Mémoires sur Socrate (trad. Talbot)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mémoires sur Socrate
Traduction par Eugène Talbot.
Tome 1
Hachette.
LIVRE PREMIER.


Chapitre premier. C’est faussement qu’on a accusé Socrate de méprises les dieux de l’État et d’en introduire de nouveaux. 
 1
Chapitre II. Fausseté du second chef d’accusation : Socrate n’a point corrompu la jeunesse. Loin de mériter la mort, il a droit à des récompenses publiques. 
 5
Chapitre III. Le vie de Socrate a été consacrée tout entière à la pratique et à l’exemple du bien. Plein de respect envers le dieux, il a toujours aussi fait preuve de tempérance. 
 17
Chapitre IV. Il y a des dieux et ils veillent sur les hommes. 
 21
Chapitre V. Comment Socrate enseignait la tempérance à ses disciples. 
 23
Chapitre VI. Socrate réfute le sophiste Antiphon, qui lui reprochait sa frugalité, sa simplicité et sa coutume d’enseigner gratuitement. 
 26
Chapitre VII. Comment Socrate détournait ses disciples du charlatanisme et de l’ostentation 
 29


LIVRE II.


Chapitre premier. Entretien de Socrate avec Aristippe de Cyrène au sujet des plaisirs et de la tempérance. Apologue de Prodicus. 
 31
Chapitre II. Lamproclès, fils ainé de Socrate, était irrité contre sa mère ; Socrate le rappelle aux devoirs de la reconnaissance et de la piété filiale. 
 40
Chapitre III. Pour réconcilier deux frères, Chéréphon et Chérécrate, Socrate expose à celui-ci les avantages de l’amitié fraternelle. 
 43
Chapitre IV. Un bon ami est le plus précieux de tous les biens. 
 46
Chapitre V. Pour avoir de vrais amis, il faut s’en montrer digne. 
 48
Chapitre VI. Ce qu’il faut faire pour choisir et gagner des amis. 
 49
Chapitre VII. Il vaut mieux exercer un métier que d’être à charge aux siens, ou que de vivre dans la misère et dans l’oisiveté. 
 56
Chapitre VIII. Socrate engage le journalier Euthère à choisir un genre de vie plus convenable. 
 59
Chapitre IX. Socrate indique à Criton le moyen de se mettre à l’abri des sycophantes. 
 60
Chapitre X. Il engage Diodore à secourir Hermogène dans la pauvreté. 
 62


LIVRE III.


Chapitre premier. Devoirs d’un général 
 64
Chapitre II. Un bon général doit veiller à la conservation et au bien-être de ceux qu’il a sous ses ordres. 
 67
Chapitre III. Le commandant de la cavalerie doit l’améliorer, en se montrant sévère sur le choix des chevaux, en exerçant les hommes à la manœuvre et en s’en faisant aimer et obéir. 
 68
Chapitre IV. Les qualités d’un bon économe sont très-utiles à un général. 
 70
Chapitre V. Il expose au fils de Périclès les causes de la décadence d’Athènes et les moyens de rendre aux Athéniens leur prospérité passée et leur ancienne vertu. 
 73
Chapitre VI. Il engage Glaucon, jeune homme sans expérience, à ne pas se mêler aux affaires de l’État. 
 79
Chapitre VII. Il engage Charmide, homme d’une grande modestie, à s’occuper des affaires publiques. 
 84
Chapitre VIII. Discussion avec Aristippe sur le bien et sur le beau. 
 85
Chapitre IX. Pensées diverses de Socrate sur le courage, la tempérance, la sagesse, l’envie, le loisir, le pouvoir politique et le bonheur. 
 88
Chapitre X. Conseils artistiques donnés à Parrhasius, à Cliton et à Pistias sur la peinture, la statuaire et la fabrication des armes. 
 91
Chapitre XI. Conversation avec la courtisane Théodote. 
 94
Chapitre XII. Les exercices gymnastiques donnent au corps la force et la santé. 
 98
Chapitre XIII. Mots de Socrate sur la colère, la délicatesse dans le genre de vie, les fatigues et les voyages 
 99
Chapitre XIV. Réflexions de Socrate sur la bonne chère et la frugalité. 
 101


Chapitre premier. Comment Socrate était utile aux jeunes gens en éprouvant leur naturel, et en leur donnant des conseils appropriés à leur caractère et à leurs vues 
 103
Chapitre II. Socrate force Euthydème, jeune homme qui se croyait très-sage, à faire l’aveu de son ignorance 
 105
Chapitre III. De la piété envers les dieux : pourquoi ils méritent la reconnaissance des hommes et comment il faut les honorer 
 114
Chapitre IV. Respect de Socrate pour les lois de son pays. La justice consiste dans l’obéissance à la loi civile et à la loi naturelle 
 118
Chapitre V. Funestes effets de l’intempérance ; avantages de la vertu contraire 
 125
Chapitre VI. Avantages de la dialectique ; définition de la justice, de la sagesse, du bien, du beau, du courage, de la royauté et de la tyrannie 
 127
Chapitre VII. Mépris de Socrate pour toute science inutile dans la pratique : ce qu’il faut savoir en géométrie, en astronomie, en arithmétique et en médecine ; utilité de la divination 
 131
Chapitre VIII. La condamnation de Socrate ne prouve rien contre la voix intérieure dont il disait recevoir les conseils. Résumé et conclusion des Mémoires 
 133