Page:Ésope - Fables - Émile Chambry.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


NOTICE
SUR ÉSOPE ET LES FABLES ÉSOPIQUES



I
VIE D’ÉSOPE


Ésope a-t-il existé ?

Ésope a-t-il existé, ou n’est-ce qu’un nom légendaire, comme ceux d’Homère, de Linos et d’Orphée ? On sait que chez les Grecs tout genre littéraire devait avoir un inventeur, un εὑρετής. Il en fallait un à la fable comme aux autres genres : à défaut d’un inventeur authentique, n’en a-t-on pas imaginé un faux ? En tout cas, il s’est rencontré plus d’un savant pour soutenir qu’Ésope était un nom sans réalité, destiné à servir de patron à la fable. Ce qui a fait douter de l’existence d’Ésope, c’est d’une part la pénurie de documents authentiques, et d’autre part le fatras de racontars puérils et invraisemblables dont on a chargé sa biographie.


Les documents : Hérodote.

Essayons de nous faire une opinion en passant au crible les documents que l’antiquité nous a légués. Le premier en date est le témoignage d’Hérodote. Au livre II, chapitre 134 de ses Histoires, Hérodote, parlant de la pyramide construite par le roi Mycérinos, réfute l’opinion de ceux qui en attribuaient la construction à la courtisane Rhodopis, et il ajoute : « En outre ils ignorent que Rhodopis vivait sous le règne d’Amasis, et non sous celui de Mycérinos ; elle vécut en effet nombre d’années après les rois qui ont laissé ces pyramides. Elle était Thrace d’origine, esclave d’Iadmon, fils du samien Héphaestopolis ; elle fut compagne de servitude d’Ésope le