Le Jardin des dieux/Le Chapelet de jasmin/L’Orient

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Jardin des dieuxEugène Fasquelle (p. 19-20).
◄  Casbah
Portrait  ►



L’ORIENT



L’Orient, c’est la fleur de jasmin à la bouche,
C’est le piment qui saigne et l’odeur du café,
C’est derrière un grillage un appel étouffé
Et sur un marbre frais le bruit d’une babouche.

C’est la grenade pleine et le sein que l’on touche,
La dispute au sérail et l’eunuque griffé,
C’est le chacal rampant, c’est le faucon coiffé,
Le couteau dérobé, la voix de miel, l’œil louche.


C’est l’agave, c’est l’aloës, c’est le yucca,
L’étoile bleue au bras foncé de Rebecca,
La rose qui s’effeuille et l’orange qui tombe,

Et c’est, indifférent au soleil qui le mord,
Ce vieillard étendu qui dort sur une tombe
Comme s’il écoutait à la porte des morts.