Mémoires de la ville de Dourdan/Charles d’Évreux

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles d’Eureux,
Comte d’Estampes.

Auſſi toſt que Charles puiſné de la maiſon d’Eureux eut Dourdan pour ſon partage, il y aſſigna ſa principale demeure, & ſ’y faiſoient les couches de ſa femme, comme i’apprend par les teſmoignages qu’en rend ſon fils aiſné par diuers actes, qui ſeront tranſcripts lors que ie parleray de luy cy apres : D’où on doit faire à mon aduis vn jugement tres aduantageux pour la temperature de l’air de Dourdan : car autrement on ne l’euſt pas choiſi en des rencontres ſi importantes. Ceſte circonſtance ſeroit aſſez forte pour prouuer le ſejour de Charles à Dourdan, mais i’en ay encores beaucoup d’autres tirées du threſor des Chartres, où ſont pluſieurs tiltres d’acquiſitions par luy faites de terres, prez, maiſons & droict de criage de vins & autres bruuages de Dourdan, ez années 1329. 1330. 1331. 1333. la pluspart de tous leſquels portent qu’ils ont eſté paſſez à Dourdan : & du threſor de ſainct Cheron lez Chartres, où i’ay veu des lettres d’admortiſſement qu’il feit expedier à Dourdan en l’an 1335. au profit du Prieur de ſainct Germain : d’où reſultent deux choſes ; l’vne, qu’en ces années il eſtoit à Dourdan ; & l’autre, qu’il en auoit vn grand ſoing, puis qu’il y faiſoit tant d’acquiſitions, & vouloit que les Eccleſiaſtiques ſe reſſentiſſent de ſa liberalité. Ie n’augmenteray point ce recueil de tous ces tiltres, ſinon de celuy de l’admortiſſement.

La Baronnie d’Eſtampes fut en ſa faueur erigée en Comté par le Roy Philippes de Valois.

Il eſpousa Marie d’Eſpagne fille de Ferdinand d’Eſpagne, à laquelle le meſme Roy Philippes de Valois donna en dot cinq mil liures de rente, ſçauoir eſt deux mil en fond de terre, & trois mil ſur le Threſor.

Il fut tué en la bataille d’entre le Duc de Bourgongne & Iean de Chaalons, & fut enterré aux Cordeliers de Paris.

Sa vefue ſe remaria au Comte d’Alançon, duquel elle eut pluſieurs enfans, par le moyen deſquels & des alliances par eux faites auec la Maiſon de Vendoſme, Anthoine de Bourbon Roy de Nauarre & ayeul de Louys le Iuſte, ſe trouue eſtre deſcendu d’elle.

Il laiſſa deux enfants maſles, Louys & Iean : quant à Iean, apres auoir eſté l’vn des oſtages en Angleterre pour le Roy Iean, il feit vn voyage à Rome où il mourut, & Louys reſta ſeul heritier.

Il ne ſe contenta pas d’auoir monſtré pendant ſa vie quel eſtat il faiſoit de Dourdan, mais encores en voulut-il laiſſer des preuues apres ſa mort, lors que par ſon teſtament il fonda dans l’Egliſe ſainct Germain vn anniuerſaire, pour lequel il legua au Prieur dix ſols pariſis de rente à prendre ſur ſa Preuoſté du lieu. Il eſt bien vray que ie n’ay point veu ce teſtament, mais ſeulement les lettres patentes de la Royne Ieanne ſa ſœur vefue de Charles le Bel qui en eſtoit executrice auec ſa vefue, l’Eueſque de Chaalons, & Marguerite Comteſſe de Bologne, par leſquelles il en eſt fait mention.

Lettres d’admortiſſement.

Charles d’Eureux Comte d’Eſtampes. A tous ceux qui ces lettres verront, ſalut. Nous auons veuës vnes lettres ſcellées du ſcel de noſtre Preuoſté de Dourdan, contenant la forme qui enſuit. A tous ceux qui ces preſentes lettres verront : Iean Garafault garde du ſcel de la Preuoſté de Dourdan, &c. Nous acertez les choſes deſſuſdites, & chacunes d’icelles voulons, loüons, agreons & approuuons, & de noſtre pouuoir & auctorité confirmons & voulons & octroyons de grace ſpeciale, que ledit Prieur & ſes ſucceſſeurs puiſſent icelles choſes tenir, auoir & poſſeder paiſiblement à touſiourſmais, ſans & qu’il & leſdits ſucceſſeurs puiſſent eſtre contraints de les mettre hors de leur main & de payer à nous & à nos hoirs & ſucceſſeurs pour ce finance, à nous noſtre droict en autres choſes, & l’autruy par tout. En teſmoin de ce nous auons fait ſceller ces preſentes de noſtre ſcel. Donné à Dourdan le Mardy 6. iour de Mars, l’an de grace 1335.

Lettres patentes de la Royne Ieanne.

Ieanne par la grace de Dieu Royne de France & de Nauarre : A tous ceux qui ces preſentes lettres verront, ſalut. Sçachent tous que l’aſſignation faite par nos amez Denys de Charolles, Regnault de Sarguz clercs, & Robert de Charny à ce de par nous deputez, aux Chanoines Prieur Abbé de Dourdan, de dix ſols tournois de rente, laquelle rente noſtre tres-cher frere le Comte d’Eſtampes (que Dieu abſolue) a laiſſé en ſon teſtament auſdits Religieux & à l’Egliſe, pour ſon anniuerſaire tous les ans, ſi comme il eſt plus pleinement contenu ez lettres parmy leſquelles ces preſẽtes ſont annexées, ratifions, loüons & approuuons. En teſmoin de ce nous auons fait mettre noſtre ſcel en ces preſentes. Donné au chaſteau-Thierry l’vnzieſme iour de Iuin, l’an de grace 1337. Et nous Philippes Eueſque de Chaalons, & Marie Comteſſe d’Alençon & d’Eſtampes, compagne iadis de mon tres-cher Seigneur le Comte d’Eſtampes deſſuſdit, executeurs dudit teſtament auec noſtredite Dame. Loüons, ratiffions & approuuons toutes les choſes deſſuſdites, & auons mis nos ſeaux en ces preſentes lettres, auec le ſcel de noſtre Dame.