Les Chroniques de Sire Jean Froissart/Prologue

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

PROLOGUE.


Ci commencent les Chroniques que fit messire Jean Froissart, qui parlent des nouvelles guerres de France et d’Angleterre, de Bretagne, d’Escosse et d’Espagne, lesquelles sont divisées en quatre parties.


Afin que honorables emprises et nobles aventures et faits d’armes, lesquelles sont avenues par les guerres de France et d’Angleterre, soient notablement régistrées et mises en mémoire perpétuelle, par quoi les preux aient exemple d’eux encourager en bien faisant, je veux traiter et recorder histoire et matière de grand’louange.

Mais ains que je la commence, je requiers au Sauveur de tout le monde, qui de néant créa toutes choses, qu’il veuille créer et mettre en moi sens et entendement si vertueux que, ce livre que j’ai commencé, je le puisse continuer et persévérer en telle manière que toux ceux et celles qui le liront, verront et orront y puissent prendre ébatement et plaisance, et je encheoir en leur grâce.

On dit, et voir est, que tout édifice est ouvré et maçonné l’une pierre après l’autre, et toutes grosses rivières sont faites et rassemblées de plusieurs ruisseaux et fontaines : aussi les sciences sont extraites et compilées de plusieurs clercs, et ce que l’un sait, l’autre ne sait mie ; non pour quant rien n’est qui ne soit sçu ou loin ou près. Donc ainsi, pour atteindre et venir à la matière que j’ai emprise de commencer, premièrement par la grâce de Dieu et de la bénoite Vierge Marie dont tout confort et avancement viennent, je me veux fonder et ordonner sur les vraies chroniques jadis faites et rassemblées par vénérable homme et discret seigneur monseigneur Jean le Bel, chanoine de Saint-Lambert de Liége, qui grand’cure et toute bonne diligence mit en cette matière, et la continua tout son vivant au plus justement qu’il pût, et moult lui coûta à acquerre et à l’avoir. Mais, quelques frais qu’il y eut ni fit, rien ne les plaignit ; car il étoit riche et puissant, si les pouvoit bien porter ; et de soi même étoit large, honorable et courtois, et qui volontiers voyoit le sien dépendre. Aussi, il fut en son vivant moult ami et secret à très noble et douté seigneur monseigneur Jean de Hainaut[1] qui bien est ramentu, et de raison, en ce livre ; car de plusieurs et belles avenues il en fut chef et cause, et des rois moult prochain ; par quoi le dessus dit messire Jean le Bel put de-lez lui voir et connoître plusieurs besognes lesquelles sont contenues en suivant.

Voir est que je, qui ai empris ce livre à ordonner, ai, par plaisance qui toudis m’a à ce incliné, fréquenté plusieurs nobles et grands seigneurs, tant en France comme en Angleterre, en Escosse, en Bretagne et en autres pays, et ai eu la connoissance d’eux ; si ai toujours à mon pouvoir enquis et demandé du fait des guerres justement et des aventures qui en sont avenues, et par espécial depuis la grosse bataille de Poitiers, où le noble roi Jean de France fut pris, car devant ce j’étois encore moult jeune de sens et d’âge ; et ce nonobstant, si empris-je assez hardiment, moi issu de l’école, à rimer et à dicter les guerres dessus dites, et pour porter le livre en Angleterre tout compilé, si comme je fis ; et le présentai adonc à très haute et très noble dame madame Philippe de Hainaut[2] roine d’Angleterre, qui liement et doucement le reçut de moi et m’en fit grand profit.

Or peut-être que ce livre n’est mie examiné ni ordonné si justement que telle chose le requiert ; car faits d’armes, qui si chèrement sont comparés, doivent être donnés et loyalement départis à ceux qui par prouesse y travaillent. Donc, pour moi acquitter envers tous, ainsi que droit est, j’ai emprise cette histoire à poursuir sur l’ordonnance et fondation devant dits, à la prière et requête d’un mien cher seigneur et maître, monseigneur Robert de Namur, seigneur de Beaufort[3], qui je veux devoir amour et obéissance ; et Dieu me laist faire chose qui lui puisse plaire !

  1. Jean était frère cadet de Guillaume Ier, dit le Bon, comte de Hainaut, et ayait eu en partage les seigneuries de Beaumont, de Valenciennes et de Condé. Il mourut le 11 mars 1356.
  2. Fille de Guillaume Ier, comte de Hainaut, et nièce de Jean.
  3. Issu des comtes de Flandre de la maison de Dampierre, et seigneur de Beaufort sur Meuse et de Renais. Il mourut le 18 août 1392.