Le Jardin des dieux/Nektareb

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Jardin des dieuxEugène Fasquelle (p. 283-286).



NEKTAREB


Ô dieu, chef des secrets du Nord et du Midi,
Toi dont l’aube a bleui la nudité poreuse
Et qui prêtes sans fin ta grande oreille creuse
Au silence éternel des sables interdits,
Ô dieu, chef des secrets du Nord et du Midi !

Tu sondes l’infini des dunes familières,
Immobile, accroupi, les mains sur les genoux ;
La caravane ondule au fond des sables roux,
Ô triste effort humain, ô faible fourmilière…
Et tu jettes encor ta grande ombre sur nous.


À peine puis-je atteindre à tes talons de pierre
Que trempèrent la lune et le vent de la nuit,
À peine puis-je, ô dieu, sans cligner des paupières
Voir ces yeux devant qui tant de soleils ont fui.
La Nuit seule a baigné tes aisselles de pierre.

Ceux qui t’ont, lentement, siècle à siècle, érigé
Entre la terre étroite et le ciel sans limites,
La hyène les aura depuis longtemps rongés…
À peine savons-nous le langage et les mythes
De ceux qui t’ont dans l’aube, Insensible, érigé.

J’implore vainement tes pierres éternelles
Et ta face lointaine au rêve aérien.
Quel échafaud puissant me montera vers elle ?
Mais rien ne peut répondre à ma prière, rien…
J’implore vainement tes pierres éternelles !