100%.png

Nouvelles poésies (Van Hasselt)/L’Idéal

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Études rhythmiques
Nouvelles PoésiesBruylant et Cie (p. 287-288).


L’idéal.





Suchet was nimmer verblüht.
Zachahias Werner.





J’ai cherché dans la nuit étoilée,
J’ai cherché dans les mornes déserts,
Dans la nuit de ténèbres voilée,
Dans les bois pleins de vagues concerts.

J’ai dans l’ombre écouté les fontaines
Qui chuchotent la langue des flots,

Le murmure nocturne des chênes
Et le chant matinal des bouleaux.

J’ai gravi les montagnes austères
Où s’accrochent les nids des aiglons.
J’ai sondé les chemins solitaires
Qui se cachent au creux des vallons.

J’ai pâli sur les livres des sages,
Sur les chants des poëtes divins,
Feuilleté les archives des âges,
Consulté les versets des devins.

Solitude, où ma muse respire,
L’espérance et l’amour et la foi,
L’idéal, l’idéal où j’aspire,
Il ne m’est révélé que par toi.



Octobre 1857.