Les Singularitez de la France antarctique/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



CHAPITRE XXI.


D’une isle nommée l’Ascention.


SANS élonger de nostre propos, huict degrez de là nostre ligne le vingt sixiesme du mois d’octobre trouuasmes une isle non habitée, laquelle de prime face voulions nommer isle des oyseaux, pour la grande multitude d’oyseaux, qui sont en ceste dicte isle : mais recherchans en nos cartes marines, la trouuasme auoir esté quelque temps auparauant découuerte par les Portugais, et nommée isle de l’Ascension 103-1 pour ce que ce iour la y estoyent abordez. Isle de l’Ascensio; pourquoy ainsi nommée Voyans donc ces oyseaux de loing voltiger sur la mer, nous donna coniecture, que là près auoit quelque isle. Et approchans tousiours veimes si grand nombre d’oyseaux 103-2 de diuerses sortes et plumages, sortir, comme il est vray semblable, de leur isle, pour chercher à repaistre, et venir à noz nauires, iusques à les prendre à la main, qu’à grand peine nous en pouuions défaire. Si on leur tendoit le poing, ils venoyent dessus priuément, et se laissoyent prendre en toutes sortes que l’on vouloit : Oyseaux de diuerses especes en grand nombre et ne s’en trouua espece quelconque en ceste multitude semblable à ceux de par deça, chose peut estre, incroyable à quelques uns. Estans laschez de la main ne s’en fuyoient pourtant, ains se laissoyent toucher et prendre comme deuant. Dauantage en ceste isle s’en trouue une espece Je grands, que i’ay ouy nommer Aponars.Aponars, oyseaux Ils ont petites ailes pourquoy ne peuuent voler. Ils sont grands et gros comme noz herons, le ventre blanc, et le dos noir, comme charbon, le [Fol. 40.] bec semblable à celuy d’un cormoran, ou autre corbeau. Quand on les tue ils crièt ainsi que pourceaux. I’ay voulu descrire cest oyseau entre les autres, pour ce qu’il s’en trouue quantite en une isle tirant droit au cap de Bonne Viste, Cap de Bonne Viste. Aponars et pourquoy ainsi dicte. du costé de la terre neufue, laquelle a esté appellée isle des Aponars 104-1. Aussi y en a telle abondace, que quelquefois trois grâds nauires de France allans en Canada, chargeant chacun deux fois leurs basteaux, de ces oyseaux, sur le riuage de ceste isle, et n’estoit question que d’entrer en terre, et les toucher deuant soy aux basteaux, ainsi que moutons à la boucherie, pour les faire entrer. Voyla qui m’a donné occasion d’en parler si auant. Au reste, de nostre isle de l’Ascension, Isle de l’Ascension non encores habitée, comme plusieurs autres elle est assés belle ayant de circuit six lieues seulement, auecques montagnes tapissées de beaux, arbres et arbrisseaux verdoyans, herbes et fleurs, sans oblier l’abondance des oyseaux, ainsi que desia nous auons dit. I’estime que si elle estoit habitée et cultiuée, auec plusieurs autres, qui sont en l’Oceà, tant deçà que delà l’Equinoctial, elles ne seroyent de moindre émolument, que Tenedos, Lemnos, Metelin, Negrepont, Rhodes, et Candie, ne toutes les autres, qui sont en la mer Hellespont, et les Cyclades : car en ce grand Océan se trouuent isles ayans de circuit plus de octante lieues, les autres moins : entre lesquelles la plus gràd partie sont desertes et non habitées. Or après auoir passé ceste isle, commençasmes à découurir quatre estoilles de clarté et grandeur admirable, disposées en forme d’une croix 105-1, assez loing toutesfois du pôle Antarctique. Les mariniers qui nauigèt par delà les appellent chariotz. Aucuns d’iceux estiment qu’entre ces estoilles est celle du Su, laquelle est fixe et immobile, côme celle du Nort, que nous appelons Ourse mineur, estoit cachée auant que fussions soubs l’Equateur, et plusieurs autres qui ne se voyent par deçà au Septentrion.


Notes

103-1. Cette île fut découverte en 1501 par le Portugais Jean de Nova. Cependant on trouve déjà sur la Mappemonde exécutée en 1500 par Juan de la Cosa, pilote de Colomb, une île dont la position paraît correspondre à celle de l’Ascension.

103-2. Les oiseaux sont encore fort nombreux à l’Ascension. Frégates, fous, paille-en-queue aux longues plumes caudales, hirondelles, pétrels, albatros noirs à poitrine blanche semblent s’y être donné rendez-vous. Dans la saison de la ponte, l’hirondelle des tropiques dépose sur les plaines et les hauteurs un nombre d’oeufs tellement considérable qu’on en ramasse jusqu’à dix mille douzaines dans une seule semaine. Les poules de Guinée sont également très abondantes. Voir d’Avezac. Iles de l’Afrique. P. 259.

104-1. Allusion au voyage de Jacques Cartier au Canada. Voici le passage de la relation de Cartier. (Ed. Ramé. P. 3.) « Nonobstant ledit banc, noz deux barques furent à ladite isle pour auoir des ouaiseaulx, desqueulx y a si grant nombre, que c’est une chasse increable, qui ne la voyt ; car nonobstant que ladite isle contienne enuiron une lieue de circumferance, en soit si très plaine qu’i semble que on les ayt arimez... Nous nommons iceulx ouaiseaulx apponatz desqueulx noz deux barques en chargèrent en moins de demye heure, comme de pierres, dont chaiscun de noz nauires en sallèrent quatre ou cinq pippes, sans ce que nous en peumes mangier de froys. »

105-1. La magnifique constellation de la croix du sud était connue avant la découverte de l’Amérique. Elle est visible dans la mer Rouge. Les planisphères arabes l’indiquent toutes. Dès le XIVe siècle, les Vénitiens et les Génois, qui s’étaient avancés dans l’Atlantique, en avaient connaissance. Dante enfin l’avait célébrée (Purgatoire, I. 22) : « Portant ma pensée sur l’autre pôle qui était à ma droite, j’aperçus quatre étoiles qui ne furent jamais vues que de la race première. On eût dit que le ciel se plaisait à leur rayonnement. O Septentrion, région vraiment veuve, puisqu’il t’est refusé de les contempler. »