Le Zend-Avesta (trad. Darmesteter)/Volume III/Fragments/VI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


 
Traduction de James Darmesteter

Édition : Musée Guimet. Publication : Ernest Leroux, Paris, 1893.
Annales du Musée Guimet, Tome 24.


FRAGMENTS

6.
Nirangistân.


Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/197 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/198 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/199 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/200 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/201 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/202 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/203 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/204 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/205 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/206 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/207 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/208 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/209 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/210 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/211 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/212 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/213 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/214 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/215 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/216 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/217 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/218 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/219 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/220 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/221 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/222 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/223 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/224 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/225 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/226 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/227 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/228 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/229 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/230 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/231 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/232 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/233 116 ANNALES DU MUSÉE GUIMET 55. ratutrish apaityânô kàhya ’ ratufrish havâyâ nmânahê paiti ricyêihê- yêzi vish hvâvôish dazdê ratufrish ’ yêziàat hish nôit hish hvâvôya dazdè [a]ratufrish yâ adhan[an]hê — yèzi — hva- retha yazata ratufrish hvaretha yêzi aratufrish*. 56. nôit pasLishca bazda nôit irishta anazdya ratufrish abanta airishta anadya pairishtaiihara ratufrish. 56. Ne sont pas agréés les bestiaux malades, oii blessés, ou maigres. Sont agréés les bestiaux non malades, non blessés, non maigres -. 57. ratufrish pasuyébîsh hvâstâishca ahvâstâishca zâyéshca azâ- yêshca ratufrish patush hvâstâish nôit[anastâishca azyâish nôit] anazyâish ratufrish snâkénishca vîzushca hvâstâishca nôit anahvâstâish azyâish nôit anazyâish. 57. Est agréé le lait’ cuit ou non cuit, de vache grasse ou de vache maigre -. § 55 — 1. ralîhà apltak amalasli [bâhar] dar yahviint ijakoyamûnêt. 2. ratlkâ zag-lnafskâ mdn pêlrij kalârcâifun shiak-masâi bâjâi-masâi. 3. at-ash olàshân zag-î nnfslin dât yakoijatnûnêl ratlhd. 4. apash zag-t ol khorishn z-i s-l gakogaimlnèt ralihâ. § .56. — 1. bazda, vlrnàr, « malade » ; anazdya, nizàr, « maigre » (glosé : mmUnlirn [lire tarbà] vazdng lûlt, « c’est-à-dire qui n’a pas de graisse » ; tahrà-larbà est le huzvâresh de *vazdah vazdvaré, « graisse », cf. Yasna XXXI, n. 79). 2. a-bafita, avhnàr (cf. Vd. XXII, n. 12) ; banta et bazda sont deux synonymes dérivés de même racine. — anadya, anizàr ; évidemment identique ; anazdya : l’une des deux lectures est fausse. § 57. — 1. pasuyébîsh, plm : ilf ;iut donc sans doute payébîsh. Litl. : >< il est agréé avec des laits... » 2. zâyéshca azâyêshca (U. zyâishca azyâishca) : zag min zag-’i farlxi kUià, zag min zag-t nizàr. Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/235 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/236 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/237 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/238 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/239 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/240 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/241 67. Combien l’homme apportera-t-il de lait liquide à une eau stagnante ? — La valeur de trois gorgées.

Il y plongera et retirera autant de viande 11 y tiendra autant de fromage 2 .

Même mesure pour eau de rivière.

Mais pour l’eau de rivière,

le Frabaretar 3 pourra sans péché apporter, pour une moitié 4, du lait bouillant 5 de cavale, de vache, de brebis ou de chèvre

taurva payâo bavât aspayâatca khrayâatca 0 A.V. 3 Fr.

géush tashnê géush urunê tava géush hudhâonhô urunê yavâkem géush khshnaothra ashasara manaiiha

ashasara vacanha ashasara shyaothana 7

avaêzô pasûm ham pukhdhem mananhô nôit payanhô * usca âpê shâuô gâvayayâish 9 khshvash vaghzhibish antare barôit 10

§ 67. — 1. pun làldi vakhdûnisknîh candi zag îpît lâld vakhdûnêl bôr.

o. pun frâj yakhsûnishnîh zag-i tir frâj ai yakhsûnêt punir.

3. Voir § OS !

4 avinâs zag man farbartdr min nîmak masâifrâj gadrûnêt. — dâstra, min nêmak, est peut-être un dérivé de dva (*dvâstra), comme ceû-cepc^.

5. Conjectural : cf. aipighzhaurvatûm (Vd. V, 52 ;.

6. « Le fromage peut venir de cavale ou d’ànesse ». — taurva (IL tiurva), forme masculine ou neutre de tûiri : cf. § 66.

7. Les formules prononcées en tirant 1 e jîvdm ; forment le fragment VII de Westergaard). Cf. vol. I, lxxv-lxxvi.

8. avinâs zag man kuldpanj ol ham pazad zag 2 mazd (~ mazg) là zag î tarbâ (traduction corrompue ; pukhdhem semble traduit deux fois, une fois comme « cinquième » (cf. panj), l’autre fois comme participe passé de pac ; lire kînâ pour kuld ; mazd-mazg suppose zemanahhô).

9. pun lâlâ-ih mià patirak i miàpun rôshan (?) gâm.

10 . andarg ashlak ?) mêsh frâj gadrûnct. khshvash vaghzhibish « avec ces six paroles » (ashasara mananha, etc.). yatha nôit aêti nidâitica airishyâ 11

âzî dim aêtaêshâm daonô(II. — naonô T. ; 1. baodhô-) jaitish astâraiti A

yênhè mi ashât haca vahishtem yêsnê paiti 7

68. avatha frabereta zaothrâo frabarôit atha hâvana haomàn hunyât

yatha havat vaêthat atha mê zaothrê yêtê (l. zaothrâo yantê) raocahê nôît antare temahô

vîdâyât zi yatha hô ashish anhat

vîspanàm ziî asrascintem parâca (H. — prâca T.) aêshayamananàm daêva raêzaêtê upa [njukhturushu tuthraêshu asrâvayamnât paiti Ahunât vairyât.

athâ yô dim frahahcintare âtaremca baresmaca anairyanàm tat dahyunâm verethrâi usjasaiti. ashemca dapascâ hû-frâshmô-dâitîm

68. Le Frabaretar 1 apportera les libations ; le Hàvanan ' préparera le Haorrra ;

afin que les libations viennent, préparées en toute connaissance 2, durant le jour, non dans les ténèbres 3 ; car il faut connaître pour qu’il y ait piété 4 .

5

11. cîgûn amat là ol sh-a-v r dâtîg rîshînd aîgh pun mêshîgân rtsh là yahvûnêt.

12. ma zag-î pun zag-t olàshàn bôtôkzatih âstârêt havât (baodhô-jaitish, bôlôkzatîh).

§ 68. — 1 . Voir vol. I, lxxi, et plus bas § 72 sq.

2. Que te rite soit accompli exactement comme il faut et à l'heure qu'il faut. — man îtûn dkâs hnvd-dt.

3. Voir plus haut § 48.

4. umat itûn dkds havâ-nd anshûtà, U inan sût-omand ddt yamalalûnêt cîgûn zag-î old mià tarsakàsîh it.

5. Le sens de la phrase est que les libations offertes la nuit ou sans chanter l’Ahuna Vairya profitent au démon (cf. Vd. Vil, 79). — nid harvispîn barâ rîshtakân barâ pêsh ddtakân (?) u-shêdd frâi-dahishn rêshînd madam pun nuhûftak lârîg pun asrâyishnîh madam Ahunvar. Si on la verse sans regarder le Feu et le Baresman 6, elle vient pour la victoire des pays anaryens.

09. yô paiti âpê barâiti nôit baresmainê

yêzi baresma antarât naêmât aêshô draojyêhê yavô frathyêhê

paiti baresmacit paiti barôit

yêzi nôit thri va paiti âzâiti ayare drâjô vâ vâstryât. yô paiti baresmainê nôit apê yêzi âfêsh (1. âfsh) antarât naêmât thrigâmahê paiti apaêcit (H. — mât T.) barôit

yêzi nôit paitibaraiti thri vâ âzâiti ayare drâjô vâ vâstryât.

09. S’il apporte la libation à l’Eau et non pas au Baresman 1, mais que le Baresman soit à une distance [de l'eau] d’un aêsha de long, d’un yava de large 2, il la portera sur le Baresman ;

sinon il paiera trois coups de Sraoshô-carana ou une journée de travail.

S’il apporte la libation au Baresman, et non pas à l’eau, mais que l’eau soit à trois pas [du Baresman], il la portera sur l’eau ;

s’il ne l’y porte pas, il paiera trois coups de Sraoshô-carana ou une journée de travail.

âpô vyâodâo mâtarô jîtayô râtôish

avavat tata yatha cathwârô erezvô

surunuyâo

vîspaya âfrînâmi

0. zag-î Parâhôm zôhrakic-î jût luit (identité du zôhrak et du Pârâhôm ; cf. vol. 1, lxxxv) zag-î yahvûnêl rimât pun nikîi'îshn andarûng âtâsh barsôm barâ ol damtg rîjêt shedâyajakih tan J ûhrakân apash vlnâs yahvûnêt.

1. Si la libation est destinée à l’eau, non au Baresman.

2. Les mots yavô frathyêhê (d’un yava de large) sont sans doute ici par inadvertance.

3. Cf. Yasna LXIII, les nirangs. 70. yat baresma aêshô drâjô yavô frathô kavacit aêtahê paili barôit yat masyô aêtahmât baresma yatha aêtahê frasterenâiti atha aêtahê paiti barôit yat zaota Ahurem Mazdàm yazâiti madhimâi baresmàn paiti barôit Ameshé Spenté yazâiti frâtemâi baresman paiti barôit apô at yazamaidê haotemâi baresmàn paiti barôit ashâunâmca urunasca fravashishca yazamaidê ashnôtemâi baresmàn paiti barôit

vîspaêibyô yasnô-keretaêibyô madhemâi baresmê paiti barôit

kudô-zâtanâmcit, naràmca, nâirinâmca, yaêshàm vahêhîsh, daênâo, vanainti [thrakhti] vanhen, vaonare, khshathremca 5

yâish azâthâ mahmâi hyâtâ âvanhê mat vâo padâish yâish frasrûtâo izhayâo pairijasâi 6

dakhshamaêshtâm aétat baresma yat paiti-âpem frinayantema. yazâi âpem

tava âthrô — tava âthrô âhurahê

70. Si le Baresman a la longueur d’un aêsha, la largeur d’un yava, on peut la 1 porter en n’importe quel endroit du Baresman.

Si le Baresman dépasse ces dimensions,

on la portera selon l’ordre de préparation du Baresman %

Quand le Zaotar sacrifie 3 à Ahura Mazda, il la porte au milieu du Ba resman.

Quand il sacrifie 3 aux Amesha-Spentas, il la porte à l’avant du Baresman. Quand il dit : «Nous sacrifions aux Eaux », il la porte à la gauche du Baresman.

Quand il dit : « Nous sacrifions aux âmes et aux Fravashis des Saints », il la porte à la droite du Baresman.

§70. — 1. La libation.— Si le Baresman a les dimensions normales (Vd. XIX, 19 ; infra, § 90.

2. Glose : « En hiver, on porte l’eau au Baresman ; en été, on porte le Baresman à l’eau ».

3. Quand il dit le yazamaidê, « nous sacrifions à... ». Voir le commentaire à l’Appendice au Yasna LXIII.

A tous les achèvements de sacrifice, il la porte au milieu du Baresman. 71 . apa adhât frabareta aêtâibyô zaothrâbyô yâiti ’ yâorihàm nôit aiwyô vanhibyô frabaravat’ frâ aêtâo zaothrâo barôit ^

zaota géush pâityâi pôit paoiryô franharôit* mrûiti aêta zaota imàm vâcô^

Amesha Speiita daêna mâzdayasna

frasha adhât .... arât naêmât yôjuyastôish pai .... asenti aêsmàsca baresca"

yâta raêslîâm frâyu...tem vaiihataêtadha upa gerembayân V. — Fonction et place du Zot et des (làspis dans le sacrifice ’. 72. cish zaotarsh kairim anhat mazdôish (H. — mazdayasnôit T.) ain

4. A tous les yênhê hâtâm : voir ihid., et vol. II, 36i, n. 34. 5. Yasna XXXIX, 2. — thrakhti fait partie du commentaire : vanainti, madam thrakhti, madam âldsh, c’est-à-dire «au mot vanainti, sur le thrakhti, sur le feu » ; thrakhti semble être la face de Vâtashgdh (§ 73). 6. Voirie n’iraïuj correspondant à l’Appendice au Yasna LXIV. 7. daklisliûmâst zak Barsôm amat pun zag-t m’id frdj ozlûn hamdi amal dar dakhshamds ydlûn âî.

§ 71 . — 1 . ainat harâ amal olâshdn akhar min zag farbartàv olâshdn zôlirak di yaltûinêt pdrak.

2. olâshdn manolà là man ol mid î shapir frâj baruhnômaud là bir. 3. frdj ol oldshdn zôhrakyadrûnêl pdrak. 4. palirak-l miâ-i (lire paityâpôit) gnslil gukogamùnèl fartùm ni oashtamùnêt. 5. amalush giifl Itavà-t zôl akluir dand gaoiskn amakUupanddn havd-U, etc. Le Zôt boit la libation eu récitant les mots Amesha Spenta, etc. (Yasna VIII, 3-4). 6 . fràj alikar. . . pun didsk snr karl havd-dt dar nihnak gôjîh isl madam . . csm à linrsôm gazbakhùnislinpèsh rdi havd-l danà... inc’i lilamman i/amallùnùl. Ce passage mau(iue dans H et est mutilé dans T.

7. Ici reprend la correspondance avec le manuscrit H. § 72. — 1. Dinkart, l. t., 13. madam gàs ù-kàri Z/ :t û-/iàspîgdn dar tzi.s-lin. gâosca (1. gâthâosca) frasrâvayâiti vacimca anhê astvâiti paiti adhayât

athâ ratush âat hâvanânô (II. — hâvayât nânô T.) [yat] haomemca ahunavat anhavanemca vaêmanât

72. Quelle sera la fonction du Zaotar le jour de Myazda 2 3 ?

11 chantera les Gâthas et fera le répons à la voix du monde : athâ ratush '.

Le Hâvanan .... 4 .

73. âat âtravakhshahê yat âtremca aiwa-vakhshayat âthrasca tishrô thrakhtish yaozhdathat

zaothrasca vâcim paiti adhayât athâ ratush

73. La fonction de l'Atravakhsha sera d’alimenter le feu, de tenir propres les trois faces' du feu et de donner le répons au Zaotar : athâ ratush.

74. aat fraberetarsh yat âthrasca aêvàm thrakhtim yaozhdathat

baresmàncafrakem âthraêca yasnô-keretaêibyô paiti-barât

74. La fonction du Frabaretar sera de tenir propre la dernière face du feu

et d’apporter la tige oblique' du Baresman 1 et d'apporter [l’encens] au feu aux achèvements de sacrifice-.

2. andar z ale myâzd yôm, gâsânbdr. Donc ‘myazdôish ain.

3. Dans l’Ahuna vairya dialogué, le Râspi ou plus exactement les ltàspis commencent et le Zôt répond athà ratush, etc. — paiti adhayât (cf. âdha, § 32), pasûkh dl yamalalûnêt.

4. Le texte semble corrompu et le texte pehlvi n’est point suffisamment clair pour rétablir le zend : old hdvân (H.) hômanâ vashtamûnêt khôrlhèl raminêt, aigh dakyâ barâ âi vakhdûnand.

§ 73. — 1. thrakhti, traduit par conjecture ; il y a quatre thrakhti (§ 74) : or comme l’âtash-gâh a quatre faces que Zoroastre lave pour le sacrifice (YasnalX, 1, note 2), il est probable que thrakhti est la face de Y âtash-gâh ou de la pierre àdosht. Peutêtre le mot est-il parent de tranhi, pummà, que nous avons déjà rencontré aux Fragments 1 ahmuras, § 59.

§ 74. — 1. baresman frakem, Barsôm-ic frâkhv-gâm ; le frâgàm de la liturgie plus récente, la tige qui repose sur les pieds du Mdh-rû (vol. 1, lxxiv).

2. Aux yê n hê hâtâm (cf. § 70, fin). 75. âatâsnatàra yat haomemca âsnayât haomemca paiti-harezât vîspâosca âthrô

75. La fonction de l’Asnatar sera de laver le Ilaoma et de filtrer le Ilaoma

70. âat raêthwis-karahê yat haomemca gava rathwavât bakhshavâatca

J •

La fonction du Racthwish-kara sera de mêler le Ilaoma et le lait et de les répartir

77. âpem â-beres â barât Sraoshâvarezô aiwyâkhshayât L’Aberet apportera l’eau ; le Sraoshâvarez surveillera.

78. zaotara dâityô-gâtus

madhemya nmânahê madhemât arâthraot apa sritô

78. La place régulière du Zaotar sera au milieu de la maison,... 1 .

79. stuiukhtish hâvanânô dâityô-gâtush

dashinem upa srakhtim frataràm baresman aparàm âthrô.

haoyât hê naêmât âsnatârsh

âtravakhshahê dâityô-gâtush

dashanem upathrakhtem frataràm âthrô

fraberetarsh dâityô-gâtush

haomyâm upa srakhtim frataràn baresman

dashinât haê naêmât raêthwishkarahê

anaiwieretavô (H. — erezvôT.)gâtush aêtaâbereta Sraoshâvarezahê vîcarayatem.

§ 75. — 1. hôm-cî pdlâyat.

§ 76. — 1. Dans le raèthwish bajinô (cf. §66). Lire rathwish-karahê, raêthwayât.

§ 78. — t. « Appuyé (?) au milieu de l’arûthru » ; semble traduit zôt-ddn, « vase du zôl » ; serait-ce Vàldtgdh, la table qui supporte les ustensiles du zôt. porle les ustensiles du zôt. 79. La place régulière du Hâvanan sera au côté droit, en face du B ;iresman, loin du feu 1 .

A sa gauche est la place de l’Asnatar.

La place régulière de l’Atravakhsha sera au côlé droit, en face du feu. La place régulière du Frabaretar sera au côlé gauche, devant le Bares-

inan.

A sa droite est la place du Rathwishkara.

La place de l’Aberct et celle du Sraoshâvarez ne sont pas fixées, ils vont et viennent.

80. yêzica aêti ratavô anahakhti pairigayanti 1 zaota vîspa ratu thwâish rashayanti aêvadha âsnâthrat hâvaynânê raôthwayêiti®

zaota ana hakhtô parayât dàhishtâi arshvacastemâi zaothrem raêkhshaiti 4

81. yat aêvô zaota frayazâiti mayazdahê ain zaotarsh gâtava aêtaya myazdê aiwi-vaidhayêiti rathwaêca myazdaêca rathwaêca. vîspayâo sàcadhca ashaonô stôish yasnâica vahmâica khshnaothrâica

frasastayaêca.

zaotarsh gâtava Ahunem vairîm frasrâvayôit shyaothanô-tâitya hâvanaêibyô paiti— jahhôit hâvanânô gâtûm

§ 79. — 1. Traduction conjecturale : fratara, apara sont traduits frâjtnr min, lakhvânar min, « en avant de, en arrière de... » Si l’âsnatar est à gauche du hâvanan, il faut supposer que la disposition moderne (vol. I, pl. VI) diffère delà disposition ancienne et que les deux lignes de droite et de gauche ont été interverties. Mais en ce cas comment le hâvanan peut-il être à droite du zaotar ? La seule façon de concilier le texte avec les exigences de l’orientation est de supposer que les positions sont déterminées non d’après la place du zaotar, mais d’après celle de l’arâthru, de Vâlât-gâh.

§ 80. — 1. amat-cî olâshdn ân-âfrds bard sâtùnd (apc dastôbar).

2. zôt harvisp ratîhd gûmêzêl hamài kdr pâlàik.

3. bard min êvak àsnôtdr hâvanân vêsh ol zak gûmêzêl zak yahvûnêt amat zak jîvdk.

4. zôt anâfrds bard sdlûnêl apash daslôbaAhà o / old-i jîvdk li (?) rdst gavishntar min olàshàn a-h-v di zôtîh gûmêzêl. Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/250 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/251 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/252 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/253 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/254 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/255 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/256 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/257 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/258 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/259 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/260 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/261 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/262 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/263 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/264 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/265 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/266 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/267 Page:Annales du Musée Guimet, tome 24.djvu/268