Mozilla.svg

Monologues normands pour ceux qui veulent rire/L’Premier Normand

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

L’Premier Normand

(En patois des environs de Lisieux)




Ben l’boujou’ vo tous. Ça m’fait plaisi d’êt’ avec vo : v’z’avez dé téetes qui m’erviennent. Pis qu’no sommes ensemb’ pou rigoler – ça vaut mieux, pâs vrai, que d’médire cont’ san prochain – j’vâs vo conter eun’ histoère vieuille comme Adam, queuqu’ chose comme eun’ légende.

Vo n’savez pas c’que c’est qu’eun’ légende ? V’z’avez donc pas lu les Légendes Normandes d’Louis Bascan qu’ont été écrites pou vo ? Eh ben, eun’ légende, c’est eun’ histoère qu’est pâs vraie, mais qu’est vraie tout d’méeme, et qu’est rud’ment rigolote. Ya d’dans des saints, des sorciers, — n’prenez pâs l’z’uns pou l’z’aut’ ! – et pis des gars d’l’ancien temps, d’rudes gars qui s’fendaient d’la téete aux pieds d’un coup d’sâbe, et pis des tas d’choses estrordinaires qu’no n’veyons pus au jour d’aujourd’hui… Ah ! non, no n’veyons pus d’choses pareilles, pas même à la foêre d’Caen !

La légende que j’vâs vo dire, è s’appelle l’Premier Normand. Eh ben, qui qu’vo z’avez ! Ça v’z’étonne ? Quant’ ma grand’mère m’la contée pou la première fouée, j’étais co pus estomaqui qu’vo.

Y a d’ça longtemps, ben, ben longtemps, saint Pierre – v’savez, c’ty-là qui porte toujou’ les clefs d’lâ-haut, — y s’prom’nait avec san maît’ Jésus-Ghrist. Y r’gardait, il écartillait d’z’yeux, y n’en r’vénait pâs ! Autour d’li, y avait d’l’herbe haut comme cha, des pommiers tout fleuris, et pis des vaques, des viâs à n’en pus fini. Jamais d’sa vie, y n’avait rien vu d’si biau. Y s’frottait l’z’yeux pou ver s’y véyait ben c’qui véyait.

— Qui qu’c’est qué c’biau pays-là ? d’mandit saint Pierre à Not’Seigneur.

— C’est la Normandie.

— Ah !..... Eh ben ! j’érais ben volu v’ni au monde dans c’pays-là..... C’est drôle, tout d’méeme, qu’ya personne. Où qui sont donc les gens ?

— Y en a pâs.

— Y en a pâs ! Eh ben, qui qui profit’ra d’ces pommes, d’ces vaques, d’tous les biens qu’no véyons ? C’est ben dommage tout d’méeme-d’ver tout ça s’perde. Si c’tait un effet d’vot’ bonté, Seigneur, vo n’porriez pâs y mette des gens dans c’biau pays-là ?

— J’veux ben, dit Jésus, qu’avait l’quieur sus la main. Plante tan bâton en terre, et quant’ tu vas le r’tirer, l’Premier Normand sortira. »

Saint Pierre obéit. Il enfoncit san bâton, l’arrachit, et du trou qu’il avait fait, il en sortit – v’z’écoutez ben – il en sortit un gars qu’avait un bonnet d’coton sus la tête, eun’ face tout’ rouge et un air finaud comme pâs un.

— Dites donc, vous aut’ qu’y criyit, qui qui v’z’a commandé de m’tirer d’l’endret ? »

Jésus s’mit à rire, mais saint Pierre s’foutit en colére. Alors, l’premier Normand changit d’ton, prit un p’tit air de douceur, un air de sainte nitouche et fit comme ça :

— Eh ! mes bonnes gens du bon Dieu, vo n’porriez pas m’dire où qu’d’meure el’ juge de paix ? »

Véyez vo c’bougre-là qui volait leû faire un procé ! Qui qu’vo dites de ça, vo ?