Page:Wagner - L’Anneau du Nibelung, trad. Ernst.djvu/390

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Siegfried.
––––––––Un elfe égare mes pas ;
––––––––je fais ma chasse au hasard.
––––––––Hé ! drôle ! dans quels rochers
––––––––se cache par toi mon gibier ?
(Les trois filles émergent de nouveau et nagent en cercle.)

Les trois filles du Rhin.
––––––––––––Siegfried !

Flosshilde.
––––––––Qui grondes-tu dans le val ?

Wellgunde.
–––––––––A quel Elfe en as-tu ?

Woglinde.
––––––––Est-ce qu’un gnome t’en veut ?

Toutes les trois.
––––––––––Dis-le, Siegfried,
–––––––––––dis-le nous !

Siegfried.
(les regardant et riant).
––––––––Fut-il séduit par vous
––––––––le fauve compagnon
–––––––––qui vient de me fuir ?
––––––––––S’il vous enchante,
–––––––––ô femmes rieuses,
––––––––––qu’il soit à vous.
(Elles poussent des éclats de rire.)

Woglinde.
––––––––Siegfried, que donnes-tu
––––––––si l’on te rend ta chasse ?