Le Roman du Renart - D. M. Méon — 1826/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D. M. MéonTreuttel et Würtz (Tome 4p. 421-431).

Si ke Renart et li Rois Nobles sient au mengier par pais, et Timers li asnes rasost Renart k’il avoit eskuménié.


Atant es-vous l’asne Timer
K’enmi le sale vint ester,
Des armes Diu tous reviestis,
En son venir fist moult d’afflis.
En oiant tous Renart r’asost
Avoecques lui tous ciaus de s’ost.
Lors s’en part, n’i ariesta plus,
7060Cantant Te Deum laudamus.
Adonc cria li counestables
Tuit se voisent séoir as taules.
Li Rois font sir au plus haut dois,
Lés lui sist Ghille, ce fu drois ;
Et Orgilleus sist d’autre part
Ki moult estoit fiers de regart.
Par dalés lui Cerastes sist,
A s’escuele Renars mist
La Roïne, et par dalés li
7070Sist li cos Basiles, k’ensi
L’ot Renart li rous regardé.
Li autre se sont assensé
Au miex k’il porent çà et là.

Renart tous moult les honora,
Et au premier mès aporter
Prist Renart si haut à canter

Ce motet ; grant en fu li sons :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d432-1.png
Honis soit qui blasmera la vie
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d432-2.png
Que nous menons.[1]

QuA cascun mès et entremès
7080Fu dite cançons u rondès,
Et furent siervi plenement
De quanque lor vint à talent.
Sitost c’on leva dou mengier
Fist Rois Nobles Renart hucier,
Et li dist qu’il voet le matin
Lui et se gent metre au cemin,
Car r’aler viut en son païs
Pour là revéoir ses amis.
Renart l’otroie ; aparillier
7090Fist se grande nave et kierkier
De çou k’il couvient à tel gent.
Un poi devant l’ajournement

Se mist li Rois Nobles en mer,
Apriès lui fist se gent entrer.
Renars i entra et li sien,
Moult i ot gent, si porent bien
Entrer mais k’il fussent dis tans,
La nave estoit et large et grans.
Nus ni remest grans ne petis
7100K’en le nave ne se soit mis ;
Cerastes et toute si gent,
Li cos Basile ensement.
Lors se sont fait desaancrer,
Mais ançois fist Renars souner
Quatre mil grailles et mil cors,
Si que la marine et li pors
En tombist douze liues grans.
Rois Nobles ki moult est engrans
Del aler, lors le sigle fait
7110Drecier, s’orent vent à souhait
Ki les maine vers Malpertuis.
Tout ramentevoir ne vous puis,
Mais tant vous di-je que li Rois
Prise plus le nave vint fois
Des visces, et si l’aime plus
Que cele qui fu des viertus.
Ensi est de nous au jour d’ui,
Helas ! mors n’espargne nului.
Quant mors nos prent, dont est partis
7120Nos avoirs et en trois mons mis,

Et s’est partis si juwelment,
Se li Escriture ne ment,
Que cius ki a le part pieur,
Ne le donroit pour le milleur,
Non pour les deus, j’en sui tous fis.
Li vier ont le cors, as amis
Est li avoirs et as parens ;
L'ame va ensi com je pens,
C’est là ù plaist Dieu, mal u bien.
7130Cil ki ont l’avoir tierien,
Nel’ donroient pas por le cors
Ne pour l'ame, c’est mes recors ;
Et li vier, cil ki le cors ont,
Si très bien à droit parti sunt,
K’il ne vaurroient mie avoir
Pour le cors et l’ame et l’avoir ;
Et cius ki l'ame a en baillie,
Séurs sui ne le donroit mie
Ne pour l’avoir ne por le cors.
7140Fuions Renart que c’est no mors,
Car il eslonge de Dieu l’ame,
Et le met en la puant flame
D’Infier dont Dame Dieus nos gart.
Or repairomes à Renart,
Et à le nave ki s’en va
Plus tost que quariaus ne vola.
Tant ont et jour et nuit siglé
K’a Malpiertruis sont arivé.

Quant Dame Erme feme Renart
7150Sot lor venue, cele part
S’en vint, ses reçut liement.
Là fist li Rois l’acordement
De Renart le rous et sa feme,
K’en baptesme avoit à non Erme.
Là conmença et joie et bruis,
Que ce seroit uns fins anuis
Dou raconter ; mais bien un mois
I sejourna Nobles li Rois
A cel déduit et à cel joie.
7160Lors vost aler cascuns sa voie,
Si k’il fisent, Renart paia
Ses gens que cascuns s’en loa,
Chevaliers et princes et dus,
Que cascuns dist, je n’en voel plus,
Et si douna au Roi Noblon
Cargiés trente muls Arragons
De pieres et d’or et d’argent,
Et toute le kemune gent
Paia si que tout s’en loerent
7170Au partir quant il s’en alerent :
Et li Rois Nobles Renart fist
Signor de ses consaus et dist
K’il gouvernast son rêgne et lui.
Helas ! ensi est au jor d’ui,
La gent font mais Renart signeur
Par quoi tout va mais à doleur.

Lors Rois Nobles Renart pria
Uns de ses fius : il li bailla
Percehaie son fil ainsné,
7180Celui a Noblon delivré,
S’en fist li Rois son senescal,
Et le grant gonfanon roial
Li bailla errant à porter
Por toute se grant ost guier.
Lors se mist li Rois au chemin,
Avoec lui le leu Ysengrin,
Le grifon, od lui le lupart,
Ensi de Malpertuis se part,
Et les dames tout ensement.
7190Moult les convoia longhement
Renart, tant que li Rois li dist
K’il retournast, et il si fist.
Jusqu’à Malpertuis ne ciessa,
Et Nobles od se gent ala
Jusques à Orgilleus-castiel,
Là paia se gent bien et biel
Lor sodées, si s’en alerent,
Et dou Roi forment se loerent,
Et dient k’il n’est mie escars.
7200Lors vint à Malpertuis Renars,
Contre lui font joie trestuit,
Li dragons i maine grant bruit,
Li cos Basiles et Cerastes,
Ainc mais tel cose n’esgardastes.

Souper vont et enpriès coucier
Jusque al main que por repairier
En lor païs sunt atourné,
Et en le nave en mer entré.
Vent orent bon et à devis
7210Tant k’il vinrent en lor païs.
Lors sunt à tiere descendu,
Et li marounier revenu
Sont à lor nave et ne ciesserent
Tant k’à Malpertuis ariverent.
Amont monterent el palais,
Ainc tel joie nus ne vit mais
Con Renart lor fait, et lor dist
Cascuns demandast et presist
Dou sien k’il leur veut bien paiier,
7220K’il ont desiervi boin louier.
Li Amiraus de cele nef
C’est li Papes qui a le clef,
Ce set cascuns, de tout le mont ;
Li autre marounier ce sont
Cardounal, Prelat et Evesque,
Cler, Prestre, Abé et Arcevesque,
Cordelier, Jacobin et Moine,
Prestre parrochial et Chanoine,
Tuit moinent le nef de Renart,
7230C’est cist mons qui va male part.
Renart si est li anemis
Qui tous les a à ses laz pris.

Dont dist Renart al Amiral,
(C’est au Pape et en général
A tout le Clergié qu’ai nommé)
Que il soient tuit avisié
Por demander souffisanment,
Et il lor donra plainement
Plus k’il n’oseront demander.
7240De çou vont Renart mercier,
Et puis vont ensanle à conseil
De demander en grant fessel.
Lor peticion ont fourmée
Si c’à tout le conmun agrée,
Et ont kierkie la parole
Au Pape, c’est al Apostole.
Lor sires estoit et lor maistres,
Et de trestous crestiiens paistres.
De lor conseil sont revenu,
7250Fors li Papes, tuit sont téu,
K’à Renart dist en haut, nous sommes
Revenu et si demandommes,
S’il vous plaist, en fiés, couvoitise,
Et à yretage avarise,
Et à no vie escarseté,
Ce volons s’il vous vient à gré.
Renart respont, ce vous doins-jou,
Et si vous doins avoec tout çou
Me suer germaine dame Ghille
7260Ki a esté à maint concille,

Par desus se mule Fauvain,
Et si vous met ausi en main
Orghilleus le fil Proserpine,
De celui vous met en saisine.
Tout çou doins as signors de clers,
Que en mon siervice voi fers.
Tous li Clergiés genous flecis
En ont Renart rendu mercis.
Hé ! las Clergiés, que respondrés
7270Au grant jour quant vous i venrés
Devant le face Jhesu-Cris
K’en sen lieu vous a çà jus mis
Por bien dire et por mix ouvrer,
Et por nous avoec lui mener ?
Escuser ne vous porés mie,
Car il vera vo felounie
De couvoitise et d’avarice,
Et d’escarseté, ce let vice,
D’orguel et de ghille et d’envie
7280Ki en vous est par vostre envie.
S’a en vos cuers poi carité,
Foi vraie ne humilité,
Car vous avés tuit pascience
Estroite et larghe conscience ;
Dont je di qu’estes ocoisons
De tous les maus que nous faisons,
Si en arés double louier,
Double paine et double brasier.

Là paierés vous de vo fief
7290Couvoitise double relief.
Vous ne vos porés escuser
Au grant jour, car Diex voit très cler ;
Mais entre nos lasses brebis
Crierons à Dieu à haus cris
Merci, et nous escuserons
De vous quant au grant jour venrons.
S’au monde enseigniés vo parole,
Sage devenroit la gent fole,
Et au grant jour seroit mondée ;
7300Mais vo vie est trop enmondée.
Helas ! cis mondes ne vaut rien,
Car trespassable sont li bien :
Nous i aquerons à labour,
Et le gardons à grant paour,
Et le laissons à grant tristrece,
Dont li ame moult fort se blece.
Hom couvoiteus, aver en pleur
Est tous jours et à grant doleur ;
Lééce n’a en cuer nule eure
7310Dont je di que l’ame deveure
Avarisse, dont petit pris
Celui qui l’a, mors i a pris.
Or repairommes à Renart,
C’au Clergié a douné en part
Couvoitise, Fauve et Ghillain,
Il n’en vont pas à wide main,

D’avarisse et d’escarseté
Sont et d’envie à herité,
Et d’orguel dont Dieus nos deffende,
7320Si que cascuns l’ame li rende.
Avoec tout çou a li Clergiés
Requis Renart par amistiés
K’il soient de sa confrairie.
Et Renars lor dist, jel’ otrie,
Et avoec lor dist, je vous doins,
Car bien voi k’il vous est besoins,
Mon gris drap fait d’ypocrisie,
C’on ne connoisse vo voisdie.
Moult le mercient, puis en vont
7330Sitost con le congié pris ont.
Ne ciesserent, si sunt venu
En haut Orguel ki jadis fu
Celui ki est maistre d’Infier,
Que l’en apiele Lucifier,
K’encore en ruira ses grenons
Se Dieus nel’ fait et ses Sains nons.




  1.  

    38 Biele courtoisie a de ce fait amors
    Lille le jolie que li puis est resours.

    7615
    2736
    De tout mon cuer bone amour servirai
    Aimer me fait et douner quanque j’ai.