100%.png

Le Mahâbhârata (traduction Ballin)/Volume 1/Chap35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Ballin, L..
Paris E. Leroux (1p. 235-237).


CHAPITRE XXXV


ARRIVÉE DE BALADEVA


Argument : Arrivée de Baladeva, frère de Krishna. Il salue les Pândouides et est reçu par eux avec respect et affection. Il dit qu’il vient pour assister au combat à la massue et prend place parmi les spectateurs de ce combat.


1947. Sañjaya dit : Puis, ô grand roi, (au moment où) ce très cruel combat commençait, après que ces magnanimes Pândouides s’étaient assis,

1948. Râma Tâladhvaja (qui a un palmier pour étendard), Halâyoudha (qui a pour arme une charrue), arriva. Ô roi, il avait appris ce qui se passait entre ses deux disciples.

1949. Les fils de Pândou et Keçava, très satisfaits de le voir, allèrent à sa rencontre, le saluèrent et lui rendirent les honneurs prescrits par les rites.

1950. Puis, ô prince, après lui avoir témoigné leurs respects, ils lui dirent : Râma, vois l’adresse au combat de tes deux disciples.

1951. Et alors Râma, voyant Krishna avec les Pândouides, et le Kourouide Douryodhana, la massue à la main, dit :

1952. Voilà aujourd’hui quarante-deux jours que je suis parti. Je me suis mis en route dans (le mois de) Poushya, et je rentre au moment de (la pleine lune du mois de) Çravana.

1953, 1954. Je désire, ô Madhavide, voir le combat à la massue de mes deux disciples. Alors les deux héros Douryodhana et Vrikodara resplendissaient sur le champ de bataille, (où ils étaient) placés. Le roi Youdhishthira, ayant serré Halâyoudha dans ses bras,

1955, 1956. Lui demanda des nouvelles de sa santé et de ses affaires, selon l’usage. Les deux Krishnas, ces deux grands archers glorieux, embrassèrent aussi, après ravoir salué, Halâyoudha qu’ils aimaient. Les deux héros fils de Madrî et les cinq fils de Draupadî,

1957, 1958. Se tenaient debout, après avoir respectueusement salué le très fort (Râma) fils de Rohinî. Et de même Bhîmasena et ton robuste fils, ô maître suprême des hommes, tenant leurs deux massues levées, saluèrent respectueusement Bala. Après lui avoir témoigné de profonds respects, en lui demandant des nouvelles de sa santé,

1959. Voici comment les maîtres suprêmes des hommes parlèrent au magnanime Rohinien : Vois le combat, ô guerrier aux grands bras, dirent-ils à Râma.

1960. Alors Râma, à l’énergie incommensurable, ayant serré dans ses bras les Pândouides et les Sriñjayas, demanda à tous les princes des nouvelles de leur santé.

1961. Et eux, s’étant approchés, lui demandèrent comment il se portait. Halin (Râma), ayant rendu leur salut à tous les magnanimes Kshatriyas,

1962. Et leur ayant adressé les questions (ordinaires) sur l’état de leur santé, en commençant par les plus âgés, embrassa affectueusement le Satyakide, et Krishna tourmenteur des hommes.

1963, 1964. Quand il les eût baisés sur la tête, il leur demanda des nouvelles de leur santé ; eux deux, pleins de joie, rendirent, selon la règle, à ce gourou, les hommages (qu’ils lui devaient), de même qu’Indra et Oupendra (Vishnou) honorent Brahma (maître des dieux). Alors Dharmasouta dit au Rohinien dompteur des ennemis :

1965-1968. Vois, ô Râma, ce grand combat entre deux frères. Ô Bharatide, le guerrier aux grands bras, le fameux frère aîné de Keçava, très satisfait, (d’être) honoré (ainsi) par les grands guerriers, prit place au milieu d’eux. Vêtu de bleu, le blanc 6 (Râma), placé au milieu des rois, brilla comme, dans le ciel, l’astre de la nuit, entouré de la multitude des étoiles. Alors, ô roi, entre ces deux (princes) tes fils 7, il se produisit une rencontre terrible, qui faisait dresser les cheveux (de terreur) et préparait la fin de la guerre.