Lettres (O. C. Élisa Mercœur)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes d’Élisa Mercœur, Texte établi par Adélaïde AumandMadame Veuve Mercœur (p. 433-435).

LETTRES.

MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR.
Direction des Beaux-Arts et Belles-Lettres. — Cabinet du directeur
Vendredi, 15 avril 1831.

Je m’empresse d’envoyer à mademoiselle Élisa Mercœur la lettre que vient de m’adresser M. Taylor. Je la prie de croire à mon entier dévouement, et d’agréer l’assurance de ma considération distinguée.

Son très humble et très obéissant serviteur,

Hipp. Royer-Collard.

COMÉDIE FRANÇAISE.


Monsieur,

Mademoiselle Mercœur aura une lecture la semaine prochaine, le tour de faveur dépendra naturellement de la réception [1].

Je lui dirai que j’ai reçu votre recommandation [2], et ne doutez pas, monsieur, de tout le plaisir que j’aurai toujours à faire ce qui pourra vous être agréable.

Mille assurances de dévouement et des sentimens de la plus haute considération.

Taylor.
Jeudi.

MINISTÈRE DU COMMERCE ET DES TRAVAUX PUBLICS.


Paris, le 25 avril 1831.
Madame,

Je désirerais vivement assister à la lecture de l’ouvrage de mademoiselle votre fille, au comité du Théâtre-Français, et je le désirerais doublement, puisque vous pensez que ma présence pourrait avoir quelque influence sur les membres du comité ; mais malheureusement mes occupations nombreuses me privent de ce plaisir. Soyez, je vous prie, l’interprète de tous mes regrets auprès de mademoiselle votre fille, et assurez-la de toute la part que je prendrai à ses succès.

Recevez, madame, l’hommage de ma respectueuse considération,

Votre très humble et très obéissant serviteur,

Hipp. Royer-Collard.
CABINET DU MINISTRE DU COMMERCE ET DES TRAVAUX PUBLICS.


Paris, le 23 octobre 1832.
Mademoiselle,

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre tragédie de Boabdil. Vous avez peint avec vérité les mœurs si originales des Arabes conquérans de l’Espagne, et vous avez su tirer un grand parti des traditions historiques. Veuillez, mademoiselle, agréer mes félicitations bien sincères, et recevoir l’assurance des sentimens de la considération la plus distinguée.

Le pair de France, ministre du commerce et des travaux publics,
Comte d’Argout.

Mademoiselle Elisa de Mercœur, rue du Bac, 83.

(Les personnes qui désireront voir les autographes des copies ci-dessus pourront se convaincre qu’elles sont exactes.)

  1. Et ce fut probablement pour ne pas être obligé de donner le tour de faveur, qui dépendait de la réception de la tragédie, que le baron Taylor jugea à propos de ne la pas recevoir. Il a toujours ignoré qu’Élisa possédât sa lettre.
  2. Il se garda bien d’en parler. Promettre et tenir ne sont pas tout un chez M. Taylor.