Monologues normands pour ceux qui veulent rire/À qui qu’sert un bonnet d’coton

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

À qui qu’sert un bonnet d’coton

(En patois des environs de Falaise)




Vo n’connèchez pas eul’maire de.....? Bah ! y vaut mieux n’pâs nommer personne. Alors, vo n’connèchez pâs enn’tout sa fille Catherène. Eh ben, moussieu l’maire a biaucoup de monnaie, et il est si tellement fiéraud qu’il érait ben voulu marier sa fille au sous-perfet. Pou c’qui est de mam’zelle Catherène, malgré san p’tit air de n’pâs y touchi, ch’était un biau brin d’fille qui n’avait pâs frè é z’yeux. San père s’n’aperçut quand il essayit d’la mette en ménage ; il eut biau li causer d’argent, sans qui qu’no n’a rien, et pis d’aut’ chose itout ; è restit téetue comme eun’ bourrique. É réponit à san père qu’a n’s’marierait jamais aveuc l’notaire du chef-lieu d’canton pass’ qu’il était raide comme un morcè d’bois, ni aveuc l’gars à Guillou, l’richard mognier pass’ qu’il avait l’air béeta, ni aveuc l’apothicaire, ni aveuc l’agent-voier, ni aveuc personne.

Moussieu l’maire qu’était pâs eun’ bête, mais qui s’kerriait biaucoup pus malin qui n’était réyellement, y s’doutit de quéque truque. Y guettit les jeunes gars qui pouvaient r’luquer sa fille, y fit caûser les bonnes fames du quartier, surtout dô troè tapettes qu’éraient rendu des points à pus d’un commissaire eud’pôlice ; y n’put rien découvri. Y sentait tout d’méeme que l’entéetement de Catherène muchait quéque chose… ou quéqu’un.

Un sé qui v’nait d’souper, san grand valet Édouard li d’mandit un bout de causette. D’habitude, y n’tait pas effouchi, c’biau gars qu’les yeux li flambaient à la tête ; portant, c’sé-là, y manquait d’toupet : y baissait la tête, y r’gardait l’bout d’ses souliers ; y tournait san feutre enterr’ ses dets ; no z’érait dit qu’il avait la colique.

Dès l’kémench’ment de c’qu’Édouard dit, moussieu l’maire éclatit d’colère ; comment ! y s’permettait, li, un méchant valet, de d’mander en mariage la fille d’san maîte, d’un richard, d’un gros bonnet, du sien qui condisait la commeune ; voulait-y s’foute d’eun’ grosse léguieume ? Édouard essayit d’s’espliqui ; moussieu l’maire li clôsit l’bè, donnit d’grands coups d’poing sus la tàbe, sautit d’sa quaire, ouvrit la porte et kerryit à l’aut’ d’foute l’camp et d’aller faire ses paquets. Édouard s’n’allit sans r’pliqui.

Si moussieu l’maire avait été moins prêssé d’raconter la chose à sa fâme, il érait sieuvi l’grand Édouard, y l’érait vu itout donner à la jolie fille un bonnet, – oui, un bonnet d’coton ! – et s’éloègni à travers les camps, les mains dans les pouquettes et grichant comme un ouaizè.

Mais moussieu l’maire avait la cervelle sens sus d’sous. Pou s’calmer un brin, y print le journâ. L’artic’ li semblit anarchiste ! Avec d’z’artic’ comme cha, no z’excitait les ouverriers cont’ les patrons, no fourrait dans la caboche des paures bougres d’z’idées idiotes comme la sienne de d’mander en mariage la fille d’leû maît’. À c’t’idée-là, moussieu l’maire grinchit des dents, hauchit l’z’épaules et lâchit d’mauvais mots à l’adrèche du grand Édouard. Bitôt y laissit san journâ, sortit eun’ minute, fit un tour d’gardin, rentrit, j’tit un coup d’yeux dans la queusaine, embrachi sa fille, dit l’bon sai à sa fâme et montit s’couchi.

Y dormait d’pieus y avait longtemps quand y fut révilli tout d’un coup. Il allongit l’bras gauche sans saver c’qu’y fésait ; sa fâme r’muait itout. Y r’gardit du côté d’la kerroisée : l’jou’ k’menchait à v’ni. À c’môment là, il entendit kerrier dans la cour :

— Catherène ! hé, Catherène ! »

Qui qu’chavoulait dire ? Y sautit du liet, y tendit l’oreille.

— Catherène, r’print la voix – la sienne du grand Édouard – donne-mé man bonnet d’coton.

— Attends un brin, réponit eun’aut’ voix, la sienne d’sa fille, à la chambre d’au d’sus. J’n’l’trouve pâs.

— Trache ben, y dait être dans tan liet. »

Quand il entendit cha, moussieu l’maire, enrâgi, ouvrit séquement la f’néete, poussit l’abat-vent d’un coup de poing et kerryit au grand Édouard :

— Ah ! canaille, qui qu’t’âs fait ? Tu t’marieras avec ma fille ou j’te tuerai comme un quien !

— Vo m’tuerez ? r’pliquit l’grand Édouard en s’foutant d’li ; voul’oûs qu’j’aille vo cherchi un fûzi ?

— Prendras-tu ma fille ? d’mandit moussieu l’maire, hors de li.

— Cha dépend, qui qu’sont vos conditions ?

— Mes conditions !..... Eh ben, ch’est trop fort !

— Vo kerriez ? Mais je n’vo la demande pas, vot’fille, vo povez la garder asteu.

— Écoute-mè, j’serai acc’modant ; je pouèrai la neuche.

— Tout cha ?

— Attends ! J’vo z’aj’t’rai des meubles, j’vo log’rai.

— Ch’est bon, j’crais que j’pourrons no z’entend’. Quand qui qu’vo voulez qu’no s’marie ?

— L’pus tôt possibe.

— Ah !..... Y fait rudement frais à mâtin, sav’oûs ? J’m’en vas. À vo r’vé, biau-père.

— Au r’vé », réponit moussieu l’maire qu’avait l’cœur gros.

L’grand Édouard avait ben arrangi s’n’affaire : avec un bonnet d’coton, mam’zelle Catherène restit comme y faut et elle eut un homme à san goût.