Le Pyrrhonisme de l’histoire/Édition Garnier/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Pyrrhonisme de l’histoireGarniertome 27 (p. 288).
◄  XXXI.
XXXIII.  ►
CHAPITRE XXXII.
de henri iv[1].

Je pense entièrement comme l’auteur de l’Essai sur les Mœurs sur la mort de Henri iv ; je pense que ni Jean Châtel ni Ravaillac n’eurent aucun complice : leur crime était celui du temps ; le cri de la religion fut leur seul complice. Je ne crois point que Ravaillac ait fait le voyage de Naples, ni que le jésuite Alagona ait prédit dans Naples la mort de ce prince, comme le répète encore notre Chiniac. Les jésuites n’ont jamais été prophètes : s’ils l’avaient été, ils auraient prédit leur destruction ; mais, au contraire, ces pauvres gens ont toujours assuré qu’ils dureraient jusqu’à la fin des siècles. Il ne faut jamais jurer de rien.

  1. Voyez ibid.