Libre comme Liberté/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction en cours

Cette page est consacrée à la traduction en français de en:Free as in Freedom. Si vous souhaitez participer à la traduction, il vous suffit d’éditer cette page. Merci de corriger les erreurs que vous pourrez y trouver.

Chapitre VIII — Saint Ignucius
◄  Chapitre 7 Chapitre 9  ►

Le Maui High Performance Computing Center (Centre de Calcul Haute Performance de Maui, Hawaï ― MHPCC) est situé dans un bâtiment de plain-pied, dans les collines rouges poussiéreuses juste au dessus de la ville de Kihei. Entouré par les paysages et les habitations des multi-millionnaires du club de golf de Silversword, le centre représente l'ultime gâchis de ressources scientifiques. Loin des confinements étroits de Tech Square, ou même des tentaculaires métropoles de recherche d'Argonne, Illinois, et Los Alamos, Nouveau Mexique, le MHPCC ressemble à un endroit où les scientifiques passent plus de temps sur leur bronzage que sur leurs travaux de recherches post-doctorales.

Cette image n'est qu'à moitié vraie. Bien que les chercheurs du MHPCC profitent effectivement des opportunités récréatives locales, ils prennent néanmoins leur travail au sérieux. Selon Top500.org, un site web qui référence les plus puissants supercalculateurs sur la planète, la machine IBM SP Power3 détenue par le MHPCC s'adjuge le score de 837 milliards d'opérations à virgule flottante par seconde (FLOP), entrant de fait dans le top 25 des plus puissants ordinateurs au monde. Propriété commune de l'Université d'Hawaï et de l'U.S. Air Force, la machine répartit ses cycles de calcul entre de nombreuses et lourdes tâches, liées à la logistique militaire et à la recherche physique dans les hautes températures.

En termes simples, le MHPCC est un lieu unique, un lieu où la culture cérébrale de la science et de l'ingénierie coexiste paisiblement avec la culture détendue des îles hawaïennes. Un slogan sur le site Internet du centre en 2000 résume tout : « Calculer au paradis ».

Ce n'est pas vraiment le genre d'endroit où l'on s'attendrait à trouver Richard Stallman, un homme qui, en regardant la magnifique vue de la toute proche passe de Maui à travers la fenêtre du bureau d'un membre de l'équipe, murmure une brève critique : « Trop de soleil ». Reste que, en tant qu'émissaire entre deux paradis de l'informatique, Stallman a un message à faire passer, même si cela implique de soumettre sa fragile peau laiteuse de hacker aux dangers d'une exposition tropicale.

La salle de conférence est déjà bondée lorsque j'arrive pour assister à la présentation de Stallman. La proportion entre les deux sexes est sensiblement plus équilibrée qu'à la conférence de New York : 85% masculin et 15% féminin. Mais elle reste globalement similaire. La moitié environ de l'assistance porte des pantalons kakis et des tee-shirts à logo. L'autre moitié semble retournée aux sources hawaïennes. Vêtus des ostentatoires chemises à fleurs si populaires dans ce coin du monde, leurs visages sont bronzés à l'extrême. Les seuls indices révélant leur statut de geek sont les gadgets : téléphones Nokia, Palm Pilots, et ordinateurs portables Sony VAIO.

Il va sans dire que Stallman, qui se tient devant cette assemblée habillé d'un simple tee-shirt bleu, d'un baggy marron et de chaussettes blanches, fait tache. L'éclairage au néon de la salle de conférences souligne la couleur maladive de cette peau qui ne voit le soleil que rarement. Sa barbe et ses cheveux sont suffisants pour provoquer des rivières de sueur, y compris du plus frais des cous hawaïens. Avec en quelque sorte le mot « métropolitain » tatoué sur son front, Stallman ne pourrait pas paraître plus étranger même s'il le souhaitait.

Alors que Stallman s'affaire du côté de la scène, quelques membres du public portant des tee-shirts au logo de Maui FreeBSD Users Group (MFUG) s'empressent de mettre en place l'équipement audio et vidéo. FreeBSD, un rejeton libre de la distribution logicielle de Berkeley, la vénérable version Unix académique des années 1970, est techniquement un compétiteur du système d'exploitation GNU/Linux. Cela n'empêche que, dans le monde du logiciel libre, les discours de Stallman sont documentés avec une ferveur proche de celle vue pour le groupe Grateful Dead, et sa légendaire armée d'archivistes amateurs. En tant que locaux du logiciel libre, il échoit aux membres du MFUG de s'assurer que les collègues programmeurs à Hamburg, Mumbai, et Novosibirsk ne ratent rien des dernières perles de la sagesse de RMS.

L'analogie avec Grateful Dead est brillante. Stallman l'utilise souvent pour décrire les possibilités de business inhérentes au modèle du logiciel libre. En refusant de restreindre la possibilité pour les fans d'enregistrer leurs concerts publics, les membres de Grateful Dead devinrent plus qu'un groupe de rock. Ils devinrent le centre d'une communauté tribale gravitant autour de leur musique. Au cours du temps, cette communauté tribale devint si importante et dévouée, que le groupe put se passer de contrat avec une maison de disque, pour se financer avec les seuls tournées et concerts live. En 1994, pour leur dernière année de tournée, les Grateful Dead levèrent 52 millions de dollars grâce aux seules entrées des concerts.[1]

Alors que peu nombreuses sont les entreprises privées de logiciel ayant réussi à égaler un tel succès financier, l'aspect tribal de la communauté du logiciel libre est une raison pour laquelle beaucoup de personnes, dans la seconde moitié des années 1990, commencèrent à accepter l'idée que la publication du code source pourrait être une bonne chose. En espérant pouvoir constituer leurs propres troupes de dévots loyaux, des entreprises telles que IBM, Sun Microsystems, et Hewlett Packard en vinrent à accepter la lettre, sinon l'esprit, du message de Stallman sur le logiciel libre. En décrivant la GPL comme la « Magna Carta » de l'industrie des technologies de l'information, Evan Leibovitch, le chroniqueur informatique de ZDNet, voit l'affection grandissant pour tout ce qui est GNU comme quelque chose de plus qu'une simple tendance. « Ce changement sociétal permet aux utilisateurs de reprendre le contrôle de leur avenir », écrit Leibovitch. « Tout comme la Magna Carta donnait des droits aux sujets de l'Empire britannique, la GPL assure les droits et libertés au nom des utilisateurs de logiciels informatiques ».[2]

L'aspect tribal de la communauté du logiciel libre explique aussi pourquoi quarante programmeurs dépareillés, qui pourraient travailler sur des projets de physique ou encore parcourir l'Internet à la recherche d'informations météorologiques pour le windsurfing, ont préféré s'enfermer dans une salle de conférence afin d'écouter le discours de Richard Stallman.

Contrairement à la conférence de New York, Stallman n'est pas présenté par un tiers. Il ne propose d'ailleurs pas d'auto-présentation. Quand les gens de FreeBSD finissent par lancer leur équipement, Stallman s'avance simplement, commence à parler, et recouvre toute autre voix dans l'assistance par la sienne.

« La plupart du temps, quand les gens s'intéressent à la question des règles qu'une société devrait privilégier pour l'utilisation du logiciel, ceux qui s'occupent d'en débattre font partie d'entreprises vendant des logiciels, et ils considèrent la question d'un point de vue intéressé », dit Stallman, ouvrant son discours. « Quelles règles pouvons-nous imposer à tout un chacun afin qu'il soit obligé de nous payer un maximum d'argent? J'ai eu la chance, dans les années 1970, de faire partie d'une communauté de programmeurs qui s'échangeaient leurs logiciels. C'est pourquoi je préfère considérer systématiquement la question sous un angle différent et me demander quelle sorte de règles rendent-elles possible une société qui soit bonne pour ceux qui en font partie? J'en arrive à des conclusions complètement différentes. »

Encore une fois, Stallman revient rapidement sur l'anecdote de l'imprimante laser Xerox, se réservant un instant pour reproduire le même jeu qu'à New York, en prenant l'audience à partie. Il consacre aussi quelques minutes à l'explication du nom GNU/Linux.

« Certains me demandent : 'Pourquoi faire tant de bruit pour redonner à GNU le crédit que Linux lui a subtilisé ? Après tout, le plus important est que le but soit atteint, pas que l'on sache grâce à qui il a été atteint'. Et bien, cela serait un sage conseil si c'était vrai. Mais le but n'était pas de construire un système d'exploitation ; le but est de répandre la liberté vers les utilisateurs d'ordinateur. Et pour cela, il nous faut rendre possible le fait de pouvoir tout faire avec son ordinateur, en toute liberté.[3] »

Et Stallman d'ajouter : « Il reste énormément de travail à faire. »

Pour certains dans le public, tout cela n'est pas nouveau. Pour d'autres, c'est un peu obscur. Quand un membre du clan des tee-shirts commence à piquer du nez, Stallman arrête son discours et demande à quelqu'un de réveiller l'étourdi.

« Quelqu'un m'a dit une fois que ma voix était si relaxante qu'il se demandait si je n'étais pas un quelconque guérisseur », dit Stallman, provoquant les rires du public. « Je pense que ça veut dire que je peux vous faire gentiment plonger dans un sommeil doux et paisible. Et certains d'entre vous pourraient en avoir besoin. Peut-être que je ne devrais pas m'opposer à ça. Si vous avez besoin de dormir, alors faites-le coûte que coûte. »

Le discours s'achève avec une discussion rapide sur les brevets logiciels, un problème de plus en plus omniprésent et qui touche à la fois l'industrie du logiciel, et la communauté du logiciel libre. Comme dans le cas Napster, les brevets logiciels reflètent la nature inopportune de la transposition de concepts créés pour le monde physique au nouvel univers des technologies de l'information.

La différence entre la protection d'un programme sous copyright et la protection d'un programme sous brevet logiciel est subtile mais importante. Dans le cas du copyright, un créateur de logiciel peut restreindre la reproduction du code source, mais pas celle de l'idée ou de la fonctionnalité relayée par ce code source. En d'autres termes, si un développeur décide de ne pas utiliser un logiciel suivant les termes initiaux posés par son créateur, il reste libre de rétro-ingénierer le programme. C'est-à-dire dupliquer la fonctionnalité originale du programme en écrivant un nouveau code source depuis une feuille blanche. Une telle habitude de copie des idées est chose commune dans l'industrie du logiciel commercial, où les entreprises isolent souvent leurs équipes de rétro-ingénierie afin de se prémunir des accusations d'espionnage ou de malhonnêteté des développeurs. Dans le jargon du développement logiciel moderne, les entreprises évoquent cette technique en employant le terme d'ingénierie en « salle propre ».

Les brevets logiciels fonctionnent différemment. Selon le bureau américain des brevets, des entreprises ou individus sont libres d'enregistrer des brevets pour des algorithmes innovants, à la condition de soumettre leurs propositions à la relecture publique. En théorie, cela permet au possesseur du brevet d'exploiter son invention en lui assurant un monopole limité à vingt ans à compter de la date de la rédaction du brevet. En pratique, la révélation de ces informations par le détenteur du brevet n'a qu'une valeur restreinte, puisque la façon de fonctionner du programme est souvent évidente. Contrairement au copyright, un brevet donne à son possesseur la capacité de décapiter les développeurs indépendants travaillant sur des logiciels aux fonctionnalités similaires ou identiques.

Dans l'industrie du logiciel, où 20 années peuvent couvrir le cycle de vie entier d'un marché, les brevets ont une importance stratégique. Alors que des entreprises comme Microsoft et Apple s'affrontaient sur le copyright, l'apparence et le ressenti de diverses technologies, les industries actuelles de l'Internet utilisent les brevets pour placer les applications individuelles et les modèles de business sur écoute. L'exemple le plus connu est la tentative par Amazon, en 2000, de breveter son processus d'achat en ligne "one-click". Pour la plupart des entreprises, cependant, les brevets logiciels sont devenus des armes défensives, avec des accords bidirectionnels équilibrant un portefeuille de brevets par rapport à l'autre, sur un qui-vive général avec de faux airs de détente corporatiste. Malgré tout, dans quelques cas notables de cryptage informatique ou d'algorithmes d'imagerie, des vendeurs de logiciels ont réussi avec succès à museler toute technologie rivale.

Pour Stallman, la question des brevets logiciels souligne, s'il en était besoin, l'importance d'une vigilance de tout instant de la part des hackers. Cela souligne aussi l'importance d'élever les avantages politiques des programmes libres au dessus de leurs avantages commerciaux. En montrant du doigt la capacité des brevets logiciels à créer des zones hermétiques dans un marché, Stallman dit que la performance compétitive et le prix, deux domaines où des systèmes d'exploitation libres tels que GNU/Linux ou FreeBSD détiennent déjà un avantage conséquent sur leurs contreparties commerciales, sont de la poudre aux yeux comparés aux vastes problèmes de la liberté des utilisateurs et des développeurs.

« Ce n'est pas que nous soyons incapables d'écrire de meilleurs logiciels », dit Stallman. « Le fait est que nous n'en avons pas le droit : on nous interdit d'aider le public. Alors, que va-t-il se produire quand les utilisateurs se retrouveront confrontés aux lacunes du logiciel libre? Et bien, si le mouvement open source les a persuadés que ces libertés sont bonnes car elles permettent des logiciels plus puissants et fiables, ils diront probablement : « Vous ne tenez pas vos promesses. Ce logiciel n'est pas plus puissant. Il lui manque cette fonctionnalité. Vous m'avez menti ». Mais s'ils sont en accord avec le mouvement du logiciel libre, dans le fait que la liberté est importante en elle-même, alors ils diront, 'Comment ce fait-il que ces gens osent m'empêcher d'accéder à cette fonctionnalité et à ma liberté'. Et avec ce type de réponse, nous pourrons peut-être survivre aux coups qui nous atteindront lorsque ces brevets exploseront. »

Bien entendu, de tels commentaires suscitent un certain degré d'agitation. La plupart des avocats de l' open source sont autant, si ce n'est plus, acerbes que Stallman quand il s'agit de s'opposer aux brevets logiciels. Reste que la logique sous-jacente de l'argument de Stallman ― à savoir que les avocats de l' open source insistent plus sur les avantages fonctionnels du logiciel libre que sur les avantages politiques ― est incontestable. Au lieu de souligner le sens politique du logiciel libre, les avocats de l' open source ont choisi de mettre l'accent sur l'efficacité technique du modèle de développement de type hacker. Se référant à la puissance des comités de relecture, l'argumentaire de l'open source dépeint des programmes tels que GNU/Linux ou FreeBSD comme étant mieux construits, mieux inspectés et, par extension, plus fiables pour l'utilisateur lambda.

Il ne s'agit pas de dire que le terme open source n'a pas d'implications politiques. Pour les défenseurs de l' open source, le terme sert à deux objectifs. D'abord, cela élimine la confusion associée au mot « libre », un mot que les entreprises interprètent comme signifiant « gratuit ». Ensuite, cela permet aux entreprises d'examiner le phénomène du logiciel libre sur un plan technique, et non éthique. Eric Raymond, cofondateur de l'Open Source Initiative, un des plus importants hackers à avoir adopté ce terme, a effectivement résumé sa frustration de suivre Stallman sur le chemin de la politique dans un article publié en 1999, intitulé Fermez vos gueules et montrez-leur le code :

La réthorique de RMS est très séduisante pour le type de personnes que nous sommes. Nous, les hackers, sommes des penseurs et des idéalistes qui répondent automatiquement aux appels, aux « principes », à la « liberté » et aux « droits ». Même si nous sommes en désaccord avec certaines parties de son programme, nous voudrions que la réthorique de Stallman fonctionne, nous pensons qu'elle devrait fonctionner mais nous avons tendance à être perdus et incrédules quand elle n'a aucun impact sur 95% de la population qui n'est pas câblée de la même façon que nous.[4]

Parmi ces 95%, écrit Raymond, on retrouve le noyau des managers, investisseurs et utilisateurs simples d'ordinateur qui, au travers du poids clair des chiffres, tendent à décider la direction générale du marché du logiciel commercial. Sans moyen pour séduire ces gens, argumente Raymond, les programmeurs sont condamnés à développer leur idéologie en marge de la société :

Quand RMS insiste pour que nous parlions des « droits des utilisateurs d'ordinateur », il nous fait une proposition dangereusement attractive qui nous conduirait à répéter les erreurs du passé. Nous devrions rejeter cette idée -- non parce qu'elle est fausse en principe, mais parce que ce type de discours, appliqué au logiciel, ne convainc personne sauf nous. En fait, cela déroute et refoule la plupart des gens étrangers à notre culture.[5]

En regardant Stallman dérouler son argumentaire politique en personne, il est difficile de voir quoi que ce soit de confus ou repoussant. Son apparence physique pourrait certes sembler repoussante, mais son message est logique. Quand un membre du public demande si, en évitant les logiciels propriétaires, les utilisateurs de logiciels libres renoncent aux joies des plus récentes avancées de la technologie, Stallman répond à la question selon ses propres convictions. « Je pense que la liberté est plus importante que les avancées technologiques », dit-il. « J'opterai toujours pour un logiciel libre légèrement en retard du point de vue technologique au détriment d'un logiciel propriétaire plus avancé, parce que je ne renoncerai pas à ma liberté pour une telle chose. Ma règle est que si je ne peux pas le partager librement, je ne le prends pas. »

De telles réponses, cependant, renforcent la nature quasi-religieuse du discours de Stallman. Comme un juif mangeant uniquement kasher ou un mormon refusant de boire de l'alcool, Stallman entoure sa décision d'utiliser du logiciel libre des couleurs de la tradition et de la croyance personnelles. Comme les évangélistes du logiciel, Stallman se refuse à inculquer de force ces préceptes sur son public. Mais encore une fois, le public de Stallman quitte rarement la salle sans savoir où se trouve le vrai chemin menant à la vertu logicielle.

Comme pour accompagner son message, Stallman ponctue son discours d'un rituel inhabituel. Sortant d'un sac plastique une robe noire, Stallman l'enfile. D'un second sac, il sort un disque informatique jaune réfléchissant et le place sur sa tête. Le public laisse échapper un rire soudain.

« Je suis St. Ignucius de l'Église Emacs », dit Stallman, levant sa main droite en simulant une bénédiction. « Je bénis ton ordinateur, mon enfant. »

Free 0801.png
Stallman habillé en St. Ignucius. Photo par Wouter van Oortmerssen.

Les rires deviennent applaudissements à tout rompre après quelques secondes. Alors que le public applaudit, le disque informatique sur la tête de Stallman accroche la lumière d'un spot de la scène, révélant une auréole parfaite. En un clin d'œil, Stallman passe du statut d'étranger bizarre à celui d'icône religieuse russe.

« Emacs était initialement un éditeur de texte », dit Stallman, expliquant la panoplie. « En fin de compte, c'est devenu un style de vie pour beaucoup, et pour certains une religion. Nous appelons cette religion l'Église Emacs. »

Le sketch est un moment léger d'auto-dérision, une réponse humoristique aux nombreuses personnes qui pourraient voir l'ascétisme logiciel de Stallman comme une forme déguisée de fanatisme religieux. C'est aussi le signe qu'il se sent définitivement comme à la maison. C'est comme si, en enfilant cette robe et cette auréole, Stallman rassurait finalement le public en disant : « C'est normal de rire. Je sais que je suis bizarre. »

Évoquant plus tard le personnage de St. Ignucius, Stallman raconte qu'il y avait d'abord pensé en 1996, longtemps après la création d'Emacs, mais bien avant l'émergence du terme open source et de la bataille pour la direction des communautés de hackers qui l'a engendrée. À l'époque, dit Stallman, il cherchait une façon de « se moquer de lui-même », pour rappeler à ceux qui voulaient bien l'entendre que, même s'il est obstiné, il n'était pas ce fanatique que certains dépeignaient. Ce n'est que plus tard, ajoute Stallman, que d'autres ont utilisé le personnage comme une façon pratique d'incarner sa réputation d'idéologue du logiciel, comme le fit Eric Raymond en 1999 dans une entrevue sur le site linux.com :

Quand je dis que RMS calcule son action, je ne le rabaisse pas et je ne l'accuse pas de malhonnêteté. Je dis que, comme tout bon communicant, il a des sorties théâtrales. L'avez-vous déjà vu dans son accoutrement de St. Ignucius, bénissant le logiciel avec un disque en guise d'auréole ? La plupart du temps, c'est fait inconsciemment ; il a juste appris à trouver le degré de stimulus énervant qui marche, qui permet de garder l'attention du public sans (généralement) lui faire perdre les pédales.[6]

Stallman n'est pas en accord avec l'analyse de Raymond. « C'est juste une façon de rire de moi-même », dit-il. « Si certains y voient plus que cela, c'est un reflet de leurs problèmes, pas des miens. »

Ceci dit, Stallman avoue aimer faire l'intéressant. « Vous rigolez ? », dit-il à un moment. « J'adore être le centre d'attention ». Pour faciliter ce processus, Stallman raconte qu'il s'est inscrit une fois à Toastmaster, une organisation qui aide ses membres à fasciner leur public ― avec un travail sur l'expression orale que Stallman recommande chaleureusement à tous. Il possède une présence scénique qui rendrait jaloux la plupart des acteurs et rappelle dans un sens les vaudevilliens du passé. Quelques jours après la présentation au MHPCC, je fis allusion à sa prestation à LinuxWorld 1999, et lui demandai s'il avait un complexe de Groucho ― c'est-à-dire le refus de faire partie de tout club qui aurait envie de le voir parmi ses membres. La réponse de Stallman est immédiate : « Non, mais j'admire Groucho Marx pour de nombreuses raisons, il m'a sûrement inspiré par certains aspects. Mais j'ai aussi été influencé par Harpo sur d'autres points. »

L'influence de Groucho Marx est évidente dans son affection de toujours pour les sous-entendus. Encore une fois, double sens et jeux de mots sont des traits communs chez les hackers. L'aspect le plus similaire à Groucho Marx pourrait être le sérieux avec lequel il lance ses blagues. La plupart arrivent si furtivement, sans même l'indice d'un mouvement de sourcil ou d'un sourire retroussé, qu'on en vient presque à se demander si Stallman rit plus de son public que son public ne rit de lui.

En voyant les membres du MHPCC rire devant la parodie de St. Ignucius, ces considérations s'évaporent. Bien que n'étant pas à proprement parler un one man show, Stallman a de toute évidence ce qu'il faut pour tenir une pièce pleine d'ingénieurs en haleine. « Être un saint dans l'Église Emacs ne requiert pas le célibat, mais il est essentiel de s'astreindre à une vie de pureté morale », explique-t-il au public de Maui. « Vous devez exorciser les systèmes d'exploitation diaboliques et installer saintement un système opérationnel libre. Puis, vous devez installer uniquement des logiciels libres sur cette base. Si vous suivez cette discipline pour la vie, alors vous serez un saint de l'Église Emacs, et vous pourrez peut-être même avoir une auréole. »

Le sketch de St. Ignucius s'achève avec une brève blague pour les initiés. Sur la plupart des systèmes Unix et dérivés, le premier programme concurrent d'Emacs est Vi, que l'on prononce vi-aille, un éditeur de texte développé par un ancien étudiant de l'UC Berkeley, actuellement ingénieur en chef de Sun Microsystems, Bill Joy. Avant de reposer son « auréole », Stallman se moque du logiciel rival. « Les gens me demandent parfois si c'est un péché dans l'Église Emacs d'utiliser Vi », dit-il, « Utiliser une version libre de Vi n'est pas un péché, c'est une pénitence. Alors hackez bien. »

Après une brève séance de questions-réponses, les membres du public s'attroupent autour de Stallman. Certains demandent des autographes. « Je vais signer ça », dit Stallman, tenant devant lui une impression faite par une femme de la GNU General Public License, « mais seulement si vous promettez d'utiliser le terme GNU/Linux au lieu de Linux et dites à tous vos amis de faire de même. »

La remarque ne fait que confirmer une observation personnelle. Contrairement à tout autre personnage public ou homme politique, Stallman ne s'arrête jamais. A part le personnage de St. Ignucius, l'idéologue que vous voyez sur scène est le même dans la vie de tous les jours. Plus tard dans la soirée, durant une conversation à table, un programmeur évoque son affinité pour les logiciels open source. Stallman, entre deux bouchées, rabroue le convive : « Vous voulez dire logiciel libre. C'est la façon correcte d'y référer. »

Au cours de la séance de questions-réponses, Stallman admet jouer parfois le pédagogue. « Beaucoup affirment : 'Bon, invitons d'abord des gens à rejoindre la communauté, puis enseignons-leur ce que veut dire liberté.' Cela pourrait être une stratégie raisonnable mais, dans les faits, tout le monde invite des gens à rejoindre la communauté alors que presque personne ne s'occupe de parler de liberté une fois qu'ils sont là. »

Selon Stallman, le résultat ressemble à une ville du tiers-monde. Les gens arrivent, espérant faire fortune, ou au moins participer à une culture ouverte et dynamique, mais ceux qui détiennent le vrai pouvoir ne cessent jamais de dresser de nouveaux plans et pièges ― par exemple les brevets logiciels ― pour maintenir les masses hors jeu. « Il y a des millions de personnes arrivant et construisant des bidonvilles, mais personne ne s'intéresse à la seconde étape : sortir les gens de ces bidonvilles. Si vous pensez que parler des libertés logicielles est une bonne stratégie, s'il vous plaît, attelez-vous à la seconde étape. Nombreux sont ceux travaillant sur la première étape. Il nous faut plus de volontaires s'attelant à la seconde. »

Travailler sur la « seconde étape » signifie faire assimiler le fait que la liberté, et non la soumission, est le problème fondamental du mouvement du logiciel libre. Ceux qui espèrent réformer l'industrie du logiciel privatif depuis l'intérieur sont sur un chemin sans issue. « Le changement depuis l'intérieur est risqué », dit Stallman. « À moins de travailler à l'échelon d'un Gorbatchev, vous allez être neutralisé. »

Des mains se lèvent. Stallman désigne un membre du clan des tee-shirts. « Sans brevet logiciel, comment pensez-vous pouvoir gérer l'espionnage industriel? »

― « Voyez-vous, ces deux points n'ont vraiment rien à voir l'un avec l'autre », dit Stallman.

― « Mais je veux dire, si quelqu'un essaie de voler un morceau de logiciel d'une autre société. »

Stallman recule comme s'il est touché par un jet mortel. « Attendez un instant », dit Stallman. « Volé ? Excusez-moi, il y a tellement de parti pris dans cet argument que la seule chose que je puisse faire est de le refuser. Les sociétés qui développent du logiciel propriétaire, entre autres choses, conservent énormément de secrets commerciaux, et cela ne changera sûrement jamais. À l'époque, même dans les années 1980, la plupart des programmeurs ne savaient même pas qu'il existait des brevets logiciels et n'y accordaient aucune attention. Ce qu'il se passait, c'est que les gens publiaient les idées intéressantes, et s'ils ne faisaient pas partie du mouvement du logiciel libre, ils gardaient leurs petits secrets pour eux. Aujourd'hui, ils brevettent ces idées générales et gardent toujours secrets les petits détails. Jusque-là dans ce que vous décrivez, les brevets ne font vraiment aucune différence dans un sens ou dans l'autre. »

« Mais ça n'influence pas leur publication », dit un autre membre du public sautant sur l'occasion, avec une voix tremblante dès le début de son intervention.

« Mais si, cela influence », dit Stallman. « Leur publication vous dit que c'est une idée hors de portée du reste de la communauté durant vingt ans. Bon sang, mais comment cela peut-il être bénéfique ? En plus, leur publication est écrite d'une manière si compliquée à lire, afin d'obscurcir l'idée et de rendre le brevet aussi général que possible, qu'il devient fondamentalement inutile de s'intéresser aux informations publiées pour apprendre quoi que ce soit. La seule raison de s'intéresser aux brevets consiste à apprendre de mauvaises nouvelles au sujet de ce que vous n'avez pas le droit de faire. »

Le public devient silencieux. Le discours, qui a débuté à 15h15, approche de la sonnerie des 17h, et la plupart des auditeurs remuent sur leur siège, impatients de débuter le week-end. Sentant cette fatigue, Stallman regarde les membres du public et met fin à la séance. « Donc il semble que nous en ayons fini », dit-il, enchaînant avec l'expression des commissaires-priseurs pour décourager toute question de dernière minute : « une fois, deux fois, adjugé ». Quand il voit que personne ne lève de main, Stallman conclut avec son expression habituelle :

― « Hackez bien. »

Notes

  1. Grateful Dead Time Capsule: 1985-1995 North American Tour Grosses. http://www.accessplace.com/gdtc/1197.htm
  2. Evan Leibovitch, Who's Afraid of Big Bad Wolves, ZDNet Tech Update (15 décembre 2000). http://techupdate.zdnet.com/techupdate/stories/main/0Y
  3. Pour des raisons narratives, l'auteur a hésité à plonger dans les détails lorsqu'il a décrit la définition complète pour Stallman de la « liberté » logicielle. Le site Internet du Projet GNU liste quatre points fondamentaux : La liberté d'utiliser un programme, pour quelque but que ce soit (liberté 0). La liberté d'étudier la façon dont un programme fonctionne, et de l'adapter à vos besoins (liberté 1). La liberté de distribuer des copies d'un programme afin d'aider votre prochain (liberté 2). La liberté d'améliorer un programme, et de publier ces améliorations au public, afin que la communauté entière en bénéficie (liberté 3). Pour plus d'informations, veuillez consulter la Définition du logiciel libre : http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.html.
  4. Eric Raymond, Shut Up and Show Them the Code, online essay, (28 juin 1999). http://www.tuxedo.org/~esr/writings/shut-up-and-show-them.html. Lien NON VALABLE L ADRESSE EST : http://www.catb.org/~esr/writings/shut-up-and-show-them.html.
  5. Ibidem.
  6. Guest Interview: Eric S. Raymond, Linux.com (18 mai 1999). http://www.linux.com/interviews/19990518/8/