100 percent.svg

Les Grandes Chroniques de France/VII/Louis VIII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Les Grandes Chroniques de France, Texte établi par Jules ViardHonoré Champion, libraire de la Société de l’histoire de France7 (p. 1-24).



LES GRANDES CHRONIQUES DE FRANCE





CAPÉTIENS



LOUIS VIII[1]


Ci après commencent les faiz et les chapitres du roy Loys son filz[2] qui mourut à Montpancier.

Le premier chapitre parole de une courte genealogie des rois et comment la ligniée Charlemaine fu recouvrée en cestui, et comment saint Waleri s’apparut au roy Hues dit Chapet.

Le second parole comment le roy mena son ost en Poitou et conquist la Rochelle.

Le tiers, comment Savari de Maulion lessa les Anglois et vint au roy de France, et comment le roy d’Angleterre envoia son frere pour Aquitaine recouvrer.

Le quart parle coment le roy conquist Avignon et trespassa de ce siecle à Monpancier.


I.
De une courte genealogie des roys et comment la ligniée Charlemaine fu recouvrée en cestui ; et comment saint Waleri s’apparut au roy Hues dit Chapet.

[3]En l’an de l’Incarnacion Nostre Seigneur M CC et XXIII, le jour devant les ydes du moys de juignet[4] trespassa de ce siecle Phelippe très renommés roys de France qui conquist et ramena toute Normendie en sa poesté. Après le roy Phelippe regna le roy Loys son premier filz qui fu né[5] de moult très noble dame, madame Ysabiau[6] fille Baudoin, jadis conte de Henaut, et tint le royaume de France. En l’uitiesme jour après les ydes du moys d’aoust, en yce meismes an, le jour de la feste saint Sixte[7], le corona à Rains l’arcevesque Guillaume[8] de Rains, et avec li madame Blanche[9], sa femme, present le roy Jehan de Jherusalem[10] et les princes du royaume de France, et avoit ja le roy Loys xxxvi anz d’aage.

En yce roy retorna la ligniée du grant Charlemaine, qui fu emperere et roy de France, qui estoit faillie par vii generacions, car il fu estrait de la lignie Charlemaine[11], de par sa mere, si comme nous orrons ci après.

[12]Les François, si comme il apparut au commencement des gestes des roys de France, pristrent naissance des Troiens[13] et establirent leur regne en France. En l’an de l’Incarnacion Nostre Seigneur CCCC IIIIxx et IIII anz, regna le roy Childeric descendu des Troiens, qui prist la cité de Treves ; et regna après li, Clodovée son filz qui tint le royaume de France en force et en vigueur, et l’escrut jusques au mont de Piraine qui fait l’entrée de la terre d’Arragon. Icil Clodovée reçut la grâce du saint baptesme par la main saint Remy, l’arcevesque de Rains, avec touz ses sougiez et tout son linage, et regnerent li et ses hoirs, beneureusement ou royaume de France jusques en l’an de l’Incarnacion Nostre Seigneur VIIc et L, excepté que par IIIIxx et VIII ans dès le temps Clodovée[14], le roy mari sainte Bauteult et fil[15] le grant roy Dagoubert, que pour ce que les roys n’orent pas sens ne force, si comme il soloient, la puissance du royaume fu gouvernée par les maistres du palays, qui vaut autant à dire comme seneschaux.

Dont il avint que Pepin qui fu pere Charlemaine le grant, et estoit descendus d’autel ligniée par Blatude[16], fille du premier Clotaire roy de France, fu maistre du palays au temps le roy Hilderic[17] ; roy fu reprouvé des barons de France pour le petit sens dont il estoit et fu mis en religion ; et lors fu esleu à roy de France, par le conseil du pappe de Romme[18] et des barons du royaume de France, Pepin. Et le corona et sacra, et ses ii enfanz avec li en l’eglise Saint Denis en France le pape Estienne ; et fist establissement que toute leur ligniée, si comme il descendroient, tenissent fermement et paisiblement l’eritage du roiaume de France ; et escommenia tous ceulz qui empêchement leur en feroient. Laquelle ligniée de Pepin et de Charlemaine son fils regna et tint le royaume jusques à l’an de l’Incarnacion IXc et XXVI anz. Lors en ce temps avint que Hue dit Chapet, conte de Paris, envaï et prist le royaume de France à soy, et ainsi fu transportée la seigneurie du roiaume de France et de la ligniée Charlemaine le grant à la ligniée des contes de Paris qui estoient descenduz de la ligniée des Sesnes ; c’est-à-dire de ceulz de Saissoigne.

L’en treuve escript en la vie et es gestes saint Richier et saint Waleri de Pontiu[19], que leurs coprs furent transportez de leur eglise à Saint Omer en Flandres, en l’eglise Saint Bertin pour la paor des Danois qui ore sont diz Normens, qui gasterent le royaume de France au temps Charles le Simple, roy de France. Et quant il furent convertiz à la foy, il avint que les mloines de Saint Richier et de saint Waleri les requistrent des moines de Saint Bertin ; mais il les retindrent par la force de Arnoul leur[20] conte de Flandres. Dont il avint que saint Waleri s’apparut à Hue dit le grant, conte de Paris, et li dit en dormant : « Va à Ernoul conte de Flandres, et li dis qu’il envoie noz corps de l’eglise Saint Bertin en noz eglises propres, car nous amons miex estre en noz propres eglises que en estranges. »

Hues demanda à saint Waleri qui li et ses compaignons estoient ? Saint Waleri respondi : « Je sui appellé Waleri et mon compaignon Richier, de Pontiu ; fais isnelement ce que Diex te mande par moy, et ne te tarde mie. »

Hue manda à Ernoul, et li dit ce que Waleri li avoit commandé. Arnoul le conte de Flandres ot orgueilleux courage et refusa à rendre les corps des ii saints. Hues li manda : « Arnoul, gardes que tu m’aportes honorablement à tel jour et en tel lieu les corps des ii sains, car se tu ne le fais volentiers et de gré, tu le feras après maugré toy. »

Quant le conte Arnoul entendi le conte Hue, il fu espoenté et doubta moult sa puissance. Lors fist faire isnelment ii fiertres d’or et d’argent, esquelles il mist les corps des ii sains et les aporta jusques à Monterel[21]. Ileques les reçut Hues honnorablement et raporta chascun saint en son lieu. Il avint en la nuit ensuiant que saint Waleri s’apparut derechief à Hue et li dist : « Pour ce que tu as fait ce qui te fu commandé de par nous, tost et isnelement, nous te faisons asavoir que tes successeurs regneront ou royaume de France jusques à la septiesme ligniée. »

Selon ce qui est dit et ordené, nous poons conter entierement du temps Hue Chapet qui fu filz le conte Hue le grant de Paris jusques au roy Loys, de qui nous traitons, vii generacions et vii degrez descendanz du linage Hue le grant conte de Paris. Hue Capet fu le premier roy et engendra le roy Robert ; le roy Robert le roy Henri ; le roy Henri le roy Phelippe ; le roy Phelippe le gros roy Loys ; Loys le gros Loys le jeune ; le roy Loys le jeune le roy Phelippe pere de cestui Loys dont nous traitons qui fu engendré en noble dame Ysabiau fille Baudoin jadis conte de Henaut ; lequel Baudoin descendi de noble dame Esmenjart[22] jadis contesse de Namur, laquelle fu fille Charle le duc de Loherene oncle Loys le roy de France[23] qui mourut le derrenier de la lignie Charle le grant sanz hoir, et auquel Charle, le duc de Loheraine, Hue Chapet toli le droit du royaume de France, et le prist par force et le fist mourir en prison à Orliens[24], et jusques auquel Charles duc de Loheraine, la ligniée de Pepin et de Charles le grant persevera en la poesté du royaume de France ; et comment cil Loys, dont nous traitons, eust la succession du royaume après son pere, il appert donc que l’estat du royaume est retourné à la ligniée de Charlemaine le grant. Et puet l’en veoir par l’avision des ii corps saint Richier et saint Waleri que la translacion du royaume fu faite de la volenté Nostre Seigneur.

L’en treuve es faiz des gestes d’Aquitaine escript que, pour ce fu la ligniée du grant Charlemaine reprouvée, que il n’amoient mais ne honnoroient sainte Eglise, si comme il soloient, et chargoient et grevoient les eglises plus que il ne les acroissoient. Mais nous devons ce laissier, car ce apartient au jugement Nostre Seigneur qui mue le temps et transporte les royaumes

à sa volenté, si comme il est escript : « Regne est transporté de gent en gent pour les torz, pour les injures et pour les mauvaistiez[25]. » Derechief : « Dieu destruit les sieges des princes orgueilleux et fait seoir les humbles en leur lieu[26]. » Et pour ce, nous retournons à la matiere devant proposée.

[27]Incidence. — Le roy Loys, quant il fu coroné, chevaucha et ala par son royaume, et prist les hommages de ses sougiez et reçut. En cel anée meismes, Amauri conte de Monfort retorna d’Albigois en France par povreté[28], et laissa Carcassone et plusseurs chastiaux[29] qui avoient esté conquis par grans travaux et par granz despens sus les mauvais herites d’Albigeois et avoient esté tenuz des genz de France lonctemps.

Le roy Jehan de Jherusalem[30] mut en cel an meismes de Tours et prist l’escherpe et le bourdon pour aler à Saint Jaques en Galice, et retorna par Burc[31] en Espaigne, et prist ilec à femme madame Berengier suer le roy de Castelle, niece madame Blanche lors royne de France.


II.
Coment le roy mena son ost en Poitou et conquist la Rochelle.

[32]En l’an de Nostre Seigneur MCCXXIIII, es nones du mois de may[33], le roy Loys tint general parlement à Paris[34], ouquel pape Honoré fist rappeller la sentence qui estoit donnée contre les Audigois qui estoient tenuz pour herites, et leur donna indulgence de repentir et de amender leur vie selonc ce qui estoit contenu es estatus du concile fait à Rome en l’eglise Saint Jehan de Latren[35]. En ce meismes parlement fu denoncié et esprouvé que Raymon conte de Tholouse estoit bon crestien et vivoit selon Dieu en la foy crestiene.

Ne demoura pas moult que après la feste saint Jehan Baptiste, le roy Loys ala à Tours[36] et assembla ylec grant compaignie de evesques et de prelaz et grant ost de barons, de chevaliers et de serganz, puis vint au chastel de Montereul[37] et prist trives jusques à ii ans[38] à Hemeri visconte de Thouart, et d’ilec ala au chastel de Niort et l’assist[39]. Ilec estoit Savari de Maulion[40] et les gens le roy Henri d’Angleterre qui gardoient et deffendoient le chastel. Le roy Loys fist drescier ses engins et ses perrieres, et tormenta si ceulz qui le chastel gardoient que il se doubterent forment et rendirent le chastel[41], sauf leurs corps et leurs avoirs, par telle condicion que il n’iroient ailleurs fors à la Rochele, et ce jurerent-il sus saintes euvangiles.

Après ce qu’il s’en furent partiz, le roy fist garnir le chastel de Niort et mena son ost à Saint Jehan d’Angeli. Ceulz de la ville, quant ils sorent la venue le roy se doubterent moult et pristrent conseil, et alerent au plus tost qu’il porent encontre lui, et se rendirent, et reçurent le roy et sa gent moult honnorablement en la ville. Le roy qui fu moult liez de la prosperité qui avenue li estoit, s’en parti au plus tost que il pot d’ilec et s’en torna vers la Rochele et l’assist le jour des ydes du mois de juing[42]. Il fist drescier ses engins partout devant les murs et greva trop forment ceulz de la ville. Més Savari de Maulion et iiic chevaliers et plusseurs soudoiers qui dedenz estoient, deffendirent et tindrent le chastel forment et viguereusement contre le roy et sa gent. Ainsi comme le siege et la guerre eust ja duré par xviii jours, il avint que le clergié et les religions, et le peuple de Paris s’esmurent et alerent sollempnelment, nuz piez et en langes, à procession dès l’eglise Nostre Dame jusques en l’abbaïe Saint Antoine, que Diex envoiast victoire au roy de France ; et furent à ceste procession iii roynes : madame Ysemburge[43] jadis femme le roy Phelippe ; madame Blanche femme le roy Loys ; madame Berengiere femme le roy Jehan de Jherusalem. L’endemain de ceste procession, avint si comme Diex le voult que contens et descort mut entre Savari de Maulion et autres chevaliers qui le chastel de la Rochele gardoient, pour ce qu’il trouverent en une huche[44] pierres et bran[45] que il cuidoient que le roy d’Angleterre leur eust envoiée [plaine d’argent][46] pour la guerre maintenir. Et pour ce, et pour la doubtance qu’il orent du roy Loys, qui de jour en jour les faisoit assaillir forment, li rendirent le chastel sauve leur vie et s’enfuirent en Angleterre[47]. Et en ceste maniere les Englois qui longuement s’estoient atapiz en la guerre d’Aquitaine se departirent, volentiers ou envis, du royaume de France.

Quant les Limozins et tous ceulz de Pierregort, et touz ceulz de ça la Garone oïrent dire que la Rochele estoit prise, il vindrent au roy et li firent homage volentiers et de gré, et li jurerent loyauté à tenir[48]. Le roy Loys mist garde à la Rochelle et prist les seremens des bourgois de la ville, et repaira a grant lieesce en France.

Incidence. — Dedenz les octaces de l’Assompcion Nostre Dame, concile general fu tenu à Monpellier[49], de l’auctorité le pape Honoré[50] qui avoit mandé et donné commandement à l’arcevesque de Nerbone[51], que la pais que le conte Raimon de Tholouse et les autres barons d’Albigois avoient promis à tenir à sainte Eglise, fust oye diligeaument, et que l’arcevesque le recommandast[52] au pape souz son seel enclose. L’arcevesque de Nerbone assembla les prelaz, evesques, abbés et clers de toute la dyocese de Nerbone [et prist le serement du conte de Thoulouse][53] et de touz les barons de la terre d’entour, que il tendroient la terre paisiblement et seurement, et obeiroient à l’eglise de Rome, et restabliroient aus clers et as chanoines leurs rentes entierement, en rendroient les domages à xlm mars d’argent, dedenz iii ans[54], et feroient justice sanz demeure de ceulz qui seroient ataint et convaincu de heresie, et osteroient selon ce qu’il porroient de toute leur province la mauvaisité de heresie.

Es octaves de la saint Martin en yver ensuivant[55], le roy Loys de France, et Henri le roy d’Alemaigne, filz Federic l’empereor, qui de la volenté son pere avoit esté nouvellement coroné en roy d’Alemaigne assamblerent à Vaucoleur pour traitier d’aucun profit pour les ii royaumes[56].


III.
Comment Savari de Maulion laissa les Anglois, et vint au roy de France ; et comment le roy d’Angleterre envoia son frere pour le pays d’Aquitaine recouvrer.

[57]Savari de Maulion qui parti s’estoit de la Rochele avec les Anglois pour querre secours au roy d’Angleterre, comme il fust passé oultre mer, s’aperçut que les Anglois ne se fioient pas bien en lui, ainçois le vouloient prendre et lier ; pour laquelle chose il eschapa au plus tost que il pot de eulz[58] et vint au roy Loys en France et se sousmist à li[59] et li fist hommage de tout ce qu’il tenoit.

Quant le roy d’Angleterre oy ce, si fu forment dolent et assembla touz ses barons et les prelaz de son royaume, et leur requist que il li fussent aidanz à conquerre Aquitaine qu’il avoit perdue. Les barons et les prelaz orent pitié du roy ; si se conseillierent et offrirent au roy, aussi les clers comme les lais[60], la quinzaisme partie de touz leurs biens meubles. Le roy Henri, après ceste promesse, assembla grant ost et toute sa navie, et envoia son frere le conte Richart[61] de Cornoaille atout iiic nefs[62] bien garnies de gens et de armeures vers la cité de Bordiaux. Les nefs orent bon[63] vent, et tantost vindrent au port sanz domage nul. Quant le conte Richart fu à terre, il vint, li et toute sa gent à i chastel qui est appellé Saint Macaire[64], et mist devant le siege, et le prist par force.

Quant le chastel fu pris, il destruit la terre et la païs d’entour, et après vint à une ville qui est apelée la Rochele[65], et mist devant son siege et la greva forment. Mais la gent de la ville qui fu entroduite en armes[66], se tint longuement contre ses anemis et les desconfist par pluseurs foiz. Quant le conte Richart et les Anglois virent ce, si furent moult dolens et corrouciez ; si les pristrent à assaillir de jour en jour plus forment. Mais quant ce sot le roy de France Loys, il envoia son mareschal atout grant plenté de chevaliers et de serjans et de soudoiers pour secourre la ville[67]. Quant le conte Richart et ses Anglois s’apperçurent que le secours venoit du roy de France, il se partirent du siege et leur vindrent à l’encontre sur le fleuve que on appelle Dordone, et ilec s’arresterent. Les gens le roy de France qui oultre ne porent passer pour le fleuve, vindrent à i chastel qui a non Limeul[68], qui se tenoit pour le roy d’Angleterre, et l’assistrent et firent tant que il le pristrent par force, puis entrerent en la terre au seigneur de Bergerac[69], et sousmistrent li et sa gent souz la poesté et en la subjection le roy de France. Quant le conte Richart et les Anglois sorent ces choses, il n’oserent puis combatre aus François, ainçois retornerent au plus tost qu’il porent en Angleterre.

Incidence. —[70]Il avint en l’an Nostre Seigneur M CC et XXV, ou mois d’avril, que uns hons vint en Flandres et dist que il estoit le conte Baudoin de Flandres, jadis empereor de Constantinoble et que il estoit eschapé aussi comme par miracle de la chartre des Griex. Plusseurs gens, grans et petiz de la contée de Flandres virent que il resambloit merveilleusement au conte Baudoin, et apperçurent par ses diz assez de signes que il avoient jadis veuz ou conte ; [si le reçurent à conte et à seigneur][71]. Et pour ce qu’il avoient en haine la contesse Jehanne fille du conte Baudoin, il la degeterent et li tolirent presque toute la conté de Flandres, et s’aerdirent du tout ou fauz[72] Baudoin. Quant la contesse se vit degetée de sa terre qui estoit son propre heritage en tel maniere, elle fu merveilleusement desconfortée ; et pour ce vint-elle au roy Loys de France, et li pria pour Dieu, que il eust pitié de li, et li monstra rayson pour quoi il pooit et devoit estre esmeuz, et restablir li, sa terre et sa contée.

Le roy Loys ot pitié de la contesse et vint à Perone atout grant plenté de barons et de chevaliers, et manda ilec celui qui faignoit estre le conte Baudoin, et li dona en conduit sauf aler et sauf venir pour monstrer les responses contre la contesse. Cil qui bien cuidoit avoir gaaignié [la contée][73] par fausseté vint à Perone atout grant plenté de gens qui s’aerdoient à lui, et fist contenance moult grant et moult orgueilleuse.

Le roy li demanda de moult de choses, et especiaument où il avoit fait homage au roy Phelippe, son pere, de la contée de Flandres, et où il l’avoit fait chevalier. Quant cil aperçut les demandes le roy, si se doubta forment et prist à querre aloignes de respondre aussi comme par orgueil[74]. Le roy qui bien vit et aperçut la folie et l’orgueil de li fu courroucié ; si li commanda que il vuidast dedens iii jours[75] sa terre et son royaume, et li donna conduist à repairier. Icil qui ot oy le commandement le roy retorna au plus tost qu’il pot à Valencienes, et ilec fu delessié de tous ceulz qui le suivoient. Lors quant il se vit seul et congoié du regne, si se tapi et fui aussi comme i marcheant en la terre de Bourgoigne ; mais ilec fu pris d’un chevalier[76] qui le trouva et ramena à la contesse de Flandres. Quant la contesse le tint, si le fist getier en chartre, et puis le pristrent ses gens, si li firent souffrir divers tormens, et au derrenier le pendirent comme faux et dampné[77].

En cel an meismes, Romain[78], dyacre et cardinal de l’eglise de Rome, vint legat en France entour la feste saint Pierre et saint Pol apostres[79], et ala de Tours à Chinon[80] avec le roy Loys de France. Là furent prolongniées les trives entre le roy de France et Hemeri le visconte de Thouart jusques à la feste de la Madgalene ensuivant ; et tantost après retorna le roy à Paris et tint son parlement ylec. La veille de la Magdalene[81] vint Hemeri visconte de Thoart devant le roy et le legat de Rome et li fist hommage, presens les messages le roy d’Angleterre qui lors estoient venuz à court.

Après ce parlement, entour la Purification Nostre Dame, le roy et les barons et les prelaz de France s’assamblerent à Paris et pristrent, plusseurs des contes la croiz[82] par la main Romain dyacre cardinal pour aler sus les Albigois herites.


IV.
Coment le roy conquist Avignon et trespassa de ce siecle à Monpancier.

[83]En l’an de grâce M CC XXVI, ou mois de may[84], le roy de France Loys et touz les croisiez de son royaume s’assemblerent en la cité de Bourges[85] et se mistrent à la voie par la cité de Nevers et de Lyons, et vindrent à Avignon, noble cité et fort à conquerre et à prendre. Ceulz de celle cité estoient et avoient ja esté entrediz et escommeniez par l’auctorité de l’eglise de Rome, par l’espace de vii ans pour l’orde punaisie du vice de heresie. Quant le roy fu devant la cité d’Avignon[86] et il cuida passer paisiblement parmi, li et son ost, par une convenance de pais qu’il avoit faite as bourgois de la ville, li clostrent les portes, si que le roy et sa gent demorerent dehors.

Le roy se merveilla moult de ce que il avoient fait, et lors prist en son cuer force et vigueur, et fist assegier la ville tantost en iii lieux et commença ce siege la veille saint André[87] l’apostre[88]. Lors fist le roy drescier engins et trebuchiez et perrieres qui getoient espessement à la cité. Mais ceste chose valut pou, car ceulz dedenz se deffendoient forment et firent au roy et à sa gent moult de domages. Le siege dura fors et aspres jusques à la feste de l’Assompcion Nostre Dame[89] ouquel furent mors de dars[90] volans, bien près de iim des gens le roy. A ce siege mourut le conte de Saint Pol qui estoit nommez Gui[91], et fu feru de une pierre d’un mangonel ; dommage fu : preudons estoit et preux aus armes, et fermes en foy. Ylec trespassa de ce siecle l’evesque de Limoges[92]. Le conte de Champaigne, Thibaut[93] se departi du siege et vint en son pays sanz congié demander au roy ne au legat de Rome, Romain dyacre et cardinal.

Quant le roy vit ceulz de la cité si fort contre li tenir, si jura et dist que il ne se departiroit du siege jusques atant qu’il aroit la cité conquise. Ceulz d’Avignon sorent assez tost le serement et la volenté le roy, et comment il les avoit pris en grant haine. Il se doubterent moult et orent conseil ensemble ; si envoierent iic des meilleurs de la ville pour ostages[94] au roy, et jurerent qu’il seroient en la volenté le roy et de l’eglise de Rome, si come le cardinal diroit. Ceste ordenance faite, le roy et sa gent entrerent en la cité ; lors commanda que il feissent emplir les fossez rés à rés de terre, et fist abatre et araser iiic maisons entour qui estoient en la cité[95] et les murs de la ville jusques au pié. Le cardinal assoult la ville et mist moult de bones coustumes, et fist ordener et sacrer ylec en evesque i moine de Cligni nommez maistre Nichole de Corbie[96].

Après ces choses, le roy issi d’Avignon atout son ost et s’en vint par Provence. Les citez et les chastiauz et les forteresces se rendirent à lui en paiz, sanz guerre faire jusques à iv lieues assez près de Tholouse[97]. Quant le roy vit ce, si establi et ordena en son lieu garde de toute la terre et de toute la contrée, i sien chevalier Inbert de Biaugeu[98] qui estoit de son linage, et s’appareilla pour retorner en France. Le jeudi devant la feste de Touz Sainz[99], se mut pour retourner, et chevaucha tant qu’il vint à Monpancier en Auvergne[100] ; il acoucha malade d’une grande enfermeté et mourut le dimenche d’emprès les octaves de Touz Sainz[101]. Jhesu Crist en ait l’ame, car bon crestien estoit, et avoit esté touz jours de grant saintée et de grant purté de corps tant comme il fu en vie ; car l’en ne treuve pas que il eust oncques à faire à fame, fors à celle que il prist en mariage. Assez sont qui dient que par la mort le roy fu acomplie la prophecie Mellin qui dist : In monte ventris morietur leo pacificus. C’est à dire : Ou mont du ventre mourra le lyon paisible. Le roy Loys fu en sa vie fiers comme i lyon envers les mauvais, et paisible merveilleusement envers les bons. Ne on ne treuve mie que onques roy de France ne autres, fors cesti mourut à Montpancier. Après ce que le bon roy fust trespassé de ce siecle, si fu aporté à Saint Denis en France ; ilec fu enterré delez son pere le bon roy Phelippe.

  1. L’histoire de Louis VIII est prise dans l’ancien manuscrit des Grandes Chroniques de Charles V, auj. ms. fr. 2813, fol. 260 vo, de la Bibl. nat.
  2. De Philippe-Auguste.
  3. Gesta Ludovici octavi Franciæ regis, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 302-303.
  4. 14 juillet 1223.
  5. Louis VIII naquit le 5 septembre 1187.
  6. Isabelle, première femme de Philippe-Auguste, était fille de Baudouin V, comte de Hainaut et de Marguerite, sœur de Philippe d’Alsace, comte de Flandre ; elle mourut le 5 mars 1190 (cf. dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XIII, p. 585, une prétendue généalogie de Charlemagne, d’après laquelle elle serait descendue du dernier carolingien, Charles de France, duc de Lorraine, par sa fille Hermengarde).
  7. Louis VIII fut couronné à Reims le dimanche 6 août 1223.
  8. Guillaume de Joinville, archevêque de Reims du 10 juin 1219 au 6 novembre 1226, date de sa mort.
  9. Blanche de Castille, que Louis VIII avait épousée le 23 mai 1200 à Port-Mort (Eure, arr. et cant. de Andelys).
  10. Jean de Brienne, roi de Jérusalem depuis 1210.
  11. Voir (Grandes Chroniques, t. V, p. 1, note 2) ce que nous avons déjà dit au sujet de ce rattachement à la dynastie capétienne à la dynastie carolingienne.
  12. Cf. Vincent de Beauvais, Bibliotheca mundi, Douai, 1624, t. IV, p. 1275-1276.
  13. Grandes Chroniques, t. I, chap. i.
  14. Clovis II.
  15. Les mss fr. 2813, 17270, 17271, donnent par erreur « fille ». Nous avons corrigé d’après le royal ms. 16 G VI, fol. 385, du Brit. Mus.
  16. Royal ms. 16 G VI, fol. 385, « Blichilde » ; ms. fr. 17270, « Blitude ». — Blitilde ou Blichilde est une fille que plusieurs généalogistes ont faussement attribuée à Clotaire Ier et ont donnée comme aïeule de saint Arnoul, évêque de Metz, souche des Carolingiens (P. Anselme, Hist. généal., t. I, p. 8).
  17. Childéric III, qui fut déposé entre le 31 octobre 751 et le 23 janvier 752 (Krusch, Chronologica regum Francorum, p. 507).
  18. Dans le royal ms. 16 G VI du Brit. Mus. et dans les autres manuscrits on a : « Par l’auctorité de l’eglise de Rome », ce qui est conforme au texte latin : Auctoritate apostolica. Dans le ms. 2813, ces mots furent grattés et remplacés par la leçon que nous donnons, P. Paris, Grandes Chroniques, t. IV, p. 213, n. 1, dit avec quelque vraisemblance : « Ce changement doit être le fait du roi Charles V lui-même qui ne pouvait tolérer que l’autorité du pape eût jamais pu faire et défaire les rois de France. »
  19. Voir Acta Sanctorum, avril, t. III, p. 458. Cf. Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. A. Le Prévost, t. I, p. 171.
  20. Ms. 16 G VI : « lors ». Latin : « per violentiam Arnulphi comitis Flandriæ » ; c’est Arnoul Ier, dit le Vieux ou le Grand, qui fut comte de Flandre depuis 918 jusqu’à sa mort, survenue le 27 mars 965.
  21. Montreuil-sur-Mer, Pas-de-Calais.
  22. La seconde fille de Charles de France, duc de Lorraine, s’appelait Adélaïde et non Hermengarde, et son mariage avec un comte de Namur que les généalogies nomment arbitrairement Albert est très hypothétique (F. Lot, Les derniers Carolingiens, p. 286. Cf. les Grandes Chroniques, t. IV, p. 366, n. 5, et t. V, p. 1, n. 2).
  23. Charles de France était frère du roi Lothaire et ainsi oncle de Louis V, le dernier roi carolingien (cf. les Grandes Chroniques, t. IV, p. 365).
  24. Charles de Lorraine, livré en 991 à Hugues Capet par Ascelin, évêque de Laon, fut enfermé à Orléans où il mourut probablement entre 992 et 995 (F. Lot, op. cit., p. 274-278).
  25. Ecclésiaste, chap. x, verset 8.
  26. Ecclesiaste, chap. x, verset 17.
  27. Gesta Ludovici octavi, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 303. Cf. Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. H. Géraud, t. I, p. 170-171.
  28. Latin : « propter inopiam victualium. »
  29. Amauri de Montfort, comte de Leycestre, fils de Simon de Montfort, sortit de Carcassonne le 15 janvier 1224 (n. st.) et abandonna le pays pour toujours (Hist. gén. de Lang., nouv. éd., t. VI, p. 574).
  30. Jean de Brienne, roi de Jérusalem et empereur de Constantinople, épousa en secondes noces, en 1224, Bérengère de Castille, sœur de Ferdinand III, roi de Castille, et fille d’Alphonse IX, roi de Léon et de Galice, et de Bérengère de Castille, sa seconde femme. Il mourut le 23 mars 1237 (voir sur lui J.-F. Lafiteau, Histoire de Jean de Brienne, roi de Jérusalem et empereur de Constantinople, Paris, 1727, et Histoire littéraire de la France, t. XXIII, p. 638).
  31. Burgos.
  32. Gesta Ludovici octavi, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 303. Cf. Chronique latine de Guillaume de Nangis, t. I, p. 171-173.
  33. « Tertio nonas maii » (Chronique latine de Guillaume de Nangis, t. I, p. 171).
  34. Sur cette assemblée qui se tint à Paris le 5 mai 1224, voir Ch. Petit-Dutaillis, Étude sur la vie et le règne de Louis VIII, p. 235. Cf. dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 303, et dans Hist. de Languedoc, nouv. éd., t. VIII, no CLV, la réponse faite par Louis VIII à Conrad, évêque de Porto, légat du pape.
  35. C’est le douzième concile général de Latran qui se tint du 11 au 30 novembre 1215 et dans lequel fut examinée et condamnée l’hérésie des Albigeois.
  36. Ce fut à Tours que Louis VIII réunit son armée le 24 juin 1224 (Ch. Petit-Dutaillis, Étude sur la vie et le règne de Louis VIII, p. 238).
  37. Montreuil-Bellay, Maine-et-Loire, arr. de Saumur, ch.-l. de cant. Louis VIII y rencontra Aimeri de Thouars dans les derniers jours de juin 1224 (Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 241).
  38. On a dans le latin : « usque ad annum » (Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 304). Il faudrait donc : « jusques à un an », ainsi que le donnent le ms. fr. 2615, fol. 215 vo, de la Bibl. nat. et le royal ms. 16 G VI, fol. 386, du Brit. Mus.
  39. Le texte latin donne la date du début de ce siège « in vigilia beati Martini æstivalis Niordum castrum obsidet », soit le 3 juillet 1224.
  40. Sur Savari de Mauléan, sénéchal d’Aquitaine et poète, mort en 1236, voir Hist. littéraire de la France, t. XVIII, p. 671-682. Il était fils de Raoul, vicomte de Thouars et seigneur de Mauléon.
  41. La ville de Niort se rendit le 5 juillet (Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 242).
  42. Il faudrait lire : juillet, soit le 15 juillet, bien que les Gesta Ludovici VIII et la Chronique de Tours donnent idus augusti, ce qui est une erreur, car la ville se rendit le 3 août (Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 305, et t. XVIII, p. 305).
  43. Ingeburge, seconde femme de Philippe-Auguste.
  44. Ms. 2813, fol. 262, de la Bibl. nat. : « embusche ». Nous avons corrigé d’après le royal ms. 16 G VI, fol. 386 vo, et d’après les mss. fr. 2615, fol. 216, et 17270, fol. 278 vo. Au reste, le mot « huche » est bien conforme au texte latin arcas.
  45. Bran son ; latin : « furfure ».
  46. Les mots placés entre crochets n’existent pas dans le ms. fr. 2813, fol. 262, ni dans le ms. 17270, fol. 278 vo, de la Bibl. nat. Nous les avons rétablis d’après le ms. 16 G VI, fol. 386 vo, du Brit. Mus.
  47. Le royal ms. 16 G VI ajoute en note : « Mais le roy Loys leur bailla certaines gens qui les conduirent jusques à la mer. » Traduisant ainsi le latin : « Ludovicus rex dato conductu Anglicis. »
  48. Les Gesta Ludovici VIII et la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. I, p. 172, ajoutent : « exceptis Gasconibus qui ultra Garonnam fluvium commorantur ».
  49. Ce concile se tint à Montpellier le 21 août 1224. Raymond, comte de Toulouse, n’y put obtenir sa réconciliation avec l’Église. Sur ce concile, voir Labbe et Cossart, Sacrosancta Concilia, t. XI, col. 2333 et suiv.
  50. Honorius III (1216-1227).
  51. L’archevêque de Narbonne était alors Arnaud II Amauri (12 mars 1212-23 septembre 1225). Voir dans le Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XIX, p. 755, la lettre que lui écrivit Honorius III.
  52. La version des mss 16 G VI, fol. 386 vo, et fr. 17270, fol. 278, le remandast, est plus conforme au texte latin : « et quod inde faceret, remandaret » (cf. Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 306, et Chronique latine de Guillaume de Nangis, t. I, p. 172).
  53. Ce membre de phrase, omis dans le ms. fr. 2813, fol. 262, de la Bibl. nat., a été rétabli grâce au royal ms. 16 G VI, fol. 386 vo, du Brit. Mus. Il est bien conforme au latin : « a comite Tholosano aliisque baronibus juramenta recepit ». Le serment est rapporté dans les Gesta Ludovici octavi (Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 306).
  54. Le texte latin dit seulement « pro damnis quidecim millia marcarum infra tres annos persolverent ».
  55. Les conférences de Vaucouleurs (Meuse, arr. de Commercy, ch.-l. de cant.) entre Louis VIII, d’une part, et l’empereur Frédéric II et son fils Henri VII, roi des Romains, d’autre part, se tinrent le 19 novembre 1224 (Ch. Petit-Dutaillis, Étude sur la vie et le règne de Louis VIII, p. 264).
  56. Le royal ms. 16 G VI, fol. 386 vo, ajoute en note : « Et moult d’oppinions y ot ; mais à la parfin pou ou neant y prouffiterent ; et pour ce s’en retorna chascun en son païs. »
  57. Gesta Ludovici octavi Franciæ regis (Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 307 à 309). Cf. Chronique latine de Guillaume de Nangis, t. I, p. 173-174.
  58. On ajoute dans le texte latin : « et pluries infidelitatem eorum expertus ».
  59. Ce fut au mois de décembre 1224 que Savari de Mauléon offrit ses services à Louis VIII (Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 255).
  60. Latin : « tam clerici quam laïci ». Le ms. fr. 2813 de la Bibl. nat. fol. 262 vo, avait mis ici par erreur : « aussi les clers comment il li otroierent ». Nous avons corrigé d’après le royal ms. 16 G VI, fol. 387, et d’après les mss. fr. 17270, fol. 278 vo, et 2615, fol. 216.
  61. Ce mot est rétabli d’après le royal ms. 16 G VI.
  62. Richard de Cornouaille s’embarqua le 23 mars 1224 (Ch. Petit-Dutaillis, Étude sur la vie et le règne de Louis VIII, p. 260).
  63. Le ms. fr. 2813 de la Bibl. nat. donne leur. Nous avons corrigé d’après les mss. fr. 17270, fol. 279, 2615, fol. 216, et d’après le royal ms. 16 G VI, fol. 387, du Brit. Mus. On a dans le latin : « Qui mari tranquillo protinus illuc applicatus. »
  64. Saint-Macaire, Gironde, arr. de la Réole, ch.-l. de cant.
  65. La Rochele est une erreur. Il faut La Réole. On a, en effet, dans le latin : « Rorollam villam obsidet », et le ms. fr. 2615, fol. 216, de la Bibl. nat. donne la bonne leçon : qui a non La Riole.
  66. Latin : « armis admodum erudita ».
  67. La ville de la Réole fut néanmoins prise par les Anglais dans la nuit du 13 novembre 1225 (Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 261).
  68. Limeuil, Dordogne, arr. de Bergerac, cant. de Saint-Alvère.
  69. Hélie Rudel, seigneur de Bergerac, avait quitté le parti français entre le mois de mai et le mois d’août 1225 (Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 262).
  70. Sur l’affaire du faux Baudouin, voir Lenain de Tillemont, Vie de saint Louis, éd. de Gaulle, t. I, p. 359-370 et Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 396-398.
  71. Le ms. fr. 2813 de la Bibl. nat. a omis cette phrase que nous avons rétablie à l’aide du royal ms. 16 G VI, fol. 387, et du ms. fr. 2615, fol. 216 vo, de la Bibl. nat. Le latin « eum quasi dominum receperunt » est ainsi rendu.
  72. Le ms. fr. 2813 a mis par erreur : « aus enfans ». Nous avons corrigé d’après le royal ms. 16 G VI, fol. 387 vo, et d’après le ms. fr. 2615, fol. 216 vo.
  73. Nous avons rétabli ces mots, « la contée », d’après le ms. fr. 17270, fol. 279, de la Bibl. nat. et d’après le royal ms. 16 G VI, fol. 387 vo, du Brit. Mus.
  74. Le royal ms. 16 G VI ajoute en note : « ne nulle response depuis au roy ne daigna donner ».
  75. Nous avons rétabli, d’après le ms. 16 G VI du Brit. Mus. et d’après les mss. fr. 17270 et 2615, le mot « jours » qui fut omis dans le ms. 2813.
  76. Le nom de ce chevalier a été donné par Vincent de Beauvais : Speculum historiale, éd. de Douai, t. IV, p. 1276, « ab Eberhardo de Casseuca in quadam taberna ». Dans Casseuca, on a le nom estropié de Cassenea, Chassenai. C’est Erard de Chassenai. Cf. L. Delisle, Notes sur quelques manuscrits du Musée britannique, dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. IV, p. 186, et Récits d’un ménestrel de Reims, éd. de Wailly, p. 169.
  77. Le faux Baudouin aurait été pendu à Lille vers le 1er octobre 1225 : « circa kal. Octobris » (Chron. de Tours, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVIII, p. 309).
  78. Romain Bonaventure fut promu cardinal-diacre du titre de Saint-Ange en 1212.
  79. 29 juin 1225.
  80. D’après les Gesta Ludovici VIII, le légat, qui était venu à Tours le 29 juin, aurait rejoint le roi de France trois jours après à Chinon, et ce fut dans cette ville que Louis VIII conclut une prolongation de trêves de vingt jours avec Aimeri, vicomte de Thouars (cf. Ch. Petit-Dutaillis, Étude sur la vie et le règne de Louis VIII, p. 263). Voir le texte des trêves conclues au mois de juin 1224 dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 304.
  81. 21 juillet.
  82. La prise de croix eut lieu à Paris le 30 janvier 1226 (n. st.) (Chronique de Tours (Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVIII, p. 312). Cf. Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 292).
  83. Gesta Ludovici octavi Franciæ regis (Ibid., t. XVII, p. 309-310). Cf. Chronique latine de Guillaume de Nangis, t. I, p. 175-176.
  84. La Chronique latine de Guillaume de Nangis (éd. Géraud, t. I, p. 175) dit que les croisés partirent « circa Ascensionem Domini », soit vers le 28 mai, et arrivèrent à Avignon « in vigilia sancti Barnabæ apostoli », le 10 juin.
  85. Louis VIII partit le 11 mai de Bourges, où il avait convoqué pour le 17 mai tous ceux qui lui devaient le service de l’ost (Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 292).
  86. Sur les pourparlers de Louis VIII avec les habitants d’Avignon et sur le siège de cette ville, voir Lenain de Tillemont, Vie de saint Louis, éd. J. de Gaulle, p. 396 à 405.
  87. Il faut la veille de saint Barnabé l’apôtre, au lieu de saint André, comme dans le ms. fr. 2813, ou saint Barthélemi comme dans le royal ms. 16 G VI, fol. 368.
  88. Le royal ms. 16 G VI ajoute ici en note : « et fermer de murs forment ».
  89. Cette date du 16 août 1226 pour la prise d’Avignon, qui est donnée aussi par Vincent de Beauvais, Guillaume de Nangis et d’autres chroniqueurs, n’est pas adoptée par D. Vaissette qui se rallie plutôt à la date du 12 septembre (voir Hist. de Languedoc, nouv. éd., t. VII, p. 70-71, n. xxiv. Cf. Anecdotes historiques d’Étienne de Bourbon, éd ; Lecoy de la Marche, p. 267, § 318).
  90. D’après le royal ms. 16 G VI, fol. 398, et le ms. fr. 2615, fol. 217. Les mss. fr. 2813, fol. 263, et 17270, fol. 279 vo, ont mis par erreur : « dedenz ». Latin : « telorum imbribus ».
  91. Guy II, comte de Saint-Pol, second fils de Gaucher de Châtillon et d’Élisabeth de Saint-Pol, qui avait succédé à sa mère en 1219.
  92. Bernard Ier de Savenne, qui mourut le 22 juillet 1226.
  93. Thibaut IV, comte de Champagne, aurait, avec Pierre Mauclerc, comte de Bretagne, et le comte de la Marche, formée une ligue contre Louis VIII. Il quitta le siège, prétextant qu’il avait accompli la quarantaine exigée par la coutume (Chronique de Tours, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVIII, p. 316 ; Chronique rimée de Philippe Mouskes, vers 26173 à 26218). Cf. Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 324 et 325 ; Lenain de Tillemont, Vie de saint Louis, t. I, p. 446-447, et d’Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et des comtes de Champagne, t. IV, p. 205-208.
  94. Selon la Chronique de Tours (Ibid., p. 317), il aurait été remis 150 otages à Louis VIII et 300 selon la Chronique rimée de Philippe Mouskes (éd. de Reiffenberg, vers 26979). Sur le siège d’Avignon, voir cette Chronique, vers 25800 et suiv. Voir aussi Mathieu de Paris, Chronica majora, éd. Luard, t. III, p. 114-116.
  95. La phrase latine a été mal rendue ; on rasa trois cents maisons fortifiées de tours : « trecentæ domus turrales, quæ in villa erant ».
  96. Nicolas de Corbie fut évêque d’Avignon de 1226 à 1230.
  97. Voir, pour la soumission du Languedoc, Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 313-316.
  98. Humbert V de Beaujeu, fils de Guichard III de Beaujeu et de Sybille de Hainaut, connétable de France, était cousin germain de Louis VIII (P. Anselme, Hist. généal., t. VI, p. 81 et 85).
  99. Le 29 octobre 1226.
  100. Montpensier, Puy-de-Dôme, arr. de Riom, cant. d’Aigueperse.
  101. 8 novembre 1226. — Le testament de Louis VIII est publié dans le Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XVII, p. 310. Sur sa mort, son caractère et ses enfants, voir Lenain de Tillemont, Vie de saint Louis, éd. de Gaulle, t. I, p. 413-421.