Les bassins à cupule/Site du Haut de Pampin

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Les bassins[modifier]

Dimensions des bassins
Bassin Longueur Largeur Profondeur Surface Volume
C1 3,6/4 m 1,08 m 1,3 m 3,9/4,3 m² 5,14/5,88 m³
C2 3,5/4 m 1,05m 1,4 m 3,6/4,2 m² 5,05/5,62 m³
C3 3,35 m 1,6/1,7 m 1,2 m 5,57 m² 6,63 m³
C4 1,7 m 1,7 m 1,35 m 2,89 m² 3,90 m³
Autres caractéristiques
Bassin Couvre-joints Escalier Pente Cupule :
emplacement
Cupule :
forme
Cupule :
matériau
Dimensions
C1 0 ? ? ?
C2 0 ? ? ?
C3 Convexes 0 25 cm Centrée Circulaire Béton D = 32 cm
C4 Carrés 0 Lègère pente Petit côté Circulaire Béton D = 32 cm

Notes[modifier]

Ce site a été mis au jour lors d'une fouille de sauvetage lors de la construction d'un lotissement. Il se trouve dans l'actuelle rue Jean Bart, et domine le marais du Plomb.

Mobilier[modifier]

Le mobilier comprend de la céramique commune, de la sigillée de Lezoux (fin IIe siècle), un fond de flacon de verre du Ier siècle, et une fiole du IIIe ou du IVe siècle.

Les objets suivants sont plus liés à la vie artisanale du site : une serpe de fer, l’ébauche d’une aiguille en os, et une lamelle de bronze (dont la destination n'est pas identifiée).

Comme sur la plupart des sites d’habitat, des os et des coquillages ont été jetés en abondance.

Enfin, les restes importants d’un collier en or de la première moitié du IIIe siècle ont été retrouvés non loin du site.

Historique du site[modifier]

Le site est à 19 m d'altitude et à 150 du marais du Plomb, colmaté au XVIe siècle. Les bâtiments faisaient au moins 117 m2.

Peu de substructions subsistaient : outre deux murs parallèles orientés Est-Ouest et le mur Nord-Sud qui leur est perpendiculaire, un mur Nord-Sud était situé au nord de la parcelle. Au total, les bassins ne sont pas inscrits dans un espace fermé, et les tuiles, tant imbrices que tegulæ, retrouvées dans le comblement des bassins ne peuvent être attribuées avec certitude à la couverture des bassins. La découverte de clous de charpentier dans le comblement des bassins incite cependant à penser qu'ils étaient couverts.

La construction des deux premiers bassins est de qualité médiocre : les murs ne sont pas d'aplomb, les moellons des parois débordent ou sont en retrait les uns par rapport aux autres. Les mortiers de C2, ainsi que ceux de C1 dans une moindre mesure, se colorent en orange vers le sommet des parois. Cette coloration, due à de nombreuses reprises, indique une longue utilisation.

C4, presque carré, fut construit à leur suite. C'est le bassin le mieux construit, son enduit était très fin. Après une utilisation d'au plus quelques années, il subit une radicale transformation en C3 : son mur Nord est abattu pour l'allonger dans cette direction, mais un mur est construit dans le même temps en travers de C4, réduisant la longueur de C3. Le fond de celui-ci étant plus élevé, on suréleva l'ancien fond, compris entre le mur abattu et le mur Sud de C3. Le fond comprend quatre couches de béton : une de mortier blanc, coulée sur le hérisson de pierres ; une seconde, épaisse d'un cm et du même mortier de tuileaux qui a été utilisé pour la cupule, ne recouvre pas les couvre-joints d'origine et est parfaitement horizontale ; la troisième, parfaitement horizontale elle-aussi, est de couleur blanc-gris avec des inclusions de particules jaunes, et recouvre les couvre-joints primitifs et est épaisse de quatre à cinq cm ; enfin, il existe des traces d'une couche superficielle de mortier rouge. Les enduits verticaux sont roses, grossiers, usés et même très dégradés dans la moitié sud.

C4 et C3 étaient probablement alimentés par un caniveau provenant de l'aire et longeant C3 sur sa paroi ouest. Cette aire était faite de mortier mêlé de cailloutis et posé sur un hérisson puissant.

Le fond du caniveau contenait une terre noirâtre. Le fond de B3, les joints et les angles NE et NO étaient recouverts d'un fin dépôt noir. L'analyse n'a pas permis de découvrir une trace d'acide acétique.

Bibliographie[modifier]

  • TEXIER, Bruno-LAPORTE, Luc. Rapport de fouilles du site du Haut de Pampin, à L'Houmeau, 1979.
  • TEXIER, Bruno-LAPORTE, Luc. Les fouilles du Haut-Empire à L'Houmeau. Revue de la Saintonge et de l'Aunis, 1980, tome VI, p. 13-118.
  • NICOLINI, Gérard. Notice. Gallia, 1983, tome 41,2, p. 372.

Sommaire[modifier]