Nobiliaire et armorial de Bretagne/F

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
◄  E
G  ►


Fablet, sr de la Motte, év. de Rennes.

De gueules à la croix d’argent, chargée de cinq hermines de sable; au chef d’azur, chargé de trois étoiles d’argent. Devise : Ex voto publico.

Un conseiller au présidial, maire, lieutenant-général de police et député de Rennes aux États de 1780.

Fabre, sr des Oroux.

D’azur au chevron d’argent, accomp. en chef de deux marteaux d’or et en pointe d’un rocher de même sur une terrasse de sable (Arm. 1696).

Nous ignorons si un lieutenant de la maréchaussée à Vannes en 1780, du nom de Fabre, père d’un baron de l’Empire, lieutenant-général en 1831,† 1858, appartenait à la même famille.

Fabroni (orig. d’Italie), sr de la Pregenterie, — du [Plessix, par. de Pipriac, — de la Garoulaye, par. de Ploèrmel, — de la Robinaye, par. do Bain, — de la Roche, — de Kerbonnaire, — du Boisguéhenneuc, par. d’Augan. Maint, au conseil en 1718 et par arrêt du pari, de 1738, six gén., ress. de Ploërmel.

D’azur à une bande (aliàs : barre) d’or, chargée de trois marteaux de sable, accomp. en chef d’un globe d’argent croisettes de gueules ; aliàs : soutenant une aigle impériale essorante de sable.

Paul, naturalisé par lettres de 1566 épouse Françoise Allory, dont Alexandre, sr de la Gras, procureur du Roi à Ploêrmel en 1607, marié à Anne Bréhault.

Plusieurs conseillers au parlement depuis 1683.

Fabri (orig. de Toscane), sr de Bonnepart, par. de Theix, év. de Vannes.

D’azur à la bande d’or, chargée d’une rose de gueules et accomp. de deux étoiles d’or.

Guillaume, chanoine de Nantes et procureur du duc en cour de Rome en 1484; un élu de la paroisse de Baud en 1513 ; Jacques, lieutenant puis sénéchal de Vannes de 1558 à 1570; Jean, abbé de Lantenac en 1561.

Fagon (orig. de Paris).

D’azur au lion rampant et contourné d’or, regardant un mouton passant d’argent, sur une terrasse de sinople ; accomp. en chef à sénestre d’un soleil d’or. (Arm. 1696).

Antoine, fils de Guy, médecin de Louis XIV et de Marie Noisereau, abbé de SaintMéen, et évêque de Lombez puis de Vannes, en 1719 ; † 1742.

Fail(du) (ramage de Raguenel), sr dudit lieu, par. de Domploup, — du Chàteau- Létard, par. de Saint-Erblon, — de la Hérissaye, par. de Pleumeleuc. Réf. dè 1427 à 1513, par. de Saint-Erblon, év. de Rennes.

Ecartelé d’argent et de sable (Sceau 1403).

Raoul, témoin d’une donation à l’abbaye de Savignéen 1148 ; Noël, conseiller au présidial puis au parlement de Rennes en 1571, auteur de plusieurs ouvrages do jurisprudence, † a Rennes en 1591.

Fondu dans du Rouvray, qui ont pris les armes du Fail par lettres de 1588.

Faisant (or. du Berry), sr du Pont-Faisant et de la Roche. D’argent à trois faisans de gueules (Arm. 1696). Charles, conseiller au parlement en 1556.

Fallégan, sr de Kerglas.

Déb., réf. 1669, ress. de Guingamp.

De sinople au liond’or, chargé sur l’épaule d’un croissant de gueules.(Arm. 1696).

Jouhan, syndic et miseur des bourgeois de Guingamp en 1539 ; Yves, capitaine de la milice et maire de Guimgamp en 1607 ; Louise, épouse en 1660 Gabriel le Gualès, srde Kervranec.

Falloux (orig. d’Anjou), sr du Lys, — de Chozé, — de Chateaufort, — dela Hamonnière.

D’argent au chevron de gueules, surmonté de trois étoiles de sable (Arm. 1696).

Uriel, assesseur en l’élection de Thouars et Prudence Ogeron sa femme, fondateurs en 1620 des capucins de Thouars ; plusieurs auditeurs et correcteurs des comptes de Nantes depuis 1739 ; Michel, maire d’Angers en 17H ; un colonel d’infanterie, lieutenant des gardes suisses du comte d’Artois en 1788.

Un membre de cette famille élevé à la dignité de comte en 1830 ; un ministre de l’instruction publique en 1849, membre de l’Académie française, allié à la dernière héritière de Caradeuc de la Ghalotais. (Famille éteinte).

Falluère (de La), voyez Fèvre (le).

Faou (du) (ramage de Léon), vicomte dudit lieu, par. de ce nom, — sr de Runanquinieuc, de Langoat, du Lézart, des Salles et de Kerénez, par. de Rosnoën, — de FAR

Roc’hbleizi, de Lambourg, de Keranzouar, de Kerloue’hic, de Kergadiou et de Locpoyen, par. d’Hanvec, — de Kergall et de Kerangarz, par. de Quimerc’h, — de Rest, du Roc’hmeur, de Coôtménez, de Loc’han et de Kerescarn, par. d’Irvillac, — du Vicux-Chastel, par. de Taulé, — de Rustéphan, par. de Nizon.

Réf. et montres de 1426 à 1481, par. de Rosnoëen, Quimerc’h et Beuzec-CapSizun, év. de Cornouaille et Taulé, év. de Léon.

D’azur au léopard d’or ; aliàs : brisé d’une cotice de gueules (Sceau 1414) ; aliàs : d’azur à deux éperviers affrontés d’argent, soutenus d’une fleur de lys d’or (Sceau 1414) ; voyez Rohello.

Morvan, vivait en 1086 ; Morvan, fit le voyage d’outre mer. -j- à Saint-Jean d’Acre, en i2i8 ; Guy, prisonnier à la bataille d’Auray en 1365; Jacob, sr du Lézart et de Rustéphan vivant en 1426, marié à Tiphaine de Saint-Juzel, père 1° d’Yves, grand veneur de France en H72 ; 2° de Raoul, évêque d’Angoulême puis d’Evreux en 1480 ; 3° de Jean, grand échanson de France en 1469, marié à Jeanne de la Rochefoucault, dame de Montbazon en Touraine, dont : Renée, dame de Rustéphan et de Montbazon, mariée, 1° en 1492 à Louis de Rohan, srde Guémené; 2° à Guillaume de laMarck, sr d’Aigremont.

La branche aînée fondue en 1371 dans la maison du Quèlennec, d’où la vicomté du Faou a passé successivement aux Beaumanoir, Guèrnadeuc et du Plessis-Richelieu. Le maréchal duc de Richelieu la vendit aux Rohan-Chabot par qui elle fut revendue en 1762 au lieutenant-général Magon de la Gervaisais, en faveur duquel cette seigneurie fut érigée en marquisat, sous le nom de la Gervaisais en 1768.

La branche du Vieux-Chastel fondue au xv* siècle dans Quèlen.

Faou (du), sr dudit lieu, près Lannion.

Porte une fasce accomp. de trois macles (Sceau de 1283) ; aliàs : un croissant surmonté de deux étoiles (Sceau 1420).

Pierre, chevalier, appelé à asseoir une rente au profit du duc sur le hàvage de Lannion en 1283 ; Morice, prête serment au duc en 1437.

Faou (du), voyez Fou (du). FaOuëDic (du), voyez Dondel.

FAOuëT (le), baronnie, par. de ce nom, év. de Cornouaille.

Cette seigneurie a été successivement possédée par les maisons de Bouteville, Goulaines, et en 1600 par acquêt du Fresnay, puis Maupeou.

Faramus, sr d’Éspinefort et des Briands, par. de Ménéac, — de Trahideuc, — de Roqueton, — de la Garenne, par. de Gommené, — de la Touche, — vicomte du Curru, par. de Milizac.

Anc. ext. réf. 1667, sept gén., réf. et montres 1423 à 1513, par. de Ménéac, év. de Saint Malo, la Maloure et Laurenan, év. de Saint-Hrieuc. D’argent au lion de sable, lampassé et couronné d’or.

Alain, rend hommage au vicomte de Rohan en 1396; Yves, l’un des fondateurs du chœur des Dominicains de Morlaix en 1438 ; Marie, vicomtesse du Curru, épouse vers 1360 Gestin de Kernezne; Jean, épouse l° en 1460 Marguerite de Quillivala ; 2° en 1484 Marguerite de Launay; une prieure de Locmaria de Plumelec en 1703; une abbesse de Mont-Cassin en 1719 † 1740.

La branche des Briands fondue dans Butault puis Gouyon ; La branche d’Espinefort fondue dans Boschier et Derval.

Farault, sr des Clozeaux, par. de Mohon. Déb. réf. 1669, ress. dePloêrmel.

Fare (de La) (or. de Languedoc), marquis dudit lieu en 1754, — vicomte de Montclar, — baron de la Salle, — marquis de Tornac, — sr de Saint-Michel d’Ardèche, — de Vénéjan.

D’azur à trois flambeaux d’or, allumés de gueules, posés en pal. Devise : Lux nostris, hostibus ignis.

Guillaume, chambellan du roi Charles VII en 1135 ; un maréchal de France en 1746, frère d’un évêque duc de Laon en 1722 puis archevêque de Cambrai † 1764 ; un cardinal évéque de Nancy en ’787, puis archevêque de Sens, pair de France et ministre d’Etat † 1829.

La branche de Vénéjan, alliée aux Quengo de Çrenolle et aux Buon de Kermadec s’est établie en Bretagne.

Farcy (orig. de Normandie), sr de * Pont-Farcy/en Normandie, — de * Saint-Laurent, — dePaynel, — de la Daguerie, — de la * Ville-du-Bois, par. de Mordelles, — de * Malnoé, par. de Saint-Christophe-des-Bois, — du Roseray et de * Cuillé, en Abjou, — de Montoray, par. de Saint-Maugan, — du Chalonge, par. de Trévéron, — de Tresséol, par. de Plounévez-Porzay, — de la * Beauvais, par. de Piré, — de Mué, par. de Parce, — de Villiers, d’Arquenay, de la Touche et de Montavallon, au Maine, — de Kerverret, par. de Lanloup.

Ext. réf. 1668, cinq gén., ress. de Rennes et maintenu par arrêt des aides en 1665 et à l’Intendance de Tours en 1715.

D’or fretté d’azur de six pièces ; au chef de gueules. Devise : Jamais ne varie.

Micfiel, enquêteur à Alençon en 1535 marié à Marie du Moulinet, bisaïeul d’Annibal, procureur fiscal et procureur général des eaux et forêts du comté de Laval en 1601, confirmé ou anobli en tant que besoin par lettres de 1643, pour services militaires de lui et de ses frères, sous Henri III et Henri IV ; auteur de toutes les branches de cette famille, qui a produit : un gouverneur de Vitré en 1650; deux pages du Roi depuis 1692; plusieurs conseillers au parlement et présidents aux enquêtes et un président à mortier depuis 1671 ; un chevalier de Malte en 1726 et un évêquede Cornouaille, † 1777.

Fau (du), sr dudit lieu et de la Chesnaye-Giffart, par. de Gaël, — du Bois-Guérin, par. de Sixte.

Anc. ext., réf. 1668, 0 gén.; réf. et montres de 1440 à 1513, par. de Gaël, év. de Saint-Malo et Sixte, év. de Vannes.

De gueules à trois fasces d’argent. Jean, chevalier de l’Hermine en 1454.

La branche aînée fondue dans Trècesson ; la branche du Boisguérin fondue dans Bouvet, puis la Bourdonnaye.

Fauché (le), sr de Kermartin et de Kerguen, par. de Camoël, — d’Isson, par. d’Assérac Déb. réf. 1669, ress. de Guérande.

Faucher (orig. d’Avignon), sr de Champredon, — des Nouettes, par. de Bréal. Maint, àl’intend. en 1699, cinq gén. ress. de Rennes.

D’azur à trois bandes d’or; au chef d’argent, chargé de trois mouchetures de sable. Devise : Sans crainte. (Arm. 1696.)

Antoine, époux en 1539 de Jeanne Réciis, bisaïeul de Jean-Baptiste, viguier du PontSaint-Esprit, marié en 1636 à Suzanne Ripertdont i° Jean-François, auteur d’une branche maintenue à l’intendance de Languedoc en >697 qui a produit un lieutenant-général des Armées navales en 1786 ; 2° Louis, lieutenant de cavalerie en 1674, établi en Bretagne, marié à Ursule Hubert de la Hayrie, dont la postérité s’est fondue dans d’Andignè de Beauregard.

Faucheur (le) sr de la Guichardière, par. de Cornillé, év. de Rennes.

Tiercé en fasce au 1 : de sinople ; au 2 : d’or, au 3 : d’azur ; le 1" chargé de trois chausse-trappes d’argent, le 2* de trois molettes de sable, et le 3e de trois annelets d’or.

Jacques et Guy, de la ville de Vitré, poursuivis comme ligueurs en 1590.

Fauchet (le), sr de la Horlaye, — des Couetils et de Saint-Mars, par. de Saint-Mars- de-Coutais, — de la Martinais, par. d’Arthon, — de Cramon. Maint, réf. 1669, 0 gén., ress. de Rennes, par les privilèges de la chancellerie. D’argent à la fasce de gueules, surmontée de trois molettes de sable. Jérôme, secrétaire du Roi en 1649.

Fauchet (orig. du Nivernais).

Un prédicateur du Roi Louis XVI, prieur de Saint-Nicolas de Josselin, abbé de SaintJacques de Montfort en 1787, puis évêque constitutionnel du Calvados et député à la Convention, décapité en 1793.

Faucheux (le), sr de la Cocherie, ress. de Vitré.

D’azur à la fasce d’argent, chargée de trois hermines de sable et accomp. de deux renards passants d’or, l’un en chef et l’autre en pointe (Arm. 1696).

René, référendaire à la chancellerie en 1681. Faucigny (de), voyez Lucingk (de).

Faucon (orig. d’Italie), sr de Ris, — marquis de Charleval, — comte de Bacqueville.

Ecartelé aux 1 et 4 : de gueules au membre de griffon d’or en bande, qui est Faucon; aux 2 et 3 : d’argent au taureau furieux de sable, chargé au cou d’un écusson d’argent, surchargé d’une croix de gueules, qui est Bucelli.

Cette famille, passée en France à la suite de Charles VIII en 1495, à son retour de la conquête de Naples, a produit : François, successivement évêque de Tulle, Orléans, Maçon et Carcassonne, oncle de Claude, premier président au parlement de Bretagne en 1587, † 1601, père d’Alexandre et de Charles, conseillers au parlement de Bretagne, puis premiers présidents au parlement de Rouen de 1592 à 1647.

Fauvel, sr de Langle, ress. de Dinan.

D’or à une bandé de sinople, cotoyée de deux lions de sable (Arm. 1696).

Faux (le), sr de la Fosse, — du Loc’h et de Bicherel, par. de Kerfeunteun.

Montres de 1562 à 1636, par. de Kerfeunteun et Saint-Mathieu de Quimper, év. de Cornouaille. ’

D’argent à la fasce ondée d’azur, accomp. de trois saules arrachés de sinople (Arm. 1696).

Faverolles (orig. de Paris), sr du Plessis-Monteville, par. de Guégon, év. de Vannes.

D’azur au croissant soutenant une tige de fève, accomp. en chef de deux étoiles, le tout d’or. (Arm. 1696.).

Jean, secrétaire du Roi à la grande chancellerie en 1666, père de Jean, lieutenant des gardes du duc d’Orléans, † 1726.

  • Favebot, sr de Kerbrech, baron de l’Empire en 1813.

Un maréchal de camp en 1821, + 1853 ; un général de brigade en 1888.

Favigot, sr de la Villegohel et de la Villerault, par. de Plérin, — du Clos, par. de Saint-Michel, — de la Ville-Raoul, par. de Cesson, — du Bouëxic. Déb. réf. 1671, ress. de Saint-Brieuc, puis admis aux Etats de 1736.

D’or à la fasce d’azur, chargée d’un croissant d’or, accosté de deux roses de même, et accomp. de trois grenades de gueules.

Jean, marié a Jeanne Davy, père et mère de Maurice qui rendit hommage à l’évêque de Saint-Brieuc pour le lieu du Clos en 1571.

Fa vois, sT de Villepie, par. d’Izé, — du Pouillat. Déb. réf. 1668, ress. de Rennes.

D’azur à trois têtes de lion arrachées d’or (Arm. 1696).

Deux chanoines de Tréguier, inhumés dans la cathédrale en 1626 et 1650.

Fay (du), sr dudit lieu, — de la Grange, par. de Plérin, — du Guilhé, par. d’Erquy, de la Ville-Bresselet, — de Saint-Rieul.

Anc. ext., réf. 1669, septgén; réf. et montres de 1449 à 1513, par. deRuca, Plérin et Erquy, év. de Saint-Brieuc.

De gueules à sept macles d’argent 3. 3. 1.

Guillaume, gouverneur des villes et châteaux de Dinan et Lehon en 1490, marié à Madeleine de Boisriou ; Adrien, son fils, vivant en 1513, épouse Catherine de Guémadeuc.

Fay (du), (orig. de Picardie), sr d’Athies, — de Cilly.

D’argent semé de fleurs de lys de sable (Sceau 1371).

Un lieutenant-général des armées du Roi, i 1 733 ;nn abbesse de la Joie en 1719, † 1731. Tome I. 48

Faye (de La), ( orig. du Limousin), sr de Genis.

De gueules à la croix d’argent ; au chef bretessé de même.

Laurent, évéque de Saint-Brieuc en 1375, transféré à Avranches en 1379, † 1391.

Faye (de La), sr de la Grignonnaye, par. de Fougeray, — du Perron, par. de Bouée, év. de Nantes.

D’argent à la fasce de gueules, chargée de trois larmes d’argent et accomp. d’une ombre de soleil de gueules en chef et d’une flamme de même en pointe (Arm. i696).

Un échevin de Nantes en 1661 ; Jean, docteur régent en la Faculté de Médecine de l’Université de Nantes en 1696.

  • Fayette (de La), (orig. d’Auvergne), sr dudit lieu, — de Saint-Romain, — de Champestières, —baron de Vissac, —srde Chavagnac, — du Vieux-Marché et du Pont-Blanc, par. de Plouaret, - du Dresnay, par. de Plougras, — de Traonévez, — de SaintMichel, par. de Guingamp, — de Kerauffret, par. de Bourbriac, — de Saint-Quiouët, par. de Plaintel.

De gueules à la bande d’or, à la bordure de vair.

Cette famille, qui portait anciennement le nom de Motier, a produit : Pons, croisé en 1248; Gilbert, maréchal de France, † 1463 ; deux prieures de Saint-Georges de Plougasnou. puis abbesses de Saint-Georges de Rennes de 1617 à 1693 ; un abbé de Saint-Aubin-desBois en 1683, et le célèbre marquis;do la Fayette, signataire des protestations de la noblesse de Bretagne, en 1788, lieutenant-général en 1791, † 1834, fils de Marie-Louise de la Rivière, dame du Vieux-Marché et de Saint-Quiouet.

Febure, Febvre, Feuvre ou Fèyre (le), sr de Glévilly, par. de Campénéac, — de Kervénalec, par. de Radenac, — de Penquélen, par. de Plumelec, — de Kerduaiic, par. de Plescop, — de la Ville-Ferry.

Ext. réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1432 à 1536, par.de Campénéac, év. de Saint-Malo, et Radenac, év. de Vannes.

De gueules au chevron d’argent, chargé de cinq hermines de sable et accomp. de trois croissants d’argent.

Olivier, anobli pour services militaires par le duc Jean V, en U26 ; Guillaume, son fils, vivant en 1448, épouse Jeanne de Lezonnet.

La branche de Kerduaiic fondue vers 1690 dans CoHlagat.

Pierre, sr de Chèvrohan, procureur fiscal de Porhoôt, débouté à la réformation de 1668.

Febvre (le), sr du Pont, par. de Couffé, — du Vieilhêtel.

Maint, réf. 1671, 0 gén., par les privilèges de la chambre des comptes. D’or au chevron de gueules, chargé de trois molettes d’or, accomp. en chef de deux tourteaux d’azur et en pointe d’une roue de fortune de même. Deux auditeurs et un maître des comptes depuis 1572.

Le sr des Nos, paroisse de Saint-Pierre d’Ancenis, débouté à la réformation de 1668.

Febvre (le), sr de Cadouzan, ress. de Rennes.

D’azur au lion d’or, cantonné à sénestre d’une croix de Malte de même. (Arm. 1696).

Febvre (le),’(orig d’Anjou), marquis de Laubrière en 1725, — sr de la Ferronnière, — d’Espinay, par. de Bouchamp, — de la Jaillerie, — de la Silandais, par. de Chavagne, — de Méral, — de Barillé, —d’Orange, — de la Bouëxière, — de la Brosse et de la Touche, par. de Fégréac, - des Roussières. — des Grassières. — de Beuzon, — de la Haye-Joulain. Ext. réf. 1670, quatre gén., ress. de Rennes.

D’azur à la levrette rampante d’argent, colletée de gueules et bouclée d’or.

François, avocat à la sénéchaussée et échevin d’Angers, épouse en 1548 Roberte Bonvoisin ; plusieurs conseillers au parlement, un procureur général, un président aux enquêtes et des conseillers d’État depuis 1603 ; un évéque de Soissons, † 1738, frère d’un doyen de Nantes, abbé de Saint-Marcien au diocèse d’Auxerre en 1735 et abbé de Villeneuve en 1746, † 1770.

Febvre (le), (orig. de Normandie), srdu Faux, — de la Vieuville, — de Pengréal, par. de Plumieux. E*t. réf. 1678, cinq gén., ress. de Saint-Brieuc

D’azur à trois croissants d’argent; au chef de gueules, chargé d’une molette d’argent.

Thomas, vivant en H50, épouse Catherine Bonenfant; Robert, fils des précédents, renvoyé par Montfault en 1463, paroisse de Montmartin, élection de Coutanees, épouse Jeanne le Gouez; Jean s’établit en Bretagne, où il épousa vers 1600 Louise Lorveloux.

Febvre (le), (orig. de Touraine), sr de la Brulaire, par. de Gesté, en Anjou, — de Kermagaro, — du Boischorier, — de Champbourault. Maint. au conseil en 1695 et par arrêt du pari, de 1770, neuf gén. ress. de Nantes.

D’azur au chevron d’or, surmonté d’une étoile d’argent et accomp. de trois quinlefeuillesjie mémo. (G. G.) ; aliàs : de trois grelots de même (Arm. 1696).

Etienne, enquêteur à Loudun en 1480 ; trois auditeurs des comptes depuis 1623 ; deux conseillers au parlement depuis 1732.

Fèvre (le), Ou Febvre (le) (orig. de Touraine), srde la Falluère, — de la Jallange, — de la Blanchaidaye. par. de Vue, év. de Nantes.

D’azur à trois bandes d’or.

Cette famille a produit depuis 1649 plusieurs conseillers, un président à mortier, un premier président au parlement de Bretagne en 1687 et un chevalier de malte en 1779.

Febvhe (le), (orig du Maine) sr d’Argencê.

D’argent à une loutre de sable, posée sur une terrasse de sinople ; au chef d’azur, chargé de deux roses d’argent.

Un auditeur des comptes en 1753, honoraire en 1778.

Febvre Ou Feuvre (le).

De gueules à la croix d’argent, cantonnée de quatre croissants de même. Jean, évêque de Vannes en 1566+1570.

Febvre ou Feuvre (le), sr du Ponthey, par. de Pluduno.

Réf. et montres de 1441 à 1513, par. de Pluduno, év. de Saint-Brieuc.

D’argent à la fleur de lys de gueules, soutenue d’un croissant de même (Arm. de l’Ara.).

Collet et Guillemet son fils, anoblis en U26.

Le sr de la Ville-Jean, paroisse de Jugon, débouté à la réformation de 1668.

Febvre ou Fèvre (le) (orig. de Ponthieu), sr de Caumartin, — marquis de SaintAnge, — marquis de Cailly, en Normandie en 1661, — comte deMoret, — sr de Boissy-Ie-Châtel.

D’azur à cinq trangles d’argent.

Jean, général des finances en 1555 ; Louis, garde-des-sceaux de France en 1622 ; JeanFrançois de Paule, de l’Académie française, abbé de Buzay, évêque de Vannes, puis de Blois, † 1723.

(Famille éteinte.)

  • Feigna (du), sr de Keranforest. — de Kerface, par. de Limerzel.

Samuel, épouse 1° en 1717, Renée-Angélique Garraud ; 2° en 1702 Agathe-Françoise l’Evesque de la Ferrière ; Pierre-Samuel, fils du précédent, époux de Jacquette-Suzanne Morel, demeurant à Locmalo, fournit aveu au Roi en 1755.

Feillée (de La), sr dudit lieu, par. de Goven, — de la Rubaudière, par. de Montauban, — de la Boëssière, par. de Médréac, — de Coëtménec’h, par. de Plouider, — de Lostanhoat, — de Langarzeau, par. de Pludual, — de la Ville-Gicquel, par. de Pleudihen, — vicomte de Pléhédel, par. de ce nom, —sr duPIessix, par. dePléguien, — de Bourgneuf, par. de Meillac, — du Gué-de-l’Isle, par. de Plumieux, — de Treffalégan, par. de Lanhouarneau.

Réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Goven et Médréac, év. de Saint-Malo, Pludual, év. de Saint-Brieuc, Pleudihen et Meillac, év. de Dol, Plouider et Lanhouarneau, év. de Léon.

D’or à la croix engreslée d’azur (Sceau 1312). Devise : Parler pouvez.

Sylvestre ratifie le traité de Guérande en 1380 ; Olivier, se distingua à la bataille d’Azincourt en 1415.

La branche ainée fondue dans Rieux, d’où la seigneurie de la Feillée a passé par acquêt aux Lopriac et en 1684 aux Sénéchal ; la branche de la Rubaudière fondue dans Bouteiller, et la seigneurie de la Rubaudière successivement possédée ensuite par les Parthenay, Lorgeril et Rohan ; la branche de Coëtménec’h fondue en 1538 dans Beaumanoir, et la seigneurie de Coëtménec’h possédée ensuite par les Rosmadec, Kergroadez, Montmorency, et par acquêt Barbier.

Félin, sr de Grandgon et de la Reigneraye, par. d’Éréac.

Réf. et montres de 1479 à 1513, dite par., év. de Saint-Malo.

Felle (le), sr de Guébriant, par. de Pluduno, — de la Villegoures, par. d’Erquy, — des Salles, par. de Saint-Lormel, — de la Cornillière, par. de Quessoy, — de Lescoublière, par. deTrébédan.

Réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Pluduno, Erquy et Saint-Lormel, év. de Saint-Brieuc, et Trébédan, év. de Dol.

Pour anciennes armes : trois besants (Sceau 1230) ; aliàs : d’azur à trois bâtons noueux, armés d’un fer de lance d’argent, posés en bandes.

François, marié à Claude Glé, lieutenant du duc de Mercoeur, l’accompagna en 1589 aux sièges de Rennes, de Vitré et de Blain, et fut fait prisonnier par le prince de Dombes en 1591.

La Seigneurie de Guébriant a été possédée ensuite par les familles Budes, Rosmadec et le Lay.

Fellonneau (or. de Guyenne), sr de Frangeaille, en Gascogne, de la Caillère et de la Sangle, par. de Bouguenais.

D’argent au chevron d’azur, accomp. en pointe d’un châtaigner de sinople, fruité d’or ; au chef de même, chargé de deux étoiles de gueules (Arm. 1696). Un éckevin de Nantes en 1773, sous-màire en 1775.

Feb (le) (orig. de Blois), sr de la Sauldre, — du Val, — de Beauvais, — du Pin, — des Gatines, — de la Lande, — de la Randais, — de la * Gervinais, — de la Guesnière et de * Bonaban, par. de Bonaban, — de la * Motte. Déb., réf. 1668, et au conseil en 1702, ress. de Saint-Malo.

Echiqueté d’or et de gueules ; aliàs : échiqueté d’argent et d’az ir.

Jacques et Michel, chanoines de Saint-Malo, députés aux Etats royalistes de Rennes en 1590 ; François, sr de Beauvais, secrétaire du Roi en 1711; Guillaume-Pierre, sr de la Sauldre, secrétaire du Roi en 1764 ; un procureur du Roi, mort de blessures reçues au combat de Saint-Cast en 1758.

Fercé (de), vicomté, par. de ce nom, év. de Rennes.

Cette seigneurie a été successivement possédée par les familles de Maure, Rochechouart, Appelvoisin, Gouyon, Massard et Boispèan.

Fercé (de), sr de la Chopinière, du Boisgerbaud et de la Guénuère, par. de Soudan, — de la Sablonnière, par. d’Auverné. Réf. de 1446 à 1478, dites par., év. de Nantes. Fondu dans Le Voyer.

Férey, sr de Rozengat.

Ecartelé au 1 : d’or au château de sable ; au 4: d’or à l’écu de sable, chargé d’une étoile d’argent, l’écu brochant sur deux drapeaux de sable et accomp. en chef de deux étoiles d’azur ; aux 2 et 3 : d’azur au cheval gai, effaré d’or.

Un général de division, baron de l’Empire, tué à la bataille des Arapiles en 1812.

Férigat, sr des Ormeaux, par. de Saint-Broladre, — de Lergay, par. de Baguer-Pican, év. de Dol.

D’azur à trois cors de chasse d’or, liés de gueules. Fondu vers 1460 dans du Breil de Rays.

Férigat Ou Fiuoat, s* de Kerguinérien, par. de Plouagat-Chàtelaudren, — de Keramel, par. de Vieuxboug de Quintin.

Réf. et montres de 1444 à 1562, dites par., év. de Tréguier et Cornouaille et par. de Cesson, év. de Saini-Brieuc D’azur au greslier d’or, lié de gueules. (Arm. de l’Ars).

Olivier, varlet et serviteur du capitaine de Cesson, réformation de 1444, garde la porte do la tour et sa femme est nourrice d’un des enfants dudit capitaine, et ne contribue point aux fouages.

Cette famille et la précédente ont la même origine.

Feiuie (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Sauveur-des-Laudes, év. de Rennes. Porte trois fermaux (Sceau 1259).

Henry, témoin d’une fondation de Raoul de Fougères à l’abbaye de Rillé en 1163. Ferragu.

Réf. de 1535, par. de Saint-Glen, év. de Dol, enclaves de Saint-Brieuc. Noël, anobli en 1486.

Ferrand, sr de Coibicor, par. d’Eréac, — du Resto, par. de Reguiny.

Réf. et montres de 1426 à 1513, dites par. et par. de Merdrignac, év. de SaintMalo et Vannes.

D’azur au sautoir d’argent, accomp. de quatre billeltes de même.(Arm. de l’Ars.) Fondu dans Berruyer.

Ferrand (orig. du Poitou), sr de Janvry, — de Villemillan, — de Vernay, — de Méré.

D’azur à trois épées d’argent, rangées en pal ; celle du milieu la pointe en haut ; une fasce d’or brochante. Devise : Pro Jide, pro rege,pro me, et aussi : Non ferient sed tuantur.

Alexandre, médecin en 1531 de la reine Éléonore d’Autriche, 2e femme de François I", père de Jacques qui servait sous l’enseigne du duc de Montpensier à la bataille de Renty en 1554, et aïeul deJean, médecin de Charles IX et d’Henri III, anobli en 1574 pour services rendus es armées à la suite du Roi de Pologne ; un abbé de Saint-Gildas de Rhuis, † 1649 ; un intendant de Bretagne en 1705 ; un pair de France de nos jours.

Ferré, sr de la Garaye, par. de Taden, — de la Villesblanc, par. de Sévignac, — de Plumaugat, par. de ce nom, — de Launay-Quinart.

Anc. ext., réf. 1668, neuf gén. : réf. et montres de 1428 à 1513, par. de Tadeu et Sévignac, év. de Saint-Malo.

D’argent à la fasce d’azur, accomp. de trois molettes de même. Jacques, secrétaire du duc en 1420 ; Pierre, sénéchal de Rennes en 1468, marié à Olive d’Angoulvent; deux conseillers au parlement en 1689 et 1723. Famille éteinte vers 1770.

Le sr de Kergérault, paroisse de Questcmbert, débouté à la réformation de 1668.

Ferré ( orig. du Poitou, y maint, en 1667), sr de la Fond, — de Frédière, — de la Lande, — du Mas, — de la Jarodie, — de la Courade, — de * Peyroilx.

De gueules à la bande d’or, accomp. de trois fleurs de lys de même. Devise : Fidèle sons la garde de Dieu.

Jean, vivant en 1450 épouse Marie Aubemelle; Thomas, auteur de la branche delà Fond, épouse en 1485 Perrette de Marbœuf ; cette branche a produit un page du Roi et deux chevaliers de Malte depuis 1756.

François, fils Pierre, auteur de la branche de Peyroux, vivant en 1520, épouse Catherine Poispaille ; cette branche a produit un lieutenant-colonel au régiment de la Reine (dragons) en 1717 et s’est alliée en Bretagne aux Rorthais, Budan, le Dali de Tromelin, Michel de Kerhorre, Rodellec et Lorgeril.

Ferret, sr de la Marche, — du Timeur, par. de Poullaouën, év. de Cornouaille. 3». Déb., réf. 1668, ress. de Rennes.

D’azur à la,tour crénelée de quatre pièces d’argent, maçonnée et ajourée de sable, accostée de deux étoiles d’or et soutenue d’un croissant de même.

Trois conseillers au parlement depuis 1672 ; un secrétaire du Roi en 1677. Fondu en 1713. dans la Bourdonnaye-Blossac.

Ferrier (du) (orig. de Toulouse). Echiqueté d’argent et d’azur.

Arnaud, conseiller au parlement de Bretagne en 1554, puis garde des sceaux du Roi de Navarre, † 1585.

Ferrière, srde la Motte-Rogon, par. de Pléboulle, — du Haut-Champ, — du Pont. Anc. ext., réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1469 à 1535, par. de Pléboulle év. de Saint-Brieuc.

D’argent à trois fers de cheval de gueules, clcués d’or. Devise: S’il se peut faire, fériez.

Jean, vivant en 1408, épouse Jeanne Rogon ; Robert, épouse en 1449 Jeanne du Chastelier.

Ferrière (de La), sr dudit lieu et de la Vaune, par. de Saint-Jean de Béré, — de Gatines, par. d’Issé, — de l’Espinay, par. d’Auverné, — de la Chaussée, par. de Maisdon, — de Vaudesalier, par. de Soudan, — de la Mabonnière, par. de Soulvache.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén. ; réf. et montres de 1427 à 1478, dites par., év. de Nantes.

D’argent à trois fers de mule de sable.

Jean, sr de Gatines, vivait en 1478 ; Robert, son fils épouse Jeanne Lorance ; Roc’h, gentilhomme de la chambre, maître des requêtes de la Reine en 1601, épouse en 1034 Renée de Montmorency-la-Neuville.

Ferrière, sr du Bussay, — de Kernoter, par. de Plouézoc’h, — de Keidonval. Déb. réf. 1668, ress. de Morlaix.

D’argent à la bande de sable, accomp. de trois corneilles de même(Arm. 1696).

François, greffier des consignations au présidial de Quimper en 1596 ; Jean-Baptiste, maire et colonel de la milice de Morlaix en 1696.

Ferrières (des), sr dudit lieu, par. deSulniac, — de Lyc, par. d’Ambon. Réf. 1427, dite par. et par. d’Ambon, év. de Vannes.

Porte gironné de huit pièces (Sceau 1380) ; aliàs : dix annelets et un lambel en chef (Sceau 1530).

Guillaume, écuyer, donne quittance de ses gages en 1380 ; Olivier, rend hommage au yicomte de Rohan en 1396.

Ferron, sr dela’Ferronnays et de Langevinais, par. de Calorguen, — de Quéhébec, par. de Plumaudan, — de la Villesmiez, — de laGratière, — du* Quengo, par. d’Irodouer,

— de la Villebouquaye, par. de Ploërmel, — des Daunelais, — de la Forest, — du Plessix, — de Miniac, — de Saint-Mars-la-Jaille, par. de ce nom, — de la Motte, par. de Maumusson, — de la Vigne, par. de Mauron.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén., réf. et montres de 1479 à 1513, par. de Calorguen et Plumaudan, év. de Saint-Malo.

D’azur à six billettes d’argent, 3. 2. 1 ; au chef de gueules, chargé de trois annelets d’or (Sceau 1371). Devise : In hoc ferro vinces.

Guillaume donne quittance à Orléans en 1371, du payement de ses gages et de ceux de trente écuyers de sa compagnie; Louis, épouse vers 1400 Philipotte Bodin ; un chevalier de l’ordre en 1563 ; trois conseillers au parlement depuis 1692; un lieutenant-général en 1731 et six maréchaux de camp depuis 1743, dont le dernier pair de France et ministre des affaires étrangères en 1828 ; un évêque de Saint-Brieuc en 1770, transféré à Bayonne en 1775 et à Lizieux en 1783, † 1799.

Quatre membres admis aux honneurs de la cour de 1752 à 1783.

Ferron, sr de Boutron, par. de Calorguen, — du *Chesne, par. de Saint-Carné, — de la Sauvagére et de Pontricoul, par. de Saint-Pierre de Plesguen, — de la VilleGuérin, — de Quénart, — de la * Vairie, par. de Saint-Solemn, — du Tertre, — de la Mettrie, — du Fournet, — de la Sigonnière, — deLaunay-Bertrand, par. dePlouasne,

— de la Bouyère, — de la Chesnaye, — de la Ville-Royer, — de la Villeaudon, — des Ormeaux.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén., réf. et montrés de 1479 à 1513, par. de Calorguen et Evran, év. de Saint-Malo et Saint-Carné, év. de Dol.

D’azur à la bande d’argent, chargée de quatre hermines de sable, le champ semé de billettes d’argent sans nombre (Sceau 1377). Devise : Sans tache, par concession d’Henri IV.

Alain, ratifie le traité de Guérande en 1381 et épouse Anne de Vauferrier ; il servit comme écuyer sous le connétable de Clisson, qui lui légua par testament un cheval et deux cents livres en 1406 ; Guillaume, évêque de Léon, † à Rome en 1472 ; un président aux comptes en 1628 ; un conseiller au parlement en 1760.

Les deux familles Ferron ont la même origine ; mais nous ne savons à laquelle des deux appartenaient : Guillaume, chevalier du Temple, mentionné dans une charte du duc Conan IV en 1160 et Payen, croisé en 1248, (Cab. Courtois).

Ferronnats (de La), voyez Ferron.

Ferté (de La), s{{e| r}} dudit lieu, par. de Plouigneau, év. de Tréguier.

D’or à quatorze billettes de sable ; au bâton de gueules, brochant sur le tout. (G. le B.).

Moderne : Acignè puis Richelieu.

Fescan, sr des Chambolz, — de Villers.

D’argent à la tour de gueules, accomp. en pointe de deux demi-vols adossés d’azur.

Jean, secrétaire du Roi en 1569 et greffier en chef criminel du parlement, anobli en 1572.

Fessart ou Feczart, sr de Mouêxigné, par. de Maroué.

D’argent au loup contrepassant de sable (Sceau 1294, Blancs-Manteaux). Olivier, accompagne le duc à Amiens en 1425.

Feu (du), sr dudit lieu et du Placé, par. de Saint-Hylaire, — de Saint-Marc, par. de ce nom, — du Bois-Ragot, — de Landécot, par. de Saint-Etienne«en-Coglais, — de la Loransais, — de la Hunelaye, par. de Saint-Ouen, — de la Bellangerie.

Ext. réf. 1669, six gén.,- réf. de 1478 à 1513, par. de Saint-Hylaire-des«Landes et Saint-Ouen-des-AUeux, év. de Rennes.

D’azur à trois ancolies d’or.

Jean, fils de Guillaume, en procès pour le fouage contre les paroissiens de Saint-Hylaire en U78. La branche de Saint-Marc, fondue dans la Villette.

Feu ou Fou (du), sr dudit lieu, — de la Louvelaye et de la Ricbardaye, par. de Montreuil-sous-Pérouse, — du Bois-Cornillé, par. d’Izé. Réf.’de 1448, par. de Montreuil, év. de Rennes.

De gueules à trois poignards d’argent, mis en bandes, la pointe en bas (Sceau 1375).

Perrine, abbesse de Saint-Georges de Rennes en 1454.

Fondu au xv« siècle dans les Jouin qui vendirent à Pierre Landais, trésorier de Bretagne, la seigneurie du Feu et les autres possessions de cette famille, dont il prit les armes.

Feudé, sr de la Boëssière, ress. de Rennes.

D’or à trois flammes de gueules (Arm. 1696).

Un avocat au parlement en 1696; un secrétaire du Roi en 1723.

Feuvre ou Fèvre (le), voyez Febvre (le).

Février ou Feuvrier, sr du Bois-Février, par. de Fleurigné, év. de Rennes. De sable au cerf rampant d’or (Sceau 1380).

Geoffroy, capitaine de la Guerche en 1370, père de Jean, marié à Guillemette Husson, dont Isabeau, dame du Bois-Février, mariée en 1431 à Simon de Langan. Tome I. 49

Feydeau, ( orig. de la Marche), de Néoux, — marquis de Brou en 1761, — srde * Saint- Christophe, — de Vaugien, — de Malmont, — de Pomponne, — de Rochefort, — du Plessix, par. deNizon, év. de Cornouaille. D’azur au chevron d’or, accomp. de trois coquilles de même.

Thomas, sr de Néoux, près Felletin en 1453, père entre autres enfants de 1° Jacques, licencié ès-lois en 1496, auteur des marquis de Brou éteints, et des seigneurs de Vaugien et du Plessix-Nizon, fondus dans Hersart ; 2° Antoine, médecin de Pierre II, duc de Bourbon, en H95 et auteur des s" de Rochefort éteints en 1600; 3° Michel, avocat au parlement, puis président au siège royal de Bellac.t 1542, auteur des s" de Saint-Christophe qui existent.

Cette famille a produit un conseiller au parlement de Bretagne en 1632 ; deux chevaliers , de Malte depuis 1647; un évêque d’Amiens † 1706; un intendant de Bretagne en 1716 et un garde des sceaux de France en 1762.

Filuol, sr de Camas.

D’azur àdeux canons sur leurs affûts, acculés d’argent, surmontés à dextre d’un vol d’aigle de même ; aliàs : d’argent à la]bande de gueules, chargée d’une bécasse de sable, accomp. en chef d’un croissant de gueules et en pointe d’une étoile de même.

Un sous-lieutenant de vaisseau en 1786 ; deux lieutenants d’artillerie au régiment de Toul en 1788 dont l’un, général de brigade en 1811 et baron de l’Empire, confirmé en 1817, père d’un colonel tué à Sébastopol en 1854.

Une famille de ce nom, maintenue en Quercy en 1699 a produit un secrétaire du Roi près la cour des aides de Montauban en 1642.

Filleul (le), sr du Pontfilleul, — de Vaucler. Déb., réf. 1669, év. de Dol.

D’argent à l’aigle de sable, acomp. de trois molettes de même (Arm. 1696). Malo, syndic de Dol en 1660.

On trouve Jacques, conseiller au parlement en 1557 marié à Marguerite de la Saussaye ; mais nous ne savons s’il appartenait à la même famille.

Fillochais (de La), sr dudit lieu, par. du Sel, — de laDollerays. — de la Grandmaison. Anc. ext., réf. 1669, sept gén., réf. de 1427 à 1513, par. du Sel, év. de Rennes.

D’argent à six merlettcs de sable, 3. 2. 1.

Cette famille portait anciennement le nom de Filloche. Perrin Filloche, secrétaire du duc Jean Y en 1421 ; Jean, vivant en 1480 épouse Jeanne Lucas.

Fillouse, sr de Lanriven près Landerneau, — de Kergorez, — de Kerambriz.

D’azur à la licorne d’argent, surmontée d’un croissant de même. (Arm. 1696). Catherine, épouse en 1668 Hervé Simon, sr de Kerbringal.

Fily, sr de Kerlagatu, par. de Saint-Mathieu de Quimper, — de Kerneis, par. de Beuzeccap-Sizun, — de Kerigou, — de Kerezmès, — deLimarec.

Ext., réf. 1669, sept gén., montres de 1481 à 1562, dites par. et par. de Pluguffan et Plonéour, év. de Cornouaille.

D’or à la fasce de gueules, accomp. de cinq fleurs de lys de même, 3. 2. Devise : Hxc lilia tincta cruore.

Hervé, vivant en 1481 épouse Louise de Kernicher. (Famille éteinte).

Filz-hcx (le), sr de la Fresnaye.

Réf. et montres de 1428 à 1513, par. de la Fresnaye et le Hirel, év. de Dol. Vairé d’or et de gueules.

Geoffroy, écuyer dans une montre d’Olivier de Mauny en 1380.

Finamour, sr du Fresque, par. de Melguen, — de Quillihouc, par. de Bannalec, — de Lanorgard, par. du Trévoux.

Déb. réf. 1670, montre de 1562, par. de Locmaria de Quimper.

De sable à trois pommes de pin d’or.

Finet, sr de Kermarec.

Déb. réf. 1671, ress. de Quimperlé.

Fiot, voyez Fyot.

Fixe (de La), sr de la Palue, par. de Saint-Houardon de Landerneau.

D’argent à une branche de myrte de sinople en pal (G. le B.).

François, bailli de Lesneven en 1632.

Fondu dans le Borgne de Trèvicly.

Flamand (le), srde la Palue, demeurant au Faou. Déb. réf. 1669, ress. de Chàteaulin.

Flambart, sr de la Barre, par. de Guipel, — de la Fosse-Hingaut, par. de Saint-Coulomb, — du Vauhériot, — de la Garenne.

Anc. ext., réf. 1668, sept gén., réf. et montres de 1427 à 1513, diles par., év. de Rennes et Dol.

D’argent à trois têtes de léopard de sable, arrachées de gueules.

Guillaume, dans une montre de du Guesclin de 1356 ; Bertrand, vivant en 1478, épouse Ivette du Hindray.

Flèche (de La) en breton Seaz, sr dudit lieu, par. de Plouider.

Réf. de 1426, dite par., év. de Léon.

D’argent à la rose de gueules, boutonnée d’or, comme Pappe.

Raoul, évêque de Saint-Brieuc, † 1335.

Fondu dans Kerliviry, puis Tromelin et par acquêt Nouvel.

Flécelles Ou Flesselles (de) ( orig. de Picardie), srdu dit lieu, — du Bois-d’Iverny,

marquis de Brégy, — vicomte de Corbeil, — baron de Sainte-Sévère, en Berry, — sr de Champgreffier, en Brée.

D’azur au lion d’argent ; au chef d’or, chargé de trois tourteaux de gueules.

Philippe, fils de Guy, médecin ordinaire du roi Henri II en t550 ; un lieutenant général des armées, † 1689; un intendant de Bretagne en 1765, prévêt des marchands de la ville de Paris, en 1788, massacré en 1789.

Fléger, sr de Lézelec, — du Ménec, — de Kerizac.

Déb., réf. 1670, év. de Tréguier.

D’azur à la bande d’argent, chargée de trois roses de gueules (Arm. 1696).

Jean, maire de Tréguier en 1696.

Fleschart, sr de Ferraud, — des Landes.

Déb., réf. 1668, ress. de Lannion.

D’argent à trois chevrons de gueules (Arm. 1696).

Charles, avocat à la cour en 1668.

Fleuriot, sr de Kergoër, — de Carnabat et du Roudourou, par. de Plouizy, — de KerIouët, de Kernévénoy ou Carnavalet et de Kerlast, par. de Quimper-Guezennec, —*de Langle, par. de Carnoët, — de Kerjégu, par. de Poullaouen, — de la Bouëxière, — de la Sauldraye, — de Coëtguéno, — de Lanven, — de Guernalio, par. de Langoat, — de Kerfichant et de Locquenvel, par. de Duault, — de Keréven, — de Kergaric, de ergrec’h, — de Kenel, — de Keraugon.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén., réf. de 1427 à 1513, par. de Notre-Dame de Guingamp et Plouizy, év. de Tréguier.

D’argent au chevron de gueules, accomp. de trois quintefeuilles d’azur (Sceau 1475), voyez Tronson. Devise : Semper florent.

Jean, vivant en 1427 épouse Isabeau de Kerleynou ; Bertrand, abbé de Sainte-Croix de Guingamp, † 1497 ; Pierre, conseiller au parlement en 1569 ; Jean, abbé de Bégard, † 1614 ; deux chevaliers de Saint-Michel depuis 1591 ; deux pages du Roi en 1753 et 1767; un capitaine de vaisseau en 1782, commandant la frégate l’Astrolabe, massacré par les sauvages dans l’expédition de la Pérouse en 1787, aïeul d’un vice-amiral en 1871 † 1886 et d’un contre-amiral en 1879.

La branche de Carnavalet fondue dans d’Acignè.

Fleuriot, sr de la Freulière, — d’Omblepied, par. d’Oudon, — de la Série, par. de Saint-Herblon, — de Juigné, par. d’Anetz.

Maint, par arrêt du pari, de 1733, cinq gén., ress. de Nantes.

D’argent au chevron brisé de gueules, accomp. de trois roses de même, tigées et feuillées de sinople.

Florimond, sr de la Série, épouse vers 1580 Marie Bélier; un page de la Reine en 1750, maréchal des logis des gardes du corps en 1784, général dans l’armée vendéenne et maréchal de camp en 1814, † 1824 ; une fille à Saint-Cyr en 1752.

Cette famille parait issue en juveigneurie de la précédente.

Fleury, sr de l’Osseyère et du Praud, par. de Couëron, év. de Nantes.

D’azur au sautoir d’or, cantonné de quatre guivres d’argent, posées en fasce. Un échevin de Nantes en 1777 ; un secrétaire du Roi en 1781.

Fleury, srdes Vaux, — du Poncel, — de la Villeroux, — de Courbois. Réf. 1669, 0 gén., ress. de Dinan.

D’azur à trois macles d’or, au croissant d’argent en abyme.

Jean, sr du Poncel, maître des comptes en 1650 épouse Julienne le Blanc ; Jean, fils d’Olivier et de Jeanne Bréchart, connétable de Dinan, anobli en 1654; un conseiller au parlement en 1687.

Fleury, sr de Lossulien, par. de Guipavas, — de Penanrun, — de Keraran.

D’azur fretlé d’argent, qui est Kerguern ; aliàs : de gueules à trois lys de jardin d’argent, tigés de sinople.

Deux secrétaires du Roi depuis 1680; un gouverneur de Quimper en 1712. Fondu dans Kerouartz.

Fliminc, sr de Kerfiziec, par. du Minihy, év. de Léon. D’azur à trois pommes de pin d’or (G. le B.).

Flo (le) ou Floc U (le), en français Ecuyee (l’) sr du Resto et de Trémelo, par. de Ciudan, —. de Ranzegat, par. de Saint-Molf, — de la Haye, par. de Saint-Dolay — du Bois-Daly, par. de Plaudren, — de Hauteville, — de Locunolay, par. de Quistinic.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén. et maint, à l’intend. en 1699; réf. et montres de 1448 à 1536, par. de Languidic et Caudan, év. de Vannes.

De gueules à trois rencontres de cerf d’or.

Guyon, rend hommage au vicomte do Rohan en 1396 ; Jean, fils Olivier, exempt de fouage par lettres du duc, ré formation de 1448, marié à Jeanne Juzel ; Olivier, fils des précédents, époux de Jeanne de Coêtquévéran, père d’Artur, marié avant 1536 à Marguerite du Pou, dame de Trémelo.

Les s" de Bréleiz, par. deDaoulaz, dont Guillaume, débouté a la réformation de 1669, paroisse de Saint-Houardon de Landerneau, ont produit un général do brigade en 1849, général de division en 1851, ministre de la guerre en 1870, ambassadeur en Russie, † 1887.

Flo (le), sr du Moustoir, de Kerloy et de Botivez, par. de Malguénac, — de la Villeneuve-Bronic, par. de Rédené. — de Branho, par. de Mendon, — de Kertanguy. Déb. réf. 1668; réf. de 1536, dites par., év. de Vannes.

D’argent à trois quintefeuilles tigées de gueules ; aliàs : d’argent à trois trèfles de sinople (Arm. 1696).

René, bailli de Quimperlé en 1666 ; Thomas-Joseph, sr de Branho, sénéchal de Quimperlé en 1696, marié a Perrine Pégasse.

Nicolas, de la paroisse de Locoal-Auray, exempt par lettres d’un demi-feu en 1418 et Simon son fils, demeurant avec Catherine sa mère, veuve, au manoir de Kergadou en 1474, dite paroisse de Locoal, paraissent les auteurs de cette famille.

Flocatte, sr de Keraven, par. de l’iuméliau.

Réf. et montres de 1481 à 1536, dite par., év. de Vannes.

Jean, anobli en 1474.

Floch (le), sr de Kergadiou, par. de Plougrescant, — de Kerbasquiou, par. de Plougasnou, — de Mezilly.

Anc. ext., réf. 1670, huitgéc. ; réf. et montres de 1428 à 1481, par. de Ploujean, év. de Tréguier.

D’azur au cerf passant d’or, comme du Val et Kerlcau.

Rivoal, vivant en 1375 épouse .lulienne Marree; Guillaume, conseiller du duc et abbé de Beaulieu † 1427 ; un gouverneur du château du Taureau en 1575. Fondu dans Coëtnempren puis VEstang.

Floc’h (le).

Réf. de 1426, par. de Pleyben et Tourc’h, év. de Cornouaille.

D’azur au chevron d’argent, accomp. de deux croissants d’or en chef et d’une molette de même en pointe.

Jean, se dit noble et se gouverne noblement; il y a plaid entre lui et les paroissiens de Tourc’h en U26.

Floret, sr de la Héronnière, par. de Merdrignac, — de Kerivy, par. d’Illifaut. Déb. réf. 1668, ress. de Ploërmel.

" Flotte (de), (orig. de Provence et Dauphiné), sr du Beuzidou, par. de Dirinon, trève de Saint-Urbain, év. de Cornouaille.

D’azur au vaisseau d’argent, flottant sur une mer de même ; au chef de gueules, chargé de trois étoiles d’or. Devise : Tout flotte.

Cette famille établie en Bretagne depuis 1750, s’est alliée aux le Vayer, Mol, Kergrist et du Beaudiez et a donné à la marine un capitaine de vaisseau en 1782, † contre-amiral.

  • Floyd (orig. d’Angleterre), sr de Tréguibé, — de Rosnéven, par. de Pestivien, — de la Yille-Cade, par. de Pordic, — dela Salle, par. de Kergrist-Moëlou, — deKervasdoué, par. du Faouët. Maint, par arrêt du conseil de 1672, ress. de Carhaix.

D’argent au chevron de sable, accomp, de trois corneilles de même, comme Collin. Devise : Invia virtuti nulla.

Rolland, sr de Tréguibé s’établit en Bretagne en 1610 et épousa Charlotte de Keromen, de la paroisse de Plougonver.

Flustres (orig. de Normandie), sr de Varennes, — de Lavau, par. de Saint-Mesme. Maint, à l’intend. en 1701, six gén., ress. de Nantes. D’or à trois annelets d’azur.

Nicolas, homme d’armes des ordonnances du Roi, épouse en 1496 Charlotte de Percy ; Hubert, écuyer du duc d’Anjou en 1570 ; Nicolas, lieutenant au gouvernement de BelleIsle en 1604.

Foc (du).

Déb., réf. 1668, ress. de Lannion. Gabriel, avocat à la cour en 1668.

Fogasse, voyez Fougasse.

Foix (de), comte dudit lieu et de Bigorre, — vicomte de Béarn, — captai de Buch, —

— vicomte de Narbonne et de Lautrec, — comte de Comminges et de Candale,

— duc de Nemours, — sr de Lescun, — baron de Langon et de Pont-l’Abbé.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’or à trois pals de gueules, qui est Foix ; aux 2 et 3 : d’or à deux vaches de gueules, accolées et clarinées d’azur, qui est Béant ; aliàs : sur le tout d’or à deux lions passants de gueules, qui est Bigorre.

De cette maison étaient : Marguerite, femme en 1472 du duc François II,- † i486 et enterrée aux Carmes de Nantes ; Pierre, son frère, abbé de Saint-Melaine de Rennes, évêque de Vannes et cardinal en 1476, † à Rome en 1490 ; Gaston-Phcebus, roi de Navarre en 1481 ; Odet, sr de Lautrec, maréchal de France en 1515 ; Gaston, duc de Nemours, † à la bataille de Ravenne en 1512 ; Thomas, sr de Lescun, maréchal de France, † à la bataille do Pavie en 1524 -Pierre, baron de Langon, marié vers 1500 à Louise, dame de Pont-l’Abbé ; Françoise, dite la belle Françoise, mariée en 1509 à Jean de Laval, baron de Chateaubriant et Jean-Roger, abbé de Saint-Mathieu en 1617.

Folie Ou Folye (de La), sr de la Maillardière, par. du Loroux-Bottereau, — de la Bigottière, par. de Chantenay.

Ref. 1446, par. du Loroux, év. de Nantes.

Porte un chevron accomp. de trois trèfles (Sceau 1417). Fondu en 1610 dans Guilbaud.

Follenay (de), sr de la Herviais, — de la Rivière, — de Crémeur, — du Chastellier,

— de la Ville-Gourio.

Ext., réf. 1669, six gén., ress. de Rennes et Saint-Brieuc. D’azur à une gerbe de blé d’or.

Jean, srde la Herviais, vivant en 1520 épouse Gillette de Tréméreuc.

Folliot (orig. de Normandie), sr d’Argences, — de Crenneville. Maint, au conseil en 1717.

D’argent au sautoir de gueules, chargé d’une aigle éployée d’or. Un président de l’élection de Valognes, anobli en 1654.

Folnays (de), sr de Kersac’h, par. de Ploubazlanec, — de Kerroc’h, — de la Ville- Pierre, (ou Kermen), — de la Garenne, — du Lohou, par. de Plouëzec.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1469 à 1543, par. de Ploubazlanec, Plouëzec et Paimpol, év. de Saint-Brieuc. D’argent à trois bandes d’azur, comme le Gonidec.

Guillaume, épouse vers 1440, Barbe de la Cuisine ; Jacques, conseiller au parlement en 1578, épouse Marguerite de Lannion, † 1594.

Fonchais (de La), voyez Clos (des). [graphic]

Fonchays (de La), sr dudit lieu, par. de Saint-Malo-de-Phily, — de Trébéheuc, du Bignon et de la Villays, par. de Guignen.

Réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo.

De vair à la croix de gueules (Sceau 1380).

Un croisé de ce nom en 1248 (cab. Courtois) ; ilacè, ratifie le traité de Guérande en 1380.

Fond (de La).

Déb., réf. 1668, ress. de Nantes.

D’azur à une fontaine jaillissante d’argent,accomp.en chef de deux lacs d’amour d’or (Arm. 1696).

Pierre, secrétaire du Roi en 1607; Bon, contrêleur général des finances de Bretagne en 1660.

Fontaine (de La), près d’Hennebont.

D’argent au lion de sinople (Arm. de l’Ars.).

Fontaine (de La), châtelain dudit lieu en 1572, près Fougères.

D’argent à trois branches de chêne englantées de sable, posées en fasces, 2.1 (Arm. de l’Ars.).

Guillaume, sénéchal de Morlaix, puis conseiller au parlement en 1557; Gillette, dame de la Fontaine, mariée à Jean d’Erbrée, conseiller au parlement en 1S78. De la famille d’Erbrée la seigneurie de la Fontaine a passé par alliance aux Volvire puis aux Guèrin de la Grasserie.

Fontaine (de La), sr dudit lieu, par. de Corps-Nuds, — de la Raignière, par. de Mélesse, — du Temple, de la Chesnelière et de Bonnemaison, par. de Châteaubourg. Réf. de 1427 à 1513, dites par. , év. de Rennes.

D’azur au chevron d’or, accomp. de trois besants de même (G. le B.), comme Jarnigan.

Fontaine (de), sr dudit lieu, par. de Langadias, — du Perquer, par. de Pleugueneuc» — de Keroni, par. de Plélan, — de la Cochais, par. de Plorec, — de la Vigne, par. de Bourseul, — de * Mervé, — de Trevenaye, — des Coutus-Gerbert.

Anc. ext., réf. 1669, six gén., réf. et montres de 1428 à 1513, par. de Plorec, Plélan-le-Petit et Mégrit, év. de Saint-Malo, Pleugueneuc etMiniac-Morvan, év. deDoI.

D’azur à la fasce nouée d’or, accomp. de trois coquilles d’argent.

Etienne, sr de la Cochais, vivant en 1428, épouse Jeanne de la Motte, dame du Perquer ; Etienne, vivant en 1513 épouse Guillemette Gallais ; un membre tué à Quiberon en 1795.

On trouve Guillaume, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; mais nous ne savons à quelle famille Fontaine il appartenait.

Fontaine (de) (orig. de Picardie, puis Touraine), sr de Verveille, — du Chaillou, — de la Morandière, — du Teil.

D’or à trois écussons de vair, bordés de gueules.

Un chevau-léger de la garde du Roi en 1669, écuyer du prince de Condé en 1683; un secrétaire des finances de la duchesse de Berry en 1714, dont la postérité s’est établie en Bretagne.

Fontaine (de La), sr du Cléray et de la Ferronnière, par. de Vallet, — du Douet- Rouaud et de la Thébaudière, par. du Loroux-Bottereau. Réf. 1430, par. de Vallet, év. de Nantes. Fondu en 1604 dans du Bois.

Fontenailles (de), sr de Trec’halon.

D’argent à la fasce jumelle fleurdelysée et contrefleurdelysée de six pièces de gueules (Arm. de l’Ars).

Jamet, de la retenue du maréchal de Rieux en 1414 ; Jean, capitaine des francsarchers et élus de l’évêché de Rennes en 1488.

Fontenay (de), sr dudit lieu, par. de Chartres, — de la Motte-au-Vicomte, par. du Rheu, — vicomte de Loyat, par. de ce nom. D’argent à trois jumelles de gueules, mises en bandes (Sceau 1403).

Amaury, maréchal de Bretagne, chambellan du duc et capitaine de Rennes de 1379 à 1409, épouse Jeanne le Vayer.

La branche aînée fondue en 1408 dans d’Acignè, d’où la seigneurie de Fontenay a passé par alliance aux Cossè puis en 1662 aux Neuville de Villeroy et par acquêt aux du Pont des Loges. La branche de la Motte-au-Vicomte et de Loyat également fondue dans dîAcignè, puis Maure, le Rouge et en 1536 Coêtlogon.

Fontenay (de).

Porte 2 fasces surmontées d’un lambel à 5 pendants (Sceau 1248). Alexandre, croisé en 1248 (cab. Courtois).

Fontenay (le).

Réf. et montres de 1423 à 1476, par. de Maroué, Plénée-Jugon et Plédran, év. de Saint-Brieuc.

D’or à l’écu en abyme de gueules, à l’orle de huit merlettes de même. comme VEspine.

Olivier, l’un des écuyers du combat des Trente en 1350 ; Olivier, prête serment au duc entre les nobles de Lamballe en 1437 ; Guillaume, homme d’armes dans une montre de 1488.

Fontenay, sr de Kerambosquer, par. de Plougonvelin, — de Lezirieuc et de Lanmoyzan, par. de Plouzané, — de Kerbrat, par. de Guisseny. Déb., réf. 1670, ress. de Lesneven.

D’argent à la fasce d’azur, accomp. de deux dauphins de même. (G. le B.). La branche de Kerambosquer fondue vers 1568 dans le Borgne.

Fonteneau, sr de Malabry.

D’azur au héron d’argent, tenant dans son bec une truite d’or (Arm. 1696). Pierre, syndic de Quintin en 1696.

Tome I. 50

Fontenelles (de), voyez Éder.

Fontenelles alias Fontenailles (de), sr de la Berterie, par. de Brielles, — de la Grimaudière, par. d’Argentré, — des Blérons, par. de Chàtillon en Vendelais.

Réf. 1513, dites par., év. de Rennes.

D’azur à la bande d’argent, chargée de trois tourteaux de gueules. (G. le B.). La branche des Blérons fondue dans Bouteiller.

Fontenelles (de), sr de Lorgerie.

De gueules à onze étoiles d’argent (Arm. de l’Ars).

Fontlebon (de), (orig. du Poitou), sr dudit lieu, — de Loptière, — de la Villè-Solon, par. de Plérin, — de la Jartière, par. de Saint-Igneuc, — de la Domneraye, par. de Plorec, — de la Lande, — de Carivan, — de Chantelou, — de la Cornays.

Anc. ext. chev. réf. 1668, huit gén. ; réf. 1535, par. de Plérin, év. de SaintBrieuc.

D’argent à 3 aiglettes de sable.

Olivier, chevalier en 1264 ; Jacques, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, au nombre des défenseurs de Rhodes en 1522; Pierre, gouverneur de Charles du Quélennec, baron du Pont, en 1561 épouse Marguerite Renaud; des capitaines de Hédé et de Québriac et des gentilshommes de la chambro du Roi Henri IV en 1590; une fille à Saint-Cyr en 1787.

Forest (de La), (orig. du Poitou), sr de Larchenaut, — de la Gesmerais, — des Chapelles, — des Aulnais, de la * Ville-au-Sénéchal par. d’Irodouer, — de la Réauté, — du Chesnay, — de la Courouse, — de Beaulieu, — de la Thébaudais.

Ext. réf. 1669, huit gén., ress. de Rennes.

D’argent à la bande d’azur, chargée de trois étoiles d’argent. Devise : Favite itellee.

Jean, vivant en 1430, épouse Jeanne Brisemont; un page du Roi en 1713; un conseiller au parlement en 1728.

Forest (de La), sr de Goasven, — de Guicaznou, de Kervoaziou, de Kersaint, du Mesgouëz et de Kernizan, par. de Plougasnou, — du Hellez, par. de Lanmeur, — de Kerroignant, — de l’Isle, par. de Moustérus, — de la Villeneuve, par. du Minihy de Léon, — de Keranroux, de Trofeunteniou et du Cosquérou, par. de Ploujean, — de Portzpoden, par. de Plestin.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén., réf., et montres de 1427 à 1543, par. de Plougasnou et Ploujean, év. de Tréguier et du Minihy, év. de Léon. D’azur à six quintef euilles d’or, 3. 2. 1. Devise : Point gesnant, point gesnê.

Jean, vivant en 1427, épouse Catherine de la Haye; Jean, abbé de Sainl^Mathieu en i486. Famille éteinte.

Forest (de La).

Réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Plouzévédé, év. de Léon.

D’azur à une quintefeuille d’or.

Cette famille parait issue en ramage de la précédente.

Forest (de La).

Porte deux cotices en bandes (Sceau 1266).

Alain, chevalier en 1266 ; Guillaume, témoin dans un accord entre Alain, vicomte de Rohan, et Henry de Kergoôt, en 1296.

Forest (de La).

D’azur à six molettes d’or; au franc-canton coupé d’argent et d’azur (Arm. de l’Ars).

Forest (de La.), sr de Kermen, év. de Vannes.

D’azur à trois tourteaux de sable (Arm. de l’Ars).

Forest (de La), sr dudit lieu, — de Languézennec, par. de Loctudy.

Réf. de 1426 à 1442, par. de Loctudy, év. de Cornouaille.

De sable à l’aigle à deux têtes d’argent, becquée et membrée de gueules, comme Fouesnant.

Jean, évéque de Cornouaille, † 1290. Fondu dans Lanros.

Forest (de La), sr dudit lieu, par. de Languidic, — de Trégarantec, par. de Meliionnec, — de Camzon, par. de Plaudren, — de Saint-Derven, par. de Plumergat.

Réf. et montres de 1427 à 1536, dites par., év. de Vannes.

D’argent au chef de sable.

Le nom ancien de cette famille est Grignon ; Henry Grignon, sr de la Forest, fit hommage au vicomte de Rohan en 1396 ; Guillaume, abbé de Boquen, -|- 1434 ; Louise, dernière du nom, mariée à Tanguy de Kermavan, mourut en 1544.

La seigneurie de la Forest a appartenu ensuite aux la Pierre puis aux Kerret.

Forest (de La) (orig. d’Anjou), sr d’Armaillé, par. de ce nom, baron de Craon, sr de Noizay et de Saint-Amadour, par. de la Selle, en Anjou, — de la Douve, par. de Bourg-d’Iré, — des Montils-Férusseau, par de Haute-Goulaine, — de la Bourbansais, par. de Pleugueneuc.

Ext., réf. 1670, cinq gén., ress. de Rennes.

D’argent au chef de sable, comme les précédents.

Jean, connétable d’Angers, père de Jacques, marié vers 1576 à Jeanne Pinot. Dix conseillers au parlement depuis 1576 ; un chevalier de Saint-Lazare en 1678 ; une abbessc de Saint-Sulpice de Rennes en 1704.

La branche de Craon fondue en 1781 dans Cossv-Brismc ; la branche de la Bourbansais et des Montils, fondue dans Lorgeril et Palys; la branche de la Douve a produit : PierreAmbroise, tué à Savenay dans l’armée Vendéenne en 1793, marié en 1769 à Etiennette Gourreau, noyée par Carrier à Nantes en 1793, dont entre autres enfants : un chevalier de Malte en 1780, un maréchal de camp en 1830 † 1854, et deux filles noyées par Carrier avec leur mère.

Forest (de La) (orig. de Bourgogne), sr du Bois-Senet, par. de Trigny, en Bourgogne, — de Trégoët, par. de Béganne.

Ext. réf. 1671, six gén., év. de Vannes.

D’argent à trois glands de sinople ; au chef d’azur, chargé de deux (aliàs de trois) molettes d’or.

Jean, flls Lancelot, épouse vers 1570 Marie de la Porte.

Forest (de La), sr de Kernivinen, év. de Tréguier.

D’or à un arbre d’azur (G. le B.)

Forest (de La), srde Lezandevez, év. de Tréguier.

D’or à trois têtes do maure de sable, tortillées d’argent (G. le B.).

Forestier (le), srde la Forestrie, par. de Corseul, — des Fossés, — du Boisgardon, par. de Ploubalay, — de la Galiotaye, — de IaJLande-Gruel, par. de Pluduno, — de la Mettrie et de l’Aumosne, par. de Cherrueix.

Anc. ext., réf. 1668, six gén.; réf. et montres de 1428 à 1535, par. de Corseul, év. de Saint-Malo, et Pluduno, év. de Saint-Brieuc.

D’argent au lion de gueules, armé, lampassé’,et] couronné d’or (Sceau 1386). comme du Breil, Bréfeillac et Léon.

Robert, vivant en 1443, épouse Marguerite Tizon; un page du Roi en 1752.

La branche de la Mettrie éteinte de nos jours.

Forestier (le), sr de Kerahuis, par. deBocqueho, — de la Ville-Quénouartz, par. de Plerneuf, — du Guern, — de Couvran, par. de Plérin, — de la Roche et du Vauguy, par. de Trégenestre, — de Brangays, par. de Saint-Donan, — du Boishardy et du Quengo, par. de Bréhant-Moncontour, — du Val, — de la Lande-Rosais, — du Fresche-Clos, par. de Pommeret, — du Closneuf, — de la Villegourio, par. de Morieux, — du Pondu, — du Joncheray, — du Vaulorin, par. de Trédaniel, — de Callac, par. de Plumelec.

Anc. ext. réf. 1669, cinq gén., et arrêt du pari, de 1758 ; réf. et montres de 1423 à 1535, par. deBocqueho, év.’de Tréguier, Plérin, Saint-Donan, Bréhant, Morieux, Pommeret, la Méaugon et Trédaniel, év. de Saint-Brieir et Trégenestre, év. de Dol.

De gueules à trois feuilles de chêne d’argent en pal, le pied en bas ; aliàs : d’argent à trois feuilles de chêne de gueules (G. G.) Voyez Forestier De La Hazaye.

Guy, vivant en 1500, épouse Françoise de Carmené ; Pierre et Mathurin, greffiers aux grands jours, de 1533 à 1543 ; Jean, chevalier de l’ordre en 1592.

La branche de Kerahuis fondue en 1589 dans Botdèru.

Forestier (le).

Porte un rencontre de cerf (Sceau 1316).

Robert, époux de Tiphaine, vend en 131G trente sols de rente à Thébaud de la Feillée, à prendre sur la cohue de Pontivy.

Forestier ( le), sr de Kervaëcet de Kerilli, par. de Trédarzec, — de Kermorzur.

Réf. et montres de 1427 à 1543, dite par., év. de Tréguier.

De gueules à l’aigle d’or.

Forestier (le), sr de la Hazaye, par. de Trégueux, — de Kermorvan.

Réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Trégueux év. de Saint-Brieuc.

D’argent aune feuille de houx d’azur en pal. Voyez Forestier De Keraiiuis.

Alain, procureur-général en 1490.

Forestier (le), sr de la Noë, — de Lesmadeuc, par. de Peuraerit-Cap, — de Kerantin.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’azur à trois noisettes d’or; aux 2 et3 : d’argent à la rose de gueules, au chef de sable ; sur le tout : de gueules au lion couronné d’argent (Arm. 1096).

Un capitaine de la milice garde-cêtes de Peumerit en 1696. Forestier (le) .

Porte une fleur de lys florencée (Sceau 1292, Blancs-Manteaux).

Olivier, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; mais nous ne savons s’il appartenait à cette famille.

Forestier (le), sr de Kervazin et de Treffles’h, par. de Plounévez-du-Faou, — de Crec’hénou, — de * Quillien et de Penhep, par. de Dirinon, — de * Kerizit, par. de Daoulas, — de Kerosven, par. de Lannilis, — de Boiséou, par. de Lanmeur, — du Cosquer et de Tréléver, par. de Guimaëc, — de Trégouadalen, par. de Plougasnou, — de Kerangoaguet, par. de Carantec.

Ext., réf. 1671, sept gén., réf. et montres de 1481 à 1536, par. de Plounévez-duFaou, év. de Cornouaille.

De sable à la bande(aliàs à trois bandes) fuselée d’argent.

Mahè, marié vers 1445 à Plézou le Trancher, père de Guillaume, archer en 1481 ; un mousquetaire de la garde du Roi, blessé à Oudenarde en 1708 et à Malplaquet en 1709.

Les sr de la Saulraye, par. de Collorec de Keramel,.par. de Plouyé, déb. réf. 1609, ress. de Châteaulin.

Forge (de La), (orig. du duché de Bar), sr d’Assouville, — d’Ambrouvilliers, — de l’Épine, par. de Couëron. Maint, à l’intend. en 1702, sept gén., ress. de Nantes.

De gueules à l’aigle d’or, accomp. d’un demi-soleil de même, mouvant du flanc dextre ; coupé d’azur à trois fascos d’argent, accomp. d’un croissant de même en chef, posé à l’angle dextre.

Valentin, épouse en 1520 Elisabeth de Prunelay.

Forgeais, sr de Serigné.

De sable à trois rencontres de cerf d’or (Arm. de l’/trs).

Forges (de), sr dudit lieu, par. de ce nom.

Réf. 1482, par. de Chàteaugiron, év. de Rennes.

Une fasce d’hermines, accomp. de trois quintefeuilles (Sceau 1380).

Robert, témoin de la fondation du prieuré de la Guerche en 1115; Robert, croisé en 1248 (cab. Courtois); Mathelin, ratifie le traité de Guérande en 1380.

Forges (de), sr du Loray, par. de Fougeray. Réf. 1450, dite par., év. de Nantes. D’or à deux fasces de gueules. Jacques, procureur-général du duc en 1454.

Forges (de), sr de la Bouére, par. de Carentoir, — de Tréguhère, par. de Saint-Ségliu, — de Kerglas, — de la Ville-Janvier, — de la Gaudinaye, par. de Glenac, — du Parc, — de Tressai, par. de Montertelot, — de la Bousselaye, par. de Rieux.

Anc. ext., réf. 1669, six gén., réf. et montres de 1443 à 1536, par. de Carentoir et Saint-Séglin, év. de Vannes et Saint-Malo.

De gueules à l’agneau pascal d’argent. Devise : Pax.

Imbert, marié à Renée de la Fouaye, rend aveu au vicomte de Rohan en 1444.

Forges (des), en breton Gouvello, voyez Gouvello.

Forget.

Ecartelé aux 1 et 4 : une main dextre apaumée; aux 2 et 3 : un fer de pique en pal (Sceau 1391, Blancs-Manteaux).

Jean, receveur général du sire de Matignon en 1391.

Forget, sr du Quenquis, de la Fontaine-Blanche et de Kerlan, par. de Saint-Martin- des-Champs, — de Kerfanéfas, par. de Plouézoc’h. Réf. et montres de 1481 à 1543, dites par., év. de Léon etTréguier. De gueules à trois croissants d’argent ; à la bordure de sable, besantée d’argent. Jean, de la paroisse de Saint-Martin, anobli en 1429.

Forget, sr de l’Isle, par. de Basse-Goulaine, — de la Becque.

D’or à l’enclume de sable, accomp. en chef de trois casques de même (Arm. 1696).

Deux échevins de Nantes en 1688 et I7i6 et deux officiers aux comptes en 1783.

Forsanz (de), (orig. de Gascogne), sr dad.it lieu, — de Gardisseul, par. de Plestan,

de Basse-Lande, — du * Houx, par. de Talensac, — de la Forest, par. de Plénée

Jugon, — de Beaufort, par. de Plerguer, — de Saint-Rieuc, — de la Roche, — de Maradran, — de la Boulaye, par. de Bruc, — de la Morinière, par. de Montauban.

Anc. ext. chev., réf. 1669, six gén., et maint, à l’intend. en 1701 ; réf. et montres de 1535 à 1569"»par. de Plestan, év. de Saint-Brieuc.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’argent à trois chouettes de sable, becquées et membrées de gueules, qui est Forsanz ; aux 2 et 3 : de gueules au lion d’argent, qui est Lomagne Aliàs : d’azur à neuf billettes d’or en sautoir, qui est Nuz.

Bernard fils Guillaume, marié en 1055 à Azeline, fille d’Odon, vicomte de Lomagne, fait une donation à l’abbaye de St-Mont, ordre deCluny en 1062 ; Gèraud, épouse vers 1236 Aspasie de l’Ile-Jourdain ; Amanieu, fils ainé $ Hugues, sr de Forsanz, en Condomois, épouse en 1467 Agnès de Montesquiou ; Pierre, puiné, capitaine des gens d’armes du sire d’Albret, s’établit en Bretagne en 1487 et substitua à ses armes celles de Jeanne Nuz, sa femme, dont il eut : Gaillard, gouverneur de Dinan et gentilhomme de la chambre du Roi François Ier en 1526, marié à Françoise James, dame de Gardisseul.

Trois chevaliers de l’ordre depuis 1590 ; un page du Roi en 1739, et un lieutenant des maréchaux de France à Hédé en 1781.

Fort (le), sr de Broons.

De gueules à la bande d’or, à la bordure de même (Arm. de l’Ars.). Antoine, auditeur des comptes en 1554.

Fort (du), voyez Galbaud. Fortécu.

Bandé d’argent et d’azur (Arm. de l’Ars).

Fortia (orig. d’Avignon), sr de Plessix-Fromentière, — du Cléreau, — de Paradis,

— d’Urban.

D’azur à la tour d’or, maçonnée de sable, posée sur un mont de six coupeaux de sinople. Devise : Tunis fortissimo, virtus.

Bernard, conseiller au parlement do Bretagne en 1556 ; Marc, premier président aux comptes en 1551.

Fortin .

D’argent au lion de gueules, tenant entre ses pattes une branche de thym de sinople.

Un major au régiment du Cap, à Saint-Domingue, en 1740, père d’Aignan, secrétaire du Roi à la chancellerie de Rennes en 1771.

Fortin (orig. de Normandie, y maint, en 1666), sr de la Hoguette. D’azur au chevron d’or, accomp. de trois molettes de même.

Un évêque de Saint-Brieuc en 1686, transféré à Poitiers en 1680, † archevêque de Sens en 1715, frère d’un lieutenant-général, tué à la bataille de la Marsaille en 1693.

Fosse (de La), sr dudit lieu, par. de Lannilis, — de la Villeneuve, — de Poulamblouc’h,

— de Kerdreus et de* Lanrial, par. de Plouescat, — de Kerandraon.

Anc. ext., réf. 1670, six gén., et maint, à l’intend. en 1704 ; réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Plouguerneau, Kerlouan, Plounéour-Trez etTréflez, év. de Léon.

D’or à la roue de gueules. Voyez Kerrosven, Pen et Rodalvez. Devise : Rotat omne fatum.

Hervé, vivant en 1503, épouse Mahotte de la Rive.

Fosse (de La), sr dudit lieu et des Chesnots, par. de Saint-Brandan.

Réf. et montres de 1423 à 1535, dite par. et par. de Plaintel, év. de Saint-Brieuc.

Porte un chef, chargé de trois besants (Sceau 1415).

Le sr du Hautmesnil, paroisse de Guer, débouté à la réformation de 1669.

Fossé (du), sr de Tréhuen, par. de Berric, — de la Motte, — d’Ozon, par. de Séné, — de Kerbourdon, par. de Saint-Patern, — de Valteville. Déb., réf. 1668, ress, de Vannes.

D’argent à trois têtes do loup arrachées de sable (Arm. 1096).

Fou (le ou Du), sr de la Roche-Guézennec et de Locmaria, par. de Mûr, — de Nerhoèt, par. de Plumergat, — de Bézidel, par. de Cléguérec, — de la Villeneuve, — de la Moinerie, par. d’Allineuc, — de la Porte, — de Beauchesne, — de Launay, — de Kerdaniel, — deCoëthardouin, par. de Moustoir-Remungol, — de Pirmil et de Noyant, au Maine, — de la Plesse, en Anjou.

Anc. ext. chev., réf. 1669, huitgén., réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Mûr, év. de Cornouaille.

D’azur à l’aigle éployée d’or. Devise : Dieu, l’honneur.

Hamon, dit Stultus, témoin d’une donation faite à Bonrepos par Alain IV vicomte de Rohan en 1204 ; Alain, mentionné dans des actes de 1293 et 1336 ; Rolland, écuyer dans une montre de 1378 ; Guillaume, vivant en U26 épouse Jeanne de la Houssaye ; un gouverneur de Pontivy en 1775.

Un membre de cette famille a été élevé à la dignité de comte en 1817.

La branche de la Roche-Guézennec fondue en 1584 dans Kervèno puis Dourbon-Malause.

Fouasse (orig. de Normandie), sr de Noirville, — de Saint-Eloi.

D’azur au chevron d’argent, accomp. en chef de deux étoiles de même et en pointe d’une rose d’or (Arm. 1696).

Un secrétaire du Roi en iti80 qui obtint ses lettres d’honneur en 1701.

Fouat (du), sr de la Bastardière, — de la Ferronnière, — de la Nofc-Marquin, — de la Nicolière, par. de la Chapelle-sur-Erdre.

Maint, à l’intend. en 1669 et 1701 par les privilèges de la mairie de Nantes.

D’argent au croissant d’azur, accomp. de trois roses de gueules.

Maurice, échevin de Nantes en 1625.

Fouays (de La). sr dudit lieu, par. de Missillac,— du Bois-au-Voyer, — de Foueznart, par. de Chàteau-Thébaud, — de Piedpain, par. de Saint-Philbert.

Réf. 1427, par. de Missillac, év. de Nantes.

D’argent, à deux farces de gueules.

Etienne, épouse avant 1575 Françoise Gaignard.

Foucaud, sr de Launay, par. de Bréhand-Moncontour, év. de Saint-Brieuc.

D’azur à une bande d’argent, accostée à dextre d’une ancre de même et à sénestre d’un soleil d’or.

René-Yves, anobli pour services de mer en 1774.

Foucault, sr de Lescoulouarn, par. de Plonéour, — de Kervégan, — de Coëtreveh, par. de ce nom, — de l’Armorique et de Keraatour, par. de Ploujean, — du Squiriou, — de Quijac et de Kerhervé, par. de Lambézellec, — du Bois-de-la-Rocbe et de Kertanguy, par. de Garlan. Réf. et montres de 1426 à 1543, dites par., év. de Cornouaille, Tréguier et Léon.

D’azur à six fleurs de lys d’argent, posées 3. 2. 1, qui est Foucault ; écartelé d’or au lion d’azur (Sceau 1403).

Jean, blessé au siège de Bécherel en 1371.

La branche aînée fondue dans Languèouëz, d’où la seigneurie de Lescoulouarn est échue par alliance aux Talhouèt puis aux Guengat ; par acquêt en 1550 aux le Coing, puis par alliance aux Lêzivy, aux du Marc’hallac’h et aux Gouandour ; enfin par acquêt en 1687 aux Visdelou.

Cette famille parait être une branche des marquis de Saint-Germain-Beaupré, dans la Marche, de même nom et armes, dont un vice-amiral de France, † 1659.

Foucault, sr de la Budorière, par. de Rouans. — de la Guérivière, — de Launay, de Chézine et de la Hautière, par. de Chantenay. Maint, au conseil en 1672, ress. de Nantes.

De sinopleau chevron d’or, surmonté d’un lion rampant de même et accomp. de trois trèfles d’argent.

Jacques, conseiller au parlement on 1598 marié à Marie Bonnier ; Charles et René, gentilshommes de la chambre en 1628; un maitre des comptes en I62L

Foucault (orig. du Berry), sr de la Loë, — de Rozay, — de la Brosse.

D’azur à la fasce d’or, accomp. de trois étoiles de même, et d’un croissant d’argent entre les deux étoiles du chef; aliàs : d’argent à la fasce de gueules, chargée de deux étoiles d’argent et accomp. en pointe de deux coquilles d’or.

Jean, conseiller puis président aux enquêtes du parlement de Bretagne en 1570, ensuite président au présidial de Bourges en 1585 ; deux maires d’Orléans en 1611 et 1643.

Fouchart, sr de la Grée.

Déb., réf. 1668. ress. de Nantes.

D’argent au chevron renversé d’azur, accomp. de trois harpes mal ordonnées de gueules (Arm. 1690).

Jean, docteur de l’université de Nantes et recteur d’icelle en 1668.

  • Fouché, duc d’Otrante, en 1809.

D’azur à la colonne d’or, accolée d’un serpent de même; l’écu semé de cinq mouchetures d’hermines d’argent.

Joseph, capitaine de navires et Marie Croiset, pèro et mère de Joseph, i:é dans la paroisse du Pellerin près Nantes en 175 i, successivement on>torien, député à la Convention, sénateur et ministre de la police sous l’Empire et la Restauration. -\ 1820 et dont la postérité est établie en Suède

Tome I. 51

Foucher (orig. du Poitou), sr de la Foucherie, — de la Fellière, — du Boisrondeau, par. de Touvois, — de Beauvais, par. d’Anetz, — de * Careil et de Bissin, par. de Guérande, — de Trévéday, par. d’Escoublac, — du Perray, par. de Saint-Herblain, — de Marzen, par. d’Assérac. Maint, par arrêt du pari, de 1784, neufgén., ress. de Nantes.

De sable au lion d’argent. Devise : Virtutem à stirpe traho.

Guillaume, vivant en 1425, marié à Antoinette do la Touche ; Hardouin, arrière-petitfils des précédents, conseiller au parlement de Paris en 1574 ; deux conseillers au parlement de Bretagne depuis 1735 ; un lieutenant d’artillerie au régiment de Toul en 1781, général de division en 1807, baron de l’Empire, puis comte sous la Restauration, -;- 1835.

Une famille de même nom et armes a été maintenue à l’intendance de Poitou en 1667 et 1699, et a possédé en Bretagne les seigneuries d’Ardennes, paroisse de Sainte-Pazanne, de la Forest et de Lenfernière, paroisse de Saint-Mars-de-Coutais, du Plessix-GuérilT. paroisse de Monnières et do la Salle, paroisse de Fresnay, par le mariage en 1516 de Joachim Foucher, sr du Gué-Sainto-Flavie, avec Marie du Croizil, dame desdits lieui.

Fouesnant (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, — de Kerdrein, par. de Pluguffan. Réf. et montres de 1426 à 1481, par. de Pluguffan, év. de Cornouaille. De sable à l’aigle éployée d’argent, becquée et membrée de gueules, comme la Forest.

Henri, devait deux chevaliers à l’ost du duc en 1294.

La branche de Kerdrein fondue dans Marion puis Marigo.

Fouenec (du) voyez Pinart.

Fougasse (orig. dAvignon), sr d’Entrechaulx, — de la Bastie.

De gueules au chef d’argent, chargé de trois roses de gueules. Deux syndics de la noblesse du Comtat Venaissin en 1G69 et 1689 ; un évéque de Saint- Malo en 1759, † 1767.

Fougerais (des), sr de Ponleniac, par. d’Évran, — de Beauregard, par. de Langon. Déb réf. 1668, ress. de Dinan et Rennes.

Fougeray (du), sr dudit lieu, par. de Saint-Meloir-des-Ondes, — de Belleslre, par. de Plerguer.

Réf. et montres de 1478 à 1513, par. de Plerguer, év. de Dol. D’azur au chevron d’or, accomp. de trois coquilles de même. Fondu dans damier.

Le sr du Moulinet, demeurant à Guingamp, débouté à la réformation de 1669.

Fougeray, par. de ce nom, év. de Nantes.

Seigneurie successivement possédée par les maisons le Bœuf, Rieux, Amboise, la Trémoille, Châteaugiron, Eaguènel, Rieux, Laval et la Chapelle ; érigée en marquisat en 1644 en faveur du sr de la Chapelle de la Roche-Giffart, tué au combat de la porte Sainte Antoine en 1652 et passée ensuite aux du Bouays de Mèneufet aux Loquet de Grandville.

Fougères, ancienne baronnie, ville et château, év. de Rennes, apanage des puînés de Bretagne.

D’or à une plante de fougère de sinople (Sceau 1100).

Mèen, fils de Béranger, comte de Rennes † 1029 ; Raoul, sénéchal de Bretagne en 1154, fit la guerre au roi Henri II d’Angleterre, se croisa en 1190 et mourut dans cette expédition ; Raoul III, croisé en 1240 et 1248, marié à Isabeau de Craon, dont : Jeanne, dame de Fougères, femme vers 1222 d’Hugues de Lusignan, comte de la Marche et d’Angoulême.

La baronnie de Fougères confisquée sur Guy de Lusignan en 1307 par le roi Philippe le Bel, fut donnée aux comtes puis ducs d’Alençon,de la maison de Valois, par qui elle fut vendue au due Jean V en 1428.

Foullé (orig. de Paris) sr de Guer, — de Marzy.

D’argent à la fasce de gueules, chargée de trois pals d’azur et accomp. de six hermines de sable, 4. 2.

Jean, président aux enquêtes en 1561; Pierre, aumônier de la reine mère, abbé de Saint-Jean-des-Prés en 1568.

Fouillole, sr de la Motte.

Déb., réf. 1670, par. de Saint-Sébastien de Nantes.

Foullon, sr des Perrières, demeurant par. de Loguivy. Déb. réf. 1670 ress. de Lannion.

Fouqce, voyez Belinaye (de la).

Foucquer ou Fouquer (orig. d’Allemagne), sr du Cardinal et de Kersallio, par. de Guérande.

D’azur à trois étoiles d’or ; aliàs : d’hermines à trois annelets de sabls; ce chef endenché de gueules.

Raoul, anobli par lettres de 1702 ; deux maîtres des comptes depuis 1759.

Fouquet, (orig. d’Anjou), sr de la Harangère, — vicomte de Melun et de Vaux, — duc

de Gisors en 1742, — marquis de Belle-Isle en 1658, — comte de Chalain en 1657,

— sr de la Bouchefolière, — comte de Largoët,. par. d’EIven.

D’argent à l’écureuil de gueules (Arm. 1696). Devise : Quo non ascendant ?

François, conti êleur de la maison du Roi en 1539, marié à Perrine le Gaigneur, père 1° do François, auteur de la branche do Belle-Isle et de celle de Chalain; 2’ de Christophe auteur de la branche de la Bouchefolière.

Cette maison a produit Nicolas, célèbre surintendant des finances, marié en premières noces à Louise Fourché, de la maison de Quéhillac, † prisonnier à Pignerol en 1G80 ; un maréchal de France, † 1761 ; deux lieutenants-généraux des armées en 1712 et 1762 ; un lieutenant-général des armées navales, † 1780 ; plusieurs présidents au parlement de Bretagne de 1593 à 1659 ; Isaac, doyen du Folgoat en 1596 et prieur de Lochrist en 1610; René, aumênier du Roi, abbé de Saint-Jacut en 1687, † 1706; un archevêque de Xarbonne, un évéque d’Agde et un archevêque d’Embrun de 1659 a 1701 ; deux membres admis aux honneurs de la Cour en 1755 et 1786.

La branche ainée éteinte en la personne du comte de Gisons, y à la bataille de Crévelt en 1758 : la branche de Chalain éteinte en 1722.

Charles, sr de la Ferronnière, et de Trédion, par acquêt de iG76, chevalier de St-Lazare en 1688, époux de Marguerite Sapin, débouté à l’intendance en 17U0, père et mère de Sylvie, dame de Trédion, mariée i° en 1707 à Jean-Baptisto de Talhoêt, sr de Bollon ; 2° en 1709 à Hyacinthe de Lantivy, sr de Kergo. [graphic]

Fouquet, sr de Kervézec et du fosquerven, par. de Taulé. — du Val, — de Penanvoaz. Anc. ext.. réf. 1670, sept gén., réf. et montres de 1443 à 1534, par. de Taule év. de Léon.

De gueules à six fleurs de lys d’argent, 3. 2. 1, au chef de même.

Jean, fils Perrot, vivant en 1503 épouse Catherine de Launaj ; un gouverneur du château du Taureau en 1577.

Fouquet (orig. d’Anjou), marquis de la Varenne en 1616, — baron de Sainte-Suzanne, au Maine.

De gueules au lévrier rampant d’argent, colleté d’azur, semé de fleurs de lys d’or.

Guillaume, écuyer de cuisine de Catherine de Bourbon, duchesse de Lorraine et de Bar chevalier de l’ordre au combat de Fontaine-Française en 1593, et contrôleur général des postes; anobli en 1598, conseiller d’Etat en 1606, père de 1° René, maréchal de camp en 1649; 2° Guillaume, évêque d’Angers en 1616; 3° Catherine, mariée en 1609 à Claude de Bretagne, domte de Vertus.

Fondu dans Champagne, puis en 1732 Choiseul-Praslin.

Fouray, (orig. d’Italie), sr de Salimbéni,— de la Granderie, — de Beauvais, par. de Saint-Colombin, év. de Nantes.

Ecartelé aux 1 et 4 : de gueules au lion d’argent ; aux 2 et 3 : de gueules à trois losanges d’argent.

Un secrétaire du Roi, puis maître des comptes en 1766.

FouncAde, bourgeois de Nantes.

De sinopleau pairie d’argent (Arm. 1696).

Fourché (orig. du Poitou), sr du Breuil, — de la Touchelais, par. de Savenay, — de * Quéhillac, de la Ville Frégon et de Villehouin, par. de Bouvion, — de la Courosserie, par. d’Héric,— de Bougail,— de Berso, par. de Saint-Gildas-des-Bois, — de la Haye, par. de Fay.

Ext. réf. 1668, 0 gén. et maint, par arrêt du pari, de 1700, sept gén., ress. de Nantes.

De sable [aliàs : parti de sable et d’azur) au chevron cl or, accomp. en chef de deux lions affrontés d’argent, lampassés et couronnés d’or, el en pointe d’une molette d’argent.

Malhurin flls Geoffroi, s’établit en Bretagne où il épousa vers 1540 Marie Cybouault, dame de Berso dont : 1° Guillaume, capitaine de cinquante hommes d’armes sous le duc deMontpeasier,tué au siège de Lusignan en 1574 ; 2° Pierre,sr de Quéhillac marié à Jeanne de Moayre, dame de la Courosserie ; Jean, auditeur des comptes en 1572, puis maître, de la création du duc de Mercœur en 1590 et maître de l’artillerie, enfin maire de Nantes en 1596, aïeul de Louise, mariée au surintendant Fouquet, dont la fille unique épousa en 1657 le duc de Béthune-Charost.

Trois conseillers au parlement depuis 1610 ; un président aux requêtes en 1771 ; un procureur-général-syndic des Etats en 1657 ; un page du Roi en 1735.

Fourni, sr de la Ville-llessac, par. de Frossay, év. de Nantes, — de la Guionnière D’azur au lion d’argent; au chef d’hermines (Arm. 1696). Charles, échevin de Nantes en 1714.

Fôureau, s{{e| r}} des Ormeaux, — de la Pirotais, par. de Cambon, - du Désert. Déb. réf. 1669, ress. de Nantes.

De sable au chevron d’argent, chargé de trois croisettes de gueules (Arm. 1696). Charles, audiencier à la chancellerie en 1603.

Fournas (orig. du Languedoc, y maint, en 1668), sr de la Brosse, — de Fabrezan, — de Truilhas, — de Belleforest.

D’argent à trois fasces d’azur; au griffon d’or, couronné d’azur, brochant.

André, sr de la Brosse, major d’Aigues-Mortes, anobli en 1615 pour services militaires sous Henri IV et Louis XIII; un chevalier do Saint-Lazare en î723 ; un chevalier de Malte en 1787.

Cette famille éteinte de nos jours, s’est alliée enBretagne aLUxKerpaên,duBotdèru et Pluviè.

Fourneaux, par. d’Availles, év. de Rennes.

Seigneurie d’abord possédée par la maison de Châteaubriant, érigée en châtellenie en 1518 en faveur de François de Broons, pannatier de la Roine ; appartenant en 1640 à François de Broons, tué en !652, époux de Gilonne d’Harcourt et possédée ensuite par les Grout.

Fournel, sr de la Fontaine, — de Servigné, par. de Gévezé, év. de Rennes. D’argent à trois bandes d’azur, à la bordure de gueules besantée d’or. Guillaume, secrétaire du Roi en 1644, anobli en 1697.

Four.net (du), sr dudit lieu, par. de Saint-Judoce, — des Ouches, par. de Trévérien,

— du Portal, — de la Guichardière, — de la Herpedaie. — de Beauch unp.

Anc. ext. réf. 1668, onze gén., réf. et montres de 1445 à 1513, dites par., év. de Dolet Saint-Malo.

D’argent à trois pelles de four de gueules.

Jean, écuyer sous le connétable du Guesclin en 1370, et au nombre de ses légataires, fut entendu dans l’enquête pour la canonisation de Charles de Blois en 1371 et épousa Honorée du Boudon. (Famille éteinte de nos jours).

Fourmer, srdesRoches, — du Rignon, par. d’Irodouer, — de Kervéguen, par. de SaintCaradec-Trégomel, — de la Ville-Davy, — de la Roche-Botherel, — deTrélo, par.de Carentoir, — du Petit-Bois, par. de Renac et baron de Renac, —sr de la Mineraye,

— du Val-Hamon, d’Allerac, de la Barbarinaye et de la Vallée, par. de Saint Just,

— de *Pellan et de Cambara, par. de Maure, — des Granges, — de l’Espinay, — du Roscouèt, — de Marsac, — de la Ville-Néan, de Tréguédas et de la Bouéxière, par. de Comblessac, — de Saiut-Maur, — de Beauregard, de Lauaay-Saint-Pern, par. de Romillé, — de la Bodraye, — du Temple, —’ de la Braise.

Anc. ext., réf. 1659, huit gén., et maint. à l’intend. en 1708, réf. et montres de de 1448 à 1513, par. d’Irodouer, év. de Saint-Malo et Saint-Caradec-Trégomel, év. de Vannes.

D’argent au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d’or ; à la bordure ungreslée de sable, chargea de huit basants d’or. D3\’is) : Nec tactus abibis.

Adam, dans une montre d’Olivier de Clisson on 1370 ; Edouard, marié en 1413 à Jeanne du Breil, père de Jean, marié en 1 480 à Perrine do Kirthsnay ; un conseiller au parlement en 1775 ; un maréchal de camp en 1815.

Fourmer, sr de Chevasné, par. de Riaillé, — de la Pierre-Mélière, par. de SaintGéréon, — du Rouzeray et de la Petite-Rivière, par. de Varades, — du Bois-Moreau, par. Saint-Herblon, — de la Garenne, — de la Pinsonnière, par. de Mésanger,— de Limur, de Tharon et de Bougon, par. de Saint-Père-en Retz, — de la Galmelière, de la Herbetière, de la Rivière-Péan et de la Rigaudière, par. de Moisdon, — de Beaumont et de la Hunaudais, par. d’Issé, — du Mesnil, par. de Ligné, — de la Guérinière, de Lancerre, de la Journalière, de * Bois-Ayrault et d’Oyron, en Anjou, de Verrières, en Poitou.

Maint, réf. 1669, 0 gén., par les privilèges de la mairie de Nantes ; et anc. ext. arrêt du pari, de 1753, neuf gén. ; réf. de 1427 à 1513, par. de Riaillé et SaintHerblon, év. de Nantes.

De gueules (aliàs : d’azur) à la bande dentelée d’or, accostée de deux molettes de même (Sceau 1450).

Thomas, auditeur des comptes en 1405 ; Jean, sr do la Guérinière, licencié ès lois, juge d’Anjou en 1437 et procureur du comte de Penthièvre dans un acte de 1450, marié à Jacquette Cholet.

Michel, petit-fils des précédents/auteur des seigneurs de la Galmelière, obtint lettres d’abolition en 1485 pour sa participation à la mort du trésorier Laudais ; cette branche a produit un maire de Nantes en 1654 et s’est fondue dans les Visdelou de la Ville-Théart.

Guillaume, frère puinc de Michel, échevin d’Angers en 1522, marié à Hélène Ayrault auteur des seigneurs de Bois-Ayrault en Anjou, maintenus par lettres-patentes de 1702 et par arrêt du conseil de 1755.

La seigneurie d’Oyron a été instituée en majorât au titre de baron par lettres de 1818. Un officier aux chasseurs d’Afrique, tué à l’ennemi devant Sédan en 1870.

Fournier (orig. de Paris).

D’azur au gerfaut d’argent, empiétant un héron volant d’or. Gabriel, conseiller au Châtelet, puis au parlement de Bretagne en 1581.

Fournier, sr du Bois-au-Voyer, — de la Chasteigneraye.

Bertrand, secrétaire du Roi en 1725, + 1739; un maître d’hêtel de la Reine, j 1749 et un volontaire au combat de Saint-Cast en 1758.

Fournie» (orig. du Berry), maint, dans la généralité d’Oiléansen 1669;, sr de la Noue, — de Varennes, — de Bois-Marmin, - de* Bellevue, -dela Chapelle, — des Salines. Maint, par arrêt du conseil en 1788. De sable au chevron d’argent. Devise : Ne furori. Jean, épouse en 1483 Louise d’Orléans, de la maison da Rëre.

Cette famille alliée en Bretagne aux Ferron, de Lys, Iluchel, Mouësan et Gouvello, ;i produit plusieurs officiers supérieurs et un lieutenant de vaisseau en 1705, tué dans un combat sur le vaisseau la Ville de Paris en 1782.

Fournier (orig. de Nantes).

De gueules à l’église de Saint-Nicolas d’argent, la flèche surmontée d’une croi d’or; au chef d’argent, chargé de cinq mouchetures d’hermines. Un évêque do Nantes en 1870 -J- à Rome en 1877.

Fournoir, sr du Quélennec, par. de Languidic, — de Barach, par. de Ploërdut.

Ext. réf. 1668, six gén., réf. et montres de 1481 à 1536, par. de Languidic, év. de Vannes. D’azur à trois coquilles d’or, comme Rolland. Rolland, vivant en 1481 épouse Jeanne Juzel.

La branche de Quélennec fondue vers 1650 dans du Boudiez ; la branche de Barach fondue dans le Moine.

Forssier (orig. d’Anjou), —sr de la Cassinerie. D’azur à trois trèfles d or. Un maître des comptes en 1761.

Fuaboulet, sr du Guiben, par. de St-Caradec, — de Lanoster, — de Manéguen, — de

  • Kerléadec.

Déb., réf. 1669, ress. d’Auray.

Un général de brigade en 1866, depuis divisionnaire; un colonel d’infanterie blessé mortellement à la bataille de St-Privat, mort à Metz en 1870.

Fradin (orig. de Poitou) sr de Malmouche, — de la Vigerie, — de * Relabre.

De gueules à trois fers de pique d’argent (Arm. 1696) ; aliàs : d’or au chevron de gueules, accomp. de trois grappes de raisin de sinople.

René, maître des comptes de Nantes en 1602 ; Charles, président au siège royal de Civray et Pierre, maire perpétuel de la même ville en 1697 ; Marie-Catherine, veuve en 1697 do François de Marconnay ; un lieutenant général delà sénéchaussée de Civray en 1776, marié à Jeanne Albert, fille d’un conseiller en la sénéchaussée de Civray; un souslieutenant de vaisseau en 1787.

Frain, sr d’Yffer, par. d’Acigné, — de la * Villegontier, par. de Parigné, — du Chesuay, — de la Marqueraye, — de la Tindraye, — de la Vrillière. Maint, réf. 1669, 0 gén. ress de Rennes.

D’azur au chevron d’argent, accomp. en chef de deux rencontres de bœuf d’or, et en pointe d’un croissant de même.

Guillaume, l’un des témoins élus et jurés, pour la réformation des fouages de Cesson en 1513 ; Bonaventure, huissier à la cour du parlement en 1590 ; Sébastien, avocat du Roi au présidial de Rennes en 1593, puis sénéchal de Fougères, auteur de commentaires sur la Coutume, anobli en 1624, marié à Marie de Luxembourg, dame d’Yffer. Un pair de France, en 1819, élevé au titre de comte.

Les s" de la Motte et de la *Gaulairie, par. de Pocé, de même nom et armes, ont produit Pierre, bourgeois de Vitré, poursuivi comme ligueur par le sénéchal de Rennes en 1590, bisaïeul de Jean, procureur fiscal et avocat général de la baronnie de Vitré en 1687.

Franc (le), sr des Coutures, — du Verger. Déb. réf. 1669, ress. de Lamballe. [graphic]

FflanCBOIs ( du).

D’argent à la croix de gueules (Arm. de l’Ars).

  • France (ne),srdudit lieu, par. de Guignen, — dela Billais,— des Touches,— des Vergers, — de la Bouëxière,— de Pléduc, — du Chaussy, — de Feunteniou, — comte de Landal en 1716, par. de la Boussac, — sr de la Foresterie, par. d’IIérie, — de la Croisille, par. de Saint-Symphorien, — de Coatcausel, — de la Blesruais.

Anc. ext. chev.,réf. 1668, huit gén.,réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Guignen, év. de Saint-Malo.

D’argent à trois fleurs de lys de gueules, comme le Bel et Cargouèt. Pierre et Olive sa iemme font une fondation à St-Aubin des Bois on 1249.

Guillaume, marié en 1362 à Jeanne de Lohéac; Jean, fils des précédents, épouse Isabeau de Sévigné ; Jacques, conseiller au parlement en 1589, père de Jean, chevalier de Malte en 1580, gentilhomme de lachambre du Roi en 1606; une fille à St-Cyretun page du Roi en 1729.

La branche de Landal fondue en 1780 dans du Breil.

Franchet, sr de la Bosselaye, par. de Mordelles, — de la Haye, par. du Rheu,— de la Touche, — du Tertre, par. de Saint-Sauveur-des-Landes, — de l’Aumosne, par. de Cherrueix, — du Domaine.

Anc. ext., réf. 1669, septgén. ; réf. de 1427 à 1513, par. de Mordelles et le Rheu, év. de Rennes. D’azur au lion d’or, lampassé de gueules ;

Pierre, vivant en 1513, épouse Simone de Cherrueix ; un conseiller au parlement en 1622. La branche de l’Aumosne fondue en 1610 dans Uguet.

  • Francheville (de), (orig. d’Ecosse), srde Trémelgon, par. d’Ambon, — de Truscat, par. deSarzeau, — de la Villatte, par. de Nozay, — des Douettes, — du Pelline;’, par. de Canihuel, — de Québriac, par. de ce nom,—de la Motte-Olivet et du Bois-Ruffier, par. de Plerlin, — du Plessis-Josso et de Salarun, par. de Theix, — de la i hapelle-Launay, par. de ce nom.

Ane. ext., réf. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1536 à 1535, par. d’Ambon et Sarzeau év. de Vannes.

D’argent au chevron d’azur, chargé de six billettes percées d’or.

Pierre, établi en Bretagne à la suite de la duchesse Isabeau d’Ecosse en 1142, naturalisé en 1 i77, échanson du duc François I" et fait prisonnier il la bataille de St-Aubin-ouCormier en 1488. De son mariage avec Marguerite do Trélan, fille de Jean, grand-veneur de Bretagne, il laissa deux fils : 1° Etienne, auteurs des seigneurs de Truscat ; 2" Jean, capitaine de Sucinio en UE0.

Guillaume, auditeur des comptes en 1551, avocat-général en 1575; Jean, chevalier de l’ordre et maitre d’hêtel du Roi en 1630 ; Pierre et Louis-Hercule, abbés de Saint-Jaeut de 1616 à 1G87 ; Catherine, fondatrice des dames de la Retraite on 1664 ; Daniel, évêque de Périgueux et abbé de Tréport en 1691 ; trois avocats-généraux au parlement et deux présidents à mortier depuis 1664.

François (le), sr de Molleville.

Déb , réf. 1669, ress. de Nantes.

Echiqueté d’argent et de sinople, au cerf passant d’or brochant.

François, sr de la Fruitière, de la Garenne et de la Vignauderie, par. de Rouans, — de la Gourtière, — de la Vieuville.

Echiqueté d’or et d’azur, à trois coqs de sable posés en pal, brochants (Arm.i696). Trois maîtres des comptes depuis 1718.

Franquet, sr de Crec’hanton, par. du Minihy de Léon, — de Kerbrat. Déb., réf. 1668, ress. de Morlaix.

D’azur au lion d’argent, lampassé de gueules ; au franc canton d’or plein (Arm. 1696).

Franquetot (orig. de Normandie, y maint. *n 1598), sr dudit lieu, — de Saint-Jores, — d’Auxais, — de Cretleville, — ducdeCoigny en 1747, —marquis de la Moussaye, par. de Plénée-Jugon, — baron de Névet, par. de Plogonnec, — sr de Lezargant, par. de Plounévez-Porzay, — de Monlbourcber, par. de Vignoc, — marquis du Bordage, par. d’Ercé, près Gosné, — baron du Juch, par. de Plouaré, — sr de Launay, par. de Brélévenez.

De gueules à la fasce d’or, chargée de trois étoiles d’azur et accomp. de trois croissants d’or. Devise : Post prœlia prxmia.

Robert Guilloto, dit Franquetot, vicomte de la juridiction deCarentan, et Thomas, son fils, greffier de Coutances, anoblis en 1543, quittèrent le nom de Guillote, en 1576.

Cette famille, alliée aux Gouyon, aux Montbourcher et aux Nèvel, a produit doux maréchaux de France en 1734 et 1816; deux membres admis aux honneurs de la cour en P31 et 1733 et. s’est éteinte en 1865.

Fraval, sr de Crénibuel, par. de Silfiac, — de Locmaria, par. de Séglien, — du Paradis, par. de Langoëlan, — de Kervégant, par. d’Arzano, — de Kerbastic, par. de Guidel, — de Kergiom, par. de Lignol, — de Kernazic, par. de Ploèrdut.

Réf. et montres de 1448 à 1536, dites par., év. de Vannes, par. de Saint-Thuriaff de Ouintin, év. de Saint-Brieuc, et Bourbriac, év. de Tréguier.

De gueules à la croix endentée d’argent (G. le B.), comme Coctgoureden et Phélippes.

Geoffroi, écuyer de la compagnie de Pierre de Rostrenen au siège de Brest en 1373 ; Alain, rend hommage au vicomte de Rohan en 1396 ; Riou, homme d’armes, armé pour le recouvrement delà personne du duc en 1420 ; Geoffroy, appelé à la montre de 1469 à Quintin, excusé, pour ce que le sire de Quintin a dit qu’il étoitde sa maison ; Louis, archer à la montre du maréchal de Rieux, reçue à Saint-Quentin en Vermandois en 1505. La branche de Crénihuel fondue vers 1616 dans Rogon; la branche de Kervégant fondue dans Geoffroy.

Les s" de * Coatparquet, paroisse de Goarec, de même nom et armes, ont produit : Jacques, fils de Louis et do Louise le Bris, sénéchal des juridictions de Robien, la Villemainguy et la Coste, marié en 170! à Marie Rouault.

Frédot, sr du Chesnay, par. de Caulnes, — du Plantys, — de la Haye.

Déb. réf. 1668, év. de Saint-Malo, anobli ou confirmé en tant que besoin, en 1823. D’argent au piège de vénerie de gueules, accomp. en pointe de deux croissants affrontés de même.

Tome I.

Frémeur ( de), voyez Pierre (de La). Fréminville (de), voyez Poix (de La).

Frémont, sr des Croix, par. de Sautron, — du Bouffay, par. de la Chapelle-sur-Erdre,

— du Mottay, par. de Saint-Père-en-Relz, — de la Bourdonnaye. Maint, à l’intend. en 1669 et au conseil en 1722, ress. de Nantes.

D’azur au croissant d’argent, surmonté d’un cœur d’or; au chef cousu de gueules, chargé de trois étoiles d’argent.

Jacques, maire de Nantes en 1679 ; un inaitre et deux auditeurs des comptes depuis 1705, dont le second obtint lettres en 1722 pour se nommer du Boisfrémont.

On trouve des Frémont exempts de fouages, reformations de 1427 à 1513, paroisse de .lanzé, évêché de Rennes.

Frère (le), sr de Bellisle.

D’azur à uneétoiled’argent; au chef d’or, chargé d’une croisette pattée de gueules.

Charles, sénéchal de Vannes, conseiller aux Grands-Jours, puis au parlement en 1554 et président a mortier en 1558, marié en 1525 à .leanne Censier, veuve de Nicolas de la Tullayo.

Fresche (du), sr dudit lieu et de Launay-Pinel, par. de Renac, — de la Cossais et de Ville-Orion, par. de Carentoir, — du Perret, de Toulan et du Coudray, par. de Nozay,

— du Foix-des-Bois, par. de Derval, — de la (îiraudais, par. de Bains.

Anc. ext., réf. 1669, neuf gén.; réf. et montres de 1427 à 1544, par. de Renac et Carentoir, év. de Vannes, et Derval, év. de Nantes.

D’argent à trois lapins de sable.

Jean, fils Pierre, sr de Launay-Pinel, vivant en 1427, prisonnier des Anglais à la bataille de Pontorson en 1426, père d’Hector, marié à Jeanne Chastelier.

Freslon (ramage de Bolherel d’Appigné), sr de la * Freslonnière, du Boisbriand, et vicomte de Méjusseaume, par. du Rheu, — sr de Saint-Aubin, par. de ce nom, — de la Baudière, — de la Touche, par. de Trébry, — de Saint-Léau, — de Beauséré, — du Bois-Hamon, par. de Domloup, — marquis d’Acigné, par. de ce nom, — sr de ia Piquelaye, par. de Mouazé.

Anc. ext. chev., réf. 1668, dix gén., réf. de 1427 à 1513, par. du Rheu et SaintAubin-d’Aubigné, év. de Rennes.

D’argent à la fasce de gueules, accomp.de six ancolies d’azur, tigées de gueules a. 3.

Guillaume, mentionné dans une charte de Raoul de Fougères en 116.1 ; Pierre, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Jean, épouse vers 1285 Catherine Eder ; Bertrand, écuyer du duc au siège dePouancé en 1432 ; Pierre, tué à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier en 1488 ; plusieurs conseillers au parlement et un président à mortier depuis 1633 ; Jean, sr de Saint-Aubin, emprisonné par le duc de Chaulnes aux Etats de Vitré de 1673 pour ses protestations en faveur des immunités de la Bretagne ; un brigadier d’infanterie, † 1753 ; un abbé de Sainte-Croix de Guingamp de 1762 à 1790; un abbé de Saint-Nicolas-des-Prez, diocèse de Verdun, en 1756; une flllc à Saint-Cyr en 1753 ; un chevalier et deux baillis ’ de Malte depuis 1756, dont l’un commandeur de la Feuillée et général des galères de Malte, admis aux honneurs de la cour en 1782.

La branche d’Aeigné fondue vers 1729 dans Talhouët de Bonainour. La brandie de SaintAubin éteinte en 1884.

  • Fresnais, sr de laRichardais, par. do Juigné, — de la Briajs, de Fteaumorit et de Lévin, par. de Saint-Julien-de-Vouvantes.

D’or à trois rameaux de frêne de sinople ; aliàs : d’or au frêne de sinople, sommé et accosté de trois merlettes de sable, posées i et 2 ; (Sceau 1748). Devise : Tutus sub ramis.

M* René, sr de la Richardais, avocat en parlement, sénéchal de la Motte-Glain en 1730. épouse Catherine-Bonaventure-Renée Bautrais, de la par. de St-Julien.

Un maire de Chfiteaubriant, député de cette ville aux Etats de 1778, père d’un chef de division de l’armée vendéenne, décapité en 1794; un chevalier de l’Empire en 1809.

On trouve Pierre Fresnais, queux et serviteur d’Anne et d’Isabeau de Bretagne, filles du duc François, qui obtint de ce. prince en 1485 lettres de franchise et exemption, confirmées par Louis XII en 1510, pour sa terre de Lorgeray, paroisse de Joué; Pierre, arquebusier à cheval, appelé à l’arrière-ban de Nantes en 1544; mais nous ne savons s’ils appartenaient à la famille qui précède.

Fhksnay (de) ou Fresnoy (de), sr dudit lieu, par. d’Issé, — de Trupel, par. de Montrelais, év. de Nantes.

Porte une fleur de lys (Sceau 1270, Blancs-Manteaux) ; aliàs : semé de fleurs de lys, et un franc quartier (Sceau 1352).

Nicolas, ’fait don en 1160 à l’abbaye de Saint-Florent, de la terre de Trosnaye et de la dime à prélever sur les marchandises de Saint-lulien-de-Vouvantes ; Gèdoin et Payenson frère, témoins dans un accord entre les moines de Suint-Serge et quelques seigneurs en 1160 ; Philippe, donne quittance de ses gages et de ceux des gens d’armes de sa compagnie en 135?.

Fresnay (du) (ramage de Blaia), sr dudit lieu, par. de Plessé, — deQuenhoët, par. de Saint-Jean-Brévelay,—de Coëtcodu, par. de Langoëlan, — de Meslan, par. de ce nom, — baron du Faouët et sr de Barégan, par. du Faouët, — du Plessix, par. de Bannalec, — de Kerbiquet, par. de Gourin, — de Lezivy, par. de Combrit, — de Keranquelven. — de Keraulret, — de Kergonan.

Ane. ext. chev., 1668, huitgén..; réf. et montres de 1481 à 1536, par. de SaintJean-Brévelay et Langoëlan, év. de Vannes.

De vair plein; aliàs : au croissant de gueules brochant (Sceau 125i).

Hervé de Blain, fils Guëgon, épouse vers 1225 Constance, dame de Pontchateau, dont : 1" Eudes, dit du Pont, et Guillaume, sire du Fresnay, qui firent un accord avec Olivier de Olisson, leur frère utérin, en 1254; Robert, croisé en 1248 (cab. Courtois); Jean, homme d’armes, armé pour le recouvrement de la personne du duc en 1420, marié à Eléonore de Rosmadec ; un conseiller au parlement en 1651.

La branche aînée fondue en 1250 dans Volvire ; la branche de Keranquelven éteinte en 1738.

Frksnaye (de La), vicomte dudit lieu et sr de la Minière, par. de Reminiac, — de la Pommeraye, par. de Caro, — de la Villefief, par. d’Àugan, — de Coëtuhan, par. de Noyal-Pontivy.

Ext. réf. 1670, sept gén. ; réf. et montres de 1479 à 1513, par. de Reminiac, év. de Saiût-Malo.

D’argent à trois branches de frêne de sinople.

Cette famille portait anciennement le nom de Macé; Payen Macé, sr de la Fresnaye, anobli en 1471, marié à Jeanne des Grées ; un lieutenant des gardes de la Porte en 1663. La branche de la Villeflef fondue dans l’Archer, puis Charbonneau. (Famille éteinte).

Fresne, (du), sr de* Virel et du Vieux-Bouëxic, par. de Renac, — de la Gaudelinais, par. de Saint-Malo-de-Phily, — de la Fonchays, par. de Guiguen, — de la Rivière, — de Launay, — de Saint-Gilles, — du Plessis-au-Chat, — du Plessix-Prévallée, — par. de Saint-Aubin-des-Châteaux, — de la Tiollaye.

Anc. ext. réf. 1668,0 gén., réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Vannes et Saint-Malo.

D argent à la fasce de sinople, accomp. de trois feuilles de frêne de même.

Robert, sr de Virel, vivait en 1426 et 1443 ; un capitaine de Chateaubriant en 1597 ; deux conseillers au parlement en 1746 et 1786.

Fhesne (dû), sr de Restrouallan, par. de Plouguernevel,— de Kerbardoul et de Kersal, par. de Saint-Caradec, — de la Ville-Boschet, — de * Kerlan, par. de Plésidy, — de Kerouazou, — du Carpont, — de Keriolet, par. de Laniscat, — de Goasfromeut et de Kergolleau, par. de Plouëzec.

Ane ext., réf. 1669, quatre gén. ; réf. et montres de 1448 à 1562, par. de Plouguernevel, Saint-Caradec et Laniscat, év. de Cornouaille : D’or au (rêne arraché de sinople (Sceau 1299).

Geoffroi, caution d’Alain, vicomte de Rohan en 1299 ; Jean, vivant en 1536, épouse Guillemette Garmel.

Fresne (du) (orig. de Normandie, y maint, en 1463), sr de la Ville-Herbe, — de la Vallée, — du Colombier, — de Saint-Louis, — des Sauldrays, — du Domaine, — du Bois-Sauvage, — de Champs-du-Bois, — du Pont, — des Landes, — de Beaumer, — de la Fontaine, —. du Clos, — de Keridrivin, par. de Servel.

Anc. ext., réf. 1669. neuf gén., et maint, à l’intend. en 1699, ress. de Lannion et Saint-Malo.

De sinople au chef endenté d’or, chargé de trois tourteauxde gueules.

Philippe, vivant en 1433, épouse Hélène de Guéhébert ; Pierre son fils, de la paroisse do Cahagnes, élection de Vire, vivant en 1463, épouse Colette d’Amphernet.

  • Fresneau. sr de la Couronnerie, par. de Carquefou, — de la Templerie, par. de Château-Thébaut, — de la Blanchardière et de l’Ebaupin, par. de Vertou.

D’argent au frêne arraché de sinople, accosté de deux étoiles d’azur.

Un échevin de Nantes en 1686 ; plusieurs auditeurs et maîtres des comptes depuis 1695 un général dos finances en 1727 ; un trésorier de France en 1774 ; un signataire des protestations de 1788.

Frétat (orig. d’Auvergne), sr de Boissieux, — de Sarra.

D’azur à deux roses d’or en chef en un croissant d’argent en pointe.

Pierre, président en l’élection de la Basse-Auvergne, anobli en 1576 ; un lieutenantgénéral des armées du Roi, † 1739; un capitaine de vaisseau, puis évêque de Saint-Brieuc, + 1720 ; un évêque de Tréguier, puis de Nantes, † 1783.

Fretay (du), voyez Halna.

Fretay, par. de Pancé, év. de Rennes.

Seigneurie successivement possédée par les Bois-Eamon et les Marzélière et érigée en vicomte en 1578 en faveur de Renaud de la Marzelière ; voyez La Marzeukre.

Fretays (de La), sr dudit lieu, deBoyé et de Quilhèdre, par. de Mauron, — de la Ville-Geffroy, par. d’Illifaut, — de la Gravelle, par. de Saint-Onen-Ia-Chapelle.

Anc. ext., réf. 1669, huitgén., réf. et montres de 1426 à 1153, dites par., év. • de Saint-Malo et Dol.

De gueules à l’épervier perché d’argent, grilleté et longé d’or, comme Guihart. Jean, épouse vers 1459 Perrine de Trécesson.

Cette famille portait jusqu’en 1400 le nom de Guihart, conservé par d’autres branches-, voyez Guihart.

Fréval (de) (orig. de Normandie, y maint, en 1463, 1598 et 1666), sr de Fresnes, — du Manoir. Ext. arrêt du conseil de 1774, neuf gén.

D’azur au dextrochère ganté d’argent, tenant un épervier de mAme, becqué et onglé d’or.

Frey (orig. de Normandie), sr de Neuville.

D’argent à une cotice de gueules, accomp. de deux vols de même (Arm. 1606). Un maître des comptes en 1786.

Frinandour, par. de (juimper-Guézennec, év. de Tréguier.

Seigneurie et château assiégé par Clisson on 1393, successivement possédés par les familles Avaugour, Kergorlay, Montfort et Laval.

Frion, sr du Vaupatry, par. de Plémy, — de la Villejoucquel, par. de Quessoy, — de la Vieuville, par. de Saint-Alban.

Déb., réf. 1666; réf. et montres de 1423 à 1513, par. de Plémy et Quessoy, év. de Saint-Brieuc.

D’azur à six macles d’or; au franc quartier de sable, chargé d’un croissant d’argent (Arm. 1666).

Olivier, prête serment au duc entre les nobles de Moncontour en 1437.

Fbogeray, sr de Saint-Maudé.

De gueules à la fasce d’argent, chargée d’un rameau de fougère couché de sinople, accomp. de trois besants échiquetés d’or et de sable. Jean, secrétaire du Roi en 1627 ; un député d’Auray aux Etats de 1786.

Frogier, sr de Lourme.

Déb. réf., 1668, par. de Lanriec, év. de Cornouaille.

D’azur à deux mondes d’or (Arm. 1696).

Fhogier (orig. d’Anjou), sr de Pontlevoy.

Maint, par arrêts des aides de Paris en 1642 et du pari, de Bretagne en 1742, six gén., et admis aux États de 1760.

D’azur à deux gerbes d’or.

François, juge des traites foraines d’Anjou, marié vers 1630 à Claude Ernoil, dont : Jean-Baptiste, époux en 1661 de Françoise Louvart, père de Jean, lieutenant des vaisseaux du Roi, qui s’établit en Bretagne en 1693, où il épousa Louise le Moine, de la maison de Kerguézangor.

Frollo, sr de Kerlivio, — de Keranguen, — de Kerganet, ress. de Quimper.

D’azur au sautoir alésé d’or, cantonné de quatre macles d’argent, aliàs : d’or h. trois quintefeuilles d’azur (Arm. 1696).

Yvonne, dame de Keranguen, mariée en 1659 à François de Trémie, sr de Keranyzan, portait les premières armes.

Froment, sr de Mouchy-le-Vicomte.

Deb., à l’intendance en 1707.

D’argent à la gerbe de sinople ; au chef de gueules, chargé de trois étoiles d’argent (Arm. 1696).

Fromenteau, par. de Vallet, év. de Nantes, marquisat en 1760, en faveur du sr Barrin, voyez Barrin.

Fromentières (de), (orig. du Maine), sr de Montigny, — du Meslay.

D’argent à deux fasces de gueules (Sceau 1380).

Jean, chevalier, reçoit une montre en 1380 ; Joachim, chevalier de l’ordre en 1604.

Fromont (de), sr de la Hallegrouyère, év. de Saint-Brieuc.

D’azur à trois épis liés d’or, un en pal et deux en sautoir.

Fondu vers 1650 dans la Fruglaye.

Frontault.

Déb. réf. 1668, par. de Glomel, év. de Cornouaille.

Frossay, paroisse et seigneurie, év. de Nantes, érigée en marquisat en 1764, en faveur du sr d’Espineze, voyez Espinoze (d’).

Frost (du), sr dudit lieu, du Hellan et des Chapelles, par. d’Irodouer, — de la Giraudais, par. de Bédée, — du Breil-Samin, par. de Langan, — de la Gesmeraye, par. de Médréac

Anc. ext., réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1449 à 1513, par. d’irodouer et Bédée, év. de Saint-Malo.

D’argent à trois têtes de coq de sable, crêtées et barbelées de gueules. Guyon, vivant en 1479, épouse Guillemette de Brays.

Frotet, sr de la Bardelière, — des Landelles, — de la Beurais, — de Saint-Thual, par. de ce nom, — de Saint-Père, par. de Saint-Père-Marc-en-Poulet. Maint, au conseil en 1701, ress. de Saint-Malo.

D’argent à la barre de sable, chargée de trois besants d’argent et accomp. do trois croissants de gueules.

Colas, époux en 1548 de Jocelyne Maingart, père et mère de : Michel, capitaine ligueur, qui s’empara des châteaux de Saint-Malo et de Pontbriant en 1590 ; deux maitres des comptes de 1617 et 1632 ; Olivier, chanoine de Saint-Malo et abbé de Boquen en 1617.

Frotin, sr de Mainbieu.

Déb., réf. 1668, ress. de Rennes.

D’azur à un cygne nageant sur une rivière et accomp. de trois pattes de lion le tout d’argent (Arm. 1696).

Frotté (orig. de Normandie, y maint, en 1599 et 1666), sr de Couterne, —’de la Rimblière, — des Préaux, — de Vieux-Pont, — de la Perrière.

D’azur au chevron d’or, accomp. en chef de deux molettes de même et en pointe d’un besant d’argent.

Jean, contrêleur général et secrétaire des finances du Roi et de la Reine de Navarre en 1546; Mené, gentilhomme de la chambre du Roi Henri IV en 1599, obtint un arrêt des francs-flefs en 1578.

Un célèbre chef royaliste en Basse-Normandie, ci-devant sous-lieutenant au régiment. Colonet-Général (infanterie), fusillé en 1800.

Frotter (le), sr de Keranlrotter, par. de Pommerit-Jaudy, — du Verger, par d’Yvias, — — de Kerhalvez et de Poulmestre, par. de Quimper-Guézennec, — de Coatanfrolter, par. de Lanmeur, — de Kerhuon, — de Kerambellec, par. de Runan, —du Pouillat, par. de Prat, — de la Villemoro, — de Kerhingant, —de * Kerillis,— de Kerhir, — de Lesvern, — de la * Garenne, par. de Saint-Brandan.

Maint, à l’intend. en 1699, et par arrêt du pari, de 1778 ; six gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. d’Yvias, év. de Saint-Brieuc, Quimper-Guézennec et Tonquédec, év. de Tréguier.

D’argent au château d’azur, maçonné et girouetté d’or. Devise: Nilconscire sibi.

Alain, époux en 1260 d’Amice Le Clerc, fait une fondation aux moines de Beauporten 1268 ; Olivier, marié à Plezou Loutraige, veuve en 1427 ; Olivier, prête serment de fidélité au duc entre les nobles de Tréguier et Goëllo en 1437 ; Jean, vivant en 1481, épouse Catherine le Tallec.

La branche aînée fondue au xv" siècle dans Estienne.

Fuoulay ( de), (orig. du Maine), sr dudit lieu, — comte de Tessé, — narquis de Lavardin, — sr de Mondiaux, — vicomte de Beaumont, — châtelain des Clos, par. de Plénée-Jugon (Etats de 1*746).

D’argent au sautoir de gueules, engreslé de sable en bordure.

Guillaume, marié à Marguerite le Sénéchal, tué à la bataille de Castillon en 1453 ; René, comte de Tessé, maréchal de France en 1703, général des galères chevalier des ordres du Roi et grand d’Espagne, † 1725 ; Charles-François, lieutenant-général en 1738, épouse en 1713 Marie-Anne Sauvaget, dame des Clos.

La branche de Tessé éteinte en 1814; la branche de Montflaux fondue dans Crèquy, Froutven (du), voyez Chossec (lu).

Fruglais (le), sr de la Guyomarais, par. de Saint-Dénoual, — de Lourmel, — de Vaupré.

Anc. ext., réf. 1668, septgén., réf. et montres de 1423 à 1569, par. de SaintDénoual et Hénan-Bihen, év. de Saint-Brieuc.

D’argent au greslier de sable, accomp. de trois merlettes de même, comme Canaber, Kerlovët et Saliou.

Jean, épouse vers 1500 Isabeau le Clancher, dame de la Guyomarais; un capitaine garde-cêtes au combat de Saint-Cast en 1758. La branche de la Guyomarais fondue dans la Moite de la Villescomte; (Famille éteinte).

Fruglaye (de La), sr dudit lieu, de la Ville-Aubaud, de Boishignau, de la VilleRambault, de la Hazays, du Chesnebay et du Perrin, par. de Plurien, — de Kerahuis, par. deBocqueho, — de Lanbel, — de * Kervers, par. de Saint-Martin-des-Prez, — de Lanfosso, par. de Plouguenast, — de la Vallée, par. de Quintenic, — de Kermorvam par. de Quimerc’h, — de Kerobézan, par. de Landrévarzec, — de Kerseac’h, — de Pontgirouard, par. de Carfantain.

Ane. ext , réf. 1669, dix gén., et maint, par arrêt du pari, de 1773; réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Plurien et Quintenic, év. de Saint-Brieuc.

D’argent au lion de sable, armé et lampassé de gueules. Devise : De tout et tme pose, et Os et ungues sanguine madent.

Etienne, fils de défunt Pierre, et de !a fille de Guillaume de Châteaubilly fait en 1293 un accord avec les moines de St-Aubin, au sujet des eaux d’un moulin sis à Plurien. Il vivait encore en 1330, et fut l’aïeul de Perrot, curateur de Pierre de Tréméreuc en 13&9, et époux de Guillemette de Saint-Meloir ; Rolland, fils des précédents, vivant en 1435, marié à Perrine de Broons ; un évêque de Tréguier, † 1745 ; un abbé de Prières, † 1766 ; un page du Roi en 1749 ; une fille à Saint-Cyr en 1789 et un maréchal de camp en 1817, comte et pair de France, † 1849.

Un membre a fait ses preuves pour les honneurs de la cour en 1789. La branche aînée fondue vers 1410 <!ans la Chapelle, d’où la seigneurie de la Fruglaye a passé par acquêt aux la Motte-Vauclair et vers 1540 aux Bérard de la Villethéart. La branche de la Hazays fondue au xvr3 siècle dans la Guerrande.

Fruneau, sr de la Noê, — de la Bichetière, par. de Carquefou, — de la Barbinière par. de Vertou.

D’argent à deux fasces d’azur, accomp. de trois pièces posées en pal ; savoir une croix de gueules au milieu de Técu, et en chef et en pointe une étoile de même. Jean, maire de Nantes en 1586.

Fumée (orig. de Touraine), sr de Blandy, en Brie, — des Roches, — de Fourneaux, en Anjou.

D’azur à deux fasces d’or, accomp. de six besants de même 2. 2. 1.

Pierre, receveur des deniers de Tours en 1448, père d’Adam, médecin des rois Charles VII et Louis XI, puis chancelier de France, en 1492, † 1494.

Antoine, président aux enquêtes du parlement de Rouen en 1555 et du parlement de Bretagne en 1563; Nicolas, évêque de Beauvais en 1570 ; Louis, abbé de St-Mathieu en 1634 † 1657. (Famille éteinte).

Fur (le), sr de Garzancloarec, par. de Saint-Gilles.

Ext., réf. 1668, six gén., réf. et montres de 1543 à 1562, par. de Saint-GillesPligeau, év. de Cornouaille.

D’argent au pin de sinople.

Guillaume, vivant en 1535, épouse Jeanne le Bahezre.

Furet, sr du Guilly, par. de Plouha, — de Kergrist, — de Kergrec’h, par. de PommeritJaudy, — de Keralain, — de Rubelven, — de Kerloaz, — de la Maisonueuve, — de Kermarrec.

Anc. ext.,réf. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1441 à 1535, par. de Plouha, év. de Saint-Brieuc.

De sable à trois épées d’argent en pal, les pointes en haut, garnies d’or; celle du milieu surmontée d’un croissant d’argent.

Eon, prête serment au duc entre les nobles de Goêllo en 1437 ; Thèbaut, vivant en 1469, épouse Marie Harscouêt. •

Fuhic, sr de Pouléol, par. de Trégunc, — de Keranmaner, par. de Cuzon, — de SaiutMauran, — de Kergourant, par. de Perguet-Benodet, — de Kerguiffinan, par. de Loctudy, — du Run, par. de Plounévez-Porzay, — de Leignou et de Kerrannou, par. de Scaër, — de Trezconan.

Déb., réf. 1668; réf. de 1536, par. de Trégunc, et appelé à l’arrière-ban de Cornouaille en 1636 et 1694.

D’azur à trois croisettes au pied fiché et haussé d’or (Arm. 1696).

Fuye (de La), sr du Bois-Guériu, par. de Carquefou. Déb., réf. 1668, ress. de Nantes.

Fyot (orig. de Bourgogne), sr d’Arbois, deMontgey et de la Marche, en Bourgogne, comte de. Neuilly, — srde Vauginois. — de la Rivière, par. de Port-Saint-Père, — de Beaulieu et du Bois-JoIIain, par. de Bouguenais, év. de Nantes.

Tome I. 53

D’azur au chevron d’or, accomp. de trois losanges de même (La Ch. des B.); aliàs : d’azur au chevron d’or, chargé de deux quintefeuilles d’azur et accomp. d’une quintefeuille d’or en pointe.

Cettte famille qui a donné plusieurs présidents au parlement de Dijon, a produit en Bretagne Nicolas, échevin à Nantes en 1572, receveur et trésorier général des finances en 1589 ; Yves, trésorier des finances en 1617 ; Claude, abbé du Tronchet de 1711 à 1753, et s’est alliée aux Castellan, Sanguin, Raoul de la Guibourgère, des Cartes, de Afonti, Michau et Lorgeril. Un lieutenant général des armées du Roi, † 1750.

Le sr des Briantays, demeurant à Landerneau, débouté à la réformation de 1669.