Les Mariages de province/03

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Mariages de province
Revue des Deux Mondes, 2e périodetome 73 (p. 5-42).
◄  II
IV  ►
LES
MARIAGES DE PROVINCE

JACQUES MAINFROI


SECODNE PARTIE


IV.

Lorsque Jacques se retrouva chez lui, les pieds dans ses pantoufles, au milieu de la vaste et noble bibliothèque où tant d’hommes de bien, ses ancêtres, avaient médité sur les lois, il se mit à relire le billet de Marguerite et à méditer sur la personne qui s’était si noblement ouverte à lui. La femme avait fait tort à la cause ; l’avocat s’e1Tiçait devant le confident de tout à l’heure et l’amoureux d’autrefois.

Il mania longtemps et avec complaisance le papier doux, ferme, un peu cassant, où la main de Mlle de Vaulignon avait laissé entre les lignes une invisible et mystique empreinte. Il suivit cette écriture rapide, effarée et pourtant toujours nette, dont les caractères se précipitaient l’un sur l’autre comme les flots d’un torrent. Il s’arrêta un bon moment à la devise qui serpentait autour de l’initiale. L’initiale était un M simple, sans armes, et la devise tout ou rien. Il était difficile de deviner si cet M représentait le nom de Montbriand ou le prénom de Marguerite. Selon le cas, la devise n’était qu’une banalité indigne d’attention, ou elle exprimait la vigueur d’une âme entière et portée aux extrêmes. On n’étudie guère une lettre de femme sans la flairer un peu. Celle de Marguerite était imprégnée d’un parfum léger, fugitif et suave au dernier point ; mais la bordure, d’un noir intense, semblait gourmander cette recherche de sensualité, comme les grands arbres en deuil au mois de février jurent avec l’aimable floraison des violettes. Ce contraste entraînait certaines idées de renouveau ; Mainfroi se laissa éblouir par je ne sais quelle fantasmagorie qui lui montrait Mlle de Vaulignon jeune et brillante sous ses habits de crêpe. Cependant il n’était pas homme à se leurrer d’illusions gratuites ; il savait que la vie humaine n’a qu’un printemps, si la grande éternelle nature en a mille fois mille. Mais il venait de causer longuement avec Marguerite ; il avait vu son visage trempé de larmes refléter par instants les éclairs de la vingtième année ; parfois même, en remuant les cendres du passé, la belle veuve s’était comme illuminée d’un sourire de rage innocent. Un sourire, si frais qu’il puisse être, n’a pas l’autorité d’une démonstration géométrique : Mainfroi n’eut garde de conclure ou de supposer que Mlle de Vaulignon se trouvait tout entière devant lui. Entre l’amazone de vingt ans qu’il avait abordée sous le ciel, dans les bois, et la femme en grand deuil qui venait de lui conter ses peines dans un appartement garni, il voyait très distinctement la figure matérielle, opaque et antipathique du vicomte. Le bon sens ne lui permettait pas de reléguer un sportsman trop réel au pays des mauvais rêves, et pourtant, dois-je l’avouer ? Il prenait un certain plaisir à émincer, à volatiliser ce mari de quelques mois. Non content de savoir que M. de Montbriand n’était plus que poussière, il aurait voulu le réduire à la consistance d’une ombre. Étrange fantaisie, et d’autant plus inexplicable que Mainfroi ne se sentait pas amoureux ! Cette veuve de vingt-sept ans au plus lui semblait absolument hors d’âge. Le cœur a des méthodes de chronologie qui feraient sourire un bénédictin. Un homme de vingt-cinq ans meurt d’amour pour une femme de trente-cinq, il serait fier de l’épouser à la face du ciel, si quelque heureux hasard la faisait libre : à trente-cinq, il se trouve plus vert qu’une enfant de vingt-cinq, et croirait déroger à sa seconde jeunesse en la prenant pour femme. Jacques n’était donc pas épris, et il aurait rompu en visière au premier qui eût risqué en sa présence un tel paradoxe ; mais il prenait un vif intérêt à l’étude de cette nature féminine : il s’y livra toute la soirée, sinon en amoureux, du moins en amateur. Quant à l’affaire, il n’y pensa pas plus que si elle avait dû se plaider dans une autre planète.

Cet oubli de la profession ferait dire à quelques analystes qu’il y avait deux hommes en lui : un avocat et un mondain. Il y en avait même trois, à ce compte, car l’avocat et le mondain disparaissaient à certaines heures pour laisser voir un magistrat parfait. Mais n’est-ce pas un peu déprécier la nature humaine que d’expliquer par un miracle le cumul des aptitudes et des goût… ? Dans les pays et dans les temps où.notre espèce s’est épanouie en liberté, le même individu pouvait être avocat, magistrat, général, administrateur, grand-prêtre et planteur de choux, sans qu’on s’avisât de compter combien d’hommes il y avait en lui. La division du travail et l’esprit de spécialité, qui sont à leur place dans le monde industriel, n’ont rien à faire dans le monde moral.

Mainfroi se coucha donc à mille lieues du dossier Vaulignon contre Vaulignon. II s’endormit comme un joli garçon qu’il était, sur un oreiller de doux souvenirs et d’agréables pensées. Il y a toujours un plaisir délicat et tendre à s’occuper d’une jeune femme, ne fût-ce qu’à titre d’étude, pour savoir ce qu’elle est, ce qu’elle pense et ce qu’elle veut. Le réveil fut moins riant. L’avocat, en ouvrant les yeux, se rappela qu’il avait promis de défendre Marguerite. Il se dit que la pauvre enfant comptait sur lui, et que déjà sans doute elle croyait avoir cause gagnée ; l’imagination des femmes va si vite et franchit si cavalièrement les obstacles ! Or, il n’était pas sûr de gagner ce procès, ni même de le plaider. Non-seulement son succès, mais son simple concours était subordonné à l’examen des faits de la cause. Si Mme de Montbriand avait le droit pour elle, c’était plaisir de lui rendre une fortune ; si, par malheur, elle avait tort, aucune considération ne pouvait ébranler l’inflexible droiture de Mainfroi. Pas une fois en quatorze ans il n’avait dévié de sa ligne ; les chocs quotidiens du palais n’avaient pu lui communiquer l’élasticité qu’on admire chez les vieux avocats ; n’en était pas encore à cette maxime nourrissante, que les pires affaires ont un bon côté par où l’homme d’esprit sait les prendre. L’habileté lui faisait défaut ; il était savant, sensé, persuasif, entraînant ; mais il ne pouvait pas se rendre habile, et il se consolait fièrement de cette infirmité. Il y a peu de mérite à repousser les tentations grossières de l’argent lorsqu’on tient vingt-cinq mille francs de tente en portefeuille, plus un joli domaine à la campagne et une belle maison à la ville ; en revanche, ceux qui sont doués d’un cœur jeune et bouillant ont besoin de quelque vertu pour résister aux séductions du plaisir. Mainfroi s’était montré incorruptible à l’amour, même dans un tige qui porte avec lui l’excuse de toutes les faiblesses ; il se sentait d’autant plus engagé. Si l’affaire se présentait mal, ce passé Méritoire lui faisait une loi d’abandonner Mme de Montbriand à la ruine, à la réclusion, à la mort même, à tous ces fléaux sans doute imaginaires dont elle se disait menacée. Périsse la plus intéressante des femmes plutôt que la réputation d’un homme de bien I Les consciences immaculées sont rares ; quant aux femmes intéressantes, on en rencontre toujours assez.

Mais, s’il est aisé d’éconduire un plaideur ordinaire en lui disant : « Monsieur, votre affaire ne rentre pas dans ma spécialité, a il est infiniment plus délicat d’ôter la dernière espérance à la personne qui vous raconte sa vie, vous promène à pas lents dans tous les sentiers de sa jeunesse et partage avec vous ses plus secrètes pensées. L’avocat ne s’engage à rien en écoutant du haut de sa cravate les moyens bons ou mauvais d’un plaideur ; l’homme abdique un peu de son indépendance lorsqu’il accepte le rôle de confident. Un usage de la vie antique, transporté dans le for intérieur, régit encore aujourd’hui cette sorte d’hospitalité. L’homme à qui vous avez permis d’entrer un seul moment dans le privé de votre âme acquiert par cela seul un droit sur vous, il est moralement votre hôte. Il y a deux mille ans, vous ne l’auriez pas congédié sans un bain, un repas et quelques pièces de monnaie ; aujourd’hui, vous ne pouvez le mettre dehors que consolé et servi. Cette loi n’est écrite en aucun livre, et cependant personne ne l’ignore. Les gens en place qui sont par surcroît gens d’esprit se tiennent en garde contre les épanchements du solliciteur ; un maître qui sait son métier ne fera jamais la sottise d’accueillir les confidences de son valet : s’il se laissait conter l’histoire de Baptiste ou de Jean, il aurait leur famille sur les bras, et il ne serait plus servi que par grâce. La grande affaire des mendiants n’est pas d’obtenir qu’on leur donne, c’est d’obtenir qu’on les écoute ; celui qui les laisse parler devient par cela senneur débiteur.

Si Mme de Montbriand avait été la plus astucieuse des femmes, elle n’aurait rien imaginé de plus adroit que cet ajournement de la consultation, ce relâche consacré aux souvenirs du bon temps et à l’effusion du cœur. Il arrive parfois que l’extrême droiture et l’extrême habileté se rencontrent au but. Mainfroi, libre la veille, se sentait lié par une multitude de fils invisibles. Ce n’était pas qu’il crût devoir à Marguerite plus qu’à lui-même et à ses ancêtres ; il se reprochait d’avoir presque accepté une affaire tant de fois perdue, il tremblait de la trouver insoutenable ; il cherchait non-seulement un moyen de battre en retraite sans déshonneur, mais une compensation possible, une indemnité acceptable : tant il est vrai qu’un homme de cœur s’engage plus qu’il ne croit en écoutant une simple confidence !

Il se rendit à pied au rendez-vous, comme s’il pensait rencontrer une solution entre les pavés. Le chemin lui parut plus court et l’escalier moins haut que la veillé ; il avait peur, toutefois il marchait : ainsi font les braves soldats.

Polyxénie le reçut moins bruyamment que la veille, mais d’un air plus confident et plus intime, et cet accueil lui rappela que la servante, autant que la maîtresse, était fondée à compter sur lui.

Mme de Montbriand, debout devant un monceau de papiers, lui tendit une main fort belle et tout à fait appétissante, qu’il baisa froidement, poliment, en débitant les banalités d’usage sur un ton cérémonieux. Peut-être remarqua-t-il du coin de l’œil que la veuve portait une toilette moins sombre ; que ses beaux cheveux noirs, nattés en diadème sur le front, lui donnaient un air de reine et qu’elle n’avait plus les yeux rouges ; mais il s’était armé de résolutions héroïques, et il attaqua le dossier en homme qui a juré de commencer par là. « Je ne vous regarderai pas avant de vous avoir entendue, et je ne veux vous trouver belle que si vous avez raison. » Il ne s’exprima pas tout à fait si nettement, mais Marguerite le comprit. Elle s’arma de ce courage extrême qui vient aux cerfs et aux animaux les plus timides lorsqu’ils n’ont plus la force de fuir, et elle se lança, tête basse, dans l’exposé des faits.

« Monsieur, dit-elle, voici la cause première de tout le mal : c’est le testament de mon père. Il date de sept ans et divise notre patrimoine en portions inégales : deux millions en terres au comte Gérard, un million en argent pour moi.

— Je le sais. Le marquis usait d’un droit strict.

— Cela aussi, je le sais ; les tribunaux me l’ont appris à mea dépens. J’ai eu beau dire et prouver que cet acte n’exprimait pas la dernière volonté de mon père, que le pauvre homme, il y a sept ans, était capté par cette horrible Bavaroise, qu’il est revenu par la suite à des idées plus saines et à des sentiments plus équitables ; j’ai produit un nouveau testament olographe tout en ma faveur, mais faute de quelques formalités insignifiantes, ils m’ont tous condamnée, et ma ruine est sans appel.

— Un million ! ce n’est pas tout à fait la ruine.

— Mais je n’en ai plus rien, de ce malheureux million 1 Mon père me l’a repris jusqu’au dernier centime, sans compter mon douaire, dont il me reste au plus quatre-vingt mille francs. Et la succession m’en réclame cent mille I Si je paye, me voilà riche de moins que rien, propriétaire d’une quantité négative d’environ vingt mille francs. Mes ennemis, me voyant à ce point, donnent un libre cours à leur munificence : ils me font noblement remise de la dette et m’offrent le moyen de mourir de consomption dans mon ancien couvent de Grenoble. C’est ce qu’elle a toujours rêvé dans sa basse jalousie. Je l’éclipsais, je triomphais de mettre en relief ses laideurs physiques et ses turpitudes morales ; elle se consolait de tout par l’espoir de m’enterrer vive ! Vous vous rappelez, monsieur Mainfroi, ce que je vous disais du couvent ? Eh bien ! j’y touche, j’y reviens, la fatalité m’y ramène au bout de sept ans par un détour invraisemblable et atroce.

— Calmez-vous, madame ; il n’y a pas péril en la demeure. Quoi qu’il arrive, personne ne peut vous mettre au couvent malgré vous.

— Et quel autre refuge y a-t-il, s’il vous plaît, pour une femme de ma condition, lorsqu’elle se voit sans ressources ? Voulez-vous que je me mette à broder dans une mansarde ou à courir les cachets de piano ? L’honneur me permet-il de débuter au Théâtre-Italien comme prima donna ou dans un cirque comme écuyère de haute école ? Accepterai-je les douze cents francs que le recteur, brave homme, m’a fait offrir sous main avec un petit emploi dans l’instruction publique ? ou entrerai-je comme lectrice chez l’oncle de mon mari, M. de Cayolles, qui m’aime bien, qui m’aime trop ? Je ne m’abuse point, allez, et celle qui me traque depuis tantôt dix ans ne s’y trompe pas non plus ; elle a soigneusement fermé l’enceinte. Une femme bien née, qui se ruine ou qu’on ruine, n’a de retraite honorable que dans un couvent, parce que l’humilité du cloître est doublée d’un immense orgueil, et qu’on ne déroge pas en épousant Dieu. Soit ! je l’épouserai s’il le faut, et j’irai bientôt le voir de près !

« Mais, pardon, reprit-elle en escamotant une larme échappée, c’est de mon procès qu’il s’agit. Vous ne comprenez pas comment une femme si forte en apparence a pu se laisser dépouiller comme une enfant ? Hélas monsieur, c’est qu’on est enfant toute là vie devant l’autorité d’un père. Quand je suis revenue à Vaulignon, veuve, malade et navrée, mon père fut excellent pour moi. Il prit à cœur de me distraire et de me consoler ; de ma vie je ne l’avais connu si tendre. Cette malheureuse spéculation commençait à prendre corps, elle donnait les plus belles espérances. Le marquis ne s’y était pas encore jeté éperdument, à peine s’il avait un doigt dans l’engrenage ; mais, ébloui de son premier succès, il ne comptait déjà plus que par millions. Le domaine des Villettes, qui touchait aux Trois-Laux, lui donnait dans la vue ; il voulait l’acquérir pour moi, et comme mon douaire ajouté à ma dot en aurait tout au plus payé la moitié, il ne parlait de rien moins que de parfaire la somme. « Si tu te remaries, disait-il, tu feras équilibre à la maison de ton frère, et le canton sera partagé entre deux dynasties issues de moi. Si tu t’obstines à rester veuve, ton bien fera retour à Gérard ou à son fils dans une cinquantaine d’années, et alors nous verrons du haut du ciel le plus magnifique domaine qui se soit étalé depuis des siècles sous le soleil du Dauphiné ! » Mais j’étais déjà résolue à rester sur mon premier et lamentable essai du mariage. Je ne refusai pas offres généreuses de mon père, je ne les acceptai pas non plus. Les questions d’intérêt me semblaient parfaitement indifférentes, comme à toutes les femmes d’un certain rang. Mes affaires avaient été mises en bon ordre par les soins de M. de Cayolles, qui est sénateur, versé dans les questions de finances, et galant homme jusqu’au bout des ongles, quoique séparé de sa femme et un peu trop empressé auprès des autres. Grâce à lui, les lenteurs d’une liquidation me furent épargnées, et je rapportais au bercail un portefeuille de quinze cent mille francs bien nets, en valeurs de premier ordre, qui représentaient environ soixante mille francs de rente. Je ne savais que faire d’un si gros revenu, avec mes goûts simples, dans un pays où il y avait fort peu de misères à soulager. Je rentrai de plain-pied dans mes chères habitudes ; on fit accommoder à mon usage l’ancien appartement de ma pauvre mère, dans l’aile gauche du château ; je me donnai le luxe d’une bibliothèque, d’une petite voiture et de deux chevaux neufs ; j’achetai quelques tableaux, je fis un voyage en Suisse, un autre en Italie, avec Polyxénie et un vieux domestique ; à cela près, ma vie était exactement la même qu’entre quinze et vingt ans. Ma belle-sœur n’osait plus me traiter en enfant ; notre inimitié prit des allures plus franches, sans aller jusqu’aux grands éclats ; mon père n’en vit rien, et mon frère n’en voulut rien voir. Du reste, les Bavarois n’étant chez nous que trois mois de l’année, le bon temps ne me manquait pas, et j’ai fait une provision de souvenirs qui me soutient encore un peu dans mes luttes et mes misères. Je vous épargne l’histoire de cette épouvantable débâcle où l’honneur même de notre nom, compromis par la scélératesse des uns et l’imprudence des autres, faillit être englouti. Vous qui viviez à Grenoble, vous avez su tout cela mieux que moi et certainement avant moi. Je voyais bien l’humeur de mon père tourner au noir, et j’assistais au va-et-vient des gens d’affaires ; mais j’étais si peu de ce monde, et j’avais une si haute indifférence pour tous les intérêts, que la douleur de perdre et la joie de gagner me semblaient, comme au jeu, choses viles et roturières. Il ne m’entra point dans l’esprit qu’un marquis de Vaulignon pût s’émouvoir à propos d’argent, et la première fois qu’il s’ouvrit à moi de ses chagrins, je crus naïvement qu’il ne parlait ainsi que pour me cacher autre chose.

La vérité m’apparut enfin dans toute sa laideur lorsque mon père mit sous mes yeux une lettre de la Bavaroise qui le faisait pleurer d’indignation. Le pauvre homme avait demandé à Gérard je ne sais plus quelle somme pour désintéresser je ne sais quel créancier. La comtesse répondait pour son mari que les temps étaient durs, que les fermages rentraient mal, que les améliorations, les plantations, les routes, les bâtiments neufs absorbaient leur revenu de l’année, que tous leurs capitaux disponibles étaient engagés dans diverses opérations, bref que le cher papa serait gentil, gentil, s’il voulait bien chercher la somme dans son voisinage, chez ces bons Dauphinois, qui tous ont des tiroirs remplis d’argent qui dort.

« Je m’indignai d’abord, puis, me ravisant tout à coup : « Mon père, lui dis-je, tous ces papiers que j’ai là-haut dans un tiroir ne sont-ils pas échangeables contre écus ?

— Eh ! sans doute.

— Il me semblait bien. Et les hommes qui vous poursuivent refuseront-ils cet argent sous prétexte qu’il vient de moi ? »

« Cette demande le fit rire aux éclats, et j’eus deux bonheurs à la fois : sécher les larmes de mon père et flétrir la conduite de mon indigne belle-sœur. J’entraînai le pauvre homme chez moi, j’ouvris le chiffonnier où mes titres dormaient en liasses, et je lui dis : Puisez ! Il m’embrassa d’abord en me disant mille choses du cœur, ensuite il prit un papier qui valait, je crois bien, cinq mille francs de rente. Enfin il me dit : « Je veux te signer un reçu, car c’est un prêt que j’accepte, et les bons comptes font les bons amis. » Ce proverbe odieux, plus digne d’un Roquevert que d’un Vaulignon, me fit rougir. « Ah ! cher père ! lui dis-je, est-ce qu’il y a du tien et du mien entre nous ? Ne permettez-vous pas que je vous rende une parcelle de ma dot ?

— Un Vaulignon ne reprend pas ce qu’il a donné.

— Or, je suis une Vaulignon, je vous donne ce grand vilain chiffon de papier, et maintenant je vous défie de me le faire reprendre ! Voilà un argument sans réplique ; embrassez-moi.

« Mon père me témoigna dès ce jour une admiration qui m’étonnait un peu. J’avais toujours eu le sentiment de la propriété collective et je distinguais parfaitement notre bien du bien d’autrui ; mais au château, chez nous, il me semblait que tout dût être en commun ; je n’aurais rien su refuser, même à la comtesse Gérard, et j’aurais été stupéfaite qu’on me refusât quelque chose. Tous ces objets matériels auxquels le pauvre attache un prix n’ont plus de valeur dans notre sphère ; les idées et les sentiments y sont les seules réalités dignes d’intérêt.

« Ce fut donc avec un détachement tout naturel et peu méritoire que je vis passer ma fortune aux mains de mon père. D’abord je n’avais besoin de rien, et puis je pensais que tôt ou tard Vaulignon serait à moi, mon frère ayant déjà les Trois-Laux ; or, Vaulignon est une fortune. Quant à mon père, il était bien malheureux, bien humilié de nos positions respectives, et reconnaissant à un point qui parfois me faisait mal. Il s’accusait de m’avoir méconnue ; il s’emportait contre le fils ingrat, avare et lâche, qui lui tournait le dos dans un pareil moment ; il se reprochait à haute voix des préférences que je n’avais jamais remarquées ; souvent, en ma présence, il s’est juré de mettre ordre à nos affaires en réparant une injustice que j’ignorais. C’était sans doute le testament qu’il voulait annuler, car il me répéta bien des fois en puisant dans mon pauvre tiroir : « Tu ne perdras rien, ma chérie ; j’irai voir Foucou. » Ses idées de restitution étaient si formelles et si bien arrêtées qu’on a trouvé dans ses papiers un codicille dont voici la copie authentique :


« Vaulignon, 2 octobre 186..

« Indignement trahi par un fils que j’avais comblé, et comblé par une fille que j’avais en partie déshéritée, je déchire mon testament du… janvier 185., et moi soussigné Philippe-Auguste Lescuier, marquis de Vaulignon, je lègue en toute propriété à Claire-Estelle-Marguerite Lescuier de Vaulignon, ma fille chérie, veuve du vicomte de Montbriand, le château, le parc, les terres et généralement tout le domaine de V…


Il n’a pas achevé le mot, mais l’équivoque est impossible. La pièce n’est pas signée à la fin, elle l’est magnifiquement au milieu. Pourquoi, comment mon père a-t-il gardé deux ans ce papier dans sa chambre au lieu de le porter à Grenoble ? Est-ce la maladie du notaire Foucou et la vente de l’étude qui sont venues traverser un si juste projet ? Je l’ignore ; mais, quoique les tribunaux aient déclaré ce codicille nul, j’y constate avec bonheur la tendresse et la loyauté d’un digne homme.

« Nos relations ont été cordiales jusqu’au bout ; sa préférence pour moi ne s’est pas démentie un seul jour, quoiqu’il eut des agitations, des désespoirs et des colères terribles. Les procès se succédaient sans interruption ; il pleuvait du papier timbré sur le bateau ; mon père allait trois et quatre fois par semaine à la ville, chez l’avoué, chez l’avocat, chez les juges ; il ne chassait presque plus. Pauvre homme ! c’était lui qui était le gibier. Je le suppliais quelquefois d’en finir avec les affaires et de payer sans discussion, dans l’intérêt de sa santé, t l’argent qu’on lui réclamait : or Non, répondait-il, c est ton bien que je défends, et j’irai tant que les forces ne me trahiront pas. Malgré sa belle résistance, je me ruinais grand train. On eut vent de la chose dans mon ancienne famille, à Paris. M. de Cayolles m’écrivit une lettre très-paternelle et très-sensée pour me dire que cette liquidation était un gouffre, que j’y jetterais toute ma fortune sans le comblez, que je me devais à moi-même de conserver un peu de bien, car, si je me ruinais, mon nom, ma jeunesse et ma figure deviendraient autant d’obstacles au dévouement de mes meilleurs amis. Je Ils part de cet avis à mon père ; il y donna les mains. « Ton oncle a mille fois raison, me dit-il ; tu dois garder une poire pour la soif, quoique j’aie assuré ton avenir par une combinaison infaillible. Je ne veux pas que tu m’avances un centime au-delà de ta dot. Je te l’ai donnée, tu me la prêtes, je te la rendrai sous une autre forme, et j’espère que tu ne perdras rien. L’important est de protéger Vaulignon…entre toute hypothèque judiciaire. Si les huissiers mettaient leurs sales mains dessus, je les tuerais ou je me ferais sauter ; mais le douaire que tu as trop bien gagné, ma pauvre enfant, conserve-le. Cher père ! lorsqu’il parlait ainsi, mon douaire lui-même était déjà fort entamé. Je n’eus garde de le lui dire, et je fis ma principale étude de tous les dangers d’hypothèque qui pouvaient menacer Vaulignon. Je restais au château quand mon e re en sortait pour ses plaisirs ou ses affaires ; j’apprenais la procédure, je m’exerçais à déchiffrer l’odieux griffonnage des officiers ministériels. Et, lorsqu’il arrivait un commandement de payer, je payais.

« L’huissier se présenta par malheur un jour que mon père était présent et moi sortie. Il s’agissait d’une somme importante qui n’est pas encore réglée aujourd’hui : cent mille écus I C’était la dernière créance exigible ; entre mon père et moi, nous avions liquidé tout le reste. Si je m’étais rencontrée là, j’aurais inventé dix arrangements pour un. Je n’avais pourtant pas trois cent mille francs : il s’en fallait plus de moitié ; mais j’aurais fait opposition, ou bien j’aurais prouvé que le revenu de nos coupes pouvait tout payer en un an : la procédure des saisies immobilières abonde en détours et en échappatoires, Dieu sait si le pauvre homme était seul ; il sortait de table, son régime n’était pas très-ordonné depuis qu’il éprouvait le besoin de s’étourdir : ce commandement le frappa comme un coup de massue, et lorsque je rentra : de ma promenade, je ne trouvai plus qu’un enfant à soigner.

« Si j’ai fait mon devoir jusqu’au bout, c’est chose inutile à dire. Ni Gérard ni sa femme ne sont venus me disputer la garde du malade. Ils le croyaient ruiné à fond ; j’en ai la preuve dans cet acte où le comte accepte la succession sous bénéfice d’inventaire. Lorsqu’ils ont su la vérité, ils se sont fait envoyer en possession du château. J’ai plaidé la nullité du testament ; j’ai perdu en instance, en appel et en cassation. Reste à savoir si je dois rapporter les misérables débris de ma fortune passée. La partie adverse prétend qu’il faut déduire les dettes de ce qui reste dans la succession, ajouter au montant net les sommes que mon frère et moi nous avons reçues en avancement d’hoirie, et diviser cette masse en trois parts égales dont deux reviendraient à Gérard et la troisième à moi. Or, ce qui reste dans la succession, c’est Vaulignon, grevé de trois cent mille francs de dettes et estimé sept cent mille francs net. A cette somme, on ajoute le million des Trois-Laux rapporté fictivement par mon frère et le million de ma dot, soit deux millions sept cent mille francs d’actif. Et comme le premier testament, seul valable, dispose formellement en faveur de Gérard de la quotité permise par la loi, vous voyez que j’ai reçu cent mille francs de trop, puisque le tiers de vingt-sept est neuf et non pas dix. Donc le tribunal me condamne à rendre cent mille francs sur les quatre-vingt mille qui me restent, attendu que le vœu des mourants est sacré, et que le marquis de Vaulignon, au moment de paraître devant Dieu, a voulu que son fils ingrat fût cinq ou six fois millionnaire, et que sa fille dévouée mourût de faim. Qu’en dites-vous, monsieur Mainfroi ? Est-ce ainsi que vos pères, ces magistrats illustres et vénérés, entendaient la justice ? Est-ce ainsi que vous la comprendrez vous-même, lorsque vous disposerez à votre tour de la fortune et de l’honneur des gens ?

Mainfroi s’était promis d’écouter en vieillard cette plaidoirie féminine ; mais sa résolution ne tint pas contre le charme agressif et saisissant de Marguerite. Sa voix, admirablement timbrée, tantôt douce, tantôt forte, toujours juste, s’élevait en fusée, et tout à coup descendait par une transition insensible à des profondeurs inconnues ; après avoir ébranlé le cerveau de l’auditeur dans ses moindres tubes, elle se rabattait sur le cœur et le saisissait fibre à fibre. Le caractère du geste, la noblesse du visage, l’éclat des yeux accompagnaient cette voix prodigieuse et en doublaient l’autorité. Mille contrastes bizarres et charmants envahissaient l’esprit de Mainfroi : cette amazone à pied, cette Diane chasseresse en garni, cette veuve aux grâces virginales, avec son âme passionnée, son esprit viril, ses naïvetés enfantines et son érudition de procureur ; ce grand corps onduleux sur deux tout petits souliers, quelques mots de basoche égarés entre ces dents mignonnes qui avaient l’air de casser des noisettes en citant les articles du code, tout cela colorait le discours d’un reflet inusité. Mais ce qui par moments l’illuminait d’une splendeur incomparable, c’était la beauté morale d’une âme droite, le tableau d’une vie pure, d’un dévouement continu, de sacrifices accomplis dans l’ombre et d’une longue solitude fièrement traversée. Un juge de cent ans, aurait été prévenu en faveur d’une telle femme et de la cause qui se personnifiait en elle. Ajoutez qu’au cours du récit les souvenirs s’éveillaient en foule chez Mainfroi, et que chacun de ces souvenirs avait force de témoignage. Il se rappelait la première visite du marquis et du fanatisme de cet homme qui préférait sa terre à ta fille ; le dîner chez Foucou, la physionomie ingrate de Gérard, la combinaison Roquevert, inaugurée au profit de la Bavaroise et liquidée aux dépens de Marguerite. Tous les personnages du drame développaient jusqu’au dénouement les caractères qu’il avait devinés au premier acte. Il était donc obligé de donner gain de cause à la veuve pour l’honneur de son diagnostic et peut-être aussi pour l’acquit de sa conscience ; car enfin il avait trempé, sinon les mains, du moins le bout du doigt, dans ce testament jadis arbitraire, et que les circonstances rendaient criminel.

Or Mainfroi n’était pas de ceux qui font les choses â demi. S’il était arrivé à l’âge de trente-sept ans sans jamais brûler ses vaisseaux, c’est que, vivant en terre ferme, il n’avait jamais eu de vaisseaux à brûler. Une résolution extrême ne lui coûtait pas plus qu’une demi-mesure à la plupart des hommes de ce siècle mou. En moins de deux minutes, il pesa le pour et le contre, prit son parti, tendit la main à Marguerite et lui dit :

« Écoutez bien, madame, et gravez ma parole au plus profond de votre mémoire, qui est fidèle et qui me l’a prouvé : ou j’obtiendrai qu’on vous rende intégralement les biens dont on vous a dépouillée, ou je veux perdre ma fortune et mon nom.

La belle veuve, un peu troublée par cette déclaration solennelle, balbutia quelque remerciement confus, et protesta qu’elle était loin d’en demander autant.

« Et pourquoi donc m’arrêterais-je à moitié chemin, si le but est à ma portée ? Votre droit est entier, et je n’en revendiquerais que la moitié, le quart, le quatorzième ? Quel motif avons-nous de faire des présents à qui nous vole le nécessaire ? Je ne m’explique pas votre premier procès, ni surtout l’obstination des avoués qui vous l’ont fait poursuivre jusqu’en cour de cassation. Il s’agissait bien d’ergoter sur la validité du second testament ! La question n’a jamais été là, quoique le titre en lui-même me paraisse très-défendable. Mais vous êtes créancière de la succession, madame ; mais on vous doit les quatorze cent mille francs que vous avez engloutis par bonté dans la liquidation des plâtrières ! Je trouverai l’agent de change qui a vendu vos titres un à un, j’établirai la concordance des dates, je montrerai que chacun de vos sacrifices a libéré une partie de ce domaine que le couple Gérard s’arroge impudemment ! Je ferai comparaître les huissiers à qui vous avez donné votre argent, de vos propres mains. J’établirai le compte de vos biens à la mort de M. de Montbriand ; on saura quelle vie modeste vous meniez à Vaulignon ; la cour dira s’il est possible que vous ayez gaspillé en cinq ans de villégiature un million et demi. Ce n’est pas tout ; nous ferons la contre-épreuve sur les recettes et les dépenses de votre injuste et malheureux père. On sait ce qu’il avait, on sait ce qu’il devait le premier jour du mois où les actions de cinq cents francs sont tombées à deux cent cinquante. Nous ferons le total des sommes que M. de Vaulignon a payées jusqu’à sa maladie, et je demanderai dans quelle bourse il a puisé tout ce qui lui manquait. Comptez sur moi, madame, ou plutôt sur l’éclatante justice de votre cause. Plus j’y pense, plus je m’étonne que ni vos avoués ni vos avocats ne l’aient comprise, et qu’elle ait pu arriver toujours perdue, mais toujours intacte, jusqu’à moi. »

Marguerite répondit avec une candeur adorable : « C’est sans doute que je l’ai mal expliquée à ces messieurs. Pensez donc ! des secrets de famille ! Quel que soit l’intérêt qui vous pousse, on ne peut pas les raconter au premier venu. »

Ainsi donc, pensa Mainfroi, je ne suis pas le premier venu pour elle ! Il prit avantage de l’aveu pour se détendre et se familiariser. Il se prévalut même des alliances quasi légendaires qui unissaient les Vaulignon aux Mainfroi. « Mais alors, dit-elle en riant, nous serions cousin et cousine, si nous étions venus au monde quinze générations plus tôt ?

— Nous le sommes, madame ; ce n’est qu’une question de degré.

— Vous me le jurez, mon cousin ?

— Foi d’avocat, ma cousine. Et puisque nous voici presque en famille, permettez-moi de vous demander si la devise de votre papier à lettres appartient aux Vaulignon ou aux Montbriand ?

— Elle n’appartient qu’à moi seule. Pourquoi me demandez-vous cela ?

— Parce que, si la devise est à vous, je compte vous l’emprunter, ma cousine, jusqu’au prononcé de l’arrêt. Tout ou rien ! Oui, je veux vaincre ou mourir, et je vaincrai, car la vie est bonne.

— On le dit.

Sur ce mot, qui ne manquait pas de profondeur, elle congédia Mainfroi. Le jeune bâtonnier descendit du second étage sans effleurer les marches de l’escalier. Il avait des ailes ; celui qui aurait pu le suivre par les rues l’aurait entendu dire à chaque pas : Quelle femme ! quelle cause I Peut-être ne savait-il pas lui-même si c’était la femme ou la cause qui faisait battre son cœur ; mais, comme il éprouvait le besoin très-naturel de babiller un peu sur l’une et l’autre, il s’en alla tout droit chez le premier président.


V.

A sa grande surprise, il trouva le vieillard plus agité que lui-même. M. Mondreville se leva, vint à lui, lui prit la tête et lui donna l’accolade en larmoyant : « Oui, cher enfant, j’étais sûr de vous voir aujourd’hui, et je vous remercie de partager ma joie. Ce jour est donc venu ! Je puis chanter le cantique de Siméon. Nunc dimittis ! »

Mainfroi craignit d’abord que cette expansion ne fût un symptôme de décadence sénile. « Mais vous ne savez donc pas` ? reprit le président. Il est garde des sceaux !

— Qui ?

— Mon copain ! Le nouveau ministère est tout au long dans l’Indépendance ; il sera dimanche au Moniteur.

— Hum ! Entre la coupe et les lèvres…

— Mais il me l’a écrit lui-même, ce cher ami ; voici la lettre.

— Ceci change la thèse. Alors, monsieur, veuillez agréer mes compliments sincères et mes regrets, car le premier mouvement de l’illustre copain sera de vous confisquer au profit de la cour suprême.

— Pas si vite ! Il faut attendre une vacance. Et qui sait s’ils voudront de mes vieilles lumières à Paris ? Quant à vous, mon enfant, votre affaire est hors de doute. Aussitôt pris, aussitôt procureur général.

—Oh mais non ; je refuse.

— Il a votre parole.

— Je la reprends. Ah ! monsieur, si vous saviez quelle admirable affaire ! Vous verrez ! vous entendrez, car je me fais une fête de la plaider bientôt devant vous ! Un droit évident qu’on a méconnu et nié quatre fois de suite I la femme la plus intéressante, la plus digne, la plus admirable, effrontément dépouillée par des collatéraux sans cœur ! Je veux que la réparation soit aussi éclatante que l’iniquité fut énorme ; je flagellerai l’odieuse belle-sœur ; je souffletterai moralement l’indigne frère. Ah 1 tenez ! à la veille d’un combat si légitime et si glorieux, je n’échangerais point ma toque d’avocat contre une couronne royale

— Soit ; mais contre un mortier de président ?

— Pas même ! Rien ne vaut le plaisir de demander justice.

— Vous oubliez le plaisir de la rendre, mon enfant. L’avocat propose, et le juge dispose

— Et le parquet ?

— Il impose. Si je m’intéressais à quelque victime des iniquités sociales, je demanderais au bon Dieu, primo de’présider l’affaire, secundo d’y remplir les fonctions du ministère public, tertio d’y plaider comme Démosthène ou comme vous, mon cher maître. Ce n’est pas moi qui parle, c’est l’expérience d’un vieux mentor. Mais quel est donc l’appel qui vous tient tant au cœur ? Vient-il à la première chambre ?

— Oui, monsieur. Vaulignon contre Vaulignon. C’est Picardat qui occupe pour Mme de Montbriand.

— Diable ! diable !… Litige épineux, mon fils. Je connais la question sur le bout du doigt ; le maudit testament du marquis nous a donné bien de la tablature. En équité, je crois que votre cliente n’aurait pas tort, l’intimé m’a tout l’air d’un médiocre sire ; mais ses mesures sont admirablement prises, la forme est pour lui. Si ma mémoire ne me trompe pas, le gain de la cause a tenu trois ou quatre fois à un cheveu ; malheureusement quand la balance s’entête à pencher du même côté, c’est que décidément il y a un plateau plus lourd que l’autre. Vous me direz que ce nouveau marquis de Vaulignon et sa femme ont fait flèche de tout bois : j’en conviens ; la brigue est forte, mais on s’est démené des deux parts. Il parait que la marquise est en crédit à Munich ; elle fait agir la légation de Bavière ; notre garde des sceaux, celui qui part dimanche, a été sollicité diplomatiquement. De son côté, Mme de Montbriand est protégée par un gros sénateur, légitimiste rallié, et d’autant plus influent qu’il ne s’est pas vendu, mais donné. Vous savez que l’empire a des tendresses de parvenu pour ces messieurs de l’ancien régime, sitôt qu’ils daignent s’humaniser un peu. On combat les républicains à coups de trique et les royalistes à coups d’encensoir. Le ministre de l’intérieur a pris parti pour M. de Cayolles, qui adore Mme de Montbriand, quoique honnête femme ou plutôt parce que, un paradoxe de vieux beau ! On a donc opposé ministre à ministre, comme on pousse pion contre pion au début d’une partie d’échecs ; puis on a fait marcher les grosses pièces : le fou d’ici, la tour de là, enfin la dame et le roi lui-même… Que voulez-vous` ? le suprêmes conséquences du gouvernement personnel ! Il s’ensuit que l’affaire Vaulignon est tendue à un point que je ne saurais dire. Il n’y a pas huit jours que Mme de Montbriand a signifié son acte d’appel, et déjà le garde des sceaux a fait savoir au procureur général qu’il eût à prendre la parole en personne et non par substitut. On compte sur lui pour enlever l’affaire, et on n’a peut être pas tort ; il tient pour les Bavarois, c’est connu ; vous aurez affaire à forte partie. Moi, je n’ai pas d’opinion préconçue, et vous pouvez compter sur mon attention la plus bienveillante, comme toujours. Trouvez l’argument décisif, mon jeune ami ; jetez un poids nouveau dans la balance, et je serai heureux de consacrer par un arrêt le plus étonnant de vos triomphes ; mais, puisque vous portez un intérêt si vif à Mme de Montbriand, dites-lui qu’elle ferait sagement de produire un mémoire à l’appui de sa demande : il faut préparer le terrain, ramener quelques esprits, et détruire les préventions que les succès constants de la partie adverse ont pu enraciner. »

Mainfroi n’eut garde de négliger un avis si paternel, et, soit que la publication de ce mémoire lui parût pressante, soit qu’il craignit de laisser refroidir l’éloquence qui bouillait en lui, soit qu’il trouvât charmant de se cloîtrer dans une pensée de plus en plus chère, il rentra, défendit sa porte et travailla d’arrache-pied jusqu’à minuit. II fallut que la vieille Fleuron fit acte d’autorité en venant éteindre la lampe.

Le lendemain, au petit jour, il écrivit à Marguerite pour réclamer d’urgence un nouveau rendez— vous, et jusqu’au moment de la revoir il se tint occupé d’elle. Elle le reçut à midi, et il put déjà lui soumettre le canevas d’un travail net, logique, parfaitement ordonné, où les faits, serrés l’un contre l’autre, avaient l’air de soldats qui courent à la victoire. La jeune femme en fut ravie ; elle croyait déjà l’affaire terminée.

« Patience ! dit-il ; ceci n’est que le plan d’un travail préparatoire ; il vous faudra me fournir tout un monde de documents et de matériaux qui me manquent. C’est une collaboration longue et pénible que je viens solliciter ; me l’accorderez-vous ?

— Eh ! grand Dieu ! répondit-elle, quand tous mes intérêts ne seraient pas en jeu, je le ferais par plaisir, car votre compagnie est la plus adorable du monde.

Elle avait quelquefois de ces boutades où le cœur part comme une arme à feu dans la main d’un enfant. Sa reconnaissance, son admiration, son amitié, éclataient à brûle-pourpoint, si brusquement que Mainfroi, ahuri, ne savait que répondre. Toute son expérience des femmes était désarçonnée par ces soubresauts. Marguerite ne ressemblait à rien de ce qu’il connaissait ; ce n’était pas l’être faible, averti, cauteleux, provoquant et fuyard, qu’il avait maintes fois couru et forcé dans ses chasses à travers le monde, mais une nature droite et cavalière. Ses moindres politesses affectaient un air agressif, sans toutefois qu’un fat eût osé les interpréter en mal. C’était l’effusion d’un cœur chaud qui s’emporte ; on y sentait peu de tendresse et surtout point de faiblesse.

La rédaction du mémoire prit une semaine, et, sauf quelques heures consacrées aux devoirs du palais, ils passèrent tous ces jours en tête-à-tête. Marguerite avait fourni sa bonne part de travail ; elle écrivait d’un style net et tranchant, un peu âpre parfois, mais toujours digne et contenu. Quand la première épreuve sortit de l’imprimerie Maisonville, Mainfroi l’apporta tout humide et la lut à haute voix de bout en bout. Marguerite en fut transportée ; elle sauta au cou de son cher avocat et l’embrassa sur les deux joues, puis elle lui tourna le dos, s’installa devant la table, et, comme refroidie par cette explosion, elle se mit à feuilleter l’épreuve et à revoir les passages importants sans remarquer le trouble de Mainfroi. Quant à lui, il avait la tête un peu perdue ; la joie et l’étonnement le faisaient vaciller sur ses jambes ; son esprit courait à mille lieues du procès ; il commençait à se demander s’il ne jouait pas le rôle d’un séminariste et d’un sot. Au fort de ses perplexités, il aperçut le cou de Marguerite, très— allongé, très-souple et d’une blancheur éclatante, ou tranchaient cinq ou six boucles de petits cheveux noirs. La nuque d’une jolie femme a des séductions que le vulgaire ne soupçonne pas, mais qui ravissent en extase les dilettanti de l’amour. Mainfroi s’approcha lentement, comme attiré par une fascination irrésistible, et sa bouche contre-signa l’hommage de ses yeux.

Mme de Montbriand bondit et se retourna vers lui tout d’une pièce, le visage en feu, le regard flamboyant, la lèvre frémissante : « Oh dit-elle.

— Chère madame, répondit-il avec un sourire avantageux, je ne vous rends que la moitié de ce que vous m’avez donné tout à l’heure. »

Elle ne comprit pas d’abord, et tandis que son esprit cherchait, ses yeux fixes gardaient leur expression hagarde. Lorsqu’elle eut trouvé le mot de l’énigme, elle reprit vivement :

« Non cela n’est pas la même chose. Ce que j’ai fait, je l’aurais fait devant mille personnes, et vous, m’auriez-vous traitée de la sorte, si seulement Polyxénie avait été là ? »

Il protesta de son respect et de son obéissance, se confondit en humbles excuses, et revint, par un détour habile, mais connu, à réclamer du bon vouloir de Marguerite ce qu’il avait obtenu par surprise.

La belle veuve (de sa vie elle n’avait été si belle), se recueillit une minute et répondit :

« Monsieur Mainfroi, si vous me demandiez la permission de m’embrasser, je n’aurais peut-être pas le courage de vous répondre non ; mais j’estime que vous feriez mieux de ne me demander rien. »

Mainfroi mit un genou en terre et dit : « Revoyons notre épreuve. »

Ils travaillèrent ce jour-là comme deux hommes, et se quittèrent sans avoir parlé d’autre chose que du procès. Seulement, à la dernière minute, Mme de Montbriand prit la brochure et dit : « Nous avons oublié l’épigraphe.

— Que mettrez-vous ?

— Ma devise, qui est aussi la vôtre. »

Rien ne fut changé dans leurs habitudes ; ils se revirent le lendemain et tous les jours suivants aux mêmes heures et dans la même intimité ; mais le laisser-aller des premiers jours ne se retrouva plus, chacun d’eux s’observait davantage : une révolution irréparable était accomplie ; la gêne se glissa dans leurs rapports et la froideur se répandit peu à peu sur leurs entretiens. Cette gène toutefois abondait en jouissances secrètes, et cette froideur cachait un feu tout nouveau. Un seul geste de Mainfroi avait tué le bon garçon chez Marguerite et réveillé ou éveillé la femme.

Cependant le mémoire était lancé ; on ne parlait pas d’autre chose au palais et dans la ville. Le succès littéraire fut très-vif ; on admira partout cette argumentation suivie, serrée, poignante, qui égorgeait l’adversaire sans sortir un moment du ton modéré et sans choquer aucune convenance. L’opinion publique se retourna ; le parti pris de certains magistrats fut ébranlé. Le défenseur des Vaulignon, qui était un homme émirent, s’empressa de rédiger un factum énergique ; mais il commençait à douter de la victoire, et il poussait ses clients à une transaction. Quelques officieux s’entremirent ; on offrit à Mme de Montbriand de lui laisser le peu qu’elle avait, et de lui parfaire en viager dix mille francs de rente. Le procureur général appuya sous main ces tentatives ; il fit entendre à Mainfroi que sa cause, excellente en équité, mauvaise en droit, devait s’accommoder de la demi-satisfaction qui était offerte ; mais l’avocat et la plaideuse maintinrent résolument leur « tout ou rien », Plus ils voyaient l’ennemi se démoraliser, plus ils s’affermissaient en courage.

La curiosité publique avait d’abord respecté le deuil et la misère de Marguerite ; peu de gens la connaissaient en ville ; les maisons qui s’étaient trouvées en relation avec son père ne jugèrent ni utile ni prudent de renouer avec elle. D’ailleurs le marquis Gérard et la petite Bavaroise avaient pris les devants en visitant à tort et à travers tout ce qui faisait un semblant de figure.

Mais lorsqu’on vit un personnage comme M. Mainfroi épouser publiquement les intérêts de la jeune veuve, lorsque le gain de sa cause parut assuré, lorsqu’enfin la malice ou le dépit des mères de famille insinua que le bâtonnier de l’ordre, en défendant Mme de Montbriand, combattait pour ses propres foyers, le monde avisé de Grenoble prit ses mesures en conséquence. On se dit que Mainfroi, célèbre comme il l’était, protégé par le nouveau ministre et de plus en plus prédestiné aux hautes fonctions de la magistrature, n’irait jamais s’enterrer à Vaulignon ; il resterait en ville, et il y resterait très— riche, marié à une jeune femme, en position de recevoir souvent et bien. Cette maison, qui joindrait l’utile à l’agréable, serait peut-être difficile à forcer l’an prochain ; pour l’instant, elle était ouverte à quiconque saurait prendre date et devancer la victoire. Il n’y avait pas à lanterner, si l’on voulait plaindre Mme de Montbriand en temps utile ; aussi la foule envahit-elle en hâte ce pauvre logement où la veuve s’était morfondue à loisir. « Çà, madame, disait Polyxénie, avec une pointe d’humeur villageoise, il parait que nous sommes devenues bien aimables depuis que le procès est à moitié gagné ? » Marguerite, qui n’avait jamais su faire ni écouter un mensonge, éprouvait mille démangeaisons de rompre en visière à ces amis du bon moment ; il fallut toute l’éloquence de Mainfroi pour dompter son honnête orgueil et l’amener à rendre une visite sur dix. Les maisons qu’elle honora de sa présence se transformèrent en foyers de propagande, en bureaux d’enrôlement, et comme l’avocat les avait choisies une à une avec son tact infaillible, l’élite de la ville fut bientôt rangée sous les bannières de Mme de Montbriand.

L’affaire était inscrite au rôle du mardi 23 janvier ; les plaidoiries, les répliques, les conclusions du procureur général et le prononcé de l’arrêt devaient prendre vraisemblablement deux audiences. Le mardi matin, à neuf heures, l’avoué Picardat força la porte de sa cliente et vint lui dire que Bénaud, l’avoué des Vaulignon, offrait six cent mille francs sur table. Marguerite répondit : « Je n’en demandais pas autant et c’est plus d’argent qu’il ne m’en faut pour vivre selon mes goûts ; mais si je transigeais une heure avant l’audience, j’aurais l’air de mettre en doute le succès de M. Mainfroi. L’affaire suivra son cours. »

Ce n’était ni l’amour de la paix ni la peur du scandale qui avait conseillé un si grand sacrifice à la marquise Augusta de Vaulignon. Elle jetait une partie de sa cargaison parce qu’elle voyait le navire à la côte. La veille au soir, dans tous les cercles de Grenoble, on avait fait des paris de proportion à neuf et dix contre un.

Les débats s’ouvrirent au milieu d’un silence avide. Le prétoire était gorgé de monde comme aux plus grandes fêtes de la Cour d’assises. On y remarquait la magistrature et le barreau, la haute bourgeoisie de la ville et la noblesse des environs, les officiers généraux de la garnison, les femmes du monde, cent cinquante ou deux cents amateurs d’éloquence judiciaire, députés par les doctes cités de Vienne, d’Aix et de Lyon, enfin la population rustique de Vaulignon et des Trois-Laux, qui ne paraissait pas tenir la balance égale entre la bonne demoiselle et l’étrangère. Le marquis Gérard et sa femme étaient présents ; ce fut pour eux une rude journée. Polyxénie, rendant compte de la séance à sa maîtresse, les comparait à deux écrevisses dans l’eau qui chauffe. Non-seulement ils se virent malmenés par Mainfroi, mais ils connurent à des signes certains que l’assemblée, vassaux compris, les tenait en médiocre estime.

Mainfroi remplit la première audience à lui seul. Jamais il n’avait parlé si longtemps, avec cette abondance et cette ampleur. Les fanatiques de son talent se disaient à l’oreille : « C’est bien lui, et pourtant c’est un autre homme ; Démosthène tourne au Cicéron ; le courant de son éloquence s’enfle et déborde ; c’est un ruisseau qui devient fleuve. » Les célébrités de province ont ainsi leurs enthousiastes, qui sont de fins critiques malgré tout, gourmets passionnément épris d’un certain crû, mais d’autant plus aptes à préférer le vin des bonnes années. Personne ne douta que cette transformation de Mainfroi ne fût un miracle de l’amour ; les quelques sceptiques qui niaient sa passion pour Mme de Montbriand durent se rendre à l’évidence. L’auditoire ne lui sut pas mauvais gré de cette concession aux faiblesses humaines ; on lui avait déjà reproché la froideur de ses plaidoiries, et certaine rigidité métallique a qui rappelait un peu trop le style impassible de la loi. La foule prit plaisir à s’échauffer avec lui ; la sympathie publique éclata plus de vingt fois en applaudissements que les audienciers réprimèrent par habitude, mais sans. conviction et sans autorité. Le président, ému lui-même jusqu’aux larmes, oubliait de réclamer le silence.

Au sortir de l’audience, Mainfroi s’enfuit au grand trot de ses chevaux ; il était temps : les braves gens de Vaulignon et des Laux le cherchaient pour le porter en triomphe. Il courut chez Mme de Montbriand et lui dit : « Ma belle cousine, voulez-vous me donner à dîner ? Ou je me trompe fort, ou je vous apporte le pain. »

Le lendemain, même affluence au palais. L’avocat du marquis Gérard parla longtemps et parla bien, sans espoir de gagner la cause. Il maintint ses conclusions pour la forme, mais en homme qui serait content de s’en voir adjuger le demi-quart. Mainfroi répliqua en peu de mots, la duplique de l’adversaire fut traînante et mal écoutée. L’intérêt se portait de plus en plus sur le procureur-général, M. Sébert. On savait qu’il s’était montré favorable au fils Vaulignon ; on ne supposait pas que l’éloquence de Mainfroi eût glissé sur ses préventions sans les entamer ; on le savait honnête et consciencieux, mais d’une impartialité qui frisait parfois l’irrésolution.

A quatre heures moins quelques minutes, M. Sébert déclara qu’attendu l’heure avancée et l’importance de l’affaire, il demandait remise à huitaine pour les conclusions du ministère public. Le président leva la séance, et la foule s’écoula en murmurant un peu.

Lorsque Mainfroi rentra chez lui, il trouva sur sa table un pli du télégraphe. La dépêche, transcrite sur grand papier, se formulait comme il suit :

« Le ministre de la justice à M. le comte Mainfroi de Gartières.

« Je suis heureux de vous annoncer qu’un décret rendu sur ma proposition, en date de ce jour, vous nomme procureur-général près la cour de Grenoble. »

Décidément le copain de M. de Mondreville avait bonne mémoire. Il se rappelait même un point négligé depuis deux générations par la famille Mainfroi. L’aïeul paternel de Jacques était comte de l’empire, et il n’avait tenu qu’à lui de rendre son titre héréditaire en érigeant en majorat une terre de dix mille francs de rente ; mais pour substituer perpétuellement un grand tiers de sa fortune, cet honnête homme aurait du dépouiller en partie quatre enfants, sur cinq qu’il avait. Voilà pourquoi Jacques et son père étaient restés Mainfroi tout court. Or depuis quelque temps le conseil du sceau des titres adopte une jurisprudence qui abolit rétroactivement la cause du majorat : il est naturel que le second empire ne marchande pas trop la noblesse du premier.

Gartières était le nom d’un petit bien de campagne conservé depuis longtemps dans la famille et qui restait à Jacques. Trois ou quatre Mainfroi, entre le XVe et le XVIIIe siècle, ont cousu Gartières à leur nom pour se distinguer des Mainfroi de Bois-Vizille et des Mainfroi de Jaubeuf, éteints aujourd’hui.

Le ministre n’avait pu être si bien renseigné que par M. de Mondreville ; ce bon vieillard, un peu trop entiché lui-même de sa noblesse, s’indignait par moments qu’on ne fût pas titré lorsqu’on prouvait trente-deux quartiers et le reste.

« Bah ! répondait Mainfroi, je ne pourrais jamais être aussi vain de mon titre que je suis orgueilleux de mon nom. »

Vingt fois peut-être il avait tenu ce langage, et toujours dans la sincérité de son âme ; mais maintenant qu’il avait le titre et le nom devant lui, maintenant qu’il lisait et relisait sur la dépêche ministérielle ces cinq mots parfaitement assortis : le comte Mainfroi de Gartières, il lui semblait que le tout formait naturellement une harmonie majestueuse, et qu’en retrancher la moindre syllabe serait tin crime de lèse-grandeur. Cette contemplation l’enflait à ses propres yeux ; l’idée d’un avantage superficiel, extérieur, dû aux services d’un mort et à la bienveillance d’un homme en place, lui fit oublier un instant son vrai mérite et ce succès tout chaud qu’il ne devait qu’à lui-même. Toutefois, comme il n’avait rien d’un sot, cette ivresse fut bientôt cuvée ; il arriva promptement à se la reprocher et voulut en sonder la cause. Il descendit au fond de son cœur et trouva quoi? Le vague sentiment de l’attraction qu’un titre exerce sur les femmes, d’une plus value matrimoniale, le regret de n’avoir pas été comte de Gartières à trente ans : c’était penser à Marguerite. Il ne se dit pas : « Maintenant je suis à même de lui offrir un nom aussi brillant que celui de son père ou de son premier mari. » Tout occupé qu’il était de la belle veuve, il ne s’avouait pas qu’il en fût amoureux, ou, s’il se l’avouait parfois, c’était avec le ferme propos de se vaincre et de respecter une loyale créature qui ne pouvait être sa femme. Il n’admettait pas l’hypothèse d’un mariage avec cette cliente qui lui devrait tout : sa délicatesse et sa dignité lui fermaient les perspectives de l’avenir ; mais il prenait un plaisir amer à bâtir mille châteaux en Espagne dans l’irréparable passé.

Sa rêverie fut coupée au plus bel endroit par un billet de Marguerite. « Mon cher cousin, écrivait— elle, n’aurai-je pas le plaisir de vous remercier aujourd’hui ? » Il réfléchit qu’il aurait mauvaise grâce à dédaigner des éloges qui devaient être ses seuls honoraires, et il courut chercher le denier de la veuve avec un empressement qu’il se déguisait à lui-même. « Polyxénie, dit-il en entrant, annoncez M. le procureur général.

— Une farce, monsieur ?

— La vérité, ma fille.

— Mais vous n’avez rien de changé I Enfin, puisque ça vous amuse… Monsieur le procureur général ! »

A ces mots, il se fit un brouhaha dans le petit salon, puis un grand bruit de chaises suivi d’un profond silence. Mainfroi tombait au milieu d’un encombrement de visites, et le procureur général annoncé à brille-pourpoint chez une plaideuse, c’était un coup de théâtre comme Grenoble n’en avait jamais vu. « Comment ! s’écria Marguerite, c’est vous ! La folle !

— Elle n’a pas menti. J’ai reçu ma nomination en sortant de l’audience. »

On s’empressa autour de lui pour le complimenter à la ronde. Un des assistants remarqua qu’il avait commencé sa carrière d’avocat par un Marengo et qu’il la terminait par un Austerlitz.

« Ainsi donc, demanda Mme de Montbriand, vous ne plaiderez plus !

— Jamais, madame.

— Et si cette nouvelle était arrivée hier matin, vous n’auriez pas pu me défendre ?

— Comme avocat, certes non.

— Alors béni soit Dieu d’avoir retardé l’aventure !

— Dieu, ou le ministre, on ne sait.

— Mais, j’y pense, si vous êtes procureur général, M. Sébert ne l’est plus. Moi qui avais si grand-peur de lui, je n’ai plus rien à craindre ! C’est vous qui prendrez la parole au nom du ministère public, et vous n’aurez qu’à dire : Messieurs, je vous renvoie à la plaidoirie de Me Mainfroi, elle exprime mon opinion tout entière.

— Ah ! pardon. Ce procédé simplifierait les choses, mais je doute qu’il soit permis.

— Si la loi le défend…

— Non ; la loi qui pense à tout, n’a point prévu le cas, que je sache. Elle interdit au juge de siéger dans une affaire où il aurait plaidé, elle semble ignorer qu’un simple avocat, par un coup de fortune, peut devenir de but en blanc chef du parquet ; mais où le code ne dit rien, les convenances décident. Je céderai la place à un avocat général ou à un substitut.

— En avez-vous le droit ? Est-ce que le garde des sceaux n’a pas formellement demandé que le procureur général parlai ; en personne ?

— C’est, ma foi, vrai I je l’avais oublié ; mais le ministre qui a donné cet ordre est remisé sous la coupole du Sénat ; son successeur, que je verrai sans doute avant trois jours, est le plus galant homme du monde, et je suis sûr de m’entendre avec lui.

Les nominations parurent au Moniteur le jeudi 25 et arrivèrent à Grenoble le vendredi. M. Sébert était nommé président de chambre à la cour de Bordeaux, pas un mot sur le sort de M. de Mondreville. Mainfroi partit pour Paris le soir même, et courut s’inscrire chez le copain, qui était au conseil. Dans la journée du samedi, il reçut un billet très-cordial qui l’invitait à déjeuner le lendemain au ministère.

L’homme d’État l’accueillit à bras ouverts et s’excusa de lui rendre un déjeuner d’auberge en échange du bon dîner de Fleuron. Aux premiers mots de remerciements, il interrompit son convive et lui dit : x Vous ne me devez rien ; c’est mon vieil ami Mondreville qui a tout fait. Il a même retardé votre nomination pour vous laisser le temps de plaider la grande affaire. On dit que vous avez été admirable ; l’Impartial et le Courrier célèbrent votre éloquence ; bravo J’ai fait vœu d’écrémer l’ordre des avocats au profit de mes parquets. Sébert était insuffisant, je l’ai envoyé s’asseoir. Il est cause que l’arrêt n’est pas rendu, et que le public et les plaideurs sont encore dans l’anxiété.

— Le pauvre homme était d’autant plus embarrassé qu’il avait reçu l’ordre de prendre parti dans l’affaire. J’aime à croire, monsieur, que vous n’entendez pas me faire hériter de cette obligation ?

— Je n’ai rien à vous dire, je ne sais rien, je ne veux pas connaître du procès Vaulignon, ni d’aucun autre. L’intervention du pouvoir exécutif dans les affaires civiles est un abus contre lequel je réagirai de toutes mes forces. Ne prenez conseil que de vous-même, ne suivez que les impulsions de votre conscience, ne faites que le bien, et soyez sûr a priori que je suis d’accord avec vous.

— Ce n’est pas tout d’avoir raison, il faut encore y mettre les formes, et si je montais au parquet mercredi prochain pour appuyer ma plaidoirie de mercredi dernier, on trouverait assurément que j’abuse.

— L’affaire revient donc mercredi ? Eh bien ! pour vous mettre à votre aise, je vais tâcher qu’on fixe à mercredi votre audience de serment. Il faudra, bon gré, malgré, que la cour s’arrange sans vous, et vous trouverez l’arrêt rendu en revenant à Grenoble.

Mainfroi ne demandait rien de plus. Au dessert, il risqua une allusion délicate à ce titre de comte dont on l’avait gratifié sans son aveu. Selon lui, M. le premier avait poussé la bienveillance un peu trop loin dans cette affaire. « Ne vous en prenez qu’à moi seul, dit le ministre. Mondreville m’a fourni les renseignements, mais sur mon initiative. Notre devoir n’est pas seulement d’empêcher l’usurpation des titres par nos jeunes ambitieux en robe ; je ne dois pas tolérer qu’un homme de votre naissance commette par modestie une usurpation de roture. Si le respect de la justice est ébranlé par la fausse noblesse, son prestige est doublé par la vraie. Habituez-vous donc à signer le nom de vos aïeux tout au long ; cela vous paraîtra d’abord compliqué, mais cette nouveauté ne déplaira pas à Mme la comtesse Mainfroi de Gartières. Vous voyez que je suis au courant.

Jacques bondit sur sa chaise. « Ah ! monsieur, s’écria-t-il, je vous jure qu’on vous a mal informé.

—Tant pis ! Vous êtes d’une race qu’il ne faut pas laisser éteindre, et le mariage qu’on annonçait publiquement à Grenoble me semblait fort bien assorti.

— Il est certain que la personne dont on vous a parlé mérite tout le respect et tout l’attachement d’un homme ; il est vrai que je l’ai recherchée avant son mariage et que je ne me suis pas vu devancé par un autre sans éprouver quelque regret ; mais depuis qu’elle a bien voulu m’appeler à. son secours, pas un mot, pas un signe ne m’a donné lieu de penser qu’elle m’honorât de la moindre préférence. Et d’ailleurs, fat-il vrai qu’elle m’aime autant que je l’estime, il n’en résulterait qu’un éternel chagrin pour elle et pour moi, car je ne puis l’épouser sans encourir le mépris du monde et le mien.

— M’est avis qu’en ce moment le ministère public pousse les choses au noir. Je vous assure, monsieur, que mes amis, qui sont un peu les vôtres, envisagent cette union d’un fort bon œil et ne la trouvent en rien méprisable.

— C’est qu’ils ne sont pas à ma place, monsieur, et vous m’accorderez, sans doute, que je suis le meilleur juge de mon honneur. Lorsque Mme de Montbriand (j’ose la nommer) m’a prié de défendre son appel, la cause était plus que perdue. La pauvre femme se trouvait exactement dans la position de ces plaideurs désespérés qui se livrent pieds et poings liés à un petit maquignon d’affaires. On lui dit : « Sauvez ma fortune, et je vous en abandonne la moitié » Ma cliente est venue à moi par un autre chemin ; elle m’a dit : Sauvez-moi, et je promets de ne « vous rien donner en échange. » Si maintenant je demandais ou j’acceptais sa main, qui ne va pas sans sa fortune, quelle différence y aurait-il entre le comte Mainfroi de Gartières et les petits avocats véreux ?

— Il y en aurait une immense, à mon avis ; mais j’avoue que les envieux ne manqueraient pas de gloser. Nous sommes loin du bon vieux temps où le moindre chevalier qui avait sauvé la princesse l’épousait sans scrupule aux applaudissements des peuples. J’ai encore vu l’époque où le premier médecin venu, ni riche, ni beau, ni très-jeune, arrachait une malade à la mort et la conduisait à l’autel sans trop scandaliser les gens. On disait dans le public : « Tant mieux « pour lui, et sa femme n’est pas à plaindre ; mieux « vaut encore épouser son médecin que de mourir. » Aujourd’hui, pour quelques malheureuses pièces de cent sous que vous aurez rendues à une jeune et jolie femme qui vous aime et que vous aimez, la délicatesse vous interdit de faire son bonheur et le vôtre. Ah le monde a des raffinements d’honneur, de susceptibilités maladives que j’admire, d’autant plus que nous savons, vous et moi, si les voleurs, les mendiants et les mouchards y forment une imposante minorité… Mais je n’insiste pas, n’écoutez que vos sentiments, et, si la conscience vous défend d’épouser une ancienne cliente enrichie par vous, mariez-vous à la Magistrature !

— Ainsi ferai-je, » répondit Mainfroi.

Son absence ne dépassa point le terme convenu ; toutefois, il s’ennuya fort au pays des plaisirs faciles. En dépit du préjugé qui veut que les journées de Paris soient particulièrement courtes, il eut beaucoup de mal à tuerie temps, surtout aux heures qu’il avait coutume de perdre chez Mme de Montbriand. Un silence se faisait en lui ; il se sentait désœuvré, inutile, incapable ; et s’il essayait de se secouer, le cerveau restait silencieux comme un grelot vide. II monta en wagon le vendredi soir, plus joyeux qu’un lycéen qui part en vacances. Aussitôt débarqué et baigné, il courut chez M. de Mondreville sous prétexte de lui porter les amitiés du ministre, mais surtout pour apprendre une nouvelle que ni Fleuron ni Dominique n’avaient su lui donner.

Le premier président lui parla de tout, excepté de l’arrêt, et la visite commençait à traîner en longueur, lorsque Mainfroi, prenant son grand courage, demanda d’un air détaché ce qui s’était passé la veille à l’audience.

« Mais peu de chose, répondit le vieillard. Nous avons confirmé deux jugements, je crois. Verdon contre Minguy et Lefranc contre Bonnard.

— Eh bien ! et Vaulignon ?

— Nous vous avons attendu.

— Là !… mais pourquoi ? Dans quel intérêt ? Mon bon monsieur de Mondreville, je vous le demande au nom du ciel : avait-on besoin de moi pour rendre un arrêt qui est peut-être ici tout rédigé sur le coin de votre bureau ?

— En effet, j’ai tracé une légère esquisse, et je ne crains pas de vous dire entre nous que vos conclusions seront adjugées. La cause, en droit, n’a jamais été qu’à moitié bonne ; il n’était pas en votre pouvoir de la rendre excellente. Je ne sais ce qu’on pensera de nous en cassation, mais n’importe : vous avez enlevé la cour et le public, et la cause, bonne ou mauvaise, est gagnée. Vous avez procédé par voie sentimentale ; la pitié, l’indignation, le mépris ont plus de part à la victoire que le raisonnement ; bref, s’il faut vous dire toute ma pensée, c’est un succès d’assises que vous remportez là. Or le parquet, vous le savez, se pique de réagir contre ces entraînements de la faiblesse humaine. Nos avocats généraux, nos substituts eux-mêmes, sont d’avis que la cour s’est laissé attendrir comme un simple jury. S’ils n’étaient retenus par de hautes convenances, j’en connais au moins deux qui discuteraient sévèrement votre plaidoirie ; mais le moyen, je vous le demande, maintenant que vous planez sur eux ? Devant la résistance des uns et l’abstention systématique des autres, je me suis arrêté à un parti qui ne compromettra personne. Après tout, il n’est pas indispensable que le parquet ait des lumières à lui dans chaque affaire civile ; sept fois sur dix, ces messieurs s’en remettent à la sagesse de la cour ou du tribunal.. Vous pourriez donc, si je ne me trompe, occuper le siége du ministère public ; vous diriez qu’un avis du garde des sceaux, antérieur à votre nomination, invite le procureur général à conclure en personne dans cette affaire ; mais que, pour des raisons faciles à comprendre, vous vous en rapportez au sentiment de la cour. Qu’en pensez-vous ?

— Je pense, répondit Mainfroi, que la cause me semblait absolument bonne, et je me demande si la force de mes raisons a pu s’éventer en huit jours comme le vin d’une bouteille débouchée.

— Pas d’exagération, mon enfant ! Après tout, vous gagnez.

— J’entends bien ; mais si le gain de la cause suffit à l’avocat, ce n’est peut-être pas assez pour un procureur général et pour….

— Et pour un Mainfroi ? Bien, mon fils ! Ce sentiment vous fait honneur, mais ne vous mettez pas en peine. Les questions de forme, quelque importantes qu’elles soient, sont et seront toujours secondaires. Le premier devoir du magistrat est de faire justice, c’est-à-dire de protéger les honnêtes gens contre les coquins. Les époux Vaulignon sont de vilains personnages, malgré tout le soin qu’ils ont pris de se mettre en règle avec la loi ; Mme de Montbriand est une femme de bien qui réclame son patrimoine et que nous ne devons pas réduire à la misère, quelque imprudence qu’elle ait mise à se dessaisir. Voici la minute en question ; je ne crois pas violer le secret des délibérations en la communiquant au premier magistrat du parquet. Les attendu vous paraîtront assez concluants, je m’en flatte, et l’arrêt suffisamment motivé.

L’exposé des motifs et l’arrêt emplissaient quatre pages de petit texte ; Mainfroi n’en fit qu’une bouchée, puis il remercia M. de Mondreville, et prit congé de lui en dissimulant comme il put le trouble et l’oppression qui lui restaient de sa lecture.

« Ce pauvre premier, pensait-il, est le meilleur et le plus digne des hommes, mais ses facultés baissent : voilà un arrêt motivé en dépit du sens commun. »

Dans cette affligeante pensée, il s’en alla, comme à son ordinaire, chez Mme de Montbriand. Marguerite l’attendait ; elle le reçut avec une expansion de bonheur qui la rendait tout à fait belle ; mais il resta rêveur, inquiet et morose, moins heureux d’être là que désireux de se retrouver seul avec l’idée qui l’absorbait. Rentré chez lui, il s’escrima toute la soirée et toute la nuit à défaire et à refaire les malheureux attendu de M. de Mondreville, sans pouvoir se contenter lui-même. Le labeur et l’anxiété de cette longue veille au lendemain d’un voyage le mirent sur les dents ; il avait une fièvre de fatigue, de doute et de dépit.

« Est-ce donc moi qui suis en décadence ? disait-il, ou faut-il croire que la rédaction d’un arrêt comporte un talent qui me manque ? C’est une littérature de précision, j’en conviens, tandis que l’éloquence judiciaire se borne à présenter artistement des à peu près… Mais la cause était bonne, morbleu ! quand je l’ai plaidée, et maintenant qu’elle est gagnée, il me semble à moi-même qu’elle ne vaut plus rien. Pourquoi ? Sans doute parce que je ne suis plus avocat, et qu’ayant changé de point de vue j’envisage une autre face des mêmes objets. Il n’y a pourtant pas deux justices, pas plus qu’il n’y a deux morales ou deux vérités. Travaillons ! travaillons encore, et battons le caillou jusqu’à ce que l’étincelle jaillisse I »

Il débitait son monologue en marchant à grandes enjambées d’un bout à l’autre de l’appartement, et cette promenade fébrile le ramenait toutes les cinq minutes à la salle de réception où les Mainfroi du vieux temps formaient la haie sur son passage. Ces portraits n’étaient pas tous des œuvres de maîtres : à part un Philippe de Champaigne, un Rigaud et un Largillière, la galerie n’avait d’autre mérite quo l’authenticité ; mais tous les visages, sans exception, étaient empreints d’une noblesse et d’une sérénité grandioses. Le calme imposant des ancêtres contrastait sévèrement avec l’agitation maladive de leur héritier. Jacques voyait les regards austères de ces grands magistrats s’abaisser avec compassion sur sa personne nerveuse et frémissante.

« Eh bien ! quoi ? leur dit-il ; que me reprochez— vous ? Je suis un fils dégénéré peut-être ? Non ! je suis un peu jeune, voilà tout. Je ne suis encore qu’un homme, et je commence à comprendre aujourd’hui que, pour disposer de la vie, de la fortune et de l’honneur d’autrui, pour devenir un vrai magistrat, il faut s’élever au-dessus de l’homme. Vous avez tous monté cet échelon invisible ; moi, je m’y heurte au premier pas, et je me fais mal. Qui sait si vous n’avez pas éprouvé le même accident à. mon age ? Vos fronts n’ont pas toujours été si impassibles ni vos regards si majestueux. Attendez, et comptez sur moi !

Il ramassa tous les papiers qu’il avait noircis depuis la veille, et courut chez le premier président. Ses traits étaient si visiblement altérés que le vieillard lui demanda s’il était malade.

« Je suis bien pis que malade, répondit-il ; depuis tantôt vingt-quatre heures, j’ai l’esprit à l’envers. Vous m’avez dit hier que la cause n’était qu’à moitié bonne, et vous savez si j’ai protesté. Maintenant, cher monsieur, je vous supplie de me prouver qu’elle est à moitié bonne, car plus je l’examine, plus elle me parait mauvaise, et moins l’arrêt qui adjuge les conclusions de Mme de Montbriand me semble motivé. Vous dites : « Attendu qu’il est inadmissible que la veuve de Montbriand se soit dépossédée de la presque totalité de ses biens autrement qu’à titre de prêt, et se soit volontairement réduite à la misère ; cette assertion que j’ai plaidée, est contredite par tous les faits de la cause. Non, Mme de Montbriand n’a pas prêté sa fortune à son père, elle la lui a donnée ; elle a refusé non-seulement toute garantie, mais jusqu’aux simples reçus ; elle n’a accepté que des actions de grâces en échange d’un don pur et simple. Elle comptait si peu sur un remboursement ultérieur qu’elle a même caché au marquis une notable partie de ses sacrifices, payant les huissiers de la main à la main et leur recommandant le silence. On dit qu’elle ignorait le testament qui l’exclut de l’héritage paternel et donne Vaulignon à son frère : j’en conviens ; mais l’eut-elle connu, elle n’aurait pas moins accompli son sacrifice. Il appert de tous ses actes que la noble créature n’avait qu’un but, et que ce but était d’assurer le repos du marquis, d’empêcher que ce propriétaire monomane n’attentât à sa propre vie, comme il l’avait annoncé, le jour où l’hypothèque judiciaire frapperait son cher domaine. Vous dites : « Attendu que le marquis, vivant avec sa fille dans les termes les plus affectueux et légitimement indigné de l’ingratitude de son fils, ne pouvait accepter une libéralité dont l’effet facile à prévoir, au moins pour lui, devait être de réduire celle-là à la mendicité en laissant celui-ci dans l’opulence. » Erreur ! monsieur le président. Je vous accorde que le vieillard ne haïssait point sa fille ; grâce à Dieu, il n’était pas encore dénaturé à ce point. Nous dirons même qu’il l’aimait, si vous voulez, mais il l’aimait comme on aime les filles dans la famille Vaulignon et dans beaucoup d’autres de notre caste. On se ferait un crime de les envoyer mendier leur pain ; on trouve juste et naturel de les emprisonner dans un couvent pour la vie. Tel est le sort que le marquis a rêvé de tout temps pour sa fille, et je jurerais qu’en exploitant la facile bonté de Marguerite, en ruinant cette infortunée au profit du château et des bois de Vaulignon, il parodiait le mot de Mme de Pompadour et disait : « Après moi, le couvent ! » La conduite de son fils l’indignait, je l’avoue, et certes il y avait de quoi ; mais comptez-vous pour rien la manie du propriétaire et l’insurmontable orgueil du nom ? Ce fils ingrat, indigne, détestable et même détesté par boutades était un Vaulignon, et le seul de sa génération. Lui seul pouvait perpétuer cette union du nom et de la terre, que le vieillard avait tant à cœur dans son orgueil de gentilhomme et de propriétaire foncier. Et tenez, monsieur le président, lorsque je reste à ce point de vue et que j’examine le second testament du marquis, cette pièce dont j’ai tiré parti la semaine dernière se dresse victorieusement contre nous. D’abord ce n’est qu’un projet, ou mieux l’ébauche d’un projet, jetée ab irato, dans un mouvement de dépit, sur un lambeau de registre, au verso d’une feuille où je lis : « Chiens d’ordre, Ravageot, Fido, Mazaniello, Ravaud, Ronflot, Castillo, etc. » Ce brouillon, jeté au hasard, exprime-t-il la volonté de l’homme ferme et résolu qui vint la nuit, par un froid rigoureux, déposer chez Foucou son testament en forme authentique ? « Moi soussigné, » dit-il. Il a donc l’intention de signer. Or, il ne signe pas, et pourquoi ? Parce qu’au moment d’aliéner le domaine qu’il adore, au moment de donner Vaulignon à une fille très-méritante et très-digne, mais qui ne porte et ne peut pas porter son nom, le cœur lui manque, la plume lui tombe des mains. Ce mot interrompu résume tout le procès, monsieur le président. Il nous montre la faiblesse, l’égoïsme et l’ingratitude du père, et l’imprudence désormais irréparable de la fille. Mme de Montbriand a donné, donné tout son bien, sans condition, à un homme qui n’avait pas mérité et qui n’a pas reconnu ce sacrifice. Elle a dilapidé noblement, héroïquement sa dot et son douaire. Que vient-elle réclamer aujourd’hui ? Sa légitime ? Elle l’a reçue en mariage. Une créance ? On n’est pas créancier lorsqu’on est donateur !

M. de Mondreville avait écouté cette tirade avec une stupéfaction croissante. Quand l’orateur s’arrêta pour reprendre haleine, il lui dit :

« Eh ! mon enfant, où courez-vous ? Vous voilà maintenant plus royaliste que le roi. O jeunesse ! D’un extrême à l’autre, en un seul bond ! L’arrêt n’est pas aussi mal fondé que vous dites ; si je l’ai rédigé sans enthousiasme, je ne suis cependant pas homme à le déchirer sans discussion. Rappelez— vous mon premier mot quand vous m’avez parlé de cette affaire : litige épineux, vous ai-je dit. En effet, le pour et le contre me semblaient presque également soutenables, et je voyais la cour à peu près partagée, sauf une légère tendance à confirmer le jugement. Vous vous êtes jeté tout entier dans la balance, à corps perdu, et je sais que depuis huit jours, grâce à vous, la majorité est déplacée. Vous n’avez pourtant pas convaincu tout le monde, et cette opinion qui vient d’éclore dans votre esprit a toujours conservé des adhérents. S’ils ne sont pas en nombre, tant mieux pour vous, car enfin vous n’êtes pas devenu subitement l’ennemi de cette belle cliente. Laissez-nous faire, pratiquez la maxime des plus illustres sages de l’antiquité : contiens-toi et abstiens-toi !

— Ai-je le droit de m’abstenir ? S’il est vrai, comme vous le croyez, que ma parole ait fait pencher la balance, je suis la cause déterminante de l’arrêt ; la vraie responsabilité retombe sur ma tête, et c’est sous de tels auspices, monsieur, que je ferais mon pas dans la magistrature !

— Mais quand on vous dit que l’affaire a deux faces !

— Et si je n’en vois plus qu’une 1 Et si, juste au moment où la cause m’apparaît sous son mauvais côté, je suis appelé à me prononcer publiquement, non plus en mon nom personnel, mais au nom de la société, au nom de la loi et des principes de l’éternelle justice ?

— Parlez-vous sérieusement ? Seriez-vous homme à vous élever contre vous-même et à ruiner l’effet de votre plaidoirie ?

— Pourquoi pas ? Les entraînements de l’avocat passionné sont excusables ; la complicité, même tacite, du magistrat serait criminelle.

— Ah ! les grands mots !

— Cherchez dessous, mon bon et vénérable ami ; vous trouverez un grand courage et un grand sacrifice.

— Tu n’es qu’un grand enfant, mais il faut que je t’embrasse. Si ton pauvre père était encore de ce monde, il serait fier de toi. »


VI.

Ni ce jour-là, ni le lendemain, Jacques ne se présenta chez Marguerite. Il se calfeutra dans son cabinet, travailla dix-huit heures sur vingt-quatre, et reprit le dossier d’un bout à l’autre sans pouvoir retrouver cette belle conviction qui avait inspiré sa plaidoirie. Tout au contraire : plus il creusait, plus il s’affermissait dies la négative.

Mme de Montbriand lui écrivit le premier soir un billet où le badinage mondain cachait mal une secrète inquiétude. Elle l’avait trouvé froid et gêné la veille ; or, il arrivait de Paris, il venait de côtoyer un monde où elle comptait des amis chauds et des ennemis dangereux ; l’esprit de Mlle Augusta de Vaulignon était fertile en calomnies ; il se pouvait qu’on eût noirci le dévouement si désintéressé du pauvre M. de Cayolles ; bref, la pauvre femme craignait tout, hors son véritable danger. Il répondit sur un ton amical et triste, alléguant un travail qui n’avait rien d’attrayant. Le lendemain, Polyxénie apporta une lettre longue et pressante ; on s’étonnait qu’il pût avoir des occupations si tyranniques ; les femmes ne croient pas au travail ; de toutes les excuses, c’est la seule qu’elles n’aient admis dans aucun temps. On lui rappelait qu’avant la grande bataille, au plus fort des armements, dans le coup de feu de son éloquence, il trouvait tous les jours quelques minutes b. perdre en compagnie de sa cousine. a La désertion d’hier et d’aujourd’hui est d’autant plus impardonnable, disait-elle, que bien certainement vous ne travaillez pas pour moi. »

Il écrivit :

« Hélas I non, ma belle, chère et touchante cousine, je ne travaille pas pour vous. Non, non ! Dieu seul peut prévoir aujourd’hui le jugement que vous porterez sur ma douloureuse élucubration. Quoi qu’il arrive, ne me détestez pas : c’est la seule grâce que j’implore dans le présent et dans l’avenir.

« A vos pieds,

« JACQUES MAINFROI. »

Quelque peu soulagé par cette demi-confidence, où Marguerite ne comprit rien, il se replongea dans l’étude et travailla encore le jour suivant sans égard à la loi du repos dominical. Mm’de Montbriand, piquée au vif, ne le dérangea plus.

Le lundi matin, vers neuf heures, il reçut la visite du premier avocat général, M. Boutan. La porte étant toujours condamnée, M. Boutan avait forcé la consigne. C’était un homme d’âge et d’expérience, mais d’une verdeur extrême, et réputé pour sa franchise autant que pour son savoir. Il venait en son nom personnel, mais à l’instigation de M. de Mondreville, qui lui avait annoncé le revirement de Mainfroi. Avec un tact parfait, il aborda l’affaire en homme qui s’incline devant son supérieur actuel sans oublier qu’un mois plus tôt il s’intéressait encore à ce jeune avocat. « Monsieur, dit-il, le bruit court au palais que l’affaire Vaulignon vous est apparue sous un nouveau jour.

— En effet, monsieur, répondit Jacques.

— Permettez-moi de m’en féliciter au nom de tout votre parquet, qui a partagé vos sentiments en mille occasions, et qui est heureux de se retrouver d’accord avec vous après une divergence passagère.

— Pensez-vous que le parquet soit unanime sur cet appel ?

— Je suis en mesure de l’affirmer. La sympathie, l’équité même a beau parler en faveur de Mme de Montbriand, le droit n’est pas pour elle, et tous, sans exception, si nous avions la parole, nous supplierions la cour d’oublier l’admirable plaidoirie qui l’a émue, et de confirmer simplement la sentence des premiers juges.

— Cela étant, monsieur, je m’étonne que toute la magistrature debout se soit abstenue quand mon éloignement lui faisait si beau jeu.

— Votre absence n’était pas officiellement annoncée. L’eût-elle été, nous aurions craint d’encourir le reproche de discourtoisie et de quasi-trahison. Ajoutez qu’on ne se résigne point de gaieté de cœur à jeter dans l’indigence une personne intéressante, loyale, chevaleresque jusqu’à la folie, puisque non-seulement elle s’est ruinée par amour filial, mais encore qu’elle a refusé, par délicatesse, une transaction qui lui laissait trente mille francs de rente.

A quelle époque, s’il vous plaît ?

— Le matin même de l’audience, une heure avant votre plaidoirie.

— Impossible I De qui tenez-vous cette histoire ?

— Des deux avoués, de Béraud et de Picardat.

— Et pourquoi n’en ai-je rien su ?

— Je l’ignore.

— Par quels motifs a-t-elle pu, la malheureuse femme, repousser un arrangement si honorable et si avantageux !

— Elle a dit que, sa cause étant remise entre vos mains, elle ne pouvait plus transiger sans vous faire injure.

— Elle pouvait au moins me demander avis ; mais n’importe. Quelles sont vos intentions, monsieur ? car je suppose que vous avez quelque combinaison à me proposer.

—La plus naturelle de toutes. Je vous demande la permission d’occuper le siége du ministère public et de conclure, avec tous les égards qui vous sont dus, mais avec toute la fermeté que je dois aux principes, contre l’appel de Mme de Montbriand. »

Mainfroi se recueillit un moment, s’arma de tout son courage et répondit : « Décidément, monsieur, j’aime mieux me fustiger moi-même. L’autorité du procureur général restera plus intacte, et l’exemple sera plus grand. »

Et comme M. Boutan objectait que la chose était sans précédents, il répliqua : « Tous les actes un peu mémorables se sont produits sans précédents, et c’est à cette circonstance qu’ils ont dû de rester dans la mémoire des hommes. Je vous autorise à publier cette nouvelle : si j’ai changé de point de vue, je ne changerai pas de résolution. »

Là-dessus, il se remit à l’ouvrage ; mais au milieu de la journée il se rappela tout à coup un devoir plus urgent, Il ne voulait pas que Mme de Montbriand apprit par la rumeur publique la volte-face de son ancien défenseur : il devait à sa cliente et à lui— même de l’informer directement, de lui porter à domicile ses explications et ses excuses, dut-elle les prendre mal. La démarche était non-seulement embarrassante, mais hasardeuse. Mainfroi s’attendait aux violences d’un caractère indompté ; cependant, ce n’était pas là ce qui l’inquiétait le plus : il craignait que la colère ne mit à nu quelque côté moins noble de cette âme. Dans le monde moral, comme dans le monde physique, les ouragans sont d’admirables et terribles révélateurs, qui découvrent tantôt des filons d’or, tantôt des fleuves de boue.

« Madame est chez elle` ? »

La chambrière répondit rudement : « Si elle y est ? je crois bien ! Il ne manquerait plus que ça qu’elle fût sortie, quand monsieur nous fait l’honneur et la grâce d’une visite. On se tient à vos ordres, et quand par hasard le temps dure trop, on se divertit à pleurer. »

Il n’avait pas franchi le seuil du petit salon que Marguerite lisait la gêne et la tristesse sur son visage. Elle courut à lui, lui appuya deux doigts sur la bouche et lui dit d’un ton suppliant : « Ne parlez pas, je vous le demande en grâce. J’ai des pressentiments infaillibles, mon pauvre ami. Je m’attendais à vous voir aujourd’hui ; je sens, à n’en pas douter, que nous nous retrouvons pour la dernière fois. Vous venez m’apporter une mauvaise nouvelle, me chercher une querelle d’Allemand, que sais-je ? Je ne veux rien entendre de tout cela. Quoi qu’on ait pu dire, inventer, machiner contre moi, taisez-vous ; cachez-moi toutes ces infamies, je ne me défendrai pas. Grâce à Dieu, je n’ai point d’amour pour vous ; je n’en aurai jamais pour personne ; je quitterai bientôt Grenoble, j’irai cacher ma vie à Vaulignon ; vous n’entendrez plus parler de moi. Restons donc comme nous sommes, amis, vieux et tendres amis ; ne gâtons pas le souvenir de tant d’heures charmantes. Séparons-nous comme il convient à deux âmes de condition dont l’une sera toujours la très-fidèle vassale de l’autre. Vous êtes le bienfaiteur et je suis l’obligée ; ne me défendez pas d’aimer ma reconnaissance et de la choyer toute la vie au plus profond de mon cœur !

— O femmes ! répondit tristement Mainfroi, toutes les mêmes ! Infaillibles dans l’erreur et douées d’une perspicacité admirable pour voir le contraire du vrai ! Il s’agit bien de services et de reconnaissance ! Votre procès est perdu, et c’est moi qui vous le ferai perdre mercredi prochain, sans remise, en prouvant que vous avez tort. Voilà l’objet de mon travail et la cause unique de ma tristesse. Quant au reste, je vous jure que personne ne vous a calomniée devant moi, que je ne l’aurais pas souffert, et que tout l’univers, à commencer par moi, vous honore comme la plus admirable et la plus sainte des créatures, entendez-vous ?

— Pourquoi donc mon procès est-il perdu ?

— Parce que vous devez le perdre en droit.

— Et qui est-ce qui a fait cette belle découverte ?

— Moi et beaucoup d’autres.

— Quels autres ? Des femmes, n’est-ce pas ? Une, au moins ? Oh ! la piteuse et vilaine nouvelle I Je ne vous accuse pas, monsieur Mainfroi ; ce n’est pas vous qui avez conçu ce projet misérable. Vous êtes, sans le savoir, l’instrument de leur intrigue. On commence par séduire un honnête homme, et dès qu’on tient son cœur on a prise sur sa raison. Cette Bavaroise est hideuse… ce n’est pas elle ; c’est donc quelqu’un des siens… avouez !

— Mais je n’avoue rien du tout ! Mon cœur est aussi libre que le vôtre, et je proteste qu’il n’a pas même eu le mérite de la résistance ! Votre cause me paraissait bonne il y a quinze jours ; je l’ai plaidée avec conviction et je l’ai presque gagnée. Je reviens de Paris, je l’étudie sur nouveaux frais, je m’aperçois que nous nous sommes trompés, et je me mets en mesure de réparer mon erreur, quoi qu’il m’en coûte.

— En vérité ? cela vous coûte tant ? Eh ! monsieur, si vous étiez seulement mon ami, vous n’examineriez pas si ma cause est plus ou moins juste. C’est le premier principe de l’amitié, cela, donner raison à ceux qu’on aime, quand même ils auraient mille torts ! J’ai raison, vous me l’avez dit et prouvé, vous m’avez répondu de tout, vous m’avez mis le cœur en joie et l’imagination en campagne. Tout à coup le vent tourne, et, non content de me laisser sans défense, voici que vous armez contre moi ?

— C’est mon devoir de magistrat.

— Une arme à deux tranchants, votre magistrature ! Elle vous défendait naguère de m’appuyer, elle vous commande maintenant de me porter bas. Un magistrat, répéter aujourd’hui ce qu’il a dit hier, se donner raison à lui-même1 jamais t les convenances s’y opposent ; mais s’il lui prend fantaisie de se déjuger, de se contredire, de briser ses idoles, de réduire au désespoir ceux qu’il avait enivrés d’espérance, c’est une originalité qui n’a rien d’inconvenant et que certains badauds applaudiront peut-être ! Je veux vous applaudir aussi, monsieur Mainfroi. On ne me refusera pas une stalle au théâtre lorsque je paye les frais de la comédie. Je verrai de quel front vous abjurez vos principes et reniez vos amis. Peut-être aussi saurai-je reconnaître à son air de triomphe celle qui, depuis quatre jours, se glorifie de votre conversion. Malheur à elle !

— Malheur à nous tous, madame, si vous persistez à voir ce qui n’est pas, à méconnaître l’évidence et à vous gendarmer contre des fantômes I Que peut-on dire à qui ne veut rien entendre ? Quelles preuves fournir à qui ferme obstinément les yeux ? Me croirez-vous, si je vous dis que vos intérêts me sont plus chers que les miens, que votre liberté, votre repos et votre bonheur sont le principal objet de ma vie, que je vous aime enfin malgré vous, malgré moi, malgré le mot décourageant dont vous m’avez écrasé tout à l’heure ! »

La vicomtesse de Montbriand se leva, prit un air de superbe dédain et répondit :

« Monsieur Mainfroi, il me reste peu de temps à vivre de la vie de ce monde, puisqu’à la fin de la semaine, grâce à vous, je rentrerai sans doute au couvent. Je désire employer ces derniers jours à ma guise et ne voir que des visages absolument agréables, s’il vous plait. »

Elle accompagna ce congé d’une ample révérence et passa dans sa chambre, laissant Mainfroi maître du terrain, mais éconduit.

Il hésita un moment, et quoiqu’il entendit à travers la porte comme un bruit de sanglots étouffés, il prit son chapeau et se retira.

« Tout va mal, pensait-il ; mais ce n’est pas l’instant de ramer sur le fleuve de Tendre. Il s’agit de combattre l’appel de cette pauvre femme aussi victorieusement que je l’ai défendu, après quoi nous nous occuperons d’elle. »

Le soin qu’il mit à préparer ses conclusions était fort inutile, un seul mot de sa bouche suffisait. Mme de Montbriand, condamnée par son propre avocat, ne pouvait plus trouver grâce devant un seul conseiller de la cour. S’il expédia sommairement son discours d’installation pour donner plus de temps et de travail à la grande affaire, ce fut surtout à l’intention du public. Il comptait sur un auditoire prévenu, pour ne pas dire hostile ; l’événement justifia sa crainte et la dépassa même un peu.

Dès les premiers mots, il fut interrompu par un murmure sourd qui s’éleva peu à peu jusqu’au tumulte. Les cris et les sifflets lui ôtaient décidément la parole, si M. de Mondreville n’eût imposé silence aux tapageurs en déclarant qu’il ferait évacuer la salle au premier signe d’improbation.

Cinq minutes plus tard, tandis que Mainfroi, pâle et crispé, mais résolu, poursuivait énergiquement son exorde, une tempête d’applaudissements ébranla le palais. La foule se consolait de ne pouvoir huer le magistrat en acclamant l’entrée de sa victime. Mme de Montbriand, en grand deuil, précédée et suivie de quelques fanatiques, s’avança le front haut, l’œil brillant, jusqu’au siége que ses amis lui avaient secrètement réservé. Tous les assistants se levèrent, les uns pour la mieux voir, les autres pour lui rendre hommage. Elle salua ce peuple avec la majesté d’une reine et apaisa d’un geste charmant ses fidèles vassaux de Vaulignon. L’audience fut interrompue ; le président lança du haut de son fauteuil une remontrance plus sévère et un suprême avertissement, puis il rendit la parole à Mainfroi.

Celui-ci, par une inspiration soudaine, changea son plan….

« Messieurs, dit-il, le ministère public s’associe hautement à la sympathie, au respect, à la tendre pitié que le malheur d’une personne aussi vaillante que vertueuse éveille ici dans tous les cœurs »

Il poursuivit quelque temps sur ce ton, exalta les mérites personnels de Mme de Montbriand, et revint par un détour habile à la discussion du point de droit.

« La loi est dure, dit-il, mais c’est la loi. Je suis ici pour la défendre, la cour pour l’appliquer, Mme de Montbriand pour la subir, et vous tous pour la respecter. Que chacun fasse son devoir comme je fais le mien ! »

Un léger frémissement lui fit comprendre qu’il n’avait point parlé à des sourds. Le propre des Français est de vivre exclusivement dans l’heure présente. L’actualité les saisit si bien qu’elle leur ôte la mémoire du passé ; c’est ce qui les rend peu aptes à juger une vie ou un caractère dans son ensemble. Qu’un homme ait travaillé soixante ans à se rendre impopulaire, s’il trouve un joint, s’il saisit le bon moment pour dire ou faire la chose agréable aux masses, il deviendra plus sympathique en un jour que tous les bienfaiteurs de l’humanité les journaux le portent aux nues, et la jeunesse des écoles lui décerne des couronnes. Le, phénomène inverse se produit aussi vite et par des causes aussi futiles. Si la race de Clovis n’est plus sur le trône, elle est encore dans la rue ; nous aimons tous à brûler ce que nous avons adoré. La popularité française ressemble à ces immenses végétations sous-marines qui grandissent en peu de jours, mais qui n’ont pas de racines, et qui meurent, si leur caillou natal est seulement déplacé.

Le discours de Mainfroi s’acheva au milieu d’une attention respectueuse et presque bienveillante. On vit bien qu’il ne passait pas à l’ennemi par caprice ou par séduction ; on comprit qu’il souffrait d’avoir à conclure contre Mme de Montbriand ; son mépris pour Gérard de Vaulignon éclatait au grand jour, alors même qu’il ruinait Marguerite au profit de cet homme. Il termina par une courte allocution aux jeunes avocats qui l’entendaient :

« Mettez à profit, leur dit-il, la douloureuse expérience d’autrui, et, avant de plaider une cause, demandez-vous comment vous la jugeriez, si Dieu, d’un jour à l’autre, vous infligeait la lourde responsabilité du magistrat. »

La cour, adoptant les motifs des premiers juges, confirma le jugement qui condamnait Mme de Montbriand à rapporter cent mille francs à la succession paternelle.

Marguerite se dépouilla du peu qui lui restait. La marquis Gérard de Vaulignon lui fit savoir que sa dot était payée au Sacré-Cœur de Grenoble et qu’elle y pouvait commencer son noviciat le jour même. Elle entra au couvent ; Gérard et sa famille commirent un régisseur au soin de leurs intérêts et s’en furent cacher leur gloire en Bavière. Mainfroi prit un congé de quinze jours et s’éclipsa ; le bruit courut qu’il était à Paris.

Dès son retour, il fit venir l’ancien avoué de la recluse.

« Maître Picardat, lui dit-il, nous avions mal jugé M. et Mme de Vaulignon, qui sont les plus honnêtes gens et les meilleurs parents de la terre. S’ils ont paru s’acharner à ce triste procès, c’était par un bon sentiment, pour procurer l’entière exécution des volontés paternelles. Au fond du cœur, ils estiment M. de Montbriand et ils seront heureux de la revoir, dans quelques années, lorsque le temps aura guéri leurs blessures réciproques. En attendant, ils reviennent d’eux-mêmes à cette transaction, vous savez ? qui a échoué par ma faute. Connaissez-vous beaucoup de plaideurs assez grands pour transiger après la victoire ? Voici la somme en bon papier ; vous la porterez aujourd’hui à Mme de Montbriand. C’est M. de Vaulignon qui vous la fait parvenir ; que mon nom ne soit pas prononcé, je vous prie. »

Resté seul, il employa presque toute la journée a des réformes d’économie privée, interrogeant Dominique, comptant avec Fleuron, supprimant telle dépense et réduisant telle autre, donnant ses ordres au maquignon qui devait vendre les chevaux neufs, et prenant toutes ses mesures pour conformer son train de maison au revenu d’un procureur général sans fortune.

« Merci de moi ! disait Fleuron ; tu deviens donc avare, mon enfant ?

— Je deviens vieux, » répondait-il en montrant ses dents blanches.

Jamais il n’avait eu le cœur si léger ; il commençait à comprendre cette gaieté des gueux, qui sera l’éternel étonnement des riches. En traversant le salon de ses ancêtres, il s’écria :

« Eh bien ! bonnes gens, que pensez-vous de moi ? Votre héritage est à vau-l’eau et votre nom s’éteindra probablement avec ma vie, mais j’ai tenu la conduite d’un digne magistrat, pas vrai ? »

Le temps passait, la nuit tomba ; on vint lui annoncer que le dîner était servi. Il prit sa place accoutumée devant la vieille table aux jambes torses, et diva d’un bel appétit sur la nappe de guipure, dans la porcelaine du Japon, en face du grand miroir de Venise qui reflétait sa bonne mine et son air de contentement. La cheminée flambait d’autant mieux que le temps était à la gelée ; le talon des passants sur le pavé de la rue rendait un bruit sec. L’antique horloge sonna sept heures ; les tambours de la garnison commencèrent à battre la retraite. Tout à coup une voiture s’arrêta devant la porte, et le marteau retentit. Un souvenir des temps lointains s’éveilla dans l’esprit de Mainfroi, et machinalement il tourna la tête vers la portière pour demander si l’ombre du marquis de Vaulignon n’était pas sous le vestibule.

La portière s’écarta, et Mme de Montbriand apparut, toujours fière, mais émue et frémissante.

« Monsieur Mainfroi, dit-elle, je viens savoir si vous êtes tout à fait un honnête homme, ou si vous ne payez vos dettes qu’à moitié. »

Il balbutia :

« Mais, madame,… expliquez-vous, de grâce !

— Vous avez dit : « Je gage ma fortune et mon nom que vous rentrerez dans votre héritage. » Vous ne m’avez donné que votre fortune.

— Qui vous fait croire ?…

— Personne ne vous a trahi ; je ne me suis pas même informée ; je connais la générosité de mon frère ; mais ma devise est : tout ou rien, et je vous somme de dire si vous m’abandonnez votre nom ? »

II répondit étourdiment :

« Pourquoi faire ?

—Pour le porter toute ma vie avec honneur, avec joie, avec amour, et pour le transmettre à nos enfants, s’il plaît à. Dieu !

— Marguerite !

— Jacques ! »


EDMOND ABOUT.