Nouvelle cuisinière canadienne/Pâté de Noël

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
C.O. Beauchemin & Valois, libraires-éditeurs (p. 142-143).

Patés de Noël. — Faites cuire une langue de bœuf fraîche, jusqu’à ce que vous puissiez la peler ; hachez-la avec une demi-livre de suif bien fin, ajoutez une livre de sucre pilé, une de gros raisins, dont vous extrairez les graines et couperez avec autant de raisins de corinthe, que vous aurez soin de bien laver, éplucher, et sécher sur un linge, en les frottant avec la main, pour ôter les petites saletées ; pelez dix-huit pommes fameuses, que vous hacherez bien fines, pilez une muscade, un bâton de cannelle, du macis, du clous, de la tête de clous, mettez encore deux pincées de sel fin, l’écorce de deux citrons râpés, une chopine d’eau-de-vie, et une de vin blanc ; brassez le tout comme il faut ; ça se conservera couvert et au froid, durant plusieurs mois, et vous vous en servirez au besoin. On en fait des pâtés couverts dans des vaisseaux plats. On y ajoute sucre et épices au goût. On les fait cuire au four ou fourneau et on les mange toujours chauds.