Les Singularitez de la France antarctique

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Paul GaffarelMaisonneuve (p. 453-459).

TABLE DES MATIERES

Notice biographique V
Privilège XXXVII
Dédicace au cardinal de Sens XXXIX
Ode d’Estienne Jodelle XLIII
Ode de Belleforçat XLVII
Préface aux lecteurs LV
Advertissement au Lecteur LXI-LXII

  • Chap I. L’embarquement de l’auteur 1-5
  • II. Du destroict anciennement nommé Calpe, et au-iourdhui Gibaltar 6-10
  • III. De l’Afrique en general 10-14
  • IV. De l’Afrique en particulier 14-18
  • V. Des isles Fortunées, maintenant appelées Canaries 18-26
  • VI. De la haute montagne du Pych 26-29
  • VII. De l’isle de fer. 29-33
  • VIII. Des isles de Madere. 33-37
  • IX. Du vin de Madere. 38-41
  • X. Du promontoire Verd et de ses isles. 41-48
  • XI. Du vin de palmiers. 48-52
  • XII. De la riuiere de Senegua. 53-60
  • XIII. Des isles Hesperides autrement dictes du cap Verd. 60-63
  • XIV. Des tortues, et d’une herbe qu’ils appellent Orseille. 63-69
  • XV. De l’isle de Feu. 69-72
  • XVI. De l’Ethiopie. 73-78
  • XVII. De la Guinée. 78-84
  • XVIII. De la ligne Equinoctiale, et isles de Saint Homer. 85-90
  • XIX. Que non seulement tout ce qui est soubs la ligne est habitable, mais aussi tout le monde est habité, cotre l’opinion des anciens. 91-97
  • XX. De la multitude et diuersite des poissons estant soubs la ligne Equinoctiale. 98-102
  • XXI. D’une isle nommée l’Ascention. 103-106
  • XXII. Du promontoire de Bonne Espérance et de plusieurs Singularitez obseruées en iceluy, ensemble nostre arriuée aux Indes Amériques, ou France Antarctique. 106-113
  • XXIII. De l’isle de Madagascar, autrement de S. Laurent. 114-120
  • XXIV. De nostre arriuée à la France Antarctique, autrement Amérique, au lieu nommé cap de Frie. 120-125
  • XXV. De la riuiere de Ganabara autrement de Ianaire, et comme le païs où arriuasmes, fut nômé France Antarctique 126-129
  • XXVI. Du poisson de ce grand fleuue susnommé. 129-132
  • XXVII. De l’Amerique en general. 132-135
  • XXVIII. De la religion des Ameriques. 136-140
  • XXIX. Des Ameriques et de leur maniere de viure, tant hommes que femmes. 141-146
  • XXX. De la maniere de leur manger et boire. 147-151
  • XXXI. Contre l’opinion de ceux qui estiment les Sauuages estre pelus. 151-155
  • XXXII. D’un arbre nommé Genipat en langue des Ameriques, duquel ils font teinture. 155-160
  • XXXIII. D’un arbre nommé Paquouere. 160-163
  • XXXIV. La maniere qu’ils tiennent à faire incisions sur leur corps. 163-167
  • XXXV. Des visions, songes, et illusions de ces Ameriques, et de la persecution qu’ils reçoiuent des esprits malins. 168-171
  • XXXVI. Des faux Prophetes et Magiciês de ce païs qui communiquent auec les esprits malings : et d’un arbre nommé Ahouaï. 172-179
  • XXXVII. Que les Sauuages Ameriques croyent l’ame estre immortelle. 180-183
  • XXXVIII. Comme ces Sauuages font guerre les uns contre les autres, et principalement contre ceux qu’ils nomment Margageas et Thabaiares, et d’un arbre qu’ils appellent Hayri, duquel ils font leurs bastons de guerre. 184-190
  • XXXIX. La manière de leurs combats, tant sur eau, que sur terre. 191-196
  • XL. Comme ces barbares font mourir leurs ennemis, qu’ils ont pris en guerre et les mangent. I97-205
  • XLI. Que ces Sauuages sont merueilleusement vindicatifs. 206-209
  • XLII. Du mariage des Sauuages Amériques. 210-215
  • XLIII. Des cerimoniés, sépulture, et funérailles qu’ils font à leurs décès. 216-221
  • XLIV. Des Mortugabes, et de la charité de laquelle ils usent enuers les estràgers 222-228
  • XLV. Description d’une maladie nommée Pians, à laquelle sont subiets ces peuples de l’Amérique, tant es isles que terre ferme. 228-232
  • XLVI. Des maladies plus frequêtes en l’Amérique, et la méthode qu’ils obseruêt à se guérir. 233-237
  • XLVII. La manière de trafiquer entre ce peuple. D’un oyseau nommé Toucan, et de l’espicerie du pais 238-243
  • XLVIII. Des oyseaux plus communs en l’Amérique. 243-249
  • XLIX. Des venaisons et sauuagines que prennent ces Sauuages. 250-255
  • L. D’un arbre nommé Hyuourahé. 256-257
  • LI. D’un autre arbre nommé Vhebehasou, et des mouches à miel qui le frequentent. 258-261
  • LII. D’une beste assez estrange, appellée Haut. 261-264
  • LIII. Comme les Ameriques font feu, de leur opinion du deluge, et des ferremens dont ils usent. 264-270
  • LIV. De la riuiere des Vases, ensemble d’aucuns animaux qui se trouvent là enuiron, et de la terre nommée Morpion. 271-278
  • LV. De la riuiere de Plate, et pais circonuoisins. 279-285
  • LVI. Du detroit de Magellâ et de celuy de Dariene. 285-292
  • LVII. Que ceux qui habitent depuis la riuiere de Plate iusques au detroit de Magellan sont nos Antipodes. 293-297
  • LVIII. Comme les Sauuages exercent l’agriculture et font iardins d’une racine nommée Manihot, et d’un arbre qu’ils appellent Peno-Absou. 298-306
  • LIX. Comme la terre de l’Amerique fut découuerie, et le bois du Bresil trouué, auec plusieurs autres arbres non veuz qu’en ce pais. 306-311
  • LX. De nostre département de la France Antarctique ou Amerique. 311-316
  • LXI. Des Cannibales, tant de la terre ferme, que des isles, et d’un arbre nômé Acaiou. 316-322
  • LXII. De. la riuiere des Amazones, autrement dite Aurelane, par laquelle on peut nauiguer aux païs des Amazones, et en la France Antarctique 323-328
  • LXIII. Abordement de quelques Espagnols en une contrée où ils trouuerent des Amazones 329-336
  • LXIV. De la continuation du voyage de Morpion, et de la riuiere de Plate. 336-339
  • LXV. La separation des terres du Roy d’Espagne et du Roy de Portugal. 340-343
  • LXVI. Diuision des Indes Occidentales en trois parties. 344-348
  • LXVII. De l’isle des Rats. 348-352
  • LXVIII. La continuatiô de nostre chemin auecques la declaration de l’Astrolabe marin. 353-355
  • LXIX. Departement de nostre Equateur, ou Equinoxial. 356-360
  • LXX. Du Peru, et des principales prouinces contenues en iceluy. 361-369
  • LXXI. Des isles du Peru, et principalement de l’Espagnole. 370-377
  • LXXII. Des isles de Cuba et Lucaïa. 377-381
  • LXXIII. Description de la Nouuelle Espagne et de la grande cité de Themistitan située aux Indes Occidentales. 382-389
  • LXXIV. De la Floride peninsule. 390-397
  • LXXV. De la terre de Canada, dicte par cy deuant Baccalos, decouuerte de nostre temps et de la maniere de viure des habitans. 398-402
  • LXXVI. D’une autre contrée de Canada. 402-405
  • LXXVII. La Religion et maniere de viure de ces pauures Canadiens, et comme ils resistent au froid. 405-412
  • LXXVIII. Des habillemens des Canadiens, comme ils portent cheueux, et du traitement de leurs petis enfans. 412-418
  • LXXIX. La maniere de leur guerre. 419-426
  • LXXX. Des mines, pierreries, et autres Singularitez qui se trouuent en Canada. 427-431
  • LXXXI. Des tremblemens de terre et gresles ausquels est fort subiect ce païs de Canada. 432-436
  • LXXXII. Du païs appellé Terre Neuue. 436-444
  • LXXXIII. Des isles des Essores. 444-451

Table des Matières. 453-459

FIN DE LA TABLE.