Les Grandes Chroniques de France/IX/Charles IV le Bel

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Jules ViardHonoré Champion, libraire de la Société de l’histoire de France (tome 9p. 1-65).



LES GRANDES CHRONIQUES DE FRANCE





CAPÉTIENS



CHARLES IV LE BEL


Le premier chapitre, comment le roy Charles fu departi de sa femme pour cause de fillolage ; et espousa Marie fille Henri jadis emperere de Rome.

Le secont, d’une dissencion qui mut entre le roy d’Angleterre et ses barons.

Le iii, comment le roy anglois envay Escoce.

Le iv, comment Loys filz le conte de Nevers fu receu en hommage de la conté de Nevers.

Le v, comment Jourdain de Lille fu trainé et pendu au gibet de Paris.

Le vi, d’un chat noir qui fu mis en i escrin en terre, en i quarrefour, par sorcerie.

Le vii, comment le sire de Parthenay fu accusé de heresie.

Le viii, comment Galeace conte de Melan desconfist la gent du pape en bataille, et comment la royne de France mourut.

Le ix, comment dissencion mut entre le duc de Baviere et Federic pour l’Empire ; et après, d’une grant dissencion qui mut entre les gens du roy de France et les gens du roy d’Angleterre en Gascoigne.

Le x, comment le pape geta sentence de privacion d’Empire contre Loys de Baviere.

Le xi, comment la royne d’Angleterre vint en France, suer le roy de France Charles, et son filz Edouart avec lui.

Le xii, comment le conte de Flandres pourchaça traïson contre son oncle messire Robert ; et comment ledit conte fu pris et mis en prison.

Le xiii, comment la royne Jehanne fille de noble prince Loys jadis conte d’Evreux fu coronnée à Paris en la chapelle du palais, et comment Ysabel, la royne d’Angleterre prist congié à son frere et s’en ala vers Angleterre.

Le xiv, de la bataille qui fu entre le conte de Savoie et le dauphin de Vienne.

Le xv, comment le roy de France, Charles, mourut au bois de Vinciennes.


I.
Comment le roy Charles fu departi de sa femme pour cause de fillolage, et après espousa Marie fille Henri jadis emperere de Rome[1].

Après la mort du roy Phelippe le lonc, regna sus les François Charles le Bel son frere. Au commencement de son royaume, il escript au pape comme pour cause de cognacion espirituelle, laquelle estoit entre li et Blanche sa femme, fille de Mahaut contesse d’Artois, laquelle contesse, mere de la devant dicte Blanche, avoit levé et tenu sus fons le roy Charles ; et ainsi, selon les drois canons, le mariage estoit nul ; meisemement que dispensacion n’avoit pas esté faite ne requise au Saint Pere, qu’il li pleust à pourveoir de remede competent et convenable. Laquelle chose, le pape, entendue, il commist à l’evesque de Paris[2], à l’evesque de Biauvez[3] et à messire Geffroy du Plessie[4] prothonotoire de la court de Rome, qu’il enqueissent diligeaument de la verité[5] ; et ce qu’il auroient trouvé, denonçassent et feissent savoir à la court de Rome[6].

L’an de grâce mil CCC XXII, la veille de l’Ascension[7], le pape, diligeaument enformé que ladicte contesse d’Artois, mere de la dicte Blanche, avoit levé des sains fons le roy Charles[8], pourquoy entre lui et sa ligniée, il avoit cognacion espirituelle, donna sentence que ou cas que dispensacion n’avoit esté donnée du Saint Pere, le mariage de Charles et de Blanche estoit nul, et donna congié au roy qu’il peust prendre autre femme. Si prist à femme Marie[9] fille Henri jadis emperere de Rome, et l’espousa à Provins, le jour de la feste saint Maci l’apostre[10].

En cel an, environ la Chandeleur, le conte de Nevers[11] fu delivré de prison ; lequel, comme il fust venu à Paris acoucha de une grief maladie qui fu causée, si comme aucuns dient en la prison où il fu mis ; et de celle maladie il mourut puis fu enterré aus Freres Meneurs l’endemain de la Madgalene[12], et ainsi la contesse sa femme retorna à son heritage ; c’est assavoir la conté de Restel, de laquelle conté, ledit conte, en son vivant ne vouloit que elle en joisist combien que le roy li eust assignée pour porcion, et avec ce, deust avoir la moitié de la conté de Nevers pour son douaire.

Assez tost après, Robert le conte de Flandres mourut[13]. Et Loys[14], filz du conte de Nevers, qui avoit espousée et prise à femme la fille au roy Phelippe[15] derrenierement trespassé, de la volenté des communes de Flandres, lesquelles communes avoient juré que il n’auroient autre, fu fait et establi conte de Flandres, non obstant que Robert[16] filz du conte de Flandres et frere au conte de Nevers, eust occupé les chastiaux et les foreresces de Flandres par l’aide du conte de Namur, en alant encontre son sairement qu’il avoit fait et promis au roy quant il maria sa fille à l’aisné filz son frere le conte de Nevers. Si fu le sairement tel et la promesse, que se le conte de Nevers mouroit avant son pere le conte de Flandres, que la conté de Flandres venroit à Loys son filz, après la mort du conte de Flandres, et non pas à son frere Robert. Ceste convenance jura à tenir ledit Robert et l’approva, et renonça à tout le droit qu’il pooit jamais avoir en l’eritage de la contée de Flandres. Ceci aussi jurerent les comunes de Flandres ; [17]et pour ce, après la mort au conte de Flandres, ne vouldrent autre accepter que Loys filz au devant dit conte de Nevers. Ainçois manderent au roy et segnefierent que s’il prenoit et recevoit autre à hommage que ledit Loys, fust certain qu’il prendroient par devers eulz le gouvernement de la conté de Flandres. Et pour ce, pristrent les Flamens le conte de Namur[18] qui ledit Robert soustenoit comme son oncle et le mistrent en prison. Lequel Robert, quant il vit que les Flamens orent mis le conte de Namur en prison, s’en vint en France, pour ce qu’il n’osoit pas bonnement demourer au pays[19] ; puis fist ledist Loys hommage au roy de la conté de Flandres. Mais Mahy[20], frere le duc de Lorraine, qui avoit à femme la suer du conte trespassé[21], laquelle n’avoit pas renoncié à son droit et devoit succeder comme hoir plus prochain à son pere, si comme elle disoit, s’opposa en toutes manieres ; pourquoi le roy ne voult accepter l’ommage du conte, ainçois li fist inhibicion qu’il ne se portast pour conte, ne receust aucuns hommages jusques atant que sentence fust donnée sus les choses dessus dictes[22]. Au derrenier, manderent les communes de Flandres au dist Loys qu’il venist seurement à eulz, et il seroit receu comme leur seigneur. Laquelle chose il fist et vint à eulz ; lesquiex le reçurent comme conte a grant honneur. Et combien qu’il le refusast, ce sambloit, reçut-il les hommages des barons de Flandres, et premierement du conte de Namur ; puis le delivra de la prison aus Flamens qui pris l’avoient, si comme il est devant dit.


II.
D’une dissencion qui mut entre le roy d’Angleterre et ses barons[23].

En ce temps mut entre le roy d’Angleterre et pluseurs de ses barons une moult grant dissencion ; desquiex barons estoit chevetaine et principal le conte de Lencastre[24], noble homme et moult puissant en Angleterre, et oncle du roy de France de par sa mere, et germain du roy d’Angleterre de par son pere. Quar comme le roy d’Angleterre vousist entroduire en son royaume aucunes nouvelletez indeues encontre le bien de tout son peuple et du royaume d’Angleterre, laquelle chose il ne pooit faire sanz leur consentement, si comme il disoient, et meismement qu’il le reputoient et tenoient pour ydiot et non souffisant au gouvernement du royaume ; il se rebellerent contre li, en tant que division se fist des barons d’Angleterre, dont les uns nourrissoient la partie du roy, et les autres la leur ; par quoy toute Angleterre fu mise en grant tribulacion et meschief. Et avint que un chevalier d’Angleterre, nommé Andri de Karle[25], qui desiroit à plaire au roy, espia en la ville de Burbugue[26] le devant dit conte de Lencastre et le prist malicieusement avec pluseurs autres barons ; lequel il admena avec ses prisoniers et presenta au roy d’Angleterre. En celle prise mourut et fu occis sus le pont de la ville devant dicte le conte de Harefort. Après ce que le conte de Lencastre et les autres barons orent esté presentez au roy, il envoia les barons en diverses prisons[27] ; et au conte de Lencastre, après ce qu’il ot esté confessié, oy sa messe et reçut le corps Jhesu Crist ou sacrement de l’autel, fist la teste couper[28], et en une abbaïe qui estoit près le fist porter et enterrer. Auquel sepulcre, si comme pluseurs raconterent, Nostre Seigneur monstra puis moult de miracles et fait encore[29].

Et puis le roy d’Angleterre, en recompensacion du service qu’il avoit receu du devant dit chevalier Andri de Karle, donna à ycelui la conté de Karleel où il y a pluseurs chastiaux et forteresces. Mais ycelui chevalier Andri, pensant en soy meismes que longuement demourer en Angleterre ne li seroit pas seure chose, se transporta en Escoce, et s’alia et ferma aliances à Robert de Bruz, qui en ce temps estoit roy d’Escoce, et li promist à rendre la conté de Karleel qui li avoit esté donnée et à prendre sa suer à femme par mariage.


III.
Comment le roy d’Angleterre envay Escoce[30].

En cest année meismes, le roy d’Angleterre, avec grant plenté de gent d’armes qu’il avoit assamblé, entra en Escoce et gasta le pays tout environ jusques au chastiau de Pendebourc[31], qui vaut autant à dire en françois comme le chastel aus pucelles, et ne pot passer en avant pour vitaille qui deffailloit en l’ost. Si convint qu’il se retournast ; si renvoia son ost jusques à une montaigne que on appelle Blanquemore[32], emprès laquelle y a une abbaïe[33] ; en celle se loga la greigneur partie de son ost, et le roy tendi ses paveillons i pou loing de eulz ; si estoit la royne avec li, qui de près le suivoit. Quant le roy se fu ainsi logié, il donna congié à son ost et cuida bien estre asseur, car il estoit bien à xxiiii lieues loing de ses anemis. D’autre part, aussi en la dicte abbaïe estoient logiez messire Jehan de Bretaigne[34] conte de Richemont, monseigneur de Suly[35], avec bonne compaignie ; lesquiex estoient venuz en message au roy d’Angleterre de par le roy de France.

Ore avint, ne demoura guères que Andri de Karle dessus nommé, segnefia aus Escos qu’il venissent seurement et qu’il trouveroient le roy d’Angleterre desgarni de son ost et de sa gent. Lesquiex quant il orent ce oy et sceu que c’estoit verité, aussi comme gens forsenés et entalantez de eulz vengier, en une nuit et i jour chevauchierent et errerent tant qu’il vindrent près de l’abbaïe où estoient logiez monseigneur Jehan de Bretaigne et la compaignie devant dicte qui mengoient et estoient à table. Et comme il leur fust dit que c’estoient les Escos qui venoient touz armés sus le roy d’Angleterre, à paine le pooient-il croire, ne vouloient. A la parfin quant il sorent ainsi qu’il estoit voir, il pristrent leurs armes et s’armerent, puis se mistrent noblement en conroy pour eulz deffendre et vouldrent garder i pas estroit afin que les Escos ne peussent avoir passage. Et comme de premiere venue il le deffendissent viguereusement et meissent à mort pluseurs Escoz, toute voies ne porent-il resister à la grant multitude qui estoit des Escoz ; mais il convint qu’il se rendissent, ou autrement eulz et toute leur compaignie eussent esté occis et mis à mort.

Quant le roi d’Angleterre oy dire que les Escoz venoient si asprement, si fu moult troublé en cuer, car il n’avoit avec li que trop pou de gent ; et pour ce, neccessité le contraint de li departir tost et ysnelment ; si s’en parti tantost, et la royne avec sa gent s’adresça vers i chastel très fort assis sus une roche qui joint à la mer[36], et se mist ilec à garant. Un pou après la royne se doubta que elle ne fust assigiée des Escoz ou des Flamens ; si prist courage d’omme et se mist en mer où elle ot moult à souffrir et fu en moult de perilz li et sa gent, et tant que une des damoiselles y mourut et une autre enfanta d’enfant avant son terme. Toute voies, à l’aide de Dieu, elle arriva seurement au port d’Angleterre.

Après toutes ces choses il vint à la cognoissance du roy que messire Andri de Karle avoit fait venir les Escos et faite celle traïson. Si le fit espier le roy de toutes pars tant qu’il fust pris et admené devant lui[37]. Quant il le tint, il en fist telle justice. Il fu premierement atachié à la queue de ii roncins et trainé, puis fu ouvert aussi comme i pourcel, et prist-on sa braielle, c’est-à-dire ses boiaus et ses entrailles et les ardist-on devant lui, puis li copa l’en la teste, et après fu pendu par les espaules. Au derrenier il fu despendu et devisié en iiii pieces, et furent les pieces, l’une ça, l’autre là, aus iiii maistres citez d’Angleterre portées et pendues[38], tant pour espoenter comme pour donner exemple aus autres de eulz garder de faire traïson à leur seigneur, ou chose samblable[39].

Depuis le roy de France escript à Robert de Bruz qui se tenoit pour roy d’Escoce, qu’il li rendist le seigneur de Sulli lequel il avoit envoié en Angleterre comme messagier et non mie contre les Escoz. Si le rendi au roy de France franchement sanz nulle raençon ; mais le conte de Richemont ne voult en nulle maniere delivrer.

En ce temps Loys filz le conte Loys de Nevers vint de Flandres à Paris. Et pour ce qu’il ala en Flandres et reçut les hommages contre l’inhibicion que le roy li avoit faite, il fu arresté au Louvre[40]. Mais i pou après, en donnant caucion, fu delivré et relaschié. La cause de la conté de Flandres pendoit en ce temps en parlement, à savoir mon qui succederoit au conte Robert derrenierement mort et trespassé. Si fu dit et jugié par arrest, considerées les convenances qui avoient esté faites et confermées par serement pour Loys filz du conte de Nevers, et fu à la partie adverse imposé silence perpetuelle. Et ainsi le roy le reçut en hommage[41] et fu mis en possession paisible de la conté de Flandres. [42]Quant il fu retorné en Flandres paisiblement, il fist pais à sa mere laquelle, par mauvais conseil il avoit moult corrouciée par avant. Car comme elle fust hoir de la conté de Restel[43] et mise en possession et saisine, il occupa et prist à soy i chastel en l’Empire assis, qui a non Chastiau Renaut[44], pour lequel ravoir, sa mere y envoia gens d’armes a plenté. Et à l’encontre, le filz envoia contre sa mere monseigneur Jehan de Hainaut[45] a grant compaignie pour empeeschier son propos. Si s’en failli pou que les ii oz n’assamblerent ; mais la mere se departi, c’est-à-dire fist departir ceulz que elle avoit envoiez pour ce que elle ne les vouloit pas metre en peril de mort.


IV.
Comment Loys filz le conte de Nevers fut receu en hommage de la conté de Flandres.

[46]Ainsi retint le filz le chastel contre sa mere. Toute voies li rendi-il après ; mais nulle restitucion ne li fist des despens que elle avoit faiz de son douaire, aussi que elle devoit avoir plus droit que la conté de Nevers il li assigna le moins que il pot ; c’est à savoir iiim et iiiic livres de tournois, comme selon la coustume du pays elle deust avoir eu la moitié de la conté. Et ainsi, comme dit est, ledit Loys, filz le conte de Nevers, fu mis en possession de la conté de Flandres[47].

[48]Le roy Charles déceu par le conseil d’aucuns qui n’aiment pas le profit commun, si comme son pere, mua ses monnoies[49] en son temps, ainsi mua-il la seue de fort à foible, dont pluseurs domages s’ensuivirent ou roiaume et ou peuple. En Alemaigne, les dux en controversie esleuz[50] pour estre emperere, s’entreguerroioient par feu et par rapines.


V.
Comment Jourdain de Lille fu trainé et pendu au gibet de Paris pour ses meffaiz[51].

L’an mil CCC XXIII, un des nobles hommes de Gascoigne, très noble de linage, mais très desordené en fais et en meurs, appellé Jourdain de Lille[52], à qui le pape Jehan, pour raison de la hautesce de son linage, avoit donné sa niece à mariage[53], comme commune renommée courut contre li et fu accusé devant le roy pour ses grans meffaiz, desquiex il fut convaincu et ataint, car il ne se pot purgier ne excuser. Le roy, à la priere du pape Jehan qui li avoit escript qu’il le vousist espargnier, ceste fois li pardonna xviii articles qui avoient esté proposées contre li, pour chascun desquiex il avoit esté jugié digne de mort. Lequel Jourdain, metant en oubli la grâce et le benefice que le roy li avoit fait, en riens du monde ne s’amenda, mais aussi comme devant et pis encore, commença à maufaire ; c’est à savoir, roberies, homicides, efforcier femmes, vierges despuceller, estre rebelle au roy. Dont il avint que i sergant du roy qui avoit sa mace esmailliée de fleur de lis qui sont les armes de France, et la portoit avec soy comme sergant d’armes ont de coustume, il le tua de sa mace meismes[54], et ne tint conte de faire tieux mauvaistiez ne tieux fais. Il avoit, si comme on disoit, moult de mauvaise merdaille, robeurs, murtriers et telle maniere de gens qui roboient et despoulloient les bonnes gens, clers et lays, et puis li aportoient ce qu’il avoient pillé et robé. Longuement mena telle vie, tant que plaintes et clameurs derechief en vindrent au roy ; pourquoy le roy li manda qu’il se venist excuser devant lui et devant ses barons. Lequel quant il entendi le mandement vint a grant arroy à Paris et a grant orgueil ; et vindrent avec lui pluseurs contes et barons qui, en tant comme il pooient, le seurportoient et excusoient. D’autre part vindrent contre li pluseurs autres nobles hommes ; c’est à savoir le marquis d’Ancône[55] qui avoit esté neveu le pape Climent et ses filz avec lui, et moult d’autres barons et grans seigneurs qui proposoient contre li moult de mauvaistiez et de torfaiz ; lesquiex il offrirent à prouver, se ainsi estoit qu’il les vousist nier. Et ledit Jourdain respondi que tout ce qu’il li metoient sus, le roy li avoit pardoné. Mès, non obstant sa response, il fu prouvé que après le pardon et la remission le roy qu’il li avoit faite, il avoit fait pluseurs faiz par quoy il estoit digne de mort ; pour lesquiex il fu mis en prison en Chastelet[56] ; et puis de Chastellet il fu mené devant les seigneurs de Parlement[57] accompaignié de gens d’armes, et ylec, selon les merites de ses fais, fu jugié à estre digne de mort. Lors fu pris derechief et mené en Chastellet, et le samedi viie jour de may[58], fu trayné à queues de chevaux et pendu au gibet de Paris au plus haut, vestu des draps du pape Jehan dont il avoit espousée la niece.

A la Penthecouste ensuivant[59], la royne Marie[60] femme du roy Charles et suer du roy de Boesme[61] fu coronnée en la chapelle du roy à Paris presens son dit frere et son oncle l’arcevesque de Treves[62], a grant multitude de nobles hommes d’Alemaigne[63].

En ceste année meismes, saint Thomas d’Aquin[64], de l’ordre des Freres Prescheurs, noble de lignage selon le monde, et excellent docteur en theologie, examinacion faite de sa vie, de ses meurs et des miracles aussi que Dieu, par sa debonnaireté avoit fait ou faisoit pour lui, veu le procès et enquestes sur ce diligeaument faites et approuvées par le collège de Rome ; le pape, par le consentement de ses freres les cardinalz, le canoniza et ordena la sollempnité de sa feste à certain jour ; c’est à savoir le quinziesme jour de juignet.


VI.
D’un chat tout noir qui fu mis en I escrin en terre, en I quarrefour, par sorcerie[65].

En ceste année aussi, avint que i abbé de Cistiaux fu robé de merveilleusement grant somme d’argent. Si fist tant par la procuration d’un homme qui demouroit à Chastiau Landon[66] et en avoit esté prevost, par quoy on l’appelloit encore Jehan Prevost[67], que convenance fu faite entre lui et i mauvais sorcier, que on feroit tant que on saroit qui estoient les larrons, et comment il seroient contrains à faire restitucion, en la maniere qui s’ensuit. Premierement, il fist faire, à l’aide dudit Jehan Prevost i escrin, et metre dedenz i chat tout noir, puis le fist enterrer en une fosse aus champs, droit en i quarrefour et ordena sa viande, et mist dedenz l’escrin pour trois jours : c’est à savoir pain destrempé et moillié en cresme, en huille sainte et en yaue benoite. Et à celle fin que le chat ainsi enserré ne mourut, il y avoit ii pertuis en l’escrin et ii longues fistules qui seurmontoient la terre que on avoit gettée sus l’escrin, afin que par les fistules l’air peust entrer en l’escrin, par quoy le chat peust aspirer et respirer. Or avint que bergiers, qui menoient leurs brebiz aus champs, passerent parmi ce quarrefour si come il avoient acoustumé. Leurs chiens commencierent à flairier et à sentir le chat ; tantost trouverent le lieu où il estoit, lors se pristrent à fouir et à grater des ongles trop fort pour noient, fust une taupe ; si n’estoit nul qui les peust oster d’ilec. Quant les bergiers virent leurs chiens qui ne se vouloient mouvoir d’ilec, si s’approchierent et oyrent le chat miouler ; si furent moult esbahiz. Ainsi come les chiens gratoient touz jours, i bergier qui fu plus sage des autres, manda ceste chose à la justice qui tantost vint au lieu et trouva le chat et la chose ainsi comme elle avoit esté faite. Si se commença à merveillier trop grandement et plusseurs aussi qui estoient venuz avec lui. Et comme le prevost de Chastiau-Landon fu angoisseux et pensant en soy meismes comment il pourroit l’aucteur de si horrible malefice avoir ne trouver, car il savoit bien que ce fait n’avoit esté fait que pour aucun malefice faire ; mais à quoy, ne de qui ? il en estoit ignorant. Avint ainsi comme il pensoit en soy meismes et regardoit l’escrin qui estoit fait de nouvel, il appella touz les charpentiers de la ville et leur demanda qui avoit fait cest escrin. Après la demande faite, i charpentier se mist avant et dist qu’il avoit fait l’escrin à l’instance d’un homme que on appelloit Jehan Prevost ; mais, se Dieu li vousist aidier, il ne savoit à quel fin il l’avoit fait faire. Un pou de temps passé, ycelui Jehan Prevost fu pris par souppeçon, questioné fu et mis en gehine et tantost confessa le fait, puis accusa i homme qui estoit le principal, et qui avoit esté trouveur de faire ce malefice et ceste mauvaistié, appellé Jehan Persant. Après, il accusa i moine de Cistiaux qui estoit apostat estre especial desciple de celui Jehan Persant, l’abbé de Sarquenciaux[68] de l’ordre de Cistiaux, et aucuns chanoines rieulés[69], qui touz estoient complices de ceste mauvaistié, lesquiex furent pris, liez et menez à Paris devant l’official l’arcevesque de Sens et devant l’inquisiteur. Quant il furent devant eulz, on leur demanda à quel fin et pourquoy il avoient celle chose faite, et especiaument à ceulz que on savoit, par cuidier, qui estoient les maistres de l’art au deable. Il respondirent que se le chat fust demouré par trois jours ou quarrefour, après ces trois jours, il l’eussent trait hors et puis escorchié. Après, de la pel il eussent fait corroies, lesquelles il eussent tirées et aloigniées tant comme il peussent et nouées ensemble, si que elles feissent et peussent faire i cerne[70] en l’espace duquel i homme peust estre dedenz compris et contenu. Laquelle chose faite, celui qui seroit ou milieu du cerne, metroit tout premierement dedenz son derriere de la viande de quoy le chat avoit esté nourri, autrement ces invocations n’avroient point de effect et seroient de nulle value. Et ce fait, il appelleroit i deable appelé Berich, lequel vendroit tantost et sanz delay, et à toutes les demandes que on li feroit il respondroit et enseigneroit le larrecin et touz ceulz qui seroient principalz du larrecin et ceulz qui ce avoient fait. Et plus, il enseigneroit tout mal à faire, et aprendroit qui le demanderoit. Lesquelles confessions et droites diablies oyes, Jehan Prevost et Jehan Persant, come auteurs et principaux de ceste mauvaistié et malefice, furent jugiez à estre ars et punis par feu. Mais comme la chose fu targiée à faire et retardée, l’un des ii ; c’est à savoir Jehant Prevost va mourir, duquel les os et tout furent ars en poudre, en detestacion de si horrible crime ; et l’autre, c’est à savoir Jehan Persant, atout le chat pendu au col, fu ars et mis en poudre l’endemain de la saint Nicholas. Après, l’abbé et le moine apostat, et les autres chanoines rieulés, qui à faire ce malefice avoient administré la cresme et les autres choses, furent premierement degradés et depuis, par jugement droiturier, furent condampnez et mis en chartre perpetuel.

Et en cest an meismes, fu i moine de Morigni[71], i abbaïe emprès Estampes, qui par sa curiosité et par son orgueil voult susciter et renouveller une heresie et sorcerie condampnée, qui est nommée en latin Ars notoria, et avoit pensé à lui baillier autre titre et autre nom. Si est celle science telle que elle enseigne à faire figures et empraintes, et doivent estre differentes l’une de l’autre et assigniées chascune à chascune science ; puis doivent estre regardées à certain temps faiz en jeunes et en oroisons ; et ainsi, après le regart estoit espandue science, laquelle en ce regart on vouloit avoir et acquerir. Mais il convenoit que on nommast et appellast aucuns noms mescogneus, lesquiex noms on creoit fermement que c’estoient noms de deables ; pourquoy pluseurs celle science decevoit et estoient deceuz ; car nul n’avoit onques esté usant de celle science que aucun bien ou aucun fruit[72] en eust raporté ; noient moins ycelui moine reprouvoit ycelle sience, ja soit ce qu’il fainsist que la benoite Vierge Marie li fust apparue moult de foiz et aussi come li inspirant la science ; et pour ce, à l’onneur de li il avoit fait plusseurs ymages paindre en son livre avec plusseurs oroisons et caractères très précieusement de fines couleurs, en disant que la Vierge Marie li avoit tout revelé[73], lesquelles ymages appliquées à chascune science et regardées après les oroisons dites, la science que on requeroit estoit donnée ; et plus, car fussent richesces, honneurs ou delices que on vousist avoir, on l’avoit. Et pour ce que le livre prometoit telles choses et que il escouvenoit faire invocacions et escrire ii fois son nom en ce livre, et faire escrire le livre proprement pour soy, qui estoit cousteuse chose, autrement il ne li vaudroit riens s’il n’en faisoit i escrire à ses couz et à ses despens ; à juste cause fu condampné ledit livre à Paris et jugié comme faux et mauvais contre la foy crestienne, à estre ars et mis ou feu.


VII.
Comment le seigneur de Partenai fu accusé de heresie[74].

En cest an, avint en Poitou que le sire de Partenay[75], noble homme et puissant, fu accusé par devers le roy sus plusseurs cas de heresie de par l’inquisiteur qui estoit frere de l’ordre des Preescheurs. Lequel seigneur, quant il fu accusé, le roy a petite deliberacion, toutes voies comme bon crestien, le fist prendre et arrester touz ses biens[76] et metre en prison au Temple à Paris[77]. Après en la presence de plusseurs prelaz, clers de droit et grant multitude de gent, ledit frere qui estoit breton, appellé frere Morise[78], proposa, en la presence dudit seigneur de Partenay, moult d’articles touchants heresie et requist qu’il respondist et jurast de la verité. Lequel seigneur, au contraire, proposa moult de choses contre ledit frere, par lesquelles il affirmoit li non estre digne de l’office d’inquisiteur, ne ne voult respondre ne jurer, ainçois appella à court de Romme de son audience, se aucune estoit.

Lors le roy quant il entendi ce, non voulant audit seigneur clorre la voie de droit, ses biens premierement restituez, il l’envoia à la court bien acompaignié de bonne garde. Et comme il fust venu en la presence du Saint Pere, et ledit inquisiteur eust proposé contre ledit seigneur les articles autrefoiz proposez, le pape li assigna autres auditeurs, et commanda à l’inquisiteur que se aucune chose autre il vouloit proposer avec, il le proposast devant eulz : et ainsi, selon la coustume de Romme, la cause demoura à court bien et longuement.

En la fin de cest an, Loys le conte de Flandres fu receu très noblement en la ville de Bruges et donna aus bourgois plusseurs franchises et libertez ; pour quoy il firent très grant joie en la recepcion de sa personne. Mais, entre les autres choses, souverainement leur desplaisoit que, le conseil des Flamens mis arriere, il usoit du conseil à l’abbé de Verzelay[79] filz jadis de Pierre Flote qui fu occis à Courtrai avec le bon conte d’Artois, Robert, l’an mil CCC et II ; lequel abbé, pour la mort de son pere, il reputoient estre anemi des Flamens, en telle maniere que se aucune chose estoit ordenée en la conté de Flandres, combien que elle fust justement et bien ordenée, s’il sceussent que elle fust ordenée par ledit abbé et la chose ne venist à leur desir et à leur volenté, il disoient que faussement et mauvaisement avoit esté faite et ordenée. Dont il convint que le conte, comme contraint et contre sa volenté, renvoiast l’abbé en son abbaïe.

Et en ce meismes temps fu et ot grant dissencion en la ville de Bruges[80] ; car comme le conte eust assise une taille assez grieve es villes champestes d’entour Bruges et à Bruges aussi, et les collecteurs l’eussent levée trop plus grande que elle n’avoit esté assise, avint que les païsans et les bonnes gens forains furent merveilleusement esmeuz et corrouciez ; si s’assamblerent et orent parlement à ceulz de Bruges du moien estat, lesquiex avoient esté grevez meismement par les hommes riches de Bruges. Et quant il se furent conseilliez ensemble, il ordenerent que par toutes les villes, à certaine heure, il sonneroient la cloche et seroient prèz et appareilliez sanz nul deffaut et bien armez. Ainsi firent comme il avoient ordené ; et quant il furent touz prèz, il entrerent soudainement en la ville de Bruges avec i chevetaine qu’il avoient fait entre eulz, et occistrent et mistrent à mort des gens au conte et plusseurs des gros et des riches de la ville de Bruges.


VIII.
Comment Galeace conte de Milan desconfist la gent du pape en bataille, et comment la royne de France mourut[81].

Après la mort de Mahy[82] le visconte de Milen, succeda et ot la visconté Galeace[83] son filz, chevetaine des Guibelins. Encontre ce Galeace envoia le pape le roy Robert[84], le cardinal de Poget[85] et monseigneur Henri de Flandres[86] frere du conte de Namur, et fu chevetaine de moult de gent d’armes ; lequel chevetaine Henri assambla et ajousta aus gens d’armes qu’il avoit, les Guelphes, lesquiex entre Plaisance et Milen assamblerent encontre ycelui Galeace en champ de bataille. Forte fu et aspre la bataille[87] ; si fu occis le frere au cardinal, et le cardinal s’enfui tost et isnellement quant il vit la desconfiture. Aussi monseigneur Henri qui estoit chevetaine se retraist honteusement, et fu grant piece que on disoit qu’il estoit mort ; mais après, il apparut qu’il s’estoit sauvé cautement. Si fu la victoire de celle bataille aus Guibelins, et furent mis à mort des Guelphes mil et vc personnes.

Environ la miquaresme, aussi comme le roy s’en retornoit des parties de Tholouse et il fust venu à Ysoudun, une ville qui est en Berry, la royne qui le suivoit et qui estoit grosse, avant qu’il fust temps d’avoir enfant, elle enfanta i filz[88] i moys avant son terme ou environ ; lequel tantost après qu’il fut baptizié mourut ; et aucuns jours aussi passez, mourut la royne, et fu enterrée à Montargis en l’eglise des suers des Frères Prescheurs[89].


IX.
De la dissencion qui fu entre le duc de Baviere et Fedric pour l’Empire. Et après, d’une grant dissencion qui mut entre les gens du roy de France et les gens du roy d’Angleterre en Gascoigne[90].

En l’an après, mil CCC et XXIIII, moult de roberies, pilleries, rapines et arsures furent faites entre les électeurs de l’empire de Rome pour la cause de l’esleccion faite en descort et celebrée. En la fin, fu assigné d’une partie et d’autre jour de bataille à plain champ ; c’est à savoir le derrenier jour de septembre. Si ot le duc de Baviere[91] de sa partie le roy de Boesme[92] ; et le duc d’Osteriche Fedric[93] avoit d’autre part grant multitude de Sarrazins et de Barbarins, lesquiex il mist ou front de la bataille ; et estoit ducteur de celle compaignie Henri[94] frere dudit duc d’Osteriche. Encontre ceulz fu le roy de Boesme et ot la premiere bataille. Quant il furent assemblez, si ot trop grant estour et trop fort chapleis de une part et d’autre et merveilleux, tant que en la fin les Barbarins et les Sarrazins furent tuez et occis. Le roy de Boesme en raporta glorieuse victoire et une honnorable journée. Si fu pris en celle bataille Henri le frere du duc d’Osteriche. Le jour ensuivant qui fu le premier jour d’octembre, se combati le duc de Baviere encontre le duc d’Osteriche Fedric[95], lequel il prist avec plusseurs autres nobles barons et occist avec grant partie de sa gent ; le duc d’Osteriche et son frere Henri pris, Henri se delivra tantost de sa rençon ; il donna au roy de Boème pour sa raençon xim mars d’argent fin esprouvé et li restitua une terre laquelle le pere de ce Henri, c’est assavoir, Aubert, le roy des Romains, avoit osté par violence au roy de Boesme. En celle terre estoient xvi bonnes forteresces, que citez que chastiaux, bien fermées, avec plusseurs autres villes champestres qui ne sont pas mises ou nombre. Ceste terre reçut le roy de Boesme avec le nombre d’argent dessus dit de Henri frere le duc d’Osteriche, et puis le delivra de sa prison franchement. Mais non obstant la prise de Fedric duc d’Osteriche, Leopod son frere et ses autres freres ne cesserent de guerroier le duc de Baviere par plusseurs guerres et batailles continuelz ; si n’osta mie la prise du devant dit Fedric la guerre, mais agrega et acrut de jour en jour.

[96]En ycest an meismes, le roy Charles, après la mort de la royne Marie qui estoit suer du roy de Boesme, prist à femme Jehanne[97], sa cousine germaine, fille de noble prince, jadis conte d’Evreux, messire Loys de France frere au pere du roy Charles et par consequent son oncle ; si fu requise dispensacion au Saint Pere pour affinité de linage, laquelle fu donnée et ottroiée.

En ce temps fu en Gascoigne grant dissencion entre les gens du roy de France et les gens du roy d’Angleterre ; car le sire de Monpesat[98] edifia une bastide[99] de nouvel en la seigneurie du roy d’Angleterre. Et comme question en fust meue et debat entre les gens du roy de France et les gens du roy d’Angleterre, à la parfin sentence fu donnée pour le roy de France et fu celle bastide garnie des gens du roy de France, et apliquiée à son droit et à sa seigneurie. Dont il avint que le seigneur de Monpesat, comme triste, dolent, despit et courroucié de ce fait, appella en son aide le seneschal au roy d’Angleterre, et assaillirent a grant force de gent ycelle bastide, et firent tant qu’il entrerent dedenz par violence, et eulz entrez, touz ceulz qui estoient de la partie au roy de France mistrent à l’espée et pendirent des greigneurs et destruirent la bastide et acraventerent jusques à terre. Touz les biens qu’il trouverent pristrent et emporterent au chastel de Monpesat. Ce fait et ces choses venues à la cognoissance du roy, jasoit ce que par soy meismes, sanz requerir autre, il se peust bien estre vengié de l’injure et de la vilennie qui li avoit esté faite ; noientmoins, li voulant toutes ces choses faire par rayson, segnifia au roy d’Angleterre que l’injure qui li avoit esté faite en sa terre li fust amendée. Adonc, le roy d’Angleterre envoia en France Aymes[100], cousin germain au roy de France de par sa mere, avec noble chevalerie d’Angleterre et li donna pooir d’accorder, de traitier et de confermer tout entierement sus le fait de l’amende que le roy de France requeroit à avoir. Lors quant il furent venuz, le roy de France voult et requist pour l’amende que le seneschal et le sire de Montpesat avec aucuns autres qui avoient à ce fait esté et donné conseil à ce malefice et mauvais fait faire et perpetrer, li fussent bailliez, et avec ce le chastel de Montpesat rendu. Les Anglois oyrent la requeste du roy, et quant il virent que le courage du roy ne se vouloit à autre amende flechir ne accorder, si se consentirent faintement à la volenté du roy. Et comme il s’en vousissent retourner en Gascoigne, il envoia avec eulz i de ses chevaliers appellé messire Jehan d’Erbloy[101], afin que en sa presence fust faite ou non du roy de France l’execucion de l’amende. Mais avant qu’il venissent au terme où il devoit aler, les Anglois distrent audit messire Jehan qu’il s’en retornast se il ne vouloit perdre la teste, lequel s’en retourna au roy et li conta et dist comment les Anglois l’avoient moquié, et comment il garnissoient les forteresces et les chastiaux et s’appareilloient de tout leur pooir à guerroier. Quant le roy ot oy ces nouvelles, il reputa Gascoigne estre forfaite à lui par droit, et justice devoir estre apliquiée, tant comme pour ce qu’il avoit cité le roy d’Angleterre et semons à certain lieu et jour où il devoient touz ii estre, et l’avoit le roy d’Angleterre accepté, mais il ne vint ne envoia, tant aussi pour ce que la composicion de l’amende dessus dite, laquelle Aymes frere du roy avec plusseurs nobles de sa compaignie, avoient accordé, ne voult metre à execucion. Et pour ce, le roy envoia en Gascoigne son oncle messire Charles de Valois conte, avec Phelippe[102] et Charles[103] filz dudit conte, et messire Robert d’Artois conte de Biaumont le Rogier a grant multitude de gens d’armes esleuz, environ la feste de la Madgalene[104] ; lequel messire Charles, quant il fu venu à Agien, la cité se rendi tantost sanz bataille et sanz cop ferir[105], combien que le roy d’Angleterre les eust grandement encouragié à eulz tenir fors contre le pooir du roy de France. Mais il ne firent riens especiaument pour ii causes : la premiere, qu’il leva une taille d’argent en la cité qui merveilleusement les greva ; la seconde, qu’il mena avec soy une fille de la ville qui estoit très gracieuse et très belle, dont les bonnes gens furent touz malmeuz contre li.

Après vint le devant dit Aymes à une grant ville et fort qui est appellée la Riole[106]. Et comme il les eust encoragiez de eulz forment tenir contre le pooir de France, il s’en voult aler à Bordiaux ; mais les abitans de la Riole li distrent car se il s’en aloit, il en seroient moins fors encontre l’ost de France qui venoit sus eulz ; si ne s’en osa aler, ainçois demoura afin que par son absence la ville ne fust plus legierement prise.

Quant le conte de Valoys entendi que le frere du roy d’Angleterre avec ses Anglois estoit à la Riole, il aproucha de la ville pour la assegier[107]. Si en ot aucuns de l’ost, desquiex le seigneur de Saint Florentin[108] estoit chevetaine et ducteur, qui estoient deputez à garder les issues et les entrées, qui se combatirent à ceulz de la Riole et ceulz de la Riole à eulz. Mais il furent chaciez et embatuz arriere en la ville, par quoy noz gens furent encoragiez et s’approchierent plus près des portes. Ceulz de la ville apperçurent leurs anemis entalentez de eulz mal faire, issirent à greigneur nombre et quantité qu’il n’avoient fait devant ; et nostre gent françoise viguereusement les reçurent, si les enchacierent comme devant ; mais pour ce qu’il s’aprochierent trop près des portes, il furent seurpris et vaincus. En celle bataille fu occis le seigneur de Saint Florentin[109] et pluseurs autres nobles et non nobles, dont le conte de Valois, messire Charles, fu merveilleusement corroucié et irié, et fist drescier ses engins et ses perrieres, et assega la ville de toutes pars, et en telle maniere que ceulz de dedenz ne pooient bonnement issir ne entrer sanz grant peril de leurs corps et de leurs vies, car il faisoit geter à ses engins grosses pierres dedenz la ville qui quassoient les murs et abatoient et froissoient les maisons. Aussi avoit-il fait faire eschafaux qui joignoient aus murs, par quoy on se pooit combatre à ceulz dedenz main à main. Et quant ceulz de la ville se regarderent et virent en si grant peril comme de perdre corps et biens, il envoierent embassateurs pour traitier de pais, laquelle fu ordenée en telle maniere[110] : premierement la ville seroit rendue, et des habitans de la ville ceulz qui vouldroient estre encore souz la seigneurie du roy d’Angleterre, s’en iroient ailleurs querre habitacion, sauf leurs corps et leurs biens ; secondement, ceulz qui vouldroient demourer en la ville, feroient serement de loyauté à tenir du roy de France, et d’obeir aus gardes que on y mettroit. Ces choses accordées, le frere du roy d’Angleterre et neveu du conte de Valoys messire Charles de par sa mere, fu laissié aler en Angleterre parler au roy pour savoir s’il vouldroit tenir les convenances qu’il avoient promises au roy à Paris. Se le roy d’Angleterre les tenoit, pais seroit tenue et fermée ; se non il devoit retorner à son oncle messire Charles pour le presenter au roy de France et en faire sa volenté. Et afin que on y eust seurté de lui et que on fust seur de sa retournée, on retint en hostage iiii chevaliers d’Angleterre, en telle condicion que s’il ne retournoit on leur coperoit les testes et seroit la guerre comme devant. Et avec ce, furent trives donées jusques à la Pasque ensivant[111]. Ainsi se parti le frere du roy d’Angleterre et vint à Bordiaux, et puis passa en Angleterre, dont aucuns murmuroient contre messire Charles de Valoys grandement et disoient qu’il le deust premierement avoir admené au roy ou atendu la volenté du roy avant qu’il li eust donné congié de passer en Angleterre. Toutes voies, par la bonne poesté et chevalerie dudit messire Charles, fu prise la Riole, et le chastel de Monpesat abatu et arrasé par terre, dont le seigneur estoit n’avoit gueres trespassé, selon ce que aucuns creoient, de doleur et de tristesce. Et ainsi fu ramenée toute Gascoigne en la seignourie du roy sanz moien, excepté Bordiaux, Baionne et Saint Sever qui se tindrent et demourerent souz la seignourie du roy d’Angleterre. Depuis, à la femme et aus enfans du seigneur de Monpesat furent renduz tous leurs heritages, par telle condicion qu’il les recognoistroient perpetuelment ou temps avenir à tenir du roy de France. Si commanda le roy que la bastide que les Anglois et le seigneur de Monpesat avoient destruite fust toute nueve refaite et repairiée.

[112]En cest an, commanda le pape, en vertu d’obedience aus prelaz, evesques et à touz autres religieux qui ont office et pooir de preeschier, que le procès qu’il avoit fait contre Loys de Baviere il preeschassent et publiassent en leur sermons ; desquiex procès la cause fu ceste.


X.
Comment le pape geta sentence de privacion d’Empire contre Loys de Baviere[113].

Comme l’emperere Constantin eust donné à l’eglise de Rome et à Saint Silvestre la dignité de l’Empire perpetuelment à tenir et possider es parties d’Occident, lequel est establi à estre ordené par i prince seculier esleu par les electeurs d’Alemaigne qui à ce faire sont ordenez et deputez, desquiex l’eslection, combien que elle soit justement faite et celebrée, doit estre offerte à l’examination de la court de Rome, et la persone de l’esleu doit estre examinée en la foy crestiene, et savoir de lui se elle a entencion de garder et deffendre de tout son pooir les drois de l’Eglise. Et après ces choses, receu du Saint Pere le serement de l’emperere, le pape le doit confermer et li enjoindre l’office et l’administracion de l’Empire. Lesquelles choses, en l’eslection dudit Loys de Baviere furent defaillans et delaissiées, car les esliseurs eslurent en discort, et y ot contradicion ; car les uns eslurent Loys duc de Baviere et les autres Fedric duc d’Osteriche. Et ainsi, chascun voult prendre à soy et usurper le droit de l’Empire par force d’armes ; dont il avint qu’il se combaitrent ; si fu pris le duc d’Osteriche, comme dit est dessus[114] et sa bataille desconfite ; et tantost Loys de Baviere se va faire coronner et usurper les drois de l’Empire en soy appellant roy des Romains semper Augustus en ses lettres et ordenant des choses qui apartiennent à emperere deuement ordené et establi et confermé, ou grant prejudice et déshonneur de la court de Rome et de toute sainte Eglise ; laquelle chose, pape Jehan, non aiant pooir de ceste chose dissimuler, meu à juste cause et contraint en conscience, fist semondre ledit duc de Baviere qu’il venist à li respondre sus les choses devant dictes. Lequel au terme qui li estoit assigné ne vint ne comparut, mais envoia tant seulement iii procureurs qui autre chose ne raporterent de la court fors que le terme de la citation ou de la semonse fu aloignié jusques à trois moys. Auquel terme ledit Loys, ne par lui ne par autre ne vint à court ne se comparut, ne aussi ne donna aucune response ; et pour ce le Saint Pere voiant sainte Eglise estre ainsi desprisiée, commanda, en vertu de sainte obedience à touz prelaz, barons et à touz autres, que nul en ceste rebellion ne li prestast aide, conseil ne faveur encontre sainte Eglise, ne ne fust appellé emperere[115] ; ainçois absoloit touz les vassaux du serement de feauté, se aucun li en avoient fait ou se aucuns li en devoient : et quiconques iroit contre le commandement du Saint Pere, s’il estoit prelat, fust suspendu de son estat, s’il estoit lay qu’il fust escommenié et sa terre mise en entredit. Mais avant que le pape getast ceste sentence, il attendi encore, comme debonnaire pere fait son enfant, l’espace de trois moys pour veoir s’il retorneroit à obedience de sainte Eglise. Lequel Loys de Baviere mettant tout en nonchaloir fist pis que devant en appelant contre le pape au concile à venir, en le diffamant et en opposant articles de heresie, et li appellant herite, et disant que à li nul n’estoit tenu d’obeir pour ce qu’il avoit fait une drecetale en laquelle il condampnoit une heresie qui maintenoit que Jhesu Crist et ses disciples n’avoient riens eu en commun, qui est apertement contre le texte de l’euvangile qui dit le contraire en plusseurs lieux. Pour tiex faiz desordenez geta le pape sa sentence devant dicte de privacion de Empire et de serement des barons, comme dit est[116].

En celi temps fist le pape preeschier que quiconques iroit combatre contre Galeace et ses freres jadis filz Mace le visconte de Melen, lesquiex estoient condampnez comme hereses[117], il aroit aussi grant pardon et indulgence comme ceulz qui vont oultre mer contre les Sarrazins et les mescreans. Item, pape Jehan condampna, du consentement de touz les cardinaux, l’erreur et l’eresie de ceulz qui disoient et dient que Jhesu Crist[118], tant comme il fu en ce monde ça aval en terre devant sa passion, ne les apostres aussi, n’orent nulle riens terrienne qui fust leur. Et de ceste erreur issoit une autre, que nient avoir simplement, en general ne en especial, ne en propre ne en commun, est plus grant perfection de avoir aucune chose en commun. Et ceste erreur fu condampnée avec l’autre.

[119]En la fin de cest an, messire Charles conte de Valois, oncle du roy, quant il fu venu en France[120] après ce qu’il ot donné trives jusques à Pasques prochaines à venir, le roy tantost s’appareilla pour aler en Gascoigne pour y faire la Pasque et pour commencier la guerre, Pasques passées[121]. Mais sa suer, la royne d’Angleterre vint à lui en France[122] et fist tant que les trives furent esloigniées jusques à la feste saint Jehan[123], afin que on peust faire aucun bon traitié et aucun bon accort par quoy il y eust bonne pais entre les ii roys[124].


XI.
Comment la royne d’Angleterre vint en France, suer le roy de France Charles, et son filz Edouart aveques lui[125].

L’an de grâce mil CCC XXV, la royne d’Angleterre, suer au roy de France Charles, qui estoit venue en France et avoit admené avec lui Edouart son ainsné filz[126], fist tant, que embassateurs furent envoiez au roy d’Angleterre, lesquiex firent tant que le roy d’Angleterre promist à venir prochainement en France, et feroit hommage au roy en la cité de Biauvez de la duchiée d’Aquitaine et de la terre de Pontiu.

En ce temps estoit la royne de France Jehanne ençainte d’enfant, pourquoy on attendoit à moins de ennui la venue du roy d’Angleterre ; car on avoit esperance que les ii roys fussent ensemble ou temps de la nativité de l’enfant, et esperoit-on, selon ce que aucuns austronomiens avoient pronostiqué, que ce seroit i filz, et pensoit-on que le roy d’Angleterre en sa venue en auroit grant joie. Mais Dieu qui ordene des choses si comme il li plest, ordena autrement que opinion humaine n’avoir fait ; car i pou après elle enfanta une fille[127], et fu son premier enfant. Et comme le roy d’Angleterre eust dit et mandé plusseurs foiz qu’il vendroit au roy de France en certain lieu en son royaume, comme dit est dessus, et feroit tout ce qui sembleroit bons aus pers de France, il mua, ne scai par quel esperit, son propos, et donna à son ainsné filz qui estoit ja en France, tout le droit qu’il avoit et pooit avoir en la duchiée d’Aquitaine, en laquelle duchiée est contenue Gascoigne, lequel en fist tantost hommage au roy de France, à la requeste de sa mere.

Après i pou de temps, le roy d’Angleterre manda à la royne sa femme qui estoit en France, que elle s’en retornast à lui en Angleterre[128], mais elle ne s’i voult pas bien accorder ; car le roy d’Angleterre avoit un conseilleur en son hostel appellé Hue le Despensier, au conseil duquel le roy adjoustoit plaine foy sur toutes choses, qui n’amoit pas moult la royne. Et pour ce elle se doubtoit, se elle retornoit si tost en Angleterre, qu’il ne li pourchaçast domage et vilennie ainsi comme il avoit autre foiz fait ; si eslut à demourer en France. Et come elle sceut bien que le roy d’Angleterre ne li envoieroit ne deliverroit pas ses despens tant pour lui comme pour sa famille, elle renvoia touz ses chevaliers en Angleterre et ses escuiers aussi, exceptez aucuns que elle retint avec aucunes damoiselles ; et ainsi demoura une partie du temps en France[129]. Mais tant que elle y fu, le roy qui vit bien que elle estoit de sa volenté arrestée et demourée en France, comme bon frere doit faire à seur, li administra pour lui et pour sa famille, tant comme elle fu en France, toutes ses neccessitez de bon cuer et de bonne volenté[130].


XII.
Comment le conte de Flandres pourchaça traïson contre son oncle messire Robert, et comment ledit conte fu pris et mis en prison[131].

En ce temps, avint que le conte de Flandres[132] fu en souppeçon de son oncle messire Robert de Flandres[133], et l’ot pour souppeçonneux qu’il ne machinast contre lui aucun mal ou en sa mort. Pourquoy il fist escrire unes lettres esquelles il mandoit aus habitans d’une ville qui est à iii liues de Lille en Flandres, que on appelle Wareston[134], en laquelle demouroit et faisoit residence ledit messire Robert, que ces lettres veues, il meissent à mort ledit messire Robert comme anemi du conte et de tout le pays. Mais il avint que avant que les lettres fussent sceellées, le chancelier du conte segnefia au dit messire Robert ce que le conte de Flandres avoit ordené à estre fait de sa personne ; lequel Robert, oy ce que le chancelier li signifioit, au plus tost qu’il pot se parti de la ville de Wareston et s’en esloigna tant comme il pot. Et ainsi, quant les lettres fu conte de Flandres furent aportées en la devant dicte ville, elles furent de nulle vertu et de nul effect. Si commencierent très grans haines et malevolentés entre ledit messire Robert et le conte, [lequel conte] pour ce que ses lettres n’avoient eu nul effect come dit est, fist prendre son chancelier et li demanda pourquoy il avoit revelé son secret et descouvert. Il respondi en la verité et dist : « Je l’ay fait afin que vostre honneur ne fust perie et que vous ne fussiez diffamez perpetuelment. » Nonobstant ceste response, le conte fist metre le chancelier en prison moult apertement et moult estroitement, et ne voult avoir la response agreable, combien que elle fust veritable.

[135]Assez tost après ces choses faites, avint i grief meschief au jeune conte de Flandres, duquel par aventure ses pechiez furent cause, et fu en la ville de Courtray. Comme il fust ordené par composicion entre le roy de France et les Flamens que pour les despens des guerres qu’il avoit eues, il li paieroient une grant somme d’argent, avint que le conte ordena que les communes des villes de Flandres ; c’est à savoir, de Bruges, d’Ypre de Courtray et des autres villes champestres paieroient celle somme d’argent. Si furent commis à la queillir aucuns des nobles hommes de Flandres et aucuns des greigneurs et des plus riches des devant dictes villes ; lesquiex estoient pour la partie du conte encontre toutes les communes devant dictes. Toutevoies il sambla aus communes que on avoit levé trop greigneur somme de deniers que l’en ne devoit au roy, et si ne savoient aussi se satisfacion en avoit esté faite par devers le roy ; pourquoy les gouverneurs des dictes communes requistrent au conte de Flandres que ceulz qui avoient esté collecteurs de celle grant somme d’argent, rendissent conte des receptes et des mises ; laquelle chose le conte fu refusant de faire, dont grant dissencion et grant descort s’esmut entre eulz : car les collecteurs qui se sentoient fors et puissans commencierent à traitier secretement avec le conte comment il pourroient humilier, sousmettre et abaissier ceulz qui vendroient de par les communes pour oyr le conte de l’argent qui avoit esté levé. Avec ce, orent aussi parlement aus riches bourgois et aus greigneurs de Bruges, d’Ypre et de Courtray, et se conseillierent ensemble. Si vindrent à Courtray en la ville, et supposoient que ceulz des communes venissent à eulz pour requerir à oïr leurs contes et leurs receptes ; et estoit leur entencion, quant il fussent venuz, qu’il les eussent pris et puis eussent fait de eulz leur volenté. SI avoient eu tel conseil qu’il bouteroient le feu dedenz les forbours de la ville de Courtray, afin quant il venissent, qu’il ne trouvassent où eulz mettre fors en la ville, et ainsi les prendroient plus legierement. Le conseil fu acordé ; si bouterent le feu es forbours. Mais ce qu’il avoient malicieusement pensé contre leurs prochains, Dieu tourna sur eulx ; car le feu si s’espris si fort et de tel façon que nonmie seulement il ardi les forbours, mais ardi forbours et ville tout ensemble. Laquelle chose voianz les habitanz de Courtray et cuidans que ceste chose eust esté faite par traïson tant du conte comme de sa gent, ceulz qui premierement estoient de son aide et de sa part se vouldrent armer contre li asprement et viguereusement ; et jasoit ce que d’une part et d’autre y eust plusseurs de mors, et tuez et d’occis, noientmoins le fort de la bataille chei sur le conte de Flandres et sur les siens, en tant que plusseurs se sauverent par fuite. Si y fu tué messire Jehan de Flandres[136], autrement dit de Neele ; le conte de Flandres fu pris et v chevaliers et ii nobles damoisiaux, qui touz ensamble furent bailliez à ceulz de Bruges et mis en prison[137]. Et les greigneurs de Bruges, avec les comunes des villes d’entour, excepté ceulz de la ville de Gant, eslurent à souverain seigneur monseigneur Robert de Flandres, anemi mortel du conte de Flandres, si comme il est dit dessus, lequel, quant il ot la seigneurie, mist hors le chancelier de la prison le conte de Flandres et l’onnora en tant comme il pot, car par lui, il estoit eschapé de mort, comme dessus est dit.

En ce temps que les choses aloient ainsi en Flandres, les habitans de la ville de Gant qui estoient de la partie du conte et non pas de celui que les bourgois de Bruges avoient esleu à seigneur, s’armerent et furent de guerre contre ceulz de Bruges pour ce que il avoient mis en prison le conte. Si se combatirent ensemble[138] et tant qu’il en y ot occis de ceulz de Bruges près de vc, et toutes voies ne fu pas le conte delivré ne mis hors de prison. Dont il avint que environ ce temps, le roy envoia messages sollempniex à Bruges en eulz admonnestant et priant qu’il vousissent delivrer et mettre hors de prison le conte de Flandres[139]. Mais nonobstant le mandement du roy, les messages s’en retornerent sanz riens faire.

Entour la feste de la Magdalene et en tout l’esté devant et après, il fu grant secheresce[140], que par iiii lunoisons il ne chei ne ne plut yaue du ciel que on deust attribuer à ii jours. Et combien que l’esté fust très chaut et très sec, toute voies ne furent oyes ne veues tonnoirres ne foudres ne tempestes. Si furent les vins meilleurs en celle année, mais d’autres fruiz y fu pou.

En l’yver ensuivant, les froiz furent si granz que Saine gela en brief temps ii foiz, et si fort que les hommes et toutes manieres de gens aloient par dessus, et rouloit-on les tonniaus de vin par dessus la glace, tant estoit forte ; et que la glace fust forte, on le pot bien appercevoir au degeler, car quant la glace se dessevra et fendi, elle rompi en son descendre les ii pons[141] de fust qui sont sur Saine à Paris. Avec ce que yver gela fort, si fu-il plain de noif et nega grandement ; si durerent les noifs jusques à Pasques avant qu’il fussent toutes remises et fondues.

Ou moys de decembre acoucha malade griefment messire Charles conte de Valois ; si fu la maladie si grieve qu’il perdi la moitié de lui, et cuidierent plusseurs que en celle maladie il feist conscience de la mort Engorran de Marigni, lequel fu pendu, si comme aucunes gens dient, à son pourchaz par ce que on apperceust après. Quant sa maladie l’engrega, il fist donner une aumosne parmi la ville de Paris ; et disoient ceulz qui donnoient l’aumosne aus pouvres : « Priez pour messire Engerran de Marigni et pour messire Charles de Valoys. » Et pour ce qu’il nommoient avant le nom de messire Engerran que de messire Charles, plusseurs jugerent que de la mort messire Engerran il faisoit conscience. Lequel, après la longue maladie il mourut au Perré[142] qui est en la dyocese de Chartres le xe jour devant Nouel, et fu son corps enterré à Paris aux Freres Preescheurs et son cuer aus Freres Meneurs.

En cest an, plusseurs personnes de diverses parties du monde qui avoient oy dire et entendu que messire Loys conte de Clermont[143], qui puis fu appellé duc de Bourbon, devoit aler à Pasques prochaines venanz au Saint Sepulcre et visiter la Sainte Terre, encouragiez et meu de devocion, desirans d’aler oultre mer visiter le Saint Sepulcre et aorer aveques lui, vendirent leurs heritages et tout ce de quoy il pooient faire argent, et vindrent à Paris touz près pour partir la sepmaine peneuse. Et messire Loys regarda qu’il n’avoit pas bien prosperité pour parfaire son passage ; si fist preescher le jour du saint Vendredi aouré[144], en plain palais, qu’il n’entendoit pas à faire ce voiage ne passer la mer en celle année ; mais, l’année passée, venissent à Lyons sus le Rosne, et ilec leur seroit dit le port où les pelerins devroient apliquier. Lesquelles paroles oyes, plusseurs furent escandaliziez et plusseurs s’en moquierent. Et ainsi furent defraudez de leurs ententes ceulz qui avoient venduz leurs heritages et autres biens, et s’en retornerent en leurs contrées dolens et corrouciez.


XIII.
Comment la royne Jehanne, fille de noble prince Loys jadis conte d’Evreux, fu coronnée à Paris, en la chapelle du palays, et comment Ysabel, la royne d’Angleterre prist congié à son frere et s’en ala vers Angleterre[145].

L’an de grâce mil CCC XXVI[146], la royne de France, Jehanne, fille de messire Loys jadis conte de Evreux, a grant appareil et moult somptueux, fu coronnée à Paris en la chapelle le roy au palais[147].

En ce meismes an, la royne d’Angleterre Ysabel, suer du roy de France, qui se doubta se elle demouroit plus en France, que elle n’encourut la malivolence et l’indignacion du roy d’Angleterre son seigneur, prist congié à son frere le roy de France et s’en ala vers Angleterre. Quant elle se fu partie de Paris, elle chemina tant que elle vint à Pontigny[148], et ilec attendi nouveles de son seigneur et s’ordena à y demourer une piece.

En celle saison vindrent nouvelles au roy de France que le roy d’Angleterre avoit fait commandement, par tout son royaume, que on meist à mort touz les François qui estoient en Angleterre, et qu’il avoit pris à soy et confisquié touz leurs biens. Pour laquelle chose, le roy de France moult esmeu commanda que touz les Anglois qui estoient en son royaume fussent pris et leurs biens aussi ; laquelle chose fu faite en i jour et en une heure, c’est à savoir, l’endemain de la Nostre Dame en mie aoust. Si furent moult esbahiz les Anglois, et ne fu pas merveille, car il se doubtoient que aussi comme il avoient esté pris en i jour, qu’il fussent aussi en i jour touz mis à mort. Mais Dieu qui scet les choses mal ordenées ordener en miex, ordena tout autrement, car le roy fu enfourmé veritablement que tout ce que on li avoit donné entendant estoit faux ; c’est à savoir que les François eussent esté pris ne mis à mort en Angleterre. Et pour ce fist le roy de France tantost delivrer et metre hors de prison touz les Anglois ; mais de ceulz qui estoient riches leurs biens furent confisquiez ; ouquel fait touz les preudommes du royaume de France furent courrouciez et troublez et escandaliziez ; car au roy et en ses conseilliers apparut clerement la mauvaise tache et l’ort vil pechié d’avarice et de convoitise, dont plusseurs disoient et avoient, ce sambloit, cause[149] que les Anglois avoient esté plus pris pour prendre leurs escheoites que pour vengier l’injure et la vilenie du royaume.

La royne d’Angleterre qui avoit sejourné une espace de temps à Pontigni[150], se pensoit comment elle peust bonnement passer en Angleterre sanz domage et peril que elle y eust, ne son filz ne sa gent aussi, quar le roy d’Angleterre, par mauvais conseil, especiaument par messire Hue le Despensier[151], lequel estoit trop mal meu contre elle, si avoit mandé le roy par touz les pors d’Angleterre, que se elle y arrivoit, que elle fust prise comme celle qui avoit péchié ou crime de lese majesté. Et pour ce, la royne sachant la volenté du roy son seigneur, prist en sa compaignie messire Jehan de Haynau[152], noble chevalier et puissant en armes, qui avoit iiic hommes d’armes combatans, et arriva à i port[153] dont nulle personne du monde ne s’en donnoit de garde ; mais ce fu a grant meschief et a grant paine, dont une damoiselle enfanta d’angoisse avant son terme. Quant la royne fu arrivée à port, les Anglois et ceulz qui la gardoient de par le roy voudrent acomplir ce que on leur avoit commandé, et si ordenoient et disposoient tant comme il pooient ; mais la royne, comme sage et femme de grant conseil, sanz ferir cop de glaive ne d’espée, les apaisa en ceste maniere. Elle leur manda par amour et par amistié qu’il venissent parler à lui : il y vindrent ; eulz venuz, elle prist Edouart son filz entre ses bras et leur monstra en disant ainsi : « Biaux seigneurs », dit elle, « regardez cest enfant qui est à venir et à estre encore vostre roy et seigneur, se Dieu plaist. Si ne cuidiez mie que je soye entrée en Angleterre a gens d’armes pour grever ne domagier le roy mon seigneur ne le royaume ; mais y sui ainsi venue pour oster et extirper aucuns mauvais conseilleurs qui sont entour mon seigneur ; par lequel conseil mon seigneur est avuglé et afolé, et la pais du royaume et le royaume aussi empeeschié et troublé. Et au moins, se je ne les puis oster ne estreper, si est-ce bien m’entencion de la compaignie mon seigneur eulz, à mon pooir estranger et esloignier, afin que touz meffaiz soient corrigez et amendez, et le royaume d’Angleterre soit tenu et gardé en bonne pais et en bonne transquillité. » Quant les Anglois oïrent ainsi parler la royne et il orent aussi veu leur seigneur naturel entre les bras sa mere, toute leur male volenté fu muée en douceur et en debonnaireté, et la reçurent li et son filz a grant joie et a grant sollempnité et ceulz qui estoient aussi en sa compaignie. La royne, ainsi receue a grant joie en Angleterre, ceulz qui l’avoient receue, signifierent au roy que sa venue estoit paisible, et pour ce, il li supplioient que il la vousist recevoir doucement, debonnairement et benignement. Le roy qui estoit obstiné en son courage ne prist pas en gré la supplicacion, ainçois manda à la roine par grant desdaing, qu’il li desplaisoit en toutes manieres de ce que elle avoit osé entrer en Angleterre a gens d’armes, meismement comme il la tenist et affermast estre anemie du royaume. Ces choses oyes, la royne se garda miex que devant ; et tant comme elle pot, elle aquist l’amour et la faveur des barons et des bonnes villes, especiaument de la ville de Londres. Si fu le roy si envelopé de mauvais conseil, qu’il avoit la royne tant abhominable, combien que comme sa preude feme fust aprouchiée de li pour adebonnairir son courage, se elle peust, que en nulle chose, ne en nul lieu, ne la voult oïr ne veoir, dont les barons d’Angleterre orent indignacion contre lui, et si grant, qu’il s’armerent avec monseigneur Jehan de Hainaut et alerent en guerre contre le roy. Meismes entre les autres fu pris messire Hue le Despencier, et le roy a pou de gens se retraist en i très fort chastel assis es marches de Galle et d’Angleterre. Et comme il alast de chastel en autre, ou vousist aler, il fu pris d’aucuns barons par force et par aguet, et fu baillié au frere au conte de Lencastre qui avoit seurnom de Tort Col, pour ce que Thomas conte de Lencastre avoit esté decapité au commandement du roy. Lequel Tort Col le garda souz estroite garde jusques à la fin de sa vie, bien et diligeaument. Le roy ainsi pris et mis en prison[154], assamblée se fist à Londres des barons et des communes, les quiex, de commun accort et d’un consentement, jugierent digne d’estre privé de toute dignité et auctorité royal et, avec ce, de non de roy, Edouart nagueres roy d’Angleterre. Et ce fait, il coronnerent à roy son filz Edouart[155], combien que il refusast la coronne tant comme il peust, vivant son pere. Assez tost après, messire Hue le Despensier, par le jugement des barons, fu trainé à queues de chevaux, puis fu ouvert comme on euvre i pourcel, et ardi-on sa brueille et ses entrailles devant li, voiant ses iex, puis ot la teste coupée, et de son corps furent faites iiii pieces qui furent pendues aus iiii principaux villes d’Angleterre. Pluseurs autres aussi qui furent de sa sorte, furent en diverses manieres mis à mort. Entre les autres, on coupa la teste à un evesque qui estoit et avoit esté ami dudit messire Hue le Despensier et de son pere[156].

En cest an, envoia le pape en legacion en Lombardie messire Bertran de Poget[157] cardinal, et i pou après, lui fu adjoint à compaignon messire Jehan Gaytan[158], cardinal, afin qu’il deffendissent sainte Église contre les Guibelins et especiaument contre ceulz de la cité de Milan, pour rayson des quiex, le Saint Pere avoit la cité et tout le pays mis en entredit ; lequel il ne gardoient ne vouloient garder en aucune maniere. Et se aucun, especiaument religieus le vousist garder, il estoit contraint à laissier le pays et à fuir s’en, ou il escouvenoit qu’il souffrist griez tourmens, par quoy il couvenoit qu’il mourust. Si afferment aucuns que plusseurs furent occis, qui ne vouloient celebrer devant eulz, ne à eulz administrer les sacremens de sainte Eglise.

Le roy d’Angleterre Edouart, qui estoit en prison, mourut en ce temps[159] et ne fu pas enterré ou sepulcre des roys. Si fu son filz Edouart confermé à roy d’Angleterre, et fist paiz à Robert de Bruz, roy d’Escose, pour li et pour ses successeurs à touz jours mais[160].

De la mort au roy d’Angleterre, se elle fu avanciée ou non, Celui le scet qui de riens n’a ignorance : c’est Dieu[161].


XIV.
De la bataille qui fu entre le conte de Savoie et le dauphin de Vienne[162].

En ceste saison, entre le conte de Savoie et le dauphin de Vienne ot grant et fort bataille[163]. Si en y ot moult de tuez de la partie du conte et moult qui s’en fuirent avec le conte, et plusseurs qui furent pris ; en especial le frere du duc de Bourgoigne[164] et le conte d’Aucuerre[165]. Et ainsi le dauphin, qui avoit esté autrefoiz foulé du pere au conte de Savoie ot victoire glorieuse et honnorable en sa personne, jasoit ce qu’il samblast que la partie du conte fust greigneur et plus forte.

Loys de Baviere qui tenoit le duc d’Osteriche et Fedric son cousin germain en prison, estoit moult oppressé de bataille et de pilleries par Lespod frere du duc d’Osteriche et par ses autres freres[166]. Mès Nostre Seigneur qui mue les cuers des hommes si comme il veult, et en qui puissance sont non pas seulement les roys mais les roiaumes et toutes choses, mua le cuer du devant dit Loys envers le duc son cousin et enclina à misericorde si et en telle maniere qu’il li pardonna tout quanqu’il li avoit meffait ; et de la prison où il estoit li et plusseurs autres nobles qui estoient prisons[167] et chaitis, sanz priere, sanz argent et sanz raençon delivra et envoia, receu premierement son serement fait sus le corps Jhesu Crist, dont il reçut une partie et Loys de Baviere l’autre, que dès ore en avant, il li porteroit foy et loyauté tant comme il vivroit. Et ce fait, le duc d’Osteriche s’en retorna franc et quite avec sa compaignie en son pays, dont trop de gent se merveillierent comment ceste chose avoit esté faite, car ceulz de son propre conseil n’en savoient riens, ne personne vivant, excepté son confesseur.

En ce temps se departirent de Paris ii clers moult renommez : maistre Jehan de Gendun et maistre Martin de Pade[168], Lombart, anemis de sainte Eglise, adversaires de verité et filz d’iniquité, et vindrent en une ville d’Alemaigne appellée Norembergh[169]. Lesquiex, comme il fussent là venuz, aucuns qui estoient de la famille au duc de Baviere et les avoient veuz à Paris et oy dire de leur renommée, firent tant que, à leur relacion, il furent retenuz en la court du duc ; non pas seulement retenuz, mais receuz en la grâce du duc très familierement, dont il avint qu’il leur demanda moult amiablement. « Pour Dieu, dites moy quelle cause vous a meu à venir de la terre de pais et de gloire en ceste terre plaine de batailles, d’angoisses et de tribulacions ? » Il respondirent : « L’erreur que nous voions et regardons en sainte Eglise nous fait yci venir comme essilliez ; et pour ce que nous ne poons plus soustenir en conscience, nous sommes venuz à vous à garant, comme à celui à qui l’Empire est deu de droit, et à qui il apartient à corrigier les deffaus, les erreurs, et les choses desordenées metre et ramener en estat deu. Si devez savoir que l’Empire n’est pas sougiette à l’Eglise, quar il n’est pas doubte que l’Empire estoit avant que l’Eglise eust puissance ne seigneurie ; ne l’Empire aussi ne se doit pas riuler par les riules de l’Eglise, comme on treuve plusseurs empereres qui l’esleccion de plusseurs papes ont confermée, fait assamblée, auctorité par maniere de senne[170], et ottroié de faire diffinicion en ce qui apartenoit à la foy crestienne. Et se par aucun temps, l’Eglise avoit prescript aucune chose contre les franchises et libertez de l’Empire, nous disons que c’est injustement fait et malicieusement, et que l’Eglise l’a usurpé à tort et frauduleusement. Et ce que nous disons et tenons pour verité, nous sommez touz près de deffendre contre tout homme, et se mestier est, quelque torment souffrir et endurer, neis la mort. » Aus paroles desquiex, Loys de Baviere ne s’accorda pas du tout, ainçois trouva par les sages en droit que ceste persuasion estoit fausse et mauvaise, à laquelle se il se consentoit, comme elle sentist heresie, ce fait, il se priveroit du tout en tout du droit de l’Empire, et ainsi donroit au pape voie par quoy il procederoit contre li. Pour quoy il li fu conseillié qu’il les punisist, comme il apartient à emperere non pas seulement deffendre la foy et les crestiens, mais les herites effacier et estreper[171]. Lequel respondi ainsi, si comme on dit. « Ce ne seroit pas humaine chose de metre à mort ceulz qui nous suivent, especiaument ceulz qui ont pour nous laissié leur pays et leur fortune. » Si ne crut pas leur conseil, ainçois les tint près de soy en eulz honnorant de dons et d’autres choses, et leur commanda qu’il fussent en tout temps près de lui. Ces choses ainsi faites vindrent à la cognoissance du pape, lequel, après plusseurs procès par voie de droit faiz contre eulz, geta sentence d’escommeniement[172] sur eulz et sur ledit messire Loys ; laquelle sentence il envoia à Paris et aus autres lieux solempniex pour publier et denoncier.

En cest an, envoia le Saint Pere grant quantité de soudoiers en Lombardie contre Galeace de Milan et les Guibelins qui estoient escommeniez. Et quant il furent assamblez en guerre, touz ceulz du pape furent mis à l’espée, et s’en eschapa à paine celi qui estoit capitaine. Si fu moult courroucié le pape, jasoit ce que plusseurs deissent que à bon droit estoit ceci advenu au pape ; car l’Eglise ne use pas contre ses anemis de glaive materiel, et meismement que le pape avoit ce empris à faire sanz parler à ses freres les cardinalz. Et quant le pape se vit ainsi apovroié, si envoia par toutes les provinces du royaume de France, afin que les eglises et les personnes li aidassent à parfaire ses guerres. Laquelle chose le roy de France deffendi à faire[173], car onques mais n’avoit esté fait en son royaume. Mais le pape li rescript ; après, le roy considerant : Donne m’en je t’en donrai, il ottroia de legier ; dont li pape li donna le disieme des eglises à ii ans ensuivans[174], et ainsi sainte Eglise, quant l’un la tont, l’autre l’escorche.

En cest an meismes, gens nobles de Gascoigne qui estoient bastars, commencierent forment à envaïr le royaume de France[175]. Contre eulz fu envoié messire Aufour d’Espaigne cousin du roy, qui de chanoine et arcediacre de Paris s’estoit fait chevalier. Et combien qu’il despendist moult, il fist pou ou noient et s’en retorna en France pour une quartaine qui le prist, dont assez tost il mourut[176]. Les bastars, quant il sorent ceci, avec aucuns Anglois vindrent jusques à la cité de Saintes, qui est en Poitou, dont le chastel est très fort[177] et est au roy d’Angleterre, ouquel il entrerent et le defendirent longuement contre le conte d’Eu[178] et plusseurs autres nobles qui estoient en sa compaignie. Et comme il eussent eu plusseurs assaux, il se mistrent aus champs i pou loing de la cité et manderent au conte d’Eu jour et lieu assigné de bataille, qui volentiers l’acorda et vint au lieu qui leur estoit assigné au plus tost qu’il pot. Et quant les Anglois virent que le conte d’Eu s’estoit esloignié de la cité, il entrerent dedenz et la mistrent tout en feu et en flambe, sanz espargnier à eglise ne à moustier. Lors, le conte d’Eu et messire Robert Bertran mareschal de France, voians qu’il estoient deceuz, les poursuirent jusques en Gascoingne, en sousmetant avant eulz terres et villes au roy de France ; et tant alerent, que onques puis ne s’oserent monstrer ne apparoir leurs anemis.

En cest an, la royne de France, qui estoit ençainte d’enfant et reposoit au Chastiau-nuef[179] de costé d’Orliens, enfanta une fille[180] ; et assez tost après, sa premiere fille mourut.

En ce temps meismes le conte de Flandres, qui estoit en prison à Bruges fu delivré[181] par ceulz de Bruges meismes, eu premierement son serement ; c’est à savoir que les droiz, les libertez, les franchises et les coustumes de Flandres il garderoit loyaument sanz enfraindre ; et que, pour l’occasion de la prison, il ne feroit ou feroit faire mal à eulz ne à autre, car ce qu’il avoient fait, il avoient fait pour son très grant profit. Après il jura, (mais mauveisement tint son serement,) que en toutes ses grosses besoignes, il useroit especialment du conseil aus Flamens.


XV.
Comment le roy de France Charles, trespassa de ce siecle[182].

L’an de grâce mil CCC XXVII, manda le roy Charles au roy d’Angleterre que il venist faire hommage de la duchiée d’Aquitaine. Si s’excusa[183] le roy que bonnement n’i pooit venir pour la mort de son pere qui estoit mort nouvellement ; si l’ot le roy de France ceste foiz pour excusé.

En cest an furent à Paris plusseurs barons assamblez pour metre acort entre le conte de Savoie et le dalphin de Vienne. Et comme il ne peussent trouver matiere de pais, il s’en alerent sanz riens faire.

Messire Loys de Clermont voulant monstrer l’affection qu’il avoit à la Terre Sainte d’oultre mer, prist congié à Nostre Dame de Paris[184] et jura que jamais ne entreroit à Paris s’i[l n’]auroit parfait son voiage.

En ce temps fu acordé entre les roys crestiens[185] que touz marcheans portassent seurement leurs marcheandises de royaume en autre, et marcheandassent les uns aus autres, et fu ceci crié et publié en chascun royaume. Messire Aufour d’Espaigne, dont nous avons fait mencion l’an devant, mourut de la quartaine qu’il prist en Gascoigne, et fu enterré aus Freres Prescheurs à Paris.

Environ la fin d’aoust, Loys de Baviere qui se faisoit [appeler][186] emperere des Romains, combien qu’il fust escommenié du pape Jehan, et touz ceulz qui pour emperere le tenroient, vint à Rome[187] et fu receu a grant sollempnité ; si le coronnerent à emperere contre la volenté du pape.

Le jour de Noël, environ mie nuit, acoucha au lit malade le roy Charles, et la veille de la Chandeleur[188] mourut au Boys de Vincennes. Si fu son corps enterré emprès son frere à Saint Denis et son cuer aus Freres Prescheurs à Paris[189]. Et ainsi toute la ligniée du roy Phelippe le Bel, en moins de xiii ans, fu deffaillie et amortie, dont ce fu très grant domage.

Ci fenissent les croniques du roy Charles roy de France.

Ci après commencent les chapitres du roy Phelippe conte de Valois son cousin germain.

    Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 47 à 50, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 633-634. Cf. Continuation de Géraud de Frachet, t. XXI, p. 60 et 61, et p. 680, note 3, et Chronique parisienne anonyme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris et de l’Île-de-France, t. XI, p. 87, & 118, et p. 91, & 125.

  1. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 38 à 41, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 630 à 631. Cf. Continuation de la chronique de Géraud de Frachet, Ibid., t. XXI, p. 57-58, et Jean de Saint-Victor, Ibid., p. 675 à 678.
  2. Étienne de Bourret (20 août 1320 à sa mort, 24 novembre 1325).
  3. Jean de Marigny, évêque de Beauvais depuis le 8 janvier 1313, fut transféré à Rouen le 14 mai 1347.
  4. Geoffroi du Plessis, protonotaire de France, fondateur du collège du Plessis, se retira à Marmoutier en 1329 et fit son testament le 14 août 1332 (Ch.-V. Langlois, Geoffroi du Plessis, protonotaire de France, dans Revue historique, t. LXVII (1898), p. 70 à 83).
  5. Le ms. fr. 10132, fol. 404, ajoute : « En cel an meismes morut monseigneur Jehan de Clermont qui juré ot d’aler outre-mer avec son frere et fu enterrés aus Jacobins à Lyon et puis après il fu raportés aus Jacobins à Paris delès son pere. »
  6. Les procès-verbaux de cette enquête sont aux Arch. nat., J 682. Voir, à propos de cette enquête : Baluze, Vitæ paparum Aveniensium, éd. Mollat, t. II, p. 194.
  7. Le 19 mai. Voir à la Bibl. nat., nouv. acq. ms. fr. 23351. Procès de dissolution du mariage du roi Charles IV et de Blanche de Bourgogne (1321).
  8. Cf. J.-M. Richard, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne, p. 8.
  9. Marie de Luxembourg, fille aînée de l’empereur Henri VII et de Marguerite de Brabant.
  10. 21 septembre 1322.
  11. Louis de Flandre, fils de Robert III, comte de Flandre, était comte de Nevers par sa mère et comte de Rethel par sa femme Jeanne, fille unique de Hugues IV, comte de Rethel. Il mourut à Paris le 22 juillet 1322.
  12. 23 juillet 1322. D’après l’épitaphe de son tombeau, il serait mort le 22 juillet (E. Raunié, Épitaphier du vieux Paris, t. III, no 1191). Le ms. fr. 10132, fol. 404, ajoute ici :

    « Et lors sa fame tourna à son hyretage [la conté] de Retest ; et pour son doaire deust avoir1 la moitié de la conté de Nevers. De la mort de cest conte, fu dit par creance que l’en li eust donné en sa prison quelque chose par quoy sa mort eust esté avancié ; quar il pensoient bien que il estoit de tel

    1. Ms. « dont avoit ».

    conscience, que ce il eust vesqu longuement, que il n’eust tenu ne envers son pere, ne envers ceus qui tenu l’avoient nulles convenances, combien que il les eust jurées.

    « En cel meismes temps, li royz Karles prist à fame la suer du roy de Boaigne, jadis filz de l’emperere Henri et conte de Lucenbour, à Prouvins, le jour de feste saint Mahieu l’apostre, en septembre. Et de là, vindrent à Paris, le jour de la feste des reliques, qui est le derrenier jour de septembre, où la feste fu celebrée très sollempnéement ; et vindrent cilz de la ville de Paris jusques à Saint Denis encontre la roine à cheval et à pié en très nobles paremens.

    « En cel meismes jour trespassa Giraut Guete1, nez de Clermont en Avergne, qui par sa soutille malice, de petit estat estoit venu en si grant que il fu tresorier de Philippe le lonc. Mès commune renommée estoit que trop presumpcieus estoit et ourguilleus, en oubliant son prumier estat et en faisant assés de molestes et griez et inconveniens au peuple et aus nobles hommes. Dont li roy Karles qui vit son tresor comme tout vuit, mesmement comme son frere eust receu les disiesmes, ne n’avoit eu guerrez et poy avoit despendu et riens paié des grans debtes2, fist arester ledit Giraut et fist faire enqueste sus li, laquelle trouvée, il fu condempné à paier xiiiic millez livres, sans l’amende arbitraire. Et avec tout ce, pour miex savoir la verité dudit tresor et des griez que fait avoit, il fu mis en geynes diverses, si com l’en dit, dont il chei en [fievre] continue et moru en prison au Louvre. Et fu enterrez en l’Ostel-Dieu de la Magdalene povrement, du commandement du roy qui dit que

    1. Sur Giraud Guette, receveur de Champagne avant 1316, puis conseiller et trésorier de Philippe le Long, mort le 30 septembre 1322, voir : J. Rouyer, Giraut Guette, trésorier du roi Philippe le Long, Recherches historiques, dans Mélanges de numismatique (1877), t. II, p. 67 à 75 ; Journaux du trésor de Charles IV le Bel, à la table vo Giraudus Gueite et Lehugeur, Philippe le Long, roi de France, le mécanisme du gouvernement, p. 223 à 225, 232.

    2. Ms. « delices ».

    cilz qui muerent en prison roial ne doivent estre enterrés sollempnéement, pour quoi il n’appere que à tort aient esté pris ne emprisonnez. »
  13. Robert III dit de Béthune, comte de Flandre, mourut à Ypres le 17 septembre 1322.
  14. Louis Ier qui fut tué à Crécy le 26 août 1346.
  15. Marguerite, seconde fille de Philippe le Long et de Jeanne de Bourgogne.
  16. Robert de Flandre, seigneur de Cassel, second fils de Robert III, prétendit succéder au comté de Flandre après la mort de son père ; il fut débouté de ses prétentions par arrêt du 29 janvier 1323 (n. st.) (P. Anselme, Hist. généal., t. II, p. 735, et Kervyn de Lettenhove, Histoire de Flandre, t. III, p. 112-113).
  17. Le reste de ce chapitre n’est pas tiré de la Continuation de G. de Nangis ; on peut le rapprocher de la Continuation anonyme de la chronique de Jean de Saint-Victor (Rec. des Hist., t. XXI, p. 678).
  18. Jean Ier, fils aîné de Gui de Dampierre et d’Isabelle de Luxembourg, leur succéda dans le marquisat de Namur en 1297 et mourut le 1er février 1331. Ce sont les Brugeois qui l’avaient fait prisonnier.
  19. Le ms. fr. 10132, fol. 134 vo, donne ici cette leçon : « Et lors Loys, combien que il fust petit et enffant, ouffri au roy hommage pour Flandres ; mès li roys ne le vout lors recevoir, pour ce que monseigneur Mahieu, frere du duc de Loherainne, qui avoit à fame la suer dudit Robert. »
  20. Mathieu, fils de Thibaut II, duc de Lorraine et frère de Ferry IV, avait épousé Mathilde, fille de Robert III dit de Béthune, comte de Flandre.
  21. C’est-à-dire de Louis de Flandre, comte de Nevers.
  22. Ce fut le 29 janvier 1323 (n. st.) que la cour des pairs reconnut la légitimité des droits de Louis Ier dit de Crécy qui réunit ainsi les comtés de Flandre, de Nevers et de Rethel.
  23. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 41-42, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 631. Cf. Continuation de Géraud de Frachet, Ibid., t. XXI, p. 58.
  24. Thomas, comte de Lancastre, fils d’Edmond, comte de Lancastre, et de Blanche d’Artois, nièce de saint Louis et veuve d’Henri III, comte de Champagne. Par son père, il était petit-fils d’Henri III, roi d’Angleterre. Voir Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 41, note 1.
  25. Andrew Harcley, gouverneur de Carlisle.
  26. Continuation de G. de Nangis : Bourbrique, auj. Boroughbridge, Angleterre, comté d’York. Le combat de Boroughbridge fut livré le 16 mars 1322 (Chronicles of the reigns of Edward I and Edward II, t. I, Annales Paulini, éd. William Stubbs, p. 302. Cf. Thomas Walsingham, Historia anglicana, éd. Thomas Riley, t. I, p. 164).
  27. La Continuation de G. de Nangis dit : « ceteris omnibus ad diversas partes missis diversa passuris supplicia ».
  28. Le comte de Lancastre fut exécuté près de Pontefract le 22 mars 1322 (Chronicles of the reigns of Edward I and Edward II, p. 302-303, et Thomas Walsingham, t. I, p. 164-165).
  29. Cf. Thomas Walsingham, Ibid., p. 168-169.
  30. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 43 à 45, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 651-652. Cf. Continuation de Géraud de Frachet, Ibid., t. XXI, p. 58-59 ; Continuation de la Chronique de Jean de Saint-Victor, Ibid., p. 678-679, et Thomas Walsingham, Historia anglicana, t. I, p. 166-167.
  31. Continuation de G. de Nangis : « Castrum Pendebonum », Édimbourg.
  32. Blackmore.
  33. Abbaye de Byland fondée au xiie siècle, auj. en ruines.
  34. Jean III, duc de Bretagne, comte de Richemont.
  35. Henri IV, sire de Sully, grand bouteiller de France. La Chronique parisienne anonyme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, p. 74, § 94, dit qu’avec eux se trouvait aussi Robert Bertrand, gendre de Henri de Sully, et donne beaucoup de détails sur leur capture par les Écossais.
  36. Le ms. fr. 10132, fol. 405, ajoute : « dont par où li Flamans vinnent en Escosse ».
  37. Andrew Harcley, qui, réfugié en Écosse, ravageait les pays voisins, fut pris par Antony de Lucy (Thomas Walshingham, Historia anglicana, t. I, p. 169).
  38. Le ms. fr. 10132, fol. 405, ajoute : « et le chief mis sus la tour de Londrez en signe et en espoentement que nulz ne feist semblable traïson et mal. Et nepourquant li Escoz garderent le conte de Richemont pris en i fort chastel et le seigneur de Sully en un autre jusques au quaresme ensivant ».
  39. Les Chronicles of the reigns of Edward I and Edward II, t. I, p. 304, disent que la tête d’Andrew Harcley fut apportée à Londres le 13 mars 1323 et fixée au bout d’une lance sur le pont de cette ville. Cf. Thomas Walsingham, op. cit., t. I, p. 169.
  40. Louis de Nevers fut enfermé au Louvre depuis les premiers jours de novembre jusqu’aux fêtes de Noël 1322 (Kervyn de Lettenhove, Histoire de Flandre, t. III, p. 112).
  41. Louis de Nevers rendit hommage à Charles IV le Bel cinq jours après l’arrêt de la cour des pairs du 29 janvier 1323 (Kervyn de Lettenhove, op. cit., t. III, p. 113).
  42. La fin de ce chapitre n’est pas tirée de la Continuation de G. de Nangis.
  43. Jeanne, fille unique de Hugues IV, comte de Rethel, avait hérité de ce comté en 1290 après la mort de son père.
  44. Château-Regnault-Bogny, Ardennes, arr. de Mézières, cant. de Monthermé.
  45. Jean de Hainaut, frère de Guillaume le Bon, comte de Hainaut et de Hollande, avait épousé Marguerite de Nesle, fille unique et héritière de Hugues de Nesle, comte de Soissons.
  46. Ce premier paragraphe n’est pas tiré de la Continuation de G. de Nangis.
  47. Cf. Continuation de la Chronique de Géraud de Frachet, Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXI, p. 59-60.
  48. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 45, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 632.
  49. Voir les ordonnances de Charles IV sur les monnaies des 5 mai, 15 octobre et 28 décembre 1322, dans Rec. des ord., t. I, p. 766 et 769, et t. XI, p. 485, et Natalis de Wailly, Mémoire sur les variations de la livre tournois, dans Mémoires de l’Institut, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, t. XXI, 2e partie, p. 212-213, 236, 300-302.
  50. Latin : « in controversia electi ». On fait allusion aux luttes que Louis de Bavière, élu empereur par cinq électeurs le 20 octobre 1314, soutenait alors contre son compétiteur Frédéric III, duc d’Autriche, que d’autres électeurs avaient élu la veille et qui fut battu et fait prisonnier le 28 septembre à Muhldorff.
  51. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 45 à 47, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 632-633.
  52. Jourdain de l’Isle-Jourdain, seigneur de Casaubon, était fils de Jourdain V, seigneur de l’Isle-Jourdain (le P. Anselme, Hist. généal., t. II, p. 707, et Hist. de Languedoc, nouv. édit., t. IX, p. 120).
  53. Jourdain de l’Isle aurait épousé non la nièce de Jean XXII, mais Catherine de Grailli (Hist. de Languedoc, nouv. édit., t. IX, p. 418 ; cf. p. 120).
  54. Le ms. fr. 10132, fol. 405 vo, dit : « auquel il avoit bouté la masse enarmée des armes le roy parmi le fondement, et puis l’eust occis ».
  55. Bertrand de Got, vicomte de Lomagne ; la Continuation de G. de Nangis ajoute encore le sire d’Albret.
  56. Il y fut détenu pendant quinze jours (J. Viard, Journaux du trésor de Charles IV le Bel, no 4954).
  57. Ce fut Pierre de Maucreux, avocat au Parlement, qui, au nom du roi, requit contre Jourdain de l’Isle (Ibid., no 4836).
  58. La Continuation de G. de Nangis et celle de Géraud de Frachet (Rec. des Hist., t. XXI, p. 60) disent que l’exécution de Jourdain de l’Isle-Jourdain eut lieu « in vigilia Trinitatis », soit le 21 mai 1323 ; mais la date du 7 mai donnée par les Grandes Chroniques est la date exacte. Cf. Hist. de Languedoc, nouv. édit., t. IX, p. 418, note 2, et t. X, col. 625, pièce 227. Derniers aveux de Jourdain de l’Isle-Jourdain. Voir aussi : Rec. des Hist., t. XXI, p. 140 et p. 680, et Chronique parisienne anonyme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, p. 88, § 119.
  59. 15 mai 1323.
  60. Marie de Luxembourg, fille ainée de l’empereur Henri VII, comte de Luxembourg, que Charles IV avait épousée à Provins le 21 septembre 1322.
  61. Jean, roi de Bohême.
  62. Baudouin de Luxembourg, archevêque de Trèves du 12 février 1308 à sa mort (21 janvier 1354).
  63. La Continuation de G. de Nangis ajoute : « missam celebrante et ipsam inungente Senonensi archiepiscopo ». Guillaume de Melun (18 février 1317-27 octobre 1329).
  64. Saint Thomas d’Aquin, qui était mort en mars 1274, fut canonisé le 18 juillet 1323. Cf. pour sa canonisation : Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXI, p. 680, note 3.
  65. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de
  66. Château-Landon, Seine-et-Marne, arr. de Fontainebleau, ch.-l. de cant.
  67. La Chronique parisienne anonyme (§ 125) dit qu’il se nommait « Jehan de Persan » et qu’il avait été prévôt de Montmorency.
  68. Sarquenciaux, auj. Cercanceaux, Seine-et-Marne, arr. de Fontainebleau, cant. de Château-Landon, comm. de Souppes.
  69. Rieulés, réguliers.
  70. Cerne, cercle.
  71. Auj. Morigny-Champigny, Seine-et-Oise, arr. et cant. d’Étampes.
  72. Ms. fr. 2613 : « fait ».
  73. Le ms. fr. 10132, fol. 406, ajoute : « Et avoit en ce livre vii ymagez paintes qui représentoient les vii sciences que l’en voloit savoir ; et par tel regart l’en la savoit. »
  74. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 50 à 52, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 634-635. Cf. Continuation de Géraud de Frachet, Ibid., t. XXI, p. 61 et 62, et Continuation de la Chronique de Jean de Saint-Victor, Ibid., p. 681.
  75. Jean Larchevêque, seigneur de Parthenay de 1308 à 1358, était le fils aîné de Guillaume VI Larchevêque et de Jeanne de Montfort. Sur son procès, voir : abbé Vidal, Le sire de Parthenay et l’Inquisition (1323-1325), dans le Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques (1903), p. 414 à 434.
  76. Le 29 août 1323, à la requête des amis de Jean Larchevêque, ses biens lui furent rendus (Archives historiques du Poitou, t. XI, p. 217, no CII).
  77. Ferri de Villepesque, chevalier, fut chargé de la garde de Jean Larchevêque au Louvre, au Temple et ailleurs (Journaux du Trésor de Charles IV le Bel, nos 3629, 3723, 3817, 3859, 6406).
  78. Maurice de Saint-Paul était inquisiteur de la province de Tours et d’une grande partie de celle de Bordeaux (abbé Vidal, op. cit.). Voir, dans les Journaux du Trésor de Charles IV le Bel, nos 3724 et 5239, les indemnités touhcées par Maurice de Saint-Paul pour cette affaire.
  79. Artaud Flote, fils du chancelier Pierre Flote, abbé de Vézelay en 1316, principal conseiller de Louis, comte de Flandre.
  80. Sur les troubles qui agitèrent alors tant la ville de Bruges que les Flandres, voir : Chronicon comitum Flandrensium, dans J.-J. de Smet, Recueil des Chroniques de Flandre, t. I, p. 184 à 187.
  81. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 52-53, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 635. Cf. Continuation de Géraud de Frachet, Ibid., t. XXI, p. 62, et Continuation de la Chronique de Jean de Saint-Victor, Ibid., p. 682.
  82. Matteo Visconti mourut le 27 juin 1322.
  83. Galeazzo Ier, fils aîné de Matteo, qui lui succéda, mourut le 6 août 1328.
  84. Robert, roi de Sicile.
  85. Bertrand Poyet, évêque d’Ostie.
  86. Henri de Flandre, fils de Gui de Dampierre et de sa seconde femme Isabelle de Luxembourg, était frère de Jean Ier, marquis de Namur.
  87. Ce fut au mois de février 1324 que Galeazzo et Marco Visconti remportèrent sur leurs adversaires la victoire de Vaprio sur l’Adda (Villani, dans Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, t. XIII, col. 550, cap. ccxxviii).
  88. Ce fils aurait reçu le nom de Philippe (Chronique parisienne anonyme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, p. 92).
  89. Elle y aurait été ensevelie le 28 mars 1324 (n. st.) (Chronique parisienne anonyme. Le P. Anselme, Hist. généal., t. I, p. 97, donne la date du 21 mars. Cf. Bernard Gui, Flores Chronicorum, dans Rec. des Hist., t. XXI, p. 733).
  90. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 53 à 59, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 655 à 657. Cf. Continuation de Géraud de Frachet, Ibid., t. XXI, p. 62 à 64.
  91. Louis V de Bavière élu à Francfort empereur d’Occident le 20 octobre 1314.
  92. Jean de Luxembourg, dit l’Aveulge, fils de l’empereur Henri VII ; il devint roi de Bohême en 1310.
  93. Frédéric Ier, duc d’Autriche, fils de l’empereur Albert Ier d’Autriche, avait été élu empereur d’Occident à Saxenhausen, près de Francfort, le 19 octobre 1314.
  94. Henri, dit le Paisible, qui mourut le 3 février 1327.
  95. C’est à la bataille de Muhldorff (28 septembre 1322) que fut pris Frédéric Ier d’Autriche.
  96. Cf., pour la fin de ce chapitre, Continuation anonyme de la Chronique de Jean de Saint-Victor, dans Rec. des Hist. de France, t. XXI, p. 682 à 684.
  97. Charles IV épousa, le 5 juillet 1324, Jeanne, fille de Louis de France, comte d’Évreux.
  98. Raymond-Bernard de Montpesat.
  99. C’est la bastide de Saint-Sardos (Lot-et-Garonne, arr. d’Agen, cant. de Prayssas), qui avait été construite par les gens du roi de France malgré les oppositions du roi d’Angleterre et du seigneur de Montpesat. Voir, sur cette guerre : de Bréquigny, Mémoire sur les différends entre la France et l’Angleterre sous le règne de Charles le Bel, dans Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, t. XLI, p. 641 à 692, réimprimé dans Leber, Collection des meilleures dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France, t. XVIII, p. 366 à 442. Cf. Bibl. de l’Éc. des chartes, t. XLV (1884), p. 78-79.
  100. « Aymes » est Edmond, comte de Kent, frère d’Édouard II.
  101. Jean d’Arrablai.
  102. Si Philippe de Valois prit part à cette campagne (J. Viard, Philippe de Valois avant son avènement au trône, dans Bibl. de l’Éc. des chartes, t. XCI (1930), p. 321-322), les Journaux du Trésor de Charles IV le Bel, no 5624 nous apprennent que Philippe d’Évreux y prit également part.
  103. Charles, comte d’Alençon, second fils de Charles de Valois.
  104. L’ost de Charles IV fut convoqué à Orléans pour le 15 juillet (De Bréquigny, op.cit., p. 662).
  105. Charles de Valois somma la ville d’Agen de se rendre le 3 août ; et elle se rendit le 15 août.
  106. La Réole, Gironde.
  107. Le siège de La Réole aurait commencé le 25 août 1324 (Chronique parisienne anonynme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, p. 95).
  108. Jean de Saint-Florentin.
  109. Outre Jean de Saint-Florentin, la Chronique parisienne anonyme, p. 95, § 133, apprend que moururent encore à ce siège : Robert VII, comte d’Auvergne et de Boulogne, Jean des Barres, maréchal de France, et Jean de Medontel, chevalier.
  110. La Réole se rendit le 22 septembre 1324 (De Bréquigny, op. cit., p. 668).
  111. Jusqu’à l’octave de Pâques, c’est-à-dire jusqu’au 14 avril 1325. Voir, dans Dumont, Corps diplomatique, t. I, 2e partie, p. 71, le traité du 22 septembre 1324 qui règle la reddition de La Réole et établit ces trêves.
  112. Sur les épisodes de la lutte entre Louis de Bavière et Jean XXII, en 1324, voir : Carl Müller, Der Kampf Ludwigs des Baiern mit der römischen Curie, t. I, chap. vi, p. 77 à 106.
  113. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 59, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 637. Dans ce chapitre, pour tout ce qui concerne Louis de Bavière, le récit des Grandes Chroniques, qui ont beaucoup abrégé la Continuation de G. de Nangis, est semblable à celui de la Continuation anonyme de la Chronique de Jean de Saint-Victor (Ibid., t. XXI, p. 684).
  114. Voir, ci-dessus, chap. ix, p. 30.
  115. Ce fut le 23 mars 1324 que Jean XXII excommunia Louis de Bavière (Martène et Durand, Thesaurus novus anecdotorum, t. II, col. 652).
  116. Ce fut par une bulle du 11 juillet 1324 que Jean XXII retira à Louis de Bavière tous les droits qu’il prétendait tenir de son élection (Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. V, p. 272 à 275). Cf. Martène et Durand, Thesaurus, t. II, col. 660.
  117. Voir dans Ranaldi (op. cit., t. V, p. 260 à 263) des lettres de Jean XXII du 23 mars 1324, par lesquelles il déclare hérétiques les fils de Matteo Visconti, les excommunie et accorde la rémission de leurs péchés à ceux qui les combattront.
  118. Voir, sur cette question de la pauvreté du Christ et de ses apôtres : Raynaldi, op. cit., t. V, p. 235, § 38, à 249.
  119. Cf. la Continuation anonyme de la Chronique de Jean de Saint-Victor, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXI, p. 684.
  120. Charles de Valois était de retour à Paris le 11 décembre 1324 (J. Petit, Charles de Valois, p. 215).
  121. Le 18 décembre 1324, Charles IV le Bel avait convoqué Charles de Valois à Bergerac avec 400 hommes d’armes et 1,000 arbalétriers pour le 1er mai suivant (J. Petit, op. cit., p. 217).
  122. La reine Isabelle vint en France à la mi-carême (14 mars 1325) (Chronique parisienne anonyme, p. 98, § 136) et, le 8 du même mois, Édouard II annonçait son voyage comme prochain (Rymer, t. II, 1re partie, p. 595, éd. 1818).
  123. Voir, dans Dumont, Corps diplomatique, t. I, 2e partie, p. 77, des lettres du 26 mai 1325 en vertu desquelles la trêve entre Charles IV et Édouard II est prolongée jusqu’à un mois après la prochaine fête de la nativité de saint Jean-Baptiste.
  124. La paix fut conclue le 31 mai 1325 entre Charles IV et Édouard II (Dumont, Ibid., p. 78, et Rymer, Ibid., p. 601).
  125. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 60-61, et. Cf. Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 657-658. Cf. Chronique de Jean le Bel, éd. Viard et Déprez, t. I, p. 10-11, et Froissart, éd. Luce, t. I, 2e partie, p. 15, § 6.
  126. Édouard III ne vint pas en France en même temps que sa mère Isabelle, mais seulement le 11 septembre 1325, et il fit hommage à Charles IV, à Vincennes, pour la Guyenne et le Ponthieu vers le 21 du même mois (Thomas Walsingham, Historia anglicana, éd. Riley, t. I, p. 176-177).
  127. Jeanne, qui naquit à Châteauneuf-sur-Loire avant la Pentecôte 1325 (P. Anselme, Hist. généal., t. I, p. 97, et Journaux du trésor de Charles IV le Bel, no 8297, note 3).
  128. D’après Thomas Walsingham (Historia anglicana, t. I, p. 177), Édouard II donna cet ordre à la reine immédiatement après la Saint-Michel (29 septembre 1325).
  129. À la suite de son refus de revenir en Angleterre, Isabelle fut bannie ainsi que son fils Édouard et tous deux furent proclamés ennemis du royaume (Th. Walsingham, Ibid., t. I, p. 178).
  130. Le 31 décembre 1325, Charles IV prêta 1,000 l. p. à sa sœur Isabelle (Journaux du trésor de Charles IV le Bel, no 9419).
  131. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 61 à 66, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 638-639. Cf. Continuation anonyme de la Chronique de Jean de Saint-Victor, Ibid., t. XXI, p. 685, et Continuation de Géraud de Frachet, Ibid., p. 64 à 66.
  132. Louis II de Nevers, comte de Flandre.
  133. Robert de Flandre, seigneur de Cassel, fils de Robert III, dit de Béthune.
  134. Auj. Warneton, Nord, arr. de Lille, cant. de Quesnoy-sur-Deule.
  135. Cf. J.-J. de Smet, Corpus chronicorum Flandriæ, t. I, p. 193 à 195.
  136. Jean de Flandre était fils de Guillaume de Flandre, deuxième fils de Gui de Dampierre et d’Alix de Clermont, dame de Nesle (P. Anselme, Hist. généal., t. II, p. 742 à 744).
  137. Louis II fut pris le 2 mai 1325 (Ibid., p. 744).
  138. Ce combat entre les Gantois et les habitants de Bruges fut livré le 15 juillet 1325 (de Smet, Corpus chronicorum Flandriæ, t. I, p. 195. On donne par erreur 1326).
  139. Le 19 septembre 1325, Charles IV le Bel avait chargé le bailli d’Amiens d’enjoindre aux Brugeois et à Robert de Cassel de rendre sans délai la liberté à Louis II, comte de Flandre (Kervyn de Lettenhove, Hist. de Flandre, t. III, p. 129-130).
  140. La Chronique parisienne anonyme, p. 101, § 143, constate la même grande sécheresse pendant l’été 1325. Cf. Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXI, p. 65, 156, 685.
  141. La Chronique parisienne anonyme (p. 102, § 148) dit que deux arches du Grand-Pont et tout le Petit-Pont furent abattus le 6 janvier 1326, pendant que Charles IV et Isabelle d’Angleterre, sa sœur, se trouvaient au palais. Cf. Journaux du trésor de Charles IV le Bel, p. lii, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXI, p. 685-686.
  142. Charles de Valois mourut au Perray (Seine-et-Oise, arr. et cant. de Rambouillet) le 16 décembre 1325. Voir, sur sa maladie et sa mort, J. Petit, Charles de Valois, p. 219-220.
  143. Louis Ier, dit le Grand, fils de Robert, comte de Clermont, sixième fils de saint Louis, et de Béatrix, dame de Bourbon, succéda en 1310 à sa mère dans la sirerie de Bourbon et en 1318 à son père dans le comté de Clermont. La sirerie de Bourbon fut érigée en duché le 27 décembre 1327. Sur ses projets de croisade, voir de Boislisle, Projet de croisade du premier duc de Bourbon, dans Annuaire-Bulletin de la Soc. de l’hist. de France, 1872, p. 230 à 236 et 246 à 255.
  144. 21 mars 1326.
  145. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 67 à 73, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 640-641. Continuation de Géraud de Frachet, dans Rec. des Hist., t. XXI, p. 66 et 67. Cf. Chronique de Jean le Bel, éd. Viard et Déprez, t. I, p. 15 à 32, et Froissart, éd. Luce, t. I, 2e partie, p. 17 à 36.
  146. Le 11 mai, jour de la Pentecôte.
  147. La Chronique parisienne anonyme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, p. 103, § 150, ajoute que la reine Isabelle d’Angleterre et son fils Édouard y étaient présents. Cf. Thomas Walsingham, Historia anglicana, t. I, p. 179.
  148. Latin : « in comitatu Pontivi », dans le comté de Ponthieu.
  149. Cause, motif.
  150. Il faudrait : « en la conté de Pontieu ».
  151. Hugue Spenser avait succédé à Gaveston dans les faveurs d’Édouard II.
  152. Jean de Hainaut, frère de Guillaume Ier, comte de Hainaut. Pendant le séjour d’Isabelle à la cour de Hainaut eurent lieu les fiançailles de son fils Édouard III, âgé de quatorze ans, avec Philippine, fille de Guillaume Ier (Th. Walsingham, Historia anglicana, t. I, p. 179).
  153. Au port de Harwick (Essex) (Th. Walsingham, Ibid., p. 180).
  154. Édouard II, pris le 16 novembre 1326, fut d’abord détenu au château de Kenilworth, puis à celui de Berkley (Th. Walsingham, Historia anglicana, t. I, p. 184 et 188).
  155. Édouard III aurait été proclamé gardien du royaume, « custos regni » (Th. Walsingham, op. cit., t. I, p. 184).
  156. Voir, sur ces exécutions, Th. Walsingham, op. cit., t. I, p. 185.
  157. Bertrand Poyet, promu cardinal en 1316 par Jean XXII.
  158. Jean Cajetan des Ursins, promu cardinal en 1316, mourut à Avignon en 1339.
  159. Édouard II mourut le 21 septembre 1327.
  160. Au commencement de l’année 1327, Édouard III chercha en effet à faire observer les trêves conclues entre son père et les Écossais (Rymer, Fœdera, t. II, 2e partie, p. 689, 695 et 696, lettres du 15 février et de mars 1327), mais les hostilités ne tardèrent pas néanmoins à reprendre (Chronique de Jean le Bel, éd. Viard et Déprez, t. I, p. 36 à 38).
  161. On fait allusion au supplice que lui auraient fait subir ses gardiens Jean Mautravers et Thomas Gorney, au château de Berkley où il était emprisonné (Th. Walsingham, op. cit., t. I, p. 189).
  162. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 73 à 80, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 641 à 644. Cf. Continuation de Géraud de Frachet, Ibid., t. XXI, p. 67 à 69.
  163. La bataille de Varey, Ain, arr. de Nantua, cant. de Poncin, comm. de Saint-Jean-le-Vieux, le 9 août 1325, victoire remportée par Guigue VIII, dauphin de Viennois, sur Édouard, comte de Savoie.
  164. Robert, comte de Tonnerre, fils de Robert II, frère du duc Eudes IV.
  165. Jean II de Chalon, comte d’Auxerre et de Tonnerre, qui fut tué à la bataille de Crécy (26 août 1346).
  166. Voir Grandes Chroniques, t. VIII, p. 349, note 2.
  167. Frédéric Ier fut délivré en 1325.
  168. Jean de Jandun et Marsile de Padoue. Sur ces deux hérétiques du xive siècle morts, J. de Jandun probablement du 10 au 15 septembre 1328 et Marsile de Padoue en 1342-1343, voir Hist. littéraire de la France, t. XXXIII, p. 528 à 623.
  169. Nuremberg (Bavière).
  170. Senne, synode.
  171. Estreper, détruire.
  172. Jean de Jandun et Marsile de Padoue furent excommuniés par une bulle du 9 avril 1327 (Martène et Durand, Thesaurus novus anecdotorum, t. II, col. 692) et leurs doctrines furent réfutées par une bulle du 27 octobre suivant (Ibid., col. 704, et Raynaldi, t. V, p. 347).
  173. Voir mandement de Charles IV du 12 octobre 1326 (Ord., t. I, p. 798, et Hist. de Languedoc, nouv. édit., t. X, col. 668).
  174. Jean XXII aurait accordé cette décime biennale par une bulle du 2 août 1327 (cf. Hist. littéraire de la France, t. XXXIV, p. 504).
  175. Sur cette guerre de Gascogne, voir Hist. de Languedoc, nouv. édit., t. IX, p. 439 à 446. La Chronique parisienne anonyme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, p. 110, § 159, dit que les Gascons commencèrent les hostilités autour de Noël 1326.
  176. Alphonse de la Cerda, fils de Fernand de Castille et de Blanche, fille de saint Louis, serait mort à Gentilly dans l’hôtel du comte de Savoie le 20 avril 1327 et aurait été enterré à Paris en l’église des Frères-Prêcheurs le 27 avril (Chronique parisienne anonyme, p. 111, § 163, et Continuation de G. de Nangis, t. II, p. 81).
  177. La Continuation de G. de Nangis ajoute : « quod supereminabat civitati ».
  178. Raoul de Brienne, comte d’Eu, qui fut ensuite connétable de France.
  179. Châteauneuf-sur-Loire.
  180. Jeanne qui, née avant la Pencôte 1325, mourut avant le 16 janvier 1327 (Journaux du trésor de Charles IV le Bel, no 8297, et le P. Anselme, t. I, p. 97).
  181. Le comte de Flandre, Louis de Nevers, fut délivré le 18 février 1326 (Kervyn de Lettenhove, Histoire de Flandre, t. III, p. 131).
  182. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 80 à 82, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 644-645. Cf. Continuation de Géraud de Frachet, Ibid., t. XXI, p. 69, et Continuation de la Chronique de Jean de Saint-Victor, Ibid., p. 687-688.
  183. Dans la Continuation de Géraud de Frachet, on donne les motifs pour lesquels Édouard III ne voulut pas s’éloigner de l’Angleterre : « asserens ibi non esse tutum patriam elongare, timensque aliquos habere latentes inimicos » (Rec. des Hist., t. XXI, p. 69. Cf. Continuation de la Chronique de Jean de Saint-Victor, Ibid., p. 687).
  184. « Et en la chapelle le roy » ajoute la Continuation anonyme de la Chronique de Jean de Saint-Victor, qui dit aussi qu’il ne s’éloigna pas de Paris et qu’il s’hébergeait « dehors les portes, com au Temple ou au Louvre, ou aus Trois Mors et aus Trois Vis, près des Aveugles » (Rec. des Hist., t. XXI, p. 687-688, et de Boislisle, Projet de croisade du premier duc de Bourbon, dans Annuaire-Bulletin de la Soc. de l’hist. de France, 1872, p. 233-234. Cf. Continuation de G. de Nangis, t. II, p. 81).
  185. La Continuation de G. de Nangis, t. II, p. 81, fait connaître ces rois « inter regem Franciæ et regem Angliæ, Hispaniæ, Arragoniæ, Siciliæ et Majoricarum ».
  186. Nous avons rétabli ce mot. Le texte latin de la Continuation de G. de Nangis fait comprendre qu’il dut être omis par erreur dans les manuscrits : « se regem Alemannorum publice nominans ». Cf. Continuation de Géraud de Frachet (Rec. des Hist., t. XXI, p. 69) : « se publice nominans regem Alemannorum et imperatorem Romanorum ».
  187. Il fut d’abord couronné à Milan, soit le 13 janvier 1328 (n. st.) : « in octabis Epiphaniæ », disent la Continuation de G. de Nangis et la Continuation de Géraud de Frachet ; mais ce serait plutôt le jour de la Pentecôte 1327, soit le 31 mai (Villani, dans Muratori, t. XIII, col. 611, ch. xviii ; Raynaldi, t. V, p. 336. Cf. Müller, Der Kampf Ludwigs des Baiern, t. I, p. 174). Il ne fut couronné à Rome que le 17 janvier 1328 (n. st.). Voir plus loin, p. 75.
  188. Lundi 1er février 1328.
  189. Le vendredi 5 février son corps fut enterré à Saint-Denis ; le 6 février son cœur fut porté en l’église des Frères-Prêcheurs et le 7 février ses entrailles furent enterrées en l’abbaye de Maubuisson, près de Pontoise (Chronique parisienne anonyme, dans les Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, p. 112-113 ; J. Viard, Journaux du trésor de Philippe VI de Valois, no 1).