Le Sanglot de la Terre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Sanglot de la Terre
I. Poésies
Mercure de France.


LE SANGLOT DE LA TERRE

1878-1883


De la santé et un supplément d’argent,
Voilà, Seigneur, tout ce que je demande.

Henri Heine.


Ces trente et un poèmes sont choisis parmi les brouillons et la partielle mise au net d’un volume que Jules Laforgue écrivit antérieurement aux Complaintes et réserva. Nous avons écarté les pièces inachevées et les nombreuses variantes, plus un certain nombre de strophes isolées.

On trouve déjà dans ces brouillons une note exprimant le désir de ne voir mettre de majuscules au début des vers que si la syntaxe l’exige. Cette modification typographique, stipulée par un certain nombre de poètes récents, est logique : cependant nous ne l’avons pas adoptée ici, parce que les éditions précédentes de Laforgue n’en tenaient pas compte, et que nous avons pensé devoir nous ranger à une coutume encore générale, dans une édition destinée à la généralité du public.

Plusieurs notes donnent à penser que le volume devrait s’appeler le Sanglot de la Terre (présageant les Complaintes), avec ces cinq sous-titres : Lamma Sabacthani, Angoisses, Poème de la Mort, Résignations infinies, Spleen, et l’épigraphe que nous reproduisons. Ces poèmes furent écrits de 1878 à 1883.

(Note de la première édition des Œuvres Complètes).