Les Français dans l’Ouest canadien/000

La bibliothèque libre.
Éditions de la Liberté (p. i-ii).

PRÉFACE


Le passé lointain se présente à notre examen, sous les dehors attrayants de la légende. Tout ce que notre mémoire est incapable de nous révéler directement, et tout ce qui se perd en quelque mesure dans la brume des siècles exercent habituellement sur notre imagination un attrait singulier. Pour cette raison sans doute une bonne majorité des historiens remonte obstinément les degrés du passé, sans vouloir accorder un regard sur les époques plus rapprochées. Aussi, quand un écrivain de qualité consent à s’écarter de cette funeste pratique et nous présente un portrait soigné de personnages que les plus âgés d’entre nous auraient pu normalement rencontrer, estimons-nous qu’il mérite une révérence spéciale. Tel est le cas de Monsieur Donatien Frémont.

Cet excellent historien, après nous avoir donné un ouvrage à la fois documenté et brillant sur deux aventureux personnages, Radisson et Groseillers, s’efforçant de justifier au moins partiellement leurs actes si souvent mal inspirés, a eu le sentiment qu’il y avait d’autres champs à exploiter et méritant les honneurs de la lumière. C’est pourquoi il a consacré récemment toute son attention à dépeindre « Les Français dans l’Ouest Canadien », ce territoire immense comme la steppe, et pénétré d’une étonnante poésie.

Évidemment, il ne pouvait songer à refaire après tant d’historiens la vie de sacrifices et d’héroïsme de La Vérendrye, tant de chercheurs ayant déjà suivi ses glorieuses traces, et ayant exalté ses hauts faits et sa noble endurance. Par contre l’histoire des colons venus de France au Manitoba et dans les autres provinces de l’Ouest canadien n’avait pas encore été tentée, alors qu’il y avait pourtant tellement à dire sur ces hommes courageux, inspirés pour la plupart par des sentiments d’une rare élévation. Littéralement enchanté par ces existences qui par moments rappellent par leur qualité et par leur générosité les hauts faits des croisés, Monsieur Donatien Frémont s’est attaché à les faire revivre.

Nous lui devons une immense gratitude pour nous avoir donné une idée exacte des gestes courageux et admirables de tant de héros, modestes, fameux par leur étonnante patience, ayant tous de l’audace et méritant d’occuper une place de choix à côté de leurs prédécesseurs en Nouvelle-France. Mais pourquoi retarderais-je plus longtemps le plaisir que vous éprouverez certainement en vous familiarisant avec l’émouvante épopée des seigneurs de l’espace, qui, après avoir accompli de nobles tâches, se sont effacés devant les générations montantes, celles-ci toutes prêtes à bénéficier de leurs efforts et de leur perspicacité.


Serge de Fleury,
Consul de France à Winnipeg.