist covrir son chief.
Tot nu a nu, sor les haubers doubliers,
Les estuet més as brans nus acointier.
Bertrans le voit, a poi n’est esragiés,
2560Et Guielins en rest molt courechiés,
Et Loeys se rest en crois couchiés
Devant l’image ens el maistre mostier ;
La proie Dieu, le pere droiturier,
Qu’il li ramaint Guill. le guerrier,
Le jentil conte, sain et sauf et entier :
« Diex, » dist li rois, « par la toie pitié,
Se jou le pert, tot sui a mort jugiés,

Car c’est ma force et toz mes recovriers.
En ceste ost a maint felon chevalier,
2570Qui de moi tienent lor terres et lor fiés,
Se jou perdoie Guill. le guerrier,
Qui molt seroient baut et joiant et lié ;
Ja de lor terre n’averoie plain pié,
Tot me valroient par force guerroier. »
Pleure Bertrans et Guielins ses niés ;
Dist Guielins : « Par le vertu du chiel,
Jou nel lairoie por les menbres trenchier
Que ne li voise tot maintenant aidier. »
Respont Bertrans : « Que dis tu, esragiés ?
2580Ja vo lignages n’en ara reprovier :
Nos li avons plevi et fianchié. »
As .ii. barons devommes repairier,
Qui se conbatent as brans forbis d’achier.

Li quens Guill. fu grains et irascus ; (lxi)
Dieu reclama, qui el ciel fait vertus.
Ainc mais ne fu par homme confondus,
S’or(e) ne se venge, ne se prise .i. festu ;
Il tint l’espee, dont li brans fu molu,
Grant cop li donne en tant com ot d’escu :
2590Li quens le trait a li par teil vertu
Le brant d’achier, qui estoit esmolus,
A icel cop li est mal avenu,
Devant le heut li est li brans rompus.
Voi le li quens, ainc tant dolans ne fu,
A l’espiel vient corant par grant vertu ;
Tot son eslais est arriere venus,
Et fiert Guion sor l’auberc c’ot vestu,
Par molt grant force li a tot derompu,
Ens en son elme li a .i. cop feru
2600Par si grant force que il l’a abatu
A jenoillons, dolans et irascus ;
Par mi sa cuisse ot molt de sanc perdu :
Crevés estoit del cop qu’il ot eü.
Li oel li troublent, s’ot le viaire oscur,
Et neporquant tint il le brant tot nu ;
.I. si grant cop a le conte feru,

S’a icel cop l’eüst (bien) aconseü,
Mien escient, ja mais n’eüst vescu.
Li quens trestorne, ne l’a mie atendu :
2610De tel randon est li cols descendus
Qu’en terre fiert ou .iiii. piés ou plus.
A icel cop a il le branc perdu.
Li jentiex quens ne se fist mie mu,
L’espee prent, car grant mestier l’en fu :
« Gloz », dist Guill., « com ore iés deceüs !
Mar fu tes cors et la toie vertus ;
Dedens ton elme ai jou mon branc perdu :
Escange en ai del tien qui autés fu ;
Del tien meïsme te donrai ja salu.
2620Par ton outrage t’est enconbriers venus. [*]
Quides tu ore ouvrer contre Jhesu,
Tolir au fil chou que le pere fu ?
Tot chou conquist Karles par sa vertu,
A Loeys est par droit revenu. »
 
Li quens Guill. fu jentiex chevaliers,(lxi-lxii)
Courtois et sages, se n’i ot qu’ensignier :
Se il vausist a lui merchi proier,
Il le rendist (a) Loey prisonier.
Guis resaut sus a loi d’omme guerrier,
2630Car il cuida a l’espiel repairier.
Et dist Guill. : « Or me puis trop targier ! »
Grant cop li donne par mi l’elme vergié,
Pieres et flors en a jus trebuchié.
Desor l’espaule descent li cols pleniers,
Li blans haubers ne li valt .i. denier :
Desi a l’os li fist le branc baignier,
Que devant lui l’a fait ajenoillier.
D’un autre cop ot li quens reprovier :
Tel cop li done sor son elme vergié
2640Par mi les las a son cop emploié.
La teste en vole et li Alemans chiet
En .i. fossé, dont parfont sont li lié.
Li fers pesans l’affondra el gravier......

Poisson en l’aigue, qui puis n’en fu sachiés.
Li quens Guill. ne s’est mie atargiés :
Isnelement est venus au destrier.
Andoi estoient par desoz l’olivier.
Sor Arondel est montés tot premiers,
Qui miex valoit que nus cevals soz ciel ;
2650Pri[n]saut en maine, qu’il ne le valt laissier.
Desi a lost ne fina de brochier.
Encontre vienent li baron chevalier,
Encontre va Loeys li guerriers.
Teil l’a joï qui ne l’a gaires chier.
Et Guielins et Bertrans li legiers :
« Comment vous est, » font il, « biax oncles chiers ?
— Cousin, » dist il, « tous sui sains et haitiés.
Més d’orbes cols ai si mon cors cargié.
Tot mon gaaing vous donrai volentiers,
2660Cest bon ceval, qui molt fait a proisier.
Il est molt bons por .i. prodomme aidier :
Fors Arondel, il n’a mellor soz ciel. »
Et dist Bertrans : « Grans mercis en aiés ;
Por vostre amor le tenra on molt chier. »
Li quens Guill. a fait par l’ost huchier
Que trestot s’arment, serjant et chevalier ;
S’iront a Romme assalir et lanchier :
« S’on ne nous ouevre les portes sans dangier,
Toz les ostages que on me livra ier
2670Ferai ancui et pendre et essillier. »
Li baron s’arment, qui ne l’osent laissier,
De si a Romme ne se valrent targier.
Cil dedens Romme se sont aparellié,
D’eus a deffendre ne sont preu consillié :
Les portes oevrent, s’ont le pont abaissié.
Encontre vait tous li sages clergiés ;
Tot revestu issirent del mostier.
Conte Guill. vont tot caoir as piés,
Et Loey, le bon roi droiturier.
2680Au jentil conte en prist si grant pitiés
Que le chité ne laissa essillier.
Son seignor fait erraument, sans targier,
En la caiere assir ens el mostier ;

Corone d’or li fermé el cief.
Le jor le fist Guill. roi(s) princhier.
Dont fait mander les jentiex chevaliers
Qui par Rommaigne pueent plus justichier ;
Toz les a fait plevir et fianchier
Foi porteront Loey le guerrier
2690Et a seignor le tenront volentiers.

Tot li jurerent et foi et sairement.(lxiii)
Tels li jura qui molt bien li atent,
Et tels li jure qui ains li puet li ment,
Si se parjurent vers lui a enssient :
« Loeys sire, » dist Guill., « entent :
Ore avés Romme en vostre casement,
Faire en poés vostre commandement,
Si comme cil a qui l’onors apent ;
Or savons nos trés bien a ensient
2700Que d’apostole n’a a Romme noient.
Cil qui mors est le tint molt longement.
Més sires estes : s’il vous vient a talent,
Metés i, sire, apostoile briefment,
A eslichon en sommes plus de cent. »
Illuec estoit li fiex Milon d’Aiglent,
Plus sage clerc n’ot dusqu’en Bonivent ;
En la caiere l’asissent hautement.
Nostre empereres par son avisement
L’avoit eslit a son avisement.....
2710Par le conseil dant Guill. et sa gent :
La terre en fu gardee sauvement.
Quant trestot furent doné li casement,
Li rois apele, si parla belement
A l’apostole, a qui la lois apent.
De ses prisons le grant raenchon prent :[*]
Tot departi et l’or fin et l’argent,
Si le donna a Guill. et sa gent.
Onques blasmé n’en fu, mon ensient.
 
Rois Loeys quant ot de chou finé, (lxiii)

2720Tot li baron li ont fait feüté.
Dont s’en tornerent le grant cemin feré.
Quant de la terre fu bien asseürés, `.
Vers douce France velt li rois retorner.
Ne sai que doie lor jornees conter :
Vers Lombardie se sont acheminé,
Desi en France ne se sont aresté.
A Paris vindrent, la mirable cité.
Guill. va a Most[e]ruel sor mer,
Et avoec lui Bertrans li adurés.
2730A Loeys recroist la paine teis,
Cil qui li orent plevi et afié
Trestot li fallent, si s’estoient fausé.
Li .i. velt l’autre guerroier et fouler.



III. — FRAGMENTS DU MANUSCRIT E


M. L. Delisle a bien voulu m’envoyer le morceau de parchemin dont j’ai parlé plus haut (p. cxl), et m’apprendre en même temps que « la reliure dans laquelle s’est trouvé ce morceau ne renfermait pas d’autres parchemins, mais seulement des débris d’impressions de livres de droit en caractères gothiques, d’origine italienne et lyonnaise. »

Ce fragment [3] contient, d’un côté, 14 vers, et, de l’autre, 14 vers et demi. Ces vers sont à peu près identiques aux vers 2385-2398, 2504-2518 du manuscrit C, et suffisent à prouver que les deux manuscrits sont de la même famille. Cette comparaison avec le manuscrit C permet encore de constater qu’entre le dernier vers du recto et le dernier du verso du fragment, la distance est de 119 vers, ce qui montre que le manuscrit perdu, que j’appelle E, était écrit sur 2 colonnes de 40 vers chacune, et qu’il nous reste les derniers vers des colonnes a et d. De plus, on peut reconnaître les initiales A, E, A, Par, D, O, D, A, A des 9 vers de la colonne b, correspondant aux vers 2427-2435 du manuscrit C. Le manuscrit E a été écrit par un Picard.

« .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .
Li uns voloit del roi prendre le gant,
Més cil G. jura son sairement
Que nus por li n’en enterroit en camp. »
Et respont Guis : « Bien i venra a tans.
Quant j’avrai mort cestui et recreant,
Après i viegne chieus qui tu dis, B. »

Dist li messages : « Il veut par couvenant
Que li livrés ostages a talant
Qu’il n’avra garde, por nul homme vivant,
Fors de vo cors et de vo garnimans. »
Et respont Guis : « Couars soit qui deffant ! »
Vint chevaliers i envoie erraument.
De si au tré vinrent tot maintenant,
Guill. jurent trestot .xx. sairement
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .
« Ainc mais par homme ne per[di mon estrier,]
Ne desoz moi ne caï mes destriers. »
Guis d’Alemaigne commencha a huchier :
« Sire Guill., or sui jou bien .... ié,
C’ainc mais par homme ne perdi mon estrier.
Comment que pregne, vos le comparrés chier. »
Par grant irour a l’escu enbrachié,
Et trait l’espee, dont li brans fu d’acier.
Voi le Guill., si l’a molt resoignié.
Il le connut a molt bon chevalier.
Del escermir s’est bien aparelliés,
Car en s’enfance dotrinés en fu bien ;
Il traist l’espee, en l’escus s’est plongiés.
Guis d’Alemaigne par teil vertu i fiert
Desor son elme, qui a or fu vergiés
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .


  1. — 74 Ms. nel vos deviez — 75 Ms. ne bailliez — 87 Ms. Soner — 91 Ms. paor — 99 Ms. M. s. v. p. l. c. m. b. — 127 Ms. lora s. — 138 Ms. velt — 141 Ms. ferai — 149 Ms. grant ploier — 167 Ms. Et ladouber — 178 Ms. et l. m. e. — 217 Ms. il t. d. e. — 244 Ms An n. f. — 271 Ms. P. so ames — 276 Ms. en ens — 278 Ms. En l’enportet a alez e. l. c. — 315 Ms. : La fut riche Loys
  2. Les 1205 premiers vers du manuscrit C sont donnés dans les variantes des 1500 premiers vers du texte critique. Le nombre en chiffres romains placé à droite du premier vers de chaque laisse est celui de la laisse correspondante du texte critique. — 1213 Ms. : ne lestre. — 1248 Ms. : sor v. p. — 1257 Ms. : mestier. — 1263 Ms. : les a
    esgardes. — 1309 Ms. : Fuies baron — 1311 Lisez : Ot le — 1312 vers alexandrin. — 1468 Ms. : les a a r. m. — 1483 Ms. : Et dist Guill. — 1537 Ms. del fel Ric. — 1579 Ms. : Veut fraire — 1582 Ms. : Il se r. — 1708 Ms. : De chou quil voit. — 1758 Ms. : o. ne d. — 1781 Ms. : Bien e.g. — 1862 Ms. : ostagier. — 1869 Ms. : t. dient e. p. — 1934. Ms. : lisez Voit le — 1950 Ms. : p. mi e. p. a. — 1958 Ms. : La vous b. — 1963 Ms. : depart. — 2107 Ms. : Et n. m. — 2224 lisez : Fuit s’ent — 2243 Ms. : n. vous a. m. — 2263 Ms. : T. jors a c. — 2265 Ms. : vevois n. l. (Vencus ne peut convenir ; il faut un mot de 3 syllabes. Voyez vers 2259). — 2274. Ms. : Se cors. — 2365 Ms. : nus e. t. — 2392 Ms. : o. a tillant — 2402 Ms. : N’i a regarde — 2414 Ms. : D. a lui — 2481 Ms. : Puis — 2484 Ms. : D. l. coucles — 2620 Ms. : tost e. v. — 2715 Ms. : possons
  3. Il a été rattaché au ms. Fr. 5094, nouv. acq., volume où l’on a réuni des fragments de divers manuscrits français.