Le Roman du Renart - D. M. Méon — 1826/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Si ke Renart et Rois Nobles s’entrebaisent par pais faisant.


Entre Renart et Roi Noblon
6650Et toute li os à bandon
S’entrebaisent par grant concorde ;
A tous les barons fist acorde
Renart et si très ferme pais
Ne puis véoir gerre i ait mais,
Car tuit sunt devenu louviel
Cil ki soloient estre agniel.
Li Clergiés ki nos déust paistre
De boines œvres com boins paistre,
Et mener en france pasture,
6660N’ont mais de tele cose cure ;
Puans luxure et gloutenie
Et couvoitise est iaus amie.
Il nous dient, ciessés d’embler,
Et il vont méismes reuber.
Il nos loent humelité,
Et il ont orguel en cierté.
Li Leu puéent ore estre cras,
Et de nos brebis lor degras
Faire, no pastre ont lor véue
6670Au jour d’ui priès toute perdue.

Lasses brebis, fuiiés, fuiiés,
Li Leus a ses dens aguisiés
Pour vous mengier et devourer.
Nous no poons bien trop fier
En nos paistres, que maisement
Tienent de nous à Dieu couvent.
Por Dieu ne nos i fions mie,
Car ce seroit double folie :
Soions soigneus de nous garder,
6680Li mors vient, nous n’avons k’ester ;
Avoec li vient Satans li leus,
De nous mengier tous familleus.
De devot cuer merci crions
A Dieu, et nous merci arons.
C’est que à nous pardonra s’ire
Li Rois des Rois, li très dous Sire ;
Lors n’ara mais Satans pooir
Sor nous, ce vous di-jou por voir.
S’en l’amor Dieu perseverons,
6690Por noient Satan douterons ;
Mais se li estore ne ment,
Au jour d’ui va mais autrement.
Li Rois a fait pais, cest nos cors
As visces, et s’a bouté hors
Les vertus, s’a mis en ce lieu ;
Renart poi doute le grant Dieu,
Le grant Juge ki Dieu sen fil
Nous tramist pour geter d’escil,

C’est d’Infier, l’umaine lignie :
6700Onques ne fu riens mieus lignie
Con li Sires ligna sa corde,
C’est son Fil cui misericorde
Poons par droit non apieler,
Ki ça jus se vint affubler
Dou sac de nostre humanité
Sour l’or fin de se Déité.
C’est que il prist et car et sanc
En ce saint ventre, en ce saint flanc
La sacrée Virge Marie ;
6710S’en deffist le voie marrie
D’Infier par le mort k’il souffri.
Ce fist amours ki li offri,
Moult le devons de cuer amer,
Quant pour nous en Crois si amer
Bevrage but, con mort amere
Jamais n’ert nus si fius à mere.
Or revenrommes à le pais,
Car il en est bien tans huimais.
Li Rois a fait lors apieler
6720Devant lui le cok Cantecler,
Faire le fist pais à Renart.
Atant li parlemens depart,
Fors tant que Renart dist au Roi,
En Passe-Orguel venrés od moi,
Et toute vo gens autressi.
Et li Rois li dist, jou l’otri,

Et puis conmença à canter :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d411-1.png
Avoec tele conpaignie doit l’en
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d411-2.png
Bien joie mener.

Ançois que ses cans fust pardis,
6730Estes-vous criant à haus cris
Blancart l’ours, et s’en vint au Roi
Et li dist : Sire, par ma foi,
Helas ! vo nave ele est perdue,
El ciel l’enporta une nue :
Quant çou perçui en mer sailli,
Tous sains et saus sui venus chi.
Quant li Rois l’ot, ne pot parler,
Ançois conmença à plorer ;
Mais Renart si le rapaisa,
6740Que li Rois se nave oublia.
Boines gens, no nave perdons
Quant as visces nous acordons,
Et adossons le dous Aigniel
K’en Crois fist de son cors maisiel.
Por nous francir souffri le mort,
Chi doit cascuns prendre cuer fort
Des biens faire et des maus laissier,
Si en arons Dieu de louier.
Ne perdons pas no nave ensi

6750Com fist Nobles quant s’obligi
A Renart, dont il fist que fols.
Et à nostre oés fu un lais cos.
La nave à tele eure monta
Ke jamais ne ravalera,
Se Dieus nel’{{lié} }fait par sa bonté :
Car en nous a poi carité,
Foi ne bien, s’amons trop Renart,
Celui ki de Dieu nos depart,
Par qui li Rois a oubliée
6760Se nave. Dolente journée
Fist li Rois. D’autrui ne got mie
Ki lui méismes entr’oublie.
Et pour le Roi reconforter
Prist Renart en haut à canter

Che cant joliement ainsi :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d412-1.png
Je muir, je muir d’amouretes, las
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d412-2.png
Aimi ! par defaute d’amiete et de merci.[1]
    Quant ceste cançons fu cantée,

Dame Ghille par grant posnée
S’en vint dessus se mule amblant.
6770La Dame aloient adestrant

Orghilleus et Renart andoi :
Ensi vint Ghille jusqu’au Roi,
Et lors li a boin jour oré,
Et Nobles a lués demandé
D’Orguel ki est cis damoisiaus
Ki si par est cointes et biaus.
Et Ghille ki moult fist que sage,
Li dist, il est de vo lignage,
Fius Proserpine, et l’ot d’Orguel
6780Vo fil. Dist li Rois, je le voel
Avoir od moi, s’iert o mes fius,
Son pere sanle, il est gentius.
De joies en prist à canter
Orghilleus hautement et cler,

Pour amor son taion le Roi :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d413-1.png
Prendés i garde, s’on nos regarde,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d413-2.png
S’on nous regarde, dites le moi.
Enpriès ce cant sont arouté

Tout cil del ost et sont entré
En Passe-Orguel par le grant porte.
6790Lors canta, c’amours li enorte,
Li Bievres qui moult fu jolis,
Ce chant qui moult fu bien oïs
Et en riant en haut le dist :

Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-1.png
Hareu ! li maux d’amer m’ocist.[2]
Et quant cele cançons failli,

Ghille canta et dist ensi

A plain chant cler et hautement.
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-2.png
Amours ne se doune mie, mais elle se vent :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-3.png
Il n’est nus qui soit amés s’il n’a argent.[3]
Ançois k’il fuissent parvenu

6800Au grant palais ki Renart fu,
Fu li cançons Ghille par dite.
Lors li Rois la Roïne encite
De canter, et ele si fist
En haut que li rue en tentist,

Ce cant qu’en rougi sa coulours :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-4.png
Dieus ! dounés à mon ami pris d’armes
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-5.png
Joie d’amours.

Lors descendirent au palais,
Ainc tel joie ne fist nus mais
Com Renart fist, et au descendre
6810La Roïne, l’a couru prendre
Renart, et l’aide à desmonter,
Et en çou prist haut à canter

Ce cant en lui humeliant :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d415-1.png
Dame et amours, je vous pri merci
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d415-2.png
De cuer souspirant.[4]

Empriès couru Ghillain aidier,
Ce fu drois, l’uns ot l’autre cier,

S’en fu dis cis cans de Renart :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d415-3.png
Hounis soit ki vrais amans depart !

Empriès descendi li luparde,
6820Et Rois Nobles ki s’en prist garde,
Le couru aidier à descendre,
Et en çou que il le dut prendre,

Fu cis cans dou Roi Noblon dis :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d415-4.png
Dame ki mon cuers avés pris,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-1.png
Je sui li vos loiaus amis.

Empriès ce cant li respondi
Li luparde, en cantant ensi

Ce motet plain de melodie :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-2.png
Vous arés la sigourie, amis, de moi,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-3.png
Çou que mes maris n’a m-i-e[5]

Empriès Unate li marmote
6830Descendi, s’ot mantiel et cote
Vermeïl. Li Bievres li aida,
Et en çou d’un cler ton canta

Ce cant, conme hom d’amors pris :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-4.png
Pour vous, amie de haut pris, serai jolis.
Et quant cius ot par dit son cant,

Cele recanta pié estant

Ce motet plaisant et joli :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-5.png
Hé ! Dieus, si très douce vois a en ami.

Enpriès celi est descendue
6840Hersent, et Renart ses iols rue
Gele part, et le descendi,
Et puis dis en cantant ensi

Cler et haut d’amorous cuer gai :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d417-1.png
A Dieu commant vieles amours, nouvieles ai.[6]
Et quant Hiersens çou entendi

De honte li frons li rougi ;

Lors canta à haute alenée :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d417-2.png
Fause amors, je vous doins congiet,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d417-3.png
J’ai plus loiaus trouvée.[7]

Empriès descendi en la place,
6850Me Dame Mehaus li agace,
Si li aida à metre jus
Waukés li gais ki l’amoit plus
Ke riens nule, et pour li canta
Ce cant, et haut le conmença,

Com cius ki aime de grant foi.
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d418-1.png
A ma Dame siervir ai mis mon cuer et moi.[8]
Et quant cius ot son cant canté,

Cele en cantant a haut crié

Ce chant cler et haut de cuer gai :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d418-2.png
6860 J’ai amé et tous jours amerai.[9]

Atant es-vous Dame Boursée
Le singesse moult escoursée,

Chantant ce rondet de cuer gai :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d418-3.png
De capelet de parvenche novelet ami ferai.
Tout si en cantant descendi,

Sinsons li mainmonnés l’oï
Ki l’avoit amée grant tans,
Acolée l’a par les flans,
Si le mist jus dou palefroi,
6870Car il l’amoit en boine foi ;
Et pour l’amour k’il ot à li,
Dist en haut ce motet joli

Con cil que fine amor guerroie :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-1.png
Diex ! je ne porroie sans celui durer
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-2.png
Qui me tient en joie.[10]

Quant Cointeriaus li singes l’ot,
Dedens son cuer grant doel en ot ;
Sanlant fait que nes oïst mie,
Et pour lui couvrir par voisdie

Canta en iaus tornant le dos :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-3.png
Dieus ! je me mariai trop tos,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-4.png
6880De moi marier fui trop fos.

Es-vous Beline la brebis
Ki descendi au perron bis
Moult joliement atournée,
Et quant ele fu desmontée,

Par grant jolieté canta :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-5.png
Dont vient li maus d’amer ki m’ocira ?

Quant Belins li moutons l’oï,
En cantant lors li respondi,

Que tuit l’oïrent clerement :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d420-1.png
Dame et amours liement vous fas de
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d420-2.png
6890Mon cors un present.

Empriès ce cant sont descendues
Deus Dames jus de lor sambues,
Et une des Dames ot non Blere :
De poil ert moult luisans et clere.
Maskelée ot sa conpaignesse
A non ; moult ert crasse et espesse.
A cascune li tors Bruians
Moustroit que il estoit amans.
Cascune le cuidoit par li
6900Avoir sans parcon à ami.
Où descendre des palefrois
D’elles deus, d’une douce vois

Fu dis joliement cis cans :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d420-3.png
De nostre conpaignie ne soit nus
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d420-4.png
S’il n’est amans.

Et quant Bruians li tors les ot,

Viers eles vint plus tost qu’il pot

Cantant joliement ensi :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d421-1.png
Pitiés et amours pour mi priés à
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d421-2.png
Ma Dame mierchi.

Entre les deus Dames se mist,
6910L’une cateille, l’autre rit,
Tant que Blere s’est parcéue
Que de Bruiant est decéue,

Lors dist ceste cançon ensi :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d421-3.png
Je cuidoie avoir ami ori ori, mais je
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d421-4.png
Ai à tout failli[11]

Sitost que Blere ot dit son cant,
Maskelée vint à Bruiant,
Et li pria que il desist
Un cant por li, et il si fist,

Mais que ce fu de cuer gaillart :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d421-5.png
J’apielerai, se Dieus me gart, de
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d422-1.png
6920Traïson vostre regart[12]

Enpriès ce cant Bruians li prie
Que pour s’amour, se li plaist, die
Un cant, et cele conmença
Ce cant et à Bruiant dit l’a

En haut, bien veut que cescun l’oie :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d422-2.png
Ne suis pas lés mon ami, ce poise mi,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d422-3.png
Qui veut si m’en croie.[13]

Et quant Maskelée ot canté,
Blere en ruiant li a conté
Conment eles sunt decéues,
6930Dont ne se sunt mie téues,

Mais cescune ce chant chanta :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d422-4.png
Je sui joliete et jolis m’aime, joliete
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d423-1.png
Amour i a.[14]

Empriès ce cant Bruians respont
En cantant quanqu’il pot adont,

D’une vois rauete ce cant :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d423-2.png
Hé ! mesdisant, cius vous cravent ki
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d423-3.png
Sour tous a maistrie ! Maint amant
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d423-4.png
Sour touAvés fait dolant.[15]

Empriès ce cant vint à grant route
Li martre ; non avoit Escoute,
Ses maris vint encontre li,
6940Del palefroi le descendi,

Et la Dame dist par dosnoi :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d423-5.png
Jà ne larai por mon mari à dire, li
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-1.png
Miens amis jut anuit aveques moi.
Quant ses maris l’a entendue

Il l’ahiert et lors l’a batue

Disant çou, car plains d’aïr fu :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-2.png
Ameras me tu ? ameras me tu, tu, tu ?
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-3.png
Ameras me tu ?

Lors li est Estoute escapée,
Et puis s’est en haut escriée

En cantant si con vous orés :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-4.png
6950
Maris, pour quoi n’ameroie, puis que vous amés ?
Lors atant es-vous cevauçant

Noblet fils Noblon adestrant
L’once me Dame Outrecuidie.
Pour s’amour lors Nobles s’escrie

Plains d’amourouse volenté :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-5.png
Vrais Diex ! ki m’en garira ? Amours m’ont navré.[16]

Outrecuidie empriès ce cant
En reva une autre cantant

Clerement et de cuer joli :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d425-1.png
Amis, ne m’oublies mie, car onques
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d425-2.png
6960Ne vous oubli.[17]

Estes-vous venant le grant rue
Le cievre me Dame Barbue,

Cantant ce cant à vois serie :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d425-3.png
Certes or n’est-il vie que d’amer, que
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d425-4.png
Que nus die.[18]
Bernars fius Belin le mouton,

Quant vit la Dame et le cançon
Oï, contre li bras tendus
Vint, del palefroi le mist jus,
K’amée l’ot plus de set ans.
6970Lors por s’amour fu dis cis cans
Joliement et haut et cler :

Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d426-1.png
Je ne puis sans amour durer,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d426-2.png
Cil me fait servir et amer.[19]
Enpriès ce cant es-vous venant

Vaire le jument tout cantant

Ce cant clerement à grant joie :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d426-3.png
Ne sui pas lés mon ami, ce poise mi,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d426-4.png
Ki veut si m’en croie.
Estes-vous l’asne Bauduin,

6980Ki moult l’amoit de bon cuer fin,
Ki le mist jus del palefroi,
Car il l’amoit en boine foi
Et ele lui, s’orent joï,
Por çou dist Bauduins ensi

Ce cant en acolant s’amie :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d426-5.png
Ne me mokiés mie, biele, ne me
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d426-6.png
Mokiés mie.

Enpriès ce cant s’en vint le cours
Dame Brune ferne Brun l’ours,

Cantant esprise d’amouretes :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d427-1.png
Adès sont les sades brunetes les
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d427-2.png
6990Plus jolietes.

Contre li vint Bruns ses maris,
Pour ce cant liés, non pas maris ;
Lors le descent et si l’acole :
En haut ce rondet de carole,

Dist oiant tous à grant dosnoi :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d427-3.png
Vous ne le savés mener la brunete
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d427-4.png
Lés l’aunoi, la brunete lés l’aunoi.

Estes-vous, Pintain le gheline
Sour un palefroi de ravine

Cantant, s’estoit un poi rauete :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d427-5.png
En non Dieu j’ai biel ami cointe et
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d427-6.png
7000Jolis, tout soie-jou brunete.

Estes-vous le cok Cantecler
Ki li aida à desmonter,
Et quant il a véu son vol,
Si li a mis le bec au col,
Car il l’amoit de fin talent ;
Et pour faire plus liéement,

Chanta ce chant cler et seri :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d428-1.png
Je muir, je muir d’amouretes, las aimi !
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d428-2.png
Par defaute d’amiete et de mierchi.[20]
Pinte li respont en oiant

7010D’une vois sierie en cantant,

Car ele l’amoit de cuer vrai :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d428-3.png
Prendés ce garçon, metés le en prison,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d428-4.png
Couart, couart le trouvai.
Enpriès ce cant prist à canter

Chanteriaus li fius Cantecler,
Tout por Demisiele Titain
K’il amoit, le fille Pintain,

Si par haut que ses nés en saine :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d429-1.png
Pour quoi ne crie-jou hahai, quant
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d429-2.png
Jou ne truis ki m’aime ?
Empriès ce cant prist Tite à dire

7020A se mere de cuer plain d’ire,
Pour çou que deffendu li ot
Canteriel à amer, ce mot

En cantant d’amourous cuer vrai :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d429-3.png
Vous ce mi deffendés l’amer, mais par
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d429-4.png
Dieu je l’amerai.
Es-vous le feme le taisson

Desus un auferrant gascon
Moult joliement à sembue,
Et s’estoit de dras d’or vestue,

Si chanta ce chant esrauée :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d429-5.png
D’un jolif dart d’amoreites sui navrée par
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d429-6.png
7030
Mon regart : Diex ! si li plest forment m’agrée.[21]

Contre li ses maris Grimbiers
Vint ki viesti estoit de piers,

Encontre sa feme cantant :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d430.png
Dame, à vous siervir m’otroi tout mon vivant.
UnEnsi descendent cantant tuit

Un et autre par moult grant bruit.
Anuis seroit de tout nomer,
Et de lor cançons raconter ;
Mais tant vous di que le mengier
7040Ot fait Renart aparillier
Com pour assir deus tans de gens,
Dont vint Cerastes li sierpens
Au Roi Noblon et l’acola,
Lui et les siens li presenta
A faire son conmandement.
Li cos Basiles ensement
Li presenta ; et li Rois eus,
Renars et od lui Orghilleus
Ont fait en haut l’euwe corner.
7050Conmunement vont tuit laver,
Fors que li grant signor laverent
Premiers et lor mains essuerent.




  1. 7615
    2736

    Amez, dames, li tens s’en va
    Onques n’ot joie qui n’ama.
  2.  

    38J’ai robe entire d’amours
    De joie encousue.
    69Seurpris sui d’amoretes
    Seurpris. (bis)

  3.  

    38Amours n’est mais fors ghille et renardie,
    Cascuns le fause et amis et amie

  4.  

    69, 7615 Amours et ma dame aussi,
    Et 2736 Jointes mains vous proi merci.

  5. Le chant de ce seul morceau est uniforme dans les trois manuscrits.
  6.   7615 et 2736    A bone dame loiauz sui dounez.
  7.   Dans le manuscrit 69, ceci est chanté par Renart, au lieu du morceau précédent, et Hersent chante,

    Se j’ai perdues mes amors
    Diex m’en envoie unes meillors.

  8.  

    2736 Hé ! amouretes, m’ocirrés vous dont.

  9.  

        69 Onques mais Dame en sa vie
    N’ot cuer si gai conme j’ai,
    Amours en merci, par li l’ai.

  10.  

      38 Amours ne m’ont pas gerpi,
    Ains me destraignent forment

    7615
    2739
    A ma Dame servir fu mis mon
    Cuer et moi
  11.  
        38
    2736
    Or ai failli à ami
    Fausée m’a, ci poise mi.
  12.  

    2736 Dame, or sui trahis par l’ocoison
    De vos iex qui sont privé larron.

  13.  
    7615
    2736
    Dous amis, vous le di,
    Mesdisant sont nostre anemi.

        38 Mes amis n’ose à mi parler
    Et qui crient-il ?

  14.  

        38 Ki en amours trice, ne ment,
    Il se hounist s’amours ne ment.
    7615Jolietement mi tient li maus d’amer
    2736 JolietemJolietement.*

  15.  

    7615Je ne puis sans amours durer
    Ce me fet servir et amer.
    2736Hareu ! li maus d’amer m’ochist.

  16.  

    7615 Amours m’ont si doucitement, saisi
    Que mon cuer et ma pensée
    Sont dou tout en tout en li.

  17.  

    7615 Fi mauz de vostre amour
    Que j’ai ami.

  18.  

        38 Esgardés quel vie nous menons
    Vous qui n’amés mie.

  19.  

        38 Dames pour lonc detri
    N’iert ma volentés cangie.

  20.  

    69 A la plus saverousete du mont
    Ai mon cuer douné.

  21.  

        38 Hounis soit ki blasmera.
    Le vie que nous menons.