Lettres à Lucilius/Lettre 39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lettres à Lucilius
Traduction par Joseph Baillard.
../Hachettevolume 2 (p. 87-88).
◄  Lettre 38
Lettre 40  ►

LETTRE XXXIX.

Aimer mieux la médiocrité que l’excès.

Les résumés que tu désires, je les rédigerai certainement avec le plus de méthode et de concision possible ; mais vois s’il n’y aurait pas plus d’avantage dans la forme ordinaire que dans celle qu’on nomme aujourd’hui vulgairement breviarium, et qui jadis, quand nous parlions latin, s’appelait summarium. La première importe plus à qui étudie, la seconde à qui sait ; car l’une enseigne, l’autre rappelle. Mais je te donnerai de toutes deux en suffisance. Tu n’as que faire d’exiger telle ou telle autorité : les inconnus seuls donnent des répondants. J’écrirai donc ce que tu veux, mais à ma façon. En attendant tu as nombre d’auteurs où je ne sais si tu trouveras assez de méthode. Prends en main le catalogue des philosophes : cela seul te réveillera forcément quand tu verras combien d’hommes ont travaillé pour toi : tu désireras compter à ton tour parmi eux. Car le premier mérite d’une âme noble c’est l’élan qui la porte au bien. Nul homme doué de sentiments élevés ne trouve du charme dans l’ignoble et le bas : l’idée du grand l’attire et l’exalte. De même que la flamme s’élève droite sans qu’on puisse la faire ramper ou l’abattre, non plus que la tenir immobile42 ; ainsi l’âme humaine ne repose jamais, d’autant plus remuante et active qu’elle a plus de vigueur. Mais heureux qui a tourné cet élan vers le bien ! il se placera hors de la juridiction et du domaine de la Fortune, se modérera dans les succès, brisera l’aiguillon du malheur, et dédaignera ce qu’admireront les autres. Il est d’une âme grande de mépriser les grandeurs, et d’aimer mieux la médiocrité que l’excès : la médiocrité seule est utile et fait vivre l’homme ; l’excès nuit par son superflu même. Ainsi versent les épis trop pressés ; ainsi la branche surchargée de fruits se rompra ; ainsi l’exubérance n’arrive point à maturité43. Il en est de même des esprits ; une prospérité sans mesure les brise : ils n’en usent qu’au préjudice d’autrui comme au leur. Fut-on jamais plus malmené par un ennemi que certains hommes par leurs plaisirs, par ces tyranniques et folles débauches qui ne leur laissent quelque droit à la pitié que parce qu’ils subissent ce qu’ils ont fait subir ? Et il faut bien qu’ils soient victimes de leur frénésie : nécessairement la passion n’admet plus de limites, dès qu’elle a franchi celles de la nature. La nature a son point d’arrêt : les chimères et les fantaisies de la passion vont à l’infini. Le nécessaire a pour mesure l’utile : mais le superflu, où le réduire ? Aussi se noient-ils dans ces voluptés, qui sont pour eux des habitudes et dont ils ne se peuvent passer, d’autant plus misérables que le superflu leur est devenu nécessaire. Esclaves des plaisirs, ils n’en jouissent pas, et, pour dernier malheur, ils sont amoureux de leurs maux44. Oui, c’est le comble de l’infortune que de se vouer à la turpitude non plus par l’attrait d’un moment, mais par goût ; plus de remède possible, quand nos vices d’autrefois sont nos mœurs d’à présent.


LETTRE XXXIX.
42.

Nul sort n’abaisse une grande âme :
Éole en vain courbe la flamme
Prompte à revoler vers les cieux. (Lebrun, Odes, I,XXI.)


Mon âme jamais ne sommeille ;
Elle est cette flamme qui veille
Au sanctuaire de Vesta. (Lebrun, Épilogue.)


43.

  Il est certain tempérament
 Que le maître de la nature
Veut que l'on garde en tout. Le fait-on ? Nullement.
Soit en bien, soit en mal, cela n’arrive guère.
Le blé, riche présent de la blonde Cérès,
Trop touffu bien souvent épuise les guérets :
En superfluités s’épandant d’ordinaire
 Et poussant trop abondamment,
 Il ôte à son fruit l’aliment.
L’arbre n’en fait pas moins : tant le luxe sait plaire !

(La Font., liv. IX, Fable II.)

44. Quid miserius misera non miserante se ipsum ?

(Saint August., Libre arbitre)