Le Parler populaire des Canadiens français/G

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  F
H  ►


G
Ga, Gas, n. m.
Gars, petit garçon. S’applique aussi aux personnes d’un certain âge. Ex. Tu es un beau gas, toi ; pourquoi n’es-tu pas venu me chercher pour aller au club ?
Gaban, n. m.
Mauvais sujet, vagabond.
Gabander, v. n.
Vagabonder, errer. Ex. Au sortir de la classe, ne gabande pas par les rues.
Gabandeux, euse, adj.
Qui gabande.
Gabare, n. m.
Maison, machine quelconque mal construite et d’apparence grossière. Ex. Est-ce une boîte que tu as voulu faire ? Quel gabare ? Un gabare de maison, un gabare de voiture.
Gabarot, n. m.
Un bon à rien, querelleur et dissipé. Ex. En voilà un beau gabarot.
Gabion, n. m.
Petite cabane où s’installe le chasseur en attendant le gibier près d’une mare.
Gabionner, v. a.
Envelopper quelqu’un de vêtements chauds, de fourrures.
Gabionner (se), v. pron.
— S’emmitoufler. Ex. Gabionnons-nous comme il faut, car il fait un froid noir.
— Se cacher aux regards du gibier en s’installant dans un gabion.
Gabotter, v. n.
— Aller et venir sans trop savoir où s’arrêter.

Perche, gabotter veut dire se balancer en dansant. . … -, ^

Exécuter des ouvrages sans importance. f’^ "’""
Gabotteux, euse, adj. — Qui gabotte. | ; :

Gâcher, v. a. — Travailler grossièrement. £ :: Gâcheux, euse, adj. | £-,

Qui gâche, travaille grossièrement. ’ '^
Gâteux, personne à l’intelligence affaiblie.

Gâchillage, n. m. Gâchage, action de gâcher.

Gâchiller, v. a. (Cl.) Gâcher. Ex. Il a gâchillê cette besogne. Se dit dans le centre de la France.

Gadelle, n. f.

Groseille à grappes. Nous avons la gadelle rouge, la gadelle noire et la gadelle sauvage.
— Avoir les yeux à la gadelle, faire les yeux en coulisse.

Gadelle noire, n. f. — Cassis.

Gadelle sauvage, n. f. Groseille sauvage dont le fruit est rouge et recouvert d’un léger duvet.

Gadellier, n. m. — Groseillier à grappes.

Gadousier, n. m. — V. Galousier.

Gaffe, n. f. Maladresse. Ex. Faire une gaffe. Français populaire et familier, dit Larousse.

Gaffer, v. a.

Saisir avec la gueule. Se dit d’un chien qui saisit rapi
dement l’aliment qu’on lui jette.
Empoigner. Ex. Je l’ai gaffé par le bras et l’ai sorti de
l’eau. Gaffer, en France, se dit pour manger en glouton,

comme un chien.

Gaffer (se), v. pron.

Se prendre à bras-le-corps. Ex. Ils se sont gaffés tous
les deux pour se colletailler.
S’emporter outre mesure.
346

LE PARLER POLULAIRE Gaffeux, euse, adj.

Qui saisit avec sa gueule ou avec ses mains. Gafre, adj. — Glouton, safre. Gage, n. m. — Anneau de fiançailles. Gage que, loc.

Employé adverbialement par une sorte d’ellipse de : je gage que. Ex. Gage que tu n’es pas capable de te lever à cinq heures du matin. Gager, v. a.

Mettre au doigt d’une jeune fille l’anneau des fiançailles. Gages, n. f. pl. Gages, n. m. pl. Ex. I^es servantes exigent de grosses

gages, par le temps qui court. Gagnage, n. m. — Gain, salaire.

  • Gagne, n. f. (Angl.) — V. Gang.
Gagne, n. m.

Gain, salaire. Ex. Tout ouvrier a droit à son gagne. Gagné (vieux), loc. Economies. Ex. Je n’ai plus rien à faire, je suis obligé de vivre sur le vieux gagné. Qâgne-pain, n. m. — V. Gangne-pain. Gagner, v. a.

Convaincre. Ex. Il hésitait à me suivre, j’ai fini par le

gagner.

Aller, s’en aller, fuir. Ex. Gagne le bois, je t’y rencon

trerai. Gagne la porte, ou je t’assomme.

— Gagner de l’avance, prendre le devant.
Gagouette, n. m.

Gorge. Ex. Je lui ai serré le gagouette, au point que jJai

cru qu’il allait étouffer. Gaillard, adj. et n. m.
Qui a une légère pointe de vin. Ex. Nous avons pris
quelque chose ensemble, et nous étions tous gaillards.
Botte sans semelle, appelée soulier de beu (bœuf.)
  • Qaiters, guêteurses, n. f. pl., (m. a.)
Chaussures montantes, à boutons ou à élastiques.

Galafre, adj. — Gourmand. Ex. Un enfant galafr e.

DES CANADIENS-FRANÇAIS 347
Galafrée (à la), loc. A la dérobée, sans faim, pour le plaisir de satisfaire une
gourmandise exagérée. Galancine, n. f. — Balançoire.
Qalanter, v. a. — Galantiser, faire le galant, courtiser. Galantise, n. f. Galanterie, politesse. Ex. Ce jeune homme est plein de

galantises pour tout le monde. Qu’il est donc poli ! Galapiat, n. m. Rustre, homme sans valeur. Dans le Berry, on dit galapiat pour mauvais sujet. Dans l’Anjou, c’est un vagabond, un chemineau. Gale, n. f.

Croûte, squame formée à la surface des plaies. Ex. Je
ne sais pas ce que ça veut dire, j’ai le dos couvert de

gales,

Se carrer comme un pou sur une gale, être heureux dans
sa position.
— Avoir la gale aux dents. "V. Dent,
Galendard, n. m. — Godendard.

Galer, v. n. Couvrir de gales. Ex. Ton bobo est mieux, il commence à galer.

Galère, n. f. — Grande varlope à l’usage des menuisiers. Galerie, n. f.
Sorte de balcon qui fait le tour d’une maison, ou seulement longe sa façade. Ex. Allons nous promener sur la galerie. Galetas, n. m.
Mauvais lit, paillasse dure.
Grenier à foin.
En France, le-galetas est un logement misérable ou un loge ment sous les combles. Galette, n. f.
— Crêpe. Ex. As-tu jamais mangé des galettes de sarrasin
à la station de London ? ça ne se bat pas.
— Terre humide ou neige amoncelée sous forme de galette,

Galfétagê, n. m. — Calfatage, action de calfater.

3 48 I,E PARLER POPULAIRE

Galféter, v. a.

Calfater, calfeutrer, garnir d’étoupe. de goudron, les fentes de la coque d’un vaisseau, ou les interstices entre les madriers ou les pièces de bois dans la construction des maisons.

Oalféteur, n. m. — Calfateur, calfat.

Galibardi, n. m. — Garibaldi. V. ce mot.

Galimafrée (à la), loc. Manger à la galimafrée, prendre une bouchée à la dérobée. En France la galimafrée est un ragoût copieux de toutes sortes de viandes.

Galipote, n. f. Prétentaine. Ex. Courir la galipote, rôder à droite et à gauche sans but arrêté.

Galoche, n. f.

Jouer à la galoche, zufoot bail.

  • Galogne. — Corruption de l’anglais £z> along. V. Gologne.

Galon, n. m.

Roulette, qui sert à prendre les mesures de superficie et qui s’enroule dans un boîtier circulaire en bois ou en cuir. On l’appelle galon, de mesure. Galop, n. m. — Donner un galop, semoncer. 

Galoper, v. n. — Courir les chemins.

Galopeux, euse, adj. — Individu qui court les chemins.

Galottsier, n. m. — Méchant garnement.

Galureau, n. m. — Godelureau, désœuvré, vaurien.

Galvauder, v. a. et n.

Flâner. Ex. Pierre passe son temps à galvauder ici etlà.
Tripoter. Ex. Qu’est-ce que tu galvaudes dans la com
mode ?
Ennuyer, incommoder. Ex. J’ai une puce qui me gal
vaude.

Galvauderie, n. f. — Action de galvauder.

Galvaudeux, euse, adj.

Celui qui furette partout et met le désordre.
Celui qui parcourt les chemins avec toutes les allures

d’un voleur.

DES CANADIENS-FRANÇAIS 349

Oamache, n. in. Raide comme les culottes à Gamache, vêtement raidi par la gelée ou par la boue séchée.

Gambler, bleur, (m. a.) — Joueur.

Qame, ghème, (m. a.)

Brave. Ex. Cet homme-là est bien smart, c’est nngame.


Généreux. Ex. Es-tu assez game pour payer la voiture ?

  • Gamer, ghêmer, v. a. (Angl.)
Empoigner avec adresse en jouant.

Gamme, n. f.

Chanter une gamme, admonester, dire de rudes vérités.

Ganache, n. f. Personne peu intelligente. Ex. Une vieille ganache.

Gandolle (en), loc.

En mauvais ordre. Ex. Mes vêtements s’en vont en gandolle. Gandoler, en Normandie, signifie balancer, remuer ; le provençal gancillar signifie chanceler.

  • Gang, ganngne, (m. a.)

Bande, troupe, clique, escouade. Ex. I,a gang du clos, une gang de voleurs, xmç. gang d’écoliers.

Gangne, n. m. — Gagne. V. ce mot.

Gangne-pain, n. m. Gagne-pain. Ex. baisse lui au moins sa hache, c’est son seul gangne-pain.

Gangner, v. a. Gagner. Ex. Quand tu seras capable àegangner ton tabac, tu fumeras.

Ganif, n. m. Canif. Ménage dit : « II faut écrire et prononcer gannif et non pas cannif. » Ce mot doit venir de knife, couteau.

  • Gangway, ganng’oué, (m. a.)

Passavant, passerelle. Ex. Embarquez, Monsieur, nous allons enlever le gangway.

Ganse, n. f. Tirant. Ex. Je viens d’arracher une ganse à mes bottes.

Gants de la Vierge, n. m. pl. Ancolie du Canada.

350 LE PARLER POPULAIRE

Garanti, n. m. Garant. Ex. Mets un châle, ce sera un garanti contre le froid. Garcette, n. f.

Cordes ou lanières de cuir dont on se sert pour corriger les enfants.vicieux. Ex. Manger de la garcette n’est pas agréable.

Garçon (vieux), n. m. — V. Vieux garçon. Garde, n. f. Se donner de garde., se garder. Ex. Je me donnerai bien de garde de sortir sans votre permission. Garde-chien, n. m. — Suisse. Garde-robe, n. m. Garde-robe, n. f. Ex. J’ai un beau garde-robe en acajou. Garde-soleil, n. m.

Parasol, ombrelle.
Store, rideau ou toile placée dans une fenêtre pour tami
ser ou obscurcir les rayons du soleil.

Garde-vase, n. m. Bande de cuir fixée en avant d’une voiture pour garantir de la boue.

Garde-z-yeux, n. m. — Cuillère.* Garden party, (m. a)
Fête mondaine donnée dans un jardin, dans un parc. Garder, v. a.
— Veiller et prier. Ex. Garder un mort.
— Regarder. Ex. Garde ce que tu fais là.

Garder, v. a. — Regarder. Ex. Gârde-vaoï pas, misérable ! Gardeux, euse, adj. Gardien, gardienne, qui prend soin de la maison, quand toute la fumille s’absente.

Gargancua, n. m. — Gargantua, gros mangeur. Gargaton, n. m. — Gorge. Gargote, n. f.

Cuisine. Ex. Nous irons au lac à la Galette, et c’est moi qui se charge de la gargote.

En France, une gargote est un lieu où l’on mange malpro prement.

DES CANADIENS-FRANÇAIS 351

Gargoter, v. u.

— Faire un bruit semblable à celui qui se produit lorsqu’on

se gargarise. Ex. Ça me gargote dans la gorge.

— Faire de la cuisine plus ou moins grossière.

Gargoton, n. m. Gosier. Ex. Me voilà incapable de parler, j’ai le gargoton au vif.

Gargouche, n. f. Gros pain de sucre d’érable. Ex. Hacher du sucre amont la gargouche. Gargousser, v. n. — Gargouiller.

Garguienne, n. f.

Fille d’honneur.
Gardienne.

Garibaldi, n. m. — Corsage de laine.

Garni, n. m.

Pierres concassées destinées à remplir les vides d’une
maçonnerie.
Morceau de toile ou de coton plié en plusieurs doubles et
piqué qui fait partie de la lingerie particulière au sexe.

Gamouille, n. f. — Grenouille.

Garocher, v. a. — I^ancer des roches, des pierres.

Garocher (se), v. pron. S’envoyer des pierres. Ex. Des enfants qui se garochent.

Garouage, n. m.

Vagabondage, flânerie. Ex. Mon mari est parti en garoua ge, cherche où. Ce mot vient probablement de l’expres sion courir le loup-garou. En France, aller en garouage, c’est se dissiper, courir la prétentaine. — Ici, l’expression ne veut rien dire de plus que flâner, courir d’une maison à l’autre.

Garuage, n. m. — V. Garouage.

Gars, n. m. — Garçon. V. Ga.

Gaspareau, n. m. — Alose tyran.

Gaspillard, e, adj. — Gaspilleux, euse.

Gaspille, n. m.

Gaspillage. Eu Normandie, jeter à la gaspille veut dire jeter des dragées ou des sous à une troupe d’enfants qui se battent pour les ramasser.

„… »« f« e adj. — Gaspilleur. Qaspilleux, euse, j r 0a Qu’iSgûtee’tout ce qu’il touche. Ex. Tu n’es qu’un gâte- sauce, ne te mêle de rien. Cas, n. m. — Gars. V. Ga.

Gaton, n. m.

Bâtonnet qui sert à assujettir les ménoires au traîneau. Dans le Perche, gaton signifie bâton ; le gaton s’emploie pour serrer la corde qui tient la charge d’une voiture. En Normandie, on dit gâton.

Gaudrler, n. m. Baudrier. lîx. Des semelles de bottes en bon gaudrier. Gaudriole, n. f. Mélange de son et d’eau pour l’alimentation du bétail.

En France," la gaudriole est une p aisanterie un peu libre. Oaupe, n. f. — Femme sans ordre. (De Gaspé, Mémoires.’) Gavache, n. m. — Lâche. Gavagner, v. a.
Détériorer. Ex. Mes vêtements sont pas mal gavagnés.
Troubler. Ex. J’ai une idée qui megavagne.

Eu France, ce mot signifie gaspiller, gâter.

Gazelier, n. m. (Angl.) — Lustre â gaz, candélabre.
Gazette, n. f. — Personne bavarde.
Gazetter, v. a. (Angl.)

Publier un avis, une annonce dans la Gazette Officielle. Gazon, n. m. Bloc de neige durcie. Ex. Nous allons faire une cabane de neige, coupe des gazons à force. Geangar, n. m. Hangar. Ex. Va porter le harnois dans le geangar. Oearbe, n. f. Gerbe de blé. Ex. La fête de la grosse gearbe semble être

disparue de nos coutumes religieuses. Gearce, n. f. — Gerce, crevasse. Geargaude, n. f. — y. Gergaude.
D1ÏS CANADIENS-FRANÇAIS 353

Geargeau, n. m.

Gesse, légumineuse cultivée comme fourrage et même com me aliment.

Gearmain, e, adj. — Germain. Ex. Mon cousin gearmain.

Gégnièvre, n. f. — Genièvre.

Geigneux, euse, adj. — Geignard, plaignard.

Geint, n. m.

Plainte, lamentation. Ex. Avant de mourir, il a envoyé un %eint.

Gelasser, v. n. — Geler légèrement.

Gelaudé, e, adj. — Un peu gelé.

Geler, v. n.

Couvrir de givre. Ex. I,es vitres sont gelées.
Etre timide à l’excès. Ex. Un enfant^//.
S’éloigner de l’objet cherché. Ex. Tu gèles, c’est-à-dire,
tu t’éloignes de l’objet caché et qu’il s’agit de trouver.

(Terme de jeu.)

Gendarme, n. m.

Virago. Ex. Quel gendarme que cette femme !

Gêner, v. a. Etre gêné de ses eaux, souffrir d’une rétention d’urine.

Génie, n. m.

Se prend dans un sens tout différent du sens véritable. Nous disons : c’est un petit génie, c’est-à-dire un homme de peu d’esprit. Ex. Je ne suis pas un grand esprit, mais je ne suis pas non plus un petit génie. Il faut connaître nos cultivateurs pour bien comprendre le vrai sens de cette phrase.

Geniève, n. m. — Genièvre.

Gens, n. f. pl.

Personnes de la même famille. Ex. Allons, nos gens,

préparez-vous à partir pour la messe.

Personnes de la même paroisse. Ex. I<es gens àepar
chez nous sont pas aussi bêtes qu ’on croit.
Les bonnes gens, les maîtres d’une maison, les chefs de la

famille. Ex. Je m’en vais consulter les bonnes gens, et je

vous donnerai une réponse, oui ou non.

23

3 54 LE PARLER POPULAIRE
Les gens des noces, les invités à une noce.
Les gens de nos gens, les amis de nos amis.
Gentilhomme, n. m.
Homme droit, honorable, bien élevé, de bonne compagnie. Gentilhommerie, n. f. — Qualité de gentilhomme. Gentillesse, n. f. — Droiture, loyauté.* Gentleman, n. m., (m. a.)
Gentilhomme, un galant homme. Georges, n. f. pl.

Orges. Ex. I,a semaine qui vient, nous ferons nos georges. Gérémium, n. m. — Géranium. Gergaude, n. f. Fillette qui aime à folâtrer avec les petits garçons de son

âge, une garçonnière. Gergauder, v. n. — Faire la gergaude. Gergauderie, n. f. — Action de gergauder. Germage, n. m. — Action de germer. Germe, n. m. Bourbillon. Ex. Aussitôt que ton clou (fronde) sera mûr,

tu feras sortir le germe. Germine, adj. f. Germaine. Ex, Celle-là, c’est ma cousine germine.* Gerrymander, n. m., (m. a.)

Redistribution de la carte des districts électoraux de manière à ne pas nuire au parti qui en est l’auteur. Ce nom vient de Gerry, gouverneur du Massachusetts, qui, le premier, s’avisa d’avoir secours à ce procédé pour favoriser le parti démocratique. Gester, v. n.
Faire des gestes, afficher des prétentions ridicules. Gestes, n. m. pl.
Cérémonies. Ex. Allons donc, ne fais pas tant de gestes,

tu as pourtant envie d’aller te promener.

Grimaces, contorsions. Ex. Ménage tes gestes, tu te
brises la figure.
Prétentions ridicules.

Qesteux, euse, adj. — Personne affectée, maniérée.

DES CANADIENS-FRANÇAIS 355

Gevaux, n. m. pl. — Chevaux. Ex. Une course àtgevaux.

Giant, n. m. Géant. Ex. Conte-moi le conte où il y a des giants.

Gibbar, n. m. — Cétacé très gros, appelé orque épaulard.

Gibelotte, n. f. — Toute sorte de ragoûts de volaille.

Gibier, n. m.

Enfant difficile, dur à cuir, espiègle. Ex. Quel gibier

que ce garçon !

Gibier d’eau douce, même sens.
— Gibier de malheur, homme de malchance.

Giboire, n. f. Chasser à la giboire, au moyen d’un piège ou lacet suspendu au bout d’une perche.

Giffe, n. f.

Coup avec la main ouverte sur la joue. Ex. Donner, rece voir une giffe.

Giffer, v. a. — Souffleter, donner une giffe.

Gifler, v. a.

Voler, dérober. Ex. Il m’a giflé ma plume-fontaine.
Donner une gifle.

Gigailler, v. n. — S’agiter, se remuer beaucoup.

Gigier, n. m.

— Gésier.
— Poumons. Ex. Cet orateur peut parler trois heures en

plein air sans se fatiguer, il faut qu’il ait un bon gigier, c’est-à-dire, de bons poumons, une forte poitrine.

Gignoler, v. n.

Ne pas être sûr de ses jambes. Ex. Cet homme gignole,

il a les jambes molles.

Se disloquer. Ex. I^a patte de la table gignole, elle me

nace de tomber.

Gigotage, n. m. Action de gigoter. Ex. Cesse donc tes gigotages.

Gigotement, n. m. — V. Gigotage. Gigoter, v. n.

Se remuer, se donner beaucoup de mal pour arriver au suc cès.
356 LK PARLES POPULAIRE

Gigoteux, euse, adj. — Qui gigote beaucoup.

Gigue, n. f. Faire danser une gigue, battre, rosser d’importance.

Gigues, n. f. pl. Jambes grêles. Ex. Cache tes grandes gigues, mon petit gas, tu vas te geler.

Gilet, 11. m. Veste ou veston. Ex. Mets ton gilet, mon vieux, il fait encore trop froid pour sortir en veste. Eu France, le gilet correspond à ce que nous appelons la veste.

Gingen, n. m. — Gingembre.

Gingeolent, e, adj. — Gai, folâtre.

  • Ginger bread, djinn djeur brede, (m. a.)
Pain d’épice.

Gingue (en), loc.

Gaieté. Ex. Comme tu es en gingue, ce matin, tu vas
nous faire passer une triste journée.
Vif d’allure. Notre poulain est terriblement en gingue

depuis que nous le mettons au clos.

Ginguer, v. n. Courir en sautant. Ex. Mes enfants, vous pouvez aller dans la cour, et gingtiez-y tant que vous voudrez. Dans le Per che, ginguer c’est jouer en montrant son adresse ou sa force.

  • Ginnerabette. (Angl.)

Caoutchouc. Ex. J’ai une grosse pelote en ginnerabette pour jouer à la palette. Ce mot est une corruption de Indiafi rubbcr, caoutchouc.

Giole, n. f.

Trébuchet.
Geôle, prison.

Giolier, n. m. — Geôlier.

Girafe, n. f. Femme au cou long et élancé.

Glacé (être). Avoir froid par tout le corps. Ex. J’arrive du froid, je suis glacé d’un bout à l’autre.

DES CANADIBNSFRANÇAIS 357

Glaine, n. f. Graine. Ex. Allons aiyer des glaines sur la montagne à Coton. Glaine serait synonyme de petit fruit sauvage.

Qlainer, v. a. — Glaner. Autrefois glainer se disait.

Glainure. n. f. — Glanure.

Glajeul, n. m. — Glaïeul. V. Clajeul.

Glandes, n. f. pl.

Ganglions hypertrophiés. Ex. Mon enfant a la gorge cou verte de glandes. 

Glas, n. m.

Sonneries glas, sonnerie glas funèbre. Kx. Nous avons une servante qui casse toutes nos assiettes, elle ne sonne pas les glas chaque fois qu’il lui arrive de ces sortes d’accidents. (Figur.)

Glissée, n. f.

Piste formée par le passage des animaux des grands bois. Ex. Une glissée de loutres, une glissée de visons.

Glissette, n. f. — Glissade.

Glissoire, n. f.

Auge de forte dimension par où l’on fait glisser les cribes d’un cageu.

Globe, n. m. — Cheminée. Ex, Un globe de lampe.

Gloire, n. f.

Partir pour la gloire, être sur le chemin de l’ivresse.

Glouglouter, v. n.

Imiter le bruit d’un liquide qui s’échappe d’une bouteille.

Gnasse, n. m. et f.

Niais. Ex. C’est un gnasse. En Normandie, gniot, et dans le Berry, gniogniot, ont le même sens.

Gniangnian, n. m. — Homme sans énergie, lambin.

Gniasse, n. m. et f. — V. Gnasse.

Gniochon, n. m. — Homme peu intelligent.

Gniole, n. f.

Taloche. Ex. Si tu ne t’arrêtes pas, je vais te flanquer une bonne gniole. En Normandie, gniole signifie niaiserie.

Gnognote, n. f.

— Bagatelle, chose de peu de valeur.
358 LE PARLER POPULAIRE
— Mensonge.

Gnochon, n. m. — V. Gniochon.

Qnole, n. f. — V. Gniole.

Go, n. m. Gosier. Ex. Fourre-toi ce bonbon dans le go, gourmand que tu es.

  • Go ahead, go êhedde, (m. a.)
Etre entreprenant. Ex. J’ai un enfant qui a an go ahead.
Aller de l’avant. Ex. Fouette ton cheval un peu, char
retier, go ahead.
  • Go along, go élonng, (m. a.)

Avance, poursuis ta route. V. Galogne et Gologne.

Gobe, n. f.

Coup de vin. Ex. Nous allons prendre une gobe.
Grosse bouchée.
Gobe d’imprimeur.

Dans l’ancien français gobe voulait dire vaniteux, vain, délicat.

Gobette, n. f.

Histoire pour rir-e, chose que l’on fait gober aux gens. Ex. Nous en avons dit des gobettes, c’est-à-dire, nous nous sommes amusés à conter des histoires en l’air. Expression fort en vogue autrefois dans les campagnes autour de Montréal. 

Goce, n. f. Entaille dans le bois faite avec un couteau.

Gocer, v. a.

Travailler le bois avec un couteau. Ex. Dans les collèges, les élèves aiment beaucoup à gocer leurs pupitres, ils gocenf aussi pendant les récréations, les arbres, des bouts de bois. 

Goceur, n. m. — Celui qui goce.

Godd, n. m. — Pingouin commun.

  • Goddem, n. m. (Angl.)
Sobriquet donné aux Anglais, à cause du juron qui leur est propre.
  • Goddémer, v. a. (Angl.)

Jurer en langue anglaise, Ex, Cesse donc de goddémer.

DBS CANADIBNSFRANÇAIS 359

Godendard, n. m.

— Grande scie qui sert à tronçonner ou à fendre le bois dans
le sens de sa longueur.
— Homme très ennuyeux. Depuis que l’on dit : c’est une scie, pour une homme ennuyeux, on a trouvé pour qualifier un homme très ennuyeux l’expression : c’est un godendard. Ce n’est pas du vieux langage canadien, c’est un néologisme populaire greffé sur une importation française. Dans le Perche on dit godendardes. En Normandie, le godenda est une scie de maçon.

Godille, n. f. — Aviron servant à godiller.

Godiller, v. n. Faire avancer une embarcation à l’aide d’une godille.

Godron, n. m. — Goudron.

Godronner, v. a. — Goudronner.

Goglu, n. m.

— Oiseau appelé Ricebird par les anglais. Appartient au
genre Dalichonyx. Il siffle admirablement.
— Mauvais plaisant, hâbleur.

Goinfre, n. m. Goinfre, n. f. — Ex. Quel mangeur terrible, c’est un vrai goinfre !

Goitte, n. f. Goitre, n. f. — Ex. As-tu remarqué comme j’ai la gorge enflée, je crois que j’ai une goitte.

  • Gologne.

Corruption de l’anglais^ along, va-t-en, poursuis ton che min. Ex. Gologne sauve-toi au plus vite. Il n’y a pas as gologne, c’est-à-dire ce n’est pas tout ci, tout ça, je reste où je suis.

Gomme, n. f.

— Aller à la gomme, s’en aller loin. Ex. Va à la gomme,

tu m’achales.

— Envoyer à la gomme, envoyer promener.

Gomme arabique, n. f. Mucilage. Ex. Prête-moi ta gomme arabique pour coller du pa pier.

360 LE PAKUOR POPULAIRE

Oommé, e, adj. Pris de boisson. Ex. As*tu rencontré Sem, il est encore gommé, ce soir.

Gommeux, euse, adj. Boueux, vaseux, gluant. Ex. Les chemins sont gommeux dans les concessions de Saint-Pancrace.

Oonce, n. m. Faire le gonce, pleurnicher pour obtenir quelque faveur. Kx. Ne fais pas le gonce comme cela, tu m’ennuies à la fin.

Gonfle, n. m. Gonflement, action de ce qui est gonflé. Gonze, m. m. — V. Gonce.

Gordiche, n. m. — Petit goujon.

Gordon, n. m. — Goujon.

Gorec, n. in. — Goret. Goret (petit), — Goret.

Gorge (grosse), n. f. — Goître.

Gorgerette, n. f. — Bride.

Gorgette, n. f.

Bride, attache de chapeau de femme.
Sous gorge, dans l’attelage des chevaux.

Gorgoter, v. n. — V. Gargoter.

Gargoton, n. m. — Gosier.

Goriot, n. m. — Grelot. Ex. Desgorlots de patates.

Gorlotter, v. n. — Grelotter.

Gornaille, n. f. — Gens de peu de valeur.

Gorton, n. m. — Creton.

Gosse, n. m. — Jeune garçon.

Gosser, v. a. — V. Gocer.

Gouaiche (à la), loc.

A gogo, à satiété. De Gaspé a écrit à gouêche dans ses Mé moires (p. 417).

Gouâiller, v. a. — Railler, plaisanter.

Gouâillerie, n. f. — Raillerie.

Gouailleur, adj. et n. — Qui gouaille.

Goudille, n. f.

— Godille, aviron placé à l’arrière d’un canot et auquel on imprime des mouvements qui imitent ceux d’une hélice.
— Goudrelle. V. ce mot.

Qoudiller, v. n.

Godiller, faire avancer une embarcation en se servant de la godille.

Goudrelle, n. f.

Chalumeau fixé aux érables qui permet de recueillir la sève des érables en vue de la fabrication du sucre.

Goudrier, n. m. — Baudrier.

Qoudrille, n. f. — Goudrelle. V. ce mot.

Qoudriole, n. f. — Gaudriole. V. ce mot.

Gouffre, n. et adj.

Gros mangeur. Ex. C’est un gouffre, il mange comme
quatre.
Obtus, émoussé. Ex. Le taillant de ce couteau est

gouffre.

Gouine, n. f. — Femme de réputation perdue.

Goujon, n. m. Mot piquant, sarcasme, lardon. Ex. Faire avaler un goujon.

Goule, n. f. Bouche. Ex. Ferme ta goule. Corruption de gueule, gula.

Goulée, n. f. Le contenu de la bouche remplie de solide et de liquide. Ex. Il me vient des goulées de bile quand je digère mal.

Gouleron, n. m. — Goulot. Ex. Legouleron d’une bouteille.

Gouliaffre, adj. — Glouton. Gouliat, n. m. — Glouton.

Goulon, n. m. — Goulot.

Gourde, n. f. Calebasse commune, dont il y a plusieurs variétés, suivant la forme.

Gourgane, n. f.

— Fève.
Bajoue de porc fumé.

Gourgousser, v. n.

Glousser. Ex. Nos poules gourgoussent fort.
Grogner, murmurer tout bas.
362 LE PARLER POPULAIRE

Qournaille, n. f.

Gournable, cheville de bois dur employée dans la construc tion des navires. Ex. A l’assemblée politique d’hier soir, les chauds partisans de X étaient armés de goumaitles. 

Qoût, n. m. — Faire passer le goût du pain, tuer.

  • Goûter, v. a.

Avoir le goût. Ex. Cette viande goûte le rance. (Angl.)

Gouterelle, n. f. — Goudrelle.

Goutte, n. f.

Spiritueux. Ex. C’en est un qui aime la goutte.

Grâce (en), loc.

Par grâce. Ex. En grâce, laisse-moi tranquille.

Gracieusement, adv. — Suffisamment, grassement.

Gracuit, adj. — Gratuit.

Graduer, v. n.

Prendre ses degrés. Ex. Mademoiselle vient de graduer aux Ursulines.

Graffigner, v. a.

Egratiguer. Vieux français qui vient du breton graffina, ou du provençal graffinar. Rabelais a dit : « II leur mor-doit les aureilles ; ils lui graphinoient le nez. »

Graffignure, n. f. — Egratignure.

Graillon, n. m.

Odeur de graisse brûlée.
Cuisinière malpropre et peu entendue.

Grain, n. m.

Cheminée d’un fusil sur laqxielle on place la capsule.
Goutte. Ex. I,a pluie tombe à gros grains.
Serrer le grain, marcher les jambes serrées l’une contre
l’autre, et au figuré, se tenir sur la réserve en faisant bien

attention.

Fourrer son grain partout, fourrer son nez là où on n’a
pas d’affaire.

Grain d’orge, n. m. — Orgelet.

Graine, n. f.

Menue monnaie.
Mauvaise graijie, mauv ais sujet.
Pas la graine, pas du tout.
N’avoir plus une graine de quelque chose, n’avoirplusrien..
Ex. Veux-tu me vendre un minot de pois ? — Non, je n’en

ai plus une graine.

Monter à graine, rester vieille fille.
— Avoir de la graine dans la tête, être pouilleux.

Grainer, v. n.

Donner du fruit. Ex. I^es pois negraineni pas, cette année.

Graissages, n. m. pl.

Substances grasses. Ex. Ramasse tous nos graissages pour le savon.

Graisse, n. f.

— Saindoux.
Graisse de mort. Ex. I<es cierges sont-ils faits avec de
la graisse de mort ?
Tache de graisse, personne qui semble vissée sur sa chaise
et ne part plus.
— Crever dans sa graisse, être très gras.

Graisser, v. a.

Donner de l’argent à quelqu’un pour l’amadouer. Ex..

Je l’ai graissé comme il faut avant de partir, maintenant

je suis sûr de lui.
Graisser ses bottes, se préparer à partir ou à mourir.
— Graisser la patte, donner un pot-de-vin.

Graissou, adj. — Graisseux.

Grâler, v. a. — Griller. Ex. Notre café est il bien grâlêf

Grand, e, adj.

Bon. Ex. J’achète toujours à grand marché.
Beaucoup. Ex. Cet habitant a grand de terre.
En avoir grand d’entrepris, être bien à plaindre.
Se tirer du grand, avoir de fortes prétentions.
Dans les grands prix, d’une façon complète. Ex. Il
s’est fait blaguer dans les grands prix.

Grand (en), loc.

Beaucoup. Ex. Cet individu est bête en grand.

Grand’biche, n. f.

Jeune fille élancée.

Grandement, adv.

Bien logé, confortablement. Ex. Nous sommes grandement dans notre maison neuve.

Grandet, ette, adj.

Grandelet. Ex. Notre fille commence à être grandette.

Grand’hache, n. f.

Bûcheron qui dégrossit les arbres de nos forêts.

Granmaire, n. f. — Grammaire.

Grand’père, n. m.

Pâte bouillie découpée en morceaux roulés ou carrés, qui s’apprête avec du sirop.

Grande-grande-mère, n. f.

Mère de l’aïeul ou de l’aïeule.

Grand-grand-père, n. m. — Père de l’aïeul ou de l’aïeule.

Granulé, n. m. — Sucre granulé.

Grappe, e, adj.

Bien fourni de grappes. Ex. J’ai, dans mon champ, de l’avoine qui est bien grappêe.

Grappigner, v. a. — Agripper.

Grappin, n. m.

— Crampons. Ex. L,es chemins sont couverts de glace,

mettons nos grappins.

Main. Ex, Mettre le grappin sur quelqu’un.

Qraquia, n. m.

Bardane.
Enfant intelligent.

Gras, se, adj.

Gras à lard, très gras.
Eaux grasses, eau de vaisselle.
Gras à fendre avec Vongle, très gras.
Gras à pleine peau, très gras.

Gras-cuit, adj.

Mal cuit. Ex. Du pain gras-cuit, c’est-à-dire, gluant et graisseux en apparence.

Gras-de-jambe, n. m.

Chose profitable. Ex. Cette affaire va m’apporter un beau gras-de-jambe.

DES CANADIENS-FRANÇAIS 365 

Grati, n. m.

Gratis. Ex. Aujourd’hui j’ai travaillé pour du grati.

Gratigner, v. a.

Egratigner. Ce mot était usité autrefois. — (Du Bellay, Palsgrave.)

Gratignure, n. f. — Egratignure.

Gratte, n. f.

Dégelée. Ex. J’ai attrappé une gratte en règle.
Petite houe, binette. Ex. Va chercher la gratte pour

renchausser les patates.

Instrument qui sert à gratter les chemins d’hiver en enle
vant un excès de neige.

Grattelle, n. f.

Maladie de la peau qui occasionne une vive démangeaison.

Gratter, v. n.

Lésiner. Ex. A force de gratter, il s’est enrichi.
Chercher. Ex. Qu’est-ce que tu grattes ici ?
Gratter quelqu’un où ça lui démange, toucher au point
souhaité, flatter la passion dominante.
— Gratter à la bonne place, même sens.

Gratter (se), v. pron.

Renoncer. Ex. Tu peux te gratter, tu n’obtiendras pas ce que tu désires.

Gratte-pieds, n. m.

Décrottoir, lame de fer ou boîte garnie de brosses à l’entrée d’un appartement ou d’une maison, pour ôter la boue des chaussures. 

Gratteux, euse, adj.

Mesquin, qui ménage ou gratte sur tout.
Gratteur.

Grattures, n. f. pl.

Mucosités intestinales. Ex. Des grattures de tripes, de boyaux.

Grave, n. f.

Etablissement de pêche à la morue. Ce mot signifiait d’abord une certaine étendue de terre près du rivage, préparée pour faire sécher la morue ; ce nom a été ensuite donné à l’établissement tout entier. 

Gravé, n. m.

Chemin macadamisé. Ex. De Québec à Sainte-Anne, c’est du gravé tout le temps. Graver, v. a. Macadamiser. Ex. La compagnie des chemins à barrières est obligée de graver nos chemins autour de la ville. Gravois, n. m.

Pierres concassées avec lesquelles on recouvre les routes. <jravouiller, v. a.
— Gratter. Ex. I,e dentiste m’a gravouillé une dent avec
ses outils.
— Chercher. Ex. Qu’est-ce que tu gravouilles là ?
Gréau, n. m. — Gruau.
Grébiche, n. f. — Femme acariâtre. Gtedin, e, adj. — Avare, ladre. Grediner, v. n. — Résiner sur tout.
  • Oreen, grîne, (m. a.)

Inexpérimenté. Ex. C’est un green que ce garçon, il au rait besoin d’être déniaisé.

  • Green-back, (m. a.)
Billet de banque américain émis au cours de la guerre de sécession. C’est la couleur verte (green) à son verso (back), qui l’a fait ainsi nommer.
  • Green goods, (m. a.)

Greenback contrefait. Gréier, v. a. — V. Gréyer. Grêle, n. f. Personne méchante. Ex. Cette femme-là, c’est la grêle. Grêlon, n. m. Misérable, mal vêtu. Ex. Ce quêteux a-t-il 1’air grêlon un

peu ? Grelot, n. m.
— Langue. Ex. Retiens ton grelot, achève de faire sonner

ton grelot, on n’entend que ton grelot.

— Fruit de la pomme de terre. Ex. Des grelots de patates.
Grêlou, n. m. — V. Grêlon.

Greluchon, n. m. — Enfant à mine grêle.

Grèmeleux, euse, adj.

Grumeleux. Ex. Cette poire est gremeleuse. Grément, n. m.

Ajustement. Ex. Voilà une personne qui a un drôle de

griment.

Habillement. Ex. Quand tu viendras chez nous, tu
pourras mettre, ton grêment de tous les jours.
Ensemble de choses qui constituent un tout complet.
Ex. Si nous allons à l’île, tu emporteras ton grément de
pêche et de chasse.

Grémiller, v. a.

Emietter, réduire en petits grains comme du grémil. Qrémilleux, euse.
Grumeaux qui se posent à la surface des liquides. Qrémillons, n. m. pl. — Grumeaux de glace. Qrémir, v. a.

Ecraser, réduire à rien. Ex. Si tu ne te tais point, je vais te grêmir. Grenaille, n. f. Menue monnaie. Ex. T’aurais pas de la grenaille de reste ? Grenier à foin, n. m. — Fenil. Grenouilles, n. f. pl.

Grenouillettes, tumeur qui se forme sous la langue par la dilatation du canal de Wharton ou conduit excréteur de la glande sous-maxillaire.

Greton, n. m. — Creton. (De Gaspé, Mémoires, p. 167.) Gréviste, n. m. — Celui qui se met en grève. Greyer, v. a.

Habiller. Ex. Ma femme, greye le petit pour aller chez
le beau-père.
Meubler. Ex. Si je fais un peu d’argent, je vais greyer

ma maison.

Disposer, mettre en ordre. Ex. Marie, greye la table
pour le dîner.

Greyer (se), v. pron.

S’habiller. Ex. Gréyons-nous pour aller à la messe.
S’approvisionner, se donner du luxe. Ex. Je vais me
368 LE PARLER POPULAIRE

grêycr comme il faut et mieux qu’auparavant, pourvu que je trouve à vendre mes vieux meubles.

Gribouille, n. f.

Chicane. Ex. Nos deux voisins sont en gribouille.

Griche-dents, n. m. — Grince-dents.

Griche-poil, n. m. — Enfant malin, difficile.

Griche-poil (à), loc.

A rebrousse-poil. Ex. Il y a des gens qu’il faut toujours reprendre à griche-poil.

Gricher, v. a.

Grincer. Ex. Cet enfant a des vers, ’ûgriche des dents. Gricheux, euse, adj. — Qui grince des dents.

Grichoux, n. m.

Diable.
Personne incommode, d’une humeur acariâtre. Ex.
C’est un vieux grichoux.

Grichu, e, adj. — De mauvaise humeur, grincheux.

Grignard, n. m. — Grognon, pleurnicheur.

Grigne, n. f. — Croûte de pain.

Grigner, v. n. — Grincer, serrer les dents.

Grignier, n. m.

Grenier. Ex. Le grignier est plein de souris.

Griguenaude, n. f.

Griuguenaude, petite ordure qui s’attache aux émonctoires, par malpropreté.

Grillade, n. f.

Morceau de peau. Ex. Je me suis fait enlever une grillade sur la jambe.

Griller, v. a.

— Hâler, brunir le teint. Ex. J’ai les mains et le cou

grillés.

— Fumer la cigarette. Ex. Es-tu bon pour en griller une ?

Grimaceux, euse, adj. — Qui fait des grimaces.

Grimoner, v. a. — Gronder, murmurer.

Grimpigner, v. a.

Grimper, gravir, en s’aidant des mains et des pieds.

Grincher, v. n. — Grincer. Ex. Grincher des dents.

Orîïichu, e, adj. — Grincheux.
QriOgalet, n. m. — Petit homme maigre et chétif.
se - adJ- Misérable, sans le sou.

Ladre, mesquin.

p Avoir la grippe. Ex. Me voilà grippé pour au moins huit jours.

Gripper, v. n. — Grimper.

aripper(se), v. pron.

Monter. Ex. Je vais me gripper sur cet arbre-là.
Se ratatiner, en parlant d’une étoffe.

Orippette, n. m.

IDiable. Ex. Si tu ne cesses pas de faire du bruit, je vais envoyer chercher le grippette.

Grises, n. f. pl. — En voir de grises, subir des malheurs.

Grive, n. f. — Soûl comme une grive, en état d’ébriété.

Qrocerie, n. f. (Angl.) — Epicerie.
Oroceries, n. f. pl. (Angl.) — Articles d’épicerie.
Groceur, n. m. (Angl.) — Epicier.
Qrogneux, euse, adj.

Qui grogne à tout propos. Ex. Ne t’occupe pas de cevieux g-rogneux.

Groiselle, n. f. — Groseille. Champlain a écrit groiselle.

Oroïsellier, n. m. — Groseillier épineux.

Grôler, v. a. — Griller. V. Grâler.

Gros, se, adj.

Beaucoup. Ex. Il y a gros de charbon dans ma cave.
Riche. Ex. Ce monsieur est bien riche, il en a gros.
Gros casque, homme important.
Gros comme pire et mère, gros enfant.

Groseillier sauvage, n. m. — Groseillier ronce de chien.

Qrosse-tête, n. f.

Grande capeline fourrée portée autrefois par nos grand’- mères pour affronter les rigueurs de l’hiver.

Qrot, adj. m. s.

Gros. Ex. Voilà un grot homme, un grot ar bre. 24

Grouillant, e, part

— Couvert, infesté. Ex. Cet enfant est tout grouillant de

poux.

— Vivant. Ex. J’ai cinq enfants tous grouillants.

Grouiller, v. u. Remuer. Ex. Ne grouille pas d’ici, je vais revenir bientôt.

Group, n. m. — Croup.

Gru, n. m.

Farine d’avoine détrempée dans l’eau pour la mangeaille des animaux de ferme.

Grucher, v. n. — Monter. Expr. acadienne.

Grue, n. f. — Héron blanc.

Guénif, n. m. — V. Gannif.

Guenille, n. f.

Butin, attirail de ménage, saint frusquin. Ex. Prends
tes guenilles et fiche ton camp au plus vite.
Homme sans caractère, mou.

Guénilloux, n. m. — Qui porte des guenilles, loqueteux.

Guère (pas), loc. — Très peu, pas beaucoup.

Guerlotter, v. a. — Grelotter.

Guernier, n. m. — Grenier.

Guernouille, n. f. — Grenouille.

Guernu, adj. — Grenu.

Guérouage, a. m. — Garouage. V. ce mot.

Guesse.

Prendre le bord de guesse, se sauver bien loin, de manière à ne pas être retrouvé, assez loin qu’on ne devine pas l’en droit oà l’on court se réfugier. Ex. Notre voleur âjris le bord de guesse.

  • Guesser, v. a. (Angl.)

Gager. Ex. Je guesse que tu vas perdre tout ton argent à la Bourse.

Guetter (se), v. pron. — Se tenir sur ses gardes.

Gueulard, n. m.

Qui parle haut et souvent.
Ramas de gens soudoyés pour faire du tapage dans les
assemblées pol itiques.

Gueule, ti. f.

— Bouche.

. Ma belle gueule ! Expression très familière employée en manière de compliment à l’égard d’une jolie personne.

Se battre la gueule, faire de vains efferts de parole.
Avoir bien de la gueule, parler beaucoup et très fort.

Gueule de fer-blanc, n. f. — Bavard intarissable.

Gueule noire, n. f.

Fruits du myrtille, lesquels noircissent la bouche.

Gueulée, n. f. — Goulée. V. ce mot.

Gueuler, v. n. — Parler haut et fort, crier.

Gueurdin, e, adj. — Gredin.

Gueurlot, n. m. — Grelot.

Gueurlotter, v. n. — Grelotter.

Gueurnasse, n. f. — Grenasse, petite bourrasque en mer.

Gueurnouille, n. f. — Grenouille.

Gueurton, n. m. — Creton.

Gueuserie, n. f. — Bagatelle.

Guevale, n. f. — Cavale.

Guia, int. — Dia. V. ce mot.

Guiâblant, adj. — Diablant. V. ce mot.

Guiâble, n. m.

Diable. Ex. Va chez le guiâble ! Que le guiâble te charrie ! V. Diable.

Guiâblement, adv. — Excessivement.

Guiâbler, v. — Diabler. V. ce mot.

Guiâblesse, n. f. — Diablesse, femme méchante.

Guiâblotin, n. m. — Enfant vif et espiègle.

Guiârrhée, n. f. — Diarrhée.

Guibou, n. m. — Hibou.

Guiamant, n. m.

Diamant, Ex. Un guiamant pour couper la vitre.

Guichet, n. m. — Vasistas.

Guieu, n. m. — Dieu. Ex. Je dois à Guieu et à ses saints.

Guignolée, n. f.

Autrefois, dans notre pays, la guignolée se disait de ceux qui se réunissaient durant la nuit du 31 décembre pour aller souhaiter la bonne année aux parents et aux amis. Aujourd’hui, ce sont les agents de commerce qui, dans la nuit de Noël, font, de maison en maison, une collecte pour les pauvres de la ville.
Guignoleux, n. m.
Les hommes qui courent la guignolée.
Guillaume, n. m.
Guingamp, étoffe fine et lustrée fabriquée à Guingamp, en France.
Guillaume trop mince.
Delirium tremens.
Guinque, loc. adv.
Rien que. Ex. Comment te trouves-tu, là-bas ? — Je suis guinque bien.
Guipée, n. f.
Corde de violon entourée de fil métallique.
* Gum-drop, gomme (m. a.)
Bonbon composé de guimauve et de sucre.