Méliador/Index des noms propres

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Auguste Longnon (IIIp. 329-344).


INDEX DES NOMS PROPRES



Abredane, 11747, 11779, 11804, 11985, 12847, 12571, 14283. — Aberdeen, ou plus exactement Old Aberdeen, à l’embouchure de la rivière de Don, ancienne ville épiscopale d’Écosse.
Abÿace, chevalier, 21840 à 23048.
Acilles, 9130, 18613, — Achille, le héros de l’Iliade.
Agaiant, chevalier, [4519], 4565 à 4630.
Agamanor, chevalier, issu de Normandie, 4482 et passim ; épouse Phénonée, 30028.
Agamar, chevalier, persécute la dame de Carmelin, 3716, 3840, 3850 à 4116 ; son neveu ou cousin Aramé, 4210, 4217.
Agrapart, chevalier, 13020–13025.
Agravain, chevalier breton, 25636 ; cousin du roi Artus, 30592 ; épouse Florée, cousine d’Hermondine, 30591, 30625–30631. — Agravain l’Orgueilleux, frère de Gauvain, a donné son nom à la troisième et dernière des branches dont se compose le roman de Lancelot ; il était neveu par sa mère, et non cousin, d’Artus.
Albanor, chevalier d’outre Saverne, 6642, 6690, 28006, 29333.
—, chevalier irlandais, frère d’Arselon, 23410 à 23553, 24471.
Alemans, nation, 5825.
Almanas, chevalier, 6642.
Alÿenor, duchesse de Cornuaille, femme du duc Patris et mère de Meliador, 12820, 29042, 29602, 29835–29836, 29985–29986, 30058.
Aramé, chevalier, neveu germain (4214) ou cousin (4217) d’Agamar, 4207 à 4339.
Aratelet, chevalier, 6639.
Archenai, en Northumberland, 28368 ; forêt enchantée.
Argente, demoiselle de compagnie de Florée, 6477 ; appelée aussi Argentine, 6483.
Argentine, chambrière d’Hermondine, 12171, 12185–12186, 12213, 17051, 17100, 17119, 17123, 17392, 17395, 17469, 17675, 17835, 23270 ; appelée aussi Argente, 12324, 16932, 16937, 17036, 17129, 17136, 17154, 17301, 17368, 17401.
Arselon, chevalier irlandais, frère d’Albanor, 23419 à 23539, [23775 à 23791].
Artus, roi de Bretagne, 1, 1758, 2004, etc.


Balastre, chevalier, l’un des frères de Madrigai, 10420, 10829, 11066, 11095, 11218, 11252, 11260, 11295, 11327. — Balastre est à joindre aux noms que l’auteur de Meliador a empruntés aux guerriers anglais de son temps (voir t. I, p. lx). « Thumas Balastre » figure en effet, à plusieurs reprises, dans le premier livre des Chroniques de Froissart. Armé chevalier en 1360 par le roi Édouard III, alors que ce monarque campait devant Paris, Froissart le mentionne en même temps que Dagorisset, au nombre des plus remarquables parmi les chevaliers qui, en 1367, accompagnèrent le Prince Noir et don Pèdre en Espagne. Deux ans plus tard, il prenait part à la guerre d’Aquitaine, et cette fois encore Froissart inscrit son nom à côté de celui de Dagorisset en énumérant les principaux personnages de l’armée de Robert Knolles, puis de celle de Chandos. Fait prisonnier devant Périgueux, Balastre fut bientôt échangé contre Caponnet de Caponval, et on le retrouve en 1370, une fois de plus auprès de Dagorisset, dans les rangs de la petite armée anglo-gasconne formée en vue de secourir la ville de Thouars qu’assiégeaient les Français. Kervyn de Lettenhove (en son édition des Chroniques, t. XX, p. 244) admet que ce personnage n’est point différent de Thomas Banastre que Froissart et Walsingham nous montrent périssant, en 1379, dans un naufrage, avec un corps de troupes anglaises envoyées par Richard II en Bretagne ; mais cette opinion semble erronée, Th. Banastre étant connu d’ailleurs par une lettre de pardon que lui accorda dès 1350 le roi d’Angleterre en considération des services rendus peu de temps auparavant en un combat naval contre les Espagnols (Rymer, Fædera, 3e édition, t. III, p. 60 a) ; il avait donc déjà une carrière militaire de plus de dix années au temps où le Thomas Balastre de Froissart était armé chevalier.
Banidan, vieux chevaiier, 5551 ; père d’un chevalier également nommé Banidan, 5555.
Begot, chevalier, [4808], 4903 ; Begot le Roux, 5114 ; nommé une dernière fois, 5177.
Bekin Faroul, chevalier breton, 6800–6804.
Berlande (le lac c’on dist de), en le marce de Gales, 10.
Bertoulet, écuyer d’Agamanor, 4477.
Blanche Lande (la), maison du roi Hermont, 29017, 30552, 30571, 30581, 30673, 30682 ; appelée depuis Miauros, 29019 ; l’abbaye de la Blance Lande, 29025. — Il n’est point douteux que Froissart veuille parler ici de la fameuse abbaye écossaise de Melrose que fonda en 1136 David Ier ; mais il semble qu’en lui attribuant un nom primitif, la Blanche-Lande, qu’elle n’a jamais porté, l’auteur de Meliador l’ait en quelque sorte confondue avec l’abbaye de Blanchland ou Saint-Peters (au sud de Hexham, à la limite méridionale du Northumberland), mentionnée par lui en ses Chroniques, dans le récit de la guerre d’Écosse de 1327. Selon Froissart, l’armée anglaise aurait alors campé « d’encoste une blanche abbaye, qui estoit toute arse, que on clamoit dou temps le roy Artus le Blance Lande. » Plus tard, à la vérité, dans la rédaction que nous a conservée le manuscrit de Rome, le chroniqueur s’exprime différemment — « et fu li rois logiez en une abbeïe que on clainme ou pais le clostre S. Piere, et est de blancs monnes » — ce qui distingue suffisamment le monastère en question de celui de Melrose, occupé par des « noirs monnes » (vers 29021).
Bois (le manoir c’on appelle au), 21776, 27066 ; en Cornouaille.
Bondigal, roi d’Irlande, 26530, 26548, 26580.
Brabant, pays, 22425.
Bretagne ou Bretaigne, 2080, 2932, 3397, 5275, 5820, 6800, 8405, 17013, 17685, 19061, 19199, 24485, 24727, 25083, 26290, 26564, 26576, 26711, 26754 ; la Grant Bretagne, 39, 1782, 4495, 12938, 21252, 25830. — La Grande Bretagne ou Angleterre.
Bretons, nation, 5826.
Bristo, 11520. — Bristol (Angleterre), près de l’embouchure de l’Avon, à la limite commune des comtés de Somerset et de Gloucester.
Brun Manoir (le), 18036, 18050, 18068 ; en Grande Bretagne.
Brun Rocier (le pas du), 19056, 19077, 19082, 23159, 23174, 23205, 24500 ; en Irlande.
Buïns, chevalier, 18245 à 18432.


Camaalot, grande cité de Bretagne, chef-lieu du royaume de Logres, 30698–30700. — Cette ville, que les anciens romans de la Table Ronde présentent comme l’une des résidences préférées du roi Arthur, serait aujourd’hui représentée par Camelot, au comté de Somerset (Histoire littéraire de la France, t. XXX, p. 73 ; mais je n’ai trouvé ce nom de Camelot dans aucun dictionnaire géographique de l’Angleterre.
Camel de Camois, 16 ; ordinairement Camelz ou Camels au nominatif, mais aussi Camès, 540 ; passim ; tué par Méliador, 9090 à 9104, 9529, 9659, 9675, 9694, 9828, 10473, 14137, 14327 à 14397, 14334. 14571, 15753, 15978, 16768, 16970, 28924 ; t. II, p. 372, vers 90.
Camois, château du pays de Galles, 14, 294, 394, 399, 590, 708, 1485, 2228, 2388, 2446, 5892, 5900, 6089, 6219, 7990, 9182, 9528 ; Camel, le sire de Camois, 434–435. — Encore un nom, peut-être, que Froissart aura pris dans ses Chroniques. En dehors de deux chevaliers anglais, dits « de Camois », Raoul et Thomas, Froissart désigne « messire Guillaume Camois » (sic), comme l’un des otages donnés en 1357 par le roi d’Écosse David Bruce au roi d’Angleterre. Il convient toutefois d’ajouter, après Kervyn de Lettenhove (Chroniques, t. XX, p. 497), que la liste officielle des otages de David Bruce ne renferme aucun nom qui rappelle celui-ci.
Carentron, chevalier irlandais, 26649, 26690 à 26903 ; appelé aussi Quarentron le Rous, 26705, ou Karentron, 26763, 26784, etc.
Carlion, résidence du roi Artu, 2017, 2023, 3578, 4228, 4616, 5010, 9278, 9323, 9359 ; Carlyon, 2544, 2580, 11492, 11879, 14247, 14551, 25424, 25429, 25529, 25620, 25659, 26230, 26415, 26498, 26976, 27790, 28852, 28863 ; Charlion, la cité 3323. — Le nom breton Caerleon désignait, dans les premiers siècles du moyen âge, deux villes de la Grande Bretagne ; l’une d’elles est actuellement située vers la limite nord-est du pays de Galles (c’est aujourd’hui Chester), tandis que l’autre avoisine au contraire la limite sud-est de la même contrée (comté de Monmouth). À cette dernière, qui a conservé son vocable primitif, se rapportent les traditions arthuriennes dont on retrouve l’écho chez Froissart. Il convient cependant de remarquer que notre auteur, en ses Chroniques, appelle abusivement la ville de Carlisle du nom de Carlion, lors du siège de cette place durant la guerre d’Écosse de 1385 : « la cité de Karlion en Galles, laquelle est bien fremée de portes, de murs de tours et de fossés, car jadis li rois Artus i séjournoit plus volentiers que ailleurs, pour les biaus bois qui sont environ et pour che que les grans mervelles d’armes i avenoient. »
Carmelin, château, 3705, 3740, 3818, 4043, 4218, 4653, 6476, 6481, 6487.
— (la dame de), 3705, 4321, 29070 ; épouse Dagoriset, 30448–30450.
Cartage, 11571 ; patrie de Hermonicet, 5654 ; — 11571.
Caulus, chevalier, 28905 ; t. II, p. 370, vers 40 ; 29300.
Cent Chevaliers (li rois des), 11682, 11699.
Cepsto, château de Galles, 10434, 10441 ; fondé par Jules César qui l’appela Montrose, 10433–10440. — Chepstow, au comté de Monmouth. Son château, dont les restes se recommandent encore à l’attention de l’archéologue, n’est point d’origine romaine ; connu d’abord sous le nom d’Estrighoiel ou Striguil, il fut fondé vers la fin du xie siècle par les Normands et reconstruit en grande partie au xiiie.
Cesar. Voir Jules Cesar.
Charlion, la cité, 3323 ; voir Carlion.
Clarense (la), rivière 18774, 18818, 18849, 19205, 25032, 25418, 26905. — Le canal de S.-Georges, qui sépare la Grande Bretagne de l’Irlande, est transformé ici par Froissart en un simple fleuve.
Clarin, chevalier, 5259, 5295, 5307, 6640. — Ce nom paraît déjà dans le roman du Saint Graal, en l’épisode de Grimaud, mais il désigne alors un marchand.
Cobastre, chevalier, l’un des frères de Madrigai, 10421, 10765, 10777, 10828.
Conse, chevalier, 13986 à 13988.
Constantinoble, 20129. — Constantinople.
Corbilier, chevalier, 13626 à 13704.
Cornuaille, 2466, 2490, 2548, 3304, 3318, 3793, 7680, 9023, 10590, 11782, 12627, 13954, 16162, 21867 ; voir — (Lucienne de) ; — (Patris, duc de) ; — (Luciien, comte des isles de). — La Cornouaille, en anglais Cornwall, à l’extrémité sud-ouest de l’île de Bretagne.


Dagor, chevalier irlandais, 23985 à 24411, 24450 et passim ; appelé Dagor le Gris, 26029.
Dagoriset, chevalier, 5540 à 5798 ; 6866, 12805, 12966, 12990, 13056, 16150, 28901, 29332, 30440 ; épouse la dame de Carmelin, 30448–30450 ; appelé aussi Dagorisset, 5771, 6637. — Froissart reproduit ici le nom sous lequel il mentionne en ses Chroniques un chevalier anglais, qui après avoir accompagné le Prince Noir en Espagne, combattit en Aquitaine contre les Français et retourna en Angleterre, en 1370, après la reddition de Gençay qu’il tenait du chef de sa femme Radegonde Béchet, veuve en premières noces de Guy, sénéchal, seigneur de Mortemer. On le retrouve outre mer, en 1385 parmi les défenseurs de la ville de Carlisle alors assiégée par les Français. Des lettres émanées de la chancellerie de Charles V font connaître le véritable nom, Adam Chel, de ce personnage, originaire du pays de Galles et que les textes français appellent Dagorissès, Dagorissart, Adegorissoir, Dagory, et même Gregory Seys ou Gregoriser. Voir à son sujet, une note de M. Paul Guérin (Archives historiques du Poitou, t. XIX, p. 43).
Danemarce, 7662 ; le fils du roy qui tient Suede et Danemarce, 1894. — Danemark.
Daniel (par saint), 12126 ; jurement.
Desramé, chevalier, t. II, p. 370, vers 41. — Ce nom est emprunté aux poèmes du cycle carolingien où il désigne ordinairement quelque prince sarrasin. Son origine est d’ailleurs orientale, car c’est une forme romanisée du vocable arabe Abd-el-Rahman.
Destour Manoir (le), 4644 ; en Grande Bretagne.
Deucalyon, 9129. — Deucalion, personnage mythologique.
Dreomedet 19278 ; t. II, p. 370, vers 41 ; appelé aussi Droomedet, 19265, et Dreomadet, t. III, p. 268, vers 93.
Dromedon, chevalier, 6639.
Droomedet, chevalier, 12965 ; cf. Dreomedet.
Durmas 11688. — C’est le héros d’un poème arthurien du xiiie siècle, Durmars li Galois, publié en 1873 par M. Stengel dans la Bibliothèque de la Société littéraire de Stuttgart. On retrouve ce nom écrit Drumas au vers 982 du Paradis d’amour, de Froissart ; mais la forme Durmas se retrouve chez Christine de Pisan.
Duvelin, capitale de l’Irlande, 23806, 23854, 24398, 24452, 24698, 24768, 24780, 25957, 26547. — Dublin.
Dyane, 28826 ; personnage mythologique.


Engleterre, pays 9559, 10063.
Equo, pour qui mourut Narcissus, 9125 ; personnage mythologique.
Ermondine, 673, 1005, 3193, 4758 ; variante graphique d’Hermondine.
Escoce, 9, 44, 484, 2932, 6327, 6516, 7166, 7662, 8066, 8340, 9763, 9770, 9868, 11635, 11735, 12637, 12648, 14009, 14225, 14241, 14684, 14704, 14760, 14986, 14992, 15013, 15632, 15655, 15662, 15930, 16574, 25035, 28969 ; Hermont, roi de cette contrée, 46, 3200. — Écosse.
Escoçois, 986, 1063, 3120, 3155, 3197 ; alias Escoz 15306. — Les Écossais.
Estruvelin, nouveau nom donné au château de Signandon, 14762. — Stirling qui fut la résidence habituelle des rois d’Écosse, au temps des Stuarts. Voir, à son sujet, tome I, introd., p. lv à lvii.


Faroul (Bekin).
Fernagu, chevalier, 3412, 3429, 3457.
Feugin, chevalier, 6640 ; frère de Savare, 9408–9549, 9580, 14215, 28902, 29331, 29526 ; t. II, p. 370, vers 40 ; appelé Pheugin le Gris, 14196.
Florée, fille de messire Lot et cousine germaine d’Hermondine, 69 et passim ; appelée la damoiselle de Montgriès, 7089 ; l’héritière de Montgriès, 8672 la dame de Montgriès, 8709 ; épouse Agravain, 30591, 30625–30631.
—, damoiselle délivrée par Gratien, 4807 à 5204.
Florence, dame de Montrose, [9905–11587], 10700, 11464, 11582, 12652, 12660, 13781, 14245, 14522, 29069 ; épouse Gratien, 30443–30445.
Flori, écuyer, filleul de Florée, [23102,] 23106–23204, 23235 à 23955, 25016 à 25172.
France, pays, 328, 22425.
François (par saint), 12145, jurement.
Frise, pays, 16055.
Frisons, nation, 5825.
Fromonde la Grise, 12107, 12121, 12124, 12150, 12168, 12170, 12187, 12189, 12205, 12471, 12475.
Frotaut le Gris, chevalier irlandais, 19114, 19172, 19174, 19182.


Galdas (le pas de), 25224 ; en Irlande.
— (Lucanor de).
Galehaut ou Gallehaut, 31, 11689. — Le nom de ce chevalier sert de titre à la seconde branche du roman de Lancelot.
Gales ou Galles, 8, 9885, 10063, 10367, 10883, 11702, 12719, 17013, 18443, 25421, 25532, 26290, 26458, 26754, 26872, 27808, 28843 ; Gaules, 26427. — La terre de Galles des traditions arthuriennes s’étend bien au-delà du pays de Galles actuel, englobant les divers pays qui échappèrent tout d’abord à la domination saxonne (voir t. I, p. lvii).
Galois (Marc le).
Garant, chevalier, 28905.
Garde (la), château de Grande-Bretagne, 3484, 3487, 3689, 4648, 5203, 5802, 6093, 6172, 6456, 6467, 6489, [6575], 7223, 7243, 7352, 7594, 7811, 7895, 8215, 8394, 9688, 10930, 14507, 21339, 21353, 29426 ; tournoi devant ce château, 6580–7088 ; — la dame de la Garde, 6175, 7080, 7643, 14640, 14689, 29064 ; épouse Tangis de Sormale, 30451–30454.
Garde (passage ou pas de la), en Irlande, sur la rivière de Clarense, 18774, 18855, 19102, 23144, 24495.
Garoul, chevalier irlandais, 24474.
—, maître d’hôtel de Phénonée, 20475, 20478.
Gaules, 26427 ; variante de Gales ou Galles.
Gauwain ou Gawain, chevalier breton, 32, 25635, 26182. — Fils du roi Loth d’Orcanie, Gauvain était par sa mère le neveu d’Artus.
Genoivre, femme du roi de Bretagne Artus, [2776], 25762, [25823], 29053, 26942, 29110 ; t. III, p. 265, vers 2. — La reine Genièvre ou Guenièvre, la Gwennivar ou Gwennhwyvar des traditions galloises.
Gerpin, chevalier, cousin de Florée la damoiselle de Montgriès, 14040 à 14195, 15420.
Gobart des Marès, chevalier, 3526 à 3596.
Gondré, chevalier, 4641.
Grant (Karin le).
Gracien, Graciien ou Gratiien, chevalier italien, 4733 ; passim ; 12791, 13044 à 13055, 16124 à 16149, 28900, 29299, 29909, 30439 ; t. III, p. 268, vers 93 ; épouse Florence, la dame de Montrose, 14443–14445.
Griffamont, chevalier, l’un des frères de Madrigai, 10422, 10510, 10560, 10605, 10626, 10640, 10702.
Grigois, 21277, appelés aussi Grius, 21274. — Les Grecs.
Gris (Dagor, Feugin, Frotaud le).
Grise (Fromon de la).
Guiron, 31. — Guiron ou Giron le Courtois, l’un des plus fameux chevaliers de la Table Ronde ; on a donné son nom à la seconde partie du roman de Palamède.


Haut-Manoir (le) maison, t. III, p. 272, v. 125 ; en Grande-Bretagne.
Hector, 18613, 21273 ; le fils du roi Priam.
Hede (cilz de le), en Suède, 8614.
Helainne, 242, 2138, 6166, 25099. — Hélène, l’amante de Pâris.
Henri, époux de Lÿenor et père du roi [d’Angleterre] qui releva le château de Rosebourch, 28997 (fait controuvé). — Le roi d’Angleterre, Henri II, qui régna de 1154 à 1189.
Hermondine, fille du roi d’Escoce Hermont, 56 ; cousine de Florée, 95–96 et passim ; épouse Melyador, 30089–30090. Son nom est écrit aussi Ermondine, 673, 1005, 3193, 4758.
Hermonias, chevalier de Savoie, 6833.
Hermonicet, chevalier de Cartage, 5653 à 5798.
Hermont, roi d’Escoce, 45 et passim ; père d’Ermondine, 56.
Hero, amante de Leander, 19267.
Herscules, chevalier, 28905.
Hombre (la grosse rivière dou), 28370. — L’Humber, fleuve formé par la réunion de l’Ouse et du Trent, arrose l’Angleterre septentrionale.
Housagre, chevalier irlandais, 18783 à 19039, 23146, 24474. — Le nom de ce guerrier est l’un de ceux que Froissart a empruntés aux chevaliers anglais de son temps. Simon Housagre figure, au livre I des Chroniques, dans le récit de la guerre de Poitou ; il faisait partie en 1369 de l’armée qui, sous la conduite du comte de Pembroke, opérait alors en Poitou. Il fut fait prisonnier, en 1372, par les Espagnols au combat naval de la Rochelle (Froissart et Walsingham). Un autre Housagre, Thomelin, figure dans le récit que Froissart nous a laissé de la guerre d’Écosse de 1327.


Iberne, 12718, 18005. — L’Irlande, en latin Hibernia.
Irlande, 11735, 12684, 12798, 18808, 18871, 19117, 20944, 23819, 24055, 24061, 24341, 24436, 24484, 24646, 26507, 26558, 26595, 27171, 27200, 27806, 28842 ; — (rois d’), voir Bondigal, Sicamont. Cf. Iberne.
Irois, 18770. — Les Irlandais.
Isles (conte des), 26924 ; voir Luciien ; — (contesse des), 29048 ; voir Luciienne.
Italye patrie de Gracien, 4741. Cf. Ytalie.


Jehan (saint), 20325.
Jules Cesar, fondateur de Montrose, 10434, 10439.


Karentron ; voir Carentron.
Karin le Grant, chevalier de Navarre, 28904.
Keu, au sujet Kex, sénéchal du roi Artu, 25627, 25670 à 25810. — Ce personnage, qui figure en tous les romans français de la Table Ronde, est appelé Kai dans les textes gallois.


Lairis (Trabor des).
Lancelot ou Lanselot, 29, 11687, 30601. — Ce personnage est le héros de l’un des plus importants parmi les romans français de la Table Ronde.
Lansonnet, écuyer de Méliador, 3240, passim ; appelé parfois Lanson, 11843, 11874.
Leander, qui mourut en mer, 9124 ; amant de Hero, 19268.
Lionne ou Lionnel ; voir Lyone.
Logres (royaume de), 30700 Camaalot en est la capitale. — Logres, en gallois Lloegr ou Lloegyr, est le nom que les Bretons d’outre mer donnent à l’Angleterre proprement dite (J. Loth, les Mabinogion, t. I, p. 100, note 1).
Lot, beau-frère du roi Hermont et père de Florée, 66, 984, 1029, 1103 persécuté par Camel, 1206 à 1486 ; délivré de prison, 2360, 14230.
— chevaiier, 6642.
— (le roi), 30. — Le roi Loth d’Orcanie, beau-frère d’Artus, était ie père de Gauvain et d’Agravain.
Lucanor, chevalier, 6640, 28907, 29332.
—, chevalier irlandais, 24473 ; le même probablement que Lucanor le Sage, chevalier irlandais, 25208 à 25399, appelé aussi Lucanor de Galdas, 25260.
Luciien, chevalier, 28901.
—, comte des îles de Cornuaille, père de Lussienne, 19504, 19512 ; appelé comte des Isles, 26924.
Luciienne, fille du comte Luciien et cousine de Phénonée, 19506 à 19680, 20272 et passim ; appelée Luciienne de Cornuaille, 30086 ; qualifiée comtesse des Isles, 29048 ; épouse Tristran le Sauvage, parent de la reine Genoivre, 30603–30608, 30619–30623.
Lussien, Lussienne ; voir Luciien, Luciienne.
Lÿenor, femme de Henri, [roi d’Angleterre,] 28997. — Aliénor de Guienne, épouse du roi d’Angleterre Henri II.
Lyon, chevalier de Northumberland, [25432 à 25615], 25530.
Lyone, chevalier de Phénonée, 13545 à 13602, 14833 à 15380, 18475 à 18734, 19322 à 19436, 19714 à 19936 ; appelé aussi Lionnel (Lyonniaus au sujet), 15294, 15347, 19341, etc. (Lyonniel au régime), 19218, 19228, 19321, 19324, 19392, 19394, 19422, et même Lyon,19352.


Madrigai, chevalier, frère de Balastre, de Cobastre et de Griffamont, 10419, 10829, 10847, 11371, 11389, 11445, 11452, 11472, 11487.
Manesier, écuyer de Gratien, 4771, 4799, 4856.
Mansiien, chevalier irlandais, 19113.
Marc le Galois, 9328.
Mareçon, pucelle, 22863.
Marès (Gobart des).
Margadine, sœur de Morenois, 27376 à 28276.
Marie (par sainte), 27235, jurement.
Melyador, fils du duc de Cornuaille Patris, [2466], 2526 et passim ; épouse Hermondine, 30089–30090. — Sur le nom de ce personnage, voir t. I, introd., p. lvii à lix.
Melyadus, 30. — Meliadus est, dans les romans français de la Table Ronde, le nom d’un roi de Léonois, père du fameux Tristan : on désigne sous ce vocable la première partie du long roman de Palamède.
Men (isle del), « qui vault otant a dire en rommant l’isle de l’Homme », 11678–11680. — L’île de Man, dans la mer d’Irlande. Son nom antique, qui nous est parvenu sous la forme latine Monavia, n’a rien à voir avec le mot anglais man, homme.
Mennon (le roi), changé en hirondelle, 9127. — Memnon, héros de la mythologie grecque.
Merlin, 35. — Fameux barde breton.
Miauros, grande abbaye occupant l’emplacement de l’ancienne maison royale de la Blanche Lande, en Écosse, 29019 ; elle reçut tout d’abord le nom même de la Blance Lande, 29025. — Melrose (Écosse) ; sur l’ancien nom que lui attribue Froissart, voir plus haut, au mot Blanche Lande (la).
Monchus, manoir construit pour le roi Artu, 28987, 29052 ; situé sur la Tuÿde, 28990 ; nommé depuis le Viel Manoir, 28993 ; relevé par le roi [Jean], fils de Henri et de Lyenor, 28994, il reçoit alors le nom de Rosebourch, 29002. Voir Rosebourch.
Mons et de Suede (le roi des), 72.
Montgoffin, château en Grande Bretagne, 5122.
Montgriès, château de messire Lot, 64, 97, 315, 423, 1033, 1080, 1098, 1101, 1145, 1154, 1175, 1227, 1268, 1273, 1398, 1456, 1490, 2222, 3782, 3805, 5286, 5824, 5845, 5905, 6118, 6126, 6476, 6622, 7095, 7682, 7877, 8265, 8292, 8709, 8714, 8719, 8749, 8935, 9110, 9214, 9296, 9375, 9531, 9541, 9572, 9715, 9769, 12624, 14238, 14439, 14572.
Montmille (Sebille, dame de).
Montrose, château, 9972, 10274, 10304, 10382, 10393, 10405, 10466, 10860, 10888, 11527, 11535, 11777, 11796, 15509 ; situé sur la Saverne, 10436 ; fondé par Jules César, 10439 ; nommé depuis Cepsto, 10432. — Montrose (Florence, dame de). — Chepstow (comte de Monmouth).
Montsegur, château, sur la voie d’Aberdane à Signandon, 12062, 12068, 14271, 14293, 14742, 16939, 17545, 23333, 24420, 25038.
Morenois, chevalier, frère de Margadine, [27350], 27451 à 28119.
Morphonet, chevalier, 21839 à 23050, 28907.


Narcissus qui mourut pour Equo, 9125, 12548–12549, 12553, 19265.
Navare, pays, 28903. — Navarre.
Norchombrelande ou mieux Northombrelande, 9, 57, 1037, 1087, 5277, 5840, 9206, 9371, 9604, 9779, 12719, 12797, 13901, 13920, 14037, 14119, 14171, 14316, 14684, 14734, 14789, 15196, 15630, 16574, 17892, 18169, 18545, 19365, 19408, 19686, 23104, 25433, 25836, 26426, 26871, 27250, 27805, 27014, 28103, 28843, 28969, 30301. — Northumberland, contrée de l’Angleterre.
Norgalles, royaume de — « gouverné » par la Saverne, 9870 ; 12720, 17930, 18005 ; Norgales, 18005, 18178, 19874 ; Norcgalles, 18175. — La partie septentrionale du pays de Galles, North-Wales.
Normendie, pays, 4483, 13043.
Norois (Tangis le).
Northombrelande. Voir Norchombrelande.


Orgilleus (chastiaus c’on disi), sur la Saverne, 17936.


Panfri, chevalier irlandais, frère de Housagre, 18783 à 18910, 19104, 24474, 24498.
Paris, l’amant d’Hélène, 242, 2138, 6165, 25099.
Patris, duc de Cornuaille père de Meliador, [2468, 2491, 2536], 2566, [3367,] 12669, 12845, 13033, 13140, 13165, 19541, 19841, 24981, 29055, 29785, 29989, 29996 ; qualifié duc de Tarbonne, 30403.
Perceval, 15229 ; appelé aussi Percheval, 31, 11688. — Perceval le Gallois, le héros d’un poème inachevé de Chrétien de Troyes.
Perrons (le pas des), 23180, 28402, 22555, 24500 ; en Irlande.
Pesagu, chevalier (?), t. III, p. 269, v. 12 et ss.
Phenonée, sœur de Meliador, 3350, 7569 à 7664, et passim ; nommée aussi la Blanche Dame 15372 ; épouse Agamanor 30028.
Pheugin. Voir Feugin.
Pollicenet ou Policenet, chevalier, t. II, p. 370, vers 42 ; t. III, p. 268, vers 92.
Porro, 9126, personnage mythologique dont le nom aura été altéré par les copistes.
Priamus, 9126. — Priam, le roi de Troie.


Quarentron le Rous ; voir Carentron.


Rains, 16809. — Reims (Marne).
Rolidanas, chevalier breton, 24728 a 24850.
Rosebourch, nom que reçut, après sa réédification, le vieux manoir de Monchus, 29002, 29004. — Roxburgh (Écosse). Dès la première moitié du xiie siècle l’une des résidences les plus ordinaires du roi d’Écosse, Roxburghe donne encore aujourd’hui son nom à l’un des comtés écossais qui confinent au Northumberland.
Rouis (Trichart le).
Rous (Begot, Carentron le).


Saigremor, fils du roi d’Irlande Sicamont, 24592 et passim ; t. III, p. 269, v. 10 et ss. — Sagremor figure déjà, au xiie siècle, dans l’Erec de Chrétien de Troyes et reparaît en plusieurs autres romans du cycle d’Arthur. Il était aussi le héros d’un poème allemand, évidemment traduit du français (Histoire littéraire de la France, t. XXX, p. 261–262).
Sansorin, chevalier, 15707 à 15875.
Savare, chevalier, frère de Feugin, 9405–9541, 9570, 9579, 14200, 14215, 16150, 28902, 29527.
Saverne, fleuve, 6691, 9868, 9949, 10059, 11594, 11517, 11594, 17930 ; depart Galles d’EngIeterre, 10063. — La Saverne, en anglais Severn.
Savoie, pays, 6832.
Sebille, dame de Montmille, parente du roi Artus, 25833 et passim ; appelée aussi Sebilete, 25863, 26188, 26333, etc.
Senghin, chevalier irlandais, 24473.
Sicamont, roi d’Irlande, [23807, 24092, 24408], 24455 à 24620, [24866 à 24888], 24930, [25719, 25738, 25749, 26633 à 26645].
Sigamois, port sur la rivière de Clarense, au pays galois, 25419.
Signandon, château, en Écosse, 1039, 1490, 1493, 1598, 2142, 3200, 6134, 14725, 14725, 14749, 14756, 14759, 15316, 15590, 15632, 15738, 17956, 17963, 17974, 17980, 18024, 18121, 18137, 18478, 18605, 19846, 23910, résidence habituelle du roi Hermont, 14767 ; nommé depuis Estruvelin, 14762 ; un tournoi y est donné, 15929 à 17764. — Stirling (Écosse) ; voir à son sujet t. I, introd., p. lv à lvii. 28905, 29333.
Solidamas, chevalier, 6641.
Sormale (Tangis de).
Suede, 110, 8613 ; le roi des Mons et de Suede, 73 ; le roi de Suede et Danemarce, 1894.
Symeon (par saint), 20028, jurement.


Table Reonde (chil de la), 33.
Tanardon, chevalier, 6640.
Tangis de Sormale, chevalier, [10877], 10925, 11086, 11090, 11176, 11503, 11527, 12799, 12900, 12921, 13001, 13010, 15457 à 15590, 18026, 18058, 18082, 18114 à 18169, 28906, 29300, 29328, 29523, 29526, 29910, 30041 ; norois de nation, 15460 ; appelé Tangis le Norois, t. III, p. 267, v. 90 ; épouse la dame de la Garde, 30451–30453.
Tarbonne, cité, en Cornuaille, 2497, 2535, 3304, 3331, 7604, 7638, 8318, 11525, 11542, 11794, 11822, 11840, 12621, 13577, 13585, 13607, 13916, 13957, 14255, 14895, 15166, 15238, 15263, 18482, 18490, 18581, 19260, 19422, 19511, 19515, 19806, 19874, 20154, 20192, 20196, 20203, 20222, 20242, 20265, 20309, 20310, 20335, 21079, 21203, 21221, 21378, 21461, 22527, 26971, 27086, 27206, 29270, 29413, 29416, 29571 ; tournoi tenu devant Tarbonne, 12665 à 13462.
Tarse, 17985 ; parait être pris au sens de « midi », de « sud. »
Trabor des Lairis, chevalier irlandais, 19115.
Trichart le Rouls, chevalier irlandais, 24475.
Tristran, chevalier, 9126, 11689. — Tristan, l’amant d’Iseult.
— le Sauvage, chevalier, parent de la reine Genoivre, épouse Lucienne, 30603 à 30608, 30619 à 30623.
Troiiens, nation, 21272.
Tuïde la riviere, 28990. — La Tweed, fleuve d’Écosse, qui, sur une partie de son parcours, sépare l’Écosse de l’Angleterre.


Valerne, château situé sur la Saverne, 17931, 18004, 18180, 18254, 18411 ; — (Yvore, dame de), 17933, 18190 à 18437.
Valier (foy que je doy a saint), 28827, jurement.
Valiienne, chambrière de Phénonée, 20682, 20644, 20818, 20823, 20847, 20855, 22889.
Viel Manoir (le), 28990, nom sous lequel on désigna le manoir de Monchus, après qu’il eut été « mis en non caloir. »


Yewain, chevalier breton, 32, 11688, 26182. — Yvain, héros d’un poème de Chrétien de Troyes, qui a pour titre le Chevalier au Lion.
Ytalie, pays, 13044. Cf. Italye.
Yvore, dame de Valerne, 17932, 18190 à 18437.