Le Couronnement de Louis (Langlois)/Texte critique

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Texte établi par Ernest Langlois (p. 1-120).




LI CORONEMENZ LOOÏS [1]




I


Oiez, seignor, que Deus vos seit aidanz ![*]
Plaist vos oïr d’une estoire vaillant,
Buene chançon, corteise et avenant ?[*]
Vilains juglere ne sai por quei se vant[*]
5Nul mot n’en die tresque l’en li comant.[*]
De Looïs ne lairai ne vos chant,[*]
Et de Guillelme al cort nés le vaillant,[*]

Qui tant sofri sor sarrazine gent ;[*]
De meillor ome ne cuit que nuls vos chant.[*]


II

10Seignor baron, plaireit vos d’une esemple, [*]
D’une chançon bien faite et avenante ? [*]
Quant Deus eslist nonante et nuef reiames, [*]
Tot le meillor torna en dolce France. [*]
Li mieldre reis ot a nom Charlemagne ;[*]
15Cil aleva volentiers dolce France ; [*]
Deus ne fist terre qui envers lui n’apende ; [*]
Il i apent Baviere et Alemaigne, [*]
Et Normandie, et Anjou, et Bretaigne,
Et Lombardie, et Navare, et Toscane.[*]


III

20Reis qui de France porte corone d’or
Prodom deit estre et vaillanz de son cors ;
Et s’il est om qui li face nul tort,
Ne deit guarir ne a plain ne a bos,
De ci qu’il l’ait o recreant o mort :
25S’einsi nel fait, dont pert France son los ;
Ce dist l’estoire : coronez est a tort.[*]


IV

Quant la chapele fu beneeite a Ais,[*]
Et li mostiers fu dediiez et faiz,[*]
Cort i ot buene, tel ne verez ja mais ;[*]
30Quatorze conte guarderent le palais.[*]
Por la justice la povre gent i vait ;[*]
Nuls ne s’i claime que trés buen dreit n’i ait.[*]
Lors fist l’en dreit, mais or nel fait l’en mais ;[*]
A conveitise l’ont torné li malvais ;[*]
35Por fals loiers remainent li buen plait.[*]
Deus est prodom, qui nos governe et paist,[*]
S’en conquerront enfer qui est punais,[*]
Le malvais puiz, dont ne resordront mais.[*]


V

Cel jor i ot bien dis et uit evesques,[*]

40Et si i ot dis et uit arcevesques, [*]
Li apostoiles de Rome chanta messe.[*]


VI

Cel jor i ot oferende molt bele, [*]
Que puis cele ore n’ot en France plus bele.[*]
Qui la reçut molt par en fist grant feste.[*]


VII

45Cel jor i ot bien vint et sis abez, [*]
Et si i ot quatre reis coronez. [*]
Cel jor i fu Looïs alevez,
Et la corone mise desus l’altel ;
Li reis ses pere li ot le jor doné. [*]
50Uns arcevesques est el letrin montez,
Qui sermona a la crestienté :
« Baron, dist il, a mei en entendez :
Charles li magnes a molt son tens usé, [*]
Or ne puet plus ceste vie mener. [*]
55Il ne puet plus la corone porter : [*]
Il a un fill a cui la vuelt doner. »
Quant cil l’entendent, grant joie en ont mené ;

Totes lor mains en tendirent vers Deu :[*]
« Pere de gloire, tu seies merciez [*]
60 Qu’estranges reis n’est sur nos devalez ! »[*]
Nostre emperere a son fill apelé :
« Bels filz, dist il, envers mei entendez :[*]
Veiz la corone qui est desus l’altel ?
Par tel convent la te vueil ge doner :[*]
65Tort ne luxure ne pechié ne mener, [*]
Ne traïson vers nelui ne ferez, [*]
Ne orfelin son fié ne li toldrez ; [*]
S’einsi le fais, g’en lorai Damedeu :[*]
Prent la corone, si seras coronez ; [*]
70O se ce non, filz, laissiez la ester :
Ge vos defent que vos n’i adesez.


VIII

« Filz Looïs, veiz ici la corone? [*]
Se tu la prenz, emperere iés de Rome ;
Bien puez mener en ost mil et cent omes ; [*]
75Passer par force les eves de Gironde, [*]
Paiene gent craventer et confondre, [*]
Et la lor terre deis a la nostre joindre. [*]

S’einsi vuels faire, ge te doins la corone ;
O se ce non, ne la baillier tu onques. [*]


X

80« Se tu deis prendre, bels filz, de fals loiers, [*]
Ne desmesure lever ne esalcier, [*]
Faire luxure ne alever pechié, [*]
Ne eir enfant retolir le sien fié, [*]
Ne veve fame tolir quatre deniers, [*]
85Ceste corone de Jesu la te vié, [*]
Filz Looïs, que tu ne la baillier. » [*]
Ot le li enfes, ne mist avant le pié. [*]
Por lui plorerent maint vaillant chevalier, [*]
Et l’emperere fu molt grains et iriez :[*]
90« Ha ! las, dist il, com or sui engeigniez ! [*]
Delez ma fame se colcha paltoniers,
Qui engendra cest coart eritier. [*]
Ja en sa vie n’iert de mei avanciez.[*]

Quin fereit rei, ce sereit granz pechiez. [*]
95Or li fesons toz les chevels trenchier, [*]
Si le metons la enz en cel mostier :[*]
Tirra les cordes et sera marregliers, [*]
S’avra provende qu’il ne puist mendiier. » [*]
Delez le rei sist Arneïs d’Orliens, [*]
100Qui molt par fu et orgueillos et fiers ; [*]
De granz losenges le prist a araisnier :[*]
« Dreiz emperere, faites pais, si m’oiez.
Mes sire est jovenes, n’a que quinze anz entiers, [*]
Ja sereit mors quin fereit chevalier.
105Ceste besoigne, s’il vos plaist, m’otreiez,
Tresqu’a treis anz que verons coment iert. [*]
S’il vuelt preuz estre ne ja buens heritiers, [*]
Ge li rendrai de gré et volentiers, [*]
Et acreistrai ses terres et ses fiez. » [*]
110Et dist li reis : « Ce fait a otreier. »[*]
« Granz merciz, sire, » dient li losengier,
Qui parent erent a Arneïs d’Orliens. [*]
Sempres fust reis quant Guillelmes i vient ; [*]

D’une forest repaire de chacier. [*]
115Ses niés Bertrans li coru a l’estrier ;[*]
Il li demande : « Dont venez vos, bels niés ? [*]
— En nom Deu, sire, de la enz del mostier,
Ou j’ai oï grant tort et grant pechié. [*]
Arneïs vuelt son dreit seignor boisier :[*]
120Sempres iert reis, que Franceis l’ont jugié. [*]
— Mar le pensa, » dist Guillelmes li fiers.
L’espee ceinte est entrez el mostier,
Desront la presse devant les chevaliers :[*]
Arneïs trueve molt bien apareillié ; [*]
125En talent ot qu’il li copast le chief, [*]
Quant li remembre del glorios del ciel, [*]
Que d’ome ocire est trop mortels pechiez.
Il prent s’espee, el fuere l’embatié, [*]
Et passe avant ; quant se fu rebraciez, [*]
130Le poing senestre li a meslé el chief, [*]
Halce le destre, enz el col li assiet :
L’os de la gole li a par mi brisié ;
Mort le tresbuche a la terre a ses piez. [*]

Quant il l’ot mort sel prent a chasteier :[*]
135« Hé ! gloz ! » dist il, « Deus te doint encombrier ! [*]
Por quei voleies ton dreit seignor boisier ?
Tu le deüsses amer et tenir chier,
Creistre ses terres et alever ses fiez. [*]
Ja de losenges n’averas mais loier. [*]
140Ge te cuidoe un petit chasteier, [*]
Mais tu iés morz, n’en dorreie un denier. »
Veit la corone qui desus l’altel siet : [*]
Li cuens la prent senz point de l’atargier, [*]
Vient a l’enfant, si li assiet el chief :
145« Tenez, bels sire, el nom del rei del ciel, [*]
Qui te doint force d’estre buens justiciers ! » [*]
Veit le li pere, de son enfant fu liez :[*]
« Sire Guillelmes, granz merciz en aiez.
Vostre lignages a le mien esalcié. »


X

150« He ! Looïs, » dist Charles, « sire filz,
Or avras tu mon reiame a tenir. [*]
Par tel convent le puisses retenir [*]
Qu’a eir enfant ja son dreit ne tolir, [*]
N’a veve fame vaillant un angevin ; [*]
155Et sainte eglise pense de bien servir, [*]
Que ja deables ne te puisse honir. [*]

Tes chevaliers pense de chier tenir ;[*]
Par els seras onorez et serviz,
Par totes terres et amez et cheriz. » [*]


XI

160Quant ont le jor de Looïs rei fait, [*]
La cort depart, si sont remés li plait ; [*]
Chascuns Franceis a son ostel s’en vait. [*]
Cinc anz vesqui puis Charles et non mais.
Charles li reis en monta el palais ; [*]
165Ou veit son fill, si li dist entresait :


XII

« Filz Looïs, ne te celerai mie, [*]
Or avras tot mon reiame en baillie, [*]
Après ma mort, se Deus me beneïe.
Qui me guerreie, bien sai qu’il te desfie, [*]
170Cil qui me het, bien sai ne t’aime mie :
Se gel puis prendre, par Deu le fill Marie, [*]
De reençon ge n’en vueil aveir mie,
Ainz le ferai detrenchier et ocire.[*]


XIII

« Filz Looïs, a celer ne te quier, [*]
175Quant Deus fist rei por pueples justicier, [*]
Il nel fist mie por false lei jugier, [*]
Faire luxure, ne alever pechié, [*]
Ne eir enfant por retolir son fié, [*]
Ne veve fame tolir quatre deniers ; [*]
180Ainz deit les torz abatre soz ses piez, [*]
Encontreval et foler et pleissier.
Ja al povre ome ne te chalt de tencier ; [*]
Se il se claime ne t’en deit ennoier, [*]
Ainceis le deis entendre et conseillier, [*]
185Por l’amor Deu de son dreit adrecier ; [*]
Vers l’orgoillos te deis faire si fier
Comme liepart qui gent vueille mangier ; [*]
Et s’il te vuelt de neient guerreier, [*]
Mandez en France les nobles chevaliers, [*]
190Tant qu’en aiez plus de trente miliers ; [*]
Ou mielz se fie la le fai asegier, [*]
Tote sa terre guaster et essillier. [*]
Se le puez prendre ne a tes mains baillier,
N’en aies onques manaide ne pitié, [*]

195Ainceis li fai toz les membres trenchier,
Ardeir en feu ne en eve neier ;[*]
Quar se Franceis te veient entrepiez, [*]
Diront Normant en nom de reprovier :[*]
« De si fait rei n’avions nos mestier. [*]
200« Mal dahé ait par mi la croiz del chief [*]
« Qui avuec lui ira mais osteier, [*]
« Ne a sa cort ira por corteier ! [*]
« Del sien meïsme nos poons bien paier. » [*]
Et altre chose te vueil, filz, acointier,
205Que se tu vis il t’avra grant mestier :[*]
Que de vilain ne faces conseillier,
Fill a prevost ne de fill a veier :[*]
Il boisereient a petit por loier ; [*]
Mais de Guillelme le nobile guerrier, [*]
210Fill Aimeri de Narbone le fier, [*]
Frere Bernart de Brebant le guerrier :[*]
Se cil te vuelent maintenir et aidier, [*]
En lor service te puez molt bien fiier. »[*]
Respont li enfes : « Veir dites, par mon chief. » [*]
215Il vint al conte, si li cheï as piez. [*]
Li cuens Guillelmes le coru redrecier ; [*]

Il li demande : « Dameisels, que requiers ? [*]
— En nom Deu, sire, et manaide et pitié. [*]
Mes pere dit qu’estes buens chevaliers,
220N’a tel baron soz la chape del ciel ;
En vos vueil metre mes terres et mes fiez, [*]
Que les me guardes, nobiles chevaliers, [*]
Tant que ge puisse mes guarnemenz baillier. »
Respont li cuens : « Par ma fei, volentiers. » [*]
225Il li jura seur les sainz del mostier [*]
Ja n’en avra vaillant quatre deniers, [*]
S’il ne li doint de gré et volentiers. [*]
Lors vint a Charle, ne s’en volt delaier ; [*]
Devant le rei se vait agenoillier ;
230« Dreiz emperere, ge vos demant congié ; [*]
Quar il m’estuet errer et chevalchier
Tot dreit a Rome, por saint Pere preier ;
Bien a quinze anz, a celer ne vos quier, [*]
Que m’i promis, mais ne poi espleitier. [*]
235Cestui veiage ne vueil ge plus laissier. »
Li reis li done coroços et iriez,
Si li charja seissante chevaliers, [*]
D’or et d’argent trossez trente somiers ; [*]
Al departir se corurent baisier. [*]
240Par tel convent i ala li guerriers,
Puis ne revint si ot grant encombrier ; [*]
Ainz fu morz Charles que il fust repairiez ; [*]

Et Looïs remest ses eritiers. [*]
Ainz que Guillelmes peüst puis espleitier, [*]
245Ne il en France peüst puis repairier, [*]
Fu il a tort enserrez et muciez, [*]
Qu’il n’i aveit fors des membres trenchier ;
Trop li peüst Guillelmes delaier. [*]


XIV

Al mostier fu Guillelmes Fierebrace,
250Congié demande a l’empereor Charle ;
Et il li charge seissante omes a armes, [*]
D’or et d’argent trente somiers li baille. [*]
Vait s’en li cuens, de neient ne se targe, [*]
Et Looïs le conveie grant masse ; [*]
255Plorant apele Guillelme Fierebrace :
« Hé ! gentils cuens, por Deu l’esperitable,
Veez mon pere de cest siecle trespasse :
Vielz est et frailes, ne portera mais armes, [*]
Et ge sui jovenes et de petit eage ;
260Se n’ai secors, tot ira a damage, » [*]
Respont li cuens : « Ne seiez a malaise, [*]
Que, par l’apostre que l’en requiert en l’arche, [*]
Se ge ai fait icest pelerinage,[*]

Se me mandez par seels et par chartres, [*]
265O par tel ome qui bien en seit creables, [*]
Ja ne lairai, por nul ome que sache, [*]
Ne vos secore o mon riche barnage. »
Vait s’en li cuens, de neient ne se targe ;
De ses jornees ne sai que vos contasse :
270Montgeu trespasse, qui durement le lasse ; [*]
De ci a Rome n’aresta Fierebrace. [*]


XV

Vait s’en Guillelmes li gentils et li ber,
Et Guielins et Bertrans l’alosez ; [*]
Desoz les chapes orent les branz letrez, [*]
275Et neporquant si orent il trossé
Les buens halberz et les helmes dorez. [*]
Li escuier furent forment lassé [*]
Des forz escuz et des espiez porter. [*]
De lor jornees ne vos sai aconter ;
280Montgeu trespassent, qui molt les a lassez,
Par Romenie se sont acheminé, [*]
De ci a Rome ne s’i sont aresté. [*]
Cil escuier porprenent les ostels ;
Ciquaires fu lor ostes apelez, [*]
285Celui a tot son aveir comandé.
Cele nuit fu li cuens bien conreez. [*]
Après mangier sont alé reposer,[*]

Li cuens se dort, qui molt par fu lassez. [*]
Sonja un songe dont molt fu esfreez :
290Devers Rossie vint uns feus embrasez,
Qui esprenoit Rome de trestoz lez ; [*]
Uns veltres vint corant tot abrievez ; [*]
Des altres est partiz et desevrez ; [*]
Guillelmes ert soz un arbre ramé, [*]
295De cele beste esteit tot esfreez ; [*]
Quar de sa poe li dona un cop tel [*]
Tot le feseit envers terre cliner. [*]
Li cuens s’esveille, si se comande a Deu. [*]
Onques mais songes ne fu si averez, [*]
300Quar Sarrazin espleitierent d’aler ; [*]
Li reis Galafres et li reis Tenebrez, [*]
Li reis Cremuz et Corsolz l’amirez [*]
Pris ont de Chapre les maistres fermetez. [*]
Li reis Guaifiers i est emprisonez, [*]
305Il et sa fille, sa fame a grant belté,
Et trente mile de chaitis encombrez, [*]
Qui tuit eüssent les chiés des bus sevrez.
Tant ama Deus Guillelme le membré
Que par lui furent de prison delivré
310Envers Corsolt d’oltre la roge mer,
Le plus fort ome dont l’en oïst parler. [*]
Cil detrencha a Guillelme son nés, [*]
Com vos orrez ainz qu’il seit avespré,

Se vos donez tant que vueille chanter.[*]
315A cez paroles se trait a l’ajorner.[*]
Li cuens Guillelmes s’est par matin levez,
Al mostier vait le service escolter ;
Totes ses armes fait metre sor l’altel ;
De l’or d’Arabe les volt puis rachater.[*]
320Et l’apostoiles fu molt gentilz et ber,[*]
Qui se revest por la messe chanter.[*]
Quant li service fu diz et definez[*]
Es dous messages venant tot abrivez ;[*]
Ja conteront unes noveles tels
325Dont mainz frans om fu le jor esfreez.[*]


XVI

Al mostier fu Guillelmes Fierebrace.
Messe ot chantee li apostoiles sages ;
Quant il l’ot dite si vienent dui message,[*]
Qui li aportent unes noveles aspres :
330Que Sarrazin li font molt grant damage ;[*]
Pris ont par force la grant cité de Chapre,[*]
Et trente mile de chaitis qu’uns que altres,[*]
S’il n’ont secors, qui tuit morront a glaive.[*]
Li apostoiles en fu molt esmaiables ;[*]
335Demandant vait Guillelme Fierebrace.
L’en li enseigne aval, desus le marbre,

Ou prie Deu, le pere esperitable, [*]
Qu’il li doint force et onor et barnage,
Et son seignor Looïs le fill Charle. [*]
340Li apostoiles de neient ne se targe ;
Prist un baston, si le hurte en l’espalle ;
Li cuens se drece, monstre li le visage. [*]


XVII

Li cuens Guillelmes se dreça sor ses piez, [*]
Et l’apostoiles l’en prist a araisnier : [*]
345« Hé ! gentilz om, por Deu le dreiturier, [*]
Et quar me dites se me porrez aidier. [*]
Ja nos requierent paien et aversier,
Li reis Galafres, qui des altres est chiés.
Cil est destreiz qui nos soleit aidier :[*]
350Pris est par force li riches reis Guaifiers,
Il et sa fille et sa franche moillier, [*]
Et trente mile de chaitis prisoniers, [*]
S’il n’ont secors, qui tuit perdront les chiés. [*]
— Hé ! Deus aïde ! » dist li cuens al vis fier.
355De tant de reis se comence a seignier ;[*]
Ses niés Bertrans l’en prist a araisnier :[*]
« Oncles Guillelmes, estes vos esragiez ? [*]
Ainz mais por ome ne vos vi esmaier. » [*]
Respont Guillelmes : « Merci, por Deu, bel niés ; [*]

360Contre lor force n’a la nostre mestier,
Ainz nos convient porquerre un messagier,[*]
A Looïs le convient enveier,
Que il nos viegne et secorre et aidier, [*]
Charles remaigne por son dreit a jugier :[*]
365Vielz est et frailes, ne puet mais chevalchier. »
Et dist Bertrans : « De Deu le dreiturier
Seit confonduz et morz et esragiez [*]
Qui ira ja cest message noncier, [*]
S’iert ses escuz et troez et perciez,
370Et ses halberz desroz et desmailliez,
Et il meïsmes feruz d’un grant espié, [*]
Que l’en le puisse conoistre a messagier ! [*]
Paien nos quierent a cent et a milier.
Or tost as armes, n’avons que delaier ; [*]
375Defendons nos senz point de l’atargier. » [*]
En cels de Rome nen ot que esmaier ; [*]
Pou ont de gent, ne furent cent milier. [*]


XVIII

El mostier fu li cuens al fier visage ; [*]
Dist l’apostoiles, qui fu corteis et sages :[*]
380 « Gentilz om, sire, por Deu l’esperitable, [*]
Quar nos secor contre la gent salvage. [*]
— Hé ! Deus aïde ! » dist li cuens Fierebrace,

« Ci sui venuz en mon pelerinage, [*]
S’ai amené molt petit de barnage ;
385N’ai que seissante de chevaliers a armes ;
Contre tanz reis ne porreie combatre. [*]
— Hé ! Deus aïde ! » dist l’apostoiles sages,
« Vei ci saint Pere, qui des anmes est guarde :[*]
Se por lui, sire, fais ui cest vasselage, [*]
390Char puez mangier les jorz de ton eage, [*]
Et feme prendre tant come il t’iert corage ; [*]
Ne feras mais pechié qui tant seit aspres, [*]
Se tant puez faire de traïson te guardes, [*]
N’en seies quites en trestot ton eage. [*]
395En paradis avras ton herberjage, [*]
Que nostre sire a ses buens amis guarde ;
Sainz Gabriel vos sera guionages. [*]
— Hé ! Deus aïde ! » dist li cuens Fierebrace, [*]
« Ainz mais nuls clers nen ot le cuer si large ! [*]
400Or ne laireie, por nul ome que sache, [*]
Ne por paien, tant seit ne fels ne aspres, [*]
A cez glotons ne me voise combatre. [*]
Bels niés Bertrans, alez prendre voz armes, [*]
Et Guielins et li altre barnages. » [*]
405Armes demande Guillelmes Fierebrace ;
L’en li aporte devant lui en la place.

Il vest l’halberc et le vert helme lace, [*]
Et ceint l’espee par les renges de paile. [*]
L’en li ameine le balcent en la place ;[*]
410Li cuens i monte, que il estrier n’i baille. [*]
A son col pent une vermeille targe, [*]
Entre ses poinz un reit espié qui taille, [*]
A cinc clos d’or une enseigne de paile :[*]
« Sire apostoiles, » dist Guillelmes li sages,
415« Combien avez de gent en vostre marche ? » [*]
Dist l’apostoiles : « Gel vos dirai senz faille :[*]
Trei mile somes, n’i a cil n’ait ventaille, [*]
Et fort espié, et espee qui taille, » [*]
Respont li cuens : « C’est bele començaille.[*]
420Armer les faites, et tote la pietaille, [*]
Qui nos tendront les portes et les barres. »[*]
Et cil respont : « Bien est dreiz qu’on le face. »[*]
Par tote Rome s’arote li barnages. [*]
Quant armé furent, si vindrent en la place.[*]
425Li apostoiles lor a fait un seignacle :
« Seignor baron, » dist l’apostoiles sages,

« Qui en cest jor morra en la bataille [*]
En paradis avra son herberjage, [*]
Que nostre sire a ses buens amis guarde ;
430Sainz Gabriel li sera guionages. » [*]
Lors se leva chascuns en son estage
Envers la gent et orgoillose et male. [*]
Si come ils vindrent, hurtent par lor otrage [*]
A la grant porte, qui n’esteit mie basse :
435« Seignor baron, » dist l’apostoiles sages,
« Ici endreit guarderez cest barnage ;[*]
G’irai parler a l’amirant Galafre ; [*]
Se por aveir que prometre li sache
Vuelt retorner et ses nés et ses barges, [*]
440Et ses granz oz, qui sont sor cel rivage, [*]
Ge li dorrai le grant tresor de l’arche ;[*]
N’i demorra ne calice ne chape, [*]
Or ne argent, ne qui un denier vaille, [*]
Ainz qu’il i muire tanz gentilz omes sages, » [*]
445Et cil respondent : « Bien est dreiz qu’on le sache. »[*]
A tant s’en torne, o lui s’esmu uns abes ; [*]
De ci al tref de neient ne s’atarge. [*]
Iluec trova le riche rei Galafre ;
Pas nel salue, n’est pas dreiz que le face. [*]
450Li riches reis par fierté le reguarde.

Li apostoiles de maintenant l’araisne :[*]
« Sire, » fait il, « ge sui ci uns messages [*]
Deu et saint Pere, qui des anmes est guarde. [*]
De soe part vos vueil dire un message :
455Que retornez et voz nés et voz barges, [*]
Et voz granz oz, qui ci sont demorables. [*]
Ge vos dorrai le grant tresor de l’arche ; [*]
N’i demorra ne calice ne chape, [*]
Or ne argent qui un sol denier vaille, [*]
460Ainz que i muire tanz gentilz om a armes.
Prenez conseil, gentilz reis de bon aire. » [*]
Respont li reis : « Tu n’iés mie bien sages ; [*]
Ci sui venuz en mon dreit eritage, [*]
Que estora mes ancestre et mes aves, [*]
465Et Romulus et Julius Cesaires, [*]
Qui fist cez murs et cez ponz et cez barres. [*]
Se ge par force puis cez pilers abatre, [*]
Quant qu’a Deu monte tornerai a damage, [*]
Les clers quil servent a dueil et a hontage. » [*]
470Li apostoiles en fu molt esmaiables, [*]
N’i volsist estre por tot l’or de Cartage ; [*]
Conduit demande a l’amirant Galafre.[*]

Por salf conduit treis Sarrazins li baille. [*]
Li reis Galafres encore l’en araisne :
475« Parlez a mei, sire al chaperon large ; [*]
Ne dites mie que ge nul tort vos face
De la cité qu’est de mon eritage ;
Prenez un ome apresté de ses armes, [*]
G’en avrai un de mon riche lignage :[*]
480Por champions les metrons en la place ; [*]
Se vo Deus a nul poeir qu’il le face, [*]
Que li miens seit, conquis par vo barnage, [*]
Dont avrez Rome quite et a eritage ; [*]
Ne troverez en trestot vostre eage
485Qui vos en toille vaillissant un fromage. [*]
Et se c’est chose que de convent vos faille,
Ansdous mes filz retenez en ostage, [*]
Que reençon un denier ne lor baille,
Ainz les pendez ambesdous a un arbre. »[*]
490Quant l’apostoiles entent la raison sage, [*]
Ne fust si liez por tot l’or de Cartage ; [*]
Dont li remembre del conte Fierebrace
Tot adobé el mostier devant l’arche. [*]
Bien set que mieldre ne puet porter ses armes.[*]


XIX

495Li apostoiles fu molt bien enseigniez ;
Or veit il bien que Deus li vuelt aidier, [*]
Quant par un ome puet son dreit desraisnier.
Molt requiert bien son dreit vers l’aversier :
« Sire, » fait il, « a celer ne vos quier, [*]
500Quant par dous omes nos convendra plaidier, [*]
Vo champion verreie volentiers, [*]
Qui contre Deu vuelt Rome chalengier. » [*]
Respont li reis : « Tot en sui aaisiez. » [*]
L’en li ameine le rei Corsolt en pié, [*]
505Lait et anché, hisdos come aversier ;[*]
Les uelz ot roges com charbon en brasier, [*]
La teste lee et herupé le chief ; [*]
Entre dous ueilz ot de lé demi pié, [*]
Une grant teise de l’espalle al braier ; [*]
510Plus hisdos om ne puet de pain mangier. [*]
Vers l’apostoile comence a reoillier ;
A voiz escrie : « Petiz om, tu que quiers ? [*]
Est ce tes ordenes que halt iés reoigniez ? [*]
— Sire, » fait il, « ge serf Deu al mostier, [*]
515Deu et saint Pere, qui devant nos est chiés. [*]
De soe part vos vorreie preier

Que vos voz oz retorner feïssiez :[*]
Ge vos dorrai le tresor del mostier ; [*]
N’i remandra calice n’encensier, [*]
520Or ne argent qui vaille un sol denier, [*]
Que ne vos face ça hors apareillier. »
Respont li reis : « N’iés pas bien enseigniez,
Qui devant mei oses de Deu plaidier ;[*]
C’est l’om el mont qui plus m’a fait irier : [*]
525Mon pere ocist une foldre del ciel ; [*]
Tot i fu ars, ne li pot l’en aidier. [*]
Quant Deus l’ot mort, si fist que enseigniez ;[*]
El ciel monta, ça ne volt repairier ; [*]
Ge nel poeie sivre ne enchalcier, [*]
530Mais de ses omes me sui ge puis vengiez ; [*]
De cels qui furent levé et baptisié
Ai fait destruire plus de trente miliers,
Ardeir en feu et en eve neier ;
Quant ge la sus ne puis Deu guerreier, [*]
535Nul de ses omes ne vueil ça jus laissier,
Et mei et Deu n’avons mais que plaidier :
Meie est la terre et siens sera li ciels. [*]
Se ge par force puis prendre cest terrier, [*]
Quant qu’a Deu monte ferai tot essillier, [*]
540Les clers qui chantent as coltels escorchier, [*]

Et tei meïsme, qui sire iés del mostier, [*]
Ferai rostir sor charbon en foier, [*]
Si que li feies en cherra el brasier. » [*]
Quant l’apostoiles l’oï ensi plaidier,
545N’est pas merveille s’il en fu esmaiez. [*]
Il et li abes prenent a conseillier :[*]
« Par saint Denis, cil Turs est esragiez ! [*]
Grant merveille est quant terre est soz ses piez, [*]
Qu’el feu d’enfer ne l’a Deus enveié. [*]
550Ahi ! Guillelmes, li marchis al vis fier,
Cil te guarisse qui en croiz fu dreciez ! [*]
Contre sa force n’a la toe mestier. » [*]
Conduit demande a Galafre le fier,
Et il li charge les filz de sa moillier ;[*]
555De ci a Rome le conduient a pié. [*]
Li cuens Guillelmes i est venuz premiers ; [*]
Il le saisist par le fer de l’estrier :[*]
« Sire, » fait il, « come avez espleitié ? [*]
Et quar me dites, veïstes l’aversier [*]
560Qui contre Deu vuelt Rome desraisnier ? [*]
Gentilz om, sire, avez tant espleitié ? [*]
— Oïl, bels sire, a celer ne vos quier, [*]

Ce n’est pas om, ainz est uns aversiers.
Se vif esteient Rolanz et Oliviers, [*]
565Yve et Yvoires, Hates et Berengiers, [*]
Et l’arcevesques, et l’enfes Manessiers, [*]
Estolz de Langres, et li corteis Gualtiers, [*]
Et avuec els Gerins et Engeliers, [*]
Li doze per, qui furent detrenchié,
570Et se i fust Aimeris li guerriers, [*]
Vo gentilz pere, qui tant fait a preisier, [*]
Et tuit vo frere, qui sont buen chevalier, [*]
Ne l’osereient en bataille aprochier. [*]
— Deus ! » dist Guillelmes, « dites mei que ce iert ; [*]
575Or vei ge bien falsez est li clergiez. [*]
Ja dites vos que Deus par est tant chiers,
Qui que il vuelt maintenir et aidier, [*]
Nuls nel porra honir ne vergoignier, [*]
Ardeir en feu ne en eve neier.
580Mais, par l’apostre qu’on a Rome requiert,
Se il aveit vint teises vers le ciel, [*]
Si combatreie al fer et a l’acier. [*]
Se Deus nos vuelt nostre lei abaissier, [*]
Bien i puis estre ocis et detrenchiez,
585Mais s’il me vuelt maintenir et aidier, [*]
N’a soz ciel ome qui me puisse empirier, [*]

Ardeir en feu o en eve neier. »
Quant l’apostoiles l’oï ensi plaidier :
« Ahi » dit il, « nobiles chevaliers,
590Cil te guarisse qui en croiz fu dreciez ! [*]
Tel hardement ne dist mais chevaliers.
Ou que tu ailles, Jesus te puisse aidier, [*]
Quant as en lui pensee et desirrier ! » [*]
Le braz saint Pere aporte del mostier ; [*]
595L’or et l’argent en ont fait esrachier, [*]
La maistre jointe font al conte baisier, [*]
Puis l’en font croiz sor son helme d’acier, [*]
Contre le cuer et devant et derrier ;
Si faiz joiels li ot le jor mestier :
600Ne fu puis om quil peüst empirier, [*]
Ne mais itant l’espès de dous deniers, [*]
Dont li frans om ot puis grant reprovier.[*]
A tant en monte sor l’alferant destrier.[*]
A son col pent un escu de quartier,
605Et en son poing un reit trenchant espié. [*]
De ci qu’al tertre ne s’i volt atargier. [*]
Molt le reguardent paien et aversier ; [*]
Dist l’uns a l’altre : « Vei la bel chevalier [*]
Et pro et sage, corteis et enseignié ;[*]

610S’eüst son per ou deüst bataillier, [*]
Fiers fust ancui l’estors al comencier ; [*]
Mais vers Corsolt n’a sa force mestier :[*]
De tels quatorze ne dorreit un denier. » [*]


XX

Li reis Galafres est de son tref issuz ;
615A lei de rei est chalciez et vestuz ;[*]
Le tertre esguarde et celui qui fu sus, [*]
Dist a ses omes : « Li Franceis est venuz.
Gel vei al tertre : bien li siet ses escuz ; [*]
Cil deit combatre vers Corsolt le membru, [*]
620Mais vers lui est et chaitis et menuz.
Pou i valdra Mahomez et Cahu, [*]
Se cil n’est tost par rei Corsolt vencuz. » [*]
Li reis le mande et il i est venuz ;
Vait li encontre les dous braz estenduz :[*]
625« Bels niés, » dist il, « bien seiez vos venuz !
Vei le Franceis sor le tertre batu :[*]
S’est quil requiere n’a talent qu’il remut. » [*]
Respont Corsolz : « Morz est et confonduz ;[*]
Puis que gel vei, ja n’iert plus atendu. [*]
630Or tost mes armes : qu’atendereie plus ? »[*]
Il i corurent set rei et quinze duc,[*]

Si li aportent soz un arbre ramu ;
Mais de tels armes ne cuit qu’il en seit plus ;[*]
S’uns altre om les eüst el dos vestu, [*]
635Nes remuast por tot l’or qui onc fu. [*]


XXI

Quatorze rei armerent l’aversier ; [*]
El dos li vestent une broigne d’acier,
Desus la broigne un blanc halberc doblier, [*]
Puis ceint l’espee dont trenche li aciers ; [*]
640Teise ot de lonc et de lé demi pié ; [*]
Il ot son arc et ses turqueis laciez, [*]
Et s’arbaleste et ses quarels d’acier, [*]
Darz esmoluz, afaitiez por lancier. [*]
On li ameine Alion son destrier ;
645A grant merveille par fu li chevals fiers, [*]
Si desreez, com j’oï tesmoignier, [*]
D’une grant teise n’i pot on aprochier, [*]
Fors que icil qui en fu costumiers. [*]
Quatre darz ot a la sele atachiez,
650Mace de fer porte a l’arçon derrier. [*]
Li reis Corsolz i monta par l’estrier ;

A son col pent un escu a or mier, [*]
Une grant teise ot l’escuz de quartier ; [*]
Mais ainz de lance ne deigna il baillier ; [*]
655De dobles armes l’ont bien apareillié. [*]
Deus ! quels chevals, quil peüst chasteier ! [*]
Et neporquant il cort si li destriers [*]
Ne s’i tenist ne lievre ne levriers. [*]
Envers son oncle se prist a desraisnier, [*]
660A voiz s’escrie : « Faites pais, si m’oiez :[*]
Les seneschals faites tost avancier, [*]
Les tables metre, atorner le mangier ;[*]
Por cel Franceis ne l’estuet delaier, [*]
Plus tost l’avrai ocis et detrenchié
665Que vos n’iriez demi arpent a pié ;[*]
Ja de m’espee ne le quier atochier, [*]
Se de ma mace puis un cop empleier ;[*]
Se tot n’abat et lui et le destrier,
Ja mais frans om ne me doint a mangier ! » [*]
670Paien escrient : « Mahom te puisse aidier ! »
Trés parmi l’ost comença a brochier ; [*]
A Mahomet l’ost comandé paien. [*]
Li cuens Guillelmes vit venir l’aversier,
Lait et hisdos et des armes chargié ;

675S’il le redote, nuls n’en deit merveillier.[*]
Deu reclama le pere dreiturier :
« Sainte Marie, com ci a buen destrier ! [*]
Molt par est buens por un prodome aidier ; [*]
Mei le convient des armes espargnier.
680Deus le guarisse, qui tot a a jugier,
Que de m’espee ne le puisse empirier. » [*]
De tel parole n’eüst coarz mestier. [*]


XXII

Guillelmes fu sor le tertre montez, [*]
De beles armes vestuz et conreez ; [*]
685Veit le paien venir tot esfreé ;[*]
S’il le redote ne fait mie a blasmer.
A pié descent del destrier sejorné ; [*]
Contre Orient aveit son vis torné, [*]
Une preiere a dit de grant bonté :[*]
690N’a soz ciel ome qui de mere seit nez,
S’il la diseit par buene volenté, [*]
Al matinet, quant il sereit levez, [*]
Ja puis deables nel porreit encombrer.[*]

Deu reclama par grant humilité :[*]
695« Glorios Deus, qui me feïstes né, [*]
Feïs la terre tot a ta volenté, [*]
Si la closis environ de la mer ; [*]
Adam formas et puis Evain sa per ;
En paradis les en menas ester ; [*]
700Li fruiz des arbres lor fu abandonez,
Fors d’un pomier, icil lor fu veez ; [*]
Il en mangierent, ce fu granz foletez ; [*]
Grant honte en orent, quant nel porent celer. [*]
De paradis les en convint aler, [*]
705Venir a terre, foïr et laborer, [*]
Et mortel vie sofrir et endurer.
Caïns ocist Abel par cruelté ;
Adonc convint terre braire et crier ;
Uns cruels dons li fu cel jor donez :[*]
710Riens n’en istra n’i conviegne rentrer. [*]
Deus, cil qui furent de celui pueple né [*]
Ainz ne vos vorent servir ne onorer :[*]
Toz les feïstes al deluge finer. [*]
N’en eschapa solement que Noé, [*]
715Et si trei fill, et chascuns ot sa per.[*]

De totes bestes, por le siecle estorer, [*]
Masle et femele fist en l’arche poser. [*]
Deus, de cel siecle qui de cels furent né [*]
Issi la vierge qui tant ot de bonté, [*]
720Ou vos deignastes vostre cors esconser. [*]
De char et d’os i fu tes cors formez, [*]
Et del saint sanc qui fu martir clamez. [*]
En Bethleem, la mirable cité,
La vos plot il, vrais Deus, a estre nez,[*]
725Tot veirement, a la nuit de Noel ; [*]
Sainte Anestase vos feïstes lever :[*]
N’ot nules mains por vo cors onorer ;
Vos li rendistes tot a sa volenté. [*]
Et des treis reis fustes vos visitez,
730D’or et de mire et d’encens esmeré ; [*]
Par altre veie les en feïs aler, [*]
Tot por Herode, qui tant ot cruelté,
Qui les voleit ocire et desmembrer.
Li innocent i furent decolé,
735Trente milier, ce truevent clerc letré. [*]
Trente et dous anz, come altres om charnels, [*]
Alas par terre le pueple doctriner ;[*]
Et si alas el desert geüner, [*]
Quarante jorz acompliz et passez ; [*]
740Et al deable vos laissastes porter. [*]
As blanches pasques, qu’on deit palmes porter,[*]

La vos plot il, verais Deus, a aler [*]
En Jersalem, la mirable cité, [*]
Par Portes Oires, que firent defermer. [*]
745Guerpis les riches, ce fu granz simpletez, [*]
As povres fu vo corages tornez.
Chiés Simon fustes le lepros ostelez.
Li doze apostre i furent assemblé ;
La Madeleine queiement, a celé,
750Vint soz la table, que n’osa mot soner, [*]
De cleres lairmes ot voz dous piez lavez, [*]
De ses chevels en après essuiez ; [*]
Iluec li furent si pechié pardoné. [*]
La fist Judas de vos grant cruelté ; [*]
755Il vos vendi, ce fu granz foletez, [*]
Trente deniers del tens Matusalé ; [*]
En baisant fustes as fals juïs livrez [*]
Et a l’estache leiez et arestez, [*]
Tresqu’al matin, que il fu ajorné, [*]
760Que en un tertre vos en firent mener, [*]
Mont Escalvaire, ensi l’oï nomer. [*]
A vo col firent vostre grant crois porter, [*]
Et d’un mantel molt hisdos afubler,[*]

Ainz n’i passastes un pas, par verité, [*]
765Que ne fussiez o feruz o botez. [*]
En sainte crois fu vostre cors penez [*]
Et vo chier membre travaillié et lassé. [*]
Longis i vint, qui fu bien eürez, [*]
Ne vos vi mie, ainz vos oï parler, [*]
770Et de la lance vos feri el costé,
Li sans et l’eve li cola al poing clers ; [*]
Terst en ses uelz, si choisi la clarté, [*]
Bati sa colpe par grant umilité,
Iluec li furent si pechié pardoné.
775Nicodemus, ensemble o lui José, [*]
Vindrent a vos, come laron nuitel, [*]
De la crois ont voz membres remué, [*]
Et el sepulcre et colchié et posé, [*]
Et al tierz jor fustes ressuscitez. [*]
780Dreit en enfer fu voz chemins tornez. [*]
Toz voz amis en alastes geter, [*]
Qui longement i aveient esté.
Si com c’est veir, bels reis de magesté, [*]
Defent mon cors, que ne seie afolez. [*]
785Ci dei combatre encontre cest malfé, [*]
Qui tant est granz, parcreüz et membrez. [*]
Sainte Marie, s’il vos plaist, secorez,[*]

Par coardise ne face lascheté,
Qu’a mon lignage ne seit ja reprové. » [*]
790Seigne son vis, en est a tant levez. [*]
Li Sarrazins vint a lui esfreez, [*]
Ou veit Guillelme si l’a araisoné :
« Di mei, Franceis, ne me seit pas celé, [*]
A cui as tu si longement parlé ?
795— Veir, » dist Guillelmes, « ja orras verité :[*]
A Deu de gloire, le rei de magesté,
Qu’il me conselt par la soe bonté, [*]
Que je te puisse toz les membres coper, [*]
Et que tu seies par mei en champ matez. »
800Dist li paiens : « Tu as molt fol pensé. [*]
Cuides tu donques tes Deus ait poesté
Que il te puisse vers mei en champ tenser ? [*]
— Gloz, » dist Guillelmes, « Deus te puist mal doner !
Quar s’il me vuelt maintenir et guarder, [*]
805Tost en sera tes granz orguelz matez. [*]
— Veir, » dist li Turs, « tu as molt fol pensé. [*]
Se tu voleies Mahomet aorer,
Et le tien Deu guerpir et desfier,
Ge te dorreie aveir et richeté, [*]
810Plus que n’ot onques trestoz tes parentez. [*]
— Gloz, » dist Guillelmes, « Deus te puist mal doner !
Que ja par mei n’iert mais Deus desfiez. [*]
— Veir, » dist li Turs, « tu iés de grant fierté, [*]
Quant en bataille ne puis ton cors tenser.

815Come as tu nom ? Ne le me deis celer. [*]
— Veir, » dist Guillelmes, « ja orras verité ;[*]
Ainz por nul ome ne fu mes noms celez. [*]
J’ai nom Guillelme le marchis, a nom Dé, [*]
Fill Aimeri, le vieil chenu barbé,
820Et Hermenjart, ma mere o le vis cler, [*]
Frere Bernart de Brebant la cité[*]
Et frere Hernalt de Gironde sor mer, [*]
Frere Guarin, qui tant fait a loer, [*]
De Commarchis Buevon le redoté,
825Frere Guibert d’Andernas le meinzné ;[*]
Si est mes frere li gentilz Aïmers, [*]
Qui n’entre en loge ne feste chevroné, [*]
Ainz est toz jorz al vent et a l’oré, [*]
Et si de trenche Sarrazins et Esclers ; [*]
830La vostre gent ne puet il point amer. »[*]
Li paiens l’ot, a pou qu’il n’est desvez ;[*]
Les ueilz reoille, s’a les sorcilz levez :[*]
« Culverz Franceis, or as tu trop duré, [*]
Quar tes lignages a mort mon parenté. »[*]


XXIII

835Li Sarrazins l’apela fierement :[*]
« Di va, Guillelmes, molt as fol escient, [*]
Quant celui creiz qui ne te valt neient.
Deus est la sus, desor le firmament ;[*]
Ça jus de terre n’ot il onques arpent, [*]
840Ainz est Mahom et son comandement.
Totes voz messes ne toz voz sacremenz, [*]
Voz mariages ne voz esposemenz [*]
Ne pris ge mie ne qu’un trespas de vent. [*]
Crestientez est tot foleiemenz. [*]
845— Gloz, » dist Guillelmes, « li cors Deu te cravent ! [*]
La toe lei torne tote a neient ; [*]
Que Mahomez, ce sevent plusor gent, [*]
Il fu profetes Jesu omnipotent ;[*]
Si vint en terre par le mont preechant. [*]
850Il vint a Mesques trestot premierement, [*]
Mais il bu trop, par son enivrement, [*]
Puis le mangierent porcel vilainement. [*]
Qui en lui creit il n’a nul buen talent. » [*]
Dist li paiens : « Trop mentez malement ; [*]
855Se tu vuels faire tot mon comandement
Et Mahomet creire veraiement,[*]

Ge te dorrai onor et chasement
Plus qu’onques n’orent tuit ti meillor parent ; [*]
Quar tes lignages est molt de halte gent, [*]
860De tes proeces oï parler sovent ;[*]
C’iert granz damages se tu muers si vilment. [*]
Se le vuels faire, di le mei errament, [*]
O se ce non, ja morras a torment. [*]
— Gloz, » dist Guillelmes, « li cors Deu te cravent !
865Or te pris meins que al comencement ;
Al menacier n’a point de hardement. » [*]
Guillelmes monte molt acesmeement,[*]
Estrier n’i baille n’a arçon ne se prent. [*]
Prent son escu et a son col le pent ;
870L’espié brandist par si fier maltalent, [*]
Lance a fermee a l’enseigne qui pent. [*]
Li Sarrazins l’esguarde fierement, [*]
Et dist en bas, que nuls om ne l’entent :[*]
« Par Mahomet, ou la meie ame apent,
875Cil om est pleins de molt fier hardement. » [*]
S’adonc seüst Guillelmes son talent
Et il volsist prendre l’acordement,
Ja trovast pais assez legierement.[*]


XXIV

« Di va, Franceis, » dist Corsolz li salvages, [*]
880Par le tien Deu, por qui tu deis combatre, [*]
Claimes tu Rome com ton dreit eritage ? [*]
— Tu l’orras ja, » dist li cuens Fierebrace.
« Ge dei combatre a cheval et as armes [*]
El nom de Deu, le pere esperitable.
885Par dreit est Rome nostre empereor Charle, [*]
Tote Romagne et Toscane et Calabre ;[*]
Saint Pere en est et li porz et li arche, [*]
Et l’apostoile, qui desoz lui le guarde. » [*]
Respont li reis : « Tu n’iés mie bien sages. [*]
890Quant tu par force vuels aveir l’eritage, [*]
Dont est il dreiz et raison que m’assailles. [*]
Or te ferai un molt bel avantage ;[*]
Prent ton espee et si restreing tes armes, [*]
Fier m’en l’escu, ja n’en serai muables :[*]
895Ge vueil veeir un pou de ton barnage, [*]
Com petiz om puet ferir en bataille. » [*]
Et dist Guillelmes : « Fols sui se plus m’en targe. » [*]
Le cheval point, un grant arpent trespasse [*]
De la montaigne, qui tant est granz et larges.[*]

900Tot entor lui a restreintes ses armes ;[*]
Li Sarrazins ne se mut de la place.
Dist l’apostoiles : « Ja avrons la bataille. [*]
Or tost a terre et li fol et li sage :[*]
Chascuns prit Deu de molt riche corage [*]
905Qu’il nos rameint Guillelme Fierebrace [*]
Tot sain et salf dedenz Rome la large. » [*]
Li gentilz cuens a choisi le barnage,
Qui por lui prient ; fols est se plus s’atarge.
Le cheval broche, les dous resnes li lasche. [*]
910Brandist la lance o l’enseigne de paile, [*]
Fiert le paien sor la vermeille targe :[*]
Teinz et verniz et li fuz en trespasse, [*]
Le blanc halberc li desront et desmaille, [*]
La vieille broigne ne li valu meaille ; [*]
915Par mi le cors son reit espié li passe, [*]
Que d’altre part peüst l’en une chape [*]
Soz le fer pendre, qui bien s’en preïst guarde. [*]
Li cuens Guillelmes par tel vertu trespasse, [*]
Le bon espié hors del cors li esrache. [*]
920Ainz li paiens n’en perdi son corage, [*]
Ainz dist soef, que nuls om ne le sache :[*]

« Par Mahomet, a cui j’ai fait omage,
Molt par est fols qui petit ome blasme, [*]
Quant il le veit entrer en grant bataille. [*]
925Quant ge le vi ui main en cest erbage, [*]
Molt pou prisai et lui et son barnage, [*]
Et d’altre part le tieng ge a folage, [*]
Quant desor mei li donai avantage, [*]
Qu’ainz mais par ome ne reçui tel damage. » [*]
930Tel angoisse ot a pou qu’il ne se pasme. [*]
Li cuens Guillelmes del referir se haste. [*]


XXV

Guillelmes fu molt vertuos et forz ;
Le paien a feru par mi le cors, [*]
Par si grant ire en a trait l’espié hors [*]
935Tote la guiche li desrompi del col, [*]
Qu’a terre chiet li bons escuz a or.
Tuit cil de Rome s’escrient a esforz :
« Refier, frans om, Deus sostiegne ton cors ![*]
Sainz Pere, sire, seiez guaranz as noz ! » [*]
940Li cuens Guillelmes a entendu les moz, [*]
Le destrier broche, qui li desserre tost, [*]
Brandist la hanste, le gonfanon destort,
Fiert le paien sor l’alberc de son dos, [*]

Qu’il li desmaille et desront et desclot,[*]
945La vieille broigne ne li valu dous clos :[*]
L’espié li mist trés par mi leu del cors, [*]
Que d’altre part en paru li fers hors. [*]
De meindre plaie fust uns altres hom morz.
Li Sarrazins ne s’est de rien estorz ;[*]
950A son arçon a pris un javelot, [*]
Envers Guillelme l’a lancié si trés fort [*]
Si bruit li cos que foldre qui destort. [*]
Li cuens s’abaisse, que paor ot de mort, [*]
Triers l’armeüre le feri sor le dos ;[*]
955Deus le guari que en char nel tochot :[*]
« Deus, » dist li cuens, « qui formastes saint Loth, [*]
Defent mei, sire, que ge n’i muire a tort ! » [*]


XXVI

Li Sarrazins se sent navré parfont :
Li bruns espiez li gist sor le polmon, [*]
960 Li sanz en raie de ci a l’esperon ;[*]
Et dit soef, que ne l’entendi on : [*]
« Par Mahomet, dont j’atent le pardon,

Ainz mais por ome n’oi tel destrucion.
Et d’altre chose me retieng a bricon,
965Quant desor mei li delivrai le don. » [*]
Un dart molu a pris a son arçon, [*]
Envers Guillelme le lança de randon, [*]
Si bruit li cos come uns alerions. [*]
Li cuens guenchi, qui dota le felon,[*]
970Porquant li trenche son escu a lion :
La vieille broigne ne li fist guarison ;
Lez le costé li passe a tel randon [*]
Que d’altre part fiert dous piez el sablon.
Veit le Guillelmes, si tient le chief embronc,
975Deu reclama par son saintisme nom :[*]
« Glorios pere, qui formas tot le mont, [*]
Qui feïs terre sor le marbrin perron, [*]
De mer salee la ceinsis environ, [*]
Adam feïs de terre et de limon,
980Evain sa per, que de fi le savons, [*]
De paradis lor feïstes le don, [*]
Le fruit des arbres lor meïs a bandon, [*]
Fors d’un pomier lor veastes le don ; [*]
Cil en mangierent, ne firent se mal non, [*]
985Mais puis en orent si cruel guerredon [*]
Qu’en enfer furent, el puis de Baratron, [*]
Qu’adonc serveient Berzebut et Neiron. [*]

A unes pasques feïs procession, [*]
Que d’une asnesse chevalchas le faon, [*]
990Si vos sivirent li petit enfançon ;
As blanches pasques en font procession [*]
Et un et altre li prestre et li clerçon. [*]
Et herberjas chiés le lepros Simon.[*]
La Madeleine feïstes le pardon, [*]
995Qui mist ses uelz sor voz piez a bandon, [*]
Et i plora par buene entencion ;[*]
Tu l’en levas a mont par le menton, [*]
De ses pechiez li feïstes pardon ;
La fist Judas de vos la traïson :
1000Il vos vendi, s’en ot mal guerredon, [*]
Trente deniers en reçut li felon ; [*]
Et en la crois fustes mis a bandon. [*]
Juïf en firent come encrisme felon :
Ne vorent creire vostre surreccion. [*]
1005El ciel montas al jor d’Ascencion,
Dont viendra, sire, la grant redempcion, [*]
Al jugement, ou tuit assemblerons. [*]
La ne valdra pere al fill un boton, [*]
Li prestre n’iert plus avant del clerçon, [*]
1010Ne l’arcevesques de son petit guarçon, [*]
Li reis del duc, ne li cuens del troton, [*]
Nuls om traïtre n’i avra guarison. [*]

Et as apostres donas confession ;
Meïs saint Pere el chief del pré Neiron, [*]
1015Et convertis saint Pol son compaignon ;
Jonas guaris el ventre del peisson, [*]
Et de la fame le cors saint Simeon, [*]
Et Daniel enz la fosse al lion ;
Et Simomague abatis le felon ; [*]
1020Moyses vi la flame enz el buisson, [*]
Qui n’ardeit busche ne ne feseit charbon.
Si com c’est veir, et creire le deit on,
Defent mon cors de mort et de prison, [*]
Que ne m’ocie cist Sarrazins felon ; [*]
1025Tant porte d’armes qu’aprochier nel puet on,
Quar s’arbaleste li pent a son giron, [*]
Mace de fer li pent a son arçon. [*]
Se cil n’en pense qui Longis fist pardon,
Ja n’iert conquis, trop a d’armes fuison. »[*]
1030Corsolz li dist treis moz par retraçon :[*]
« Ahi ! Guillelmes, come as cuer de felon ;[*]
A grant merveille sembles buen champion, [*]
De l’escremir ne resembles bricon ; [*]
Mais par ces armes n’avras ja guarison. » [*]
1035Lors trestorna son destrier aragon, [*]
Et trait l’espee qui li pent al giron, [*]

Et fiert Guillelme par tel devision [*]
Que le nasel et l’elme li desront.[*]
Trenche la coife del halberc fremillon, [*]
1040Et les chevels li trenche sor le front, [*]
Et de son nés abat le someron.
Maint reprovier en ot puis li frans om.
Li cols devale par de desus l’arçon, [*]
Que del cheval li a fait dous tronçons. [*]
1045Li cols fu granz, si vint de tel randon [*]
Que treis cenz mailles en abat el sablon ;[*]
L’espee vole hors des mains al gloton. [*]
Li cuens Guillelmes salt en pié contre mont,
Et trait Joiose, qui li pent al giron ; [*]
1050Ferir le cuide par desus l’elme a mont, [*]
Mais tant esteit et parcreüz et lons [*]
N’i avenist por tot l’or de cest mont.
Li cols descent sor l’alberc fremillon,
Que treis cenz mailles en abat el sablon. [*]
1055La vieille broigne fist al Turc guarison ;[*]
Ne l’empira vaillant un esperon. [*]
Corsolz li dist dous moz par contençon :[*]
« Ahi ! Guillelmes, come as cuer de felon ! [*]
Ne valent mais ti colp un haneton. » [*]
1060Tuit cil de Rome s’escrient a halt ton, [*]
Et l’apostoiles, qui fu en grant friçon :
« Sainz Pere, sire, secor ton champion, [*]

Se il i muert male iert, la retraçon ; [*]
En ton mostier, por tant que nos vivons, [*]
1065N’avra mais dite ne messe ne leçon. » [*]


XXVII

Li cuens Guillelmes a la chiere membree
Fu tot armez sor la montaigne lee ; [*]
Veit le paien qui ot perdu s’espee, [*]
Dont son cheval ot trenchié l’eschinee. [*]
1070Li Turs passe oltre plus d’une arbalestee,
Tot en poignant sa mace a destesee, [*]
Envers Guillelme en vint gole baee ; [*]
Alsi escume come beste eschalfee [*]
Que li chiens chacent en la selve ramee. [*]
1075Li cuens le veit, s’a sa targe levee. [*]
Li Turs i fiert de si grant randonee [*]
De chief en altre li a tote quassee, [*]
Emprès la bocle li a tote copee ;[*]
Par le pertuis i passast de volee
1080Uns esperviers, senz point de demoree.

Emprès le helme est la mace passee.
Baissa le chief a icele encontree.
Ja mais par lui ne fust Rome aquitee,
Se Deus ne fust et la vierge onoree.
1085Tuit cil de Rome haltement s’escrierent ; [*]
Dist l’apostoiles : « Que fais tu or, sainz Pere ? [*]
Se il i muert, c’iert male destinee ;
En ton mostier n’iert mais messe chantee,
Tant com ge vif ne que j’aie duree. »[*]


XXVIII

1090Li cuens Guillelmes fu molt estoltoiez,
Et de cel colp fu durement chargiez, [*]
Mais d’une chose s’est il molt merveilliez, [*]
Que li Turs a tant duré el destrier, [*]
Por ce qu’il ot tant durement saignié ;[*]
1095Et s’il volsist il l’eüst mis a pié, [*]
Mais il espargne quanqu’il puet le destrier,
Quar il se pense, s’il le puet guaaignier, [*]
Bien li porreit ancore aveir mestier. [*]
Li Sarrazins vint a lui eslaissiez ;[*]
1100Ou veit Guillelme, si l’a contraleié :[*]
« Culverz Franceis, or iés mal engeigniez,
Quar de ton nés as perdu la meitié ; [*]
Or seras mais Looïs provendiers, [*]
Et tes lignages en avra reprovier. [*]

1105Or veiz tu bien ne te puez plus aidier ;
O tot ton cors m’en estuet repairier,
Quar l’amiranz m’atent a son mangier ;
Molt se merveille que ge puis tant targier. »[*]
Il s’abaissa vers son arçon premier, [*]
1110De devant lui le voleit enchargier [*]
Trestot armé sor le col del destrier.
Veit le Guillelmes, le sens cuide changier ;
Bien fu en aise por son colp empleier, [*]
Et fiert le rei, que n’ot soing d’espargnier, [*]
1115Par mi son elme, qui fu a or vergiez, [*]
Que flors et pierres en a jus tresbuchié, [*]
Et li trencha le maistre chapelier. [*]
La bone coife li convint eslongier, [*]
Que pleine palme li fent le hanepier ; [*]
1120Tot l’embroncha sor le col del destrier.
Les armes peisent, ne se pot redrecier :[*]
« Deus, » dist Guillelmes, « com j’ai mon nés vengié ! [*]
Ne serai mais Looïs provendiers,[*]
Ne mes lignages n’en avra reprovier. »[*]
1125Son bras a fors des enarmes sachié, [*]
L’escu geta enz el champ estraier :[*]
Tel hardement ne fist mais chevaliers. [*]

Se li Turs fust sains et sals et entiers, [*]
Par grant folie fust li plaiz comenciez ;
1130Mais Deu ne plot plus se peüst aidier. [*]
Li cuens Guillelmes ne s’i volt atargier ;[*]
A ses dous poinz saisist le brant d’acier [*]
Et fiert le rei, n’ot soing de l’espargnier, [*]
Par mi les laz de son elme vergié.
1135La teste o l’elme fist voler quatre piez ; [*]
Li cors chancele et li Sarrazins chiet. [*]
Li cuens Guillelmes ne s’i volt delaier ; [*]
La buene espee dont son nés ot trenchié, [*]
Il la volt ceindre, mais trop longe li iert ; [*]
1140Vint a l’arçon, maintenant la pendié. [*]
Pié et demi sont trop lonc li estrier : [*]
Grant demi pié les a lors acorciez. [*]
Li cuens Guillelmes i monta par l’estrier, [*]
Del Sarrazin a retrait son espié,
1145Qu’il li aveit enz el corps apoié ; [*]
Tot entor l’anste en est li sanz glaciez :[*]
« Deus, » dist Guillelmes, « com vos dei graciier [*]
De cest cheval que j’ai ci guaaignié !
Or nel dorreie por l’or de Montpelier. [*]
1150Hui fu tel ore que molt l’oi conveitié. »[*]
De ci a Rome ne s’est pas atargiez. [*]

Li apostoiles i est venuz premiers, [*]
Si le baisa quant l’elme ot deslacié.
Tant ont ploré li cuens Bertrans, ses niés, [*]
1155Et Guielins et li corteis Gualtiers ![*]
Tel paor n’orent a nul jor desoz ciel :[*]
« Oncles, » fait il, « estes sains et haitiez ?[*]
— Oïl, » fait il, « la merci Deu del ciel, [*]
Mais que mon nés ai un poi acorcié ;[*]
1160Bien sai mes nons en sera alongiez. » [*]
Li cuens meïsmes s’est iluec baptisiez :
« Dès ore mais, qui mei aime et tient chier, [*]
Trestuit m’apelent, Franceis et Berruier, [*]
Conte Guillelme al cort nés le guerrier. »
1165Onc puis cel nom ne li pot l’en changier. [*]
Puis ne finerent tresqu’al maistre mostier.
Cil ot grant joie qui le tint par l’estrier. [*]
La nuit font feste por le franc chevalier, [*]
Tresqu’al demain que jorz fu esclairiez, [*]
1170Que d’altre chose voldront assez plaidier.
Et dist Bertrans : « As armes, chevalier ![*]
Puis que mes oncles a le champ guaaignié
Vers le plus fort qui tant ert resoigniez, [*]
Bien nos devons as feibles essaier.
1175Oncles Guillelmes, faites vos aaisier, [*]
Quar molt par estes penez et travailliez. »

Guillelmes l’ot, si s’en rit par feintié :[*]
« Hé ! Bertrans, sire, or del contraleier ! [*]
Ja vo contraires ne vos avra mestier,
1180Que, par l’apostre que requierent palmier,
Ge ne laireie por l’or de Montpelier [*]
Que ge ne voise si maistre renc premiers, [*]
Et i ferrai de l’espee d’acier. »[*]
Quant cil de Rome l’oïrent si plaidier, [*]
1185Li plus coarz en fu proz et legiers.[*]
Dès or se guardent li felon losengier, [*]
Que trop i pueent demorer et targier, [*]
Quar cil de Rome se vont apareillier. [*]


XXIX

Li reis Galafres est de son tref issuz ;
1190A lei de rei est chalciez et vestuz ; [*]
Dist a ses omes : « Or ai ge trop perdu,
Quant par cel ome est Corsolz confonduz.
Li Deus qu’il creient deit bien estre creüz ; [*]
Guardez que tost seit mes trés destenduz ;
1195Fuions nos en, qu’atendrions nos plus ?
Se cil de Rome se sont aperceü,
Ja de nostre ost n’en eschapera nuls. » [*]
Et cil respondent : « Cil conseilz iert tenuz. »[*]
Quatorze grailes sonerent tot a un, [*]

1200Et l’ost monta qui estormi se fu. [*]
Guillelmes a le temulte entendu ;[*]
Dist a ses omes : « Trop avons atendu ;[*]
Paien s’en fuient, li gloton mescreü. [*]
Or tost après, por Deu le rei Jesu ! »[*]
1205Tuit cil de Rome s’en issent a un hu ;[*]
Guillelmes s’est el premier renc tenuz,
Li gentilz cuens, si lassez come il fu ;
Alion broche des esperons aguz,[*]
Si se desreie qu’a peine l’a tenu :[*]
1210Legiers li semble cil qui desor lui fu.[*]
Entre dous tertres ont paiens conseü. [*]
La veïssiez un estor maintenu,
Tant pié colpé, tante teste, tant bu ![*]
Li cuens Bertrans s’i est molt chier vendu. [*]
1215Après sa lance a trait le brant molu :[*]
Cui il ateint jusqu’el piz l’a fendu, [*]
Halbers n’i valt la monte d’un festu, [*]
Maint colp reçut et plus en a rendu ; [*]
Et Guielins i a maint colp feru, [*]
1220Et cil Gualtiers qui de Tolose fu ;
Mais sor toz altres fu Guillelmes cremuz. [*]

Li reis Galafres i fu aperceüz ;[*]
Guillelmes point, a son col son escu, [*]
Li reis Galafres, quant l’a aperceü,
1225De cuer reclaime Mahomet et Cahu :
« Mahomet, sire, coment m’est avenu ?
Se il vos plaist, quar i faites vertuz,
Que ge eüsse Guillelme retenu. »
Le destrier broche des esperons aguz.
1230Li cuens Guillelmes ne fu mie esperduz.
Granz cols se donent a mont sor les escuz ; [*]
Desoz les bocles les ont fraiz et fenduz, [*]
Les blanz halbers desmailliez et rompuz. [*]
Lez les costez sentent les fers moluz. [*]
1235Deus en aida Guillelme le cremu, [*]
Et cil sainz Peres cui champions il fu, [*]
Que par le rei ne fu en char feruz. [*]
Li gentilz cuens li a tel colp rendu
Que d’ansdous parz a les estriers perduz. [*]
1240Li chevals baisse quant a le colp sentu, [*]
Et dont cheï li reis a terre jus.

L’aguz del elme est en terre feruz, [*]
Par si grant force dous des laz a rompuz [*]
Li cuens Guillelmes est sor lui arestuz, [*]
1245Et trait le brant dont l’aciers fu moluz :[*]
Ja li trenchast le chief desus le bu,
Quant Deus i fist miracles et vertuz,
Quar mainz chaitis dolenz et irascuz
En fu le jor fors de prison issuz.


XXX

1250Li cuens Guillelmes fu molt buens chevaliers.
Devant lui vit le rei tot embronchié ;
Se il volsist ja li trenchast le chief, [*]
Quant cil li crie et manaide et pitié :[*]
« Ber, ne m’oci, quant tu Guillelmes iés,
1255Mais vif me prent, molt i puez guaaignier.
Ge te rendrai le riche rei Guaifier,
Lui et sa fille et sa franche moillier
Et trente mile de chaitis prisoniers,
Se ge i muir qui tuit perdront le chief. [*]
1260— Par saint Denis, » dist li cuens al vis fier, [*]
« Por itel chose deis estre respitiez. » [*]
Li cuens Guillelmes s’aficha en l’estrier. [*]
Li reis li rent le riche brant d’acier. [*]

A l’apostoile l’enveie tot premier, [*]
1265Et bien treis cenz des altres prisoniers. [*]
Quant Sarrazin, li gloton losengier, [*]
Veient ensi lor dreit seignor pleissier [*]
En fuie tornent par veies, par sentiers ; [*]
De ci al Teivre n’i voldrent atargier. [*]
1270Lor nés troverent, qui lor ont grant mestier ;[*]
Enz en entrerent, s’esloignent le gravier. [*]
Li cuens Guillelmes est retornez arrier. [*]
Le rei desarment desoz un olivier.
Li gentilz cuens le prist a araisnier :[*]
1275« Hé ! gentilz reis, por Deu le dreiturier,
Coment ravrons les chaitis prisoniers
Qui en voz barges sont estreint et leié ? »[*]
Respont li reis : « De folie plaidiez ; [*]
Quar, por la croiz que requierent palmier, [*]
1280Ja n’en avrez vaillant un sol denier [*]
Devant que seie levez et baptisiez, [*]
Que Mahomet ne me puet plus aidier. [*]
— Deus, » dist Guillelmes, « tu seies graciiez ! »
Li apostoiles ne s’est mie targiez, [*]
1285Ainz a les fonz molt tost apareilliez ;

Le rei i ont levé et baptisié. [*]
Parins li fu Guillelmes li guerriers,
Et Guielins et li corteis Gualtiers,
Et bien tel trente de vaillanz chevaliers [*]
1290N’i a celui ne seit frans om del chief ;[*]
Mais de son nom ne li ont point changié, [*]
Ainz li aferment al nom de crestiien. [*]
L’eve demandent, s’assieent al mangier.
Quant ont assez ce que lor fu mestier [*]
1295Li cuens Guillelmes est resailliz en piez :[*]
« Hé ! gentilz reis, por Deu le dreiturier,
Nobles filluels, et quar vos avanciez.
Coment ravrons les chaitis prisoniers [*]
Qui en voz barges sont estreint et leié ? »[*]
1300Respont li reis : « Or m’estuet conseillier ;[*]
Quar s’or saveient Sarrazin et paien [*]
Que ge me fusse levez et baptisiez, [*]
Ainz me laireient trestot vif escorchier [*]
Qu’il me rendissent vaillant un sol denier. [*]
1305Mais or me faites de mes dras despoillier, [*]
Si me metez sor un guaste somier, [*]
Et avuec mei un quart de chevaliers, [*]
Si près del Teivre que ge puisse huchier. [*]
Trestoz voz omes faites apareillier [*]

1310Desoz cel mur, en cel brueil d’olivier. [*]
Se Sarrazin se vuelent esforcier, [*]
Que il me voillent et secorre et aidier, [*]
Tuit seiez prest as lances abaissier.[*]
— Deus, » dist Guillelmes, « par ta sainte pitié,
1315Mieldre convers ne puet de pain mangier. » [*]
Trestot son buen li ont fait otreier, [*]
Ne mais del batre, de ce l’ont espargnié ; [*]
Ainz l’ensanglentent del sanc a un levrier. [*]
De ci al Teivre ne se voldrent targier. [*]
1320Li reis Galafres comença a huchier ;
A voiz escrie : « Champions, sire niés,
Filz a baron, quar me venez aidier.
Fai en geter les chaitis prisoniers, [*]
Por tant istrai de prison, ce sachiez. »
1325Dist Champions : « Bien t’a Mahom aidié,
Quant por aveir est tes cors respitiez. »
Le dromont font a la rive sachier ;[*]
Fors en ont trait les chaitis prisoniers, [*]
Mais tant les orent batus li losengier, [*]

1330Por ce qu’il furent desconfit et chacié, [*]
N’i a celui n’ait sanglent le braier
Et les espalles et le cors et le chief. [*]
De pitié plore Guillelmes li guerriers.


XXXI

La ou il getent les chaitis de lor barges, [*]
1335N’i a celui n’ait sanglent le visage [*]
Et les espalles et trestot le corsage.
De pitié plore Guillelmes Fierebrace ;
Veit l’apostoile, a un conseil le sache :
« Sire, » fait il, « por Deu l’esperitable,
1340Mainz gentilz om a ci nu le corsage ; [*]
Quar lor donons pels et mantels et chapes, [*]
Or et argent ait chascuns en la place, [*]
Que retorner s’en puissent en lor marches. »
Dist l’apostoiles : « Gentilz om onorables,[*]
1345A onor faire deit chascuns estre larges. [*]
Icest conseil est bien dreiz que l’on face. »[*]
De ci a Rome ne firent arestage ; [*]
Por les chaitis destrosserent lor males, [*]
Si lor donerent et dras et pels et chapes ;[*]

1350Or et argent ot chascuns en la place, [*]
Que bien s’en porent retorner en lor marches.[*]


XXXII

Quant cil a Rome sont ensi repairié, [*]
Li cuens Guillelmes sor un perron s’assiet ;[*]
A tant es vos li riches reis Guaifiers. [*]
1355Tot maintenant li est cheüz as piez :[*]
« Gentilz om, sire, eü m’avez mestier.
Rescos m’avez des mains as aversiers, [*]
Qui en lor terre m’en menassent leié, [*]
Mais ne veïsse mes onors ne mes fiez. [*]
1360Une fille ai, n’a si gente soz ciel :[*]
Ge la vos doins de gré et volentiers,
Se la volez ne prendre ne baillier,
Et de ma terre avrez une meitié, [*]
Après ma mort serez mes eritiers. »[*]
1365Respont li cuens : « Mei estuet conseillier. » [*]
Veit l’apostoile, d’une part l’a sachié :
« Sire, » dist il, « prendrai ge la moillier ? [*]
— Oïl, bels sire, de gré et volentiers. [*]

Bachelers estes, de terre avez mestier. »
1370Respont li cuens : « Bien fait a otreier. »
L’en li ameine a veeir la moillier.
Nuls om de char, pelerins ne palmiers, [*]
Ne seüst tant errer ne chevalchier [*]
Plus bele dame peüst nuls acointier. [*]
1375Cele preïst Guillelmes li guerriers, [*]
Quant par essoigne convint tot respitier, [*]
Com vos orrez ainz le soleil colchier.[*]


XXXIII

Plaist vos oïr de la soe belté ? [*]
Nuls om de char ne peüst tant aler [*]
1380Plus bele dame peüst onques trover. [*]
Cele preïst Guillelmes al cort nés, [*]
Quant par essoigne convint tot refuser, [*]
Com vos orrez ainz qu’il seit avespré. [*]
Es dous messages venant toz abrivez ;[*]
1385De France vienent, s’ont lor chevals lassez [*]
Et recreüz, confonduz et matez. [*]

Tant ont Guillelme et quis et demandé [*]
Qu’il ont le conte enz el mostier trové, [*]
Ou il deveit sa moillier esposer,
1390Et l’apostoiles, qui fu gentilz et ber,
Fu revestuz por la messe chanter ;[*]
Et l’anel prist por la dame esposer, [*]
Quant li message li sont al pié alé :
« Merci, Guillelmes, por sainte charité,
1395De Looïs vos est petit membré, [*]
Que mors est Charles, li gentilz et li ber ; [*]
A Looïs sont les granz eritez. [*]
Li traïtor l’en vuelent hors boter, [*]
Un altre rei il vuelent coroner, [*]
1400Le fill Richart de Roen la cité. [*]
Tot le païs ont a dolor torné, [*]
Gentilz om, sire, se vos nel secorez. » [*]
Ot le Guillelmes, s’est vers terre cliné ; [*]
Veit l’apostoile, d’une part l’a torné :
1405« Sire, » fait il, « quel conseil me donez ? »[*]
Dist l’apostoiles : « Deus en seit aorez ! [*]
Qui conseil quiert bien li deit l’en doner ; [*]
En peneance vos vueil ge comander [*]
Que Looïs vo seignor secorez. [*]
1410C’iert granz damages s’il est deseritez. »
Respont li cuens : « Si com vos comandez, [*]

Ja vo conseilz ne sera refusez. »
Guillelmes baise la dame o le vis cler, [*]
Et ele lui, ne cesse de plorer.
1415Par tel convent es les vos desevrez [*]
Que ne se virent en trestot lor aé :[*]
« Sire Guillelmes, » dist l’apostoiles ber.
« En dolce France vos en convient aler.
Ci remaindra Galafres l’amirez, [*]
1420De vostre part avra Rome a guarder. » [*]
Respont li cuens : « De folie parlez. [*]
De traïson ne fui onques retez :
D’or en avant m’en dei ge bien guarder. [*]
— Sire Guillelmes, » dist l’apostoiles ber,
1425« En dolce France vos en convient aler :
Mil chevaliers avuec vos en merrez, [*]
D’or et d’argent trente somiers trossez. [*]
Toz as conquis, ses en deis bien porter. »[*]
Respont li cuens : « Ce fait a mercier. » [*]


XXXIIII

1430Un diemenche, .xv. jors après Pasques, [*]

Esteit a Rome Guillelmes Fierebrace,
Fame dut prendre et faire mariage,
Trestot aveit entrobliee Orable,
Quant de vers France li sont venu message
1435Qui li aportent unes noveles aspres ;
Que morz esteit li emperere Charles ; [*]
A Looïs sont remeses les marches ; [*]
Li traïtor, cui li cors Deu mal face, [*]
Del fill Richart de Roen a la barbe [*]
1440Vuelent rei faire, voiant tot le barnage. »[*]
De pitié plore Guillelmes Fierebrace, [*]
Congié demande a l’apostoile sage, [*]
Et il li charge mil chevaliers a armes, [*]
D’or et d’argent trente somiers li charge. [*]
1445Al departir en plore li barnages.
Vait s’en li cuens, qui de riens ne se targe, [*]
Montgeu trespasse, qui durement le lasse. [*]
De lor jornees ne sai que vos contasse ;
De ci en Brie n’arestent ne ne targent. [*]


XXXV

1450Vait s’en Guillelmes al cort nés le marchis. [*]
De ses jornees ne sai conte tenir ; [*]
De ci en Brie ne prist il onques fin. [*]
En mi sa veie encontre un pelerin, [*]
L’escharpe al col, el poing le fust fraisnin ; [*]
1455Ainz ne veïstes tant gaillart pelerin ; [*]
Blanche ot la barbe come flor en avril. [*]
Veit le Guillelmes, si l’a a raison mis :
« Dont es tu, frere ? — De Tors de Saint Martin. [*]
— Sés tu noveles nules ? Quar nos en di. [*]
1460— Oïl, bels sire, del petit Looïs ; [*]
Que morz est Charles li reis de Saint Denis, [*]
A Looïs est remes li païs ;[*]
Li traïtor, que Deus puist maleïr !
Del fill Richart de Roen le flori

1465Vuelent rei faire de France a maintenir. [*]
Mais uns frans abes, que Deus puist beneïr, [*]
En une volte del mostier Saint Martin
En a l’enfant ensemble o lui foï.
Ne guardent l’ore que il seient murdri.[*]
1470Hé ! Deus aïde ! » dist li frans pelerins, [*]
« Ou sont alé li chevalier gentil [*]
Et li lignages al pro conte Aimeri ?
Icil soleient lor seignor maintenir. [*]
Par cele crois ou li cors Deu fu mis,
1475Se ge fusse om qui aidier li poïst,
Les traïtors eüsse si laidiz [*]
N’eüssent cure de lor seignor traïr. »[*]
Ot le Guillelmes, s’en a geté un ris ;
Bertran apele, si l’a a raison mis :[*]
1480« Oïstes mais si corteis pelerin ? [*]
Se il fust om qui aidier li poïst, [*]
Ja malvais plaiz ne fust par lui bastiz. »[*]
Dis onces d’or donent al pelerin, [*]
Molt lieement le fait de lui partir. [*]
1485Vait s’en Guillelmes, s’acueille son chemin. [*]
Tant ber fu nez qui plenté a d’amis : [*]
Guillelmes guarde devant lui el chemin, [*]
Venir i veit de chevaliers set vinz. [*]

Gualdins li bruns les conduit, li marchis,[*]
1490Et avuec lui fu li proz Savaris, [*]
As cleres armes et as chevals de pris ;
Cil sont nevot Guillelme le marchis ;[*]
En France en vont secorre Looïs.[*]
Quant s’entrencontrent a merveille lor vint ;[*]
1495Il s’entrebaisent, nevot sont et ami. [*]
D’els ne se guarde li abes de franc lin
Qui ot en guarde le petit Looïs. [*]
S’un pou le puet tenser et guarantir,
Et destorner del lignage Alori, [*]
1500Secors avra ainz que past li tierz dis. [*]


XXXVI

Vait s’en Guillelmes li nobiles guerriers ; [*]
Ensemble o lui doze cent chevalier. [*]
Par sa maisnie a fait un ban huchier ; [*]

Chascuns a point qui cheval, qui destrier, [*]
1505Et il lor dist, senz point de l’atargier, [*]
Qu’il n’aient cure de cheval espargnier :[*]
Qui pert roncin, il li rendra destrier. [*]
« Al malvais plait vueil estre a comencier ; [*]
Ge vueil par tens saveir et acointier [*]
1510Qui vuelt reis estre de France justiciers ; [*]
Mais par l’apostre que requierent palmier,
Tels se fait ore et orgoillos et fier [*]
Cui ge metrai tel corone en son chief [*]
Dont la cervele l’en vendra tresqu’as piez. » [*]
1515Dient Romain : « Cist om a le cuer fier.
Qui li faldra, Deus li doint encombrier ! »
Ne sai que deie la novele noncier ;[*]
De ci a Tors ne voldrent atargier. [*]
Molt sagement en voldra espleitier : [*]
1520En quatre aguaiz a mis mil chevaliers :
Dous cenz en meine molt bien apareilliez,
Qui ont vestu les blans halbers dobliers, [*]
Desoz les coifes les verz helmes laciez, [*]
Et si ont ceint les brans forbiz d’acier ;[*]
1525Et molt près d’els resont li escuier,
As fors escuz et as trenchanz espiez,
Ou al besoing porront bien repairier. [*]
De ci as portes ne voldrent atargier ;[*]

Le portier truevent, si l’ont lors araisnié :[*]
1530« Uevre la porte, ne nos fai ci targier, [*]
Nos venons ci al riche duc aidier ;[*]
Ancui sera coronez al mostier
Ses filz a rei, que Franceis l’ont jugié. »
Li portiers l’ot, a pou n’est esragiez ;
1535Deu reclama le pere dreiturier :
« Sainte Marie ! » dist li corteis portiers, [*]
« Looïs sire, c’est povres recovriers ; [*]
Se cil n’en pense qui tot a a jugier,
N’en puez partir senz les membres trenchier. [*]
1540Hé ! Deus aïde ! » fait li corteis portiers,
« Ou sont alé li vaillant chevalier [*]
Et li lignages Aimeri le guerrier,
Qui si soleient lor dreit seignor aidier ? »
Dist a Guillelme : « N’i metrez or les piez. [*]
1545Trop a ça enz de glotons losengiers ;
Ge ne vueil ore que plus les acreissiez. [*]
C’est granz merveille quant terre vos sostient. [*]
Quar pleüst ore al glorios del ciel [*]
Que ja fondist la terre soz voz piez, [*]
1550Et Looïs fust arriere en son fié ![*]
De malvais pueple sereit li monz vengiez. »
Guillelmes l’ot, s’en fu joianz et liez.
Bertran apele : « Entendez, sire niés,
Oïstes mais si bien parler portier ? [*]
1555Qui son corage li voldreit acointier, [*]
Bien nos porreit ancui aveir mestier. »


XXXVII

« Amis, bels frere, » dist Guillelmes li ber, [*]
« Estoltement m’as ton ostel veé ;
Mais se saveies de quel terre sui nez,[*]
1560Et de quel gent et de quel parenté,
A ceste esemple que ge t’oi ci conter, [*]
Molt l’overreies volentiers et de gré. » [*]
Li portiers dist : « Deus en seit aorez ! » [*]
Le guichet uevre tant qu’il l’ait esguardé :
1565« Gentilz om, sire, se j’osasse parler, [*]
Ge demandasse de quel terre estes nez,
Et de quel gent et de quel parenté.
— Veir, » dist Guillelmes, « ja orras verité,
Qu’ainz por nul ome ne fu mes nons celez :[*]
1570Ge sui Guillelmes de Narbonne sor mer. » [*]
Dist li portiers : « Deus en seit aorez ![*]
Sire Guillelmes, bien sai que vos querez :[*]
Vostre lignages n’ot onques lascheté ;
Li mals Richarz est ça dedenz entrez, [*]
1575A tot set cenz de chevaliers armez ;
Gentilz om, sire, petit de gent avez [*]
Por lor grant force sofrir ne endurer. » [*]
Respont Guillelmes : « Nos en avrons assez. [*]

En quatre aguez sont ça dehors remés
1580Mil chevalier guarni et conreé ;
S’en ai dous cenz de molt bien atornez, [*]
Desoz les cotes li blanc halberc safré, [*]
Desor les coifes li vert helme gemé ;[*]
Li escuier resont après assez, [*]
1585Ou al besoing porrons bien recovrer. »
Dist li portiers : « Deus en seit aorez ! [*]
Se li conseilz m’en esteit demandez,
Tost en sereit li aguaiz desertez [*]
Et par message queiement amenez. [*]
1590Li traïtor sont ça enz enserré ; [*]
Ou les querras quant ci les as trovez ? [*]
En icest jor, sache de verité,
O ainz qu’il seit li matins ajornez,
En puez tu faire totes tes volentez. [*]
1595Om qui tel fais vuelt sor lui atorner [*]
Deit plus fiers estre que en bois li senglers. » [*]
Guillelmes l’ot, s’est vers terre clinez ;[*]
Bertran apele : « Sire niés, entendez :[*]
Oïstes mais si bien portier parler ? »[*]


XXXVIII

1600Quant li portiers entendi la novele

Del pro Guillelme cui proece revele,
Vers le palais a tornee sa teste,
Et prist un guant, sel mist en son poing destre, [*]
Puis s’escria a sa vois halte et bele :[*]
1605« Ge te desfi, Richarz, tei et ta terre :[*]
En ton service ne vueil ore plus estre. [*]
Quant traïson vuels faire ne porquerre, [*]
Il est bien dreiz et raison que i perdes. » [*]
Contre Guillelme fu tost la porte overte ;
1610Tot maintenant li desferme et desserre : [*]
Entre Guillelmes et sa compaigne bele,[*]
Et li portiers dolcement l’en apele :
« Frans chevaliers, va la vengeance querre [*]
Des traïtors qui contre tei revelent. »
1615Ot le Guillelmes, si s’embronche vers terre, [*]
Isnelement un escuier apele ;
Es portes entrent qui lor furent overtes :[*]
« Va, si me di dan Gualtier de Tudele,
Guarin de Rome en diras la novele, [*]
1620Qu’encontre mei sont les portes overtes ; [*]
Qui vuelt aveir guaaignier et conquerre,
Si viegne tost, n’i ait noise ne feste. » [*]
Et cil s’en torne qui de riens ne s’areste. [*]
Isnelement li aguaiz se desserre, [*]

1625Es portes entrent qui lor furent overtes.
Quant cil les virent des murs et des fenestres [*]
Cuident que seient cil qu’ont enveié querre, [*]
Mais il avront ancui altres noveles, [*]
Qui lor seront doleroses et pesmes.


XXXIX

1630Li cuens Guillelmes apela le portier :
« Amis, bels frere, se me vuels conseillier, [*]
J’ai molt de gent que ge dei herbergier. [*]
— En nom Deu, sire, ne vos sai conseillier, [*]
Qu’il n’i a volte, ne crote, ne celier, [*]
1635Qui ne seit pleine d’armes et de destriers ;
Et par les loges gisent li chevalier.
Vostre est la force del plus maistre marchié :
Lor herneis faites et saisir et baillier, [*]
Et qui nel vuelt de buen cuer otreier [*]
1640N’i mete ja fors la teste a trenchier. » [*]
Respont Guillelmes : « Bien m’avez conseillié, [*]
Par saint Denis, et ge mielz ne requier ; [*]
Ne serez plus ne guaites ne uissiers, [*]
Ainceis serez mes maistres conseilliers. » [*]
1645Bertran apele : « Entendez, sire niés : [*]
Oïstes mais si bien parler portier ? [*]

Adobez le a lei de chevalier. »
Respont Bertrans : « Bels sire, volentiers. » [*]
Il le reguarde et as mains et as piez,
1650Molt le vit bel et gent et enseignié, [*]
Si l’adoba a lei de chevalier [*]
De fort halberc et de helme d’acier, [*]
De bone espee et de trenchant espié,
Et de cheval, de roncin, d’escuier, [*]
1655De palefrei, de mulet, de somier ; [*]
De son service li dona buen loier.
Li cuens Guillelmes en apela Gualtier [*]
Le Tolosain, ensi l’oï noncier, [*]
Fill de sa suer, un gentil chevalier :
1660« A cele porte qui torne vers Peitiers, [*]
La m’en irez, filz de franche moillier, [*]
Ensemble o vos avra vint chevaliers ; [*]
Guardez n’en isse nuls om qui seit soz ciel,
Ne clers ne prestre, tant sache bien preier, [*]
1665Que il n’en ait toz les membres trenchiez. » [*]
Et cil respont : « Bels sire, volentiers. » [*]


XL

Li cuens Guillelmes al cort nés li marchis
En apela Sohier del Plesseïs :[*]

« A cele porte qui uevre vers Paris,[*]
1670La en irez, frans chevaliers de pris,
Ensemble o vos chevalier tresqu’a vint.
Guardez n’en isse nuls om de mere vis
Que il ne seit detrenchiez et ocis. » [*]
Et cil respont : « Tot a vostre devis, »
1675Il n’i ot barre ne porte ne postiz [*]
Ou li cuens n’ait de ses chevaliers mis. [*]
Tresqu’al mostier s’en vait tot a devis. [*]
Il descendi devant el parevis ;[*]
El mostier entre, crois fist devant son vis ; [*]
1680Desus le marbre, devant le crucefis, [*]
La s’agenoille Guillelmes li marchis
Et prie Deu qui en la crois fu mis
Qu’il li enveit son seignor Looïs. [*]
Atant es vos Gualtier un clerc ou vint :[*]
1685Bien reconnut Guillelme le marchis,
Desor s’espalle li a son deit assis :
Tant le bota que li cuens le senti ;
Li cuens se drece, si li monstra le vis :[*]
« Que vuels tu, frere ? guarde n’i ait menti. » [*]
1690Et cil respont : « Ja le vos avrai dit : [*]
Quant venuz estes secorre Looïs, [*][*]
Fermez les uis del mostier Saint Martin. [*]

Clers et chanoines a ça enz quatre vinz,
Vesques, abés, qui molt sont de grant pris, [*]
1695Qui por aveir ont le mal plait basti ; [*]
Deseritez iert ancui Looïs, [*]
Se Deus et vos nel volez guarantir ;[*]
Prenez les testes, por Deu, ge vos en pri :[*]
Tot le pechié del mostier pren sor mi,
1700Quar il sont tuit traïtor et failli. » [*]
Guillelmes l’ot, s’en a geté un ris :
« Bien seit de l’ore que tels clers fu noriz ! [*]
Ou troverai mon seignor Looïs ?
— En nom Deu, sire, » li clers li respondi,
1705« Ge l’amerrai, se Deu plaist et ge vif. »
Tresqu’al mostier ne prist il onques fin,
En la grant crote isnelement en vint ;
Iluec trova son seignor Looïs. [*]
Li gentilz clers par la main l’a saisi :[*]
1710« Filz de bon rei, ne seiez esbaïz,
Si m’aïst Deus, que plus avez d’amis
Que ne cuidoes al lever ui matin. [*]
Ja est venuz Guillelmes li marchis :
A doze cenz de chevaliers de pris
1715Vos a li cuens en cel mostier requis. [*]
Il n’i a barre ne porte ne postiz [*]
Ou il nen ait de ses chevaliers mis. » [*]
Looïs l’ot, molt joianz en devint, [*]
Tresqu’al mostier ne prist il onques fin.

1720Li gentilz abes l’en a a raison mis :
« Filz de bon rei, ne seiez esbaïz :[*]
Vei la Guillelme qui sa fei vos plevit ;[*]
Va li al pié, si li crie merci. » [*]
L’enfes respont : « Tot a vostre plaisir. »


XLI

1725Li gentilz abes l’en apela premier :[*]
« Filz a baron, guarde ne t’esmaier :[*]
Vei la Guillelme, va li cheeir al pié. »
L’enfes respont : « Bels sire, volentiers. »[*]
Devant le conte se vait agenoillier,
1730Estreitement li a le pié baisié,
Et le soler que li cuens ot chalcié.
Pas nel conut Guillelmes li guerriers,
Quar de clarté aveit pou al mostier :
« Lieve tei, enfes, » ce dist li cuens preisiez, [*]
1735« Deus ne fist ome qui tant m’ait corocié,
Se tant puet faire que il viegne a mon pié,
Ne li pardoinse de gré et volentiers. » [*]
Et dist li abes, qui fu ses emparliers :
« En nom Deu, sire, a celer ne vos quier, [*]
1740C’est Looïs, fils Charlon al vis fier ;
Ancui sera ocis et detrenchiez,
Se Deus et vos ne li volez aidier. »
Ot le Guillelmes, sel corut embracier,
Par les dous flanz le lieve senz targier :[*]

1745« En nom Deu, enfes, cil m’a mal engeignié [*]
Qui te rova a venir a mon pié, [*]
Quar sor toz omes dei ge ton cors aidier. »[*]
Il en apele ses gentiz chevaliers :[*]
« Un jugement vueil or que me faciez : [*]
1750Puis que l’om est coronez al mostier [*]
Et il deit vivre a lire son saltier, [*]
Deit il puis faire traïson por loier ?
— Nenil, bels sire, » dient li chevalier. [*]
« Et s’il le fait, quels en est li loiers ? [*]
1755— Penduz deit estre come lere fossiers. »[*]
Respont Guillelmes : « Bien m’avez conseillié, [*]
Par saint Denis, et ge mielz ne vos quier ; [*]
Mais l’ordene Deu ne vueil mie abaissier, [*]
Et neporquant le comparront il chier. »


XLII

1760Li cuens Guillelmes a l’aduré corage
Le jugement a oï del barnage ;
Tresqu’al chancel en est venuz en haste, [*]
Ou a trové et evesques et abes [*]
Et le clergié qui a lor seignor falsent ; [*]
1765Totes les croces fors des poinz lor esrache, [*]

A Looïs son dreit seignor les baille ; [*]
Li gentilz cuens par mi les flans l’embrace, [*]
Si le baisa quatre feis en la face.
Li cuens Guillelmes de neient ne se targe, [*]
1770Tresqu’al chancel en est venuz en haste,
Ou a trové et evesques et abes ; [*]
Por le pechié ne les volt tochier d’armes,
Mais as bastons les desrompent et batent, [*]
Fors del mostier les traïnent et chacent,[*]
1775Ses comanderent a quatre vinz deables. [*]
Qui traïson vuelt faire a seignorage
Il est bien dreiz que il i ait damage.


XLIII

Li cuens Guillelmes fu molt chevaleros. [*]
Il en apele Looïs son seignor :
1780« Sire, » dist il, entendez ma raison :[*]
Un messagier vueil que nos enveions [*]
A Acelin, qui die de part vos [*]
Viegne dreit faire Looïs son seignor. »[*]
Dist Looïs : « Sire, bien l’otreions. » [*]
1785Il en apele Alelme le baron :[*]
« Va, si me di Acelin l’orgoillos [*]
Dreit viegne faire Looïs son seignor [*]
Isnelement, quar de lui se plaint molt. »

Respont Alelmes : « Irai ge donc tot sols ? [*]
1790— Oïl, bels frere, en vo main un baston. [*]
— Et s’il demande quels esforz nos avons ? [*]
— Et vos li dites quarante compaignons ; [*]
Et se cel plait vos refuse del tot, [*]
Trés bien li dites, oiant ses compaignons, [*]
1795Qu’ainz l’avesprer en sera si hontos [*]
N’i voldreit estre por tot l’or d’Avalon. »[*]
Respont Alelmes : « Vostre talent ferons. [*]
Par cel apostre qu’on quiert en pré Neiron,
Ja par message nule rien n’i perdrons. »
1800Il est montez sor un mul aragon,
Par mi les rues s’en vait a esperon,
Tresqu’a l’ostel n’i fist aresteison ;
Acelin trueve, molt ot de compaignons,
Il l’en apele haltement, oiant toz :
1805« Sire Acelins, nobiles gentilz om, [*]
Savez que mande Guillelmes li frans om, [*]
C’est Fierebrace, qui cuer a de lion ? [*]
Dreit venez faire Looïs vo seignor
Isnelement, quar de vos se plaint molt. »
1810Acelins l’ot, s’embroncha le menton :[*]
« Amis, » dist il, « g’entent bien la raison ; [*]
Di de ton oncle come a de compaignons. [*]
— En nom Deu, sire, trente chevalier sont.[*]
Dist Acelins : « A Deu beneïçon ![*]

1815Va, si me di a Guillelme le pro [*]
Que il otreit ce que li altre font. [*]
De la corone m’est delivrez li dons ;
Bien sereit France perdue a cel guarçon :
Ja ne valdra Looïs un boton.
1820Li cuens Guillelmes est merveilles prodom,
Mais ancor n’a terre ne guarison :[*]
Ge l’en dorrai tot a esleccion ;[*]
Une contree avra tote a bandon, [*]
Dis muls chargiez entre or fin et mangons,
1825Adonc sera merveilles riches om.
— Veir, » dist Alelmes, « vos parlez en pardon ;
Il nel fereit por tot l’or d’Avalon. [*]
Ancor vos mande, por quei le celerions ? [*]
Plus cruel chose que ci nomé n’avons :[*]
1830Se vos cest plait refusez a bandon, [*]
Ainceis le vespre en serez si hontos [*]
N’i voldriez estre por tot l’aveir del mont. »[*]
Dist Acelins : « A Deu beneïçon !
Quant ge n’i puis pais trover ne amor, [*]
1835Ge le desfi, ce li mant ge par vos. » [*]
Et dist Alelmes : « Entendu vos avons. [*]
Tot altresi vos redi de part nos :[*]
Ge vos desfi, oiant toz voz barons. » [*]


XLIV

Acelins fu molt orgoillos et fiers ;
1840Alelme esguarde et as mains et as piez,
Molt le vi bel et dreit et alignié,[*]
Bien le conut qu’il esteit escuiers :[*]
« Amis bels frere, tu iés mal enseigniez, [*]
Qui me dis honte, oiant mes chevaliers,
1845Ne de ton oncle ne dorreie un denier. [*]
Quant ge n’i truis ne pais ne amistié,
Ge le desfi de la teste trenchier ;[*]
Ui le ferai par membres despecier,
Que j’ai o mei tels set cenz chevaliers [*]
1850Et quatre contes qui molt font a preisier :
Ne me faldront por les membres trenchier.
Ne fust por ce que tu iés messagiers [*]
Ge te feïsse cele teste trenchier ; [*]
Et tot le cors destruire et essillier. »[*]
1855Respont Alelmes : « Dahé ait qui vos crient ! »[*]
De la cort ist, onques n’i prist congié. [*]
Acelins fist sa gent apareillier. [*]
Li frans Alelmes mist pié en son estrier, [*]
Par mi les rues s’en vait tot eslaissiez ;[*]
1860Premiers encontre Guillelme le guerrier,
Il li demande : « Come avez espleitié ?
— En nom Deu, sire, n’i a point d’amistié,[*]

Ne Looïs a son seignor ne tient. [*]
Quant ge li dis les nons des chevaliers,
1865Adonc i fustes assez tost menaciez [*]
Et desfiez de la teste trenchier ;
Ne fust por ce qu’esteie messagiers,[*]
Il m’eüst fait toz les membres trenchier, [*]
Ardeir en feu o en eve neier. » [*]
1870Guillelmes l’ot, le sens cuida changier.
Toz les ostels vont et prendre et cerchier ;
Tot le herneis ont en un mont ruié,
Et qui nel volt de buen gré otreier
Ainz n’i mist guage fors la teste trenchier.
1875Et li borgeis sont en fuie tochié ;
Li cuens les fait retenir et leier.
Li traïtor, cui Deus doint encombrier,
Qui le mal plait aveient comencié,
En fuie tornent par esforz de destriers, [*]
1880De ci as portes ne finent de brochier, [*]
Mais a chascune truevent felon portier, [*]
Le treüage lor i convint laissier, [*]
Que nuls n’en voldrent en prison estuier [*]
Por nul del mont qui en seüst preier, [*]
1885Li cuens Guillelmes comença a brochier [*]
Tresqu’a l’ostel al franc borgeis Hungier ; [*]
Acelin trueve sor un perron ou siet,
Mais tant le trueve et orgoillos et fier
Que contre lui ne se deigna drecier.[*]

1890Veit le Guillelmes, le sens cuide changier ; [*]
Il a soné un graile menuier :
Qui donc veïst les aguaiz desbuschier ![*]
A tant es vos et Bertran et Gualtier,
En lor compaigne mainz vaillanz chevaliers. [*]
1895La veïssiez fier estor comencier, [*]
Tante anste fraindre et tant escu percier,
Et tant halberc desrompre et desmaillier.
Et quant cil virent cel estor comencier,
Grant paor orent li culvert losengier ;[*]
1900Onques lor force ne lor i ot mestier, [*]
Toz les branz nuz geterent a lor piez, [*]
A jointes mains vont la merci preier. [*]
Li cuens les fait retenir et leier ; [*]
Et Acelins s’en fuit tot eslaissiez. [*]
1905Li cuens Guillelmes le suit al dos derrier, [*]
Si li a dit un vilain reprovier :
« Sire Acelins, quar retornez arrier,
Si vos venez coroner al mostier.
Nos vos metrons tel corone en cel chief [*]
1910Dont la cervele vos vendra tresqu’as piez. » [*]


XLV

Li cuens Guillelmes a la fiere persone
Veit Acelin, forment l’en araisone :[*]

« Traïtre lere, li cors Deu te confonde ![*]
Por quei feseies ton dreit seignor tel honte ? [*]
1915Richarz tes pere ne porta onc corone. »
Es vos Bertran, qui ot l’espee longe. [*]
Veit le Guillelmes, fierement l’araisone :
« Bels niés,  » dist il, « conseil vos demandomes [*]
De cest traïtre, coment le destruiromes. » [*]
1920Et dist Bertrans : « Que pensez vos, bels oncles ?
Or li metons enz el chief tel corone [*]
Dont la cervele li espande en la boche. »
Il passe avant et tint l’espee longe :
Ja le ferist quel veïssent cent ome
1925Quant li escrie cuens Guillelmes ses oncles :[*]
« Bels niés,  » dist il, « ne l’adesez vos onques.
Ne place a Deu, qui forma tot le monde,
Que il ja muire par arme de prodome !
Ge l’ocirai ainceis a molt grant honte, [*]
1930Que tuit si eir en avront grant reproche. » [*]


XLVI

Li cuens Guillelmes fu molt buens chevaliers :
Vers orgoillos se feseit molt trés fier, [*]
Come lieparz qui gent deie mangier ;[*]
D’arme qu’il port ne le deigna tochier ; [*]
1935En une treille vi un pel aguisié,
Passa avant, si l’en a esrachié.
Fiert Acelin en mi la crois del chief, [*]

Sans et cervele en ala tresqu’as piez ; [*]
Mort l’abati que plus n’i atendié :[*]
1940« Monjoie ! » escrie, « sainz Denis, quar m’aidiez :[*]
De cestui rei est Looïs vengiez. » [*]
Li cuens Guillelmes comença a brochier,
Ainz ne fina tresqu’al maistre mostier ;[*]
A Looïs son dreit seignor en vient, [*]
1945Il le coru par les flans embracier :
« Dameisels sire, de qui mais vos plaigniez ? [*]
Del fill Richart vos ai ge bien vengié ;[*]
Ja n’ira mais par besoing osteier, [*]
Por ome el siecle qui l’en sache preier. [*]
1950— Deus, » dist li enfes, « granz merciz en aiez ![*]
Se ore esteie de son pere vengiez,
Molt en sereie balz et joianz et liez.
— Deus ! » dist Guillelmes, « quil me set enseignier ? »[*]
L’en li enseigne par dedenz le mostier ;
1955Li cuens i vait poignant tot eslaissiez, [*]
Et après lui quatre vint chevalier ;
Richart trova a l’altel apoié.
Nel laissa mie por ce qu’ert al mostier :[*]
Le poing senestre li a meslé el chief,
1960Tant l’enclina que il l’a embronchié ; [*]
Halce la destre, enz el col li assiet ;
Tot estordi l’abati a ses piez,
Que toz les membres li peüst l’en trenchier, [*]

Ne remuast ne les mains ne les piez. [*]
1965Veit le Guillelmes, si li prist a huchier :[*]
« Oltre, culverz ! Deus te doint encombrier ! »[*]
Forces demande, si li tondi le chief, [*]
Tot nu a nu sor le marbre l’assiet, [*]
Puis s’escria, oiant les chevaliers : [*]
1970« Ensi deit l’en traïtor justicier, [*]
Qui son seignor vuelt traïr et boisier. » [*]
Tant l’ont li conte et li baron preié [*]
Qu’il ont Richart a Guillelme apaié. [*]
La mort son fill clama quite premiers ;[*]
1975La pais fu faite a toz cels del mostier ; [*]
Si se baisierent, veiant mainz chevaliers ; [*]
Mais cele acorde ne valu un denier, [*]
Quar puis le voldrent murdrir et essillier
Dedenz un bois a un coltel d’acier ; [*]
1980Mais Deus nel volt sofrir ne otreier. [*]
Li cuens Guillelmes ne volt mie atargier ; [*]
Il en apele le bon abé Gualtier :[*]
« Ge m’en irai el regne de Peitiers ; [*]
Des traïtors i a molt herbergiez,
1985Mais se Deu plaist ges ferai desnichier. [*]
Mon dreit seignor ne voldrai sol laissier : [*]
Guardez le bien ; s’il vait esbaneier,[*]

Qu’il maint o lui al meins cent chevaliers, [*]
Que, par l’apostre que requierent palmier,
1990Se ge oeie novele al repairier [*]
Que Looïs i eüst encombrier, [*]
Totes voz ordenes n’i avreient mestier [*]
Ne vos feïsse toz les membres trenchier. »[*]
Et dist li abes : « En pardon en plaidiez. [*]
1995Mielz iert guardez que li sainz del mostier. » [*]
Li cuens Guillelmes fu molt buens chevaliers : [*]
Par mi la terre a ses briés enveiez, [*]
Si fait mander les barons chevaliers ; [*]
Ainz que passast doze jorz tot entiers [*]
2000En assembla plus de trente miliers ;[*]
Puis s’en alerent tant qu’il sont a Peitiers. [*]
Puis fu Guillelmes tels treis anz tot entiers [*]
Qu’il ne fu jorz, tant par fust halz ne fiers,
Que il n’eüst le vert elme lacié, [*]
2005Ceinte l’espee, armez sor le destrier ;[*]
A nule feste que l’en deüst preier,
Jor de Noel, que l’en deit sorhalcier,
Que il ne fust armez et halbergiez. [*]
Grant peneance sofri li chevaliers [*]
2010Por son seignor maintenir et aidier.


XLVII

Treis anz tot pleins fu Guillelmes li ber
Dedenz Peitou la terre conquester ;
Ainz ne fu jorz tant feïst a loer,
Ne jorz de Pasques ne de Nativité, [*]
2015Feste Toz Sainz, que l’en deit celebrer, [*]
Que il n’eüst le brun elme fermé, [*]
Ceinte l’espee, sor le cheval armez. [*]
Grant peneance sofri li bachelers [*]
Por son seignor guarantir et tenser. [*]


XLVIII

2020Li cuens Guillelmes a la fiere persone
S’en est tornez vers Bordels sor Gironde ;[*]
La conquist il le fort rei Amarmonde : [*]
De Looïs i reçut la corone [*]
Et ses onors, qui erent granz et longes.


XLIX

2025Li cuens Guillelmes a l’aduré corage
S’en retorna par devers Pierrelate ; [*]

La conquist il Dagobert de Cartage, [*]
Qui tint la terre de Looïs le sage [*]
Et ses onors, qui erent granz et larges. [*]


L

2030Li cuens Guillelmes a la chiere membree
Vers Annadore a sa veie tornee ; [*]
Saint Gile assalt a une matinee ;
Le borc ot pris senz nule demoree. [*]
Tel chose fist qui a Jesu agree :[*]
2035L’eglise guarde qu’ele ne fust guastee ; [*]
Prist Juliien, qui guardeit la contree :
Ostages done tant come al conte agree ;
Par itel chose a sa pais creantee.
Li cuens Guillelmes a sa gent apelee, [*]
2040Tel chose dist qui a plusors agree :
« Or al herneis, franche gent onoree,
Si s’en ira chascuns en sa contree,
A sa moillier qu’il avra esposee.  »[*]


LI

Li cuens Guillelmes al cort nés li guerriers

2045Vers dolce France pense de chevalchier ;[*]
Mais en Peitou laisse des chevaliers [*]
Es forteresses et es chastels pleniers ; [*]
Dous cenz en meine molt bien apareilliez.[*]
Tote Bretaigne comence a costeier ;[*]
2050Ainz ne fina tresqu’al mont Saint Michiel.
Dous jorz sejorne, puis s’en parti al tierz,
Par Costentin s’en prist a repairier.
De ses jornees ne vos sai anoncier :[*]
Tresqu’a Roen ne se volt atargier ; [*]
2055El maistre borc s’est li cuens herbergiez, [*]
Mais d’une chose fait il molt que legiers, [*]
Que par la terre al duc Richart le vieil [*]
Osa il puis errer ne chevalchier [*]
Qu’il li tua son fill al grant levier ; [*]
2060Mais la se fie li gentilz chevaliers [*]
Que il se furent acordé et paié ; [*]
Mais cele acorde ne valu un denier,
Quar puis le voldrent murdrir et essillier. [*]
« Veir, » dist Richarz, « bien devreie esragier
2065Quant par ma terre vei celui chevalchier [*]
Qui m’a tolu le meillor eritier [*]
Qui onques fu por terre justicier.
Mais, par l’apostre que requierent palmier,
Ainz qu’il s’en parte sera molt corociez. [*]
2070— En nom Deu, sire, » dient si chevalier,

« En ceste ville n’iert il par vos tochiez, [*]
Quar li borgeis li voldreient aidier ;
Traïson n’est pas buene a comencier. »
Et dist Richarz : « Tant sui ge plus iriez. [*]
2075Ge manderai al duc par amistié [*]
Qu’en dolce France vueil o lui chevalchier ;
Nos serons seize molt bien apareillié ; [*]
Se de sa gent le poons hors sachier, [*]
Chascuns avra un buen coltel d’acier :
2080Iluec sera murdriz et essilliez. » [*]
La li afient tel quinze chevalier, [*]
Mielz lor venist qu’il l’eüssent laissié ; [*]
Quar puis en furent honi et vergoignié.
Deus ! qu’or nel set li cuens o le vis fier ! [*]
2085Al matin monte, pense de chevalchier
Tresqu’a Lion, un riche gualt plenier ;
En une lande sont descendu a pié ;
Li païsant lor portent a mangier. [*]
Quant ont disné li noble chevalier, [*]
2090Alquant s’endorment, quar il sont travaillié. [*]
Veit le Guillelmes, molt l’en prist grant pitié : [*]
Ses armes crie por sei apareillier ;
L’en li aporte senz point de delaier :
Il vest l’alberc, lace l’elme d’acier [*]
2095Et ceint l’espee al pont d’or entaillié ;[*]

L’en li ameine Alion son destrier : [*]
Li cuens i monte par son senestre estrier ; [*]
A son col pent un escu de quartier,
Prent en son poing un fort trenchant espié, [*]
2100A quinze clos le gonfanon fichié ; [*]
O lui n’en meine mais que dous chevaliers :[*]
Sor la riviere se vont esbaneier. [*]
A tant es vos le duc Richart le vieil, [*]
Qui tot le jor l’aveit fait espiier, [*]
2105O lui bien quinze de hardiz chevaliers. [*]
Veit le Guillelmes, molt en fu esmaiez. [*]


LII

Li cuens Guillelmes chevalche lez un mont ; [*]
A tant es vos le duc Richart le ros,
Ensemble o lui ot quinze compaignons. [*]
2110Veit le Guillelmes, molt l’en prist grant freor ; [*]
Il en apele ansdous ses compaignons, [*]
Tot queiement les a mis a raison :[*]
« Baron, » dist il, « dites quel le ferons. [*]
Ici nos vient li dus Richarz li ros,
2115Et il me het de molt grant reençon :[*]
Son fill ocis, que por veir le set on ;[*]

Mais neporquant acordé estions, [*]
La pais fu faite enz el mostier de Tors. » [*]
Et cil respondent : « De quei le dotez vos ?
2120Mais chevalchiez et poignez tresqu’al pont, [*]
Sil saluez par bien et par amors ;
S’il vos defent de riens vostre raison,
Si vos tenez a l’escu a lion, [*]
Ne vos faldrons por tot l’or de cest mont. » [*]
2125Respont Guillelmes : « Vostre merci, baron. » [*]


LIII

Li cuens Guillelmes vint al pont tot premiers,
Ou veit le duc sel prent a araisnier :
« Dus, » dist li cuens, « Deus te guart d’encombrier ![*]
Me convient il de riens de vos guaitier ? [*]
2130Ja somes nos acordé et paié : [*]
La pais fu faite a Tors, enz el mostier ; [*]
La nos baisames, veiant maint chevalier. [*]
— Veir, » dist Richarz, « bien savez preeschier ;[*]
Tu me tolis le meillor eritier [*]
2135Qui onques fu por terre justicier ; [*]
Mais, par l’apostre que requierent palmier,
Ainz que t’en partes seras molt corociez :[*]
Ne Deus ne om ne t’en porreit aidier [*]

Que ne te face cele teste trenchier [*]
2140Et toz les membres hors del cors esrachier.
— Gloz, » dist Guillelmes, « Deus te doint encombrier ! [*]
Ge ne te pris plus qu’un chien esragié. »[*]
Alion broche des esperons d’or mier[*]
Et fiert Richart en l’escu de quartier :[*]
2145Desoz la bocle li a frait et percié, [*]
Le blanc halberc desrot et desmaillié ; [*]
El flanc senestre li fait coler l’acier, [*]
Que de dous parz en fait le sanc raier.
Li buens chevals s’est del fais deschargiez,
2150Li esperon tornerent vers le ciel, [*]
L’aguz de l’elme est en terre fichiez [*]
Par si grant force dous des laz en rompié. [*]
Sor lui s’areste et trait le brant d’acier :
Mien escient ja en preïst le chief :
2155Es vos les quinze, cui Deus doint encombrier :[*]
Sore corurent Guillelme le guerrier. [*]
Qui donc veïst sor toz le conte aidier,
Al brant d’acier les riches cols paier, [*]
De gentil ome li preïst grant pitié.[*]
2160Si compaignon li sont venu aidier. [*]
Tot maintenant abat chascuns le sien,[*]
Tant lor aida li pere dreituriers
Que dis en ont ocis et detrenchiez ;

Li cinc s’en fuient et navré et plaié. [*]
2165Li cuens Guillelmes les suit al dos derrier,
Si lor a dit un vilain reprovier.


LIV

Li cinc s’en vont fuient par mi un tertre. [*]
Li cuens Guillelmes les enchalce et empresse ; [*]
A vois escrie une ramposne bele :[*]
2170« Seignor baron, por Deu le rei celestre,
Coment sera la grant honte soferte ? [*]
Vo dreit seignor en menromes en destre. [*]
Deus ! quel barnage, se rescos poeit estre ! »
Et cil respondent : « Por Deu, merci, Guillelmes ! [*]
2175Frans chevaliers, bien deüssiez reis estre, [*]
O amiralz d’une grant riche terre. [*]
Si m’aït Deus, bien nos poez conquerre ;
Sor noz arçons nos gisent no boele, [*]
Li plus alegre n’a soing d’aler en destre. »[*]
2180Ot le Guillelmes, si a torné sa resne. [*]


LV

Quant veit Guillelmes qu’il ont merci preié, [*]
N’en tochast un por l’or de Montpelier. [*]

Isnelement est retornez arrier.[*]
Le duc Richart i ont pris et leié. [*]
2185Tot altresi come cofre en somier [*]
L’en ont mené sor un corant destrier. [*]
De ci a l’ost ne voldrent atargier.
Quant il i vindrent si furent esveillié :[*]
« Oncles Guillelmes, » dist Bertrans li guerriers,
2190« De vostre brant vei sanglent tot l’acier, [*]
Et vostre escuz n’est mie tot entiers : [*]
Alcun malice avez vos comencié. »[*]
Respont Guillelmes : « Merci, por Deu, bels niés ![*]
Quant me parti de ci por chevalchier, [*]
2195Ge vos vi molt pené et travaillié, [*]
Si vos laissai dormir et someillier, [*]
Onc avuec mei n’oi que dous chevaliers. [*]
J’ai encontré le duc Richart le vieil, [*]
Qui tote jor m’i aveit espiié ;
2200O lui quinzaine de hardiz chevaliers. [*]
La mort son fill me mist en reprovier
Et si me volt toz les membres trenchier.
Tant nos aida li pere dreituriers [*]
Dis en avons ocis et detrenchiez,
2205Et cinc s’en fuient et navré et plaié.[*]

Veez en ci et armes et destriers. [*]
Le duc Richart en amenons leié. » [*]
Et dist Bertrans : « Deus en seit graciiez ! »[*]


LVI

« Oncles Guillelmes, » ce dist Bertrans li ber,
2210« Le semblant faites plus ne volez durer. [*]
— Niés, » dist Guillelmes, « merci te vueil rover, [*]
Quar en grant peine vueil ma jovente user, [*]
Ainz que cist reis n’ait ses granz eritez. » [*]
Lors s’apareillent et pensent de l’errer. [*]
2215Tant ont par force espleitié et erré [*]
Qu’il sont venu a Orliens la cité.
La a Guillelmes rei Looïs trové. [*]
Come prison li a Richart livré, [*]
Et il le fait en sa chartre geter. [*]
2220Puis i fu tant, si com j’oï conter,
Que il fu morz de dueil et de lasté. [*]
Or se cuida Guillelmes reposer,
Vivre de bois et en riviere aler ;
Mais ce n’iert ja tant com puisse durer.
2225Es dous messages poignant tot abrivez ; [*]
De Rome vienent, chevals ont tot lassez [*]
Et recreüz, confonduz et matez.[*]
Tant ont le rei et quis et demandé

Qu’il ont Guillelme et Looïs trové. [*]
2230Al pié li vont por la merci crier :
« Merci, frans cuens, por Deu de magesté ! [*]
De la pucele vos a petit membré
Cui vos avez voz convenz afiez. [*]
Morz est Guaifiers de Police li ber ; [*]
2235Assez la quierent conte, demaine et per, [*]
Altre que vos ne vuelt s’amor doner.
Por altre essoigne somes meü assez :[*]
Morz est Galafres, li gentilz amirez,[*]
Que vos feïstes baptisier et lever,
2240Et l’apostoiles est a sa fin alez.
Gui d’Alemagne a ses oz assemblez ;
Pris a de Rome les maistres fermetez. [*]
Toz li païs est a dolor tornez,
Gentilz om sire, se vos nel secorez. »
2245Ot le Guillelmes, s’est vers terre clinez, [*]
Et Looïs comença a plorer. [*]
Veit le Guillelmes, le sens cuide desver :[*]
« Hé ! povres reis, lasches et assotez, [*]
Ge te cuideie maintenir et tenser
2250Envers toz cels de la crestienté, [*]
Mais toz li monz t’a si cueilli en hé [*]
En ton service vueil ma jovente user [*]
Ainz que tu n’aies totes tes volentez. [*]

Faites voz omes et voz barons mander, [*]
2255Et tuit i viegnent li povre bacheler, [*]
A clos chevals, a destriers desferrez, [*]
A guarnemenz desroz et despanez ;
Tuit cil qui servent as povres seignorez
Viegnent a mei : ge lor dorrai assez,
2260Or et argent et deniers moneez,
Destriers d’Espaigne et granz muls sejornez, [*]
Que j’amenai de Rome la cité,
Et en Espaigne en ai tant conquesté
Que ge ne sai ou le disme poser. [*]
2265Ja nuls frans om ne m’en tendra aver,
Que toz nes doinse et ancor plus assez. »[*]
Respont li reis : « Deus vos en sache gré ! »[*]
Il font lor chartres et lor briés seeler,
Et lor sergenz et lor guarçons errer. [*]
2270Ainceis que fussent li quinze jor passé,
En i ot tant venuz et assemblez, [*]
Cinquante mile les peüst l’en esmer, [*]
Que buens sergenz, que chevaliers armez.
De cels a pié ne laissent nul aler,
2275Por le secors angoissier et haster.
De lor jornees ne vos sai deviser : [*]
Montgeu trespassent qui molt les a penez, [*]
De ci a Rome ne se sont aresté.
Mais en la porte ne porent il entrer,
2280Quar l’Alemans les a molt destorbez. [*]
Reis Looïs i fist tendre son tref, [*]

Et ses alcubes et ses brahanz lever ;
Fait les cuisines et les feus alumer. [*]
Li cuens Guillelmes a les foriers menez [*]
2285Par mi la terre por le païs guaster ; [*]
Et font la terre et le païs rober, [*]
Dont cil de l’ost sont riche et assasé. [*]


LVII

Li cuens Guillelmes a conduit les foriers.[*]
Gui d’Alemaigne se leva sor ses piez ;[*]
2290Un per de Rome en aveit araisnié :[*]
« Hé ! gentilz sire, faites pais, si m’oiez.
Prenez les armes tresqu’a mil chevalier [*]
Ainz que il aient les paveillons dreciez, [*]
Ses escriez molt bien el premier chief ; [*]
2295S’avez besoing ge vos irai aidier. »
Et cil respont : « Bien fait a otreier. »[*]
Isnelement se vont apareillier ;
Les halbers vestent, s’ont les helmes laciez,
Ceignent espees et montent es destriers ;[*]
2300A lor col pendent les escuz de quartier [*]
Et en lor poing les reiz trenchanz espiez. [*]
Par mi la porte s’en issent eslaissié.
Une broïne comence a espessier,
Qu’on ne poeit veeir ne chevalchier ;[*]

2305Onques Franceis ne s’i sorent guaitier,
Tant que Romain se sont es trés fichiez :[*]
Chevals en meinent, s’ocient escuiers, [*]
De la cuisine en portent le mangier,
Et si ocient le maistre despensier. [*]
2310Et Looïs s’en vait fuiant a pié ;
De tref en tref se vait par tot mucier ;[*]
A sa vois crie : « Bertrans, Guillelme, ou iés ? [*]
Fill a barons, quar me venez aidier.
Se Deus m’aït, or en ai grant mestier. »[*]
2315Li ber Guillelmes ra conduit les foriers. [*]
Premiers parla li cuens Bertrans ses niés :
« Oncles Guillelmes, pensez de l’espleitier.
En cest ost oi molt durement huchier ;
Se Deus m’aït, d’aïde ont grant mestier. »
2320Respont Guillelmes : « Nos estuet chevalchier [*]
Par devers Rome, les forz elmes laciez ; [*]
Ses poons clore defors et engeignier, [*]
Et cil de l’ost refussent halbergié, [*]
Molt grant eschiec i puet l’en guaaignier ; [*]
2325Ne fust si granz depuis la mort Guaifier. »[*]
Par devers Rome pensent de chevalchier ; [*]
Et la broïne prent fort espessier ; [*]
Onques Romain ne s’i sorent guaitier
Tant que Guillelmes comença a huchier :
2330« Monjoie ! » escrie, « ferez i, chevalier ! »

La veïssiez un estor comencier,
Tante anste fraindre et tant escu percier
Et tant halberc desrompre et desmaillier,
L’un mort sor l’altre verser et tresbuschier !
2335Et cil de l’ost se furent halbergié.
Si les encloent et devant et derrier. [*]
De cels de Rome ne voldrent nul laissier [*]
Que tuit ne fussent ocis et detrenchié, [*]
Et li alquant retenu et leié.
2340Fuit s’en li sire ques ot a justicier. [*]
Li cuens Guillelmes le suit tot eslaissiez ; [*]
Il li escrie : « Retorne, chevaliers, [*]
O ja morras a lei de paltonier. »[*]
Lez le costé li a colé l’acier ; [*]
2345Tot l’embroncha sor le col del destrier. [*]
Traite a l’espee, vait li colper le chief,[*]
Quant il li crie et manaide et pitié :[*]
« Ber, ne m’oci, se tu Guillelmes iés, [*]
Mais pren mei vif, molt i puez guaaignier :[*]
2350Ge te dorrai un grant mui de deniers. » [*]
Li cuens Guillelmes s’est de lui aprochiez, [*]
Et cil li rent le brant forbi d’acier. [*]
A Looïs l’a rendu prisonier, [*]
Puis s’en retorne arriere a ses foriers.
2355Gui d’Alemaigne se leva sor ses piez, [*]

Dist a ses omes : « Faites pais, si m’oiez :
Mort sont mi ome, ocis et detrenchié ;
Se par bataille ne me puis espleitier [*]
Tot cors a cors encontre un chevalier,
2360Toz nostre esforz ne nos i a mestier. »[*]


LVIII

Gui d’Alemaigne apela un message,
Sel fist monter sor un destrier d’Arabe.
A son col pent une grant pel de martre, [*]
Entre ses poinz un bastonet en aste. [*]
2365Gui d’Alemaigne li a dit un message :
« Alez me tost a ces tentes de paile, [*]
Si me direz Looïs le fill Charle
Qu’a molt grant tort me vuelt guaster ma marche, [*]
N’a dreit en Rome ne en tot l’eritage ;
2370Et s’il le vuelt aveir par son otrage,
Encontre mei l’en convendra combatre,
O chevalier qui por son cors le face.
Et se ge sui vencuz en la bataille, [*]
Rome avra quite et trestot l’eritage,
2375Ne trouvera qui l’en face damage ;
Et se gel veinc a l’espee qui taille ; [*]
Mar i prendra vaillant une maaille :[*]
Voist s’en en France, a Paris o a Chartres,
Laisse mei Rome, que c’est mes eritages. » [*]
2380Et cil respont : « Bien est dreiz que le face. »
A tant s’en torne par mi la porte large,

De ci as trés de riens ne s’i atarge. [*]
Il descendi lez la tente de paile, [*]
Si s’en entra el tref qui esteit larges ;[*]
2385Iluec trova Looïs le fill Charle. [*]
Li l’apela veiant tot le barnage :[*]
« Dreiz emperere, entendez mon language ;
Ne vos salu, n’est pas dreit que le face. [*]
Gui d’Alemaigne m’enveie por message ;
2390Par mei vos mande, ne sai que vos celasse, [*]
N’as dreit en Rome ne en tot l’eritage.
Et se le vuels aveir par ton oltrage
Encontre lui t’en convient a combatre, [*]
O chevalier qui por ton cors le face.
2395Et se il est vencuz en la bataille
Dont avras Rome quite et tot l’eritage,[*]
Ne troveras qui t’en face damage ;[*]
Et s’il te veint a l’espee qui taille, [*]
Mar i prendrez vaillant une maaille :[*]
2400Alez en France, a Paris o a Chartres, [*]
Laissiez li Rome, que c’est ses eritages. » [*]
Ot le li reis, s’embronche le visage,
Quant se redrece, s’apele son barnage :
« Seignor baron, entendez mon language :
2405Gui d’Alemaigne me mande grant oltrage ; [*]
Par noz dous cors me mande la bataille,
Et ge sui jovenes et de petit eage,

Si ne puis pas maintenir mon barnage. [*]
A il Franceis qui por mon cors le face ? »[*]
2410Quant cil l’oïrent, s’embronchent lor visage.
Veit le li reis, a poi que il n’esrage ;
Tendrement plore desoz les pels de martre.
A tant es vos Guillelme Fierebrace,
Qui les foriers a conduiz en la place.
2415Tot armez entre en la tente de paile,
Et veit le rei qui sospire a granz lairmes :
Quant il le veit, a poi que il n’esrage.
Lors li escrie, oiant tot le barnage :
« Hé ! povres reis, li cors Deu mal te face !
2420Por quei plorez ? Qui vos a fait damage ? »
Et Looïs respondi, que n’i targe :
« En nom Deu, sire, ne sai que vos celasse :
Gui d’Alemaigne m’a mandé grant oltrage.
Par noz dous cors me requiert la bataille,
2425N’i a Franceis qui por mon cors le face,
Et ge sui jovenes et de petit eage,
Si ne puis pas bien sofrir tel barnage.
— Reis, » dist Guillelmes, « li cors Deu mal te face ![*]
Por vostre amor en ai fait vint et quatre :[*]
2430Cuidiez vos donc que por ceste vos faille ? [*]
Nenil, por Deu ! Ge ferai la bataille. [*]
Tuit vo Franceis ne valent pas maaille. »
Ou veit le mès fierement l’en araisne. [*]


LIX

« Amis, bels frere, » dist Guillelmes li frans,

2435« Va, si me di a Guion l’Alemant
Qu’uns chevaliers, qui son seignor defent,
Vuelt la bataille, molt en est desiranz.
Ge vueil ostages trestot a mon talent, [*]
Et il les preigne trestot a son comant, [*]
2440Cil qui veintra, qu’il ait son convenant. »[*]
En pié sailli li palazins Bertrans :[*]
« Oncles, » dist il, « trop nos vait malement ;
Tot vos eschiet, et batailles et champ. [*]
Vostre barnages met le nostre a neient. [*]
2445Ceste bataille, sire, ge la demant :
Donez la mei par le vostre comant. »
Respont li cuens : « Vos parlez folement. [*]
Quant Looïs s’aleit or dementant,
Ainz n’i ot nul tant hardi ne puissant [*]
2450Qui devant lui osast tendre son guant.
Cuidiez vos ore qu’alasse reculant ?
Ge nel fereie por l’onor d’Abilant. [*]
Messagiers frere, di Guion l’Alemant [*]
Armer se voist, et puis si voist el champ, [*]
2455Li cuens Guillelmes li sera al devant. »
Et cil s’en torne a esperons brochant.
De ci a Rome ne fist arestement.
Encontre lui vint Gui li Alemans :[*]
« Amis bels frere, que as trové as Frans ?[*]

2460— En nom Deu, sire, nel celerai neient : [*]
Uns chevaliers qui est de l’ost des Frans [*]
Vuelt la bataille trestot a son talent, [*]
Ostages vuelt, molt en est desiranz,[*]
Et tu en preignes alsi a ton talent. [*]
2465Cil qui veintra, qu’il ait tot son creant. [*]
Guillelme a nom, par le mien escient. [*]
En pié saillist uns chevaliers, Bertrans, [*]
Il est ses niés, gel sai a escient, [*]
De la bataille esteit molt desiranz.[*]
2470— Amis bels frere, » dist Gui li Alemans, [*]
« Quant de Guillelme avrai finé le champ,
S’adonques vuelt icil siens niés Bertrans, [*]
Ja por bataille n’en ira en avant.
Aportez mei mes plus chiers guarnemenz. » [*]
2475Et cil respont : « Tot a vostre comant. »[*]
L’en li aporte senz plus d’arestement. [*]
El dos li vestent son halberc jaserent,
Roge est la maille plus que n’est feus ardenz ;
Et puis li lacent un vert elme luisant, [*]
2480Une escarbocle el nasel par devant ;[*]
Ceinte a l’espee a son senestre flanc ;
L’en li ameine le buen destrier corant, [*]

Une altre espee pent a l’arçon devant ; [*]
Sor son destrier est sailliz maintenant, [*]
2485Que a estrier n’a arçon ne s’i prent. [*]
A son col pent un fort escu pesant,
Entre ses poinz un fort espié trenchant, [*]
A cinc clos d’or un gonfanon i pent. [*]
Par mi la porte s’en ist esperonant.
2490En pré Neiron s’en est venuz errant.
Li cuens Guillelmes l’a choisi tot avant ; [*]
Il en apele Guielin et Bertran :
« Mon anemi vei entré en cel champ, [*]
Se plus me targe tien mei a recreant. [*]
2495Aportez mei mes plus chiers guarnemenz. »
Et cil respont : « Tot a vostre comant. » [*]
L’en li aporte senz plus d’arestement. [*]
A l’armer fu Looïs li vaillanz. [*]
Il vest l’alberc, lace l’elme luisant
2500Et ceint Joiose a son senestre flanc,
Que li dona Charles li combatanz.
L’en li ameine Alion le corant,
Et il i monte molt acesmeement. [*]
A son col pent un fort escu pesant, [*]
2505Et en ses poinz un bon espié trenchant, [*]
A cinc clos d’or le gonfanon pendant.[*]

Par mi les loges s’en vait esperonant, [*]
De ci al tertre ne se vait arestant.[*]


LX

El tertre monte Guillelmes li marchis ;
2510Gui d’Alemaigne l’en a a raison mis : [*]
« Qui iés tu, va, guarde n’i ait menti, [*]
Qu’as en ton cuer si grant hardement pris [*]
Qu’encontre mei osas en champ venir ?
— Veir, » dist Guillelmes, « gel vos avrai tost dit :[*]
2515Ge dei combatre al brant d’acier forbi. [*]
Par dreit est Rome al rei de Saint Denis [*]
Et ge meïsmes une bataille en fis,
En som cest tertre, vers Corsolt l’Arrabi, [*]
Le plus fort ome qui de mere fust vis. [*]
2520Si me colpa le nés desus le vis. » [*]
Quant Gui l’entent a pou n’esrage vis, [*]
N’i volsist estre por l’onor de Paris. [*]
Ou veit Guillelme si l’a a raison mis :[*]
« Iés tu ce, va, Guillelmes li marchis, [*]
2525Cil de Narbone, filz al conte Aimeri ?
Fesons la pais et seions buen ami,
Et mei et tei avrons Rome a tenir. [*]
— Gloz, » dist Guillelmes, « Deus te puist maleïr !

Por preechier ne vin ge pas ici ; [*]
2530Ge ne vueil mie mon dreit seignor traïr,[*]
Ge nel fereie por les membres tolir. » [*]
Quant Gui l’entent a pou n’esrage vis ;[*]
L’apostre en jure qu’a Rome est beneïz :[*]
« Por vil me tieng quant onques t’en requis :
2535Or te desfi de Deu de paradis. »
Respont Guillelmes : « Et ge tei altresi. » [*]
Il s’entresloignent plus qu’uns ars ne traisist, [*]
Puis s’entresguardent et se mostrent les vis. [*]
Les forz escuz tienent devant lor piz ; [*]
2540Bien s’apareillent de ruistes cols ferir. [*]
Les chevals brochent des esperons forbiz, [*]
Lances baissiees se sont molt tost requis. [*]
Granz cols se donent sor les escuz voltiz, [*]
Desoz les bocles les ont fraiz et malmis. [*]
2545Les blans halbers ne porent desmentir, [*]
Les hanstes brisent, qui nes porent sofrir, [*]
Encontre mont en volent li esclis. [*]
Il s’entrefierent et des cors et des piz,
Ensemble joignent les forz escuz voltiz, [*]
2550Et les halbers et les chevals de pris.[*]
Sor les visages font les helmes croissir, [*]
Sanc et suor en font a val venir,
Que trestoz quatre les convint a cheïr.[*]

Li buen destrier se sont a terre pris, [*]
2555Et li vassal resont en piez sailli,
Espees traites, les escuz avant mis ;
Ja mostreront qu’il ne sont pas ami.


LXI

Li cuens Guillelmes en est sailliz en piez, [*]
Deu reclama, le pere dreiturier :
2560 « Sainte Marie, vierge pulcele, aidiez ;[*]
Ainz mais par ome ne perdi mes estriers. »
Gui d’Alemaigne fierement respondié :[*]
« Por Deu, Guillelme, ne te valt un denier.
Ge chaleng Rome, et les murs et le fié ; [*]
2565Ja Looïs n’en sera eritiers.
— Gloz, ? » dist Guillelmes, « Deus te doint encombrier ![*]
Que par l’apostre que requierent palmier,[*]
Ainceis le vespre ne le soleil colchié [*]
Te cuit ge si del cors apareillier [*]
2570Qu’on te porreit d’un besant eslegier. »
Il tint Joiose dont li branz fu d’acier ;[*]
Ou veit Guion durement le requiert,[*]
Granz cols li done sor son helme vergié, [*]
Que flors et pierres en a jus tresbuchié ;[*]
2575Ne fust la coife del blanc halberc doblier, [*]
Après ce colp n’eüst ja mais mestier. [*]
Desus la hanche est li cols apoiez, [*]

Que del charnal li abat plus d’un pié. [*]
Toz remest nuz li os sor le braier :
2580« Veir, ? » dist Guillelmes, « de ça vos ai saignié. [*]
Or sés tu bien com trenche mes aciers. »[*]
Gui d’Alemaigne fierement respondié :
« Ahi ! Guillelmes, Deus te doint encombrier !
Me cuides tu por si pou esmaier ? [*]
2585De povre char se puet l’en trop chargier ; [*]
Mais, par la crois que requierent palmier, [*]
Ainceis le vespre ne le soleil colchié, [*]
Cuit ge ma char de la toe vengier. »
Il tint l’espee, dont li branz fu d’acier ; [*]
2590Ou veit Guillelme durement le requiert ;[*]
Grant colp li done par mi l’elme vergié, [*]
Que flors et pierres en a jus tresbuchié ;
Ne fust la coife del blanc halberc doblier, [*]
Cuens Aimeris fust senz cel eritier ; [*]
2595Mais Deus nel volt sofrir ne otreier.[*]
A celui colp a Gui pou guaaignié, [*]
Emprès le poing li est li branz froissiez ; [*]
Il retrait l’altre, ne s’est mie atargiez. [*]
Veit le Guillelmes, si s’en rit volentiers.
2600Il tint Joiose al riche brant d’acier ;[*]
Ou veit Guion durement le requiert ; [*]
Grant colp li done sor son helme vergié, [*]

Desus l’espalle li cols en descendié :[*]
De ci el piz l’a fendu et trenchié, [*]
2605Estort son colp, si l’a mort tresbuchié ;[*]
Près fu del Teivre, si l’a dedenz lancié. [*]
Al font l’en meine li fers dont fu chargiez, [*]
Que puis par ome ne fu il hors sachiez. [*]
Veit le Guillelmes, si comence a huchier :[*]
2610« Monjoie ! » escrie, « Deus, sainz Denis, aidiez ! [*]
De cestui est reis Looïs vengiez. »
Sor Alion est montez, son destrier, [*]
Prent Clinevent, qu’il ne le volt laissier ;[*]
De ci a l’ost ne se volt atargier.
2615Encontre vait li cuens Bertrans, ses niés, [*]
Et Looïs, balz et joianz et liez.
Tant ont ploré Guielins et Gualtiers, [*]
Tel paor n’orent a nul jor desoz ciel, [*]
Fors por Corsolt a cui se combatié :[*]
2620« Oncles Guillelmes, estes sains et haitiez ? [*]
— Oïl, » dist il, « la merci Deu del ciel !
Bels niés Bertrans, a celer ne vos quier,
Ge vos doins or cest buen corant destrier, [*]
Por la bataille que requeïstes ier. »[*]

2625Respont Bertrans : « Cent merciz en aiez ! » [*]
En cels de Rome n’en ot que esmaier ; [*]
Dist l’uns a l’altre : « Mal somes engeignié :[*]
Nostre sire est ocis et detrenchiez ; [*]
Il nos convient trestoz umeliier :
2630Alons molt tost por la merci preier. »[*]
Dist l’uns a l’altre : « Bien fait a otreier. » [*]
Les portes uevrent senz point de delaier ; [*]
Bel recoillirent lor seignor dreiturier.


LXII

Par dedenz Rome fu Guillelmes li frans ;
2635Prent son seignor tost et isnelement, [*]
En la chaiere l’assiet de maintenant,[*]
Sel corona del barnage des Frans. [*]
La lui jurerent trestuit le serement. [*]
Tels li jura qui li tint bonement, [*]
2640Et tels alsi qui ne li tint neient, [*]
Com vos orrez ainz le soleil colchant. [*]


LXIII

Par dedenz Rome fu Guillelmes li ber,
S’a Looïs son seignor coroné :[*]
De tot l’empire li a fait seürté.[*]

2645Lors s’apareille et pense de l’errer. [*]
Tant ont ensemble erré et cheminé [*]
Qu’il sont venu en France le regné.
Vait s’en li reis a Paris la cité,
Li cuens Guillelmes a Mosteruel sor mer.
2650Or se cuida Guillelmes reposer, [*]
Deduire en bois et en riviere aler ;
Mais ce n’iert ja tant com puisse durer,
Quar li Franceis prirent a reveler,
Li uns sor l’altre guerreier et foler.
2655Les viles ardent, le païs font guaster,
Por Looïs ne se vuelent tenser. [*]
Uns mès le vait a Guillelme conter ;
Ot le li cuens, le sens cuide desver, [*]
Bertran apele : « Sire niés, entendez :
2660Por l’amor Deu, quel conseil me donez ?
Li reis mes sire est toz deseritez. »[*]
Respont Bertrans : « Quar le laissiez ester. [*]
Quar laissons France, comandons l’a malfé, [*]
Et cestui rei, qui tant est assotez ; [*]
2665Ja ne tendra plein pié de l’erité. »
Respont Guillelmes : « Tot ce laissiez ester :[*]
En son service vueil ma jovente user. »[*]
Il fait ses omes et ses amis mander. [*]
Tant ont par force chevalchié et erré
2670Qu’il sont venu a Paris la cité.
La a Guillelmes rei Looïs trové.

Dès or comencent granz guerres a mener. [*]
Quant veit Guillelmes, li marchis al cort nés, [*]
Qu’en cele terre ne porra demorer,
2675Quar trop i a des enemis mortels,
Il prent l’enfant que il ot a guarder,
Si l’en porta a Loon la cité ;
A cels dedenz le fait molt bien guarder,
Et cels defors et ardeir et preer ;
2680Dont s’acuelt il as granz barres colper,
Et as halz murs percier et esfondrer.
Dedenz un an les ot il si menez
Que quinze contes fist a la cort aler,
Et qu’il lor fist tenir les eritez
2685De Looïs, qui France ot a guarder ;
Et sa seror li fist il esposer.
En grant barnage fu Looïs entrez :
Quant il fu riches Guillelme n’en sot gré.


  1. 1 B1 a un tout autre début ; il remplace les trois premières laisses de A, B2, C et D par la suivante : G. fu tous drois en son estant Il jure dieu le pere tout poissant Quil ne lairoit por nule riens viuant Veoir ne voist charlemagne le grant Il sapareille auec lui maint sergant Qui de laler estoient desirrant A dieu commandent ermengart la vaillant De leur jorneez ne vos irai contant Desci a ais ne se vont arestant La ont trouue guielin et bertrant Qui por g. furent lie et joiant Pour la leçon de D, voyez ci-dessous ; après le 1er vers A donne Li glorios par son comandement — 3 A et B Bone et cortoise gentil et auenant — 4 C A2 sen vant ; A4 .I. nain j. — 5 A N. m. a dire ; A4 .I. mot — 6 C De l. ne lise — 7 B2 le puissant — 8 B2 Q. t. s. contre paiene gent — 9 C Du nul meillor n. q. — 10 B2 Plaist il vous a entendre ; C plaist il vos a ensemple — 11 B2 Bone c. b. f. por aprendre — 12 A nonante et .x. — 13 C dona a d. f. — 14 A Li maines r. ; B2 si ot nom c. — 15 B2 C. a. a son pooir le regne — 16 C qua lui ne doie aprendre — 17 A B1 Il ala prendre ; B2 Ja i a. ; D Quil i apent — 19 B2 Et berriier et ; C Et l. auauterre et t. — 26 C manque — 27 C Q. b. f. la c. a ais ; B1, au lieu des cinq vers 27 à 31, donne les trois suivants Or est g. dedens la cite de ais Segnor a yce jour que li moustiers fu fais Et li lieus beneis adont estoit drois fais — 28 B2 Et l. m. i fu formez et f. — 29 C K. tint cort gregnor n. ; A B tele ne verroiz mais — 30 C i gardent — 31 C P. l. j. se poure gent ni ait — 32 A1 A2 que tres bien d. nen ait ; B2 que molt bon d. — 33 B1 Or est ainsi que on ne le fait mais ; B2 mais poi en fait on mais ; C On fist dont droit mais or nen fait on mais — 34 A A cortoisie ; C sont torne — 35 A3 remainrent ; C eslongnent le d. p. — 36 B1 On ne fait droit ne au clers ne as lais Mais damedieus qui est souerains et vrais Ses en rendra leur gueredons parfais ; B2 Dieus en prent droit qui nous gouuerne et fait ; C Dieus lor perdonne q. les g. e. p. — 37 A Si conquerons — 38 A Les maluais princes dont ne resordrons (A1 resordront) mais ; C manque — 39 B Li jors fu biel qui fu icelle feste Ce jor i ot bien .xxvii. euesques ; C diffère trop pour qu’on en puisse mentionner toutes les variantes ; je renvoie à la copie intégrale que j’en imprime à la fin de ce volume. Quand de nouveau il se rapprochera assez des autres leçons pour que je puisse reprendre le système d’annotation appliqué aux vers précédents, je le ferai — 40 B .xxv. a. — 41 B Et lapostoiles meismes c. m. — 42 A2 offrande molt tres bele ; B si bele offrende faite — 43 B Q. p c. h. en france not si bele — 44 B2 en parfist molt g. f. ; A Q. l. r. il dut bien preudoms estre — 45 B .xxviii. — 46 Après ce vers B ajoute Quatorze contes por le palais garder — 49 B len ot le don done — 53 B Ch. li rois — 54 B Or ne vuelt — 55 A manque ; B vuelt. — 58 B2 Chascuns ses mains en tendi enuers de ; B1 T. l. m. ont tendues v. d. — 59 B P. d. g. vos soyez aorez — 60 B Questranges rois nait sur nos poeste — 62 A manque ainsi que pour les vers suivants ; D le donne — 64 B2 vous — 65 B Tort ne outrage que vos ne maintendrez — 66 B v. nul home ferez — 67 B de son fie ne toldrez — 68 B Les veues fames tot a droit maintendrez (B2 totes bon d. m.) Seinsi le fais je te dis par verte De dieu seras et de tes genz amez — 69 B P. l. c. sen s. c. — 72 B Fils ce dist charles vez ici (B2 veez ci) la c. ; A veez ci — 74 B En ost porras bien mener .cm. homes — 75 B Passer porras les yaues de gironde — 76 B P. g. tormenter et c. — 77 B1 manque ; B2 Et la l. t. d. a la terre aioindre — 79 B2 O. s. c. n. fils ne la bailler onques — 80 A1 S. t. d. p. b. fils loier ; B Fils dist li rois ge te vueil chastoier Se tu doiz prendre aucun mauues oier (B1 baux filz mauuais loier) — 81 B Ne demesure aleuer nessaucier ; A Ne demesure de noient abaissier — 82 B Ne faire tort n. a. p. — 83 B Ne orfelin ; A B a retolir son fie — 84 A Aucune fame t. .iiii. l. ; B1 N v. f. t. le seul denier ; B2 N. v. f. seul t. .i. d. — 85 B Ceste corone qui desus lautel siet De dieu de gloire la vous defent ge bien — 86 B F. l. q. vous n. l. bailliez — 87 A O l. l. e. onques ne mut le pie — 88 B Esbahiz fu de ce quil entendie Nosa aler la corone baillier Et quant ce voient li baron cheualier Molt en sont tuit dolent et corocie (B1 M. par en sont d. e. c.) — 89 B1 E. le. en fu g. e. i. ; B2 en fu forment i. ; B ajoute Quant son fill vit qui si ert vergoigniez Dont le mescrut lempereres proisiez Si a parle que loient maint princier — 90 B2 com ge sui e. ; B1 o ge sui e. ; B ajoute Tels cuide auoir une bone moillier Qui la mauuaise de verte le sachiez Or jureroie par la vertu du ciel — 92 C A leçon ; B mauuais he. — 93 B manque ; C J. e. s. v. niert d. m. justicier — 94 C B Quen ; A Qui e. f. r. c. s. pechiez — 95 C A la leçon ; B O. l. f. les cheuels roongnier — 96 A Moines sera a ais en c. m. ; B Si le metons par dedenz .i. m. — 97 B1 Tirera cordes ; B2 T. l. c. et s. marrublier ; C T. l. c. si s. m. — 98 B Sa p. quanquil porra mangier ; C Sa. p. qui ne vuelt mendier — 99 B se s. h. (A1 bernarz) do. ; B se s. h. le fier ; C hernauz cil dorliens — 100 A Qui molt se fist e. o. e. f. ; B Riches hom fu et molt fist a proisier — 101 A réunit le 1er hémistiche du vers 101 2e du vers 102 : De granz losenges faites pais si moiez ; B D. g. l. le voldra conseillier ; C la leçon — 103 A Mes s. iert moines ; C .vii. ans — 106 B Dusqua .iii. a. quen verra c. i. ; C Jusqua .iii. a. je verrai quels il iert — 107 B Sil v. preuz e. n. j. b. chevaliers ; C Se il quet estre jamais bons justichiers — 108 B manque ; C J. l. r. sa terre volentiers ; D Puis li r. d. g. e. v. — 109 B On li croistra et sa terre e. s. f. ; D Croisserai l. s. t. e. s. f. (ce vers placé avant 108) — 110 B2 Le rois a dit — 112 B Q. p. e. celui h. le fier ; A duc hernault do. — 113 B au lieu des vers 113 et 114 donne les quatre suivants : Sempres fust rois li culuerz losengiers Ne fust g. li marchis au vis fier Par les degrez est entrez el mostier A la cort vient o lui maint cheualier — 114 D Li gentils cuens repaire de chacier — 115 B2 B. s. n. l. c. a le. ; B1 omet ce vers et les suivants jusqu’au vers 123 inclusivement — 116 B2 I. l. d. d. v. sire nies — 118 B2 manque — 119 B2 Ernaut le fel cui dieus doint encombrier Si veut leenz son droit seigneur boisier A loeys veut retolir son fie ; A B1 hernaulz si v. — 120 A S. i. r. de france lo. j. — B2 S. i. r. quar les pers lo. j. — 123 B2 D. l. p. d. maint c. — 124 B H. i trueue m. b. a. Ja le voloient coroner losengier Tantost fust rois quant g. i vient Quant il le voit a poi nest maruoiez ; A H. troua ; — 125 B2 E. t. o. de coper li le c. — 126 B Q. se r. de dieu le droiturier — 128 A Il prent le brant si le ra estoie ; B Sa bone espee ra el f. fichie — 129 A Puis passe auant quant se fu porpense ; B2 E. p. a. q. s. f. redrecie ; B1 la leçon — 130 B Son poing — 133 A M. l. t. a terre a s. p. ; A M. l. t. deuant lui a s. p. — 134. A Q. il l’o. m. prent le a c — 135 B2 Fel glouz — 138 B C. s. t. leuer et essaucier — 139 A manque — 140 A G. t. c. u. p. esmaier — 142 A Vois — 143 B Li cuens (B2 Li ber) la prent plus atendre ne quiert — 145 A el nom de dieu d. c. ; B2 Tien la bien sire ; B2 Tien dist il sire — 146 A Qui t. d. f. a estre justicier ; B Que tu de f. soies b. j. — 147 A1 Voit lemperere — 151 A Tu auras tost — 152 B P. t. c. l. p. tu saisir — 153 B Qua orfelin ne puisses rien tolir — 154 B Ne veue fame de sonor desertir — 155 A Saintes eglises pensez — 156 B Quel ne te laist ai deable honir — 157 A pense de resbaldir — 159 B Gar (B1 Car) losengiers ne soit par toi ois Ne croire (B1 crois) pas lor bordes ne lor diz Se tu le fais tu en seras honiz — 160 A De looïs quant le jor lont r. f. — 161 A si est remes ; A1 remes replet — 162 B C. baron en son palais sen vait — 164 B C. l. r. monta enz (B2 haut) el palais — 166 A ne vos c. m. ; B Fils dist le rois — 167 B Or auras tu molt roial seignorie — 169 B bien sait (B2 sent) quil me defie — 171 manque — 173 B D. r. denier nen aurai mie — 174 A Aincois lefai — 175 A por le pueple esaucier — 176 B por les bons foriugier — 177 B Por faire tort ne maluais essaucier — 178 B Ne por tolira orfelin son fie — 179 B N. v. f. seul tolir .i. denier — 180 B Ainz dois le tort foler et abaissier ; les deux vers 180 et 181 sont ainsi réunis — 182 La bonne leçon est celle de D ; x Envers le (A les) poure te dois humelier — 183 A manque — 184 A Et si lor dois aider et conseillier — 185 A Por amor Deu sa parole adrecier — 187 A qui gent doie m. ; B qui vueille gent m. — 188 B Se il te v. — 189 B Mandez francois — 190 B2 tresqua .xxx. m. ; B1 Tant que en aies dusqua .xxx. m. — 191 B Ton anemi fai tantost a. — 192 B T. s. t. ardoir et e. — 194. B Onques nen aies — 196 A en la mer noier — 197 A Q. s. f. le tenoient soz piez ; B Q. s. felon t. tenoient e. ; D la leçon — 198 D la leçon ; B Li uns a lautre le voloient noncier ; A Qui de la guerre se puissent aidier Sempres diront li felon losengier Et li normant lecheor pautonier — 199 B1 auiemes mestier ; B2 auions nos m. — 200 A C. dahait — 201 D la leçon ; B A Por lui ira en grant ost ostoier — 202 A ira plus c. ; B i. p. tornoier — 203 A nos peusmes paier — 205 A Q. s. t. vuels ; B Q. s. t. vis et ta. g. m. — 207 B Fill de p. n. d. f. a closier — 208 B Il tricheroient assez tost por loier — 209 B Mais vez ici g. le g. — 210 B F. a. de n. au vis fier — 211 B F. b. et guibert le proisie — 212 A Et sil t. v. m. e. a. ; B ne aidier — 213 B te porras — 214 B Voir dist li enfes refuser ne le quier — 215 B Vint a g. cheoir li volt as piez — 216 B Mais li frans cuens la amont redrecie — 217 B Puis li d. d. que me quiers — 218 A A n. d. — 221 A Que v. v. — 222 B1 Quel me guardez ; B2 Ques me guardez — 224 A Li cuens respont — 225 B par les sainz — 226 B la monte dun denier ; A Jancois naura v. .iiii. d. Ne vous rendra plain droit ne demi pie — 227 B2 de son gre volentiers — 228 A Quil ne volt delaier. — 230 B quar me donez congie — 233 B B. a .v. a. ; B2 ja celer nel v. q. — 234 B Que li promis mais ne li poi paier — 237 A .xl. — 238 B Do. e. da. li dona .x. somiers — 239 B A. d. se sont entrebaisie — 241 B P. n. r. sains ne saufs ne entiers — 242 B A. f. m. c. quil peust repairier — 243 B1 A l. r. s. h. ; B2 A l. demorerent ses fie — 244 B1 peust puis reperier ; B2 sen peust reperier — 245 B a réuni ce vers au précédent — 246 B Fu si menez de paiens losengiers Et si atains l. au vis fier (B2 le princier) — 248 B Trop se p. — 251 A .xl. — 252 B Et .x. somiers dor et dargent l. b. — 253 B1 V. s. l. c. pour dieu lesperitable — 254 A1 conuoia ; B1 omet ce vers et les deux suivants — 258 A V. e. e. faibles ; A1 si ne puet porter a. ; A2 ne puet mais porter a. — 260 B1 ge i aurai damage ; B2 bien sai quaurai damage — 261 B nen soiez en m. — 262 B1 Que par celui qui mist noel en larche ; B2 Quar par ce dieu qui mist noel en larche — 263 B1 cestui pelerinage ; B2 sauoie fait cestui p. — 264 B Et me m. p. s. o. p. c. — 265 A qui bien soit sofisables — 266 A qui sache — 270 B manque — 271 B1 D. c. a. r. narreste ne se sache ; B2 D. c. a r. ne seiorna en place — 273 B bernarz la. — 274 B1 les brans dacier serrez ; B2 l. b. dacier letrez — 276 B helmes gemez — 277 B resont forment l. — 278 B et des lances — 281 B manque — 282 A ne sont mie areste — 284 A Cirtaiges — 286 B richement ostelez — 287 B A. m. se sont couchier ale — 288 B qui molt estoit lassez — 291 B romaigne de toz lez — 292 B corant deschaenez — 293 B Deuant les autres venoit tot abrieuez — 294 B G. estoit — 295 B De ceste beste estoit t. e. — 296 B Qui d. s. p. l. donoit — 297 B acliner — 298 B si a deu reclame — 299 B mielz auerez — 300 B nesploitent que derrer — 301 A garsiles — 302 A omet ce vers et les 2 suivants — 303 B2 P. o. des mestres fermetez assez — 304 B2 Le roy galaffre — 306 B A .xxx. m. de c. enserrez. — 311 A Del p. f. h. que (B1 qui) le. o. p. — 312 A C. retrencha ; B C. d. al franc conte le nes — 314 B Manque. — 315 B le trait — 319 B les vait puis — 320 B Li a. — 321 B Il s. r. p. sa m. c. — 322 B afinez — 323 A Es vos paien poignant t. a. Dui messagier vinrent tot effrae — 325 A airez — 328 B si li vint — 330 B li ont fait g. d. — 331 C l. g. c. de carpes ; A la fort c. d. chartres Pris ont guaifier de police le sage — 332 B de gent molt honorable ; C Et bien .xxx. caitis que uns que autres — 333 B Sil nont par tems qui lor soit secorables Par tems morront dont ce iert granz otrages — 334 A qui f. m. amiables ; B1 enorables ; B2 enuiable — 337 B Ou il prioit jesu le. — 339 Son droit seignor — 342 B Si li tent le visage ; B2 ajoute En seurriant a resgarde le pappe — 343 B se drece — 344 B le prist — 345 B H. g. cuens — 346 B Dites moi sire porriez moi aidier — 349 B destruiz — 351 B sa cortoise mollier — 352 B Et (B2 Bien) .xxx.m. ont pris de prisoniers — 353 B tuit i. p. l. c. — 355 B Contre tant rois qui sosera drecier — 356 B Bertrans lentent sen fu molt corociez Ou voit son oncle sel p. a a. — 357 B O. dist il — 358 B1 Que m. p. ho. — 359 B Merci bel nies por deu le droiturier — 361 B Il n. c. — 363 A secore et aidier — 364 B por la terre guaitier — 367 B2 et vils le messagier ; B1 et mors le messagier — 368 B1 Qui ira la — 371 B feruz de .ii. espiez — 372 B que len puist bien — 374 B soions preuz et legier — 375 B Et du defendre ne soions pas lasnier — 376 B2 lors not que e. — 377 B Poi sont paien — 378 A Al m. f. Guillelmes a. f. v. — 379 C qui fu et proz et sages — 380 A Manque. — 381 A Quar nos ferons ; C Q. me secore — 383 A Ge sui venuz ; B Venuz sui ci — 386 B manque. — 388 B2 q. e. g. d. a. ; B1 quest conducteur des ames ; C s. piere — 389 B faites c. v. ; C S. p. l. fais hui sire v. — 390 C et le jor compenage — 391 C test corage ; B E. p. f. t. e. es (B1 tu es) souz eage — 392 A B qui te soit aspres — 393 A manque ; C Sant pues f. — 394 B Quen s. q. ; C Toz s. q. a t. t. e. — 395 C a mis ton herbegage ; B sera tes heritages — 397 C vos fera ; B nos sera ; A sera nos — 398 B aide deus — 399 B Onc soldoiers not soldees s. l. ; C Ainz cheualiers not remede s. l. — 400 C Or nel lairoie por lonor de cartage — 401 A tant soit ne fols ne sages ; B ne fiers ne aspres ; C felons n. a. — 402 C ne men v. c. ; B que n. m. v. c. ; B2 A ces paiens — 403 C alez querre — 404 B2 et tout lautre — 407 B1 et puis lelme apres l. ; B2 et apres lyaume l. — 408 B1 a l. r. d. p. ; B2 qui la renge auoit large ; C Et auoit chainte lespee bone et large — 409 B beaucent en mi ; A lauferrant — 410 A que il estrier ni b. ; B Et il i monte ; B2 que point le. ni b. — 411 manque ainsi que les 2 suivants dans C. — 412 B En son poing prent — 413 B A .v. c. dor gonfanon i (B1 li) atache — 415 A de gent de v. m. ; B C de gent auez e. v. m. — 416 B ce sauez sans atarge ; C bien le sarai retraire — 417 C .iii.m. s. lacies les ventailles ; B .iiii.m. homes — 418 C As f. c. as e. q. t. — 419 C cest bone c. ; B1 Et dist li quens ; B2 Li quens a dit — 420 C Armer le fait ; B Armer les faites sire apostoiles sages Et en après (B2 Et apres ce) trestote la pietaille — 421 C Qui lor — 422 C Et cil respondent raison est con le f. ; A quon le sache — 423 A acueillent lor voiage ; C P. trestot r. sarouent li b. — 424 A1 et tuit en une place ; A2 et venu en la place ; C tost furent en la place — 427 C Qui hui c. j. ; A omet ce vers et les huit suivants ; il a confondu les vers 425 et 435 — 428 B2 sera son heritage ; B1 sera son herbergage — 430 C li fera g. — 432 B orgueilleuse et sauuage — 433 B Si come issir durent deuers la barge — 436 B le barnage ; C Manque. — 437 A a l’amirant aufage — 439 C et sa nef et sa barge ; A a s. n. e. s. b. ; B et as n. e. as b. — 440 C manque. ; B Et ses granz genz qui sont ci demorable — 441 C le grant chite de crapes — 442 C ni remainra — 443 B qui .i. sol d. v. — 444 B tant de gentil lignage ; C manque. — 445 B quon le face — 446 C sen vint .i. abes ; B Et cil (B2 il) sen torne o lui ala .i. abes — 447 A1 ne se targe ; B manque ; C De si as osts de rien ne si atarge — 449 A nen est droit quil le face ; B Point n. s. — 451 B Manque ; C Et larceuesque et lapostoile et labe — 452 C Sire dist il ge sui icil m. — 453 C s. piere — 455 C Car ; B Que retraiez a voz nes et voz barges (B2 et a vos barges) — 456 A aornable ; C manque — 457 A tot le tresor ; B2 manque — 458 A ne calice ne chace ; Ce vers et les 3 suivants manquent dans C — 459 A1 qui .i. denier vaille — 461 B manque — 462 B2 Le roy respont — 463 B a mon d. he. ; C Chi es venus — 464 C Questora m. a. et m. a. ; B Que mon ancestre le fist en son aage ; A m. a. m. a. — 465 B R. ot a nom et roi jules c. ; C manque — 466 B ce mur et ce p. et c. b. ; C ces pons et ces murs et ces barjes — 467 C les piliers ; B ce pilier — 468 B Q. a d. torne t. a kantage ; C La loi jesu meterai a hontage — 469 B2 Les clers qui seruent s. pere et son ymage ; B1 C manquent — 470 A amiables ; B si esmaiables — 471 C Si. v. p. lonor de c. — 472 Congie demande ni a fait arestage ; C a galafre le sage — 473 A Por sarrasins molt bon conduit li baille — 475 C sire apostoiles sages — 478 C adobe — 479 A1 de molt riche barnage ; A2 de molt r. l. ; B Gen prendrai .i. ; C .I. en aurai d. m. r. yretage — 480 C les meterons en place ; B metons — 481 B se vos auez pooir — 482 B par nul b. ; A par vasselage — 483 A conquis en her. ; C tot quite ler. — 485 C une maille — 487 C Tos mes .iii. f. ; A1 receuez — 489 C Ainz le pendes a larbre fustage ; B andoi si quon le sache — 490 B la raison tale — 491 A por lonor ; B por lor de cornoaille — 493 B qui fu armez ; A quadobe ot — 494 C ne puet porter armes ; B mielz ne puet baillier ses armes — 496 B2 Or set ; A B lor v. a. — 499 B nel vos q. — 500 C Q. p. .ii. ho. vous ; A nos poons emplaidier ; A2 .i. home ; B conuiendra desraisnier — 501 C Ton compaignon — 502 B vuelt home c. — 503 B or e. s. a. — 504 B corsolt le fier — 505 C Deuant le roi hi. c. a. ; B L. e. hi. et noir c. a. — 506 B come feu e. b. — 507 C L. t. ot l. ; B manque — 508 C E. les iex ot demi .i. grant p. — 509 A despaules a b. — 510 A ne pot estre sor piez — 512 C que tu q. — 513 C que tu ies r. ; B ques si haut reoigniez. — 514 A seruir d. ; B Sire dist il a celer ne vos quier Ge doi seruir damedieu al moustier — 515 B qui de nos toz e. c. ; A chier — 517 B1 fesissiez reperier ; B2 en faciez reperier — 518 B donroie — 519 B remaindroit ; manque ainsi que les 2 suivants dans C — 520 B vaillissant .i. denier — 523 A Qui deuant nos oses ici p. ; B Qui (B2 Quant) deuant moi osas d. d. p. — 524 C manque — 525 C B2 .i. effodre ; B1 .i. fodre de son c. — 526 C Toz li f. a. ; B n. len p. o. a. — 527 A lot ars ; B Et sachez bien dieus fait q. e. — 528 C ni ot que atargier ; B1 Quant est es cieux ne veut jus reperier ; B2 Ques ciel se tient jus ne veut reperier — 529 A1 poroie ; B1 La nen puis je ; B2 La nel puis ge ; C manque — 530 C aidie — 534 C Quant jou la fus — 537 C et il aura le chiel — 538 A cel terrier — 539 C ferai jou essillier — 540 C Les clers kel seruent ; B manque. — 541 B1 qui sers droit ou mostier ; B2 qui le sers el m. — 542 C de fouier ; A Ferai ardoir s. c. embrasiez — 543 A el foier ; C si que le cies ; B1 c. jus ou b. ; B2 ton f. c. sus le b. — 545 C sil en est e. — 546 C prisent a c. — 547 B par saint sepulcre — 548 C est desor piez ; A que sor terre est ses piez — 549 B manque ; A Quant f. de. ni a d. e. Ou que ne font la terre soz ses piez — 551 A qui le mont doit jugier ; B1 q. e. c. fu poiez ; B2 qui fu crucefiez — 552 B la leçon + A ces paroles ni vout plus atargier Li apostoiles ainz sen volt repairer — 554 C li baille — 555 A manque ainsi que les deux vers suivants ; C De si au toiure ; B Dusques a r. ne voldrent delaier — 556 B les encontra premiers — 557 B Si le s. ; C par le frain du destrier — 558 A font il ; C dist il — 559 B1 vistes vous lauressier ; B2 Or me dites veistes vous lauressier — 560 C calengier — 561 B auez vos apesie ; C manque — 562 C biax frere ; B la leçon + Je vos di bien par dieu le droiturier — 564 B r. ne o. — 565 B hardrez et b. ; C Hiere et yuoire — 566 B et naymes al vis fier — 567 A li cortois guaifiers ; C et li danois ogiers — 568 B guerins ; B1 Et auec tous ; C englehiers — 570 A Et si estoit ; C a. au vis fier — 571 C freres ; A Et vo bon pere qui fu bons cheualiers — 572 C li vallant cheualier ; A qui font tant a proisier — 573 B de bataille ; C Ne loseroie — 574 B bels pere ce que iert — 575 C qui faux est ; B leçon + Sire apostoiles dist g. li fiers — 577 A quanque il vuelt ; B m. ne aidier — 578 B Nuls ne le puet greuer ne damagier Ne si ne puet en nul lieu perillier ; A Puis ne porra — 581 A .x. — 582 B Combatrai mi — 583 B S. d. y vuelt n. l. auilier — 585 A nos — 586 B damagier ; A sor ciel — 590 manque ainsi que le vers suivant dans C. — 592 C O. q. tu aies d. t. puist bien a. ; A d. t. p. a. ; B2 O. q. t. soies ; B J. t. vueille a. — 593 B Q. tu as tel ; C Q. en lui as fiance e. d. — 594 C Le brach s. piere aporta — 595 B Hors de largent le font traire et glacier ; C en a fait desracier — 596 C fait au conte baillier — 597 C fait ; A sor le helme vergie — 600 B Ne fu mais ; C Ne fu nus hom qui le peust empirier Ne de son cors honir ne vergoignier — 601 C N. m. pourtant ; B1 Ne mes sanz plus lespas de .ii. deniers ; B2 Fors que sanz plus lespas de .iii. d. — 602 A li franz cuens ; C maint recourier — 603 C en monte el a. d. ; B sen monte (B1 monta) s. la. corsier ; A remonte — 605 C en son poing tint ; B Entre ses poinz ; A son r. t. e. — 606 C Des esperons n. si v. a. ; A se v. a. ; B2 Dusques a. t. — 607 lesguarderent ; C sarrazin auersier — 608 A ci a bel — 609 C affaitie — 610 B bien deust — 611 C l’estor ancui — 612 A naura son cors m. — 613 B la leçon + Toz les auroit maintenant detrenchiez — 615 C fu c. e. v. — 616 A est c. — 618 C Jel. v. ester b. l. s. li e. — 619 B le mien dru — 621 B Poi maidera ; C Poi mosterra mahomet les vertuz — 622 B Se cil nestoit ; A manque — 624 A ses d. b. e. ; B Vait a lencontre — 626 C sor cel tertre aparu — 627 C Sest quel ; A Sel requerez nai ; B Ton cors requiert na talent quil aille sus (B1 quil sen fuit) — 628 A iert — 629 A Puis que le voi ; B1 niert ja p. a. — 630 A ni ait plus arestu — 631 C .iii. dus ; B .vi. amirals i sont tantost coru — 633 C itels ; A ge cuit nen ere plus ; B1 ne croit que il sont plus ; B2 ce croi ge niert il plus — 634 A Suns altres hom leust e. d. v. ; B en son dos les eust ; — 635 C conques fu ; B1 ne ses meust ; B2 Nalast o tout — 636 C Corsaut aportent ses armes li paiens ; B Quant armer voldrent le paien auersier Quatorze rois lenmeinent sans targier — 638 B C Desoz ; B le b. h. d. — 639 A B dont bien trenche (B2 trencha) lacier ; C Il trait — 640 C manque. — 641 C et son helme lacie ; B et son dart afaitie — 642 A et ses coltels dacier ; B et quarels bien forgies — 643 C por lancer afaitiez ; B Si dart estoient empene p. l. — 645 B chiers — 646 C com orres desraisnier ; B et si oltrecuidez — 647 A ni ose on — 648 X ne mais celui — 650 A a larcon de derrier — 652 C une targe dacier ; B uns escuz de quartier — 653 B manque. — 654 B1 Mais ainz ; C Mais de l. n. d. ains b. ; A M. arc ne l. n. d. point b. — 655 B fu b. a. ; C lot ont b. a. — 656 B gaaignier — 657 B cil cort ; C manque. — 658 C Nel retendroit — 659 Deuers son oncle commence a aprochier ; B sest li turs adrecie ; A intervertit avec 660. — 660 B En haut sescrie faites pais si moiez Oncle dist il faites apareillier — 661 A Le s. — 662 A a. a m. ; B et corner l. m. — 663 A si mestuet auancier ; B1 ne les estuet d. — 665 A B2 Que niriez — 666 B1 ne le ruis atochier — 667 B li puis un cop paier — 669 B2 que mangier — 671 A manque ; B A ces paroles ne volt plus delaier + la leçon. — 672 A Tresqua mahom lont paien conuoie ; B Comande lont a mahom quil ot chier — 675 B Nus ne d. m. ; C nen doit on m. — 677 B com il ; C com la — 678 B Com p. e. b. ; C Tant p. e. b. ; A Molt par est proz por prodome aidier — 681 Au lieu des 2 derniers vers de la laisse, B donne : De rien qui soit ne le vueil empirier Mielz lameroie se le puis gaaignier Que ne feroie tot le tresor gaifier Deus quel vassal com il fait a proisier Itels paroles nosast nuls desresnier Qui tel deable veist vers lui brochier Mais il est voirs et le vueil tesmoignier Miels valt uns hom proz et hardiz et fiers Que ne feroient de coarz uns milliers — 682 C nen eust c. m. — 683 C sor un t. m. — 684 A et atornez ; B1 armez et c. ; C garniz et c. ; B2 iert molt bien c. — 685 B abrieue — 687 B Errant d. d. d. abrieue ; C intervertit avec 686 — 688 B Vers o. a. s. chief t. — 689 B dist de si g. b. — 691 C de b. v. — 692 B2 Chescun matin — 693 B le peust e. ; A ne seroit encombrez — 694 B Li quens g. prist dieu a reclamer — 695 A G. pere ; B1 qui de mere fus nez ; B2 qui de vierge fus nez — 696 B Qui feis ciel terre a t. v. — 697 B de toz lez — 699 B les meis hosteler — 701 C Fors du p. ; A celui l. f. v. ; B Fors que dun seul cil leur fu deueez — 702 C Cil en manja — 703 C quant ne porent aler — 704 C seurer — 705 C V. a. t. seruir et l. ; A Foir en terre venir et l. — 709 C lor — 710 A Riens ni venist qui nesteut aler ; C Dauoir ynfer quant lame en dut aler Riens nisoit dels ni conuenist aler — 711 C De c. q. f. ; A D. de cel pueple cil qui ainz furent ne ; B Dieus toz le pueple qui de ceux f. n. — 712 B2 Onc ; C Ainz vos vorent : A manque — 713 C au delundi finer ; A Toz les feistes en larche definer Par le deluge ce fu la verite ; B Toz les feistes en larche definer De la lignie ce fu la verite — 714 C fors seulement n. — 715 C Et si doi fil cascuns i ot sa per ; B o lui chascuns sa per — 716 B por le mont — 717 C en la terre p. ; B ot en larche pose — 718 C De cel lignage qui la furent garde — 719 C a de bonte — 720 B aombrer. — 721 B refu t. c. f. — 722 A Et del saint cors — 724 A bels sire ; B1 plaist il — 725 B Tot droitement a. l. n. dun n. — 726 C qui vos rouit leuer — 728 A donastes — 730 B honore ; C par verte — 731 B raler — 735 C estoient par verte ; A .iiii. xx. mil trueuent li clerc letre — 736 A manque — 737 A Par terre alastes — 738 B Et es deserz alas tu — 739 C manque — 740 B manque — 741 C A bele p. q. o. d. celebrer ; B A ice jor quon dut palmes (B2 palmirs) p. — 742 C vrais d. estre honorez ; B Adont vos plot sire d. (B2 biaux doux sire) a a. — 743 C En jherusalem ; B2 Enz en jherusalem — 744 A qui furent define ; C ce fu grans simpletes ; B1 P. p. o. la vous conuint aler Vrai d. de gloire que firent deffermer ; B2B1 + Les feuls juis pour vous la honorer Mais ce vous firent puis molt chier acheter — 745 A ce fu la verite ; C dont ce fu simpletes — 750 A quel ; C que — 751 A De cheres armes a v. d. p. l. — 752 C De ses cauels les pies ressues — 753 A li fu — 754 A la cruelte ; C vers vos g. c. — 755 A Quil ; B falsete — 756 B1 dont ce fu foletez ; B2 par desesperaute — 757 B as juis deliurez ; C Et en apres fu as juis liures — 758 B et encombrez ; C et malmenes — 759 B que jorz fu ajornez — 760 A Quant ; B Que il vos firent sus un tertre m. — 761 C Mont en caluaire — 762 C une g. c. p. ; B2 A vos espaulles vos i firent porter La sainte croiz ou vous voudrent pener — 763 A molt cruel afubler — 764 B .i. pie — 765 A feruz et escopez ; B1 et f. et b. — 766 C posez — 767 B En v. c. m. clos fichie et bote ; C manque — 768 B qui ert bien airez — 769 B Ne vos vit mais a. v. o. p. — 771 A len a es poinz cole ; B Apres la lance en rouia li sanz clers — 772 B C T. a ; A Ses eulz en tert errant vit la — 775 B joseph ; C ensemble lui josoe — 776 A Furent venu come laron proue ; B Qui a pilate vos auoient roue — 777 A orent ; B descloe ; C De l. c. firent le vostre cors oster — 778 A et leve ; C et couchier et poser ; B et colchie et pose — 779 A surrexis come de — 780 B1 trouez ; A le grant chemin ferre ; C Brisas ynfer ni ot pooir malfes — 781 A en eustes gitez ; B en volsistes git er — 783 B2 doux rois — 784 C ni — 785 B ge ; A Qui d. c. e. cel m. — 786 B1 p. et fabrez — 787 C et car me secoures ; B1 mere dieu secourez ; B2 He mere dieu hui si me secourez — 789 C ne soit il r. ; B1 Que mon — 790 B1 seigna son chief si est en pie l. ; B2 Son chief seigna si est en pie l. ; C manque — 791 C desreez ; B tot armez — 793 B guarde ne soit cele — 795 B2 G. a dit dirai ten verite — 797 C Qui me ; B1 Que me ; B2 Qui hui maiut — 798 C Que il te puist. — 800 B2 trop f. penser — 802 C en champ vers moi — 804 B Se il m. v. — 805 B Molt tost s. ; C Tost i s. ; — 806 B fol penser — 809 C honor et r. — 810 A Plus te dorroie que not t. p. — 812 B2 Quar j. p. m. ni. m. d. vilaine ; C Ja li miens dieus nert par moi deffies — 813 A molt ies — 815 C ne le me soit cele ; B garde nel me celer — 816 B ce dist g. ; B2 ja en orras verte ; A manque — 817 B Quar p. n. ho. niert ja m. n. c. ; A manque — 818 B de nerbonne sor mer (B2 d. n. suy ne) ; C li marcis au cort nes — 820 A est ma mere al vis cler ; B la dame o le vis cler — 821 B lalose — 822 A manque — 823 C Manque ;B la leçon + Cil danseune le gentil et le ber — 825 A2 la cite ; B qui de nos est meinz nez ; C manque — 826 A li chaitis ; B2 Et est m. f. — 827 B soz feste cheminel — 828 C Qui est — 829 B destruit — 830 A La vostre gent — 831 B le sens cuide desuer — 832 B les grenons leue Dist a g. qui ni a demore ; C manque — 833 C parle — 834 C Li tiens l. ; A Que mon lignage as mort et crauente — 835 A lapele ; B Li s. que li cors dieu crauent En apela g. fierement — 836 B hardement — 838 B dedenz — 839 A not onques .i. arpent ; C La jus — 841 C Totes les ; B et toz voz ; A et vostre sacrement — 842 A et voz e. ; B et vostre e. — 843 B Ne p. g. pas — 844 C manque ; B est grant f. A grant tort la qui desus lui la prent — 845 A manque — 846 B1 torne ge tot a vent ; B2 ne vaut plain poing de vent — 847 B2 Quar m. c. s. molt de gent ; B ajoute : Nest quune ydole quest false et deceuant — 848 A a deu o. — 849 A Il v. e. t. ce sauent molt de gent ; B le nom dieu anoncant ; p. l. m. praietant — 850 C B2 manquent — 851 B1 tant — 852 B li mangierent le vis — 853 C manque — 854 C vos mentez — 856 B C tot vraiement — 858 X Plus que nen orent (B ont) ; A onques tuit ti p. — 859 B Quen son lignage a. — 860 B oy parler molt souent — 861 C manque — 862 A Se tu v. f. d. l. m. bonement — 863 A erraument ; C maintenant — 866 A En m. ; B Hom m. — 867 B A cez paroles g. plus natent Ainz est montez tost et deliurement — 868 C Ne si p. ; A1 ne arcon ; B questrier — 870 B Son espie prent — 871 B Lance en fremit ; C Lance auoit roide et le. q. p. — 872 B molt forment ; A lesguardent — 873 A Et dist soef ; B2 que nului ne lentent. — 875 A maltalent ; B Francois est pleins de molt grant h. — 878 B Ja eust — 879 C Di va vassal — 880 A te d. c. — 881 B C. noient en r. lheritage — 883 C Ge te dis bien comment que le plait aille Combatrai moi a toi en ceste place Sus mon cheual et de mes bones armes — 885 A large — 886 B Et lombardie et trestote toscane ; A T. r. de ci que en arabe. — 887 B li pors et li riuages ; C li apors — 888 B Et lapostoiles de d. l. l. g. ; C manque — 889 A li turs — 890 C que par forche ; B qui veus auoir par force lhe. — 891 A Dont il est droit ; B1 Dont est li d. — 892 C molt bon ; A molt tres bel — 893 A Prent ton escu et altresi tes armes — 894 A ja ne — 895 C intervertit avec 896 — 896 A le puet faire — 897 C matarge ; B Lors dist — 898 A broche — 899 C qui molt est g. et l. ; B qui est et g. et l. — 900 A estreintes — 902 B verrons — 903 B2 Or aille a terre — 904 C de molt deuot c. ; B de bon certain c. — 905 C ameint — 906 C manque ; B1 ajoute : Et il respondent bien est droit quon le face Tous li clergies enuers terre sauale Et cil des murs de rommes et des estages Tuit prient dieu le pere esperitable Quil lor ramaint g. au fier courage Tout sain et sauf dedenz rome la large — 909 C point ; A et les resnes — 910 B Manque — 911 A el milieu de la targe — 912 A Lor le verniz ; B et fust trestot trespasse ; C Taint et vermeil et le fut li trespasse — 913 C Le bon ; A li rompit — 914 B1 ne li vaut .i. maille ; A .i. paille ; C manque — 915 C lenseigne li empale — 916 C par ert bien .i. espaue ; B parut lenseigne large — 917 C Pendus del fer ; A Pendre al fer qui sen fust pris bien garde ; B2 Quon la veist hors qui sen preist garde — 918 A sen passe ; B tel air — 919 C fors du cors ; B Son b. e. — 920 B2 Onc l. p ; A Quainz l. p. ne. p. son estage — 921 B manque — 923 B2 Il est trop f. — 924 B en tel bataille — 925 B Quant ge entrai huimain en cestui flage ; C manque — 926 C Molt prisai poi ; B manque — 927 C le retieng a f. ; B Sachiez de voir ge te tien a f. — 928 B Ne quant sur moi — 929 B2 Conc ; B por ; C manque — 930 C a poi quil ne se pasme ; B qua poi que il nesrage — 931 C B2 de referir — 933 B ot — 934 C fors ; A le fer trait hors — 935 A Tote tissue l. d. d. cors ; B Tote la gorge ; C li desront de son col — 938 B guarisse ; C manque — 939 C Sire sainz pere ; B1 soiez aidant ; B2 soiez aide — 940 C entendi bien ; B1 lor — 941 B randosne tost ; C qui lemporte molt tost — 943 B2 sur lescu — 944 B Quil li desront et desmaille et d. — 945 C .i. tort ; A li auoit mise hors — 946 B par mi le vuit del cors ; manque ainsi que le vers suivant dans A — 947 C fors — 949 C nest remuez ne tors ; B Voit le li turs onques plus grant (B2 greignur) duel not — 950 B Tot maintenant a p. u. j. — 951 C B1 le lance ; B1 molt tres f. ; B2 molt tres tost — 952 C qui carot ; B Que (B2 com) foudre que len ot — 953 B baisse ; A quil ot peor ; C qui paor a — 954 A sor le col. ; C Sus larmeure le ferit enz el dos Ne lempira, la montance dun poil (B2 dun tros) — 955 B1 quen char ne lateignot ; B2 qui nateint char ne os ; C Que larmeure ne li valut .ii. clos — 956 B qui tournastes s. pol — 957 A ne muire encor ; B Guaris mon cors (B2 Guerissez moi) de damage et de mort — 959 A Le bon — 960 B2 Si ques a le ; C manque — 961 B Puis — 965 B Quant desus moi li ai done tel don Quil me ferist auant sur mon blason Lors ni fist plus li turs darestoison — 966 B2 trenchant ; B1 .i. dart a pris tranchant ; A tenoit li gloz felon — 967 B lenuoia — 968 C si comme un alerions — 969 A le gloton — 972 C par le — 975 C et son s. n. — 976 B sire ; C manque — 977 A et le m. p. — 978 A le closis ; B2 ceinsis terre — 980 B1 que de fi le set on ; B2 que de voir le set on — 981 C En p. — 982 manque ainsi que les onze vers suivants dans C — 983 A1 Fors du ; B2 dont fu deffension — 984 B Il e. m. ne lor fist s. m. n. — 985 A male rendation ; B2 Quar il en o. ; B1 Et il en o. si bien lor g. — 986 B enz el puis baratron — 987 B que tot s. — 988 B Apres biax (B2 doux) sire feis procession — 989 B Et de lasnesse — 991 B ramembroison — 992 B2 Crestien qui aourent vo saint nom — 993 B Et herberjastes — 994 B2 f. gent pardon — 995 B Qui sus voz piez mist ses ueilz a bandon ; manque, ainsi que les trois vers suivants, dans C — 996 B Si plora sire — 997 B Tu len leuas sire p. l. m. — 1000 A La vos. v. — 1001 C ot des juis felon — 1002 B2 enz en l. c. ; B sanz reson ; manque, ainsi que le vers suivant dans C. — 1004 B manque — 1006 A Nos viendra ; C De nos venra — 1007 A1 assembleron — 1008 C Lors ne v. ; B La ni v. — 1009 B Ja niert li prestre ; A Neis li prestre niert a. d. c. — 1010 C Ne li euesques — 1011 C manque — 1012 B Fel ne trichiere ; A manque — 1014 C Mesmes s. p. — 1016 A Gueris j. — 1017 A La madeleine feistes le pardon ; Ce vers et les 4 suivants manquent dans C — 1019 A1 Symon meismes ; B2 Et symagogue — 1020 B en un buisson — 1023 A de honte e. d. p. — 1024 B1 le s. f. — 1026 B pent a son gambeson ; B Et sarbaleste qui li pent a larcon ; C Car sa baleste li vient a son giron — 1027 A voi pendre a son arcon ; B1 li pent a son giron ; B2 li repent au giron — 1029 B trop est fors li gloton — 1030 C B2 par traison ; B1 par contencon. — 1031 B2 de lyon — 1032 A bien c ; C manque ; Le copiste de B2, trompé par la similitude des deux vers 1031 et 1058, a passé du premier au second — 1033 B1 De lescremie me sembles bien breton — 1034 B1 Mais de tes ; C manque — 1035 A1 L. retorna le d. ; A2 L. t. le d. — 1036 B1 Trait a ; A2 manque — 1037 B1 Fiert en g. — 1038 B1 de lelme — 1039 B1 T. lauberc et la coife ; ce vers manque, ainsi que les 4 suivants, dans C — 1040 B1 manque — 1043 B1 par de deuant — 1044 B1 en a fait ; C Et fist .ii. pieces del destrier aragon — 1045 A de grant randon ; C manque — 1046 C manque — 1047 C hors de puins — 1049 A Et tint j. — 1050 B1 dessus son elme — 1051 X Mais tant est granz et p. e. l. — 1054 B1 en abat a bandon — 1055 A1 La meillor b. — 1056 C valissant .i. bouton — 1057 B1 .iii. moz ; manque, ainsi que le suivant, dans C — 1058 B1 de lyon — 1059 B Trestuit ti colp ne valent .i. bouton — 1060 B a .i. ton ; C a rion — 1062 C socoures vo baron — 1063 C la raenchon — 1064 C El ton m. ; A tant com n. v. — 1065 B Ni aura mais ne messe ne lecon Tot destruiront li encriesme felon Ja ni aura qui nos soit guerison Adonc plorerent de duel maint halt baron. — 1067 B Fu toz a pie ; C en la m. l. — 1068 A quot perdue ; B perdue — 1069 A De s. c. ; B cope — 1071 C A poignant vient sa la mace entesee ; A destrossee — 1072 A reuient — 1073 B lisse ; C loue — 1074 C hastent — 1075 C la t. l. ; A manque — 1076 C le fiert — 1077 A li a rote et falsee — 1078 Jusqu’au vers 1083 les trois versions diffèrent beaucoup. J’ai, comme dans tous les cas douteux, adopté celle de A, qui est en général la meilleure : A la leçon ; B Pres de la bocle li a fait tele corree (B2 entree) Quuns esperuiers y entrast de volee Li cuens le voit sa la chiere enclinee Empres (B2 Apres) le helme est la mace colee Le chief baissa et la masse est passee Se ce ne fust cest verite prouee ; C Empres la lance li a tele donee. Que sil neust la teste enclinee — 1085 C ont fait une escriee — 1086 B que fais sire sainz pere ; C D. la. qui saint pieres est lere — 1089 A et que ; B ne com jaie d. — 1091 B molt forment — 1092 A Et du. c. est il m. m. — 1093 B1 Quant ; B este el d. ; C Com l. t. — 1094 B2 longuement — 1095 A B2 Que sil v. — 1097 B manque — 1098 C Il serroit mes loey prouendier B. l. p. e. a. m. — 1099 A corociez — 1100 B2 Ou quil le voit — 1102 manque, ainsi que les 3 suivants, dans C — 1103 A Qui seras — 1104-1106 B Ge sai molt (B2 tres) bien nen porras reperier En ton pais ne recorras arrier Ge tocirai cui quen doie ennoier Trop longuement me fais ci bataillier Et demorer por mahom que jai chier — 1108 C Molt sesmerueillent comment ai tant targie — 1109 B sus son — 1110 B2 Droit d. l. ; C Par d. l. l. v. encafigier — 1113 B Bien fu a point ; C empirier — 1114 Le roi feri qui (B2 que) ; A ne le vuelt espargnier — 1115 C Dor entailliez ; ici commence A3 — 1116 C en fait jus t. — 1117 B Si a trenchie — 1118 B li fist si e. (B1 esloignier) ; A conuint il empirier — 1119 A le cheualier — 1121 C pot ; A2 manque — 1122 A trenchie ; A2 B or ai — 1123 A3 Ne serai rois loys p. — 1124 C Na mon l. ne sera r. ; B recourir + Dont passe auant li vaillant cheualiers — 1125 C Son brant a fors de son fuerre s. ; B hors de ses armes s. — 1126 B manque — 1127 B1 franc guerrier ; B2 nul guerrier — 1128 A Se li cors — 1130 C qui tot a a jugier — 1131 A ne volt mie atargier ; B ne se volt plus targier — 1132 B mains — 1133 B ne lot soing de ; A1, 2 Sanz point de le. ; A3 Sanz poinz de latargier — 1135 C fait v. ; A en vola — 1136 C Li cors sestent ; B2 L. c. c. du sarrazin si chiet — 1137 A ne li volt pas laissier ; C ni volt plus atargier — 1138 C fu trenchiez ; B manque — 1139 C il le voit ; B manque — 1140 A B manquent — 1141 B manque — 1142 B C manquent — 1143 B manque — 1145 C envoie ; B1 embroie — 1146 B Tot enuiron en est li sanz raiez — 1147 B vos doi je mercier ; D mercier — 1149 A2, 3, B rendroie ; A Que nel — 1150 A1 B Puis f. t. o. que il li ot mestier ; C Il. f. t. ho. quen fui a grant mesaif — 1151 B Dusques a rome ne si est a. ; C ni est plus a. — 1152 manque, ainsi que le suivant, dans C — 1154 A Tot en plorant l. ; C Encontre vos l. — 1155 C Tant ont plore g. et g. — 1156 B T. p. no. a mais j. d. c. ; A desor ciel — 1157 B font il — 1158 B merci jesu d. c. — 1159 B est u. p. escochiez ; C escorchiez — 1160 A Ge ne sai certes com sera alongiez ; B Bien sai (B2 sent) quun poi en sera acorcie — 1162 Au lieu de 1162, 1163, C donne Dore en auant lapelent li princhier — 1163 B Vueil que ma. — 1165 B1 C ainz ; B ne pot estre changiez ; C ne li fu cangiez — 1167 A a lestrier — 1168 A font joie ; C font veille por lenfant cheualier — 1169 A dut esclairier ; C que il fu e. — 1171 B2 Le dist ; C arme vos cheualier — 1173 B2 qui plus ; C manque — 1175 A manque — 1177 C si en rit ; A si sen rit volentiers ; B1 par faintie — 1178 C Or b. nies — 1181 C Jou net lairoie — 1182 A Que ge ne fusse — 1183 A de mespee — 1184 B loent ainsi p. — 1185 A i fu ; B Tot en fu lors (B1 plus) li coarz rehaitiez — 1186 A si g. ; A3 sesgardent — 1187 A1 Or trop — 1188 B2 la leçon + Por la loi deu vers paiens deresnier — 1190 C sest c. et v. ; B fu c. et v. — 1193 B1 doit estre bien cremu ; B2 doit bien estre cremu — 1197 A uns ; B Ja de nos toz — 1198 B2 Et toz r. ; A iert creuz — 1199 A .xxv. graile i sonent tot a un ; B .xiv. cors sonerent a un hu — 1200 C qui estormie fu — 1201 B Et g. a la grant noise e. ; C Et cil de rome ont la noise e. — 1202 C Dient entreux — 1203 C Li cuuert m. ; B1 sarrazin mescreu ; B2 li felon m. — 1204 C Or tost as armes — 1205 B ni ont plus atendu De la cite issirent a .i. hu. — 1208 A Arion ; B A. b. d. e. a. Et li destriers qui fu de grant vertu ; manque, ainsi que les 2 suivants, dans C — 1209 A a peine lont tenu — 1210 A celui qui sor lui fu ; B la leçon + Apres paiens sarotent par vertus Qui sen fuioient quar paour ont eu Por ce que rois corsolz estoit veincuz Que dams guillelmes ot mort et confondu Tant ont coite li nostre par vertu — 1211 B Quentre deus monz les ont aconseuz Entre eus se fierent par force et par vertu — 1213 A Tant poing cope ; B Tant pie trenchie — 1214 B sest molt bien combatu — 1215 B Apres la l. a. t. le b. tot nu — 1216 A est fenduz ; B jusques denz la f. — 1217 B Ni vaut hauberz ; C manque — 1218 B2 mais p. en a r. ; C manque — 1219 B en i a maint feru — 1221 A Mais sor tes a. — 1222 A garsile — 1223-1228 C la leçon que j’ai adoptée ; A Monte guil. a son col son escu Mahom reclaime a force et a vertu Mahomet sire moult mest mal auenu Que ge ne lai et pris et retenu ; B1 Monstrez g. a son col son escu Mahom reclaime li rois par grant vertu Mahomet sire car i faites vertus Que cel baron qui tant a bien feru Quil a corsult et mort et confondu Que je le puisse auoir pris et tenu Lors ni a plus galafres atendu ; B2 Moustre g. a son col son escu Mahom reclaime le roy et sa vertu Mahom dist il com mest mal auenu Quant par .i. home est roy corsult vaincu Le dieu quil croient doit bien estre cremu Mahomet sire quar i faites vertu Que ce baron qui tant a bien feru... (le reste comme B1) — 1231 A amont es helmes bruns ; B Encontre lui a broche li cremuz Granz cops se donent amont sus les escuz Desos les bocles les ont fraiz et fenduz — 1232 C Desor ; A manque — 1233 A Les halberz ont — 1234 C aguz ; B1 Lez lor c. s. l. f. toz nuz ; B2 L. l. c. seteint l. f. toz nuz — 1235 A1 aide ; A2, 3 aida ; C a aidie ; B g. le membru — 1236 B1 Il est s. p. ; B2 Lui et s. p. c. c. i fu — 1237 B Que par galafre — 1239 A1 Que de .ii. parz — 1240, 1241 A Le cheual laisse qui le fais ot eu (1241 manque) B Le cheual laisse qui le cop a sentu Si le feri g. par vertu Que li rois chiet ne pot estre tenuz Encontremont sont li talon venu — 1242 B Li coing du haume li est au pie feruz — 1243 A manque ; C P. s. g. f. des las a desrompus — 1244 B sest s. l. a. — 1245 A3 Il trait ; B trenchant fu — 1252 C ja li tolist ; B bien li trenchast — 1253 B2 Mais cil l. c. ; B manaides et pitiez — 1259 C ki perderont le cief ; B les chiefs — 1260 C Brachefier ; B dist li frans berruiers — 1261 A deuez bien repairier ; B Par itel change vos doit on respitier — 1262 C se rafice es estriers ; A1 el destrier — 1263 A1, 3 l. tent ; B Li rois galafres li rent son brant dacier Et il le prent si ne le volt laissier Si te bailla a .iiii. cheualiers — 1264 C lenuoia — 1265 Et .iiiic. — 1266 B li culuert renoie ; ce vers et les 12 suivants manquent dans A — 1267 C Voient le jor lor droit seignor loier — 1268 C rochiers — 1269 B1 De ci as nes ; B2 Dusques as nes — 1270 B qui lor orent m. — 1271 B Enz sont entre — 1272 B len prent — 1274 B len prent — 1277 C aues cains et loies ; A Au lieu de ce vers et des 12 précédents donne Lors dist al roi de folie plaidiez — 1278 A Et il respont ; B Sire g. d. f. p. (ce vers interverti avec le suivant) — 1279 B Por la croiz dieu — 1280 B vaillant .iiii. d. ; C valissant .i. d. — 1281 A1 Trusque j. s. ; A2, 3 Tant q. j. s. ; C Ains ere anchois — 1282 B Mahom renoi quil est vains et lasniers Car ne me puet secore ne aidier ; manque, ainsi que le suivant, dans C — 1284 B atargiez ; C au lieu de ce vers et des deux suivants donne Li a. va les fonz por famier Puis le baptise sanz point de latargier — 1286 B Li rois i fu — 1289 C de jentieus cheualiers ; B de cheualiers proisiez — 1290 C de fief ; B ne soit gentils de chief — 1291 A pas ; C ne volroit point cangier — 1292 C un nom de c. ; B Ainz le baptisent — 1294 B et beu et mangie — 1295 B en est sailliz en pie — 1298 A3 raions — 1299 A Qui en voz buies sont estroit lie ; B manque — 1300 C R. guillelmes ; A1 compasser ; B mestuet il c. — 1301 A1 et escler ; B sarrazin auersier — 1302 A1 baptisiez et leuez ; B2 aussi fet baptisier — 1303 C manque — 1304 C valissant .i. d. ; B2 qui vausist .i. d. — 1305 B trestot nu despoillier — 1306 C Si me menez soz .i. gaste mostier — 1307 B Sierent o moi ; B2 .iii. gentils cheualier ; A manque — 1308 A Si pres des lor ; B Si pres del tertre que les (B2 leur) p. h. — 1309 B ferez a. — 1310 C Desoz cel tor ; A Desoz cel brueil qui est a loliuier ; B la leçon + La les ferez quoiement embuschier — 1311 C se voloient e. — 1312 A Q. i. m. v. secorre et aidier ; B secorre ne aidier — 1313 B2 soient ; C Si soies — 1315 C Mieldres consaus ne puet estre otroies — 1316 C li font il o. — 1317 C de batre ; A a ce lo. e. — 1318 C de .ii. leuriers — 1319 B2 ne se sont atargiez — 1323-1326 C la leçon ; A Se deus maist or en ai grant mestier Li deus quil seruent doit bien estre proisie Rois a corone ne doit estre loie Mais por auoir iert mes cors respitiez ; B Par mahomet or en ai grant mestier Cil crestien mont trop mal atierie Li (B1 Cil) deus quil seruent doit molt estre proisie Qui si lor fait trestous lor desirriers Bien ma mahoms lessie et oublie Qui si me lesse as crestiens baillier (B2 traitier) Mes por auoir iert mes cors respitiez (B2 replegie) Fai leur geter les chetis (B1 riches) prisonniers Dist champions or ta mahom aidie Quant por auoir puez estre respitie A ces paroles ne volt plus delaier (B1 delaissier) — 1327 B L. d. fist a l. r. atachier — 1328 B Hors en a t. l. gentilz p. — 1329 A batuz et ledengiez — 1330 A1 fachie ; A2 cachie ; A3 chatie — 1332 C et le cors et les piez — 1334 C La u issiereut l. c. d. l. b. — 1335 C Ni a celui qui nait — 1340 B De maint prodome a ici le corsage Qui sont tuit nu molt ont sofert malage — 1341 C et dras et piaus et capes ; B Reuestons les por dieu et por simage De nos tresors lor donons a grant masse Por respasser de ceste grant mesaise — 1342 B le vers est compris dans les 3 précédents — 1344 C jentiex quens ho. — 1345 B1 En ho. f. — 1346 B1 quon le face ; B2 Cest bon conseil si vueil bien quon le face — 1347 A de rien ne si atarge ; B2 Tresques a r. ; C manque — 1348 B desfermerent — 1349 A1,2 et pels et dras et chapes ; B cotes sercoz et c. ; A3 et dras et peaus de martre ; C et dars e. p. e. c. — 1350 A1,2 ot tant chascuns en place ; C manque — 1351 B Dont bien porront retorner (B2 raler) e. l. m. — 1352 C Q. c. de rome sont le jor r. — 1353 A lez un buisson — 1354 C Atant es lor ; B1 la leçon + Ou voit g. vers lui sest adreciez — 1355 C li vait cair au pie ; B la leçon + Ses deus mains jointes granz merciz li rendie Tot en plorant li auoit escrie (B2 li a dit a haut cri) — 1357 A C al auressier — 1358 C memmenoient ; B Qui memmenassent (B2 memmenoient en l. t. loie — 1359 B1 Plus n. v. — 1360 C Si gente na s. c. — 1363 C aueres la moitie ; B De mon roiaume auiez vous la moitie (B2 par trestot la moitie) — 1364 A soiez — 1365 B2 Li quens respont ; B ge men vueil conseillier — 1367 C fait il ; B la prendrai ge a moillier — 1368 B1 Oil voir sire ; C Oil biau frere ; B2 Ce dist le pappe bien le veull sil vous siet — 1372 B1 Ainz hom ; B2 Onc h. — 1373 C Ne saroit t. ; B Ne feist t. — 1374 B peust pas a. ; C trouuast nului sor ciel — 1375 B1 Icelle preist g. au vis fier ; B2 Cele preist le marchis au vis fier ; B ajoute Mais ne le fist a celer ne vos quier Si come orrez sun poi puis esploitier — 1376 B Quar par ; A li conuint a lessier — 1377 B2 Si com orrois ; B1 manque — 1378 Avant ce vers B dit Molt par fu gente la dame al cors mole — 1379 B Nuls hom viuant ; A ne pot ainz tant aler — 1380 C ne peust onques t. ; B peust mie t. — 1381 C Et le presist ; B2 dant g. au c. n. — 1382 B Mais p. e. c. t. demorer — 1383 B Sel morrez dire a. quil s. a. Ci vos lerai de la pucele ester — 1384 A effraez — 1385 A Par deuers f. les cheuals ont l. ; B De dolce f. sont venu le regne — 1386 A1 C et lassez ; A2,3 c. et penez ; B Puis que il furent de leur pais torne Ont .x. cheuals recreuz et lassez De cheualchier confonduz et matez — 1387 B enquis — 1388 B2 le ber — 1391 A Tot reuestuz — 1392 A de la d. e. ; C Pris ot la neif — 1395 A1 vos ert p. m. ; C vos a p. m. ; A3 De rois looys — 1396 B1 Car ; B2 manque — 1397 C A roi looys ; B2 manque — 1398 C L. t. li ont le dos torne — 1399 B2 reueulent c. — 1400 C Del fill — 1401 A ont a honte liure ; B2 en dolor ont t. — 1402 A nes secoures ; B2 pour le secorez ; B1 et car le secourez ; B ajoute Car se de vous na secours ce sauez Mors est li rois ocis et afolez — 1403 B vers terre est enclinez — 1405 C donrez ; A que c. m. d. — 1406 B la leçon + Foi que ge doi le roi de mageste — 1407 A len li doi bien doner — 1408 B vos vueil dire et monstrer — 1409 A3 Que rois looys ; B Que vo seigneur loiaument secorez — 1411 C R. guil. a vostre volente — 1413 B la pucele o vis cler — 1415 A ainsi sont deseure — 1416 A Puis ne s. v. — 1419 A1 exponctue Galafre et met en marge Garsile — 1420 A nostre — 1421 C a vostre volente ; B bien fait a creanter Mes filleuls est gart ni peust maluaiste Sil le fesoit par dieu de mageste Ne remaindroit el monde desoz de Tant le siuroie quauroit le chief cope Mais gart tres bien la terre et le regne Que loeys sont les granz heritez Mon droit seignor qui tant a de bontez Et dist li rois tot a vo volente Vos sauez bien et si est veritez — 1423 B Do. e. a. crerai en damede Et si ferai la soie volente Et g. molt auez bien parle Seinsi le faites com lauez deuise Dont serez vos mes drus et mes priuez — 1426 B menez — 1427 A .xxx. s. prenez — 1428 A3 Tes as c. ; C ses en dois enmener ; B Conques les as bien les en dois porter — 1429 B Et dist li c. — 1430 A1 En d. ; A3 Une dimenche — 1436 C nostre emperere c. — 1437 A3 A rois looys ; B en sont remes — 1438 C Li traitor len font honte et outrage Boisie li ont le cors dieu mal lor face Ne il laissierent le vaillant .i. escace Tolir li voelent le chief sor les espaule — 1439 C D. f. r. de meni le barbastre — 1440 B Vouloient faire roi de france la large ; A V. r. f. de france le barnage ; C la leçon + Sil na secors france en va a hontage Et la contree en ert destruite et arse — 1441 C la leçon + Et prie dieu le pere esperitable Quil ne lairoit por nul home quil sache Ca son pooir son secors ne li fache — 1442 C a la pucele sage — Au lieu des 4 vers suivants C donne Par teil deuoir ambedoi se departent Puis ne se virent en trestout lor eage Pris a congie g. f. Cele li done et bele et conuenable Dor et dargent .xv. sommiers li carge Auoec li maine .m. cheualiers as armes Et ses .xl. camena de ses marces Passent les terres et les contrees larges — 1443 A .iiiim. a armes — 1444 B .xxx. somiers do. et da. l. c. — 1446 B de noient ne latarge — 1447 C qui forment les trauaille — 1449 A Tant quil i vinrent (A1 virent) ne sarresterent guere ; C De si en brie acuellent lor voiage ; B2 Mes que la terre a grant esploit trespassent Si ques en b. — 1450 B Vait sen li cuens g. li marchis — 1451 B de lor j. ; C manque — 1452 A ne pristrent onques fin — 1453 C acuelli son chemin — 1454 C Escherme au col et un bordon fraisnin ; B2 manque ; B1 la leçon + Molt bien estoit afublez le matin — 1455 B1 si g. p. ; C B2 manquent — 1456 B c. f. daubespin ; C B. o. l. b. et le guernon flori — 1458 C Amis biaus frere dieus te puist beneir ; B D. e. t. f. g. respondi (B2 li a dit) Sire dist il de tours de s. martin Et dist g. por dieu qui ne menti — 1459 C car le me di ; B S. t. n. amis car (B2 par amour) n. e. d. — 1460 C de pere loeys ; A3 del petit rois looys ; B Oil voire sire ce dist li pelerins Del roy loys que len guerroie si — 1461 B Morz est rois carles qui tant ot le cuer fin — 1462 A3 A rois looys ; C Par droit doit estre la terre a .i. sien fill ; Voici de suite le texte de C correspondant aux 16 vers suivants des autres mss. Mes li traitre len ot si defors mis Quil ne li laissent vaillant .i. angeuin Jou le laissai a tors a s. martin En une croste del mostier benei Ne garde leure que il laient ocis Nen i a nul qui losast garantir Par cel apostle que quierent pelerin Se jou fuisse hom que aidier se peust Ja li fieus karle ne fust issi honis Les traitors eusse departis Que cure neussent de lor seignor trair — 1465 B de france le pais — 1466 B Mais uns sainz abes — 1469 B que il laient murtri — 1470 A d. l. cuens p — 1471 B li cheualier de pris — 1473 B Qui si soloient — 1476 B eusse malbailliz — 1477 B manque — 1479 B B. a. son neueu si li dist ; C B. a. gautiers si lor a dit — 1480 C Oistes onques s. c. p. ; B Amis dist il por dieu qui ne menti Oistes (B1 Veistes) mais s. c. p. — 1481 C Se i fust qui aidier li peust — 1482 B1 Ja nus mais p. ; A Jamais par els ne fust mal plait basti ; B1 ajoute Et dist bertrans certes il est gentis ; B2 ajoute Bernart respont par foy il est gentis — 1483 C manque — 1484 A le fist ; B1 se fist d. l. p. ; B2 sestoit diluec parti — 1485 C manque — 1486 B qui auques a damis ; C Or entendes dieu vous puist beneir Chieus est aidies qui dieus vielt maintenir — 1487 B2 G. esgarde — 1488 B2 .viiixx. ; C Si voit venir 1489 C Ses a conduist viuiens li marcis 1490 B Auueques lui fut li cuens s. ; C manque — 1492 C Cis estoit nies g. l. m. ; A1, 2 g. al fier vis ; B2 g. o le fier vis ; A Cil furent nies — 1493 A3 secorre rois looys ; B Si vont en france ; C Nest mie poures qui a plente damis Secorre vient son seignor loeys Or croist la force g. le marchis — 1494 A3 sentreuinrent ; manque, ainsi que les 3 vers suivants, dans B2 — 1495 C et cousin ; C termine ainsi cette laisse Auant cheualcent par mi le gaut foilli Tant com cheual puet jornee tenir Sen vont vers tors le droiturier chemin Li gentieus abes qui fu frans de bon lin Qui ot en garde le jouene loey Et en la croute del mostier lauoit mis Se or le puet tenser ne garandir Et destorner des parens alori Secors aura ains que part li tiers dis — 1497 A Qui en garde ot ; B1 Qui a en garde ; A3 le p. rois looys — 1499 B Et destraver d. l. aymeri — 1500 B de ci que al tiers di ; A3 que part — 1501 B G. erra qui molt fist a proisier ; C Vien g. au cort nes li guerriers — 1502 C devient tellement différent des autres mss. que je n’en donnerai plus qu’occasionnellement les variantes. — 1503 B Par sa compaigne — 1504 B Chascuns acourt en son poing son destrier — 1505 B manque — 1506 B Qui en alant puissent ades mangier Ja naient cure — 1507 B1 je li donrai destrier — 1508 C la leçon ; A v. estre comencie ; B A. m. roy v. estour (B1 esuoire) commencier — 1509 B2 manque — 1510 B et justiciers — 1512 A molt o. et f. — 1513 B itel corone el chief — 1514 A2 li venra ; B en venra jusquau (B2 dusquau) pie — 1517 B lor jornees alongier — 1518 B2 Si que a t. ; A ne se v. targier — 1519 B enuoia ses princiers — 1522 B1 Empres la char ; B2 Apres la char — 1523 B Soz chaperons les forz coifes dacier — 1524 B Les branz forbiz ont ceint li cheualier — 1527 A3 porrons ; B manque — 1528 B2 Tresques as p. ; B ne si sont atargiez — 1529 A Le portier trueuent si lont lors araisnie — 1530 B Oeuvre l. p. font il bels (B2 douz) amis chiers — 1531 B Ge sui venuz le duc richart aidier — 1536 B S. n. fait l. c. p. — 1537 A L. s. si p. r. — 1539 B la teste t. — 1541 A li gentils c. — 1544 B vos ni metrez le pie — 1546 B2 engroissiez — 1547 A Grant merueille est — 1548 B2 au roi du firmament — 1549 B1 Quelle fondist la terre s. v. p. ; B2 Que celle terre fondist desouz voz p. — 1550 B1 fust remis en son fie ; B2 fust remis en ses fiez — 1554 B1 Onques noy ; B2 Onc mais noy — 1555 B Q. s. c. nos a dit et noncie — 1557 Avant ce vers B dit Li quens g. ne se volt arrester Le portier prent molt bel a apeler — 1559 A en quel t. fui n. ; B Mais sor sauoies de q. t. sui n. — 1561 B manque — 1562 B Tu lo. v. de bon g. ; B1 Moult volentiers louuroies et de gre — 1563 A Dist li portiers ; B Li portiers lot sen fut asseurez Quant il oy si g. (B2 g. ainssi) parler — 1565 B Dist li portiers qui molt fist a loer G. ho. s. si josoie p. — 1569 B1 Que p. n. ho. ; B2 Quar onc por home — 1570 A de n. fui nez — 1571 A B tu soies aorez ; B2 ajoute Glorieus sire qui de vierge fus ne — 1572 B2 Sire dist il bien soiez vos trouez — 1574 A est en d. e. ; B Li vieils r. — 1576 B1 trop pou de gent auez — 1577 B sofrir et e. — 1578 A3 auons ; A2 n. e. auons sauez ; B1 Et dist g. ; B2 Ce dist g. — 1581 A1 garniz et conraez ; A2,3 garniz et atornez — 1582 B Sus les chemises les hauberz endossez — 1583 B Soz chaperons les bacinez fermez ; A2 manque — 1584 A1 r. a. alez ; B se resont apreste — 1586 B2 Le portier dist — 1588 A li gaainz desseurez ; B li a desfermez — 1589 A encusez — 1590 C la leçon ; A manque ; B Or le sauras dist g. li ber Puisquainsi est que le mas demande — 1591 A quant tu l. a. t. ; B ainz quil soit auespre — 1594 B tote ta v. — 1595 A voit — 1596 B1 .i. sengler ; B2 D. p. ferm estre que nest en bois s. — 1597 B enclinez — 1598 B escoutez — 1599 B portier si bien p. Nenil (B1 Nail) voir sire ce dist li gentils ber — 1603 A E. p. .i. g. et m. e. s. p. d. ; B E. p. son g. sel (B2 si) m. e. sa main d. — 1604 B Et sescria a sa voiz quil ot clere — 1605 B roi richarz et la terre — 1606 B Quen t. s. ne v. je or p. e. — 1607 B Qui t. veut — 1608 B1 en la fin quil perde ; B2 que en la fin i perde — 1610 B1 T. m. la porte li defferme ; B2 manque — 1611 B1 Entre enz g. et ; B2 manque — 1613 A la vengeance v. q. — 1615 B1 sembroncha ; B2 sembroncha en terre — 1617 A qui li f. o. — 1619 A Gontier de r. — 1620 Leçon de C ; A Que contre moi i est la p. o. (Ce vers placé après le vers 1622) ; B manque — 1622 A Quil viegne a moi que noise ni soit faite ; B Li viegne auant que noise ni soit faite — 1623 B qui point ne si areste — 1624 B Isnelement (B2 Molt prestement) trestoz les guez va querre Quant cis oirent quon les enuoie querre Tot maintenant que plus ne si arrestent — 1626 B2 Et cil l. v. ; B1 Que c. l. v. des huis et d. f. ; B ajoute Qui la estoient venu pour le roy faire — 1627 B des leur que len voist querre — 1628 B Mais anquenuit orront — 1631 B1 ses me tu c. ; B2 Amis dist il sez me tu c. — 1632 B qui nont ou h. — 1633 B En n. d. s. ge nen sai c. — 1634 A ne crote ne solier — 1638 A manque — 1639 B de bon gre o. — 1640 B Ni mete gage fors (B2 que) le chief a trenchier — 1641 B1 Et dist g. ; B2 Ce dist g. — 1642 A que ja m. n. vos quier — 1643 A1 ne garde ne p. ; B ne sergent ne portiers — 1644 B Des or serez — 1645 B B. a. ca venez — 1646 B1 parler si bien p. ; B2 si bien portier plaidier — 1648 B2 bels oncles — 1650 B2 gentil et aligne ; A et droit et aligne — 1651 B et le fist cheualier — 1652 B de bon helme dacier — 1654 B et de bon escuier — 1655 B et de molt bon s. — 1657 B manque — 1658 B La leçon + En apela g. le guerrier — 1660 A vers portiers ; B Alez bels nies gardez ni atargiez (B1 demourez) A cele porte queuure deuers poitiers — 1661 B La en irez — 1662 B Auesques vos iront .xx. c. — 1664 B N. c. ne lai t. s. b. plaidier — 1665 B Qui nait le chief del bu jus rooignie (B2 bien roognie) — 1666 B2 Bertran respont ; B com vo plera si iert — 1668 A floire du p. ; B1 soihier du p. ; B2 soef du p. — 1669 B A ceste porte ; A A cele p. qui vient deuers paris — 1673 B1 d. et maumis ; B2 afolez et mal mis — 1675 B Il ni ot huis — 1676 B La leçon + A cez paroles ne si sont alenti — 1677 A1, 2, sen vont t. a. d. ; A3 A a demis — 1678 x paueis — 1679 B en mis son vis — 1680 B1 desoz le c. — 1683 A3 s. s. rois loys — 1684 B g. .i. c. gentils — 1688 B se torne si li monstra le vis — 1689 B li cuens g. dist — 1690 B gel vos aurai tost dit Ge sui certain et si le sai de fi — 1691 B Que v. e. — 1691 à 1699 C Q. v. e. por aidier loeys La felonie est chaiens del pais Des traitors a chaiens .iiii. vins Que clers que vesques que moines beneis Frans hom fremes les huis de s. martin As traitors faites les ieus tolir T. l. p. d. m. p. s. m. — 1692 B He gentils sire por dieu de paradis + la leçon — 1694 A Euesques et abez q. m. sont ; B Euesque auez q. m. est — 1695 B ot l. m. p. b. — 1696 B fust a. l. ; A3 iert a. rois l. 1697 B ne leussiez gueri — 1698 B P. l. tours frans hom — 1700 B t. foy menti — 1702 B Cortoisement et en basset (B2 et molt basset) a dit Bone soit leure que itels clers nasqui Amis dit il por dieu et quar me di (B2 par amor or me dit) — 1708 B s. s. rois l. — 1709 B le saisi — 1712 B Que ne quidastes al leuer al matin — 1715 B enz el m. r. — 1716 B Il ni a volte ne barre n. p. — 1717 B Qui tuit ne soient de ses barons porpris — 1718 A3 Rois looys lot ; Ce vers et les 2 suivants manquent dans C — 1721 A3 B1 Filz de b. r. ; A2 Filz a baron ; B2 manque — 1722 A1 la f. v. p. ; B1 Voici le g. qui ; B2 Vas a g. qui — 1723 B2 Chie li — 1725 B Li gentils clercs qui mout fist a prisier En apela looys tot premier — 1726 B Filz de bon roi — 1728 A3 Biaus frere ; B Respont li enfes — 1734 B dist li cuens al vis fier — 1737 B2 Je li perdoigne son forfet volentiers — 1739 A filz charle al vis fier ; B2 le filz charle — 1744 B le prist senz atargier — 1745 leçon de C ; A tu mas ; B on ma — 1746 B la leçon + Molt a mal fait et molt mal enseignie (B2 on men a mal paie) 1747 B te doi ge bien aidier — 1748 A Lors en a. ; B ses cortois c. — 1749 B vueil or a vous sachiez — 1750 B Puisques hom sest — 1751 B Et ordenez a lire son saltier Messes matines doit tous jours versillier — 1753 B N. voir sire d. si c. — 1754 B Et sil l. f. par dieu le droiturier Auoir en doit molt dolereus loier — 1755 B c. l. meurtriers — 1756 B R. li quens — 1757 A ne requier — 1758-9 x manque — 1762 B Apres ce mot ni a fait arestage Dusqual chastel est venuz senz atarge — 1763 leçon de B ; A Ou ot assez (A2 lessiez) et euesques et abes ; C Iluec troua les vesques et les abes — 1764 A a lor s. false ; B a son s. faillent — 1765 x manque — 1766 A1 le baille — 1767 B Et looys — 1769 B ne satarge — 1771 A Ou ot assez (A2 lessiez) — 1773 leçon de C ; B Mais de baston ; A Mais li baron — 1774 B et sachent — 1775 B Puis les comandent a .iiiixx. d. — 1778 B contralios — 1780 B manque — 1781 B pren un message bon filz dempereor — 1782 B Et si lenuoie ancelin lorgueillos — 1783 B Droit viegne faire l. (B2 a l.) — 1784 B manque — 1785 B le comtor — 1786 A a cel vieil o. ; B ancelin a estros ; C Alez me tost al normant o. — 1787 B looys sanz sejor — 1789 B et irai ge ; A1 irai i ge ; A2 irai ge i — 1790 A en ta main ; B Oil bels sire — 1791 B1 auons nos — 1792 B .lx. ; A1 fait défaut ici pour 160 vers par la perte d’un feuillet — 1793 A2 Tiegne cest plait ou refuste a estors — 1794 A2 voiant ; B deuant — 1795 A2 en sera il h. ; B Que ainz le vespre — 1796 A2 por lamor de mascons — 1797 B commant — 1805 B nobile poigneour — 1806 A Ici vos mande — 1807 A La f. qui a cuer de l. — 1810 B manque — 1811 B ta r. — 1812 B Dites combien auez d. c. — 1813 B1 bien sont .xxx. par non ; B2 .xxx. somes par non — 1814 A de d. b. — 1815 A g. le franc hom — 1816 B Que il motroit — 1821 B et men liure le don — 1822 A Ge li d. — 1823 B a son bon — 1827 B darragon — 1828 A que le celerions — 1829 leçon de C ; B que nous ci ne dison ; A Pis que tel chose que noncie nen auons — 1830 B manque — 1831 B2 manque ; B1 Quainz le vespre vos donra .i. tel don — 1832 B1 pour toute besencon ; A Nel v. — 1834 B2 trouuer que cuisancon — 1835 A ce li di de par nos ; B2 ce par vous li mandon — 1836 leçon de C ; B entendu ai vo bon ; A Respont a. bien oi v. a. — 1837 B2 du baron — 1838 B Defiez estes et vostre compaignon (B2 et tui vo compaignon) — 1841 B et franc et enseignie — 1842 B Bien reconut — 1843 B Il li a dit sanz point de delaier Amis b. f. — 1845 B1 Voir de t. o. ; B2 Voir en t. o. — 1847 B a trenchier — 1849 A bien .viic. — 1852 B escuiers — 1853 B2 par les bras esracier — 1854 B detraire et depecier — 1855 B Et dist a. d. a. qui ten c. — 1856 A ni quist congie ; B qua nul congie ni prent — 1857 B fait — 1858 A est montez el destrier — 1859 A sen vet sans delaier ; B la leçon + Bien semble effoudres (B2 Ce sembloit foudre) qui des nues jus chiet — 1862 A point ni a da. — 1863 A Na l. na s. s. nafiert — 1865 B Assez i fustes de trestoz menaciez — 1867 A escuiers — 1868 B de mon cors mehaignier — 1869 manque, ainsi que les 5 vers suivants, dans A — 1879 B Et quant il voient sur eus (B2 seur) est li merchis En f. t. — 1880 B ne voldrent atargier — 1881 B auoit f. p. — 1882 A l. conuint a laissier — 1883 B Que puis nalerent par besoin ostoier — 1884 B Por nul el siecle — 1885 B huchier Or tost barons pensez de vos aidier Mar en iront li culuert paltonier Li cuens g. ne fine de brochier — 1886 B le f. b. bertier — 1889 B2 Encontre lui — 1890 B Molt ot des siens poi en ot li guerriers — 1892 A comencier — 1894 B orent .xx. cheualiers — 1895 B hurter tant bon destrier — 1899 B Et les g. si fierement aidier — 1900 B Et que lor force ni (B2 ne) pot auoir mestier — 1901 A Toz les nuz branz ; B2 Les branz toz nuz — 1902 B1 len vont m. p. ; B2 li vont m. p. — 1903 B1 les vet r. et l. — 1904 B A. fuit sa (B2 les) gent a tot lessiez — 1905 B1 le suiui par derrier ; B2 le sui par d. — 1909 B Quar bien lauez deserui ce sachiez — 1910 B Que por traitre certes tenuz en ies — 1912 B fierement larresone — 1913 A mal te done — 1914 A vergoigne — 1916 B2 qui lespee auoit longue — 1918 A Bels nies bertrans — 1919 A De ceste terre c. l. d. Et cest traitre comment le defferomes — 1921 A Quar l. m. e. e. c. la corone — 1925 A dans g. — 1929 B Il morra voir ancui — 1930 B manque — 1932 B Vers les glotons se par fesoit si fier — 1933 B que ja doie esragier — 1934 B1 quil ot ; B2 queust — 1937 B1 Fiert ent celui ; B2 Fiert ent ancelin par mi l. e. d. c. — 1938 B en a jus tresbuchie — 1939 B deuant lui a ses piez — 1940 s. denis aidiez ; B1 s. denis maidiez — 1941 B est rois loeis vengiez — 1943 B Ainz n. f. si vint droit al mostier — 1944 B1 A son seigneur roi l. en vint ; B2 A son seigneur l. quil tient chier — 1946 B2 de qui plus v. p. — 1947 A manque — 1948 A Cist nira mais — 1949 B Por nul el monde qui (B2 tant) len s. p. — 1950 A B toi doi ge mercier — 1953 B Qui me sait conseillier Ou ge le truisse ne le (B2 si que) puisse baillier — 1955 A quil na soing de lessier — 1958 A Ne lessa mie — 1960 B Tant le sacha — 1963 B sachier — 1964 B1 Ni r. les membres n. l. p. ; B2 N. r. ja pour ce bras n. p. — 1965 B prent — 1966 A O. glouton d. vous d. e. — 1967 B la leçon + Et puis apres li rompi le braier — 1968 B Tout nues nages — 1969 B o. maint cheualier — 1970 B1 vergoignier ; B2 aaisier — 1971 B vuelt falser ne boisier — 1972 A et li duc as prie — 1973 B manque ; A Quil ont le conte a g. a. ; C Ainz fu r. a g. a. — 1974 B a loeys quittie — 1975 A Apres fu faite ; B La p. f. f. ains quissist del m. — 1976 A Si le b. v. .c. cheualiers — 1977 B1 Ainc c. a. ; B2 Onc c. a. — 1979 B a leur c. da. — 1980 A ne volt ; B manque — 1981 B1 ne si (B2 ne se) volt atargier — 1982 A Ainz apela — 1983 B la leçon + Par foy dist il a celer nel vos quier — 1985 B les ferai deslogier — 1986 B voldrai ici l. — 1987 B Gardez quil nalt joer nesbanoier — 1988 B Que il ne maint o lui .c. c. — 1990 B Se gen ooie parler a. r. — 1991 leçon de C ; x manque — 1992 B ne vos aront m. — 1993 leçon de C ; B manque ; A Que nen feisse les testes reoignier Et toz les cors destruire et essillier — 1994 B Ce dist l. a. (B2 l. a. a dit) ce fait a otroier Je vos affi ne le vous quier noier ; A Mielz iert guardez dist labes par mon chief — 1995 B2 dun m. ; A Que ne sera li cors sainz d. m. — 1996 B Voir dist li cuens il en est bien mestier + la leçon — 1997 B sa terre — 1998 B Et f. m. — 1999 B Ainz quil p. .xv. j. — 2000 B En ot ensemble — 2001 B Puis erra tant quil vindrent a poitiers — 2002 A manque — 2004 B le brun h. l. — 2005 B Lespee ceinte — 2008 A armez sor le destrier — 2009 B1 sostint l. c. ; B2 sostint le bon guerrier — 2014 A ne la n. — 2015 B1 N. la t. ; B2 ajoute Ne pentecoste ne jor de trinite — 2016 B le halberc endosse — 2017 B sur son cheual monte — 2018 B2 a li cuens endure — 2019 B maintenir et saluer. — 2021 B1 Sen est alez souz ; B2 alez a — 2022 A amaronde ; C marimonde — 2023-24 B Et si fist tant li ber de sa personne De l. (B2 De son seigneur) li fit prendre c. Et retenir par grace de ses homes Et ses ho. — 2026 A pierrelarge 2027 B2 La conquist dagoubert la cite de c. — 2028 A Et si fist tant li cuens par son barnage Qua looys vint rendre son homage Sa terre tint de looys le sage — 2029 B quierent granz et esparses Du roi les tint ce fu grans seignorages Tot par g. le marchis fierebrace Le gentil conte que li cors dieu bien face — 2031 B Vers enueudure — 2033 A ont ; B aincois none passee (B2 sonnee) — 2034 A fist ; B manque — 2035 manque, ainsi que les cinq vers suivants dans A, dont le copiste a été trompé par le mot agree qui termine 2034 et 2040 ; B manque — 2039 leçon de C ; B manque — 2043 B quil i a esposee — 2045 B de reperier — 2046 A ses cheualiers ; B laissa — 2047 B chastels prisiez — 2048 B .IIm. e. m. de bien a. — 2049 B a prise a c. — 2053 B acointier ; A ne sai conte noncier — 2054 A nest il dus atargiez — 2055 A sest li dus h. — 2056 A le tieng ge a l. — 2057 B Quant — 2058 A2 Noserent plus ; A1 mêmes mots exponctués et remplacés par Nosoit li dus ; B Osoit errer li ber ne (B2 et) c. ; C O. ainc p. aler n. e. — 2059 B sanz esparnier — 2060 B1 li filz a c. ; B2 li baron c. — 2061 A Por ce quil furent — 2063 B manque — 2065 B Q. en m. t. — 2066 A me tolit ; B l. m. cheualier — 2069 B le voudrai corrocier — 2071 B E. c. terre — 2074 B Et tant sui g. p. liez — 2075 B Mander le vueil par molt grant a. — 2077 B1 .xiii. — 2078 B l. p. esloignier — 2080 B Si le porrons murdrir et detrenchier — 2081 B .xvi. c. — 2082 A M. li v. ; B2 Qui miex v. — 2084 B nen set — 2088 B leçon + Iluec mangierent por lou cors aesier — 2089 Leçon de C ; A Apres mengier font les napes drecier ; B Quant franceis durent de la table drecier — 2090 A Desoz les arbres prenent a someillier ; B Molt durement pensent (B2 pristrent) a someillier Que molt estoient pene et trauaillie — 2091 B2 Voit les g. ; B si le. p. g. p. Dormir les lest souz .i. arbre foillie De lune part sest li quens apoiez — 2094 B lelme doblier — 2095 B Et ceint joieuse a son flanc senestrier — 2096 B son auferrant corsier — 2097 B manque — 2099 A .i. roit ; B le fort — 2100 A lacie — 2101 A ne meine fors que ; B2 seul que — 2102 B Les l. r. — 2103 B l. d. r. ou vient — 2104 B2 Qui tot le jor — 2105 B Aueques lui ot .xvi. h. — 2106 B si en f. e. — 2107 B cheualcha a estros — 2109 Leçon de C ; A2 Et o lui .xv. ; A1 O lui .xv. ; A de hardiz poigneors ; B1 Auuec lui ot bien .xvi. c. ; B2 Auueques lui ot .xvi. c. — 2110 B2 Voit les g. si en p. g. fricon ; B1 manque — 2111 B1 manque — 2112 B Tot maintenant — 2113 A2 manque — 2115 Leçon de C ; A plus que home del mont ; B Il me hait ja dune grant traison Quil firent ja looys mon seignor — 2116 B1 que de fi ; B2 que de voir — 2117 C M. n. a. nous en son — 2118 B2 en un m. ; B a tors — 2120 B jusqua lour — 2123 B Corez li seure a guise de baron Aiderons vos par bone entencion — 2124 B por rien qui soit el mont — 2125 B v. m. seignors — 2128 A D. d. guillaumes ; B d. vous g. de. — 2129 A C. me il ; B Conuient il mes moi de vos riens (B2 point) gaitier — 2130 B par acort apaie — 2131 B2 en un m. — 2132 A v. .c. cheualiers — 2133 B V. d. r. tu ses molt bien pledier Mais ton sermon ne taura ja mestier — 2134 B cheualier — 2135 A soz la chape del ciel — 2137 A s. si c. ; B Quant ge te tien a plain sus le grauier — 2138 A1 porront ; B porra — 2139 B la teste rooignier — 2141 A G. d. li cuens — 2142 B plus quel chien e. — 2143 B des esperons des piez — 2144 B sus lescu — 2145 B et brisie ; A li fait fendre et percier ; leçon de C — 2146 leçon de C ; B Le bon h. rompu et d. ; A desrompre et desmaillier — 2147 B entrer lacier — 2150 leçon de C ; B en volent ; A manque — 2151 A Li coinz d. he. — 2152 B que .ii. laz en rompie — 2155 B .xvi. — 2156 B Sus lui trouuerent g. l. g. Seure li queurent ne le vont. (B2 voldrent) espargnier Il se defent loi de cheualier — 2158 A Al brant forbi ; B ferir et chaploier — 2159 B2 Del gentil conte — 2160 B li s. alez a. — 2161 B2 Tost fist chescun jus le sien trebuchier — 2164 Leçon de C ; A que n. que p. ; B Li .v. (B1 .vi.) sent vont — 2167 B Li .vi. barons sen fuient par un tertre — 2168 B2 Li ber g. ; A les e. grant erre — 2169 Leçon de C ; A Il lor a dit ; B une parole lede — 2171 B si g. h. s. — 2172 B2 et C en menrons nos en d. — 2174 B p. d. sire g. — 2175 B vos d. r. e. — 2176 B1 amirant — 2178 Leçon de C et B1 ; B2 Sus les a ; A en g. n. b. — 2179 B L. p. hetie na s. damer pucele — 2180 Leçon de C et B1 ; B2 sa retorne ; A sa genchie — 2181 B crie — 2182 A por tes membres trenchier — 2183 A la leçon + As .x. ont tost les armes despoille ; B A ses barons quil auoit la lessiez En la bataille ou li dus r. iert — 2184 B La lon sesi et lont pris et loie — 2185 B Si lont trosse come (B2 c. un) cofre a deniers — 2186 B Et lont monte — 2188 B Quant il i furent ; B1 moult par en furent liez (B2 si en sont forment lie) — 2190 B1 voi tout le poing moillie ; B2 voi tout le pong souillie — 2191 B manque — 2192 B auez hui c. — 2193 A Voir dist g. bertrans bels sire nies — 2194 A manque — 2195 Leçon de C ; A fait dire ce vers à Bertrand, après le vers 2192. Je vos voi... — 2196 A manque — 2197 B Si nen menai mais que (B2 seul que) .ii. cheualiers — 2198 B Deuant .i. val lez un pont depecie La encontrames — 2200 C O lui .xve. ; B Lui .xve. iert de barons c. ; A Lui et .xv. altres — 2203 B Quant — 2205 B Les .vi. se. — 2206 B Vez en ici — 2207 A2 amenon tres loie ; B en ameinent loie — 2208 B Respont b. — 2210 B ne vueillez plus doner — 2211 A proier — 2212 B juenesse — 2213 B A. q. no rois — 2214 B1 L. sa. erraument de le. ; B2 L. sa vistement de le. — 2215 B Tant ont a force soir et main chemine — 2217 B le roi loeys troue — 2218 B mene — 2219 B2 fist — 2221 B1 Quil i f. m. ; B2 Que il mourut — 2225 B Que .ii. m. — 2226 A Par deuers r. ; B D. r. v. la mirable cite Puis que partirent du lieu et du regne Ont .vi. cheuals recreuz et tuez — 2227 B T. o. les mes enquis — 2229 B Quil o. le conte — 2231 B1 M. bels sire ; B2 M. font il — 2233 B A cui auez — 2234 A1 M. e. rois otes (otes, exponctué, est remplacé par gaifiers écrit en marge) ; B dypolite l. b. Ni a plus doir que la bele al vis cler A lui en est remese lirete (B2 remes tout lerite) — 2235 B Molt la demandent ; A c. et dus et p. — 2237 Leçon de C ; A i sui venuz a. ; B manque — 2238 A li riches ; B1 galfiers ; B2 gaifier — 2242 A Si pres de r. — 2245 B enclinez — 2246 B A l. c. a parler Trestot ainsi com ja oir porrez — 2247 B manque — 2248 B Rois dist li cuens par deu de majeste — 2250 B Vers toz les homes — 2251 B si ta. — 2252 B jeunesse — 2253 B Ancois que naies tot, ton regne a garder — 2254 B Or tot bels sire ni a que demorer + la leçon — 2255 B la leçon + Qui mestie ont de auoir (B2 bien dauoir) conquester — 2256 et 2257 B As c. c. as drapiaus d. — 2261 B1 et mules afeutres ; B2 et mulets sejornez — 2264 B ou je les doi poser — 2266 B Qui tout ne d. — 2267 B1 Et dist li rois ; B2 Li rois li dist — 2269 B la leçon + Par mi la terre quil orent a garder — 2271 B manque — 2272 B I.m. en peust — 2276 B aconter — 2277 A lassez — 2280 B destornez — 2281 B Li rois l. i. f. t. ses tres — 2283 B ses c. et ses. f. a. — 2284 B ses f. m. — 2285 B Par le pais por la terre g. — 2286 B Et font les proies et le charroi mener Et bues et vaches a motons por saler — 2287 B sont tuit bien rassaze — 2288 B ses f. — 2289 B en est leuez en piez — 2290 A Son per ; B2 Le pere — 2292 B Preignent lor a — 2293 B lor p. d. — 2294 B premier el p. c. — 2296 B E. c. respondent bels sire volentiers — 2299 B2 Espees ceignent puis ; B1 C. e. si — 2300 A A. l. cops — 2301 B En lor poing prennent — 2304 A veoir ne charoier — 2306 B1 o eus fichie ; B2 sus eus f. ; B ajoute La veissiez un abateis fier Costes et bras et testes pecoier Es tres comencent forment a chaploier — 2307 B sergenz et e. — 2309 B Et si ocistrent l. m. cuisinier — 2311 B1 com autre sodoier ; B2 aussin cun soudoier ; B D. tr. en autre — 2312 B A vois escrie — 2314 B Se maist dieus — 2315 B Li cuens g. sen reperoit arrier Si conduisoit auec lui les fouriers — 2320 B Et dis g. nos estuet c. — 2321 B2 Par deuant r. ; B les vers h. l. — 2322 A Ses poions fors clore et e. — 2323 B fussent apareillie — 2324 B i porions g. — 2325 B la leçon + Respont b. bien fait a otroier — 2326 A pense — 2327 B se print a abaissier — 2336 B2 Si l. escrient — 2337 B Des .m. de r. ne. v. un l. — 2338 B Que toz nes face ocire et detrenchier — 2340 A lez .i. mont eslaissiez ; B qui les deuoit guier — 2341 A manque — 2342 B A vois e. retornez c. — 2343 B1 O. j. m. en fuiant com bergier ; B2 O. j. morrez en fuiant com lasnier — 2344 B De lance forte planee de pomier + la leçon ; A Lez le halberc — 2345 B2 T. l. courba — 2346 A Vet li c. l. c. ; B Volt li tolir l. c. — 2347 A Q. il li prie — 2348 B2 se tu quens g. ies — 2349 B1 M. p. mon vis m. i. puet g. ; B2 bien i p. g. — 2350 B2 un mui de bon d. — 2351 B sest vers lui a — 2352 A Li dus li tent son riche brant dacier — 2353 A le rendent — 2355 B G. da. fu en rome li sers Si se leua en estant sus ses piez — 2358 B ne mi puis apaier — 2360 B ne nos aura mestier — 2363 B une fort pel — 2364 B1 un bastonet desrable ; B2 un bastonet de madre — 2366 B Amis fait il entent a mon langage Alez molt tost — 2368 B vient de gaster mes marches — 2373 A manque — 2376 B Et sel conquier — 2377 A1 Mar i perdra ; A2 Mar i perdrai qui vaille ; B2 Mes ni p. — 2379 B A moi lest rome — 2382 A al tref ; B de noient ne sa. — 2383 B lez la porte de p. — 2384 B Si sen torna a la tente al fill charle. — 2385 B le roi et son barnage — 2386 B Al roi parla oiant cels de la place — 2388 B1 con le f. ; B2 car droit nest quon l. f. — 2390 B Que a grant tort as gastees ses marches Nas d. en r. nen point de leritage — 2393 B ten conuenra — 2396 B D. auras r. et tot le seignorage — 2397 B qui otrage ten face — 2398 A vos — 2399 B manque — 2400 A Alez a chartre a p. lenorable ; B Va ten en f. a p. soz montmartre — 2401 B Si le lessiez estre en (B2 dedenz) son heritage — 2405 B grant otrage — 2408 B porroie maintenir la bataille — 2409 Ce vers et les 18 suivants manquent dans A, dont le copiste a été trompé par la similitude des deux vers 2408 et 2427 — 2428 B a ladure corage — 2429 B .iii. ou .iiii. — 2430 A C. v. ore ; B2 que a c. v. f. — 2431 B N. p. foi g. f. l. b. — 2433 B il li a dit senz faille — 2438 B Dist li mesages bels sire a moi entent De la bataille dont tu te vas vantant Vueil ge auoir estage maintenant — 2439 B Vous les aiez (B2 raurez) aussi a vo talent — 2440 B C. q. v. la bataille et le champ Si aura tot quite son conuenant Et dist guillelmes sen aurez a talent — 2441 B se dresce — 2443 B intervertit ce vers avec le suivant — 2444 B1 le mien meine a n. ; B2 met le mien a n. — 2447 B R. g. — 2449 B1 Nen i ot un tant preu ne tant vaillant ; B2 Nen i ot un tant fu preuz ne vaillant — 2452 B por tot lor dorient — 2453 B di a ton alemant — 2454 B viegne el champ Et bien li di ne li va pas celant — 2458 A vint guion lalemant ; B sen vint li lalemant — 2459 B2 quauez t. el f. ; B1 quauez t. errant — 2460 A Et cil respont nen c. n. — 2461 B qui son seignor defent — 2462 B molt en est desiranz — 2463 B ce dist il vraiement — 2464 B manque — 2465 B quil ait son conuenant — 2466 B la leçon + Cil qui vers vos se doit combatre el champ Quant ge estoie deuant le roi des franz — 2467 A brebant — 2468 B1 ge le sai vraiement ; B2 Nies est g. qui ca venra briement — 2469 B2 Pour la bataille quil ala requerant — 2470 A1 dit guion la. ; A2 dit guion le vaillant ; B1 ce dist guis la. ; B2 A. di moi ce li dist la. — 2472 B Sadont i vient — 2474 B Alez bels frere ni alez demorant A. m. mes armes maintenant — 2475 B2 sire a v. talent ; B1 talent — 2476 A sanz nul delaiement — 2479 B Et en son chief lace lelme luisant — 2480 B ot enz el nes deuant — 2482 B son destrier auferrant — 2483 B a prise maintenant Si la pendi a son arcon deuant — 2484 B Et puis monta molt acesmeement — 2485 B Questrier ni baille na a. n. s. p. — 2487 A .i. roit ; B Prent en son poing son fort e. t. — 2488 A le g. i p. ; B2 un g. pendant — 2491 B la veu — 2493 B Seignor dist il par le mien escient M. a. v. e. enz el c. (B2 voi venir cheualchant) — 2494 B Se plus atarge t. m. por r. — 2496 B talent — 2497 A2 sanz point da. ; B1 sanz nul a. ; B2 sanz plus de parlement — 2498 B A lui armer fu l. li frans — 2503 B Li quens i m. ; B2 quil ni va detriant — 2504 B1 .i. f. e. luisant ; B2 .i. f. e. grant — 2505 B1 En son poing porte .i. roit e. t. ; B2 manque — 2506 B i pent — 2507 B tentes ; B1 sen vait arrestant ; B2 sen vet molt liement — 2508 Ce vers a été fondu par le copiste de B1 avec 2507 — 2510 A lauoit a r. m. — 2511 B2 Qui es vassal garde ne me mentir — 2512 B Qui en t. c. as tel h. p. ; A2 manque — 2514 A je le vos aurai dit ; B la leçon + Jai nom g. fill le conte aimeri Cil de nerbone le preu et le hardi — 2515 B Ci d. c. a. b. da. f. Encontre toi que voi ci aasti (B1 aaci) Par tel conuent com ja porras oir (B1 sera oi) — 2516 A charle de s. denis Et apres lui la tendra looys — 2518 B Desus cel t. a c. — 2519 B2 qui adonques f. v. — 2520 A Si li copai ; B manque — 2521 B1 manque — 2522 B1 pour tout lor — 2523 A manque — 2524 B Escote moi — 2527 B manque — 2529 B ne venimes pas ci ; A2 manque — 2530 A honir — 2531 B Ce que tu quiers saches le tu de fi (B2 ce saches bien de fi) Ge nen feroie por tot tor que dieus fist — 2532 B Quant cil le. — 2533 A qui est bien b. — 2536 B Et dist g. — 2537 leçon de C et B ; A un arpent et demi ; — 2538 A el vis — 2539 B metent — 2540 A Molt se penerent de rudes c. f. — 2541 B Des (B2 Les) esperons brochierent par air — 2542 B bien requis — 2543 manque, ainsi que les 3 suivants, dans B2 — 2544 B1 et croissis — 2545 B1 Li bon h. — 2546 B1 Les lances b. ne porent plus tenir — 2547 B Quencontremont — 2549 B les bons e. v. — 2550 B Et les cheuals qui estoient de pris — 2551 A hauberz — 2553 B l. c. jus c. — 2554 A L. b. cheual — 2558 B est resailliz — 2560 B S. m. mere dieu quar maidiez — 2562 B tantost li r. — 2564 B les (B1 le) murs et le terrier — 2566 B la leçon + Cuides me tu (B2 Me cuides tu) auoir si esmaie Por ce que mas fait les arcons vuidier — 2567 B Por cel a. — 2568 B Ainz quil soit vespre — 2569 B1 Te cuide si — 2571 B est dacier — 2572 B vassalment l. r. — 2573 B Tel c. l. d. — 2574 B en fist j. t. — 2575 B1 del bon — 2576 A A. le c. ; A2 james neust m. — 2577 B Desoz la bocle e. l. c. abessiez — 2578 B la moitie — 2580 B v. ai tochie — 2581 B mes espiez — 2584 A Cuides me tu — 2585 A De penre c. ; leçon de C et B — 2586 B1 Qui est lasus e. c. ; B2 qui lasus est e. c. — 2587 B Ainz quil soit v. — 2589 B Il trait le. — 2590 B1 vassalment ; B2 fierement — 2591 B sus son helme vergie (B2 cerclie) — 2593 B del bon hauberc doblier (B2 maillie) — 2594 B neust point deritier — 2595 A B ne volt ; B ajoute Qui les siens garde quant il en est mestier — 2596 B2 A ice cop ; A A tel cop na li cuens riens g. — 2597 B Delez l. p. l. e. b. brisie — 2598 B2 targie — 2600 B al brun coutel dacier — 2601 B1 fierement ; B2 asprement — 2602 B1 lacie ; B2 sus lhelme de son chief — 2603 B2 le cop est si glacie ; A a le cop apoie — 2604 B Que dusquel piz ; A De ci el pie — 2605 B jus trebuchie — 2606 A1 Pres fu de liaue — 2607 A1 A. f. sen vet ; B A. f. lemporte l. f. dont fu (B2 iert) c. — 2608 B Ne fu traiz ne sachiez — 2609 B1 si le prent a h. ; B2 si a pris a h. — 2610 A1 M. e. s. d. aidiez ; A2 asoiez — 2612 B A cez paroles ne sest plus delaiez + la leçon ; B2 par lestrier ; A Arion — 2613 B2 Prist c. ; B quil ne volt pas l. — 2615 B2 Encontre vint — 2617 A1 guillelmes et g. ; B et guibers et g. — 2618 B1 Car peor orent du vaillant cheualier Que il ne fust ou mors ou mehaigniez Norent mes tele a ; B n’est plus représenté que par B1 : le dernier feuillet du poème manque dans B2 — 2619 A1 corsoble ; A2 le desloial le fier — 2620 B1 Tuit larraisonnent li baron cheualier Voit le bertrans si len a arresnie — 2623 B1 Je vous en doing cel auferrant coursier — 2624 B1 q. demandastes hier — 2625 B1 grans m. en a. — 2626 B1 ni ot q. e. — 2627 B1 nous s. e. — 2628 B1 et mors et d. — 2630 B1 Alons au roi — 2631 B1 Dient li autre ce fait a o. ; A la leçon + A granz croiz dor qui molt font a proisier A (A2 Et) filatieres et encens et sautier Encontre portent les cors sainz del mostier — 2632 B1 Euurent les portes — 2635 B1 Prist s. s. — 2636 B1 manque — 2637 B1 au barnage — 2638 B1 le lige s. — 2639 A manque — 2640 A Tels l. j. q. — 2641 B1 manque — 2643 B1 Loeys a s. s. c. — 2644 B1 li ont f. s. — 2645 B1 Lors sapareillent et pensent d. le. — 2646 B1 Tant ont par terre ale et c. — 2650 manque, ainsi que le suivant, dans B1 — 2656 A1 ne sen v. ; B1 ne se vuelent cesser — 2658 B1 Oit le g. l. s. cuida d. — 2661 B1 L. r. nos s. — 2662 B1 B. respont — 2663 B1 Comandons la a .cm. maufe ; A Q. l. f. c. a maufe — 2664 B1 Et ce fol roi qui ne vaut ne ne fait — 2666 B1 la leçon + Mal auez dit si me puist dieus sauuer Mon seigneur vueil et aidier et tensser — 2667 B1 vueil je ma vie user — 2668 B1 Lors fet — 2672 B1 commencent ; A la guerre a mener — 2673-2688 Pour la fin du poème j’ai adopté le texte de A ; voici de suite les variantes de B1 : Quant voit g. le marchis au cort nez A lui se claime des barons du regne Qui si li gastent sa terre et serite G. lot forment len a pese Lors fist le roi erraument cheminer Droit a laon len a il fet aler A ceus dedenz a fet sur sainz jurer Quil garderont lor seignor naturel Et il si font volentiers et de gre Adonc ni volt li quens plus demourer Ceus qui guerroient commence a trebouler Leur viles proie leur terres fait gaster Tant les a fet par force demener Et leur haus murs pecoier et quasser Dedenz .i. an les a il tiex menez Que .xv. contes a fet au roy aler Du roi leur fist tenir leur heritez Molt bien serui le roy li bachelers Tant en fu bien du roi et du barne Que sa serour li fist il espouser Tous les barons fist a lui acorder En grant barnage fist loeys entrer Ses riches terres li a fet aquiter Riche le fist li vaillanz bacheler Mes ne len sot rois loeys nul gre Si com orroiz se lauez escoute