100%.png

Les Amours (1553)/Poème 24

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 27-28).

Tes yeus divins me promettent le don
Qui d’un espoir me r'enflame & renglace,
Las, mais j’ai peur qu’ils tiennent de la race
De ton aieul le Roi Laomedon.

Au flamboier de leur double brandon
De peu à peu l’esperance m’embrasse,
Ja prevoiant par le ris de leur grace
Que mon service aura quelque guerdon.

Tant seulement ta bouche m’espovante,
Bouche vraiment qui prophéte me chante

Tout le rebours de tes yeus amoureus.

Ainsi je vis, ainsi je meurs en doute,
L’un me rapelle, & l’autre me reboute,
D’un seul objet heureus et malheureus.