100 percent.svg

Les Consolations (Sainte-Beuve)/« À Francfort-sur-le-Mein l’on entre, et l’on s’étonne »

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


XXII

SONNET


À Francfort-sur-le-Mein l’on entre, et l’on s’étonne
De ne voir qu’élégance, éclat, faste emprunté ;
Ô Francfort, qu’as-tu fait de ta vieille beauté ?
Marraine des Césars, où donc est ta couronne ?

Mais plus loin, à travers l’or faux qui t’environne,
Ton église sans flèche, au cœur de la cité,
Monte, comme un vaisseau par les vents démâté ;
Et sa tête est chenue ; et comme une lionne

Qui, des ardents chasseurs repoussant les assauts,
Tient contre elle serrés ses jeunes lionceaux,
La tour tient à ses pieds toutes les vieilles rues,

Et sur son sein les presse, et, debout, les défend :
Et cependant le Siècle, immense et triomphant,
Déborde et couvre tout de ses ondes accrues.


Octobre 1829.