Page:Émile Nelligan et son œuvre.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
155
TRISTIA



MON SABOT DE NOËL




Jésus descend, marmots, chez vous,
Les mains pleines de gais joujoux.

Mettez tous en cette journée,
Un bas neuf dans la cheminée.

Et soyez bons, ne pleurez pas…
Chut ! voici que viennent ses pas.

Il a poussé la grande porte,
Il entre avec ce qu’Il apporte…

Soyez heureux, ô chérubins !
Chefs de Corrège ou de Rubens…