Les oeuvres poétiques de Clovis Hesteau de Nuysement 1578/Ce fut un Vendredi

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les oeuvres poétiquesAbel l'Angelier (p. 109).

XLIX.



Ce fut un Vendredi que j'apperceu les Dieux,
Verser sur les mortels d'une ballance esgalle,
Et le bien & le mal, lors que leur main fatalle :
Esclave m'attacha au joug de deux beaux yeux.

J'errois aux borts de Seine, & contemplois aux Cieux,
Des courciers de Phœbé la carriere journalle,
Quand Amour plein de fiel parmy l'air se devalle,
Et vint picquer mon cueur sainctement furieux.

O jour trois fois heureux, ou la divine essence,
Des on precieux sang lava l'antique offence
De mes premiers ayeuls : ô douce cruauté,

O bien-heureuse erreur, & plus heureuse encore
Seine ou premier j'ay veu la Nymphe en qui j'adore,
La chasteté, l'amour, l'honneur, & la beauté.