Le Tombeau des fusillés

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules Jouy Le Tombeau des fusillés

30 mai 1887





A mon ami Désiré Magnien
LE TOMBEAU DES FUSILLÉS

Air : "La chanson des Peupliers".


Ornant largement la muraille,
Vingt drapeaux rouges assemblés

Cachent les trous de la mitraille
Dont les vaincus furent criblés.

Bien plus belle que la sculpture
Des tombes que bâtit l'orgueil,
L'herbe couvre la sépulture
Des morts enterrés sans cercueil.

Ce gazon, que le soleil dore,
Quand mai sort des bois réveillés,
Ce mur que l'histoire décore,
Qui saigne encore,
C'est le tombeau des fusillés. (bis)

Loups de la Semaine Sanglante,
Sachez-le, l'agneau se souvient.
Du peuple, la justice est lente,
Elle est lente, mais elle vient !

Le fils fera comme le père ;
La vengeance vous guette au seuil ;
Craignez de voir sortir de terre
Les morts enterrés sans cercueil !

Tremblez ! Les lions qu'on courrouce
Mordent quand ils sont réveillés !
Fleur rouge éclose dans la mousse,
L'avenir pousse
Sur le tombeau des fusillés ! (bis)