Numa Roumestan/IX

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charpentier (p. 143-166).

IX - UNE SOIRÉE AU MINISTÈRE


Le faubourg Saint-Germain avait, ce soir-là, une physionomie inaccoutumée. Des petites rues, paisibles d’ordinaire et couchées de bonne heure, s’éveillaient au roulement saccadé des omnibus déroutés de leur itinéraire ; d’autres, au contraire, faites au bruit de flot, à la rumeur ininterrompue des grandes artères parisiennes, s’ouvraient comme le lit d’un fleuve détourné, silencieuses, vides, agrandies, surveillées à leur entrée par la haute silhouette d’un garde de Paris à cheval ou l’ombre morne – en travers de l’asphalte – d’un cordon sergents de ville, le capuchon baissé, les mains en manchon dans le caban, faisant signe aux voitures : « On ne passe pas. »

— Est-ce qu’il y a le feu ? demandait une tête effarée se penchant à la portière.

— Non, monsieur, c’est la soirée de l’Instruction publique.


Et l’homme reprenait sa faction, tandis que le cocher s’éloignait en jurant d’être obligé de faire un long circuit sur cette rive gauche où les rues percées au hasard ont encore un peu de la confusion du vieux Paris.

À distance, en effet, l’illumination du ministère sur ses deux façades, les feux allumés pour le froid au milieu de la chaussée, la lueur lentement circulante des files de lanternes concentrées sur un même point, enveloppaient le quartier d’un halo d’incendie avivé par la limpidité bleue, la glaciale sécheresse de l’air. Mais, en approchant, on se rassurait vite devant la belle ordonnance de la fête, la nappe de lumière égale et blanche remontant jusqu’en haut des maisons voisines, dont les inscriptions en lettres d’or « MAIRIE DU VIIe ARRONDISSEMENT… MINISTÈRE DES POSTES ET TÉLÉGRAPHES » se lisaient comme en plein jour, et se vaporisaient en feux de Bengale, en féerique éclairage de scène dans quelques grands arbres dépouillés et immobiles.

Parmi les passants qui s’attardaient malgré le froid et formaient à la porte de l’hôtel une baie curieuse, s’agitait une petite ombre falote à démarche de cane, serrée de la tête aux pieds dans une longue mante paysanne, qui ne laissait voir d’elle que deux yeux aigus. Elle allait, venait, courbée en deux, claquant des dents, mais ne sentant pas la gelée, dans une excitation de fièvre et d’ivresse. Tantôt elle se précipitait vers les voitures en station le long de la rue de Grenelle, qu’on voyait avancer imperceptiblement avec un bruit luxueux de gourmettes, des ébrouements de bêtes impatientes, des blancheurs nuancées aux portières derrière la buée des vitres. Tantôt elle revenait vers la porte où le privilège d’un coupe-file faisait entrer librement quelque carrosse de haut fonctionnaire. Elle écartait les gens : « Pardon… laissez-moi un peu que je regarde. » Sous le feu des ifs, sous la toile rayée des marquises, les marche-pieds ouverts avec fracas laissaient se développer sur les tapis des flots de satin cassant, des légèretés de tulle et de fleurs. La petite ombre se penchait avidement, se retirant à peine assez vite pour ne pas être écrasée par d’autres voitures qui entraient.

Audiberte avait voulu se rendre compte par elle-même, voir un peu comment tout cela se passerait. Avec quel orgueil elle regardait cette foule, ces lumières, les soldats à pied et à cheval, tout ce coin de Paris sens dessus dessous pour le tambourin de Valmajour. Car c’est en son honneur que la fête se donnait et elle se persuadait que ces beaux messieurs, ces belles dames n’avaient que le nom de Valmajour sur les lèvres. De la porte de la rue de Grenelle, elle courait à la rue Bellechasse, par où sortaient les voitures, s’approchait d’un groupe de gardes de Paris, de cochers en grandes houppelandes, autour d’un brasero flambant au milieu de la chaussée, s’étonnait d’entendre ces gens-là parler du froid, bien vif cet hiver, des pommes de terre qui gelaient dans les caves, des choses absolument indifférentes à la fête et à son frère. Surtout elle s’irritait de la lenteur de cette file indéfiniment déroulée ; elle aurait voulu voir entrer la dernière voiture, se dire « Ça y est… On commence… Cette fois, c’est pour tout de bon. » Mais la nuit s’avançait, le froid devenait plus pénétrant, ses pieds gelaient à la faire pleurer de souffrance, – c’est un peu fort de pleurer quand on a le cœur si content ! Enfin elle se décida à rentrer chez elle, non sans avoir ramassé, d’un dernier regard, toutes ces splendeurs, qu’elle emporta, par les rues désertes, la nuit glaciale, dans sa pauvre tête sauvage où la fièvre d’ambition battait aux tempes, toute congestionnée de rêves, d’espérances, les yeux à jamais éblouis et comme aveuglés de cette illumination à la gloire des Valmajour.

Qu’aurait-elle dit, si elle était entrée, si elle avait vu tous ces salons blanc et or se succédant sous leurs portes en arcades, agrandis par les glaces où tombait le feu des lustres, des appliques, l’éblouissement des diamants, des aiguillettes, des ordres de toutes sortes, en palmes, en aigrettes, en brochettes, grands comme des soleils d’artifice ou menus comme des breloques, ou retenus au cou par ces larges rubans rouges qui font penser à de sanglantes décollations !

Il y avait là, pêle-mêle avec les grands noms du Faubourg, des ministres, généraux, ambassadeurs, membres de l’Institut et du Conseil supérieur de l’Université. Jamais, aux arènes d’Aps, même au grand concours des tambourinaires à Marseille, Valmajour n’avait eu un auditoire pareil. Son nom, à vrai dire, ne tenait pas beaucoup de place dans cette fête dont il était l’occasion. Le programme, enjolivé de merveilleux encadrements à la plume de Dalys, annonçait bien : « Airs variés sur le tambourin », avec le nom de Valmajour mêlé à celui de plusieurs illustrations lyriques ; mais on ne regardait pas le programme. Seuls, des gens de l’intimité, de ces gens qui sont au courant de tout, disaient au ministre, debout à l’entrée du premier salon :  

— Vous avez donc un tambourinaire ?

Et lui, distraitement :

— Oui, c’est une fantaisie de ces dames.

Le pauvre Valmajour ne le préoccupait guère. Il y avait un autre début, plus sérieux pour lui, ce soir-là. Qu’allait-on dire ? Aurait-elle du succès ? L’intérêt qu’il portait à cette enfant ne l’avait-il pas illusionné sur son talent de chanteuse ? Et très pris, quoiqu’il ne voulût pas encore se l’avouer, mordu jusqu’aux os d’une passion d’homme de quarante ans, il sentait cette angoisse du père, du mari, de l’amant, du tapissier de la débutante, une de ces anxiétés douloureuses, comme on en voit rôder derrière la toile des portants, les soirs de première représentation. Cela ne l’empêchait pas d’être aimable, empressé, d’accueillir son monde à deux mains, – et que de monde, boun Diou ! – d’avoir des mines, des sourires, des hennissements, des piaffements, des renversements de corps, des courbettes, une effusion un peu uniforme, mais avec des nuances, cependant.

Quittant tout à coup, repoussant presque le cher invité auquel il était en train de promettre tout bas une foule de faveurs inappréciables, le ministre s’élançait au-devant d’une dame haute en couleur, à démarche autoritaire : « Ah ! madame la maréchale ! » prenait sous son bras un bras auguste étranglé dans un gant à vingt boutons, et conduisait la noble visiteuse de salon en salon, entre une double haie d’habits noirs respectueusement inclinés, jusqu’à la salle de concert, dont les honneurs étaient faits par madame Roumestan et sa sœur. En revenant, il distribuait encore des poignées de main, de cordiales paroles : « Comptez-y… C’est fait… », ou lançait très vite son « bonjour, ami » ; ou bien encore, pour réchauffer la réception, mettre un courant de sympathie dans toute cette solennité mondaine, il présentait les gens entre eux, les jetait, sans les avertir, dans les bras les uns des autres : « Comment vous ne vous connaissez pas ?… M. le prince d’Anhalt… M. Bos, sénateur… » et ne s’apercevait pas que, leurs noms à peine prononcés, les deux hommes, après un brusque et profond coup de tête, « Monsieur, Monsieur », n’attendaient que son départ pour se tourner le dos d’un air féroce.

Comme la plupart des combattants politiques, une fois vainqueur, au pouvoir, le bon Numa s’était détendu. Sans cesser d’appartenir à l’ordre moral, le Vendéen du Midi avait perdu son beau feu pour la Cause, laissait les grandes espérances dormir, commençait à trouver que les choses n’allaient point trop mal. Pourquoi ces haines farouches entre honnêtes gens ? Il souhaitait l’apaisement, l’indulgence générale, et comptait sur la musique pour opérer une fusion entre les partis, ses « petits concerts » de quinzaine devenant un terrain neutre de jouissance artistique et de courtoisie où les plus opposés pourraient se rencontrer, s’apprécier à l’écart des passions et des tourmentes politiques. De là un singulier mélange dans les invitations et aussi le malaise, la gêne des invités, les colloques à voix basse vivement interrompus, ce va-et-vient silencieux d’habits noirs, la fausse attention des regards levés au plafond, considérant les cannelures dorées des panneaux, ces ornementations du Directoire, moitié Louis XVI et Empire, avec des têtes de cuivre en appliques sur le marbre à lignes droites des cheminées. On avait chaud et froid tout ensemble, à croire que la terrible gelée du dehors tamisée par les murs épais et la ouate des tentures se fût changée en froid moral. Par moments, la galopade effrénée de Rochemaure ou de Lappara en commissaires, chargés d’installer les dames, rompait cette monotonie ambulante de gens debout qui s’ennuient ; ou encore le passage à sensation de la belle madame Hubler coiffée en plumes, son profil sec de poupée incassable, son sourire en coin, retroussé jusqu’au sourcil comme à une vitrine de coiffeur. Mais le froid reprenait bien vite.

« C’est le diable à dégourdir ces salons de l’Instruction publique… L’ombre de Frayssinous revient certainement la nuit. »

Cette réflexion à haute voix partait d’un groupe de jeunes musiciens empressés autour du directeur de l’Opéra, Cadaillac, philosophiquement assis sur une banquette en velours, le dos au socle de Molière. Très gros, à moitié sourd, avec sa moustache en brosse toute blanche, on ne retrouvait guère le souple et fringant impresario des fêtes du Nabab dans cette majestueuse idole au masque bouffi et impénétrable, dont l’œil seul racontait le Parisien blagueur, sa science féroce de la vie, son esprit en bâton d’épine ferré au bout, durci au feu de la rampe. Mais, satisfait, repu, craignant sur toute chose d’être délogé de sa direction à fin de bail, il rentrait ses ongles, parlait peu, surtout ici, se contentait de souligner ses observations sur la comédie officielle et mondaine du rire silencieux de Bas-de-Cuir.

« Boissaric, mon enfant, demandait-il tout bas à un jeune et intrigant Toulousain qui venait de faire jouer un ballet à l’Opéra après seulement dix ans de carton, ce que personne ne voulait croire, – Boissaric, toi qui sais tout, dis-moi le nom de ce solennel personnage à moustaches qui cause familièrement avec tout le monde et marche derrière son nez d’un air recueilli comme s’il allait à l’enterrement de cet accessoire… Il doit être du bâtiment, car il m’a parlé théâtre avec une certaine autorité.

— Je ne pense pas, patron… Plutôt un diplomate. Je l’entendais dire tout à l’heure au ministre de Belgique qu’ils avaient été longtemps collègues.

— Vous vous trompez, Boissaric… Ce doit être un général étranger. Il pérorait, il n’y a qu’un instant, dans un groupe de grosses épaulettes et disait très haut : « Il faut n’avoir jamais eu un grand commandement militaire… »

— Étrange !

Lappara, consulté au passage, se mit à rire :

— Mais c’est Bompard.

— Quès aco Bompard ?  

— L’ami du ministre… Comment ne le connaissez-vous pas ?

— Du Midi ?

— Té ! parbleu…

Bompard, en effet, qui, sanglé d’un superbe habit neuf à parements de velours, les gants dans l’entre-bâillure du gilet, essayait d’animer la soirée de son ami par une conversation variée et soutenue. Inconnu dans le monde officiel, où il se produisait pour la première fois, on peut dire qu’il faisait sensation en promenant d’un groupe à l’autre ses facultés inventives, ses visions fulgurantes, récits d’amours royales, aventures et combats, triomphes aux tirs fédéraux, qui donnaient à tous les visages autour de lui la même expression d’étonnement, de gêne et d’inquiétude. Il y avait là certes un élément de gaieté, mais compris seulement de quelques intimes, impuissant à distraire l’ennui qui pénétrait jusque dans la salle du concert, une pièce immense et très pittoresque avec ses deux étages de galeries et son plafond en vitrage qu’on pouvait croire à ciel ouvert.

Une décoration verte de palmiers, de bananiers à longues feuilles immobiles sous les lustres faisait un fond de fraîcheur aux toilettes des femmes alignées et serrées sur d’innombrables rangs de chaises. C’était une boule de nuques penchées et ondulantes, d’épaules et de bras sortis des corsages comme du chiffonnage d’une fleur entr’ouverte, de coiffures piquées d’étoiles, les diamants mêlés à l’éclair bleu des cheveux noirs, à l’or filé des crépelures blondes ; et des profils perdus, de santé pleine, en lignes arrondies de la taille au chignon, ou de fine maigreur, élancés de la ceinture serrée d’une petite boucle brillante au cou long, noué d’un velours. Les éventails, l’aile dépliée, nuancée, pailletée, voltigeaient, papillonnaient sur tout cela, mêlaient des parfums de white rose ou d’opoponax à la faible exhalaison des lilas blancs et des violettes naturelles.

Le malaise des visages se compliquait ici de la perspective de deux heures d’immobilité devant cette estrade où s’étalaient en demi-cercle les choristes en habit noir, en toilettes de mousseline blanche, impassibles comme sous l’appareil photographique, et cet orchestre dissimulé dans les buissons de verdure et de roses que dépassaient les manches des contrebasses pareils à des instruments de torture. Oh ! le supplice de la cangue à musique, elles le connaissaient toutes, il comptait parmi les fatigues de leur hiver et les cruelles corvées mondaines. C’est pourquoi, en cherchant bien, on n’aurait trouvé dans l’immense salle qu’un seul visage satisfait, souriant, celui de madame Roumestan, et non pas ce sourire de danseuse des maîtresses de maison si facilement changé en expression de haineuse fatigue quand il ne se sent plus regardé, mais un visage de femme heureuse, de femme aimée, en train de recommencer la vie. Ô tendresse inépuisable d’un cœur honnête qui n’a battu qu’une fois ! Voilà qu’elle se reprenait à croire en son Numa, si bon, si tendre, depuis quelque temps. C’était comme un retour, l’étreinte de deux cœurs réunis après une longue absence. Sans chercher d’où pouvait venir ce regain de tendresse, elle le revoyait aimant et jeune comme un soir devant le panneau des chasses, et elle était toujours la Diane désirable, souple et fine dans sa robe de brocart blanc, ses cheveux châtains en bandeaux sur le front pur sans une pensée mauvaise, où ses trente ans en paraissaient vingt-cinq.

Hortense était bien jolie aussi, tout en bleu ; un tulle bleu qui entourait d’une nuée sa longue taille un peu penchée en avant, ombrait son visage d’une douceur brune. Mais le début de son musicien la préoccupait. Elle se demandait comment ce public raffiné goûterait cette musique locale, s’il n’aurait pas fallu, comme disait Rosalie, encadrer le tambourin d’un horizon gris d’oliviers et de collines en dentelles ; et, silencieuse, tout émue, elle comptait sur le programme les morceaux avant Valmajour, dans un demi-bruit d’éventails, de conversations à voix basse, auquel se mêlait l’accord successif des instruments.

Un battement d’archet aux pupitres, un froissement de papier sur l’estrade où les choristes se sont levés, leur partie à la main, un long regard des victimes, comme une envie de fuir, du côté de la haute porte obstruée d’habits noirs et le chœur de Gluck envoie ses premières notes vers le vitrage là-haut, où la nuit d’hiver superpose ses nappes bleues :

Ah ! dans ce bois funeste et sombre…

C’est commencé…

Le goût de la musique s’est beaucoup répandu en France depuis quelques années. À Paris surtout. Les concerts du dimanche et de la semaine sainte, une foule de sociétés particulières ont surexcité le sentiment public, vulgarisé les œuvres classiques des grands maîtres, fait une mode de l’érudition musicale. Mais, au fond, Paris est trop vivant, trop cérébral, pour bien aimer la musique, cette grande absorbeuse qui vous tient immobile, sans voix et sans pensée, dans un réseau flottant d’harmonie, vous berce, vous hypnotise comme la mer ; et les folies qu’il fait pour elle sont celles d’un gommeux pour une fille à la mode, une passion de chic, de galerie, banale et vide jusqu’à l’ennui.

L’ennui !

C’était bien la note dominante dans ce concert de l’Instruction publique. Sous l’admiration de commande, les physionomies extasiées qui font partie de la mondanité des femmes les plus sincères, il remontait peu à peu, figeait le sourire et l’éclair des yeux, affaissait ces jolies poses languissantes d’oiseaux branchés ou buvant goutte à goutte. Une après l’autre, sur les longues files de chaises enchaînées, elles se débattaient, avec des « bravos… divins… délicieux… » pour se ranimer elles-mêmes, et succombaient à la torpeur envahissante qui se dégageait comme une brume de cette marée sonore, reculant dans un lointain d’indifférence tous les artistes qui défilaient tour à tour.

On avait là pourtant les plus fameux, les plus illustres de Paris, interprétant la musique classique avec toute la science qu’elle exige et qui ne s’acquiert, hélas ! qu’au prix des années. Voilà trente ans que la Vauters la chante, cette belle romance de Beethoven, l’Apaisement, et jamais avec plus de passion que ce soir ; mais il manque des cordes à l’instrument, on entend l’archet racler sur le bois, et de la grande chanteuse de jadis, de la beauté célèbre, il ne reste que des attitudes savantes, une méthode irréprochable, et cette longue main blanche qui à la dernière strophe écrase une larme au coin de l’œil élargi de kohl, une larme traduisant le sanglot que la voix ne peut plus donner.

Quel autre que Mayol, le beau Mayol, a jamais soupiré la sérénade de Don Juan avec cette délicatesse aérienne, cette passion qui semble d’une libellule amoureuse ! Malheureusement on ne l’entend plus ; il a beau se dresser sur la pointe des pieds, le cou tendu, filer le son jusqu’au bout en l’accompagnant d’un geste délié de fileuse qui pince sa laine entre deux doigts, rien ne sort, rien. Paris, qui a la reconnaissance de ses plaisirs passés, applaudit quand même ; mais ces voix usées, ces figures flétries et trop connues, médailles dont la circulation constante a mangé l’effigie, ne dissiperont pas le brouillard qui plane sur la fête du ministère, malgré les efforts que fait Roumestan pour la ranimer, les bravos d’enthousiasme qu’il jette à haute voix du milieu des habits noirs, les « chut ! » dont il terrifie à deux salons de distance les gens qui essayent de causer et qui circulent alors, muets comme des spectres sous le splendide éclairage, changent de place avec précaution pour se distraire, le dos rond, les bras en balancier, ou tombent anéantis sur des sièges bas, le claque ballant entre les jambes, hébétés, la figure vide.

À un moment, l’entrée en scène d’Alice Bachellery réveille et remue tout le monde. Aux deux portes de la salle il se fait une poussée curieuse pour apercevoir la petite diva en jupe courte sur l’estrade, la bouche entr’ouverte, ses longs cils battant comme de la surprise de voir toute cette foule. « Chaud ! chaud ! les p’tits pains d’gruau !  » fredonnent les jeunes gens des clubs avec le geste canaille de sa fin de couplet. De vieux messieurs de l’Université s’approchent tout frétillants, tendant la tête du côté de leur bonne oreille pour ne pas perdre une intention de la gaudriole à la mode. Et c’est un désappointement, quand le petit mitron de sa voix aigrelette et courte entonne un grand air d’Alceste seriné par la Vauters qui l’encourage de la coulisse. Les figures s’allongent, les habits noirs désertent, recommencent à errer, d’autant plus librement que le ministre ne les surveille plus, parti au fond du dernier salon au bras de M. de Boë, tout étourdi d’un tel honneur.

Éternel enfantin de l’Amour ! Ayez donc vingt ans de Palais, quinze ans de tribune, soyez assez maître de vous pour garder au milieu des séances les plus secouées et des interruptions sauvages l’idée fixe et le sang-froid du goéland qui pêche en pleine tempête et si une fois la passion s’en mêle, vous vous trouverez faible parmi les faibles, tremblant et lâche au point de vous accrocher désespérément au bras d’un imbécile plutôt que d’entendre la moindre critique de votre idole.

— Pardon, je vous quitte… voici l’entr’acte… et le ministre se précipite, rendant à son obscurité le jeune maître des requêtes qui désormais n’en sortira plus. On se pousse vers le buffet ; et les mines soulagées de tous ces malheureux à qui l’on a rendu le mouvement et la parole, peuvent faire croire à Numa que sa protégée vient d’avoir un très grand succès. On le presse, on le félicite « divin… délicieux… » mais personne ne lui parle positivement de ce qui l’intéresse, et il saisit enfin Cadaillac qui passe près de lui, marchant de côté, refoulant le flot humain de son énorme épaule en levier.

— Eh bien !… Comment l’avez-vous trouvée ?

— Qui donc ?

— La petite… fait Numa d’un ton qu’il essaie de rendre indifférent. L’autre, bonne lame, comprend, et, sans broncher :

— Une révélation…

L’amoureux rougit comme à vingt ans, chez Malmus, quand l’ancienne à tous lui faisait du pied sous la table.

— Alors, vous croyez qu’à l’Opéra ?…

— Sans doute… Mais il faut un bon montreur, dit Cadaillac avec son rire muet ; et, pendant que le ministre court féliciter mademoiselle Alice, le bon montreur continue dans la direction du buffet qu’on aperçoit encadré par une large glace sans tain au fond d’une salle aux boiseries brun et or. Malgré la sévérité des tentures, l’air rogue et majestueux des maîtres d’hôtel, choisis certainement parmi les ratés universitaires, la mauvaise humeur et l’ennui se dissipent ici, devant l’immense comptoir chargé de cristaux fins, de fruits, de sandwichs en pyramides, font place – l’humanité reprenant ses droits – à des attitudes convoitantes et voraces. Au moindre espace libre entre deux corsages, entre deux têtes penchées vers le morceau de saumon ou l’aile de volaille de leur petite assiette, un bras s’avance quêtant un verre, une fourchette, un petit pain, frôlant la poudre de riz des épaules, d’une manche noire ou d’un brillant et rude uniforme. On cause, on s’anime, les yeux étincellent, les rires sonnent sous l’influence des vins mousseux. Mille propos se croisent, propos interrompus, réponses à des demandes déjà oubliées. Dans un coin, des petits cris indignés : « Quelle horreur !… C’est affreux !… » autour du savant Béchut, l’ennemi des femmes, continuant à invectiver le sexe faible. Une querelle de musiciens :

— Ah ! mon cher, prenez garde… vous niez la quinte augmentée.

— C’est vrai qu’elle n’a que seize ans ?

— Seize ans de fût et quelques années de bouteille.

— Mayol !… Allons donc, Mayol !… fini, vidé.

Et dire que l’Opéra donne tous les soirs deux mille francs à ça !

— Oui, mais il prend mille francs de billets pour chauffer sa salle, et Cadaillac lui rattrape le reste à l’écarté.

— Bordeaux… chocolat… champagne…

— … à venir s’expliquer dans le sein de la Commission.

— … en remontant un peu la ruche avec des coques de satin blanc.

Ailleurs, mademoiselle Le Quesnoy, très entourée, recommande son tambourinaire à un correspondant étranger, tête impudente et plate de choumacre, le supplie de ne pas partir avant la fin, gronde Méjean qui ne la soutient pas, le traite de faux Méridional, de franciot, de renégat. Dans le groupe à côté, une discussion politique. Une bouche haineuse s’avance, l’écume aux dents, mâchant les mots comme des balles, pour les empoisonner :

« Tout ce que la démagogie la plus subversive…

— Marat conservateur ! » dit une voix, mais le propos se perd dans cette confuse rumeur de conversations mêlées de chocs d’assiettes, de verres, que le timbre cuivré de Roumestan domine tout à coup : « Mesdames, vite, mesdames… Vous allez manquer la sonate en fa ! »

Silence de mort. La longue procession des traînes déployées recommence à travers les salons, se froisse entre les chaises alignées. Les femmes ont la figure désespérée de captives qu’on réintègre après une promenade d’une heure dans le préau.

Et les concerts, les symphonies se succèdent, à force de notes. Le beau Mayol recommence à filer le son insaisissable, la Vauters à tâter les cordes détendues de sa voix. Soudain, un sursaut de vie, de curiosité, comme tout à l’heure à l’entrée de la petite Bachellery. C’est le tambourin de Valmajour, l’apparition du superbe paysan, son feutre mou sur l’oreille, la ceinture rouge aux reins, la veste contadine à l’épaule. Une idée d’Audiberte, un instinct de son goût de femme, de l’habiller ainsi pour plus d’effet au milieu des habits noirs. À la bonne heure, tout ceci est neuf, imprévu, ce long tambour qui se balance au bras du musicien, la petite flûte sur laquelle ses doigts s’escriment, et les jolis airs à double sonnerie dont le mouvement, enlevant et vif, moire d’un frisson de réveil le satin des belles épaules. Le public blasé s’amuse de ces aubades toutes fraîches, embaumées de romarin, de ces refrains de vieille France.

« Bravo !… Bravo !… Encore !… »

Et quand il attaque la Marche de Turenne sur un rythme large et vainqueur que l’orchestre accompagne en sourdine, enflant, soutenant l’instrument un peu grêle, c’est du délire. Il faut qu’il revienne deux fois, dix fois, réclamé en première ligne par Numa dont ce succès a réchauffé le zèle et qui maintenant prend à son compte « la fantaisie de ces dames ». Il raconte comment il a découvert ce génie, explique la merveille de la flûte à trois trous, donne des détails sur le vieux castel des Valmajour.

« Il s’appelle vraiment Valmajour ?

— Certainement… des princes des Baux… c’est le dernier. »

Et la légende court, se répand, s’enjolive, un vrai roman de George Sand.

« J’ai les parchemeïns chez moi ! » affirme Bompard d’un ton qui ne souffre pas de réplique. Mais, au milieu de cet enthousiasme mondain, plus ou moins factice, un pauvre petit cœur s’émeut, une jeune tête se grise éperdument, prend au sérieux les bravos, les légendes. Sans dire un mot, sans même applaudir, les yeux fixes, perdus, sa longue taille souple suivant d’un balancement de rêve les mesures de la marche héroïque, Hortense se retrouve là-bas, en Provence, sur la plate-forme haute dominant la campagne ensoleillée, pendant que son musicien lui sonne l’aubade comme à une dame des cours d’amour et met la fleur de grenade à son tambourin avec une grâce sauvage. Ce souvenir la remue délicieusement, et tout bas, appuyant la tête sur l’épaule de sa sœur : « Oh ! que je suis bien… » murmure-t-elle d’un accent profond et vrai que Rosalie ne remarque pas tout de suite, mais qui plus tard se précisera, la hantera comme l’annonce balbutiée d’un malheur.

— Eh ! bé ! mon brave Valmajour, quand je vous le disais… Quel succès !… hein ? criait Roumestan dans le petit salon où l’on avait servi un souper debout pour les artistes. Ce succès, les autres étoiles du concert le trouvaient bien un peu exagéré. La Vauters, assise, prête à partir, attendant sa voiture, voilait son dépit d’un grand capuchon de dentelle aux pénétrants parfums, tandis que le beau Mayol debout devant le buffet, avec une mimique de dos énervée et lasse, déchiquetait une mauviette férocement s’imaginant tenir le tambourinaire sous sa lame. La petite Bachellery n’avait pas de ces colères. Elle jouait à l’enfant au milieu d’un groupe de jeunes gommeux, riant, papillonnant, mordant à pleines dents blanches, comme un écolier tourmenté d’une faim de croissance, dans un petit pain au jambon. Elle essayait le flûtet de Valmajour.

— Voyez donc, m’sieu le ministre !

Puis, apercevant Cadaillac derrière Son Excellence, elle lui tendit avec une pirouette son front de petite fille à baiser.

— B’jou, m’n’oncle…

C’était une parenté de fantaisie, une adoption de coulisse.

— La fausse étourdie ! grogna le bon montreur sous sa moustache blanche, mais pas trop haut, car elle allait probablement devenir sa pensionnaire et une pensionnaire influente.

Valmajour, l’air fat, très entouré de femmes, de journalistes, se tenait debout devant la cheminée. Le correspondant étranger l’interrogeait brutalement, non plus de ce ton patelin dont il scrutait les ministres dans les audiences particulières ; mais sans se troubler, le paysan lui répondait par le récit stéréotypé sur ses lèvres : « Ce m’est vénu de nuit, en écoutant çanter le rossignoou… » Il fut interrompu par mademoiselle Le Quesnoy, qui lui tendait un verre et une assiette remplis à son intention.

« Bonjour, monsieur… Et moi aussi, je vous apporte le grand-boire. » Elle avait coupé son effet. Il lui répondit d’un léger mouvement de tête, en lui montrant la cheminée : « Va bien… va bien… posez ça là-dessus », et continua son histoire. » Ce que l’oiso du bon Dieu fait avec un trou… » Sans se décourager, Hortense attendit la fin, puis lui parla de son père, de sa sœur…

— Elle va être bien contente ?…

— Oui, ça n’a pas trop mal marché.

Le sourire fat, il effilait sa moustache en promenant autour de lui un regard inquiet. On lui avait dit que le directeur de l’Opéra voulait lui faire des propositions. Il le guettait de loin, ayant déjà des jalousies d’acteur, s’étonnait qu’on pût s’occuper si longtemps de cette petite chanteuse de rien du tout ; et, plein de sa pensée, il ne prenait pas la peine de répondre à la belle jeune fille arrêtée devant lui, son éventail aux mains, dans cette jolie attitude demi-audacieuse que donne l’habitude du monde. Mais elle l’aimait mieux ainsi, dédaigneux et froid pour tout ce qui n’était pas son art. Elle l’admirait recevant de haut les compliments dont le bombardait Cadaillac avec sa rondeur brusque :  

« Mais si… mais si… je vous le dis comme je le pense… Beaucoup de talent… très original, très neuf… Je ne veux pas qu’un autre théâtre que l’Opéra en ait l’étrenne… je vais chercher une occasion de vous produire. À partir d’aujourd’hui, considérez-vous comme de la maison.

Valmajour pensait au papier timbré qu’il avait dans la poche de sa veste ; mais l’autre, comme s’il devinait cette préoccupation, lui tendait sa main souple. « Voilà qui nous engage tous deux, mon cher… » Et montrant Mayol, la Vauters, heureusement occupés d’autre chose, car ils auraient trop ri : « Demandez à vos camarades ce que vaut la parole de Cadaillac. »

Il tourna les talons là-dessus, et revint dans le bal. Maintenant c’était un bal qui s’agitait dans les salles moins pleines, mais plus animées ; et l’admirable orchestre se vengeait de trois heures de musique classique par des suites de valses du plus pur viennois. Les hauts personnages, les gens graves partis, la place restait à la jeunesse, autour du salon ; et la figure des écharpes terminée, elle venait vers sa sœur, lui disait tout bas : « Nous voilà bien… Numa qui m’a promise à ses trois secrétaires !

— Lequel prends-tu ? »

Sa réponse fut arrêtée net par un roulement de tambourin.

« La farandole !… La farandole !… »

Une surprise du ministre à ses invités. La farandole pour finir le cotillon, le Midi à outrance, et zou !… Mais comment cela se danse-t-il ?… Les mains s’attirent et se joignent, les salons se mêlent, cette fois. Bompard indique gravement « comme ceci, mesdemoiselles » en battant un entrechat et, Hortense en tête, la farandole se déroule à travers la longue enfilade des salons, suivie de Valmajour jouant avec une gravité superbe, fier de son succès et des regards que lui vaut sa mâle et robuste tournure dans un costume original.

— Est-il beau, dit Roumestan, est-il beau !… Un pâtre grec !

De salle en salle, la danse rustique, plus nombreuse et plus entraînée, poursuit et chasse l’ombre de Frayssinous. Sur les grandes tapisseries d’après Boucher et Lancret, les personnages s’agitent réveillés par des airs du vieux temps ; et les culs-nus d’amours, qui se roulent aux frises, prennent aux yeux des danseurs un mouvement de course effrénée et folle comme la leur.

Là-bas, tout au fond, Cadaillac qui s’accote au buffet, une assiette et un verre dans les mains, écoute, mange et boit, pénétré de cette chaleur de plaisir jusqu’au fond de son scepticisme :

« Rappelle-toi ceci, petit, dit-il à Boissaric… Il faut toujours rester jusqu’à la fin des bals… Les femmes sont plus jolies dans cette pâleur moite, qui n’est pas encore de la fatigue, pas plus que ce petit filet blanc aux fenêtres n’est encore le jour… Il y a dans l’air un peu de musique, de la poussière qui sent bon, une demi-ivresse qui affine les sensations et qu’il faut savourer en mangeant un chaud-froid de volaille arrosé de vin frappé… Tiens ! regarde-moi ça… »

Derrière la glace sans tain, la farandole défilait, les bras étendus, un cordon alterné de noir et de clair, assoupli par l’affaissement des toilettes et des coiffures, le froissement de deux heures de danse.

« Est-ce joli, hein ?… Et le gaillard de la fin, quel galbe !… »

Il ajouta froidement, en posant son verre : « Du reste, il ne fera pas lesou !… »