Les Sonnets impossibles

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Les Sonnets impossibles
1873


Vita brevis

COURTE PRÉFACE

Si l’enfant des Bords de la Rivière, si l’auteur du livre intitulé les Sonneurs du sonnet, livre qui, par parenthèse, est aujourd’hui d’un prix fort élevé à cause de sa rareté, si l’humouriste Alfred Delvau vivait encore, que dirait-il de nos Sonnets impossibles ? lui qui s’est fait l’aristarque des sonnettistes anciens et modernes, et qui n’a eu réellement d’admiration que pour le vieux Ronsard ?

— Ça ! des sonnets ! s’écrierait-il. Fi ! ce sont des monosyllabes rimés. Est-ce à la suite d’un défi ?

— Peut-être. Bons ou mauvais, les voilà ; nous vous les offrons en dépit de tous les sonnettistes du monde. Les lise qui voudra, les imite qui pourra.

Comme ils étaient tout nus, les pauvres petits maigre-échine, M. Alfred Taiée, aquafortiste, a bien voulu prendre la peine de les habiller.

Et sa sollicitude mérite bien un remerciement sincère.

J. P. D.


Sonnets impossibles

Et la critique


Qu’a-
T-elle
Celle-
Là ?

Bah !
Telle
Quelle
Va,

Muse
Sans
Gants,

Use
Ses
Traits.



Image


L’onde
Suit,
Fuit,
Gronde.

Monde
Luit,
Nuit,
Fronde.

Sort
Mord
L’homme.

Toi
Comme
Moi.



Au printemps


Gai
Lai.
Fève
Lève.

J’ai
Mai,
Rêve
D’Ève,

Fleur
Cœur
Âme,

Jeux,
Feux,
Flamme.



La neige


Piège
Mou
Ou
Neige,

Sais-je,
Fou,

Vais-je ?


Ma
Tombe,

Si
J’y
Tombe.



Paysage


L’eau
Mène
Au
Maine.

Beau
Chêne
Haut.
Plaine.

Deux
Bœufs
Mornes,

Grands
Sans
Cornes.



À la guerre


Guerre,
Sois
Fière !
Vois :

Terre,
Bois,
Pierre,
Croix,

Glaives,
Rêves
Morts…

Peste
Reste :
Sors !



Peinture


Gouache ;
Son
Ton
Lâche.

Flache.
Fond
Blond.
Vache.

Sol
Fol
D’ombre.

Long
Pont
Sombre.



Myosotis

BÉATRIX ET DANTE


— Ah !
Dante,
La
Sente

A

Gente
Plante :

— C’est
Qu’elle
Sait,

Belle,
Ton
Nom.



Au vieux pêcheur


Pêche
À
La
Fraîche.

Sèche

Ta
Dèche,

Mon
Bon,
Sauve

Ton
Front
Chauve.



La lune


Qu’une
Lune :
Deux
Yeux.

Dune
Brune,
Cieux
Bleus.

Belle,
Elle
Sort !

L’onde
Blonde
Dort.



La scie


Plie,
Ma
Scie,
Va…

Crie !
La
Vie
A

Lame,
Trame,
Pleurs,

Comme
L’homme
Meurs !



À ma muse


Ta
Chaîne,
Ma
Reine,


Mène
La
Gène.

Je
Te
Laisse,

Ton
Ton
Baisse.


Envoi

À CHARLES MONSELET

TRIOLETS


Monselet, ce gai pèlerin,
A de l’esprit fin dans sa gourde ;
Il en aura jusqu’à la fin,
Monselet, ce gai pèlerin
Qui rime le long du chemin,
Triola René Pincebourde.
Monselet, ce gai pèlerin,
A de l’esprit fin dans sa gourde.

Pour bien tourner un triolet,
Lui donner le parfum des roses,
Je ne connais que Monselet,
Pour bien tourner un triolet
Et savoir trouver ce qui plaît
Parmi les fleurs fraîches écloses ;
Pour bien tourner un triolet,
Lui donner le parfum des roses.

S’il veut agréer mes sonnets,
Ce sont des Sonnets impossibles,
Je relirai ses triolets.
S’il veut agréer mes sonnets,
Sans couleur vive et sans reflets,
Et qui sont nés non éligibles.
S’il veut agréer mes sonnets,
Ce sont des Sonnets impossibles.