Le Roman du Renart - D. M. Méon — 1826/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D. M. MéonTreuttel et Würtz (Tome 4p. 435-443).

Si ke li frere Menu viestent de lor Ordne Rousiel fil Renart, en font custode de lor Ordne.


Gardiien en font et custode
Rousiaus fius Renart, tout çou gode,
Si lor proumet que tant fera
Que l’Ordre moutepliera,
Et k’en haut orguel monteront
Od l’autre Clergié et seront.
Mais c’est por nient, il n’iront point,
7410Trop sunt grief de l’Ordre li point,
Trop lor fist aspre Saint François ;
Si l’eslargissent à le fois
Cil k’en l’Ordre sunt orendroit,
Et metent l’Ordre hors de droit.
C’est par lor custode Rousiel
Fil Renart, Frere Renardiel ;
Mais ains ne se sot si pener
Roussiaus k’il les péust mener
En haut orguel, car asprestés
7420Ki lor est voisins as costés,
Ne lor laist, car povretés vraie
Tient toute l’Ordre en sa manaie,
De poi mengier, de poi viestir,
De poi dormir d’eure gesir

Sans propre en langes et nus piés,
Le corde çainte à chi meskiés :
Bien doit avoir humelité
En si parfaite povreté.
Mais il vont si enrikissant
7430Par lor custode et amassant,
Que lor Ordre voi adoucir
De mius mengier et miex viestir
K’il ne suelent ; lor consience
Eslarghissent, lor passience
Estrecent ; il font à rebours,
Ensi ne maine-on mie amours
Pour quoi il sunt en l’Ordre entré.
Mais il sunt si souvent tenté
Des delisses ki les enmondent,
7440Si qu’il n’en sevent mot, si montent
Un pas amont viers haut orguel.
Lor custodes à mal esquel
Les en met trop, devienent fier,
Car sour le mont d’outrequidier
Sont monté a dis liues priés
De haut orguel dont c'est grans piés.
Ore à parler de çou lairai,
As deus freres m’en revenrai,
C’est à Renardiel et Roussiel
7450Enfans Renart. Cascuns l’apiel
A fait souner en son couvent,
Renardiaus fu plains d’ensient,

J’enteng d’engien. A l’apiel vinrent
Tout li frere et tot coi se tinrent
Et teurent. Lor Provinciaus
A parlé c’ot non Renardiaus,
Et dist : Signeur, j’ai entendu
Que lonc tans a descort éu
Entre vous et ces Cordelois
7460Ki sunt de l’Ordre Saint François,
Et s’enteng que c’est par envie :
Forconsillier ne vous voel mie ;
Faisons que soions d’un acort,
Si en serons au mains plus fort,
Et li frere Menu ausi.
A çou se sunt tuit assenti.
En tel fourme frere Menu
Avoient parlement tenu,
Tant que il se sunt acordé,
7470Entrebaisié et afié
Et afrari par sierement.
Li uns l’a al autre en couvent
Que il seront mais boin ami.
Renardiaus atant s’esgrouni,
Tout se teurent et il parla :
Signor, dist-il, entendés cha,
Cordelois et vous, Préeceur,
Nostre Ordre iront tempre à doleur,
S’esrer le puéent li Prelat,
7480Car il nos metent en debat

A oïr les confiessions,
Et de faire absolutions,
Et d’engoindre penance as gens,
Et d’estre ausi as testamens ;
Et s’il de çou vienent à cief,
De faim morrons et de mescief.
Or soiommes d’une acordance,
Si n’aront jà viers nous poissance :
Droit avons, contre iaus plaiderons
7490Car dou Pape Innocent avons
Previlege de confesser,
De penance enjoindre et douner
Absolutions de tous cas,
Fors ciaus k’au Pape afierent, pas.
N’avons, n’ausi des Cardounaus,
Ce n’avons pas c’afiert à aus ;
Mais de tous autres plain pooir
Avons, et ce puet-on véoir
Par letres de Papes pluseurs,
7500En nos decretales, alleurs
Le poés véoir plainement.
Plaidier poons hardiement,
S’il vous plaist, contre les Prelas ;
Bien est, ce crient haut et bas.
Mar nos ont tolus les pardons
A douner quant nos préeçons.
Par ce cas entr’aus uns grans plais
Esmut, ains si grans ne fu mais

Par devant l’Apostole à Romme.
7510Li plais greva puis à maint homme,
Et le conscience eslargi
Et le foi en iaus afoibli.
Il mist en erreur mainte gent,
Beghines especiaument
En furent plainement deçutes,
Et si viers les Prelas esmutes,
Que quant li Prelat préeçoient
Et en quemun amonestoient
C’on doit dire tous ses peciés,
7520Uns et autres, et nués et viés,
A son Prestre et non à autrui,
Sans le conmandement de lui,
Eles encontre aus en parlerent
En haut et si en estriverent.
Frere Menu et Jacobin
En menerent moult grant hustin
Au tans que Pape Nicolon
Fu, et au tans Roi phelippon
Ki peres fu raportés mors
7530D’Arragon, et en fu li cors
Mis en l’Eglise Saint Denis
Delés son pere Loéys,
Ki Damiete conquesta,
Et tant sainte Eglise ensaucha ;
Et à Paris as Préeceurs
Fu li cuers mis, ce fu houneur

A l’Ordre, car en ce moustra
Li Rois que l’Ordre moult ama,
Et c’est drois, moult sunt sainte gent,
7540Et ne sunt mie negligent
De pour lor bienfaiteurs priier.
Li Rois pour çou ot l’Ordre cier,
Et Renardiaus li encita,[1]
Car au morir le préeça
De son cuer metre en lor maison
Proprement pour l’entention
Ke li Rois ki après venroit,
Mieus toute l’Ordre en ameroit,
Et aroient miudre ocoison
7550De lui rouver pour lor maison,
Et pour estre lor Avocas,
S’à l’Ordre kéoit nus griés cas :
Car tresdont cius Provinciaus,
Fius Renart, frere Renardiaus,
Dou plait des Prelas se doutoit,
Ki moult à souffrir en aroit.
Li Ordres en poroit perir,
Et pour contre ce cop couvrir,
Fist Renardiaus k’il ot le cuer
7560Dou Roi qui fu de si grant fuer
Grant plait conmença, bien le sai,

Etoit dont Veskes de Tournai
Maistre Mikius de Warengien,[2]
C’on tint de clergie à scien :
De Lille fu nouris et nés,
Des Jacobins fu tost plourés
Et des Cordelois ensement,
Quant ses cors traist à finement.
Adont Vesques d’Amiens estoit
7570Uns jouenes homs ki grace avoit
De preudome et d’estre bons clers ;
En ce plait fu-il tous jors fers,
Maistres Willaumes de Mascons
Iert apielés, c’iert ses drois nons.
Adont estoit Veske d’Arras
Uns Clers vaillans ki pour ce cas
Plaida : on l’apieloit ensi,
Maistre Willaume de Sisi ;
Et li Archevesques de Rains
7580K’adont-fu kom de raison plains,
Soutint le plait, li plais grêva,
Et si le Pape ensounia,
C’Acre n’en fu nient secourue.
Par ce plait fu ele perdue,
Et mains prudom à la mort mis

Qui pardon face Jhesu-Cris.
Par les fius Renart esméus
Fu icis plais et maintenus.
Atant lairai d’iaus à parler,
7590A Renart m’en voel retorner
Ki jure Dieu et sa viertu,
Ke puis que si fil sunt rendu,
Ke il se vaura rendre ausi,
Si que Dieus ait de lui merci
Au grant jour, c’iert au jugement
Là ù tout seront en present
Devant la Sainte Trinité,
Là ù tuit seront acusé
Et condampné lonc lor meffait :
7600Pour çou est sages ki bien fait.
Lors ot si grant devotion,
Que bien menjast d’un cras capon ;
Ne li causist dont il venist,
Mais qu’en ses poes le tenist.
En çou k’il si devos estoit,
Par devant lui esgarde et voit
Le renclus à un povre Hermite
U il n’avoit tite ne mite,
Ne sanc, ne car, ne pain, ne grain,
7610Fors racines un raiel plain,
Et laoustes et miel sauvage
Que li preudom par le boscage
Cuelloit pour soustenir sa vie.

Li Ermites disoit conplie ;
Devant avoit dit none et vespres,
Et il ert tart k’il estoit vespres.
Quant Renart vint al hermitage,
Renart contrefist moult le sage ;
Au postis vint, fiert du maillet,
7620Li preudom ouvri le wiket :
Quant Renart vit, grant merveille a,
Renart entre ens, mot ne sona,
Fort k’il dist Benedicite.
Li preudom fu plains de sainté,
Si li respondi Dominus,
A foi bien soiiés vous venus !
Que vous plaist ? Je voel confiesser,
Et viers Dieu me voel amender
Et faire satisfation
7630Et entrer en religion :
Au siecle ne voel estre plus,
Ains voel çaiens estre reclus
Od vous por amor Dieu le Roi,
Pour oster de mi le desroi ;
Mais confiesser me voel avant.
Et je vous orrai boinement,
Dites de par Dieu vos peciés.
Volentiers, sire. Or conmenciés.



  1. Il paroîtroit que, par Renardiaus, l’auteur auroit voulu désigner Geofroy de Beaulieu, confesseur de Saint-Louis ; cependant il n’en est pas fait mention dans Joinville.
  2. Michel Warenghien, élu en 1284 évêque de Tournay, y fit son entrée solennelle le 17 avril. Il assista au concile de Reims en 1291, où il s’éleva contre les priviléges et prétentions des frères mendians. Il mourut la même année.