Mozilla.svg

Le mystère des Mille-Îles/Partie III, Chapitre 5

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Éditions Édouard Garand (p. 35-36).

— V —


— Pour comprendre l’indignation que m’avait inspirée la proposition infâme des deux seuls hommes qu’auraient dû pourtant me protéger, il faut que je vous fasse connaître celui qu’on m’offrait pour deuxième époux.

« Edward McIntire était le fils d’une sœur de John, qui ne ressemblait en rien à son frère. Autant celui-ci était énergique, autant l’autre manquait de caractères. Autant John mettait de sérieux, de dignité et de noblesse dans la conduite de sa vie, autant sa sœur se livrait au plaisir, au désordre, à l’extravagance. Comprenez-moi bien : au point de vue des mœurs, elle était sans doute irréprochable. Mais c’était l’une de ces personnes chez qui l’instinct de la bohême ne meurt jamais ; qui vivent au jour le jour, au gré de leur fantaisie, toujours en déplacements, en projets fantastiques, en réalisations. Au demeurant, elle était très sympathique, car on la traitait naturellement en grand enfant. John l’adorait et lui fournissait sans se lasser des subsides imposants et néanmoins toujours insuffisants pour cette femme à la cervelle d’oiseau, qui ne se rendait pas bien compte des réalités de la vie et ne connaissait pas la valeur de l’argent.

« Restée veuve très jeune, elle avait donné à Edward l’éducation que vous imaginez. Ou, plutôt, elle ne l’avait pas élevé du tout. Ne s’étant pas remise de l’émerveillement ressenti à voir un fils sortir de sa chair, elle considérait cet enfant comme un être bien supérieur à elle et ne songeait qu’à obéir à ses caprices : on l’aurait bien étonnée en lui disant qu’elle avait le droit et le devoir de commander à ce petit bout d’homme.

« Le mieux qu’on pût espérer de ce manque d’éducation eût été de voir le rejeton marcher sur les pas de la mère et promener dans l’existence une fantaisie débridée, mais inoffensive.

« Malheureusement, Edward avait hérité de son père des instincts plus dangereux. Hyporite, vicieux, avide de toutes les débauches, il devint très vite un effréné viveur qui se vautrait dans toutes les fanges. Le plus clair de l’argent que John donnait à sa sœur servait à payer cette vie peu recommandable.

« Mon pauvre mari ne s’en était jamais aperçu et cet aveuglement fut peut-être la seule faiblesse du cher homme.

« Quant à moi, j’avais ouvert les yeux tout de suite.

« Et l’on voulait m’unir à ce jouisseur ? Vous comprenez qu’à cette idée, mon sang n’avait fait qu’un tour.