Les Doïnas/XXIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chant des Brigands (première édition 1853)
Traduction par J.-E. Voïnesco.
Les DoïnasJoël CherbuliezLittérature roumane (p. 82-84).




XXIII

CHANT DES BRIGANDS


L’été passe, l’hiver arrive et la forêt semble plus clairsemée ; il vente bien fort le jour, il fait bien froid la nuit. Ah ! la vie est dure, mes pauvres frères !

Tant que durera ce long hiver, qu’allons-nous devenir, hélas ! loin de la forêt, privés de soleil, manquant d’argent, et sans espoir de rencontrer des Ciokoï ?

Saute sur la branche desséchée de ce grand arbre, ô corbeau, cher petit corbeau, et regarde bien à l’horizon : n’aperçois-tu point quelque voyageur ;

Quelque voyageur à la bourse garnie et la tête enveloppée d’un châle, pour que j’essaie encore mon pauvre fusil rouillé, et que j’amasse un peu d’argent pour l’hiver ?

Hélas ! bois profond, mon frère chéri, qu’as-tu fait de ton feuillage épais où j’ai si souvent fait le guet à l’ombre, et si souvent chanté des doïnas héroïques ?

L’été passe, l’hiver arrive, et toi, mon bois mystérieux, te voilà desséché ! Il passe, l’été, et comme toi je me suis dépouillé de mes fleurs.

Le voici de retour, le temps du travail laborieux ; il faut dégarnir la ceinture de ses armes ; il faut abandonner le sentier de la forêt et remettre sa tête sous le joug.

Oh ! printemps adoré, que ne peux-tu apparaître à ma voix pour que je reparaisse à mon tour bravement dans le pays, ayant mes franches coudées.

Je mettrais alors mon bonnet sur l’oreille et laisserais mes cheveux flotter au vent, et je m’étendrais à terre dans mon vieux sentier de la forêt pour faire le guet.

Et je sentirais de nouveau mon fusil sur mon épaule, et je verrais reluire à ma ceinture cinq bons pistolets incrustés d’argent, ainsi que mon kangiar si beau !

Et je caresserais joyeusement le cou nerveux et la riche crinière de mon coursier intrépide, et je le ferais courir tout le long de l’horizon lumineux, et je lui dirais :

« Fuis comme le vent, vole comme la pensée, ô mon coursier sans pareil, car enfin notre tour est revenu ; il est revenu, le beau temps de l’année passée.

« À nous les forêts et les vallées, à nous qui sommes jeunes et vaillants ; allons fermer la route aux neferi, allons jeter la terreur dans l’âme des Ciokoï. »