Le Salut par les Juifs/Chapitre 23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joseph Victorion et Cie (p. 93-96).

XXIII


Les Juifs ne se convertiront que lorsque Jésus sera descendu de sa Croix, et précisément Jésus ne peut en descendre que lorsque les Juifs se seront convertis.

Tel est l’impossible dilemme où le Moyen-Âge se tordit comme dans les branches d’un étau. Aussi ne s’interrompait-il de maudire ou de massacrer ces antagonistes abominables que pour se traîner à leurs pieds, en les suppliant, avec des sanglots, d’avoir pitié du Dieu pâtissant.

Il n’existe pas de poème qui puisse être comparé à cet agenouillement insensé de toutes les nations devant un troupeau de brutes fangeuses, pour les implorer au Nom de la Sagesse éternelle en agonie :

« Quid feci tibi, aut in quo contristavi te ?

« — Ô mon peuple ! que t’ai-je fait et en quoi t’ai-je contristé ? Réponds-moi.

« Parce que je t’ai mené hors de la terre d’Égypte, tu as préparé une croix à ton Sauveur…

« Parce que je t’ai guidé quarante ans dans le désert et que je t’ai nourri de manne, et que je t’ai introduit dans une terre très-bonne, tu as préparé une Croix à ton Sauveur…

« Qu’ai-je dû faire en outre pour toi que je n’aie point fait ? Je t’ai planté comme ma vigne magnifique, devenue pour moi très-amère, car tu as abreuvé ma soif de vinaigre et tu as percé d’une lance le côté de ton Sauveur…

« À cause de toi, j’ai flagellé l’Égypte avec ses premiers-nés, et tu m’as livré pour être fouetté…

« J’ai marché devant toi dans la colonne de nues, et tu m’as conduit au prétoire de Pilate…

« Je t’ai repu de manne dans le désert, et tu m’as donné des soufflets et des coups de verges…

« À cause de toi, j’ai frappé les rois des Chananéens, et tu as frappé mon chef d’un roseau…

« Je t’ai donné le sceptre royal, et tu as donné à ma tête une couronne d’épines…

« Que t’ai-je donc fait ? ô mon peuple !… Je t’ai exalté en grande force, et tu m’as suspendu à la Croix patibulaire[1]… »

Imploration vaine et refus insultant toujours identique. « Il a mis sa confiance en Dieu. Que Dieu le délivre donc maintenant, s’il tient à lui, puisque ce sauveur des autres a prétendu qu’il était son Fils ! » La menace de l’écroulement des cieux n’aurait pu leur arracher une autre réponse.

  1. Office du Vendredi Saint. Adoration de la Croix.