Le Pape/On construit une Église

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le PapeOllendorf29 (p. 37-38).

*
ON CONSTRUIT UNE ÉGLISE



L’ARCHEVÊQUE

Hommes qui bâtissez une église, il importe
D’en faire magnifique et superbe la porte
Pour que la foule y puisse entrer facilement ;
Employez-y le bronze et l’or, le diamant,
L’onyx, le saphir ; rien n’est trop beau pour l’église ;
Que la façade soit auguste, et qu’on y lise
Ce nom, Jéhovah, comme à travers des éclairs ;
Que le clocher répande un hymne dans les airs
Et que son tremblement se communique aux âmes ;
Et que le peuple sente, enfants, vieillards et femmes,
En regardant ce temple avec un saint frisson,
Qu’on a sur le seigneur mesuré la maison
Et la grandeur du lieu sur la grandeur de l’hôte ;
Que la crypte soit vaste et que la nef soit haute ;
Que L’HOMME entende là passer confusément
La faute et le pardon, divin chuchotement ;
Que le saint-livre ouvert soit sur la sainte-table ;
Que l’évêque ait son trône et Jésus son étable ;
Que les, prêtres, par qui vos torts sont expiés,
Aient une natte épaisse et tiède sous leurs pieds ;
Que l’âme croie, en l’ombre où flottent les saints-voiles,
Entrevoir une obscure éclosion d’étoiles
Comme au fond des forêts dans la vapeur des soirs ;
Qu’on y sente osciller les vagues encensoirs ;
Que l’autel, entouré d’un solennel murmure,
Ait la splendeur sinistre et sombre d’une armure,
Car le céleste esprit combat l’esprit charnel;
Et nul ne doit sans crainte approcher l’Éternel ;

Pas d’ornement grossier, pas de matières viles ;
Quand Salomon disait aux bâtisseurs de villes :
― Bâtissez sur la roche et non sur le limon ―
Hiram, maçon du temple, écoutait Salomon ;
Donc obéissez-moi. Faites un fier mélange
Du Raphaël pudique et du grand Michel-Ange ;
Peignez sur la muraille Adam qu’Ève tenta,
Moïse au Sinaï, Jésus au Golgotha,
Les Géants terrassés malgré leur haute taille,
Job, et l’effarement des chevaux de bataille ;
Tout ce qui foudroya, tout ce qui rayonna,
Festin de Balthasar et noces de Cana,
Doit faire flamboyer et resplendir les fresques ;
Mariez l’arc lombard aux ogives moresques ;
Que la statue alterne avec les noirs tableaux ;
Une église doit être un large espace, enclos
De bons murs, préservé des vents et des tempêtes ;
Prêtres, emplissez-la de fleurs les jours de fêtes ;
Tout ce qui vient du ciel, l’église le contient ;
Un roi qui la voudrait orner comme il convient,
Épuiserait Golconde et n’y pourrait suffire ;
Prodiguez-y l’airain, le jaspe et le porphyre
Que n’atteint pas la rouille et né mord pas le ver.



LE PAPE

Et mettez-y des lits pour les pauvres l’hiver.


*