100%.png

Le Délire bachique

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


LE DÉLIRE BACHIQUE



Quand on est mort, c’est pour longtemps,
                Dit un vieil adage
                    Fort sage ;
Employons donc bien nos instants,
                    Et contents,
        Narguons la faux du Temps.

                De la tristesse
                Fuyons l’écueil ;
                Évitons l’œil
            De l’austère sagesse.
                De sa jeunesse
                Qui jouit bien,
                Dans sa vieillesse
            Ne regrettera rien.
                Si tous les sots
                Dont les sanglots,
                Mal à propos,
            Ont éteint l’existence,

                Redevenaient
                Ce qu’ils étaient
                Dieu sait, je pense,
            Comme ils s’en donneraient

        Quand on est mort, etc.

                Pressés d’éclore,
                Que nos désirs,
                Que nos plaisirs
            Naissent avec l’aurore :
                Quand Phébus dore
                Notre réduit,
                Chantons encore
            Chantons quand vient la nuit ;
                Des joyeux sons
                De nos chansons
                Étourdissons
            La ville et la campagne,
                Et que, moussant
                À notre accent,
                Le gai champagne
            Répète en jaillissant :

        Quand on est mort, etc.

                Jamais de gêne,
                Jamais de soin ;
                Est-il besoin
            De prendre tant de peine
                Pour que la haine,
                Lançant ses traits,
                Tout-à-coup vienne
            Détruire nos succès ?
                Qu’un jour mon nom

                De son renom
                Remplisse ou non
            Le Temple de Mémoire,
                J’ai la gaîté,
                J’ai la santé,
                Qui vaut la gloire
            De l’immortalité.

        Quand on est mort, etc.

                Est-il monarque
                Dont les bienfaits,
                Dont les hauts faits
            Aient désarmé la Parque ?
                Le souci marque
                Leur moindre jour,
                Et puis la barque
            Les emporte à leur tour.
                Je n’ai pas d’or,
                Mais un trésor
                Plus cher encor,
            Me console et m’enivre ;
                J’aime, je bois,
                Je plais parfois ;
                Qui sait bien vivre
            Est au-dessus des rois.

        Quand on est mort, etc.

                Au lit, à table
                Aimons, rions,
                Puis envoyons
            Les affaires au diable.
                Juge implacable
                Sot chicaneur,

                Juif intraitable,
            Respectez mon bonheur.
                Je suis, ma foi,
                De mince aloi ;
                Épargnez-moi
            Votre griffe funeste…
                Sans vous, hélas !
                N’aurai-je pas
                Du temps de reste
            Pour me damner là-bas ?

        Quand on est mort, etc.

                Quand le tonnerre
                Vient en éclats
                De son fracas
            Épouvanter la terre,
                De sa colère
                Qu’alors pour nous
                Le choc du verre
            Amortisse les coups.
                Bouchons volez !
                Flacons, coulez !
                Buveurs, sablez !
            Un dieu sert les ivrognes.
                Au sein de l’air,
                Que notre œil fier,
                Nos rouges trognes
            Fassent pâlir l’éclair.

        Quand on est mort, etc.

                De la guinguette
                Jusqu’au boudoir,
                Matin et soir
            Circulons en goguette.

                Guerre aux grisettes,
                Guerre aux jaloux,
                Guerre aux coquettes,
            Surtout guerre aux époux.
                Sur vingt tendrons,
                Bien frais, bien ronds,
                En franc lurons,
            Faisons rafle à toute heure
                Puisque aussi bien,
                Sage ou vaurien,
                Il faut qu’on meure,
            Ne nous refusons rien

Quand on est mort, c’est pour longtemps,
                Dit un vieil adage
                    Fort sage ;
Employons donc bien nos instants,
                    Et contents,
        Narguons la faux du Temps.