Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/168

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vie, je sais que j’aimerai la mort aussi bien.

L’enfant gémit lorsque la mère le retire de son sein droit, pour, un instant après, trouver consolation dans le sein gauche.


XCVI


Lorsque je m’en irai d’ici, que ceci soit mon mot de partance : que ce que j’ai vu est insurpassable.

J’ai goûté au miel secret de ce lotus qui s’étale sur l’océan de la lumière, et ainsi j’ai été béni — que ce soit mon mot de partance.

J’ai joué dans ce palais des formes