100 percent.svg

Les Amours (1553)/Poème 213

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 238).

Mon dieu que j’aime à baiser les beaus yeus
De ma maitresse, et à tordre en ma bouche
De ses cheveus l’or fin qui s’écarmouche
Si gaïement dessus deus petis cieus.

C’est, Amour, c’est ce qui lui sied le mieus
Que ce bel œil, qui jusqu’au cœur me touche,
Et ce beau poil, qui d’un Scythe farouche
Prendroit le cœur en ses nous gracieus,

Ce beau poil d’or, et ce beau chef encore
De leurs beautés font vergoigner l’Aurore,
Quand plus crineuse elle embellit le ciel.

Et dans cet œil je ne sai quoi demeure,
Qui me peut faire à toute heure, à toute heure
Le sucre fiel, & riagas le miel.