Méthode pratique d’orchestration symphonique/Cornet à Pistons

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Enoch & Cie Éditeurs (p. 31-32).

Cornet à Pistons

Les parties de Cornets s’écrivent en clef de Sol
37

\relative c {
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  \tiny fis4
  \normalsize g^"Etendue." a b c d_"* Ne pas attaquer au delà du Sol." e f g a b c d e f g^"*" a bes b c
  \bar "||"
}

Le 1er Fa Dièse.svg ne s’emploie jamais et les trois qui suivent, rarement ainsi que les deux dernières.

Il faut éviter de triller sur les notes : Si Do Dièse.svg, Ré Bémol.svg Do, Ré Bécarre.svg Do qui sont au-dessous de la portée.

On emploie généralement le Cornet en La et en Si Bémol.svg[1]. Les observations faites pour la Clarinette s’appliquent également au Cornet, remarquez toutefois que l’étendue du Cornet est plus limitée.

Pour le travail de l’Orchestration il faudra employer la même méthode que celle dont nous avons donné la marche à suivre à propos des Clar. et des Cors ; on aura recours par conséquent aux Clefs supposées, etc. (pour Cornets en La, supposez clef d’ut 1re ligne, et pour les Cornets en Si Bémol.svg, clef d’ut 4me ligne, comme pour les Clarinettes).

Pour l’Orchestre, on écrit deux parties de Cornet, une de 1er, et une de 2me, s’écrivant : pour la Partition, soit sur la même portée, soit en accolade[2] : mais, pour l’exécution, on ne les écrit jamais sur la même portée, mais bien en accolade ou séparément[3].

De même que pour les Cors et Clarinettes, on peut changer le Ton de l’instrument dans le courant d’un morceau, toujours en donnant le temps à l’exécutant d’opérer la substitution[4].

Les Cornets peuvent être envisagés de deux manières, soit comme Instruments chantants, soit comme Instruments d’accompagnement ; il est bon de les employer à ce double usage, selon le caractère de la composition. On peut aussi les utiliser pour tenir lieu de Trompettes.

On peut lui confier : des traits rapides, notes répétées, doubles, triples coups de langue, trilles, gammes diatoniques et chromatiques dans des mouvements vifs, enfin tout lui est familier, car le doigté en est très facile. A l’occasion on lui donne des mélodies expressives, en solo.

On réserve le plus souvent au 2me Cornet les parties d’accompagnement ; on peut cependant lui faire exécuter quelquefois le chant à l’unisson du 1er Cornet. Dans la musique de Danse il ne faut pas craindre de confier assez fréquemment le chant au 1er Cornet, sans abuser toutefois de cette latitude.

Comme pour les Clarinettes, il faut indiquer, en tête de la partie, le Ton des Cornets.

Englische Linie.svg

  1. Le Cornet en ut est peu employé, mais il est peut-être destiné à être un jour seul usité.
  2. Il est préférable de les écrire en accolade.
  3. Pour la danse il vaut mieux les copier séparément.
  4. Même observation que pour les Clar. et les Cors, ces changements ne se font que pour les grands morceaux.